Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Tiempos y temporalidades en Historia

L’histoire du temps présent : une histoire comme les autres ?

Patrick Garcia

Texte intégral

  • 1 Marrou, Henri-Irénée (1954), De la connaissance historique, Paris, Le Seuil.

1À l’orée des années 1980, l’histoire contemporaine en France est largement délégitimée dans l’université française. Elle a subi de plein fouet les attaques d’une histoire économique et sociale inscrite dans la longue durée jusqu’à être considérée comme « l’écume » de l’histoire (selon l’expression de Fernand Braudel), une histoire événementielle tissée de l’illusion des acteurs de faire leur propre histoire. Pour la redynamiser, le CNRS décide en 1978 de dissoudre le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, dont il considère la tâche achevée, pour lui substituer un institut dédié à l’étude du « contemporain ». Celui-ci, placé sous la direction de François Bédarida, prend le nom d’Institut d’histoire du temps présent. Cette dénomination tient à un concours de circonstances. Un institut d’histoire moderne et contemporaine vient lui aussi d’être créé — il fallait donc distinguer l’un de l’autre. Mais la notion de temps présent s’enracine aussi dans la culture de son premier directeur, ancien résistant de la mouvance Témoignage chrétien, lecteur d’Henri-Irénée Marrou qui définissait l’opération historiographique comme un rapport entre présent et passé — thèse du présentisme épistémologique1 — et accordait une grande importance, sur les traces d’Augustin dont il est l’historien, à la notion de présence. Dès lors, s’engage une lutte pour la légitimation de l’histoire du temps présent — c’est-à-dire à la fois sa normalisation historiographique — une histoire comme les autres — et son établissement comme période légitime — une histoire spécifique.

  • 2 Lagrou, Pieter (2003), « L’histoire du temps présent en Europe depuis 1945, ou comment se constitu (...)
  • 3 Lire par exemple : Capdevila, Luc, Langue, Frédérique (dir.) [2009], Entre mémoire collective et h (...)

2Si ce contexte institutionnel est particulier à la France, le développement de l’histoire du temps présent participe d’un contexte historiographique plus général que l’on peut décomposer en deux phases. La première est contemporaine de la création du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, il s’agit alors aux Pays-Bas (1945), en RFA (1950), en Italie (1949, 1967 pour la reconnaissance officielle), en Autriche (1963-1983) et enfin en Belgique (1970) de faire l’histoire de cette guerre et singulièrement, pour la plupart de ces pays, de la Résistance2. Une seconde phase se déroule dans les années 1980-2000, plus particulièrement en Europe du sud et en Amérique latine, où cette fois la notion de temps présent est clairement avancée, souvent en référence explicite aux travaux produits dans le cadre de l’Institut d’histoire du temps présent. Il s’agit alors prioritairement, dans le double cadre des processus de transition démocratique mais aussi d’exigences de mémoire croissantes en réaction aux amnisties qui entravent le jugement des auteurs des actes criminels commis par ces régimes3, de faire l’histoire des périodes dictatoriales qui viennent de s’achever.

Le « retournement des stigmates » : l’épistémologie comme arme de légitimation

  • 4 Institut d’histoire du temps présent (1993), Écrire l’histoire du temps présent. En hommage à Fran (...)

3L’argumentaire de cette légitimation institutionnelle et épistémologique développé en France est bien connu et procède d’un « retournement des stigmates ». L’absence de recul chronologique opposée à l’histoire du temps présent comme un handicap insurmontable est neutralisée par l’accent mis sur le recul méthodologique, seule distance efficiente pour le travail de l’historien, quelle que soit la période étudiée. La non-accessibilité de certaines archives du passé récent est compensée par l’abondance des sources de substitution — dont font partie les « archives orales » provoquées par le chercheur. L’IHTP capitalise ainsi l’essor récent de l’histoire orale tout en promouvant dans un pas de côté la notion de « sources orales d’histoire » qui engage de la part du chercheur la même distance critique que le traitement des autres sources. Enfin, « l’ignorance du lendemain » et le travail sur des processus non « clos » deviennent des atouts car ils permettent de se défaire de « l’illusion rétrospective de la fatalité » en favorisant une plus grande attention au « champ des possibles » des situations historiques, ce que Paul Ricœur traduit par le mot d’ordre de « défataliser l’histoire4 ».

  • 5 Ibid.

4Ces contre-arguments plaident donc plutôt pour faire de l’histoire du temps présent une « histoire comme les autres », c’est-à-dire aussi légitime que celle des autres périodes, voire une histoire modèle dont tous les historiens devraient s’inspirer. En 1992, René Rémond annonce : « Je ne reviens pas sur les raisons qui légitiment notre histoire du temps présent. La bataille est gagnée5 ».

5Reste à définir ce qu’est le temps présent en tant que période. Alors que la définition traditionnelle des périodes historiques repose sur un événement charnière, celle qu’élaborent les historiens réunis à l’IHTP s’appuie sur une spécificité indéniable : celle de pouvoir solliciter des témoins. Dans l’acception alors retenue, l’histoire du temps présent

  • 6 Peschanski, Denis, Pollack, Michael, Rousso, Henry (1991), « Introduction » du dossier Histoire po (...)

couvre une séquence historique marquée par deux balises mobiles. En amont, cette séquence remonte jusqu’aux limites de la durée d’une vie humaine, soit un champ marqué d’abord et avant tout par la présence de « témoins » vivants, trace la plus visible d’une histoire encore en devenir […]. En aval, cette séquence est délimitée par la frontière, souvent délicate à situer, entre le moment présent — « l’actualité » — et l’instant passé6.

6Bien sûr, cette définition n’implique nullement que le recours aux témoins soit indispensable — il est simplement possible — mais il s’agit bien d’un trait singulier de cette histoire, puisque l’historien peut être confronté aux réactions et commentaires des acteurs de l’histoire qu’il étudie.

Une histoire portée par la « marée mémorielle » (Pierre Nora)

  • 7 Delacroix, Christian (2004), « Demande sociale et histoire du temps présent : une normalisation ép (...)

7Pour la direction du CNRS, l’IHTP devait d’abord promouvoir la recherche sur la période postérieure à 1945. Pourtant, dès sa création, c’est autour du traitement de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale que la notion d’histoire du temps présent s’affirme. À ce titre, en France comme ailleurs, le développement de l’histoire du temps présent est lié à la gestion des passés traumatiques, ces « passés qui ne passent pas » (Henry Rousso). La montée en puissance de la mémoire à la fois dans l’historiographie et dans la société avec, pour corollaire, celle des « porteurs de mémoire » et les revendications mémorielles invite les historiens à revisiter la question de leur fonction sociale. Celle-ci se thématise rapidement dans le langage des historiens du temps présent français sous le vocable de « demande sociale7 ».

  • 8 Bédarida, François (1998), « L’historien régisseur du temps ? Savoir et responsabilité », Revue hi (...)

8En 1982-1983, le séminaire de François Bédarida est consacré à « l’histoire du temps présent et ses usages : recherche fondamentale et histoire appliquée ». Il en ressort la volonté d’assumer pleinement cette dimension de l’activité scientifique tout en campant sur l’idée, de plus en plus fortement affirmée au fil des années, que « bien avant d’être la réplique à une attente du public », l’histoire « répond d’abord et avant tout à une nécessité de la connaissance8 ». Henry Rousso, qui prend la tête de l’Institut en 1994, insiste plus encore sur cette dimension et refuse d’assumer le « rôle d’historiens thaumaturges capables de soigner une crise d’identité ou de légitimité, individuelle, sociale ou nationale ». Cette position, rendue nécessaire par la multiplication des procès et la judiciarisation de l’histoire, enregistre l’existence d’une demande sociale tout en ne s’y soumettant pas. Il résulte de cette posture qui accepte la convocation dans l’espace public, mais selon des modalités propres, un trait commun aux historiographies qui vont se développer sous ce label particulièrement en Europe du sud et en Amérique latine.

Une histoire banalisée ?

  • 9 Lagrou, 2003, op. cit.
  • 10 Prost, Antoine (2006-2007), « L’histoire du temps présent : une histoire comme les autres », dans (...)
  • 11 Droit, Emmanuel, Reichherzer, Franz (2013), « La fin de l’histoire du temps présent telle que nous (...)

9Dès 2003, Pieter Lagrou avance l’idée d’une « banalisation » de l’histoire du temps présent9. Quelques années plus tard, Antoine Prost conteste la revendication d’un statut épistémologique particulier pour l’histoire du temps présent qu’il qualifie « d’histoire comme les autres10 » en la réduisant à une initiative utile le temps de réhabiliter l’étude historique du passé proche. Plus récemment, Emmanuel Droit et Franz Reichherzer, plaident pour l’abandon de l’histoire du temps présent comme champ historiographique singulier et pour son « remplacement » par une « histoire-science sociale » du présent11. De même, des appellations concurrentes tentent de s’imposer : « histoire immédiate » (Jean-François Soulet), « histoire du très contemporain » (Pierre Laborie), tandis que les universités intègrent pleinement à leurs cursus des cours relevant de cette période qui devient objet de masters et de thèses. La « levée d’écrou historiographique » ayant eu lieu, la notion perdrait-elle de son intérêt ?

  • 12 Rousso, Henry (2015), « Un voyage au Rwanda », À la recherche du temps présent, [en ligne], <http: (...)

10Remarquons tout d’abord qu’une partie de ces remises en cause n’est pas sans lien avec le positionnement de l’IHTP tant à l’égard de l’acceptation de la demande sociale et de la pratique de l’expertise que vis-à-vis des témoins, et particulièrement des « grands témoins » (les résistants) face auxquels Henry Rousso plaide pour «  une mise à distance critique non seulement des témoignages mais des témoins […], [précisant qu’il faut] résister à cette “idéologie du témoignage” qui va souvent de pair avec une victimisation à outrance12 ». Mais les affrontements autour du label histoire du temps présent ne sont pas seulement liés à des données institutionnelles — affirmer sa spécificité au regard d’une institution parisienne — ou idéologique — le rapport aux « grands témoins » —, ils tiennent aussi à l’instabilité de la notion elle-même.

  • 13 Hartog, François (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seu (...)
  • 14 Rousso, Henry (2012), La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gal (...)

11En effet, la définition méthodologique — la présence de témoins vivants — montre vite ses limites : il n’est pas besoin de témoins vivants ni pour faire cette histoire (on peut l’écrire sans y recourir) ni pour que se lèvent des revendications mémorielles (elles peuvent concerner des périodes dont les acteurs sont décédés, parfois depuis longtemps). À partir de ce constat, l’histoire du temps présent n’est-elle pas l’histoire d’un moment — notre présent — qui comporte des caractéristiques singulières ? C’est vers cette définition ontologique qui lie histoire du temps présent et « présentisme » au sens de François Hartog13 qu’a, par exemple, évolué Henry Rousso14. Dès lors, la spécificité de l’histoire du temps présent n’est plus tant épistémologique — même si le fait que l’historien du temps présent plus que tout autre soit « sous surveillance » (Robert Frank) d’acteurs vivants n’est rien moins qu’anodin — que dans la nature même du rapport social au temps qui caractérise le présent que nous vivons.

12Enfin, l’idée de « banalisation » me semble d’une certaine façon très située. Si on change d’échelle géographique, force est de constater que l’écriture de l’histoire des passés proches demeure, comme celle d’autres périodes mais souvent plus que celle-ci, un terrain très conflictuel où les initiatives des États se multiplient et pas seulement pour favoriser la recherche… La dite « banalisation » de l’histoire du temps présent — hors même des questions épistémologiques que nous avons posées et qui plaident en faveur de la défense de sa spécificité — se heurte au temps arrêté des amnisties qui a laissé les traumatismes vivaces et aux entreprises d’écriture d’histoires officielles qui tendent à réhabiliter les régimes dictatoriaux dont on peut voir de nombreux exemples, de l’Amérique latine à la Russie. Pour toutes ces raisons, l’histoire du temps présent demeure donc une histoire singulière et une catégorie de l’intelligence historienne à préserver.

Haut de page

Notes

1 Marrou, Henri-Irénée (1954), De la connaissance historique, Paris, Le Seuil.

2 Lagrou, Pieter (2003), « L’histoire du temps présent en Europe depuis 1945, ou comment se constitue et se développe un nouveau champ disciplinaire », La revue pour l’histoire du CNRS, 9, pp. 4-15.

3 Lire par exemple : Capdevila, Luc, Langue, Frédérique (dir.) [2009], Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, PUR.

4 Institut d’histoire du temps présent (1993), Écrire l’histoire du temps présent. En hommage à François Bédarida, Paris, CNRS Éditions.

5 Ibid.

6 Peschanski, Denis, Pollack, Michael, Rousso, Henry (1991), « Introduction » du dossier Histoire politique et sciences sociales, Cahiers de l’IHTP, 18.

7 Delacroix, Christian (2004), « Demande sociale et histoire du temps présent : une normalisation épistémologique ? », dans L’opération épistémologique. Réfléchir les sciences sociales, dossier du n84/85/86 de EspacesTemps, pp. 106-119.

8 Bédarida, François (1998), « L’historien régisseur du temps ? Savoir et responsabilité », Revue historique, janvier-mars, pp. 22-23.

9 Lagrou, 2003, op. cit.

10 Prost, Antoine (2006-2007), « L’histoire du temps présent : une histoire comme les autres », dans Bilan et perspectives de l’histoire immédiate, dossier du n30-31 de Cahiers d’histoire immédiate, pp. 21-28.

11 Droit, Emmanuel, Reichherzer, Franz (2013), « La fin de l’histoire du temps présent telle que nous l’avons connue. Plaidoyer franco-allemand pour l’abandon d’une singularité historiographique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 118 (2), pp. 121-145.

12 Rousso, Henry (2015), « Un voyage au Rwanda », À la recherche du temps présent, [en ligne], <http://tempresent.hypotheses.org/tag/temoignage>.

13 Hartog, François (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil.

14 Rousso, Henry (2012), La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Garcia, « L’histoire du temps présent : une histoire comme les autres ? », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-2 | 2018, mis en ligne le 05 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/8403 ; DOI : 10.4000/mcv.8403

Haut de page

Auteur

Patrick Garcia

Université de Cergy-Pontoise (Agora) – Institut d’Histoire du Temps Présent

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals