Navigation – Plan du site
Dossier. Los metales preciosos: de la extracción a la acuñación (Antigüedad - Edad Media)
Contrepoint

Les monnaies athéniennes aux ve-ive siècles av. n. è., des mines du Laurion au marché de la Cité

Las monedas atenienses en los siglos v y iv a.C., de las minas del Laurion al mercado de la polis
5th- and 4th-century BCE Athenian coins, from the mines of Laurion to the market of the polis
Christophe Flament
p. 195-213

Résumés

Cette contribution propose de retracer le parcours de transformation que suivait l’argent à Athènes, depuis son extraction au Laurion jusqu’à la frappe des célèbres monnaies à la chouette. Dans un premier temps, on tente de définir un seuil minimal de rentabilité pour le secteur minier en faisant l’estimation des différents frais inhérents à l’exploitation. On s’attèle ensuite à clarifier les relations unissant exploitation minière et production monétaire à travers l’examen approfondi de plusieurs documents épigraphiques traitant de la fabrication de la monnaie, non seulement à Athènes, mais également à Delphes. Cet examen révèle que, à Athènes, les entrepreneurs miniers devaient avoir la possibilité de porter à l’atelier monétaire l’argent qu’ils avaient extrait pour le faire convertir en monnaies. Plusieurs conclusions importantes en découlent : primo, c’était les entrepreneurs miniers qui dictaient le rythme et l’ampleur des frappes monétaires et, secundo, c’était eux, également, qui mettaient en circulation la très grande majorité des espèces nouvellement frappées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est issue du texte d’une communication présentée à Toulouse le 27 mai 2015, dan (...)
  • 2 Comme le constatait Picard, 2000, pp. 7-8.
  • 3 Thucydide, Guerre du Péloponnèse, I, 118, 3.
  • 4 Inscriptiones Graecae (IG) I3 363, l. 19. Voir à ce propos Flament, 2007b, pp. 123-124.

1Le titre d’un célèbre article de Christopher J. Howgego, « Why Ancient States Strike Coins?1 », pose sans aucun doute l’une des questions les plus fondamentales qui soit en numismatique antique. Habituellement, on lie l’intensité des frappes monétaires à celle des conflits militaires, admettant dès lors implicitement que la monnaie antique était essentiellement produite pour défrayer les troupes2. Cette équation ne s’applique cependant pas à l’Athènes classique, comme l’illustrent on ne peut mieux les modalités de financement de l’expédition menée par cette cité contre Samos en 440/39 av. n. è., soit à un moment situé durant le pic présumé de la production monétaire athénienne. Le récit de Thucydide3 permet en effet d’en évaluer très précisément les coûts : le siège avait duré neuf mois et le maximum des effectifs engagés par Athènes fut de 160 trières, d’où, en comptant un talent par mois par trière, un coût estimé à quelque 1 440 talents. Or, un document épigraphique reproduisant la comptabilité des trésoriers d’Athéna pour l’année 440/39 révèle que la quasi-totalité de cette somme avait été empruntée au trésor de la déesse poliade4.

  • 5 Ibid., pp. 137-189.
  • 6 À peine remise de la défaite de 404 et de la guerre civile qui s’ensuivit, la cité s’engagea dans (...)
  • 7 Voir, entre autres, Mørkholm, 1974, p. 3, ainsi que Giovannini, 1975, p. 194.
  • 8 Nous pensons en effet, à l’instar de Descat, 2004, p. 394, qu’il faut rattacher l’essentiel de la (...)

2Une étude minutieuse des finances athéniennes durant la seconde moitié du ve s. av. n. è. révèle par ailleurs que c’est principalement avec l’argent de leurs divinités (toujours sous la forme d’emprunts) et du fameux tribut des membres de la Ligue de Délos, non avec des pièces frappées spécialement pour l’occasion, que les Athéniens financeront les différentes campagnes qui jalonnèrent la guerre du Péloponnèse5. Au siècle suivant, Athènes ne frappe manifestement toujours pas monnaie dans l’objectif de défrayer ses troupes. En effet, si son effort militaire fut particulièrement intense entre 400 et 3506, les émissions monétaires durant cette période furent, elles, plutôt réduites7. Ce n’est vraisemblablement qu’après 350 que les frappes reprirent sur une grande échelle8 ; or, les Athéniens avaient alors renoncé au rêve de voir un jour renaître leur Archè et aux coûteuses expéditions militaires menées dans ce but ! Durant la première moitié du ive s., la courbe d’intensité de la production monétaire avait donc très clairement suivi, à Athènes, l’évolution inverse de celle des opérations militaires.

  • 9 Howgego, 1990, p. 2, n. 3, estime qu’il s’agissait probablement d’un certain Polyclète.

3D’une manière plus générale, il semble que le fait de lier et de proportionner la frappe des monnaies aux dépenses — qu’elles aient été de nature militaire, ou autres — semblait pour le moins étranger au monde grec. C’est là, en effet, une manière de procéder qu’un auteur inconnu du iiie s. av. n. è. cité par Strabon9 jugeait propre aux Perses :

  • 10 « Τὸ δὲ νόμισμα τὸ πρὸς τὰς χρείας ἀκροῦν ἱκανὸν εἶναι, κόπτειν δὲ πάλιν τὸ τοῖς ἀναλώμασι σύμμετρ (...)

Quant à la monnaie, ils [les Perses] en proportionnent l’émission aux dépenses et n’en frappent qu’au fur et à mesure des besoins10.

4Pour quelle raison, dès lors, frappait-on monnaie à Athènes et, surtout, qui en prenait l’initiative ? Pour endosser cette dernière responsabilité, le candidat qui vient en premier lieu à l’esprit est tout naturellement l’Assemblée des citoyens. Il faut bien admettre toutefois que, dans la masse documentaire dont nous avons hérité pour l’Athènes classique, il n’y a rien qui s’apparente, de près ou de loin, à des décisions de cette nature ; relevons d’ailleurs, à ce propos, que la gestion de la monnaie ne figure pas parmi les compétences que le pseudo-Aristote assigne à l’Assemblée dans sa Constitution d’Athènes.

  • 11 Voir le bilan sur les résultats de ces analyses dans Flament, à paraître.
  • 12 « Πρῶτα μὲν γάρ, οὗ μάλιστα πᾶς κριτὴς ἐφίεται, γλαῦκες ὑμᾶς οὔποτ’ ἐπιλείψουσι Λαυρειωτικαί· ἀλλ’ (...)

5En réalité, si l’on veut apporter des réponses satisfaisantes à ces questions, il faut tenir compte d’un paramètre essentiel : la totalité, pour ainsi dire, des monnaies frappées à Athènes durant l’époque classique a été réalisée avec de l’argent extrait du district minier du Laurion (sud de l’Attique). C’est en effet ce que révèlent les analyses métalliques pratiquées sur ces monnaies11, et c’est ce qu’indiquait déjà Aristophane dans ses Oiseaux, lorsqu’il donnait aux monnaies athéniennes le surnom affectueux de « chouettes lauréotiques12 ». C’est donc en démêlant les relations unissant exploitation minière et production monétaire — ou, pour le dire autrement, le processus de transformation de l’argent extrait des mines en monnaies — que l’on sera en mesure de déterminer les paramètres qui, à Athènes, dictaient le rythme et l’ampleur des frappes monétaires.

6Pour ne pas se perdre en considérations inutiles, il faut avoir présent à l’esprit deux des caractéristiques essentielles qui présidaient à l’organisation de l’exploitation minière au Laurion durant l’époque classique, parfaitement illustrées dans cet extrait célèbre de la Constitution d’Athènes :

  • 13 Le papyrus est ici endommagé et l’on ne déchiffre qu’avec peine la durée de concession des συγκεχω (...)
  • 14 «  Ἔπειθ’ οἱ πωληταὶ ί μέν εἰσι, κληροῦται δ’ εἷς ἐκ τῆς φυλῆς. Μισθοῦσι δὲ τὰ μισθώματα πάντα, κα (...)

Ensuite il y a les dix Polètes tirés au sort, un par tribu. Ils afferment toutes les adjudications de l’État et mettent en vente les mines et les impôts avec le trésorier des fonds militaires et ceux en charge du Théorique en présence de la Boulé ; ils confirment également l’adjudication des mines à celui que la Boulé a désigné à main levée, que ce soit les ergasima (c’est-à-dire les mines « actives ») données en location pour trois ans ou les sunkechorèmena (?) données en location pour [dix ?13] ans14.

  • 15 C’est là la procédure que suggère Hopper, 1953, p. 235. C’était effectivement la procédure normale (...)

7Le premier de ces paramètres est la durée relativement courte des concessions minières (trois ans pour une concession active), ce qui n’encourageait évidemment pas les entrepreneurs à réaliser de coûteux investissements : en effet, au terme de leur bail, ils pouvaient très bien se voir déposséder de la concession qu’ils exploitaient lors de l’adjudication publique si un autre candidat renchérissait15.

  • 16 Principe admis depuis Hopper, 1953, pp. 200-209. On trouvera également un résumé de ces discussion (...)
  • 17 Qu’il est particulièrement délicat d’établir : voir à ce propos Flament, 2007b, pp. 69-77.

8Le second est que la Cité, bien qu’elle détînt, semble-t-il, la propriété exclusive des gisements argentifères16, ne les exploitait pas elle-même directement ; elle confiait cette tâche à des particuliers qui lui versaient, en échange, des redevances échelonnées17. Pour qu’un tel système fonctionne néanmoins, il était impératif que le secteur présente quelques attraits pour ces particuliers ; à tout le moins ces derniers devaient-ils le juger rentable, c’est-à-dire que les bénéfices que leur procurait l’activité minière devaient être supérieurs aux frais d’exploitation. Or, beaucoup de ces frais peuvent être assez précisément estimés, nous permettant ainsi de fixer un seuil de rentabilité pour le secteur minier lauréotique, une donnée qui se révélera essentielle pour la suite de cette enquête.

Redevances versées à la Cité en échange des concessions

  • 18 Édités dans Langdon, 1991.
  • 19 L’année athénienne comptait 360 jours et était divisée en dix périodes administratives de 36 jours (...)
  • 20 Voir Flament, 2007b, pp. 72-80.
  • 21 Par ex. Démosthène, C. Panténètos (xxxvii), 22 ; C. Phénippos (xlii), 3 (les trois talents dont il (...)

9Les redevances versées à la Cité en échange des concessions peuvent être évaluées, dans leur ensemble, à quelque 180 talents par an. Ce chiffre a été obtenu en multipliant le nombre de concessions actives par la moyenne des sommes indiquées sur les stèles des Polètes18, interprétées comme étant des versements à acquitter lors de chaque prytanie19, seule solution à même, selon nous20, de concilier leur faible montant avec les sommes importantes mentionnées par les orateurs antiques (de l’ordre de 1,5 talent21).

  • 22 [Aristote], Constitution d’Athènes, XXII, 7.
  • 23 Hérodote, Histoires, VI, 47.
  • 24 Ibid., V, 17.

10À titre de comparaison, le ps.-Aristote indiquait que les mines du Laurion avaient rapporté 100 talents à Athènes à la fin des années 480 av. n. è.22, une époque où, si l’on se fie au témoignage des monnaies, la production minière étant encore bien loin d’avoir atteint le niveau qui sera le sien dans le troisième quart du ve s. Hérodote23 nous apprend également que les mines de Thasos livraient chaque année 160 talents et qu’une mine située près du lac Prasias24 ne rapportait pas moins d’un talent par jour au roi Alexandre Ier.

Location des esclaves

  • 25 Démosthène, C. Midias (xxi), 167.
  • 26 Ca 11 000 hommes pour Conophagos, 1980, p. 348 ; 30 000 pour Isager, Hansen, 1975, p. 43. Thucydid (...)
  • 27 Xénophon, Revenus, IV, 14.
  • 28 Nicias, le stratège malheureux de l’expédition de Sicile, aurait ainsi fait fortune en louant mill (...)
  • 29 Gauthier, 1976, p. 139.
  • 30 Picard, 2001, p. 5.
  • 31 C’est-à-dire le prix moyen d’un esclave : voir, entre autres, Gauthier, 1976, p. 140.
  • 32 Il s’agit sans doute ici du strict minimum : dans les comptes de construction d’Éleusis de 329/8, (...)

11Comme nous l’avons fait remarquer précédemment, étant donné la très brève durée des concessions, la plupart des entrepreneurs préféraient louer les équipements nécessaires à l’exploitation minière plutôt que d’en faire l’acquisition. Il en va ainsi de la main-d’œuvre servile, particulièrement importante25, bien qu’il soit malheureusement impossible d’en faire une estimation précise : les chiffres avancés par les Modernes oscillent entre 10 000 et 30 000 hommes26 ; nous avons retenu ici celui de 15 000. Grâce à Xénophon27, nous savons que le tarif de location habituel était d’une obole par jour et par esclave28. De plus, le preneur s’engageait également à maintenir l’effectif servile au complet, c’est-à-dire à remplacer les esclaves morts ou échappés29. Or, le travail dans les mines était particulièrement meurtrier, la durée de vie des ouvriers n’excédant pas quatre à cinq ans30. Il fallait donc, chaque année, en moyenne, environ 3 000 nouveaux individus pour maintenir un effectif constant de 15 000 hommes ; à raison de 2 mines par tête31, pas moins de 100 talents devaient y être consacrés. À ces dépenses s’ajoutaient encore les frais de nourriture que l’on fixera à 2 oboles quotidiennes par esclave32.

12Sur de telles bases, on peut estimer les dépenses liées à la location et à l’entretien de la population servile à quelque 550 talents par an.

Location des installations de traitement

  • 33 Un tel ergasterion se trouve au centre d’un célèbre procès de Démosthène : le C. Panténètos (xxxvi (...)
  • 34 Démosthène, C. Panténètos (xxxvii), 26.
  • 35 Aperghis, 1997-8, p. 3.
  • 36 Crosby, 1950, p. 194.
  • 37 Ibid., p. 195.

13Plusieurs types d’installations de surface étaient nécessaires au traitement du minerai : les fameux « ateliers » — désignés dans les stèles des Polètes et les discours des orateurs par le terme « ἐργαστήριον33 » —, les fours, eux aussi mentionnés dans les baux miniers, et sans doute également des moulins destinés à réduire le minerai en grains fins, qui correspondent peut-être au fameux κεγχρεών mentionné dans le C. Panténètos de Démosthène34. Or, la plupart de ces équipements devaient également être loués par les concessionnaires. Les statistiques réalisées à partir des données reprises dans les stèles des Polètes démontrent, en tout cas, que plusieurs concessionnaires devaient forcément utiliser les mêmes installations de traitement : on compte ainsi 294 concessions minières35, 83 ateliers de traitement36 et seulement 6 fours37. Il y avait donc proportionnellement plus de mines que d’installations de surface ; on relèvera également que le nombre de ces dernières installations semble se réduire à chaque étape de la chaîne opératoire.

  • 38 Ibid., 5.

14Nous ne pouvons malheureusement pas déterminer l’ordre de grandeur des prix demandés pour la location de telles installations ; le seul chiffre en notre possession provient du C. Panténètos et fait état d’un loyer de 105 drachmes par mois pour un atelier de traitement38. Toutefois, ce cas est bien trop particulier (l’atelier a en effet été constitué en gage dans le cadre d’une πρᾶσις ἐπὶ λύσει, c’est-à-dire d’une vente à réméré) pour qu’il puisse être tenu pour représentatif.

Frais divers

  • 39 Démosthène, C. Midias (xxi), 167.
  • 40 Démosthène, C. Phénippos (xlii), 7.
  • 41 Dans le C. Macartatos (xliii, 69), le plaideur précise également que l’exploitation du bois rappor (...)
  • 42 Hopper, 1953, p. 218.

15Aux différentes dépenses que nous venons de détailler s’ajoutent encore d’autres frais, liés notamment à l’outillage, à l’éclairage ou au bois utilisé pour la consolidation et le boisage des galeries39. L’achat de combustible pour les fours devait également constituer un poste de dépenses important : pour réaliser une seule drachme de 4,17 g, on estime en effet qu’il fallait 1 kg de charbon pour lequel 7 kg de bois étaient nécessaires. Or, le bois était un matériau relativement cher à Athènes : dans le C. Phénippos40, le plaideur explique que 6 ânes chargeant du bois sur la propriété de son adversaire lui rapportent chaque jour 12 drachmes41. Enfin, peut-être faut-il encore ajouter le loyer du terrain sur lequel se trouvait le puits de mine, car les baux miniers indiquent que le départ des galeries était le plus souvent situé sur des terrains privés42.

16Étant donné ces estimations (synthétisées dans le tableau 1) et en tenant compte du nombre de postes qui ne peuvent être raisonnablement évalués, fixer le seuil de rentabilité des mines à quelque 800 talents par an nous semble être une estimation tout à fait raisonnable, sans doute encore bien en dessous de la réalité.

Tableau 1. — Estimation des frais engendrés par l’exploitation minière

Types de dépenses Coût annuel
Redevances versées à la Cité (en interprétant les sommes enregistrées par les Polètes comme étant des versements à acquitter lors de chaque prytanie) c. 180 talents
Location et entretien de la population servile :
  • location de 15 000 esclaves à raison d’1 obole par jour
  • nourriture de 15 000 esclaves à raison de 2 oboles par jour
  • maintien de l’effectif (en estimant la durée de vie d’un esclave à 5 ans ; le prix d’un esclave à 2 mines)
  • c. 150 talents
  • c. 300 talents
  • c. 100 talents
Location des installations de traitement :
  • ἐργαστήριον
  • κεγχρεών
  • fours
impossible à évaluer
Frais divers :
  • outillage, éclairage, boisage des galeries
  • combustible pour les fours
  • éventuellement : location du terrain sur lequel se trouvait la concession
impossible à évaluer
Estimation du total au moins 750 talents

17La question — cruciale s’il en est — qui se pose alors est la suivante : comment, avec le produit de leur industrie — c’est-à-dire l’argent extrait du minerai — les entrepreneurs parvenaient-ils à couvrir les différents frais que nous venons de détailler, voire à réaliser des bénéfices ? En réalité, l’enjeu n’est autre, ici, que de déterminer les modalités de transformation de l’argent brut en monnaie.

  • 43 Soit les 800 talents qui constituent le seuil de rentabilité des mines, moins les quelque 180 tale (...)
  • 44 Flament, 2007a, pp. 61-120.

18Les redevances dues en échange des concessions ne posaient a priori pas trop de problèmes aux entrepreneurs, car elles pouvaient être acquittées en métal brut que la Cité aurait ensuite converti elle-même en monnaie. Toutefois, le métal dévolu à l’amortissement des autres frais devant être écoulé sur les marchés — notamment pour l’achat de la nourriture des esclaves et des autres fournitures —, il n’aurait normalement pas pu l’être en lingots, mais en monnaie. Pour les obtenir, les entrepreneurs pouvaient vendre une partie de leur argent brut — mais sous quelle forme ? — aux orfèvres et joailliers notamment, mais probablement pas tout : cela supposerait, en effet, des débouchés énormes, puisque c’est environ 600 talents43, au moins, qui devaient être écoulés chaque année aux périodes d’exploitation minière soutenue. De surcroît, en admettant ce principe de « commercialisation de l’argent », on exclut ipso facto la majeure partie de la production lauréotique du circuit monétaire puisque, dans un tel schéma, seules les redevances versées à la Cité auraient été converties en monnaie, soit 180 talents environ. Or, étant donné la masse monétaire produite au ve s. et le nombre important de graveurs de coin mis à contribution qu’atteste la diversité des styles représentés sur les monnaies44, un tel scénario paraît exclu : il faut admettre, au contraire, qu’une quantité de métal bien plus importante que les seules redevances versées à la cité passait par les coins, peut-être même la quasi-totalité.

  • 45 Le fait n’aurait rien en soi rien d’exceptionnel : on relève dans nos sources plusieurs exemples d (...)
  • 46 La date de ce document fait l’objet d’âpres débats entre les spécialistes : voir Flament, 2010, pp (...)

19Pour expliquer cette conversion massive du métal lauréotique en monnaies, nous ne voyons d’autre solution que d’admettre la possibilité pour les entrepreneurs miniers de porter leur production à l’atelier monétaire pour l’y faire monnayer45. La mise en parallèle de plusieurs documents épigraphiques laisse d’ailleurs entrevoir quelques modalités de cette conversion, à commencer par cet extrait du fameux décret IG I3 145346 imposant aux membres de la Ligue de Délos l’usage de la monnaie, des poids et des mesures des Athéniens :

  • 47 « [ἐν δὲ τῶ]ι ἀργυροκοπίωι τό ἀργύ[ριον …………15-20 …………….]/ […5 …] μὴ ἔλ]αττον ἢ ἥμυσυ καὶ α[……………… (...)

Dans l’atelier l’argent …
… pas moins de la moitié et …
… les cités versent ?
[un prélèvement de] ? drachmes à la mine47

  • 48 Formule similaire à celle qui figurait dans le préambule de la première stèle de l’aparchè (IG I³  (...)
  • 49 Flament, 2010, pp. 12-16.

20Les premiers mots indiquent clairement que ces dispositions concernaient des opérations devant se dérouler dans l’atelier monétaire ([ἐν δὲ τῶ]ι ἀργυροκοπίωι). Quant à la dernière ligne, elle ferait état du prélèvement d’un nombre indéterminé de drachmes par mine48. Pour saisir le véritable objet de cette retenue, il faut replacer l’information dans son contexte : malgré ses importantes lacunes, la section V du décret détaillait manifestement des dispositions réglant la conversion de pièces étrangères (sans doute versées par les alliés) en monnaies athéniennes49. Partant de là, on peut très facilement établir un parallèle avec les informations issues d’un des fameux comptes à apousia (ive s. av. n. è.) du corpus delphique :

  • 50 « v [Κεφ]α̣λ̣ὴ ὧν Δέξιος ἐλαβε˙ [ἀριθμ]ῶι τά[λα]ν[τα] [ἑ]κατ[ὸν]/ [εἴκο]σι δύο, μνᾶς εἴκοσι ἕ[ξ], (...)

Total du montant remis à Dexios : en nombre, 122 talents, 26 mines, 7 statères, 1 drachme.
De cela nous avons compté, en nombre, une perte de 16 talents, 47 mines, 1 statère, 9 oboles.
Il reste en amphictionique 105 talents, 39 mines, 5 statères, 9 oboles.
Salaire de Dexios le monnayeur […] 2 talents, 15 mines, 29 statères, 3 oboles. [- - -] en amphictionique, 1 talent, 50 mines, 5 statères50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Ce pourcentage correspond également, à peu près, aux frais de fabrication exigés pour la confectio (...)
  • 53 Comme autre exemple, l’orfèvre au statère d’or ouvré : voir Slater, 1991, pp. 277-280.
  • 54 IG II² 1675, l. 31 ; texte établi par Hellmann, 1999, n° 11. Comme l’a souligné Van Driessche, 200 (...)

21L’opération qu’implique ce document comporte en effet bien des similitudes avec celle que semble organiser la section V d’IG I³ 1453 : il s’agit de refondre d’anciennes monnaies pour en frapper de nouvelles. L’extrait du document delphien détaille, au final, le salaire (μισθός) alloué à Dexios, l’artisan chargé de frapper le nouveau monnayage amphictionique. Or, Ch. Doyen51 a bien démontré que les 2 talents, 15 mines, 29 statères, 3 oboles qui lui sont alloués correspondent très exactement à un salaire calculé à raison de 1,5 drachme ou 9 oboles à la mine livrée52. Étant donné l’identité de contexte, nous nous croyons autorisé à établir un parallèle avec la retenue de « X drachmes par mine » en IG I³ 1453 pour des opérations tout à fait similaires et à admettre, in fine, que cette clause détaillait les modalités de rétribution des monnayeurs chargés des opérations. Ce prélèvement à la mine correspondait donc, en définitive, aux coûts engendrés par la frappe monétaire. D’ailleurs, on calculait vraisemblablement de la sorte — c’est-à-dire à la mine — le coût de la façon d’autres objets en métal53, comme en atteste cet extrait d’IG II2 1675 (ive s. av. n. è.) se rapportant à la réalisation de goujons pour le porche du Télestérion d’Éleusis : « Ἐμισθώθη ἡ μνᾶ IIIII C)54 » (« La mine a été payée 5 ¾ oboles »).

22Par ailleurs, un autre document épigraphique indique clairement que les monnayeurs athéniens n’étaient pas rétribués sur les revenus de la Cité, mais disposaient effectivement de rentrées qui leur étaient propres. Dans la célèbre loi de Nicophon de 375/4 av. n. è., le législateur précise, en effet, que les ἀποδέκται (receveurs) supporteront le salaire du δοκίμαστής (testeur) uniquement durant l’année 375/4 et que, à l’avenir, ce dernier sera rétribué sur la caisse des ἀργυροκόποι (artisans monétaires) ; cette dernière était donc forcément distincte des revenus ordinaires de la Cité :

  • 55 « Τ[ὴν δὲ μ]-/ ισθοφορίαν εἶναι τῶι δοκιμαστῆι τῶι ἐν τῶι [ἐμπ]-/ ορίωι ἐπὶ μὲν Ἱπποδάμαντος ἄρχον (...)

Que la rétribution soit versée au testeur siégeant à l’emporion à partir du moment de sa désignation sous l’archontat d’Hippodamas. Que les apodektes lui allouent le même montant qu’au testeur siégeant dans la cité ; qu’il soit rétribué à l’avenir de la même source que le personnel de l’atelier55.

  • 56 Voir n. 47.

23Étant donné nos précédentes considérations, nous avons de bonnes raisons de penser que cette encaisse était alimentée par les frais de fabrication exigés des particuliers auxquels se réfère l’extrait d’IG I3 1453 reproduit ci-dessus56 qui imposait probablement aux alliés de suivre les mêmes modalités de conversion que celles prévues pour les Athéniens. Ces modalités sont d’ailleurs peut-être détaillées dans une autre inscription du ive s. av. n. è. : bien que malheureusement toujours inédite, les quelques extraits qui en ont été divulgués, tel celui reproduit ci-dessous, ne laissent planer aucun doute sur la nature de son contenu :

  • 57 « In order that private individuals get back the minted silver as quickly as possible, let the epi (...)

Afin que les particuliers reçoivent l’argent frappé aussi rapidement que possible, que les responsables obligent chaque jour les esclaves de l’atelier monétaire à travailler [--- lacune d’environ 45 à 55 lettres ---] jusqu’à ce que celui qui a apporté (l’argent ?) le reçoive en retour57.

  • 58 Pour une mise en parallèle beaucoup plus approfondie de ce document avec les réalités numismatique (...)

24La situation que nous avons reconstituée ici pour l’Athènes classique en évoque évidemment une autre, beaucoup plus proche de nous toutefois : il s’agit de celle organisée par la loi du 7 germinal 1803, en vertu de laquelle le Premier Consul Bonaparte instaurait le franc comme devise de la République, une monnaie qui, comme la monnaie grecque, se définit avant tout comme un poids de métal dont la composition est précisément règlementée58. Cette loi stipule, en effet, que l’on exigera uniquement des particuliers les frais de fabrication et d’essayage qui, exactement comme dans IG I3 1453, seront calculés au poids :

Art. 11 : Il ne pourra être exigé de ceux qui porteront les matières d’or ou d’argent à la monnaie, que les frais de fabrication. Ces frais sont fixés à 9 francs par kilogramme d’or, et trois francs par kilogramme d’argent.

  • 59 Deux textes semblent indiquer une plus-value de la monnaie sur l’argent brut : il s’agit des réfor (...)

25Les différents éléments passés en revue convergent donc vers la même conclusion : à Athènes, les entrepreneurs devaient avoir la possibilité de porter l’argent qu’ils avaient extrait des mines à l’atelier pour l’y faire monnayer et être ainsi en mesure d’acquitter les différentes dépenses qui leur incombaient. Ainsi, à Athènes, la fabrication du numéraire s’inscrirait directement dans le prolongement du processus d’affinage du minerai, ne constituant, en définitive, que le stade ultime de l’exploitation argentifère. Dans ces conditions, c’était les entrepreneurs qui supportaient les frais de fabrication de la monnaie, d’où le fait qu’il n’était pas nécessaire de la surévaluer par rapport au métal brut59.

26Si nous avons vu juste, les réserves métalliques d’un concessionnaire minier auraient dès lors dû se présenter, à Athènes, sous la forme de lots de monnaies homogènes, car prélevés directement à la sortie de l’atelier, c’est-à-dire des exemplaires en parfait état où les liaisons de coins seraient particulièrement nombreuses. Or, ce sont exactement là les caractéristiques que J. Bingen relevait pour un trésor découvert en 1969 (Inventory of Greek Coin Hoards n°134), à Thorikos précisément, l’un des districts miniers les plus célèbres du Laurion :

  • 60 Bingen, 1973, p. 10.

Dans le cas du trésor de Thorikos 1969, ces trois caractéristiques (proportions des « fleurs-de-coin », nombre de die-links, et homogénéité du style de la majorité des pièces) apparaissent avec une intensité que je ne connais pas pour d’autres ensembles de cette importance numérique, une intensité tellement exceptionnelle que, sur le plan de l’espace, le fait que Thorikos est en Attique ne suffit pas à l’expliquer60.

  • 61 Hypéride, Pour Euxénippe, 35-36.

Plusieurs conséquences importantes pour l’histoire monétaire athénienne découlent de cette clarification des relations unissant l’exploitation minière à la production monétaire. Tout d’abord, le montant défini précédemment comme seuil de rentabilité annuel pour l’industrie minière — soit 800 talents — doit également correspondre à l’estimation minimale des quantités d’argent produites au Laurion et, dès lors, en vertu du schéma que nous proposons ici, aux quantités minimales de monnaies frappées chaque année. Ainsi, en période d’intense exploitation minière, Athènes aurait frappé au minimum 800 talents, soit l’équivalent de quelque 1 200 000 tétradrachmes. Ce chiffre ne peut en effet être reçu que comme un minimum, car à cette somme s’ajoutait évidemment la part correspondant aux bénéfices réalisés par les entrepreneurs ; or, l’industrie minière avait la réputation d’être particulièrement lucrative. Si l’on veut se faire une idée, à la fois des capacités de production des mines lauréotiques et des bénéfices qui pouvaient en être tirés, un discours d’Hypéride61 signale qu’une concession avait rapporté, en trois ans, pas moins de 300 talents à ses exploitants !

  • 62 Flament, 2007b, pp. 77-80.

27D’autre part, l’intensité de la production monétaire aurait été, à Athènes du moins, principalement liée à celle de l’activité minière dont on peut retracer les grandes oscillations au ive s. av. n. è. grâce à l’évolution du nombre de concessions répertoriées sur les stèles des Polètes62. Dans ces conditions, comment ne pas mettre en relation la frappe des monnaies de style pi avec le pic que connut l’activité minière dans les années 340 ? On relèvera également que la cessation des activités minières au Laurion à la fin du ive s. sonna le glas de l’abondante production monétaire athénienne en argent, preuve supplémentaire, selon nous, des liens étroits qui unissaient exploitation minière et frappe monétaire.

