Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Débats. Les métamorphoses du peuple

Le peuple au xixe siècle

Une catégorie insaisissable
Michèle Riot-Sarcey
p. 303-306

Texte intégral

1Aux dires des commentateurs, le peuple, pensé au masculin, entrerait dans l’histoire avec la révolution et la grande armée de Napoléon Bonaparte, dont tous les écrivains du temps louèrent le génie. Un peuple héroïque, capable de se sacrifier pour la nation. Constamment présent pendant les journées révolutionnaires, dans la rue, sur les routes, le peuple semble impatient, et prompt aux manifestations intempestives. On le dit même responsable de la Terreur.

2Au xixe siècle, il s’impose et conquiert la visibilité, voire la sympathie, à condition qu’il se taise. Héros de roman, présent chaque jour dans les feuilletons, habile à manier la fronde et le fusil comme à dresser des barricades, il est craint. Mais qui est-il ? Qui sont ces centaines d’hommes et de femmes aperçus dans les rues de Lyon, lors de l’insurrection des canuts Lyonnais, par deux fois, en 1831 et 1834 ? La même année, avec Lucien Lewen, Stendhal rappelle, en incise, les stigmates de la répression, dont un immeuble du quartier de Vaise aurait gardé la trace. Tandis que les philanthropes parlent amplement d’une catégorie sociale défaite qui incarne l’inachèvement d’une espérance ; les uns en dénoncent l’immoralité, les autres cherchent à éradiquer la misère qui l’accable. Une plaie du siècle dont on souhaiterait éloigner le spectre.

  • 1 Expression d’Honoré de Balzac à son retour à Paris après les journées de Juillet.
  • 2 Tous les libéraux éclairés, de la première moitié du xixe siècle, des Saint-Simon à Augustin Thier (...)
  • 3 Expression d’Alphonse de Lamartine.
  • 4 Voire le fameux article de Saint-Marc Girardin publié par le Journal des Débats le 8 décembre 1831

3Après avoir salué l’action populaire pendant « les trois glorieuses » de 1830, immortalisée par Eugène Delacroix, les observateurs avisés, approuvent cette « restauration restaurée1 » par Louis Philippe, roi des barricades selon l’expression ironique de Heinrich Heine. Un an après, ces mêmes observateurs assistent médusés à l’« éclatement » de l’héritage du Tiers État2. En effet, en 1831, à Lyon pendant la révolte des canuts, une part de ce peuple, à peine saisissable, fait sécession, à la manière de la plèbe de la Rome antique. L’insurrection marque une rupture au regard d’une certaine idée que l’on se fait d’un peuple pluriel, hiérarchisé mais uni. Proches des « prolétaires » (le mot nouveau repris du sens antique signifie celui qui ne possède rien et tout juste capable de se reproduire), ces travailleurs de la soie ont osé se révolter contre les vainqueurs de la Révolution de 1789. Prolétaire est alors un « vilain mot3 » et reste étranger à la civilisation. Il est vrai que les « insurgés » qui « déferlent » dans les rues de la ville appartiennent à un groupe social encore mal identifié, dont on surprend la volonté, occultée jusqu’alors, de « vivre en travaillant ou mourir en combattant ». Très éloignés des Paysans de Balzac, ces travailleurs pauvres font également peur, mais autrement. Assimilés à des nouveaux « barbares4 », les hommes venus d’un autre monde doivent être policés, moralisés, éduqués, car dans l’imaginaire libéral ils représentent une menace à la fois semblable et différente à celle des paysans qui « abolirent » les privilèges. Toutefois, il suscite le même effroi que lors des jours sanglants de la Terreur. Le souvenir de Valmy s’est éloigné. Reste la peur des masses dont on ignore à peu près tout. À travers l’idée de peuple en lutte, c’est la démocratie — et la République — qui est redoutée, celle qui devrait aboutir logiquement au communisme ! Tel est le point de vue de Heine. Et la crainte de Balzac :

  • 5 Honoré de Balzac, Les Paysans [1840], préface de Louis Chevallier, Gallimard, Paris, 1975, p. 151.

Quoi qu’on fasse, les propriétaires ne comprendront la nécessité de la discipline qui rendit l’Église un admirable modèle de gouvernement, qu’au moment où ils se sentiront menacés chez eux, et il sera trop tard. L’audace avec laquelle le Communisme, cette logique vivante et agissante de la Démocratie, attaque la société dans l’ordre moral, annonce que dès aujourd’hui, le Samson populaire, devenu prudent, sape les colonnes sociales dans la cave, au lieu de le secouer dans la salle des festins5.

Ainsi s’exprime le narrateur de Balzac, qui dit ce que bon nombre de libéraux au pouvoir craignent dans les années 1840.

  • 6 Une partie de cette analyse est empruntée à mon ouvrage : Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la Lib (...)

4Au temps des « révolutions » et jusqu’en 1848, quand les insurgés de Juin, des gens de métiers, solidaires des ouvriers des Ateliers nationaux, aux côtés des chômeurs, furent bannis de la jeune République, le peuple insoumis est, de fait, rejeté de la communauté politique. Il est historiquement constitué par le regard de l’autre, toujours confronté à un rapport de force, aussi bien symbolique que matériel. Celui-ci fluctue en fonction des haines ou des besoins dont le peuple est l’objet (de la main-d’œuvre industrielle au rachat des fautes par la charité). Sans répit, il est observé de l’extérieur. Dans sa singularité comme dans son ensemble, il est indistinct. Sans devenir au regard de celui qui l’observe, il peut être paradoxalement à la fois étranger à la civilisation et défenseur de la Nation. Il est d’abord représenté avant d’exister pour et par lui-même. Et pour être vu, il se doit d’être conforme à la représentation qui l’enserre. C’est pourquoi il n’accède que rarement et de manière éphémère au statut de sujet de sa propre histoire. Le peuple de Valmy n’est ainsi pas le même que celui du temps de la Terreur ; tandis que le peuple vengeur, voire haineux, qui met à sac l’église de Saint-Germain l’Auxerrois, serait très éloigné du peuple généreux soucieux des biens d’autrui des « Trois glorieuses », alors qu’un an seulement sépare les deux événements. Entre la « canaille » et le « héros », il est très difficile de glisser des passerelles de compréhension et, de ce fait, son identité se dérobe. Néanmoins, tous les observateurs qui parlent du peuple scrutent alors avec inquiétude ses manifestations intempestives. On le voudrait uni, jamais en guerre civile et toujours à l’écoute des vainqueurs de 1789, car ceux qui parlent savent quel est son bien6. Cette part du peuple que l’on nomme « prolétaires » se dérobe à la société. C’est pourquoi le Journal Officiel de la toute jeune république de 1848, lors du décret relatif au suffrage dit universel, proclame sans ciller : « avec le suffrage universel, il n’y a plus de prolétaires en France ». Les républicains l’espèrent ! Ils se trompent.

  • 7 Au contraire d’Hannah Arendt pour qui le sujet de l’histoire serait celui qui est en capacité de (...)

5Beaucoup d’humanistes et d’écrivains parlent du peuple ou s’en préoccupent. Michelet, comme on le sait, s’est penché sur son sort, celui des hommes du peuple. Il en vante les mérites et les somme de ne pas imiter les manières mensongères et déjà falsifiées des bourgeois parvenus. Malgré l’empathie qu’il manifeste à leur égard, Michelet ne leur reconnaît pas toutefois la qualité de sujet de leur propre histoire7. L’homme du peuple qui prend la plume emprunterait aux lettrés ses formes d’écriture. L’authenticité manque.

6En d’autres termes, le peuple de Michelet est entièrement guidé par sa force primaire :

  • 8 Jules Michelet, Le Peuple [1846], Paris, Flammarion, 1974, p. 160.

Les classes que nous appelons inférieures et qui suivent de plus près l’instinct, sont par cela même éminemment capables d’actions, toujours prêtes à agir […] Nous autres gens cultivés, nous jasons, nous disputons […] cela dit, nous ne faisons rien8.

  • 9 Ibid., p. 165.

[Seuls] les simples font un grand peuple […] Celui qui veut connaître les dons les plus hauts de l’instinct du peuple, doit faire peu d’attention aux esprits mixtes, bâtards, demi-cultivés, qui participent aux qualités et aux défauts des classes bourgeoises. Ce qu’il doit chercher et étudier, ce sont spécialement les simples […] Il y a les simples de nature, et les simples de culture, les pauvres d’esprits qui ne distingueront jamais, les enfants qui ne distinguent pas encore, les paysans, les gens du peuple qui n’en ont pas l’habitude9.

  • 10 Gérard Bras, Les voies du peuple, Éléments d’une histoire conceptuelle, Paris, Éditions Amsterdam, (...)

7Selon Gérard Bras, Michelet participe à l’invention du peuple : « Le peuple de Michelet n’est pas construit comme un concept historique ou politique, mais bien présenté sous les espèces de ce que nous pouvons caractériser comme un mythe, une figure de l’imaginaire, qui quand elle est partagée devient pratique en donnant un sens commun au vivre ensemble10 ».

  • 11 Jacques Rancière, Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, 1992, p. 9 (...)
  • 12 On dit que Les Misérables furent le livre de chevet d’Hugo Chavez.

8Mais c’est sans aucun doute Victor Hugo qui construit le mythe du peuple, à la fois héroïque et repoussant. À la manière de Jacques Rancière — selon lequel Michelet « a fait parler le peuple en le faisant taire11 » —, je dirais que Victor Hugo crée le mythe à travers des figures qu’il fixe dans le marbre des Misérables dont le devenir est infini. Par la grâce talentueuse de l’écrivain le plus populaire, l’action concrète des hommes et des femmes, en 1830, 1834, 1848, en faveur d’une liberté qui leur fut confisquée, est évacuée d’une fiction dont le réalisme séduit les plus populistes des leaders actuels12. Et si l’on voit parfois encore le peuple embrasser la cause de l’histoire, la sienne ne lui appartient plus. Elle s’est arrêtée au seuil de la misère et reste prisonnière d’une aliénation toujours plus affirmée.

  • 13 Victor Hugo, Les Misérables [1862], Paris, Librairie Générale Française, 1985-1998, t. I, p. 817.

Faites de l’idée un tourbillon. Cette foule peut être sublimée. Sachant nous servir de ce vaste embrasement des principes et des vertus qui pétille, éclate et frissonne à certaines heures. Ces pieds nus, ces bras nus, ces haillons, ces ignorances, ces abjections, ses ténèbres peuvent être employées à la conquête de l’idéal. Regardez à travers le peuple et vous apercevrez la vérité13.

9Le peuple de Hugo n’est que l’instrument d’une histoire qu’il subit et au service de laquelle on l’imagine.

10L’idée du peuple se joue pour l’essentiel dans cette première moitié du xixe siècle. Partout en Europe, l’évolution des techniques au service de la révolution industrielle — seule révolution qui ait vraiment triomphé —, participe ensuite à la fabrique d’une autre catégorie populaire : la classe ouvrière organisée contre une bourgeoisie conquérante, petite ou grande, attachée à la propriété comme au capitalisme. On voit encore « le peuple » intervenir dans les luttes sociales au point que la question sociale sera la grande question de la Troisième République. Mais le peuple, composé d’un mixte d’artisans, de domestiques, d’ouvriers de métiers, de chômeurs, de canailles — immortalisée en 1865 par la chanson d’Alexis Bouvier —, resurgit sous la Commune tel qu’il avait été vu en 1848. En 1871 cependant, après la répression de la Commune, les écrivains useront de leur talent pour lui retirer toute forme d’humanité.

Haut de page

Notes

1 Expression d’Honoré de Balzac à son retour à Paris après les journées de Juillet.

2 Tous les libéraux éclairés, de la première moitié du xixe siècle, des Saint-Simon à Augustin Thierry, des saint-simoniens à Alexis de Tocqueville identifient le peuple à ce collectif, acteur au sein duquel la bourgeoisie éclairée doit servir de guide.

3 Expression d’Alphonse de Lamartine.

4 Voire le fameux article de Saint-Marc Girardin publié par le Journal des Débats le 8 décembre 1831.

5 Honoré de Balzac, Les Paysans [1840], préface de Louis Chevallier, Gallimard, Paris, 1975, p. 151.

6 Une partie de cette analyse est empruntée à mon ouvrage : Michèle Riot-Sarcey, Le Procès de la Liberté, une histoire souterraine du xixe siècle en France, Paris, La Découverte, 2016.

7 Au contraire d’Hannah Arendt pour qui le sujet de l’histoire serait celui qui est en capacité de dire ce qu’il fait.

8 Jules Michelet, Le Peuple [1846], Paris, Flammarion, 1974, p. 160.

9 Ibid., p. 165.

10 Gérard Bras, Les voies du peuple, Éléments d’une histoire conceptuelle, Paris, Éditions Amsterdam, 2018, p. 176.

11 Jacques Rancière, Les noms de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Le Seuil, 1992, p. 96.

12 On dit que Les Misérables furent le livre de chevet d’Hugo Chavez.

13 Victor Hugo, Les Misérables [1862], Paris, Librairie Générale Française, 1985-1998, t. I, p. 817.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Riot-Sarcey, « Le peuple au xixe siècle »,Mélanges de la Casa de Velázquez, 49-1 | 2019, 303-306.

Référence électronique

Michèle Riot-Sarcey, « Le peuple au xixe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez [En ligne], 49-1 | 2019, mis en ligne le 04 mars 2019, consulté le 27 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/mcv/9733 ; DOI : 10.4000/mcv.9733

Haut de page

Auteur

Michèle Riot-Sarcey

Professeur émérite, Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Mélanges de la Casa de Velázquez est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Casa de Velázquez
  • OpenEdition Journals