Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Comptes rendus
Époques ancienne et médiévale

Flocel Sabaté (éd.), The Crown of Aragon. A singular mediterranean Empire

Stéphane Péquignot
Référence(s) :

Flocel Sabaté (éd.), The Crown of Aragon. A singular mediterranean Empire, Leyde – Boston, Brill, coll. « Brill’s Companion to European History » (12), 2017, 563 p.

Texte intégral

1Qu’est-ce que la couronne d’Aragon ? Pour aborder cette question complexe, sans cesse remise sur le métier par les historiens depuis plusieurs générations, ce Companion au sous-titre provocateur (on y reviendra) est assurément très bienvenu. Ce n’est certes pas le seul ouvrage offrant une vue d’ensemble récente sur la couronne d’Aragon médiévale et moderne (voir par exemple Ernest Belenguer et Felipe V. Garín (éd.), La Corona de Aragón siglos xii-xviii, Valence, 2006, et José Ángel Sesma Muñoz (éd.), La Corona de Aragón en el centro de su historia, Huesca-Saragosse, 2010-2011, 3 vol.), mais il est le premier du genre en anglais depuis la synthèse classique de Thomas N. Bisson, The Medieval Crown of Aragon. A short history (1986). D’après Flocel Sabaté, qui signe la préface, l’enjeu est ici d’ouvrir de nouvelles perspectives sur une Couronne définie comme « a set of territories that became a leading actor in the Late Middle Age before desappearing and becoming absorbed within various modern nations » (p. vii), un ensemble qui serait marqué par une hétérogénéité institutionnelle, sociale, juridique, économique et politique alors acceptée, à l’inverse d’une époque moderne et d’une Espagne placées sous le sceau de l’homogénéisation à marche forcée.

2Seize auteurs envisagent selon une progression claire et pédagogique les méandres d’une histoire complexe. Flocel Sabaté développe son propos liminaire dans un premier chapitre retraçant avec précision les grandes scansions de l’expansion de la Couronne, l’œuvre commune d’un roi faible et d’autres pouvoirs avec lesquels il lui faut composer. Le mouvement produit une « méditerranéisation » de la Couronne tout en impliquant des modifications profondes dans les sociétés affectées, au premier rang desquelles figure la Sardaigne. Après cette interprétation d’ordre général, plusieurs articles permettent d’observer la genèse de la couronne d’Aragon dans son contexte. Jesús Brufal rappelle la trame et le passé musulmans de territoires du Nord-Est de la péninsule Ibérique qui seront ensuite dominés par les rois d’Aragon. S’attachant également aux ixe-xiie siècles, Adam Kosto compare avec brio les trajectoires des comtés catalans et aragonais avant l’union dynastique. Histoires parallèles ? Assurément, défend l’historien, qui refuse toute téléologie dans la formation initialement contingente de la Couronne. Mais aussi, au rebours d’approches trop compartimentées, histoires convergentes à plusieurs titres, car les différents territoires traversent des expériences communes. La constitution d’un État patrimonial au nord des Pyrénées et la « grande guerre méridionale » contre la maison de Toulouse jouent également un rôle décisif dans les premiers temps de la couronne d’Aragon, dont l’horizon occitan s’avère plus résilient qu’on ne l’a longtemps soutenu (Pere Benito). La culture n’est pas oubliée dans cet effort de contextualisation. Isabel Grifoll brosse un tableau général des conditions et des productions d’une période marquée par le travail des clercs dans les scriptoria et l’émergence du langage des troubadours, tandis que Xavier Barral i Altet inscrit l’art roman dans une géographie et une périodisation larges et nuancées. L’analyse de monuments et d’œuvres emblématiques, malheureusement non visibles dans le livre, met en évidence « l’effervescence architecturale » dans les terres conquises sur les musulmans et, surtout, la situation paradoxale d’un art roman qui connaît en Catalogne une forme de renaissance au tournant des xiie et xiiie siècles, alors même que le gothique commence à briller plus au Nord.

3Les conditions de sa genèse ainsi éclaircies, la couronne d’Aragon médiévale est ensuite appréhendée en neuf chapitres prioritairement centrés sur l’expansion en Méditerranée. L’étude des enjeux politiques et territoriaux fait apparaître un modèle de souveraineté partagée dans lequel les « identités régionales » — une notion structurante dans le volume — trouvent leur place et même se renforcent avec l’émergence d’institutions représentatives ou la délimitation de nouvelles frontières (Flocel Sabaté). La dimension économique de l’expansion, un thème classique de la recherche, fait l’objet d’une attention particulière. Antoni Riera dresse en deux chapitres un tableau des productions, du commerce et de la « crise », à la fois synthétique, nuancé et ouvert sur les débats historiographiques, tandis que Damien Coulon établit un bilan clair sur les échanges commerciaux en Méditerranée orientale. Il n’est pas lieu ici d’entrer trop dans le détail, mais on soulignera au moins cinq points se dégageant de ces analyses concordantes : l’importance de la production des tissus dans l’économie des territoires de la Couronne et la transformation de la trame des échanges ; le rôle crucial du commerce à longue distance, notamment avec le Levant (loin d’être un open field of studies comme l’avancent de façon surprenante Alessandra Cioppi et Sebastiano Nocco, p. 352) ; la fonction désormais mieux connue des marchés et des acteurs locaux ; une forme de synergie entre l’expansion commerciale catalane et la croissance territoriale effectuée sous l’égide de la monarchie, ce qui relativise nettement l’opposition parfois postulée entre les deux processus (dans cette même direction, voir également l’article de David Igual Luis, « Los grupos mercantiles y la expansión política de la Corona de Aragón : nuevas perspectivas », dans Lorenzo Tanzini et Sergio Tognetti (dir.), Il governo dell’economia. Italia e Penisola Iberica nel basso Medioevo, Rome, 2014, pp. 9-32) ; la remise en cause de la notion de « crise » et de sa pertinence pour caractériser la couronne d’Aragon à partir du milieu du xive siècle. Plutôt qu’un phénomène uniforme paradoxalement installé dans la durée, s’impose désormais la conception de crises cycliques qui n’épuisent pas des dynamiques de transformation et d’adaptation, la véritable rupture, du moins pour la Catalogne, étant située au moment de la « guerre civile » qui secoue le Principat (1462-1473) [voir à ce sujet Gaspar Feliu, « La crisis catalana de la Baja Edad Media: estado de la cuestión », Hispania, 64/2 (217), 2004, pp. 435-466]. Malgré une présentation comparatiste efficace de Maria Bonet sur les sociétés des différents territoires de la Couronne au temps de l’expansion, l’histoire sociale demeure pour sa part en retrait. Une place de choix est en revanche de nouveau réservée aux aspects culturels. Dans une approche assez classique, Lola Badia et Isabel Grifoll décrivent les conditions de l’épanouissement linguistique et artistique catalan, évoquent les figures obligées de ce mouvement séculaire — Ramon Llull, Arnau de Vilanova, puis les autres auteurs du panthéon littéraire — et soulignent le poids de la langue catalane à la cour comme dans les usages administratifs. La deuxième partie du diptyque de Xavier Barral i Altet, consacrée à l’art gothique, permet ensuite de revenir de façon stimulante sur une forme emblématique de l’expansion catalane en Méditerranée.

4Après la plénitude médiévale, qu’est-il resté, que reste-t-il encore de la couronne d’Aragon ? Le livre fait apparaître trois types d’héritages, politiques, culturels et identitaires. À l’époque moderne, singulièrement à partir de la deuxième moitié du xvie siècle, comme le montre Antoni Simon, un clash se produit entre « deux modèles d’État » (p. 460), l’un, catalan, d’inspiration constitutionnaliste, pactiste et confédérale, l’autre, dans la couronne de Castille, absolutiste et unitariste. Les débats sur la potestas jurisdicendi du roi laissent alors transparaître la domination progressive en Catalogne d’une conception envisageant la souveraineté comme une émanation de la communauté, ce qui aide à renforcer sa cohésion, son identité. Fort de cette démonstration solidement étayée, Antoni Simon dénonce de façon engagée l’emprise d’une « historiographie espagnole nationaliste » qui aurait jeté le discrédit sur une couronne d’Aragon dont le système, contrairement à la monarchie hispanique, aurait été incapable de modernisation. Quoi qu’il en soit, la comparaison des argumentaires politiques entre la Castille et la Catalogne des xvie-xviie siècles est fructueuse, et invite à des prolongements. L’opposition entre deux modèles de souveraineté ne pourrait-elle être nuancée pour ce qui concerne le Moyen Âge ? En Castille aussi, il y a alors des pactes, des contrats, comme l’ont montré récemment plusieurs travaux (François Foronda, Ana Isabel Carrasco Manchado [dir.], Du contrat d’alliance au contrat politique. Culture et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse, 2007 ; François Foronda, Ana Isabel Carrasco Manchado [dir.], El contrato político en la Corona de Castilla. Cultura y sociedad políticas entre los siglos x al xvi, Madrid, 2008 ; François Foronda [dir.], Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval [xiiie-xve siècles], Paris, 2011). Et qu’en est-il en Aragon ? Une contribution à son sujet aurait permis une vue plus globale. L’ouvrage contient dans cette veine une ouverture salutaire vers les îles qui ont fait partie de la Couronne (Luciano Gallinari et Esther Martí Sentañés). L’empreinte catalane y est inégale, forte dans la culture politique, l’architecture et la langue en Sardaigne, bien moindre en Méditerranée orientale, où l’on peut néanmoins, aujourd’hui encore, entendre sur les îles grecques quelques tournures et proverbes témoignant de la réminiscence des atrocités commises par les Catalans au xive siècle. Expérience d’une conception et de pratiques politiques originales, creuset d’identités distinctes, complexes (la majorité des sujets du roi d’Aragon sont par exemple nommés « Catalans » en Méditerranée) et susceptibles de coexister, la Couronne devient pour Flocel Sabaté un cas dont l’examen posséderait en réalité une vertu citoyenne et politique : « The Middle Ages can supply references for running a polycentric society, characterised by the porosity of the frontiers, the fragility of geography, the communicability of space, the ambiguity of authority, the influence of supranational pressures, the trans-nationality of the elites, the versality of legislations, the transfers between public and private property and the interference of beliefs with global pretensions » (p. 25). Le livre fait donc écho, de manière discrète, à d’importants enjeux de notre temps, en Espagne et ailleurs.

5Voici donc une introduction à la couronne d’Aragon à la fois pluridisciplinaire, dense et attentive à la longue durée. Elle devrait contribuer, espérons-le, à renforcer l’intérêt pour cette histoire. Exiger en l’espèce une quelconque exhaustivité serait bien sûr absurde. Il n’est en revanche sans doute pas inutile d’indiquer aux lecteurs pressés trois limites de cet ouvrage. Tout d’abord, pour qui cherche à se familiariser avec les royaumes d’Aragon et de Valence, ou bien encore avec le Roussillon, le recours à d’autres synthèses demeurera nécessaire. En deuxième lieu, tous les chapitres ne sont pas composés avec la même exigence. Certains constituent de véritables synthèses critiques, où la définition et les contours même des objets étudiés sont mis à distance ; d’autres, bien que solides, restent plus descriptifs. Troisièmement, la bibliographie finale s’avère d’un usage problématique : les critères de sa composition ne sont pas explicités, tous les titres cités dans le volume n’y sont pas rassemblés, des synthèses et des travaux essentiels sur la Couronne en sont absents (cas par exemple de l’Història de Catalunya dirigée par Pierre Vilar, du XVIIIe Congrès d’histoire de la Couronne d’Aragon, Valence, 2004), etc.

6On terminera cette trop longue note par un retour au sous-titre de l’ouvrage, a singular Mediterranean Empire. Il aurait à mon sens été préférable de lui adjoindre un point d’interrogation, car tous les historiens réunis — sans parler des autres spécialistes — ne s’accordent pas pleinement sur la signification du mot et la pertinence de son emploi. Qu’on en juge : alors que Flocel Sabaté plaide en faveur d’un usage nuancé du terme — entendu en un sens essentiellement économique et commercial, renforcé par la mention de l’imperi(um) dans des textes juridiques —, d’autres chercheurs évitent les mots « empire » ou « impérial » pour qualifier la couronne d’Aragon (Adam Kosto, Antoni Riera), d’autres les épinglent au moyen de guillemets précautionneux (Pere Benito, p. 107), d’autres encore évoquent tour à tour la « couronne d’Aragon », une « confédération ibérique » (iberian confederation) et une « sorte de commonwealth catalano-aragonais incarné par l’union » (Alessandra Cioppi, Sebastiano Nocco, p. 347). David Abulafia propose un usage limité à « l’empire catalano-aragonais » du milieu du xive siècle au milieu du xve siècle, et caractérise l’ensemble de la Couronne par un paradoxe qu’il avait déjà employé pour le « royaume de Majorque » : un pouvoir politique faible, mais une puissance économique réelle. Damien Coulon refuse pour sa part explicitement d’appliquer la notion d’« Empire commercial » à la couronne d’Aragon en Méditerranée, préférant celle de « réseau », selon lui mieux à même de saisir la projection de la Couronne (p. 308). De tels écarts d’appréciation reflètent l’existence de débats qui ne sont pas encore tranchés. Ils révèlent l’embarras persistant de nombreux historiens face à l’emploi dans ce cadre de la notion d’empire, qui avait déjà fait polémique il y a bientôt un demi-siècle (voir Jerome Lee Schneidman, The Rise of the Aragonese-Catalan Empire. 1200-1350, New York, 1970, 2 vol. ; Mario Del Treppo, Mercanti catalani e l’espansione della Corona d’Aragon nel secolo xv, Naples, 1972 [traduction catalane 1976] ; Jocelyn N. Hillgarth, The Problem of a Catalan Mediterranean Empire 1229-1327, Londres, 1975). Certes, la formule a l’avantage d’inciter à la comparaison avec d’autres ensembles, « l’Empire génois », « l’Empire vénitien », « l’Empire Plantagenet » ou encore « l’Empire angevin » — qui ne sont d’ailleurs pas non plus épargnés par les querelles nominalistes. Dans le cas aragonais, ne risque-t-on pas néanmoins de confondre empire et rêves d’empire ? En dépit de l’inscription de la dynastie dans le sillage des Staufen, malgré l’importance des prophéties joachimites prédisant un roi d’Aragon comme futur dernier empereur avant la Parousie et le recours croissant dans la Couronne au xve siècle à des symboles connotés de façon impériale (dragon, chauve-souris, aigle), le roi en effet n’est pas un empereur, et l’emprise d’une idéologie impériale sur les projets et le gouvernement effectifs de la monarchie mériteraient d’être mieux connus. On gagera donc que le recours à la notion d’empire, un terme ambivalent et dont les occurrences restent somme toute rares avant le xve siècle, continuera à susciter la discussion parmi les spécialistes soucieux d’en préciser la définition ou d’en infirmer la validité. Au-delà, on pourra aussi s’interroger sur les effets d’un tel choix dans le débat public. En convoquant la notion d’Empire pour expliquer ce que fut la couronne d’Aragon, Flocel Sabaté se démarque sans ambiguïté d’une interprétation nationaliste univoque — autrement dit, il ne s’agit aucunement d’un retour aux thèses de l’Empire catalan de Rovira i Virgili —. Toutefois, dans le contexte actuel d’exacerbation des usages du passé en Catalogne comme en Espagne, en ira-t-il de même pour des lecteurs moins experts ? Il sera en ce sens intéressant d’observer à l’avenir la place prise par la notion d’empire et par sa critique dans les manifestations et les discours où l’histoire de la couronne d’Aragon est mobilisée à des fins politiques contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Péquignot, « Flocel Sabaté (éd.), The Crown of Aragon. A singular mediterranean Empire », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 48-2 | 2018, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/mcv/9573

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals