Navigation – Plan du site
Miscellanées

Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes

Fuente de los Peces (Fuente Palmera, province de Cordoue)
Un taller de alfarería inédito de ánforas de aceite augusto-tiberianas. Fuente de los Peces (Fuente Palmera, provincia de Córdoba)
An original oil amphora workshop from the augustan-tiberian period. Fuente de los Peces (Fuente Palmera, province of Cordoba)
Iván González Tobar et Stéphane Mauné
p. 203-234

Résumés

La découverte d’un atelier inédit d’amphores à huile de Bétique dans une zone de plateau se trouvant sur la rive gauche du Guadalquivir, entre Palma del Río et Cordoue, marque une étape cruciale dans les nouvelles recherches menées depuis 2013 sur les centres de production. Daté de l’époque augustéenne, l’atelier de Fuente de los Peces a par ailleurs livré, en plusieurs exemplaires, les deux plus anciens timbres connus sur amphore de type Dr. 20, ainsi que les témoignages d’une fabrication locale d’amphores de tradition ibérique. Après avoir présenté dans le détail les éléments matériels recueillis en prospection sur le site, les auteurs s’interrogent sur ce que cette découverte apporte à la connaissance sur la localisation des premiers ateliers d’amphores à huile et discutent de l’origine et du statut du fondateur de cet atelier, associé à un vaste établissement rural.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Iván González Tobar est doctorant contractuel du LabEx Archimede/ED60 (université Paul Valéry Mont (...)
  • 2  P. Le Roux évoque par exemple « un réel essor » de l’huile de Bétique dans l’Occident romain à par (...)
  • 3Étienne, Mayet, 2004, pp. 67-68. Mais cette impression est surtout liée à l’apparition massive de (...)
  • 4Ponsich, 1974, 1979 et 1991 ; Berni Millet, 2008.

1Les recherches menées depuis la seconde moitié du xixe s. sur l’oléiculture d’époque romaine dans le bassin du Guadalquivir1 sont unanimes pour considérer que les années 30/40 ap. J.-C. constituent le point de départ de la montée en puissance de la Bétique sur le marché de l’huile d’olive dans l’Occident romain2. Dans les centres consommateurs, les amphores Dr. 20 à panse sphérique sont en effet signalées en grand nombre à partir du règne de Claude3. Dans la vallée du Guadalquivir et dans la vallée du Genil, son affluent principal, de nombreux ateliers d’amphores Dr. 20 apparaissent à la même époque et mettent à disposition des producteurs d’huile et des commerçants les conteneurs nécessaires au commerce à longue distance par voie fluvio-maritime4.

  • 5  Ce programme « OLÉiculture et production d’AmphoreS en Turdétanie Romaine » bénéficie du statut de (...)
  • 6  Le ramassage des bords sur les ateliers est systématique : on a atteint plus de 300 exemplaires en (...)

2Les recherches menées depuis 2013, dans le cadre des programmes PAEBR et OLEASTRO du LabEx Archimède5 (Montpellier), ont permis de préciser la chronologie d’apparition de ces ateliers de Dr. 20 et ont également révélé de nouveaux centres de production. Grâce à un échantillonnage rigoureux des bords, anses et fonds d’amphores présents sur les ateliers6, leurs datations, qui jusqu’ici avaient été établies sur la seule foi des timbres datés par les contextes de consommation, ont été largement révisées. Ces résultats confirment et amplifient les données précédentes mais modifient singulièrement les perspectives d’analyse, en particulier du point de vue de la répartition géographique, par quart de siècle, de ces ateliers. La tendance que l’on observe désormais, grâce aux recherches menées depuis 2012 le long de ces deux cours d’eau, est celle d’un nombre toujours plus élevé d’ateliers apparus dans les années 30/40 ap. J.-C.

  • 7Remesal, 1986 et plus récemment, Id., 2011.
  • 8Tchernia, 2011, p. 323, défend dans cet article l’opinion de Lothar Wierschowski pour qui le comme (...)

3Les conditions d’apparition et de démarrage de ces fabriques constituent une problématique centrale. Pour les uns, ce phénomène découlerait d’une volonté politique délibérée, liée à l’administration impériale et à l’approvisionnement de l’armée7 ; pour les autres, ce serait les propriétaires terriens et/ou les marchands — et donc l’initiative privée — qui auraient provoqué cette évolution8. Une chose est certaine, c’est que l’ampleur de la production d’amphores était en lien direct avec l’accroissement des plantations d’olivier et que tout cela a dû modifier en profondeur l’économie de la Bétique à partir du second quart du ier s. ap. J.-C.

  • 9Berni Millet, 1998, pp. 26-32.
  • 10Loeschke, 1942.
  • 11Id., 1909.
  • 12Almeida, 2008, pp. 145-149 ; García Vargas, Almeida, González Cesteros, 2011, p. 228.
  • 13Fabião, 1989, pp. 73-74.
  • 14Manacorda, Pallecchi, 2012.

4La question des antécédents reste cependant cruciale car elle peut éclairer les conditions d’apparition de ces ateliers. On sait en effet qu’à partir des années 20 av. J.-C. et jusqu’aux années 30 de notre ère ont été mises sur le marché des amphores qui précèdent typologiquement l’amphore Dr. 20 (fig. 1 et 2, p. 208), regroupées dans la typologie de S. Martin-Kilcher sous l’appellation Dr. 20A. P. Berni Millet, qui a étudié les importations de ces amphores en Catalogne, les regroupe dans une même phase augusto-tibérienne (types A et B de sa typologie)9. Ces amphores, à panse ovoïde et fond conique développé, avaient déjà été mises en évidence sur les camps du limes germanique et sont parfois encore désignées sous les anciennes appellations Oberaden 8310, ou Haltern 7111. Dans leur ouvrage sur l’huile hispanique, R. Étienne et F. Mayet signalent que H. Dressel les avait individualisées sous le no 19 de sa table typologique, mais ils préfèrent utiliser pour les nommer le terme de Dr. 20 précoces. Les derniers travaux des chercheurs portugais et espagnols12 ont mis en évidence l’existence d’un possible prototype un peu plus ancien, dénommé Ovoïde 6, qui semble ainsi être, d’un point de vue morphologique, la première amphore à huile de Bétique13. Ces amphores ovoïdes, à fond conique et à col étroit surmonté d’une lèvre en bourrelet vertical bien dégagé, dériveraient des amphores apuliennes à huile dite « de Brindes », produites sur la côte adriatique du sud de l’Italie au ier s. av. J.-C. et pour lesquelles D. Manacorda et S. Pallecchi ont récemment apporté une contribution majeure14.

Fig. 1. — Dr. 20 augusto-tibériennes (d’après García et alii, 2011)

Fig. 1. — Dr. 20 augusto-tibériennes (d’après García et alii, 2011)

A: Oberaden 83.
B: Haltern 71.

Fig. 2. — Bords de Dr. 20 augusto-tibériennes (d’après García et alii, 2011)

Fig. 2. — Bords de Dr. 20 augusto-tibériennes (d’après García et alii, 2011)

A: Oberaden 83.
B: Haltern 71.

  • 15García Vargas, Almeida, González Cesteros, 2011, pp. 237-241.
  • 16  Les Dr. 20B sont parfaitement illustrées par les exemplaires de l’épave Port-Vendres II (Colls et (...)

5Pour E. García Vargas, H. González Cesteros et R. R. Almeida15, la forme Oberaden 83 aurait succédé à l’Ovoïde 6 vers 20 av. J.-C., avec l’implantation des premiers camps militaires du limes germanique. Puis, à l’instar de R. Étienne et F. Mayet, ils situent le début de la production de la forme Haltern 71, morphologiquement plus proche des premières Dressel 20, vers le changement d’ère, et montrent que ce type semble avoir perduré jusqu’à l’apparition du modèle standard (Dr. 20B de S. Martin Kilcher)16, à la fin de l’époque tibérienne. Pour être compris de tous et dans l’attente de la fouille de l’atelier de Fuente de los Peces, nous les désignerons prudemment sous le terme plus neutre d’amphore Dr. 20 augusto-tibérienne.

  • 17Étienne, Mayet, 2004, pp. 65-66.
  • 18  Pour la région de Narbonne, Sanchez, 2006 ; Maza, Silvino, 2013 ; pour la vallée de l’Hérault, Mau (...)
  • 19Tchernia, 2011, p. 334.

6Ces amphores indiquent l’existence d’un premier courant d’exportation sur de longues distances de l’huile de Bétique, qui semble avoir été à la fois ciblé et assez limité si l’on se fie aux seules découvertes germaniques, augmentées des attestations de Lyon/La Favorite et d’Ostie/La Longarina17. Cependant, à y regarder de plus près, on s’aperçoit par exemple en Gaule narbonnaise que, dans les contextes datés entre les années 15/10 av. et 20 ap. J.-C., les Dr. 20 augusto-tibériennes sont systématiquement présentes, tant en contexte urbain qu’en milieu rural18. Apparemment, ces importations ont été régulières et assez importantes en volume. Comme l’a souligné A. Tchernia, ces amphores à huile accompagnaient à cette époque les amphores à denrées halieutiques de la zone du détroit de Gibraltar et, de fait, sur les lieux de consommation de l’Occident romain, conteneurs à huiles et à saumures et/ou sauces de poissons sont systématiquement associés19.

  • 20Bonsor, 1931.
  • 21Étienne, Mayet, 2004, p. 130.
  • 22García Vargas, Conlin Hayes, à paraître.
  • 23Berni Millet, 1998, p. 27.

7Depuis les premières recherches menées par G. Bonsor à la fin du xixe s.20, les ateliers ayant produit ces Dr. 20 augusto-tibériennes n’avaient jamais été localisés. L’hypothèse la plus communément admise est qu’ils se trouvaient dans la zone d’Hispalis/Séville et qu’ils ont été recouverts ou détruits par les mouvements post-antiques du Guadalquivir21. On a parfois même considéré, en raison de la découverte très récente d’un site de production de ce type d’amphores à Carmo/Carmona (province de Séville)22, que les ateliers avaient été implantés en contexte urbain ou péri-urbain et que, de fait, ils avaient été détruits par l’urbanisation récente des villes de la vallée du Guadalquivir. De son côté, P. Berni Millet a proposé que l’intense activité productive des trois premiers siècles de notre ère aurait pu recouvrir les niveaux les plus anciens sur les ateliers de Dr. 2023 et donc mettre cette première génération d’amphores à huile momentanément hors de portée des archéologues. À notre avis, il semble douteux que ce phénomène de recouvrement ait pu toucher de façon homogène les soixante-dix ateliers qui, depuis 2013, ont été prospectés de manière systématique et intensive et sur lesquels aucun bord de Dr. 20A n’a été ramassé. Cette absence a nécessairement une signification et ne saurait relever du seul hasard ou bien des conditions de la recherche.

8La localisation de ces ateliers précoces est une question importante car leur identification permettrait de déterminer où se trouvaient le ou les secteurs les plus dynamiques de la Bétique occidentale, dans un horizon augustéen élargi. Surtout, le fait que la centaine d’ateliers répertoriée entre Cordoba/Cordoue et Hispalis/Séville et jusqu’à Astigi/Ecija, n’ait pas livré de témoignage de production antérieur aux années 30/40 ap. J.-C. laisse supposer une rupture entre ces deux générations de figlinae.

9Dans cette contribution seront présentées les données sur un atelier inédit situé dans la zone de Ochavillo del Río/Fuente Palmera (prov. de Cordoue) [fig. 3], au sein duquel ont été produites ces premières amphores à huile, dites Dr. 20 augusto-tibériennes. Après une présentation de l’atelier et de sa chronologie, établie à partir des mobiliers issus des prospections de surface, seront décrits les amphores produites sur place ainsi que les deux timbres, répertoriés en plusieurs exemplaires chacun. Enfin, on s’interrogera plus largement sur les perspectives archéo-historiques découlant de cette découverte et, en particulier, sur le paradigme consistant à lier systématiquement les ateliers d’amphores à huile aux berges du Guadalquivir et du Genil.

Fig. 3. — Localisation de l’atelier de Fuente de los Peces dans la vallée du Guadalquivir

Fig. 3. — Localisation de l’atelier de Fuente de los Peces dans la vallée du Guadalquivir

DAO : I. González Tobar.

L’établissement antique de Fuente de los Peces

Situation topographique et circonstances de la découverte

  • 24  La limite entre les communes d’Hornachuelos et de Fuente Palmera traverse le site.

10Le site de Fuente de los Peces24 occupe la pente sud-occidentale d’un replat formant la limite entre le plateau de Fuente Palmera et le petit bassin versant du ruisseau de Villalón, autrefois appelé « de los Peces » (fig. 4). Le ruisseau de Villalón rejoint, après un parcours de 3 km, le Tamujar, affluent du Guadalquivir. Le site antique de Fuente de los Peces occupe, à 120 m d’altitude, une surface approximative de 4 ha et se trouve à 3 km au sud de l’ancienne rive gauche du Guadalquivir. Cette implantation s’explique probablement par la présence d’une importante source pérenne qui a donné son nom au quartier cadastral. Actuellement, la zone est occupée par des cultures annuelles ou arbustives ainsi que par une pépinière.

  • 25González Tobar, inédit.
  • 26  Notre gratitude va tout spécialement à Francisco Adame Fernández, Marcos Munzón Noguera et Antonio (...)
  • 27  Nous remercions ici les doctorants (Séverine Corbeel, Yacine Boulmis, Quentin Desbonnets, Corinne (...)

11La première mention du site de Fuente de los Peces se trouve dans un travail universitaire inédit25, réalisé en 2008, portant sur l’occupation du sol antique de la commune de Fuente Palmera, dans lequel le site avait été identifié comme un probable atelier de potiers. Plus récemment, et grâce à la collaboration des membres de l’association ADIPHA de Ochavillo del Río26, l’équipe du programme OLEASTRO a réalisé une prospection systématique du site en septembre 2016 qui a permis de confirmer l’existence d’un vaste établissement rural, associé à un atelier de production d’amphores à huile d’époque augustéenne27.

Fig. 4. — Localisation de l’atelier de Fuente de los Peces sur le fond cadastral communal

Fig. 4. — Localisation de l’atelier de Fuente de los Peces sur le fond cadastral communal

DAO : I. González Tobar.

Les caractéristiques de l’atelier de Fuente de los Peces

  • 28Ponsich, 1974, 1979 et 1991.
  • 29Chic García, 1985, pp. 20-22.
  • 30  Site sur lequel villa et atelier semblent avoir été une propriété sénatoriale au iiie s. ap. J.-C. (...)

12En surface, le site se distingue par une abondance de fragments de céramiques, d’amphores et de matériaux de construction en terre cuite. Il n’avait jamais été signalé avant 2008 et ne figure donc pas dans la précieuse recension des sites d’époque romaine de M. Ponsich28. Les résultats des prospections et l’analyse du mobilier permettent de distinguer trois zones archéologiques principales qui occupent une superficie d’environ 3 ha. Dans tout le tiers nord-occidental apparaissent des traces concentrées et indubitables de dépotoirs de production d’amphores, constitués de rebuts de cuisson, de surcuits et d’éléments de four(s) probablement construit(s) en adobe. Le mobilier amphorique y est très abondant et recouvre littéralement la surface de la parcelle, occupée par des cultures annuelles. Au sud de cette première zone ont été trouvés des fragments d’amphores, mais aussi de céramiques communes ou fines, de tuiles et de briquettes, qui permettent de positionner à cet endroit des constructions appartenant à un établissement rural. La présence de briquettes appartenant à un sol en opus spicatum et d’un probable fragment de mola olearia en calcaire coquillier laisse supposer l’existence d’une huilerie, probablement contemporaine de la production d’amphores et dont l’activité a pu se poursuivre bien après l’abandon de l’atelier de potiers. Plus au sud et à l’est des deux zones précédemment décrites, vers le bas de la pente située entre la partie supérieure du gisement et la rive droite du ruisseau de Villalón, les vestiges sont un peu plus épars et plus difficiles à caractériser. La présence de serres ne facilite pas la prospection. On pourrait se trouver ici en présence d’aménagements périphériques, peut-être agricoles en raison de la proximité de la source actuelle, captée dans un bassin maçonné récent. Il semblerait que cette partie de l’établissement ait connu une occupation plus récente car c’est là qu’ont été collectés des sigillées africaines ainsi que des fragments d’amphore Dr. 20F et G qui, d’après la découverte de quatre timbres, proviennent des ateliers d’amphores à huile des iie et iiie s. ap. J.-C. de Picachos29 et Cortijo de Paco Reyes30, situés à quelques kilomètres plus à l’ouest, sur la berge du Guadalquivir.

  • 31  Du même type que ceux publiés par Chr. Rico (Rico, 1995, fig. 2, p. 184).

13En résumé, l’établissement antique de Fuente de los Peces occupe une superficie relativement importante mais les éléments recueillis en surface ne permettent pas vraiment de préciser son statut. L’absence de fragments de marbre et la rareté des matériaux de construction en pierre suggèreraient des constructions en matériaux périssables tels la terre et le bois. Quelques fragments de briques en terre cuite régionalement utilisés dans la mise en œuvre des thermes31 pourraient néanmoins signaler des aménagements balnéaires dont la datation reste indéterminée. La présence d’un ou plusieurs fours à amphores qui semblent appartenir à la première phase d’occupation et l’importance de l’emprise topographique initiale indiquent que ce site est bien plus qu’un simple établissement rural. En fait, il est possible que des épierrements systématiques, réalisés après l’abandon définitif du site, aient fait disparaître les vestiges en dur d’une possible villa.

La chronologie de l’occupation

14Le mobilier recueilli en surface, principalement dans la partie nord-orientale, à l’endroit où sont localisés l’habitat et l’huilerie, indique que les témoins céramiques les plus anciens appartiennent au dernier quart du ier s. av. J.-C. et que l’occupation se poursuit probablement jusqu’à la deuxième moitié du ive s. (sigillée claire D). Pour le Haut-Empire, l’abondance des sigillées sud-gauloises et hispaniques ainsi que la présence d’amphores régionales (Dr. 7-11) ou de provenance plus lointaine (Tunisie, Gaule narbonnaise) attestent que l’occupation du site fut continue.

15La chronologie d’apparition de l’établissement rural indique que les structures de production d’amphores furent dès le début considérées comme partie intégrante de l’investissement réalisé ici par le propriétaire/fondateur.

La production d’amphores dans l’atelier de Fuente de los Peces

16Le ramassage en grand nombre d’éléments de forme appartenant à un ou plusieurs types d’amphores constitue le meilleur indice de l’existence d’un centre de production, et Fuente de los Peces ne déroge pas à cette règle dans la mesure où il a livré une très grande quantité de fragments d’amphores à huile et quelques-uns, beaucoup plus rares, d’amphores de tradition ibérique.

Caractérisation des productions

La pâte

  • 32Peacock, Williams, 1986, p. 140.
  • 33Tomber, Dore, 1998, p. 84.
  • 34Tassaux, Matijasic, Kovacic, 2001 ; Mauné, Carrato, 2012.

17La pâte des productions de l’atelier de Fuente de los Peces correspond aux pâtes dites « du Guadalquivir », c’est-à-dire sableuses, peu épurées, de couleur marron à beige foncé. Le dégraissant sableux contient des éléments de quartz, des quartzites, des grains de calcaire et du mica qui reflètent bien la complexité géologique de la vallée32. Les deux variantes de pâte mises en évidence sont assimilables au type BAT AM 1 de R. Tomber et J. Dore33. Parmi les très abondants éléments de formes (bords, fonds, anses) recueillis, quelques différences ont pu être décelées, permettant de définir deux groupes de pâtes distincts (pâte 1 et pâte 2). Visuellement, toutes deux partagent des caractéristiques communes même si la pâte 1 présente des dégraissants plus fins. Des cinq groupes de bords d’amphores à huile et des amphores de tradition ibérique qui sont détaillés plus loin, seul le groupe E rassemble des amphores dont la pâte est presque systématiquement assimilable à la pâte 2. En revanche, et mis à part quelques exceptions, la pâte 1 est toujours celles des groupes A, B, C, D. L’existence de deux pâtes (ou de deux variantes d’une même pâte) dans un même atelier ne constitue pas en soi une anomalie ; ce phénomène a été mis en évidence dans d’autres centres de production d’amphores d’époque augusto-tibérienne ayant bénéficié de fouilles étendues comme Le Loron en Istrie ou Saint-Bézard en Narbonnaise34.

Les différents types d’amphores

Les amphores de tradition ibérique

  • 35Py (dir.), 1993, p. 52.
  • 36García Vargas, Almeida, González Cesteros, 2011, pp. 192-194.
  • 37García Vargas, Conlin Hayes, à paraître.

18Neuf bords d’amphores sont apparentés à des conteneurs d’origine ibérique qui se caractérisent par des bords rentrants et l’utilisation de la pâte 1 (fig. 5). On distingue des bords se terminant par une lèvre divergente arrondie de type A-IBE Bd1a35 (2 exemplaires), et par une lèvre convergente arrondie de type Bd2d (7 exemplaires). Il s’agit, comme l’indique bien la pâte, d’une production locale d’amphore cylindrique étroite équipée de petites anses36, de tradition turdétane, proche du type Pellicer D. Des amphores semblables ont été également produites, en contexte augustéen, dans l’atelier de la rue du Doctor Fleming à Carmona, où étaient également tournées des Oberaden 8337. Dans l’état actuel des recherches, le contenu de ces amphores (vin, huile ou boissons fermentées à base de céréales) n’a pas été déterminé.

Fig. 5. — Bords d’amphores de tradition turdétaine de l’atelier de Fuente de los Peces

Fig. 5. — Bords d’amphores de tradition turdétaine de l’atelier de Fuente de los Peces

DAO : I. González Tobar.

Les amphores à huile augusto-tibériennes

Les bords
  • 38  Précisons une nouvelle fois que l’analyse ne repose que sur des fragments de formes et que nous ig (...)

19Cinq groupes différents (inventoriés de A à E) de bords d’amphores à huile, produites in situ, ont pu être définis38 (tableau 1).

Tableau 1. — Rattachement aux différents groupes mis en évidence des éléments de formes d’amphores à huile augusto-tibériennes recueillis en prospection sur l’atelier de Fuente de los Peces

Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D Groupe E Total nº d’ex.
Bords 37 34 44 27 99 241
% 15,4 % 14,1 % 18,3 % 11,2 % 41 %
Anses Type 1 ou 2 Type 2 Type 1 ou 2 Type 3 (103 ex. = 49,5 %) 208
%
Fonds Dont 19 (23,4 %) avec des marques de tâcheron et 27 (33,3 %) avec graffites. 81
  • 39  À noter que ces mesures ont été prises sur un nombre important d’exemplaires (241), ce qui confort (...)

20Avant tout, il faut préciser que le diamètre à l’ouverture de ces bords est homogène, compris entre 13 et 16 cm, la grande majorité des exemplaires mesurés présentant toutefois un diamètre à l’ouverture de 14 cm. En outre, il convient de souligner que c’est parmi les bords du groupe E que l’on trouve les diamètres les plus grands39.

21Le groupe A est caractérisé par des bords de section pseudo-quadrangulaire, voire en bourrelet, et une faible hauteur (2,5/3 cm) [fig. 6]. Le lien avec le col est très marqué à l’extérieur et très peu à l’intérieur. Aucune anse attachée à ce type de bord n’a été retrouvée.

22Le groupe B rassemble des bords en bandeau légèrement arrondis sur leur face externe et évasés, parfois jusqu’à 45º (fig. 6). Il semble que le départ de l’anse se situe juste en dessous du bandeau.

Fig. 6. — Bords d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes du groupe A (nos 1 à 7) et B (nos 8 à 14) de l’atelier de Fuente de los Peces

Fig. 6. — Bords d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes du groupe A (nos 1 à 7) et B (nos 8 à 14) de l’atelier de Fuente de los Peces

DAO : S. Corbeel.

23Le groupe C réunit des bords en bandeau vertical étiré, bien saillant, à gorge interne bien marquée (fig. 7). Les anses rattachées aux bords qui ont pu être examinées sont plutôt de section ronde, l’attache se faisant, comme dans le groupe précédent, juste en dessous du bandeau. La présence du timbre MR sur le bord (4 exemplaires sur 11 recueillis) constitue un autre élément discriminant pour ce groupe.

24Le groupe D se caractérise par des bords en bandeau, à face supérieure aplatie et gorge interne. Les anses sont de section ronde (fig. 7).

Fig. 7. — Bords d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes du groupe C (nos 1 à 7) et D (nos 8 à 14) de l’atelier de Fuente de los Peces

Fig. 7. — Bords d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes du groupe C (nos 1 à 7) et D (nos 8 à 14) de l’atelier de Fuente de los Peces

DAO : I. González Tobar.

25Les bords du groupe E se distinguent facilement des précédents (fig. 8). Ils sont en effet plus épais, plus hauts, et leur profil externe est plus arrondi ; ils sont également équipés d’une gorge interne. La jonction du bord avec le col est toujours bien marquée, et l’attache supérieure de l’anse est très particulière, se fixant au milieu de la lèvre. Les anses sont de section ronde, marquées parfois d’une douce arête et plus épaisses que celles des groupes précédents. Le timbre TAM est systématiquement associé à ce type d’anse et quelques exemplaires mieux conservés ont permis de les rattacher à ce groupe.

Fig. 8. — Bords du groupe E et fonds d’amphores d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes de l’atelier de Fuente de los Peces

Fig. 8. — Bords du groupe E et fonds d’amphores d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes de l’atelier de Fuente de los Peces

DAO : I. González Tobar et S. Corbeel.

Les anses

26Les anses sont très abondantes à la surface du site et ont été échantillonnées à hauteur de 208 exemplaires. Trois types principaux ont été mis en évidence :

  • le type 1 (10,6 %), produit avec la pâte 1, présente un profil allongé, de section ovale ;
  • le type 2 (38,5 %) est aussi fabriqué avec la pâte 1 et possède également à profil allongé, mais la section est ronde. Les timbres MR trouvés sur anse (7 exemplaires) appartiennent tous à ce type ;
  • le type 3 (50,1 %) présente un profil plus arrondi, une section ronde avec une arête et une pâte de type 2. Ce sont ces anses qui équipent les bords du groupe E, où figure l’estampille TAM.
Les fonds

27En ce qui concerne les fonds, un seul type a été observé, sur 81 exemplaires (fig. 8). Il est de forme conique à extrémité plate ou légèrement arrondie. À l’intérieur, on retrouve toujours une boule d’argile plus ou moins écrasée, typique des amphores produites dans la vallée du Guadalquivir, et qui présente souvent une marque de tâcheron, la plupart du temps l’empreinte appliquée dans l’argile fraîche de l’extrémité d’un doigt, imprimée une ou deux fois. À l’extérieur, les graffites avant cuisson sont nombreux : on observe une à trois lignes verticales ainsi que la lettre « p » (ou lettre grecque Rhô ?) à l’envers, car les amphores en cours de montage devaient sécher en position retournée.

Remarques sur la typologie des amphores à huile locales

  • 40  Des observations ont par ailleurs été faites sur la morphologie des bords mais elles indiquent seu (...)

28Comme cela a été souligné à plusieurs reprises, l’identification typologique de ces amphores est à la fois aisée — il s’agit sans aucun doute d’amphores à huile augusto-tibériennes — et difficile. Les chercheurs qui ont travaillé sur le sujet ont en effet remarqué une évolution morphologique qui a surtout concerné la panse, d’abord ovoïde (Oberaden 83) puis légèrement cylindrique (Haltern 71), pour finir, à la fin de l’époque tibérienne, presque sphérique, annonçant le type Dr. 20B40.

29Peut-on classer les amphores fragmentaires de Fuente de los Peces à l’intérieur de ces deux types et préciser la datation des exemplaires de cet atelier ? Les comparaisons avec le matériel dessiné d’un certain nombre de sites de Germanie, bien calés chronologiquement et qui ont livré d’importantes quantités de bords, permettent de faire quelques propositions.

  • 41González Cesteros, Tremmel, 2011-2012, fig. 3, p. 534.
  • 42Ehmig, 2010, Tafel 16, p. 297.
  • 43González Cesteros, Almeida, 2017, fig. 6, nos 431-21, 294-120, p. 54.
  • 44Martin-Kilcher, 1987, Tafel 2, no 40.
  • 45González Cesteros, Almeida 2016, fig. 6, no 402-69, p. 54.
  • 46Ibid., fig. 6, no 256-100, p. 54.
  • 47Martin-Kilcher, 1987, Tafel 2, no 43, et Tafel 4, no 82.
  • 48Berni Millet, 1998, p. 29.
  • 49Liou, Domergue, 1990, fig. 27, no 2, p. 30.

30Le groupe de bords A présente des similitudes avec les lèvres d’Oberaden 83, assimilables aux exemplaires de ce camp41 ou à ceux de Dang­stetten IV42. Le groupe B pourrait correspondre à des Haltern 71, proche aussi des exemplaires du Kops Plateau de Nimègue43. Le groupe C correspond peut-être aux amphores Haltern 71 identifiées à Augst44 et à Nimègue45, tout comme le groupe D, de forme moins courante, mais qui ressemblent aux exemplaires de Nimègue46 et d’Augst47. Le groupe E, morphologiquement plus proche des Dr. 20B, est le plus difficile à classer. Ses anses diffèrent nettement de celles des autres groupes et le bord est déjà bien arrondi. Les exemplaires d’Haltern 71 d’Holesternhausen48, l’exemplaire à fond conique de Sud-Lavezzi 249 et l’exemplaire classique d’Haltern présentent des similitudes avec les bords de ce groupe E qu’il faut considérer comme étant le plus tardif.

31Tant que nous ne disposons pas d’amphores plus ou moins complètes, que pourrait nous livrer la fouille de cet atelier, nous préférons rester prudents sur l’attribution automatique des bords d’amphore de Fuente de los Peces à tel ou tel type mis en évidence dans les camps du limes. Il convient néanmoins d’être attentif au dernier groupe de bords (E) qui pourrait se rattacher à des amphores de morphologie sphérique qu’il faudrait alors désigner, en toute logique, sous le terme de Dr. 20B.

32Quoi qu’il en soit, à partir de ces propositions, il semble possible d’envisager que la production d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes à Fuente de los Peces ait démarré au plus tôt vers 20 av. J.-C. pour s’achever dans les années 20 ap. J.-C. Avec cette fourchette chronologique, prudente et large — qui prend également en compte, pour la séquence haute, les amphores locales de tradition ibérique —, il semble que nous avons toutes les chances de bien rendre compte de la durée de vie de cette officine, en fonctionnement pendant une génération et demie.

Les timbres et leur diffusion

  • 50  Les dépotoirs du iiie s. de l’atelier de Las Delicias à Ecija montrent que jusqu’à 80 % des amphor (...)
  • 51Étienne, Mayet, 2004, p. 66.

33Grâce aux timbres imprimés sur les anses qui ont été retrouvés dans les innombrables sites de consommation d’huile de Bétique, la diffusion de la production d’un atelier est facile à cartographier surtout lorsqu’il s’agit de Dr. 20 « classiques », c’est-à-dire diffusées entre les années 30 ap. J.-C. et le troisième quart du iiie s. ap. J.-C.50. En revanche, à l’époque augustéenne, la pratique du timbrage des amphores à huile est encore très peu développée et la presque totalité des exemplaires retrouvés sur les sites de consommation ne présente pas d’estampille51. Un timbre seulement (MR) avait d’ailleurs été signalé sur une Dr. 20 augusto-tibérienne dans le dépôt de la Longarina à Ostie, à Augst ainsi qu’à Haltern.

34Les deux timbres différents trouvés à Fuente de los Peces, en plusieurs exemplaires chacun (tableau 2), permettent enfin de rattacher l’estampille MR à son atelier diffuseur et livre également un second timbre (TAM), très récemment signalé en contexte augustéen.

Tableau 2. — Les timbres sur amphores à huile de l’atelier de potiers de Fuente de los Peces

Timbre index Développement Texte Variante Position (nb) Nb. d’ex.
MR M(arcus) R(…)
ou M(…) R(…)
M͡R nº 1 In radice ansae (1) 13
nº 2 In radice ansae (2)
nº 3 In ansa (2),
in labro
(1)
nº 4 In radice ansae (2),
in ansa
(1),
in labro
(4)
TAM T(itus) A(…) M(…) T.A.M nº 1 In ansa 8

Le timbre MR

Fig. 9. — Timbres MR de l’atelier de Fuente de los Peces classés par variantes

Fig. 9. — Timbres MR de l’atelier de Fuente de los Peces classés par variantes

Silicone et photos : I. González Tobar.

  • 52  Voir pour une synthèse sur le système du timbrage et les ligatures de lettres : Berni Millet, 2008 (...)

35En relief et encadrées dans un cartouche rectangulaire, les lettres MR sont toujours ligaturées52 (fig. 9). Les onze exemplaires du timbre MR recueillis sur l’atelier ont permis d’identifier quatre variantes de poinçon imprimées à trois emplacements différents (tableau 2). La variante no 1 est celle qui présente les lettres les plus soignées et les plus grandes. La ligature est constituée de l’adjonction de la boucle du R à l’haste terminale du M. La variante no 2 présente une ligature similaire, mais les lettres sont plus fines et moins soignées. Les variantes no 3 et no 4 présentent une ligature différente : l’haste finale du M sert d’appui à la boucle et à l’haste droite du R. Le poinçon est similaire pour les deux, mais la variante no 4 est plus petite.

36Les développements possibles de ce timbre, qui de toute évidence constitue l’abréviation de duo nomina, sont M(arcus) R(…) (praenomen + nomen) ou M(…) R(…) (nomen + cognomen). Dans les deux cas, il est impossible de restituer le gentilice commençant par la lettre R ou M. Les duo nomina renvoient à un personnage disposant de la citoyenneté romaine et pourraient, par rapport au second timbre TAM, constituer un indice de son antériorité chronologique puisque ce dernier constitue l’abréviation de tria nomina et qu’il est par ailleurs associé à des bords du groupe E.

  • 53Étienne, Mayet, 2004, p. 66.
  • 54Berni Millet, 2008, pp. 82-83.
  • 55Martin Kilcher, 1987, Tafel 2.
  • 56Rouquette, 1994, fig. 1, nº 15, p. 113. L’identification de l’amphore (Dr. 12) est fautive.

37Ce timbre MR est connu au départ de l’anse d’une amphore dans le dépôt de la Longarina à Ostie53 et sur des cols de Westfälisches Römermuseum d’Haltern54, d’Augst55 et de l’agglomération de Castellas à Murviel-les-Montpellier56. Les premiers exemplaires correspondent à la variante 4 du timbre MR (fig. 9), tandis que l’exemplaire trouvé dans l’Hérault correspond à la variante 3.

  • 57Berni Millet, à paraître.
  • 58Morena López, García Vargas, González Tobar, à paraître. Ce mobilier est conservé au musée archéol (...)
  • 59  La présence de cet habitat puis de l’atelier et de l’établissement rural associé s’explique par l’ (...)

38En Andalousie, dans la vallée du Guadalquivir, ce timbre a été récemment signalé par P. Berni Millet dans l’emprise de l’atelier de Villaseca (Almodóvar del Río)57, à environ 11 km au nord-est de Fuente de los Peces et cette découverte laissait penser que ce timbre pouvait être originaire de cet atelier. En 2016, l’étude du mobilier inédit des fouilles de sauvetage réalisées par J. A. Morena López sur ce site58 a montré que cet atelier avait en fait succédé à un établissement turdétan assez important, daté de l’époque tardo-républicaine et de la période augustéenne59. On peut donc considérer que ce timbre constitue l’indice d’une importation locale d’une amphore de Fuente de los Peces.

Le timbre TAM

39Une seule variante de ce timbre (fig. 10-A) est connue sur l’atelier de Fuente de Los Peces ; le deuxième poinçon TAM (fig. 10-C) provient d’un autre centre de production plus tardif. Les grandes lettres, séparées par des signes de ponctuation triangulaires, sont insérées dans un cartouche rectangulaire. Les huit exemplaires à notre disposition sont imprimés dans la partie supérieure de l’anse. La lecture proposée est T(itus) A(…) M(…). Il s’agit des tria nomina d’un personnage disposant de la citoyenneté romaine dont le gentilice ne peut être restitué car les noms de famille commençant par la lettre A sont fort nombreux.

  • 60Van den Berg, 2014, no 5a, p. 705.
  • 61Zandstra, Polak, 2012, pp. 19-21, 125-126.
  • 62Brentchaloff, Rivet, 2003, no 75, p. 606.

40Un timbre TAM provenant de Fuente de los Peces a été très récemment signalé sur le camp militaire de Fectio (Vechten)60, fondé en 4-5 ap. J.-C.61 ce qui offre un précieux terminus post quem. La deuxième attestation de ce timbre provient de Fréjus62, mais aucune datation n’a été proposée puisqu’il a été retrouvé en prospection (fig. 11).

  • 63Bonsor, 1931, p. 19 ; Ponsich, 1979, p. 149 ; Remesal, 2004, p. 399 ; García Vargas, 2004, p. 134  (...)
  • 64  CIL, XV, 2653b, uni au titulus CIL, XV, 4340.

41Le timbre TAM avait déjà été signalé à plusieurs reprises sur l’atelier de Dehesa de Arriba (Posadas)63 mais il se trouvait sur une amphore Dr. 20 datée de 160 ap. J.-C. au Monte Testaccio64 ; il s’agit donc d’une homonymie d’initiales. Les caractéristiques morphologiques du cartouche du timbre de Fuente de los Peces ainsi que son association aux bords du groupe E (fig. 8) confirment par ailleurs qu’il s’agit de faits distincts (figs. 10-A, B y C). Ce cas d’homonymie est intéressant car il montre l’importance d’étudier les timbres dans leur contexte de production. Dans ce cas-là, il s’agit évidemment de deux producteurs, qui ont fabriqué des conteneurs dans des ateliers différents et à des époques distinctes.

Fig. 10. — Timbres TAM

Fig. 10. — Timbres TAM

A: Exemplaires de la seule variante du timbre TAM recueillis sur l’atelier de Fuente de los Peces.
B: Les timbres TAM d’époque augusto-tibérienne provenants l’atelier de Fuente de los Peces. 1: prospection Oleastro 2016. 2 : Van den Berg, 2014, no 5a. 3 : Brentchaloff, Rivet, 2003, no 75.
C: Les timbres TAM de l’atelier de Dehesa de Arriba, datés de 153-161 ap. J.-C. 1: prospection Oleastro 2016. 2 et 3: Blázquez Martínez, Remesal Rodríguez, 1999, no 005.

Silicone et photos: I. González Tobar.

Fig. 11. — Attestations des timbres de Fuente de los Peces en contexte de consommation

Fig. 11. — Attestations des timbres de Fuente de los Peces en contexte de consommation

DAO : Iván González Tobar.

L’atelier de Fuente de los Peces : un important jalon dans la connaissance des origines de l’amphore à huile de Bétique

42La découverte de l’atelier de Fuente de los Peces constitue une étape fondamentale des recherches en cours sur les lieux de production d’amphores à huile dans le bassin du Guadalquivir inférieur. Elle illustre l’implantation rurale d’un atelier éloigné de quelques kilomètres du Guadalquivir et montre dans ce cas précis que c’est probablement le lien avec la production locale d’huile qui a été déterminant dans le choix de cette installation, et non pas les facilités procurées par une position commerciale avantageuse, en bordure du grand fleuve. L’atelier de Carmona est également éloigné du fleuve : le Corbones, la rivière la plus proche, affluent du Guadalquivir, se trouve à 8 km au nord et le fleuve est distant de 16 km, ce qui indique, ici aussi, que les considérations liées aux commodités du transport fluvial n’ont pas été déterminantes. Cependant, cette situation relève d’une réalité socio-économique différente puisque la fabrique, peu ou prou contemporaine de celle de Fuente de los Peces, est installée en contexte urbain ou périurbain.

43Dans l’état actuel des recherches, ces deux ateliers sont les seuls connus pour avoir produit des Dr. 20 augusto-tibériennes. Mais il doit exister bien d’autres fabriques encore à découvrir car la diffusion de ces amphores semble de plus en plus importante au fur et à mesure du développement des enquêtes menées par exemple sur les contextes augusto-tibériens de Gaule méridionale et des Germanies. En effet, ces amphores ne sauraient toutes provenir de ces deux seuls lieux de production.

  • 65Manacorda, Pallechi, 2012, pp. 525 et 535.
  • 66Tassaux, Matijasic, Kovacic, 2001.

44La montée en puissance, à cette époque, des ateliers d’amphores à huile de Bétique a d’ailleurs entraîné une baisse importante du commerce des amphores apulienne à huile dans l’Occident romain comme le montrent bien les cartes de diffusion de l’atelier de Giancola65. C’est dans le même horizon chronologique qu’il faut aussi placer l’apparition d’ateliers d’amphores à huile de type Dr. 6B en Istrie, dont celui du Loron66. Ils diffuseront massivement, avec cependant un décalage de plusieurs décennies, leur production vers les provinces nord-orientales de l’Empire. Cette concordance des observations confirme que nous avons à faire à un phénomène socio-économique de grande ampleur, qu’il convient de ne pas sous-estimer.

45À partir de ces constatations, il importe donc, désormais, d’accentuer les investigations sur les zones de plateau se trouvant dans le secteur géographique désigné sous le nom de « La Campiña », entre Carmona et Cordoue. En effet, les recherches intensives menées sur la centaine d’ateliers à Dr. 20 installée le long des rives du Guadalquivir et du Genil confirment, dans l’état actuel des recherches, l’absence de toute production de Dr. 20 augusto-tibériennes. Statistiquement, cette constatation ne peut relever du hasard ; les ateliers les plus anciens apparaissent en effet dans les années 30 ap. J.-C.

46Il est par ailleurs intéressant d’observer que les deux timbres de Fuente de los Peces renvoient probablement à des citoyens romains, affranchis récents ou citoyens de longue date. Si l’on considère la dernière option, et que ces citoyens sont donc les propriétaires successifs du fundus au sein duquel se trouvait l’atelier, les remarques typo-chronologiques émises plus haut conduisent à penser que le personnage qui se cache derrière les initiales MR fut sans doute le fondateur du complexe. La présence du second timbre TAM, manifestement plus tardif car associé à des amphores à huile plus évoluées (bords de type E), pourrait évoquer un changement de propriétaire. La fouille des installations artisanales pourrait cependant livrer des contextes clos où se trouvent associés les deux timbres, et donc mettre à mal cette hypothèse qui reste fragile.

 

  • 67  Pour la Narbonnaise, voir le dossier de la villa et de l’atelier d’amphores augustéen tardif de Sa (...)
  • 68  P. Le Roux a placé récemment cette déduction à l’époque de César (Le Roux, 2010a, p. 42) mais écri (...)
  • 69Strabon, 3, 1, 5.

47Ainsi, la question reste posée de l’origine du fondateur de l’établissement agricole et artisanal de Fuente de los Peces. La production d’amphores, qui imitent des modèles connus dans la région de Brindisi en Apulie, oriente vers la piste italienne : d’autres exemples de tels transferts, peu ou prou contemporains, sont connus en Tarraconaise et en Narbonnaise, dans des contextes économiques similaires67. On pourrait se trouver ici en présence d’un colon de Corduba car l’on sait que dans le troisième quart du ier s. av. J.-C. cette cité, devenue capitale de province sous Auguste, intégra un nouveau ban de colons68. Rien n’empêche non plus de penser qu’il s’agisse d’un émigré italien venu s’installer ici de sa propre initiative et ayant investi dans l’achat d’une propriété agricole, au cœur d’une région particulièrement attractive, si l’on en croit Strabon69.

48Cependant, la production locale d’amphores de tradition ibérique, même très minoritaire, suscite des interrogations car elle renvoie à une sphère culturelle et économique plutôt turdétane. Par ailleurs, on se trouve là en présence d’un type de conteneur dont l’histoire était, à l’époque augustéenne, finissante, et la diffusion restreinte à sa région de production, c’est-à-dire la Turdétanie. Il y a fort à parier que cette amphore n’était pas destinée à l’huile d’olive mais plutôt au vin (ou à une boisson fermentée ?) consommé régionalement, ce qui expliquerait ce paradoxe.

49Le fait qu’à Carmo/Carmona, vieil oppidum ibéro-punique, l’atelier de la rue du Doctor Fleming ait également produit, comme l’a bien montré E. García Vargas, des Dr. 20 augusto-tibériennes et des amphores de tradition régionale renforce selon nous la piste turdétane. Peut-être faut-il alors imaginer que le fondateur du complexe de Fuente de los Peces était un citoyen romain d’origine indigène. Celui-ci aurait participé pleinement à la nouvelle dynamique augustéenne impulsée par l’intégration de la Bétique à un horizon commercial élargi mais serait également resté en prise avec une économie régionale, fondée sur des échanges locaux vivaces et marquée du sceau de la tradition.

Haut de page

Bibliographie

Almeida, Rui Roberto (2008), Las Ánforas del Gualdalquivir en Scallabis (Santarém, Portugal). Aportación al Conocimiento de Los Tipos Minoritarios, Barcelone, Universitat de Barcelona, coll. « Instrumenta » (8).

Almeida, Rui Roberto, Van den Berg, Joost, Berni Millet, Piero, Schimmer, Florian, Carreras, César (2014), « El comercio de ánforas hispanas en Kops Plateau (Nijmegen) desde época de Augusto a época Flavia », dans Rui Morais, Adolfo Fernández, María José Sousa (ed.), As produções cerâmicas de imitação na Hispania, Porto, Universidade de Porto, pp. 379-392.

Barberan, Sébastien (2013), « Contribution à l’étude du faciès céramique de la période tardo-républicaine et du début du règne d’Auguste à Nîmes (Gard). La fouille préventive de la place de la Maison Carrée (1990-1991) », dans Stéphane Mauné, Guillaume Duperron (dir.), Du Rhône aux Pyrénées : aspects de la vie matérielle en Gaule narbonnaise II (ier s. av. J.-C.-vie s. ap. J.-C.), Montagnac, Mergoil, pp. 11-62.

Barberan, Sébastien, Pomarèdes, Hervé (2008), « Un ensemble de céramiques daté du début de la période augustéenne sur le site du Mas de Vignoles à Nîmes (Gard) », Revue archéologique de Narbonnaise, 41, pp. 181-209.

Bats, Michel (dir.) [2006], Olbia de Provence à l’époque romaine (ier s. av. J.-C.- viie s. ap. J.-C.), Aix-en-Provence, Edisud, coll. « Études Massaliètes » (9).

Berni Millet, Piero (1998), Las ánforas de aceite de la Bética y su presencia en la Cataluña romana, Barcelone, Universitat de Barcelona, coll. « Instrumenta » (4).

Berni Millet, Piero (2008), Epigrafía anfórica de la Bética. Nuevas formas de análisis, Barcelone, Universitat de Barcelona, coll. « Instrumenta » (29).

Berni Millet, Piero (à paraître), « Las otras ánforas del Monte Testaccio » dans Oriane Bourgeon, Enrique García Vargas, Stéphane Mauné (dir.), La producción de aceite y de ánforas oleícolas en la Cuenca del Guadalquivir en época romana, Mesa redonda (Madrid, 29-30 de octubre de 2015), Madrid, Casa de Velázquez.

Blázquez martínez, José María, Remesal Rodríguez, José (éd.) [1999], Estudios sobre el Monte Testaccio (Roma). I, Barcelone, Universitat de Barcelona, coll. « Instrumenta » (6).

Bonsor, George Edward (1931), The Archaeological expedition along the Guadalquivir, New York, Hispanic Society of America.

Brentchaloff, Daniel, Rivet, Lucien (2003), « Timbres amphoriques de Fréjus – 2 ». dans SFECAG, Actes du Congrès (Saint-Romain-en-Gal, 29 mai-1er juin 2003), Marseille, Société française d’étude de la céramique antique en Gaule, pp. 595-619.

Chic García, Genaro (1985), Epigrafía anfórica de la Bética, t. I : Las marcas impresas en barro sobre ánforas olearias (Dressel 19, 20 y 23), Séville, Universidad de Sevilla.

Colls, Dali, Étienne, Robert, Lequément, Robert, Liou, Bernard, Mayet, Françoise (1977), « L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude », Archeonautica, 1, pp. 3-45.

Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), Vol. XV : Inscriptiones urbis Romae Latinae. Instrumentum domesticum, pars II, fasc. 1, éd. de Heinrich Dressel, Berlin, 1899.

Des Boscs-Plateaux, Françoise (2005), Un parti hispanique à Rome ? Ascension des élites hispaniques et pouvoir politique d’Auguste à Hadrien (27 av. J.-C.-138 ap. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez, Bibliothèque de la Casa de Velázquez (32).

Duperron, Guillaume (inédit), Arles et Lyon, ports fluviaux de l’Empire romain. Le commerce sur l’axe rhodanien du ier s. av. J.-C. au viie s. ap. J.-C., thèse de doctorat soutenue en 2014, université Paul-Valéry Montpellier 3 (3 vol.).

Ehmig, Ulrike (2010), Dansgtetten IV. Die Amphoren. Untersuchungen zur Belieferung einer Militaranlage in augusteischer Zeit und den Grundlagen archaologischer Interpretation von Fund und Befund, Stuttgart, Konrad Theiss Verlag.

Étienne, Robert, Mayet, Françoise (2000), Le vin hispanique, Paris, De Boccard.

Étienne, Robert, Mayet, Françoise (2004), L’huile hispanique, Paris, De Boccard, 2 vol.

Fabião, Carlos (1989), Sobre as ânforas do acampamento romano da Lomba do Canho (Arganil), Lisbonne, Instituto Nacional deInvestigação Científica, Cadernos da UNIARQ (1).

García Vargas, Enrique (2004), « El vino de la Bética altoimperial y las ánforas. A propósito de algunas novedades epigráficas », Gallaecia, 23, pp. 117-134.

García Vargas, Enrique, Almeida, Rui Roberto, González Cesteros, Horacio (2011), « Los tipos anfóricos del Guadalquivir en el marco de los envases hispanos del siglo i a.C. Un universo heterogéneo entre la imitación y la estandarización », Spal, 20, pp. 185-283.

García Vargas, Enrique, Conlin Hayes, Elisabeth (à paraître), « La producción de ánforas Oberaden 83 en Carmona (Sevilla) », dans Oriane Bourgeon, Enrique García Vargas, Stéphane Mauné (dir.), La producción de aceite y de ánforas oleícolas en la Cuenca del Guadalquivir en época romana, Mesa redonda (Madrid, 29-30 de octubre de 2015), Madrid, Casa de Velázquez.

González Cesteros, Horacio, Tremmel, Bettina (2011-2012), « Aceite, vino y salazones hispanos en Oberaden », dans José Miguel Noguera Celdrán, Juan Antonio Antolinos Marín (éd.), De vino et oleo Hispaniae. Áreas de producción y procesos tecnológicos del vino y el aceite en la Hispania romana. Coloquio Internacional (Murcia, 5-7 de mayo de 2010), Murcia, Universidad de Murcia.

González Cesteros, Horacio, Almeida, Rui Roberto (2017), « Las ánforas de aceite de oliva béticas. De las Oberaden 83 hasta las Dressel 20 en el Kops Plateau de Nimega », dans César Carreras, Joost Van den Berg (eds.), Amphorae from the Kops Plateau (Nijmegen), Trade and supply to the lower-rhineland from the augustan period to AD 69/70, Oxford, Archaeopress Archaeology, pp. 47-60.

González Tobar, Iván (inédit), El desierto de la parrilla a orillas del Guadalquivir en época romana: un estudio sobre los asentamientos romanos del término municipal de Fuente Palmera, mémoire universitaire, 2008, Université de Grenade.

González Tobar, Iván (à paraître), « Una zona de producción polinuclear en el Valle del Guadalquivir: Estrella, Picachos, Cortijo de Paco Reyes y La Dehesilla (Córdoba) », dans Oriane Bourgeon, Enrique García Vargas, Stéphane Mauné (dir.), La producción de aceite y de ánforas oleícolas en la Cuenca del Guadalquivir en época romana, mesa redonda (Madrid, 29-30 de octubre de 2015), Madrid, Casa de Velázquez.

Goudineau Christian, Brentchaloff Daniel (dir.) [2009], Le Camp de la flotte d’Agrippa à Fréjus. Les fouilles du quartier de Villeneuve, Paris, Errance.

Hesnard, Antoinette (1980), « Un dépôt augustéen d’amphores à La Longarina, Ostie », Memoirs of the American Academy in Rome: The Seaborne Commerce. Studies in Archaeology and History,36, pp. 141-156.

Le Roux, Patrick (2010a), « Regards augustéens sur les Gaules et la péninsule Ibérique ou le récit d’une construction provinciale », dans Lluís Pons Pujol (ed.), Dos provincias del Occidente romano, Barcelone, Universitat de Barcelona, coll. « Instrumenta » (38), pp. 33-47.

Le Roux, Patrick (2010b), La péninsule Ibérique aux époques romaines (fin du iiie s. av. n. è.- début du vie s. de n. è.), Paris, Armand Colin.

Liou, Bernard, Domergue, Claude (1990) « Le commerce de la Bétique au ier siècle de notre ère. L’épave Sud-Lavezzi 2 (Bonifacio, Corse du Sud) », Archaeonautica, 10, pp. 11-123.

Loeschke, Siegfried (1909), « Keramische Funde in Haltern », Mitteilungen der Altertums-Kommission für Westfalen, 5, pp. 103-322.

Loeschke, Siegfried (1942) « Die römische und belgische Keramik von Oberaden », Veröffentlichungen aus dem Städt. Museum für Vor-und Frühgeschichte Dortmund, Heft 2, pp. 76-114.

Manacorda, Daniele, Pallecchi, Silvia (2012), Le fornaci romane di Giancola (Brindisi), Bari, Edipuglia.

Martin-Kilcher, Stéphanie (1987), Die römischen Amphoren au Augst and Kaiseraugst, Augst, Forschungen in Augst, Amt für Museen und Archäologie des Kantons Basel-Landschaft.