  • 63 « Τοῦ ἀργυρίου ἀτίμου ποτὲ ἐσομένου » (Xénophon, Revenus, IV, 11).

28Par ailleurs — et plus fondamentalement —, dans le schéma que nous suggérons ici, l’initiative de battre monnaie reviendrait non pas aux autorités de la Cité, mais aux particuliers — principalement aux entrepreneurs miniers — pour les besoins de leurs activités. La Cité aurait dès lors tenu un rôle extrêmement réduit dans le processus monétaire, d’où le peu d’informations relatives au monnayage subsistant dans notre documentation. Les Athéniens avaient en effet apparemment pris le parti de laisser la production monétaire se réguler en fonction des impératifs des entrepreneurs miniers, sans doute guidés par le précepte que plus l’on frapperait d’argent, plus la collectivité en tirerait des bénéfices, persuadés que le métal blanc ne perdait jamais sa valeur, comme l’exprimait Xénophon dans ses Revenus63. D’ailleurs, on constate dans un passage du C. Timocrate de Démosthène — auquel on se réfère souvent pour illustrer le rapport νομός - νόμισμα — que les paroles prêtées à Solon relèguent formellement la monnaie dans la sphère privée ; ce sont en effet les lois et pas les pièces d’argent qui constituent le νόμισμα de la Cité :

  • 64 « Αὐτὸς ἡγεῖται ἀργύριον μὲν νόμισμ´ εἶναι τῶν ἰδίων συναλλαγμάτων εἱνεκα τοῖς ἰδιώταις εὑρημένον, (...)

Lui-même [Solon] considérait, d’un côté, que l’argent était la norme [νόμισμα] inventée par les particuliers en vue de leurs transactions et, de l’autre, que les lois étaient la norme de la Cité. Et, dès lors, il faut que les juges haïssent et punissent bien plus celui qui détériore et falsifie la norme qui est celle de la Cité que celui qui ferait de même avec celle des particuliers64.

  • 65 Voir à propos des monnaies fourrées : Kroll, 1996, pp. 139-146. Pour les monnaies d’or : Thompson, (...)

29Dans cet extrait, la comparaison prêtée à Solon ne peut revêtir de sens que si, contrairement aux lois (nomoi), la production monétaire ne dépendait pas d’un vote de l’Assemblée ou de quelque décision des autorités publiques que ce soit (dont, rappelons-le, nous n’avons aucune trace dans notre documentation), mais de paramètres liés à la sphère privée que nous avons proposé, dans cette étude, de lier directement à la rentabilité de l’industrie minière. D’ailleurs, les rares décisions de l’Assemblée qui ont directement trait à la monnaie et qui ont échappé aux ravages du temps laissent penser que c’est uniquement lorsque la situation se dégradait que la Cité intervenait : le « décret monétaire » (IG I³ 1453), la frappe de monnaies de fortune en or ou en cuivre à la fin du ve s.65 ou le décret de Nicophon en 375/4 sonnent bien davantage comme des solutions apportées à des problèmes ponctuels que comme les éléments d’une politique monétaire à long terme.

30Enfin, il convient également d’admettre que ce n’était pas les autorités de la Cité mais, une nouvelle fois, les entrepreneurs miniers qui mettaient en circulation la majeure partie des pièces nouvellement frappées, principalement en s’acquittant des dépenses liées aux différents frais qui leur incombaient. Or en détaillant précisément, comme nous l’avons fait, la nature de ces débours, on peut, par la même occasion, identifier les canaux empruntés par ces pièces nouvelles :

  • ainsi, les quelque 300 talents consacrés à la nourriture des esclaves miniers alimentaient, d’une manière ou d’une autre, le commerce frumentaire ;
  • 150 talents, environ, revenaient aux propriétaires des esclaves loués par les entrepreneurs ;
  • 100 autres talents alimentaient le marché des esclaves66 pour le maintien constant de l’effectif servile ;
  • les entrepreneurs conservaient également, en guise de bénéfices, un montant indéterminé de l’argent produit. Néanmoins, étant donné que, au ive s. av. n. è., environ un cinquième67 des concessionnaires appartenait à la classe des liturgistes68, on peut penser qu’une partie des pièces nouvellement frappées étaient utilisées pour les dépenses que leur imposait la Cité dans le cadre des liturgies, dans des proportions peut-être non négligeables, car les sommes impliquées pouvaient être relativement importantes : V. Gabrielsen69 estimait, en effet, que la triérarchie (la plus onéreuse des liturgies) représentait, au total, une dépense d’environ 60 talents par an, tandis que les débours liés aux célébrations devaient avoisiner, eux, 16-17 talents par an ;
  • enfin, 180 talents étaient versés à la Cité en échange de l’octroi des concessions minières. D’après nos estimations70, ces rentrées liées aux mines représentaient un peu moins de la moitié des revenus annuels d’Athènes, qui s’élevaient à quelque 400 talents dans les périodes les plus favorables. La Cité utilisait principalement ces ressources à l’entretien de citoyens officiant comme « fonctionnaires » ou jurés71, à l’amélioration ou à la rénovation des infrastructures urbaines72 et à la tenue des manifestations religieuses73. Les flux monétaires engendrés par la gestion financière de la Cité étaient donc principalement dirigés vers le marché athénien, conformément au principe de redistribution des προσόδοι qui, comme le soulignait R. Descat74, constituait le fondement de la gestion financière d’une cité.

31En définitive, le cas athénien illustre à merveille l’usage fructueux qui peut être fait des documents littéraires et épigraphiques pour éclairer les réalités tant numismatiques que minières. Nous nous devons cependant de souligner que le modèle complexe qui résulte de cette étude ne peut en aucun cas être transposé tel quel aux autres cités, tant le cas athénien fait figure d’exception : Athènes disposait en effet de mines d’argent sur son territoire, privilège dont l’écrasante majorité des autres cités grecques ayant un jour frappé monnaie ne pouvait se prévaloir. Tout l’enjeu consisterait bien évidemment à déterminer les modalités d’approvisionnement et de fonctionnement des ateliers monétaires de ces cités « ordinaires ».

Haut de page

Bibliographie

Aperghis, Gerassimos G. (1997-1998), « A Reassessment of the Laurion Mining Lease Records », Bulletin of the Institute of Classical Studies, 42, pp. 1-20.

Bingen, Jean (1973), « Le trésor monétaire de Thorikos 1969 », dans Herman Franck Mussche, Jean Bingen, Constantin E. Conophagos (éd.), Thorikos 1969. Rapport préliminaire sur la 6e campagne de fouilles, t. VI, Bruxelles, Comité des fouilles belges en Grèce, pp. 7-60.

Bissa, Erietta M. A. (2008), « Investment Patterns in the Laurion Mining Industry in the Fourth Century BCE », Historia, 57 (3), pp. 263-273.

Callataÿ, François de (2005), « La frappe libre a-t-elle existé dans l’Antiquité gréco-romaine ? », dans Carmen Alfaro, Carmen Marcos, Paloma Otero (éd.), Actas del XIII Congreso Internacional de Numismática (Madrid, 15-19 septiembre 2003), Madrid, Secretaría General Técnica, t. I, pp. 211-218.

Conophagos, Constantin E. (1980), Le Laurium antique et la technique grecque de la production de l’argent, Athènes.

Crosby, Margaret (1950), « The Lease of the Laureion Mines », Hesperia, 19, pp. 189-312.

Descat, Raymond (1995), « L’économie antique et la cité grecque. Un modèle en question », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 50 (5), pp. 961-989.

Descat, Raymond (2004), « L’économie », dans Pierre Brulé, Raymond Descat (dir.), Le monde grec aux temps classiques, t. II : Le ive siècle, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « La nouvelle Clio. L’histoire et ses problèmes », pp. 353-411.

Doyen, Charles (2011), « Le salaire de Dexios. Retour sur la frappe du nouvel amphictionique », Bulletin de Correspondance Hellénique, 135 (1), pp. 237-259.

Doyen, Charles (2013), « Du bimétallisme hellénistique au bimétallisme mondial », Revue générale, 149 (10), pp. 37-51.

Figueira, Thomas J. (1998), The Power of Money. Coinage and Politics in the Athenian Empire, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Flament, Christophe (2007a), Le monnayage en argent d’Athènes. De l’époque archaïque à l’époque hellénistique (c. 550–c. 40 av. J.-C.), Louvain-la-Neuve, Association de Numismatique Professeur Marcel Hoc, coll. « Études numismatiques » (1).

Flament, Christophe (2007b), Une économie monétarisée : Athènes à l’époque classique (440-338). Contribution à l’étude du phénomène monétaire en Grèce ancienne, Louvain – Namur – Paris – Dudley, Éditions Peeters – Société des Études classiques, coll. « Études classiques » (22).

Flament, Christophe (2010), Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs. Étude comparée des conditions de fabrication de la monnaie à Athènes, dans le Péloponnèse et dans le royaume de Macédoine à l’époque classique, Louvain-la-Neuve, Association de Numismatique Professeur Marcel Hoc, coll. « Études numismatiques » (3).

Flament, Christophe (2011), « Faut-il suivre les chouettes ? Réflexions sur la monnaie comme indicateur d’échanges à partir du cas athénien d’époque classique », dans Thomas Faucher, Marie-Christine Marcellesi, Olivier Picard (éd.), Nomisma : la circulation monétaire dans le monde grec. Actes du colloque international (Athènes, 14-17 avril 2010), supplément no 53 du Bulletin de Correspondance Hellénique, Athènes – Paris, École française d’Athènes – De Boccard, pp. 39-51.

Flament, Christophe (à paraître), « The Silver of the Owls. Assessment of analyses performed on Athenian silver coinage (vth-iiird century B.C.) », dans Mines, Metals and Money in Attica and the Ancient World, International Conference (Athènes, 20-22 avril 2015).

Gabrielsen, Vincent (1994), Financing the Athenian Fleet: Public Taxation and Social Relations, Baltimore – Londres, Johns Hopkins University Press.

Gauthier, Philippe (1976), Un commentaire historique des Poroi de Xénophon, Genève – Paris, Droz – Minard, coll. « Hautes Études du monde gréco-romain » (8).

Giovannini, Adalberto (1975), « Athenian Currency in the Late Fifth and Early Fourth Century B.C. », Greek Roman and Byzantin Studies, 16 (2), pp. 185-195.

Hanson, Victor D. (1992), « Thucydides and the Desertion of Attic Slaves during the Decelian War », Classical Antiquity, 33 (2), pp. 210-228.

Harrison, Alick Robin Walshem (1968), The Law of Athens, t. I : The Family and Property, Oxford, Clarendon Press.

Healy, John H. (1978), Mining and Metallurgy in the Greek and Roman World, Londres, Tames & Hudson, coll. « Aspects of Greek and Roman Life ».

Hellmann, Marie-Christine (1999), Choix d’inscriptions architecturales grecques traduites et commentées par Marie-Christine Hellmann, Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen.

Hopper, Robert John (1953), « The Attic Silver Mines in the Fourth Century B.C. », Annual of the British School at Athens, 48, pp. 200-254.

Howgego, Christopher (1990), « Why did Ancient States Strike Coins ? », Numismatic Chronicle, 150, pp. 1-25.

Isager, Signe, Hansen, Morgen Herman (1975), Aspects of Athenian Society in the Fourth Century B.C. A Historical Introduction to and Commentary on the Paragraphe-Speeches Against Dionysodorus in the Corpus Demosthenicum (XXXII-XXXVIII and LVI), Odense, Odense University Press.

Kroll, John H. (1996), « The Piraeus 1902 Hoard of Plated Drachms and Tetradrachms », dans Χαρακτήρ. Αφιέρωμα στη Μάντω Οικονομίδου, Athènes, pp. 139-146.

Kroll, John H. (2011), « The Reminting of Athenian Silver Coinage, 353 B.C. », Hesperia, 80 (2), pp. 229-259.

Langdon, Merle K. (1991), « Poletai Records », dans The Athenian Agora. Results of Excavations conducted by the American School of Classical Studies at Athens, vol. 19 : Inscriptions. Horoi, Poletai Records, Leases of Public Lands, Princeton, The American School of Classical Studies at Athens, pp. 55-143.

Meiggs, Russell, Lewis, David (1984), A Selection of Greek Historical Inscriptions to the End of the Fifth Century B.C. [éd. révisée], Oxford, Clarendon Press.

Mørkholm, Otto (1974), « A Coin of Artaxerxes III », Numismatic Chronicle, 7th Serie, 14, pp. 1-4.

Mørkholm, Otto (1982), « Some Reflections on the Production and Use of Coinage in Ancient Greece », Historia, 31, pp. 290-292.

Picard, Olivier (2000), « Le monnayage des cités grecques et la guerre », Revue Numismatique, 155, pp. 7-8.

Picard, Olivier (2001), « La découverte des gisements du Laurion et les débuts de la chouette », Revue Belge de Numismatique, 147, pp. 1-10.

Rathé, Jean-Guy (1997), « Le tétradrachme d’or du Parthénon », Cahiers des études anciennes, 33, pp. 149-159.

Rhodes, Peter John, Osborne, Robin (2003), Greek Historical Inscriptions 404-323 BC, Oxford, Oxford University Press.

Shipton, Kirsty M. W. (2000), Leasing and Lending. The Cash Economy in Fourth-Century BC Athens, Londres, Institute of Classical Studies, School of Advanced Study, supplément no 74 du Bulletin of the Institute of Classical Studies.

Slater, William J. (1991), « Making Crowns for the “Sarapieia” », Revue Archéologique, 2, pp. 277-280.

Thompson, Wesley E. (1966), « The Functions of the Emergency Coinages of the Peloponnesian War », Mnemosyne, 19 (4), pp. 337-343.

Van Driessche, Véronique (1999), « Les anachronismes des textes relatifs aux réformes pondérales et monétaires de Solon », Revue des Archéologues et Historiens d’Art de Louvain, 32, pp. 87-90.

Van Driessche, Véronique (2009), Des étalons pré-monétaires au monnayage en bronze, Louvain-la-Neuve, Association de Numismatique Professeur Marcel Hoc, coll. « Études de métrologie grecque » (1).

Vanhove, Denis (1996), « Aristote et les mines du Laurion. À propos de la Constitution d’Athènes XLVII.2 », L’Antiquité Classique, 65, pp. 243-249.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution est issue du texte d’une communication présentée à Toulouse le 27 mai 2015, dans le cadre de la Journée « Métal » organisée par le laboratoire Traces et intitulée « L’argent sous toutes ses formes aux temps anciens ». Howgego, 1990, pp. 1-25.

2 Comme le constatait Picard, 2000, pp. 7-8.

3 Thucydide, Guerre du Péloponnèse, I, 118, 3.

4 Inscriptiones Graecae (IG) I3 363, l. 19. Voir à ce propos Flament, 2007b, pp. 123-124.

5 Ibid., pp. 137-189.

6 À peine remise de la défaite de 404 et de la guerre civile qui s’ensuivit, la cité s’engagea dans la guerre dite « corinthienne » de 395 à 386 ; elle reprit ensuite les armes pratiquement sans interruption de 378 à 346.

7 Voir, entre autres, Mørkholm, 1974, p. 3, ainsi que Giovannini, 1975, p. 194.

8 Nous pensons en effet, à l’instar de Descat, 2004, p. 394, qu’il faut rattacher l’essentiel de la production du style pi au pic de l’exploitation minière de l’époque d’Eubule ; voir infra, p. 000.

9 Howgego, 1990, p. 2, n. 3, estime qu’il s’agissait probablement d’un certain Polyclète.

10 « Τὸ δὲ νόμισμα τὸ πρὸς τὰς χρείας ἀκροῦν ἱκανὸν εἶναι, κόπτειν δὲ πάλιν τὸ τοῖς ἀναλώμασι σύμμετρον » (Strabon, Géographie, XV, 3, 21). Sauf mention contraire, les traductions sont de l’auteur.

11 Voir le bilan sur les résultats de ces analyses dans Flament, à paraître.

12 « Πρῶτα μὲν γάρ, οὗ μάλιστα πᾶς κριτὴς ἐφίεται, γλαῦκες ὑμᾶς οὔποτ’ ἐπιλείψουσι Λαυρειωτικαί· ἀλλ’ ἐνοικήσουσιν ἔνδον, ἔν τε τοῖς βαλλαντίοις ἐννεοττεύσουσι κἀκλέψουσι μικρὰ κέρματα » (« Tout d’abord, chose principalement désirée par tout juge, les chouettes du Laurion ne vous feront jamais défaut, mais elles habiteront dans votre intérieur, elles nicheront dans vos bourses et y feront éclore de menues pièces », Aristophane, Les Oiseaux, 1105-1108, trad. de V. Coulon et H. Van Daele).

13 Le papyrus est ici endommagé et l’on ne déchiffre qu’avec peine la durée de concession des συγκεχωρημένα (dont la nature fait par ailleurs débat), les savants hésitant généralement entre dix (ι) ou trois ans (γ) ans ; voir à ce propos Vanhove, 1996, p. 243.

14 «  Ἔπειθ’ οἱ πωληταὶ ί μέν εἰσι, κληροῦται δ’ εἷς ἐκ τῆς φυλῆς. Μισθοῦσι δὲ τὰ μισθώματα πάντα, καὶ τὰ μέταλλα πωλοῦσι καὶ τὰ τέλη μετὰ τοῦ ταμίου τῶν στρατιωτικῶν καὶ τῶν ἐπὶ τὸ θεωρικὸν ᾑρημένων ἐναντίον τῆς [βουλῆς]˙ καὶ κυροῦσιν, ὅτῳ ἂν ἡ βουλὴ χειροτονήσῃ, καὶ τὰ πραθέντα μέταλλα τά τ’ ἐργάσιμα τὰ εἰς τρία ἔτη πεπραμένα καὶ τὰ συγκεχωρημένα τὰ εἰς [ί] ἔτη πεπραμένα. » ([Aristote], Constitution d’Athènes, XLVII, 2).

15 C’est là la procédure que suggère Hopper, 1953, p. 235. C’était effectivement la procédure normale pour l’affermage des taxes et la vente des propriétés confisquées que mentionne le ps.-Aristote dans le chapitre de sa Constitution d’Athènes (chap. xlvii) où il traite également de l’adjudication des mines.

16 Principe admis depuis Hopper, 1953, pp. 200-209. On trouvera également un résumé de ces discussions dans Harrison, 1968, Appendix D, p. 316, ainsi que dans Healy, 1978, pp. 103-105.

17 Qu’il est particulièrement délicat d’établir : voir à ce propos Flament, 2007b, pp. 69-77.

18 Édités dans Langdon, 1991.

19 L’année athénienne comptait 360 jours et était divisée en dix périodes administratives de 36 jours chacune, appelées prytanies.

20 Voir Flament, 2007b, pp. 72-80.

21 Par ex. Démosthène, C. Panténètos (xxxvii), 22 ; C. Phénippos (xlii), 3 (les trois talents dont il est question dans ce dernier discours correspondent sans doute au doublement de la somme d’1,5 talent dont le plaideur n’avait pas pu s’acquitter à temps).

22 [Aristote], Constitution d’Athènes, XXII, 7.

23 Hérodote, Histoires, VI, 47.

24 Ibid., V, 17.

25 Démosthène, C. Midias (xxi), 167.

26 Ca 11 000 hommes pour Conophagos, 1980, p. 348 ; 30 000 pour Isager, Hansen, 1975, p. 43. Thucydide (Guerre du Péloponnèse, VII, 27, 3-5) évoque la fuite de 20 000 esclaves à la fin de la guerre du Péloponnèse, mais tous ne travaillaient sans doute pas dans les mines : voir à ce propos Hanson, 1992, pp. 210-228. Certains fugitifs auraient été accueillis par les Thébains : voir Helléniques d’Oxyrhynque XVIII (XII), 3-5. Dans ses Revenus, Xénophon prévoyait que la cité achète 10 000 esclaves qui seraient ensuite loués aux concessionnaires miniers.

27 Xénophon, Revenus, IV, 14.

28 Nicias, le stratège malheureux de l’expédition de Sicile, aurait ainsi fait fortune en louant mille esclaves : Plutarque, Nicias, IV, 2.

29 Gauthier, 1976, p. 139.

30 Picard, 2001, p. 5.

31 C’est-à-dire le prix moyen d’un esclave : voir, entre autres, Gauthier, 1976, p. 140.

32 Il s’agit sans doute ici du strict minimum : dans les comptes de construction d’Éleusis de 329/8, les esclaves publics employés sur le chantier recevaient chaque jour une allocation de 3 oboles (Ibid., p. 31).

33 Un tel ergasterion se trouve au centre d’un célèbre procès de Démosthène : le C. Panténètos (xxxvii).

34 Démosthène, C. Panténètos (xxxvii), 26.

35 Aperghis, 1997-8, p. 3.

36 Crosby, 1950, p. 194.

37 Ibid., p. 195.

38 Ibid., 5.

39 Démosthène, C. Midias (xxi), 167.

40 Démosthène, C. Phénippos (xlii), 7.

41 Dans le C. Macartatos (xliii, 69), le plaideur précise également que l’exploitation du bois rapportait beaucoup. On trouvera quelques exemples de prix dans IG I3 386, lignes 99-101 et 387, lignes 109-111 ; IG IV2, 1 108, ligne 162 ; 109 II, lignes 144 et 159, et 109 III, ligne 20. Prix du transport à la charge : IG IV2, 1 109 II, lignes 98-99, 106-107 et 158.

42 Hopper, 1953, p. 218.

43 Soit les 800 talents qui constituent le seuil de rentabilité des mines, moins les quelque 180 talents des redevances versées à la Cité (voir plus haut).

44 Flament, 2007a, pp. 61-120.

45 Le fait n’aurait rien en soi rien d’exceptionnel : on relève dans nos sources plusieurs exemples d’une telle pratique dans d’autres cités : Howgego, 1990, pp. 33-34. Contra : Callataÿ, 2005.

46 La date de ce document fait l’objet d’âpres débats entre les spécialistes : voir Flament, 2010, pp. 12-16.

47 « [ἐν δὲ τῶ]ι ἀργυροκοπίωι τό ἀργύ[ριον …………15-20 …………….]/ […5 …] μὴ ἔλ]αττον ἢ ἥμυσυ καὶ α[…………………29…………………]/ […5 …]ι αἱ πόλεις πραττ[[…………………28………………]/ δραχμὰς ἀπὸ τῆς μν[ᾶς [……………23……………] » (IG I³ 1453, section V, ll. 1-4, texte établi par Figueira, 1998, p. 353).

48 Formule similaire à celle qui figurait dans le préambule de la première stèle de l’aparchè (IG I³ 259). Les savants restituent généralement [πέντε] δραχμὰς ἀπὸ μν[ᾶς en se référant à un passage du ps.-Aristote (Constitution d’Athènes, X, 5 ; voir par exemple Mørkholm, pp. 290-292), mais Meiggs, Lewis, 1984, p. 113, préféraient néanmoins suppléer la somme de 3 drachmes. Voir encore Figueira, 1998, p. 360.

49 Flament, 2010, pp. 12-16.

50 « v [Κεφ]α̣λ̣ὴ ὧν Δέξιος ἐλαβε˙ [ἀριθμ]ῶι τά[λα]ν[τα] [ἑ]κατ[ὸν]/ [εἴκο]σι δύο, μνᾶς εἴκοσι ἕ[ξ], στατῆρας ἑ[πτὰ δραχμήν]./ v Τούτων ἀπουσίαν ἀπελο̣[γ]ι[σ]ά[μ]ε[θ]α ἀρι[θμῶι τά]λ̣α[ν]τ[α]/ [δ]έκα ἕξ, μνᾶς τεσσαράκοντα [ἑπ]τά, [σ]τατῆρ[α ὀβολοὺς ἐννέα]./ v Ἐλείφθη ἀμφικτυονικο[ῦ τ]άλα[ντα ἑκατὸν πέντε],/ μ[ν]αῖ τριάκοντα ἐννέα, σ[τατῆρες πέντε, ὀβολοὶ ἐννέα]./ [Μ]ισ̣θὸς Δεξίωι τῶι [ἀ]ργυρ[οκόπω]ι [16 lettres]/ [τ]άλαντα δύο, μ[ν]αῖ δέκ[α] πέ[ντε, σ]τατῆρες εἰκο[σ]ι ἐ̣[ν]ν̣[έα], / [ὀ]βολοὶ τρεῖς. v K..4..E.I...ΛΡΕ.....9.... ΕΞ̣[- ?]/ [.]Α̣ ἀμφικτ[υ]ο̣[ν]ι[κ]ο̣[ῦ τ]ἀ[λαντον, μναῖ π]ε[ντ]ήκοντα, [στ]α-/ [τ]ῆρες πἐντε. » (CD II n° 75, col. I ; nous avons adopté le texte tel que proposé dans Doyen, 2011, p. 244).

51 Ibid.

52 Ce pourcentage correspond également, à peu près, aux frais de fabrication exigés pour la confection de couronnes en or vers le milieu du ive s. (2,5 %). Voir, à propos de IG II² 1496, lignes 52-61, l’étude de Rathé, 1997, p. 155.

53 Comme autre exemple, l’orfèvre au statère d’or ouvré : voir Slater, 1991, pp. 277-280.

54 IG II² 1675, l. 31 ; texte établi par Hellmann, 1999, n° 11. Comme l’a souligné Van Driessche, 2009, pp. 87-88, le verbe μισθόω indique bien qu’il s’agit du salaire de l’artisan pour la fabrication des objets. Dans d’autres cas, le coût du travail était calculé non pas au poids, mais au métrage, voir IG VII 4255, l. 36 (Hellmann, 1999, n° 16).

55 « Τ[ὴν δὲ μ]-/ ισθοφορίαν εἶναι τῶι δοκιμαστῆι τῶι ἐν τῶι [ἐμπ]-/ ορίωι ἐπὶ μὲν Ἱπποδάμαντος ἄρχοντος ἀφ’ οὗ̣ [ἂν κα]-/ τασταθῆι, μεριζόντων οἱ <ἀ>ποδέκται ὅσομπερ τ̣[ῶι]/ ἐν ἄστει δοκιμαστῆι, ἐς δὲ τὸν λοιπὸγ χρόν[ον ἐνα]-/ ι αὐτῶι τὴμ μισθοφορίαν ὅθεμπερ τοῖς ἀργυ[ροκό]-/ ποις. » (Rhodes, Osborne, 2003, n° 25, lignes 49-55).

56 Voir n. 47.

57 « In order that private individuals get back the minted silver as quickly as possible, let the epistatai compel the slaves in the mint every day to do the work [--- gap of ca. 45-55 letter spaces, with many traces of letters ---], until those who brought in (the silver[?]) receive it back », cité par Kroll, 2011, p. 239.

58 Pour une mise en parallèle beaucoup plus approfondie de ce document avec les réalités numismatiques antiques, voir Doyen, 2013.

59 Deux textes semblent indiquer une plus-value de la monnaie sur l’argent brut : il s’agit des réformes des poids et mesures attribuées à Solon (voir notamment [Aristote], Constitution d’Athènes, X) et la clause V d’IG I³ 1453 examinée ci-dessus. Van Driessche, 1999, pp. 87-90, a démontré, pour le premier témoignage, qu’il s’agit d’une interprétation anachronique ; quant à la clause d’IG I³ 1453, nous avons vu qu’il fallait plutôt l’interpréter comme détaillant les modalités de rétribution des monnayeurs. D’autres indications semblent, en revanche, exclure une telle plus-value de l’argent monnayé, comme la remarque de Xénophon à propos de la côte avantageuse dont bénéficiaient les monnaies athéniennes à l’étranger dans ses Revenus (III, 1). Cette remarque peut difficilement se comprendre si la monnaie était surévaluée à Athènes : en effet, dès leur sortie du territoire, les pièces auraient perdu 3 à 5 % de leur valeur, une mauvaise opération pour les commerçants, contrairement à ce que disait Xénophon. De plus, il faudrait admettre que, malgré ce premier handicap, les monnaies athéniennes faisaient quand même prime sur les marchés étrangers, ce qui paraît très peu vraisemblable.

60 Bingen, 1973, p. 10.

61 Hypéride, Pour Euxénippe, 35-36.

62 Flament, 2007b, pp. 77-80.

63 « Τοῦ ἀργυρίου ἀτίμου ποτὲ ἐσομένου » (Xénophon, Revenus, IV, 11).

64 « Αὐτὸς ἡγεῖται ἀργύριον μὲν νόμισμ´ εἶναι τῶν ἰδίων συναλλαγμάτων εἱνεκα τοῖς ἰδιώταις εὑρημένον, τοὺς δὲ νόμους ἡγοῖτο νόμισμα τῆς πόλεως εἶναι. Δεῖν δὴ τοὺς δικαστὰς πολλῷ μᾶλλον, εἰ τις ὁ τῆς πόλεώς ἐστι νόμισμα, τοῦτο διαφθείρει καὶ παράσημον εἰσφέρει, μισεῖν καὶ κολάζειν, ἠ εἰ τις ἐκεῖν´ ὁ τῶν ἰδιωτῶν ἐστιν. » (Démosthène, C. Timocrate [xxiv], 213).

65 Voir à propos des monnaies fourrées : Kroll, 1996, pp. 139-146. Pour les monnaies d’or : Thompson, 1966, pp. 337-343.

66 Sur le marché des esclaves à Athènes, voir Harpocration et Hésychius, s. v. « κύκλος » ; Pollux, Onomastikon, III, 78, et VII, 11. Une taxe était prélevée sur ce commerce : voir Xénophon, Revenus, IV, 25.

67 Shipton, 2000, pp. 31-37.

68 Mais il est possible que leur nombre ait été plus important : voir Bissa, 2008, p. 266.

69 Gabrielsen, 1994.

70 Flament, 2007b, pp. 31-64.

71 Voir à ce propos l’extrait célèbre de la Constitution d’Athènes (chap. xxiv), où le ps.-Aristote explique que pas moins de 20 000 personnes (chiffre sans doute très largement exagéré) vivaient aux dépens de l’État.

72 Le pseudo-Xénophon (Constitution des Athéniens, II, 10) rapporte, en effet, que la Cité devait veiller à la construction et à l’entretien de bâtiments publics.

73 Même si une partie des frais était supportée par les citoyens sous la forme de liturgies, les fêtes émaillant le calendrier athénien coûtaient cher à la collectivité. Ainsi, pas moins de 9 talents avaient été empruntés en 414 aux trésoriers d’Athéna pour la tenue des Grandes Panathénées : voir IG I³ 370, lignes 66-68.

74 Descat, 1995, p. 978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Flament, « Les monnaies athéniennes aux ve-ive siècles av. n. è., des mines du Laurion au marché de la Cité »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-1 | 2018, 195-213.

Référence électronique

Christophe Flament, « Les monnaies athéniennes aux ve-ive siècles av. n. è., des mines du Laurion au marché de la Cité », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-1 | 2018, mis en ligne le 16 avril 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8289 ; DOI : 10.4000/mcv.8289

Haut de page

Auteur

Christophe Flament

Université de Namur

Haut de page

Droits d’auteur

© Casa de Velázquez

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals