Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Essais et recherchesN’espoir ne peur

Essais et recherches

N’espoir ne peur

Origine et diffusion de la devise du duc Charles II de Bourbon
N’espoir ne peur. The origins and circulation of the motto of Duke Charles II of Bourbon
Jacques Hanoune
p. 153-166

Résumés

Le cardinal Charles II de Bourbon (1436-1488) a légué à la cathédrale de Sens une tapisserie L’Adoration des Mages qui comporte dans son bandeau la devise treize fois répétée N’espoir ne peur. Cette devise – ou mot – est originale et pourrait surprendre venant d’un homme d’Église. La mention du rôle négatif de la crainte et de l’espoir remonte à l’Antiquité gréco-romaine et en particulier à Lucien de Samosate. C’est le cardinal Charles II de Bourbon, érudit et féru d’héraldique, qui a réinventé cette devise, que l’on peut considérer comme une simple règle de vie personnelle. En particulier sous sa formulation latine nec spe nec metu, elle a eu une diffusion extrêmement grande dans les siècles suivants et jusqu’à nos jours, sa signification étant devenue une affirmation soit d’athéisme, soit d’indépendance personnelle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La Tapisserie de l’Adoration des Mages
Qui était Charles II de Bourbon ?
Origine et signification de la devise
Relève-t-elle d’un scepticisme religieux ?
Est-elle l’exemple d’un stoïcisme chrétien ?
Diffusion de la devise
La devise à la période classique
La devise à la période moderne : un mème envahissant

Aperçu du texte

En 1839, Victor Hugo voyage dans le midi de la France, puis en Bourgogne. Sur le chemin de retour, il s’arrête à Sens le 24 octobre. La cathédrale le fascine :

Après avoir vu cet autel et ce sépulcre, cet alpha et oméga, on entre dans le trésor, et l’impression est complète quand on a lu sur la superbe tapisserie de Charles de Bourbon le vieux cri d’armes de sa maison : Ni espoir ni peur ; devise qui oublie Dieu et qui semble faite pour une famille morte.

Il faut beaucoup pardonner au poète ! Il oublie de signaler que la devise se trouve sur la Tapisserie de l’Adoration des Mages et non sur celle des Trois couronnements qui était un peu plus connue, à l’époque comme maintenant. Cette devise n’est pas le vieux cri d’armes de la maison de Charles de Bourbon. Comme nous le verrons, elle a été inventée ou ressuscitée par ce dernier. Certes, la « race de Saint Louis, Louis XVI, Louis XVIII et Charles X, est bien éteinte et résumée en trois rois, le roi décapité, le roi exilé et le roi chas...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Hanoune, « N’espoir ne peur », Médiévales, 77 | 2019, 153-166.

Référence électronique

Jacques Hanoune, « N’espoir ne peur », Médiévales [En ligne], 77 | automne 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/medievales/10572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.10572

Haut de page

Auteur

Jacques Hanoune

Directeur de recherche émérite à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search