Mauné, Stéphane (1997), « Un lot de céramiques augustéennes à Sept-Fonts (Saint-Pons de Mauchiens, Hérault) », dans Lucien Rivet (éd.), SFECAG, Actes du congrès international (Le Mans, 8-11 mai 1997), Marseille, pp. 457-480.

Mauné, Stéphane, Carrato, Charlotte (2012), « Le complexe domanial et artisanal de Saint-Bézard (Aspiran, Hérault) au début du ier s.ap. J.-C. Fondation et genèse », dans Id. (dir.), Le complexe domanial et artisanal de Saint-Bézard à Aspiran (Hérault), dossier de la Revue archéologique de Narbonnaise, 45, pp. 21-38.

Mauné, Stéphane, García Vargas, Enrique, Bourgeon, Oriane, Corbeel, Séverine, Carrato, Charlotte, García-Dils, Sergio, Bigot, Fabrice, Vázquez Paz, Jacobo (2014), « L’atelier d’amphores à huile Dr. 20 de Las Delicias à Écija (Prov. de Séville, Espagne) », dans Actes du congrès international de la SFECAG, Chartres, 29 mai-1er juin 2014, pp. 419-444.

Maza, Guillaume, Silvino, Tony (2013), « Nouveaux ensembles augustéens de Narbonne antique : “rats des villes” (19/20 Quai d’Alsace) et “rats des champs” (Saint-Hippolyte, La Coupe III) », dans Stéphane Mauné, Guillaume Duperron (dir.), Du Rhône aux Pyrénées : aspects de la vie matérielle en Gaule narbonnaise II (ier s. av. J.-C.-vie s. ap. J.-C.), Montagnac, Éditions Mergoil, pp. 63-82.

Morena López, José Antonio, García Vargas Enrique, González Tobar, Iván (à paraître), « La excavación del alfar de ánforas Dr. 20 de Villaseca (Córdoba) », dans Oriane Bourgeon, Enrique García Vargas, Stéphane Mauné (dir.), La producción de aceite y de ánforas oleícolas en la Cuenca del Guadalquivir en época romana, Mesa redonda internacional (Madrid, 29-30 de octubre de 2015), Madrid, Casa de Velázquez.

Peacock, David P. S., Williams, David F. (1986), Amphorae and the roman economy, An Introductory Guide, Londres, Longman.

Ponsich, Michel (1974), Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir, t. II : Séville, Alcalá del Rio, Lora del Río, Carmona, Madrid, De Boccard – Casa de Velázquez.

Ponsich, Michel (1979), Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir, t. III : La Campana, Palma del Río, Posadas, Madrid, De Boccard – Casa de Velázquez.

Ponsich, Michel (1991), Implantation rurale antique sur le Bas-Guadalquivir, t. IV : Écija, Dos Hermanas, Los Palacios y Villafranca, Lebrija, Sanlúcar de Barrameda, Madrid, Casa de Velázquez.

Py, Michel (1993), Dicocer. Dictionnaire des céramiques antiques (viie s. av. n. è. - viie s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental.

Rascalou, Pierre (2006), « Ensembles augustéens de l’agglomération secondaire de Peyre-Plantade (Clermont-L’Hérault) (Fouilles A75) », dans Stéphane Mauné, Martine Genin (dir.), Du Rhône aux Pyrénées : aspects de la vie matérielle en Gaule narbonnaise, Montagnac, Mergoil, pp. 65-82.

Remesal Rodríguez, José (1977-78), « La economía oleícola de la Bética: nuevas formas de análisis », AEA, 50-51, pp. 87-142.

Remesal Rodríguez, José (1986), La annona militaris y la exportación de aceite bético a Germania. Con un corpus de sellos en ánforas Dressel 20 hallados en Nimega, Colonia, Mainz, Saalburg, Zugmantel y Nida-heddernheim, Madrid, Universidad Complutense.

Remesal Rodríguez, José (2004), « Alfares y producciones cerámicas en la provincia de Córdoba. Balance y perspectivas », dans Figlinae Baeticae. Talleres alfareros y producciones cerámicas en la Bética romana (ss. ii s.C.-vii d.C.), Actas del Congreso Internacional (Cádiz, 12-14 de noviembre 2003), Oxford, BAR International Series (1266), pp. 349-362.

Remesal Rodríguez, José (2011), La Bética en el concierto del imperio romano, Madrid, Real Academia de la Historia.

Rico, Christian (1995), « La production de briques et de tuiles dans la province romaine de Bétique. L’exemple de la Vallée du Guadalquivir », dans Patrick Boucheron, Henri Broise, Yvon Thébert (éd.), La brique antique et médiévale : production et commercialisation d’un matériau, Rome, École Française de Rome, pp. 177-192.

Rouquette, Daniel (1994), « Les estampilles sur amphores », Annexe 2 de « Un temple du début de l’Empire à Murviel-lès-Montpellier (Hérault). Hypothèse de restitution » de Jean-Marie Gassend, G. Escalon, Paul Soyris, Revue archéologique de Narbonnaise, 27-28, pp. 112-120.

Sanchez, Corinne (2006), « Les niveaux augustéens d’un quartier résidentiel de Narbonne antique. Étude du mobilier céramique du Clos de La Lombarde », dans Stéphane Mauné, Martine Genin (dir.), Du Rhône aux Pyrénées : aspects de la vie matérielle en Gaule narbonnaise, Montagnac, Mergoil, pp. 11-63.

Strabon, Géographie, trad. de François Lasserre, Paris, Les Belles Lettres, 1966.

Tassaux, Francis, Matijasic, Robert, Kovacic, Vladimir (2001), Loron (Croatie). Un grand centre de production d’amphores à huile istriennes (ier-ive s. p.C.), Bordeaux, Ausonius, coll. « Mémoires » (6).

Tchernia, André (2011), Les Romains et le commerce, Naples – Aix-en-Provence, Centre Jean Bérard – Centre Camille Jullian.

Tomber, Roberta, Dore, John (1998), The national roman fabric reference collection, Londres, Museum of London Archaeology Service.

Van den Berg, Joost (2014) « Amphora stamps from Fectio (Vechten, NL) », dans José María Blázquez Martínez, José Remesal Rodríguez (ed.), Estudios sobre el Monte Testaccio (Roma). VI, Barcelone, Universitat de Barcelona, coll. « Instrumenta » (47), pp. 683-724.

Zandstra, Marenne J. M., Polak, M. (2012), De Romeinse versterkingen in Vechten-Fectio. Het archeologischonderzoek in 1946-1947, Nijmegen, Auxilia, coll. « Auxilaria » (11).

Haut de page

Notes

1  Iván González Tobar est doctorant contractuel du LabEx Archimede/ED60 (université Paul Valéry Montpellier 3 – université de Cordoue). Adresse e-mail : ivan.gontob@gmail.com. Stéphane Mauné est directeur de recherche au CNRS (UMR 5140, ASM, Lattes) et responsable des programmes PAEBR et OLEASTRO du LabEx Archimede (ANR-11-LABX-0032-01). Adresse e-mail : stephane.maune@cnrs.fr.

2  P. Le Roux évoque par exemple « un réel essor » de l’huile de Bétique dans l’Occident romain à partir des années 50 ap. J.-C. (Le Roux, 2010b, p. 138) ; Fr. Des Boscs a en revanche mieux pris en considération l’importance de la phase augustéenne (Des Boscs-Plateaux, 2005, pp. 107-109) sur laquelle nous allons largement revenir.

3Étienne, Mayet, 2004, pp. 67-68. Mais cette impression est surtout liée à l’apparition massive de la pratique du timbrage à cette époque. La publication de l’épave Port-Vendres II (Colls et alii, 1977) explique aussi l’attention légitime accordée à cette phase claudienne.

4Ponsich, 1974, 1979 et 1991 ; Berni Millet, 2008.

5  Ce programme « OLÉiculture et production d’AmphoreS en Turdétanie Romaine » bénéficie du statut de « Programme pluriannuel » de la Casa de Velázquez et associe les universités de Séville, Cordoue, Barcelone et La Rochelle. Il est rattaché à l’Axe 3 « Environnement et économie » du LabEx Archimède.

6  Le ramassage des bords sur les ateliers est systématique : on a atteint plus de 300 exemplaires en un seul passage sur certains grands centres de production. Les anses sont toutes examinées, comme les fonds ; cependant, ces éléments sont pris en compte du point de vue typologique uniquement lorsque le nombre de bords disponibles est supérieur à 30 ex., limite statistique en dessous de laquelle nous considérons que le corpus n’est pas suffisant pour établir à coup sûr la chronologie de l’atelier. Les bords sont classés par type (classification A, B, C, D, E, F et G de S. Martin-Kilcher) sur le terrain, chacun des types représentés est échantillonné et les exemplaires retenus sont dessinés. Les datations des ateliers sont ainsi argumentées à partir de planches de dessins de formes, en plus des chronologies fournies par les timbres trouvés sur les sites consommateurs.

7Remesal, 1986 et plus récemment, Id., 2011.

8Tchernia, 2011, p. 323, défend dans cet article l’opinion de Lothar Wierschowski pour qui le commerce de l’huile de Bétique n’a pas été organisé par l’État romain.

9Berni Millet, 1998, pp. 26-32.

10Loeschke, 1942.

11Id., 1909.

12Almeida, 2008, pp. 145-149 ; García Vargas, Almeida, González Cesteros, 2011, p. 228.

13Fabião, 1989, pp. 73-74.

14Manacorda, Pallecchi, 2012.

15García Vargas, Almeida, González Cesteros, 2011, pp. 237-241.

16  Les Dr. 20B sont parfaitement illustrées par les exemplaires de l’épave Port-Vendres II (Colls et alii, 1977, p. 27).

17Étienne, Mayet, 2004, pp. 65-66.

18  Pour la région de Narbonne, Sanchez, 2006 ; Maza, Silvino, 2013 ; pour la vallée de l’Hérault, Mauné, 1997 ; Rascalou, 2006 ; pour la région de Nîmes, Barberan, Pomarèdes, 2008 ; Barberan, 2013 ; pour Arles, Duperron, 2014 ; pour la région d’Olbia/Fréjus, Bats (dir.), 2006, p. 209 ; Goudineau, Brentchaloff (dir.), 2009, p. 540.

19Tchernia, 2011, p. 334.

20Bonsor, 1931.

21Étienne, Mayet, 2004, p. 130.

22García Vargas, Conlin Hayes, à paraître.

23Berni Millet, 1998, p. 27.

24  La limite entre les communes d’Hornachuelos et de Fuente Palmera traverse le site.

25González Tobar, inédit.

26  Notre gratitude va tout spécialement à Francisco Adame Fernández, Marcos Munzón Noguera et Antonio Mengual Arriaza.

27  Nous remercions ici les doctorants (Séverine Corbeel, Yacine Boulmis, Quentin Desbonnets, Corinne Dubler) et les étudiants (Aurélie Artuso, Océane Arvidsson, Valentin Barrier, Cécile Bourguet, Matilde Carbajo, Mélanie Errera, Anissa Guedda, Jordan Latournerie, Florian Ortis, María Pereira, Vincent Lauras) des universités de Montpellier 3, Paris 4-Sorbonne, Complutense de Madrid et Barcelone, qui ont participé aux prospections et au dessin du mobilier.

28Ponsich, 1974, 1979 et 1991.

29Chic García, 1985, pp. 20-22.

30  Site sur lequel villa et atelier semblent avoir été une propriété sénatoriale au iiie s. ap. J.-C. (González Tobar, à paraître).

31  Du même type que ceux publiés par Chr. Rico (Rico, 1995, fig. 2, p. 184).

32Peacock, Williams, 1986, p. 140.

33Tomber, Dore, 1998, p. 84.

34Tassaux, Matijasic, Kovacic, 2001 ; Mauné, Carrato, 2012.

35Py (dir.), 1993, p. 52.

36García Vargas, Almeida, González Cesteros, 2011, pp. 192-194.

37García Vargas, Conlin Hayes, à paraître.

38  Précisons une nouvelle fois que l’analyse ne repose que sur des fragments de formes et que nous ignorons si ces différences se traduisent également par des morphologies de panse distinctes.

39  À noter que ces mesures ont été prises sur un nombre important d’exemplaires (241), ce qui conforte l’analyse.

40  Des observations ont par ailleurs été faites sur la morphologie des bords mais elles indiquent seulement des tendances.

41González Cesteros, Tremmel, 2011-2012, fig. 3, p. 534.

42Ehmig, 2010, Tafel 16, p. 297.

43González Cesteros, Almeida, 2017, fig. 6, nos 431-21, 294-120, p. 54.

44Martin-Kilcher, 1987, Tafel 2, no 40.

45González Cesteros, Almeida 2016, fig. 6, no 402-69, p. 54.

46Ibid., fig. 6, no 256-100, p. 54.

47Martin-Kilcher, 1987, Tafel 2, no 43, et Tafel 4, no 82.

48Berni Millet, 1998, p. 29.

49Liou, Domergue, 1990, fig. 27, no 2, p. 30.

50  Les dépotoirs du iiie s. de l’atelier de Las Delicias à Ecija montrent que jusqu’à 80 % des amphores pouvaient être timbrées (Mauné et alii, 2014).

51Étienne, Mayet, 2004, p. 66.

52  Voir pour une synthèse sur le système du timbrage et les ligatures de lettres : Berni Millet, 2008, pp. 104-112.

53Étienne, Mayet, 2004, p. 66.

54Berni Millet, 2008, pp. 82-83.

55Martin Kilcher, 1987, Tafel 2.

56Rouquette, 1994, fig. 1, nº 15, p. 113. L’identification de l’amphore (Dr. 12) est fautive.

57Berni Millet, à paraître.

58Morena López, García Vargas, González Tobar, à paraître. Ce mobilier est conservé au musée archéologique de Cordoue.

59  La présence de cet habitat puis de l’atelier et de l’établissement rural associé s’explique par l’existence sur le site d’une très importante source pérenne.

60Van den Berg, 2014, no 5a, p. 705.

61Zandstra, Polak, 2012, pp. 19-21, 125-126.

62Brentchaloff, Rivet, 2003, no 75, p. 606.

63Bonsor, 1931, p. 19 ; Ponsich, 1979, p. 149 ; Remesal, 2004, p. 399 ; García Vargas, 2004, p. 134 ; Étienne, Mayet, 2004, t. II, p. 24 ; Berni Millet, 2008, p. 482.

64  CIL, XV, 2653b, uni au titulus CIL, XV, 4340.

65Manacorda, Pallechi, 2012, pp. 525 et 535.

66Tassaux, Matijasic, Kovacic, 2001.

67  Pour la Narbonnaise, voir le dossier de la villa et de l’atelier d’amphores augustéen tardif de Saint-Bézard à Aspiran (Mauné, Carrato, 2012) ; pour la Tarraconaise, voir la synthèse de R. Étienne et Fr. Mayet sur cette question (Étienne, Mayet, 2000, pp. 118-119).

68  P. Le Roux a placé récemment cette déduction à l’époque de César (Le Roux, 2010a, p. 42) mais écrit la même année, dans un ouvrage de synthèse consacré à la péninsule Ibérique, que « Octave ou Auguste furent responsables de l’installation de vétérans à Astigi, Corduba, Tucci et Vcubi » (Id., 2010b, p. 70). Fr. Des Boscs ne se prononce pas et renvoie à la complexité des sources (Des Boscs-Plateaux, 2005, p. 38, n. 68).

69Strabon, 3, 1, 5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Dr. 20 augusto-tibériennes (d’après García et alii, 2011)
Légende A: Oberaden 83.B: Haltern 71.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 2. — Bords de Dr. 20 augusto-tibériennes (d’après García et alii, 2011)
Légende A: Oberaden 83.B: Haltern 71.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Fig. 3. — Localisation de l’atelier de Fuente de los Peces dans la vallée du Guadalquivir
Crédits DAO : I. González Tobar.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 4. — Localisation de l’atelier de Fuente de los Peces sur le fond cadastral communal
Crédits DAO : I. González Tobar.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 5. — Bords d’amphores de tradition turdétaine de l’atelier de Fuente de los Peces
Crédits DAO : I. González Tobar.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 6. — Bords d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes du groupe A (nos 1 à 7) et B (nos 8 à 14) de l’atelier de Fuente de los Peces
Crédits DAO : S. Corbeel.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 7. — Bords d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes du groupe C (nos 1 à 7) et D (nos 8 à 14) de l’atelier de Fuente de los Peces
Crédits DAO : I. González Tobar.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 8. — Bords du groupe E et fonds d’amphores d’amphores Dr. 20 augusto-tibériennes de l’atelier de Fuente de los Peces
Crédits DAO : I. González Tobar et S. Corbeel.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 9. — Timbres MR de l’atelier de Fuente de los Peces classés par variantes
Crédits Silicone et photos : I. González Tobar.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre Fig. 10. — Timbres TAM
Légende A: Exemplaires de la seule variante du timbre TAM recueillis sur l’atelier de Fuente de los Peces.B: Les timbres TAM d’époque augusto-tibérienne provenants l’atelier de Fuente de los Peces. 1: prospection Oleastro 2016. 2 : Van den Berg, 2014, no 5a. 3 : Brentchaloff, Rivet, 2003, no 75.C: Les timbres TAM de l’atelier de Dehesa de Arriba, datés de 153-161 ap. J.-C. 1: prospection Oleastro 2016. 2 et 3: Blázquez Martínez, Remesal Rodríguez, 1999, no 005.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11. — Attestations des timbres de Fuente de los Peces en contexte de consommation
Crédits DAO : Iván González Tobar.
URL http://journals.openedition.org/mcv/docannexe/image/9378/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iván González Tobar et Stéphane Mauné, « Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 48-2 | 2018, 203-234.

Référence électronique

Iván González Tobar et Stéphane Mauné, « Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-2 | 2018, mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/9378 ; DOI : 10.4000/mcv.9378

Haut de page

Auteurs

Iván González Tobar

LabEx Archimède (UMR 5140, ASM, Montpellier)

Stéphane Mauné

LabEx Archimède (UMR 5140, ASM, Montpellier)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals