Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Les métamorphoses du peuple

La capacité politique des citoyen.ne.s

Albert Ogien
p. 275-278

Texte intégral

  • 1 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Levy, 1995.
  • 2 Robert Castel, Métamorphose de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

La démocratie contient, dans son concept même, le principe de l’égalité de tous et de toutes. Ce principe s’est traduit, en tout premier lieu, par le droit de choisir, au moyen du vote, ceux et celles auxquelles la responsabilité de conduire les affaires publiques sera confiée. Puis deux siècles d’histoire de gouvernement représentatif1 ont étoffé le contenu pratique de ce principe. Les luttes pour la conquête de droits individuels et collectifs y ont d’abord fait pénétrer le suffrage universel ; puis les institutions de l’État de droit ; et enfin celles de l’État social2, avec les politiques publiques garantissant l’accès des citoyen.ne.s à l’éducation, à la santé, au logement, au travail, au chômage, à la retraite ou aux loisirs afin d’assurer les conditions pratiques d’actualisation des droits formels. Les régimes démocratiques, tels que nous les connaissons à présent, sont le produit de ces évolutions, qui ont fini par fixer un modèle de société fondé sur l’égalité.

  • 3 Platon, La République, Paris, Garnier-Flammarion, 2016.
  • 4 Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme, vol. 2 : L’impérialisme, Paris, Fayard, 1982.
  • 5 Dominique Schnapper, L’esprit démocratique des lois, Paris, Gallimard, 2014.

La possibilité même de la démocratie a toujours été contestée sur le plan théorique. Pour les uns, donner le pouvoir au « peuple » est une démarche vouée à être minée par la démagogie, l’ignorance, les coalitions d’intérêts ou l’élitisme3 ; pour d’autres, instaurer le « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple » porte en germe l’impuissance politique ; d’autres encore affirment que ce régime permet d’inventer des stratagèmes pour priver le « peuple souverain » du contrôle sur ceux et celles qu’il a choisi pour le gouverner ; les derniers déplorent que le principe d’égalité autorise les citoyen.ne.s à faire valoir un droit inaliénable à « avoir des droits »4 et favorise un « égalitarisme » qui détruit la hiérarchie et le mérite et dévoie l’« esprit des lois5 ».

Une autre critique se fait entendre aujourd’hui. Elle repose sur un double constat : la démocratie ne parvient pas à honorer les promesses d’égalité et de liberté qu’elle porte ; et la politique est devenue le domaine réservé d’un milieu de professionnels qui en a fait son métier, en écartant les citoyen.ne.s de la délibération et des décisions en matière d’affaires publiques. La situation actuelle de la démocratie représentative est marquée par le fait que le suffrage universel a perdu une grande part de sa légitimité, au sens où ce qu’il avait de miraculeux — le fait pour les dirigeant.e.s de pouvoir affirmer : « vous nous avez élu.e.s, alors vous devez accepter ce que nous faisons en votre nom ! » — s’est effrité. Le consentement des gouverné.e.s est de moins en moins aveuglément accordé à ceux et celles qui ont gagné dans les urnes. Cette étonnante ingratitude du « peuple souverain » peut être envisagée de deux manières : soit comme une preuve d’infantilisme ou d’irrationalité ; soit comme la manifestation du désir d’exercer un véritable droit de regard sur l’action des gouvernant.e.s.

  • 6 Sandrine Rui, « La société civile organisée et l’impératif participatif. Ambivalences et concurren (...)
  • 7 Benjamin Arditi, « Les soulèvements n’ont pas de plan, ils sont le plan : performatifs politiques (...)
  • 8 Donatella della Porta, Joseba Fernandez, Hara Kouki, Lorenzo Mosca, Movement Parties against Auste (...)

Pour bon nombre d'analystes, un degré excessif de vigilance de la part des citoyen.ne.s est insupportable et il faut y mettre bon ordre afin de « laisser un gouvernement gouverner ». D’autres tiennent l’accroissement de la défiance vis-à-vis du monde des dirigeant.e.s pour le signe des impasses, des pathologies, de l’épuisement ou de la « crise » de la démocratie. Il n’y a cependant pas lieu d’admettre ces injonctions et ces prophéties. Car ce que les citoyen.ne.s sont en train de démontrer est que, loin de l’indifférence, de l’apathie ou du dégoût de la politique qu’on leur prête souvent, ils savent s’organiser pour mettre en œuvre de nouvelles formes d’action politique, que ce soit au sein d’ONG, de collectifs de lutte, d’associations6 ou en recourant à la désobéissance civile, aux occupations7 et à la création de « partis-mouvementistes »8. Les commentaires dénient souvent tout caractère politique à cet activisme « sauvage » qui se déploie à l’écart, voire contre, les institutions de la représentation. Ce jugement, qui trahit la crainte des puissants, repose sur une idée : l’incompétence et la bêtise du peuple. Ce texte entend montrer que cette idée est erronée.

La citoyenneté comme expérience

La citoyenneté n’est pas uniquement un statut qui confère un ensemble de droits politiques et sociaux aux personnes qui l’obtiennent et les oblige à remplir une série de devoirs auxquels elles ne peuvent se soustraire. Elle est une des multiples structures de l’expérience individuelle et collective qui encadrent la vie sociale ordinaire. De ce point de vue, être citoyen consiste à accumuler des éléments de ce savoir pratique qui organise l’accomplissement des actions qu’un individu engage en tant que membre d’une entité politique.

Dans les régimes de démocratie représentative, les citoyen.ne.s sont simultanément détenteur.rice.s d’une parcelle de la « souveraineté populaire » (en faisant usage du bulletin de vote) et partie prenante dans les interactions quotidiennes régies par un système établi de lois et de coutumes. Cette simultanéité correspond à la dualité constitutive du politique. Toute société se constitue et vit au croisement de deux sphères d’activité sociale : le politique, dont l’objet est de fixer un certain ordre de relations entre ressortissant.e.s d’une même entité politique ; et la politique, dont l’objet est la fabrication et l’entretien du cadre institutionnel dans lequel s’inscrivent les instances de gouvernement, de représentation et de participation. Entre le et la politique, le va-et-vient est incessant. Et c’est dans ce mouvement permanent que les citoyen.ne.s apprennent à faire usage des droits et devoirs attachés à leur statut et découvrent que, si c’est dans le politique que toute revendication de droits nouveaux émerge, pour qu’elle prenne force de loi commune, elle doit être portée vers le niveau de la politique qui, dans un État de droit, est le seul habilité à traduire cette revendication en textes législatifs ou réglementaires. L’exercice de la citoyenneté ne se réduit donc pas au fait de voter à intervalles réguliers afin de désigner une majorité de gouvernement. Il consiste tout autant à participer à cette « conversation démocratique » qui vise à réaliser, dans le quotidien des relations sociales, les principes d’égalité, d’autonomie et de pluralisme qui caractérisent les manières de vivre propres à une démocratie.

  • 9 Albert Ogien, Sandra Laugier, Le Principe démocratie, Paris, La Découverte, 2014.

En somme, si on envisage la citoyenneté comme expérience, on peut défendre une proposition : le simple fait de vivre dans une démocratie représentative conduit chacun.e à élaborer une conception du genre de société dans lequel on veut évoluer, du type de gouvernement qui devrait y prévaloir et de ce qu’il convient de faire pour l’imposer. Et comme l’effervescence politique qui règne aujourd’hui le confirme, être citoyen.ne dote une personne d’une capacité politique suffisamment pertinente pour lui permettre de prendre des décisions fondées pour la collectivité dans laquelle son existence quotidienne se déroule9.

La notion de pratiques politiques autonomes

Dans les démocraties représentatives contemporaines, la contestation des pouvoirs en place n’est pas le fait exclusif d’un « peuple » de râleurs, de « pitoyables » et d’« incompétents » dont les conduites passionnelles sensibles aux démagogues de tous bords mettent la démocratie en péril. Elle procède également d’une envie de démocratie radicale, qui s’exprime dans l’intervention directe au plan local, l’opposition aux politiques d’austérité, la dénonciation de la domination de la finance sur la vie, l’invention d’une forme de représentation qui ne soit plus dévoyée, la volonté d’exercer un contrôle effectif sur l’action de ceux et celles qui gouvernent en leur nom, le combat pour un traitement digne des migrants. Et, parfois, par la décision de prendre ses propres affaires en mains, sans plus se soucier de l’aide ou de l’adversité de l’État, quand ce n’est en se soustrayant à son emprise.

Cette reconfiguration du politique se heurte évidemment à la réaction farouche de ceux et celles qui détiennent le pouvoir, que l’idée de voir leurs prérogatives rognées inquiète et affole — jusqu’à la hantise de le perdre et la décision de tout faire pour empêcher une telle évolution : disqualification par l’accusation de populisme, modification de la Constitution, bourrage d’urnes, suspension des élections, meurtres, pressions financières, subordination des pouvoirs législatif et judiciaire à l’exécutif. Mais elle affronte également le scepticisme d’une partie de la population elle-même, qui doute du fait que le « peuple » soit capable de conduire les affaires publiques de façon raisonnable.

La démocratie est bien plus qu’une créature de manuel, un modèle, un dogme ou un idéal — même si elle est souvent présentée sous ces différentes figures. Contre ces constructions théoriques, il faut rappeler que la démocratie est une expérience concrète, historiquement ancrée dans des pratiques qui ont réussi à faire entrer l’égalité dans le droit et les mœurs, à imposer des garanties toujours plus larges à la liberté et la dignité des personnes et à garantir le pluralisme des manières d’être. C’est cette expérience qui alimente la puissance opiniâtre des citoyen.ne.s qui s’opposera toujours à ceux et celles qui s’attachent à tenir la démocratie pour une utopie charmante mais un peu fumeuse, ou un péril mortel pour la loi et l’ordre naturels.

Pour aller plus loin

https://vimeo.com/​318963852

Entretien avec Albert Ogien - Mélanges de la Casa de Velázquez, mai 2018
Crédits : Casa de Velázquez

Haut de page

Notes

1 Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Levy, 1995.

2 Robert Castel, Métamorphose de la question sociale, Paris, Fayard, 1995.

3 Platon, La République, Paris, Garnier-Flammarion, 2016.

4 Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme, vol. 2 : L’impérialisme, Paris, Fayard, 1982.

5 Dominique Schnapper, L’esprit démocratique des lois, Paris, Gallimard, 2014.

6 Sandrine Rui, « La société civile organisée et l’impératif participatif. Ambivalences et concurrence », Histoire, économie et société, 35 (1), 2016.

7 Benjamin Arditi, « Les soulèvements n’ont pas de plan, ils sont le plan : performatifs politiques et médiateurs fugaces », Raison Publique, 2014 [disponible en ligne].

8 Donatella della Porta, Joseba Fernandez, Hara Kouki, Lorenzo Mosca, Movement Parties against Austerity, Cambridge, Polity Press, 2017.

9 Albert Ogien, Sandra Laugier, Le Principe démocratie, Paris, La Découverte, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Ogien, « La capacité politique des citoyen.ne.s »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-1 | 2019, 275-278.

Référence électronique

Albert Ogien, « La capacité politique des citoyen.ne.s », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-1 | 2019, mis en ligne le 04 mars 2019, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/9683 ; DOI : 10.4000/mcv.9683

Haut de page

Auteur

Albert Ogien

CEMS-EHESS, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals