Navigation – Plan du site

AccueilNuméros80Essais et recherchesFemmes et memoria liturgique dans...

Essais et recherches

Femmes et memoria liturgique dans la péninsule Ibérique (xe-xiiie siècle)

Une approche à partir des Beatus
Gaelle Bosseman
p. 119-135

Résumés

Femmes et memoria liturgique dans la péninsule Ibérique (xe-xiiie siècles). Une approche à partir des Beatus
Les manuscrits enluminés du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana (fin du viiie siècle) constituent un incontournable des bibliothèques monastiques de la péninsule Ibérique au Moyen Âge central. À l’origine destinés à la méditation des moines, les Beatus se sont vraisemblablement enrichis à partir du xie siècle d’une fonction funéraire et liturgique (Otto Werckmeister). Majoritairement anonymes, et sans indices certains sur les monastères dans lesquels ils ont été utilisés, ils ont été inconsciemment rattachés à des milieux masculins. Therese Martin et John Williams ont néanmoins récemment rappelé que les indices du rôle et de la place des femmes dans la commande et l’usage des Beatus existent. Le rôle particulier des femmes dans la préservation de la memoria liturgique au Moyen Âge étant bien connu, cet article s’efforce de préciser les liens entre les fonctions liturgiques et funéraires de certains Beatus et le rôle des femmes dans la préservation de la memoria.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Une fonction d’intercession d’après deux donations féminines de Beatus aux xe-xie siècles ?
Des livres aux fonctions symboliques et signifiantes : les Beatus dans la liturgie funéraire (xie-xiie siècles)
Les Beatus cisterciens, piété funéraire et intercession féminine (xiie-xiiie siècles)

Aperçu du texte

Dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge central, un ensemble de données éparses permet de mettre en relation de manière privilégiée les Beatus – les remarquables manuscrits enluminés du Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana (fin du viiie siècle) – et un public spécifiquement féminin. Aux xe et xie siècles, des femmes de la haute aristocratie pourraient en avoir fait don à des monastères. À la même époque, on sait par son colophon qu’une moniale, appelée En(de), avait dirigé l’enluminure d’un Beatus. Enfin, parmi les Beatus produits entre la fin du xiie et le début du xiiie siècle dans les monastères cisterciens, plusieurs étaient utilisés dans des établissements féminins. L’un d’eux pourrait avoir été une commande de la reine Bérengère de Castille (m. 1246). Cet article entend suivre ces traces pour étudier le lien entre les Beatus et le rôle des femmes dans la préservation de la memoria liturgique.

Le Commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana constituait un vérit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaelle Bosseman, « Femmes et memoria liturgique dans la péninsule Ibérique (xe-xiiie siècle) », Médiévales, 80 | 2021, 119-135.

Référence électronique

Gaelle Bosseman, « Femmes et memoria liturgique dans la péninsule Ibérique (xe-xiiie siècle) », Médiévales [En ligne], 80 | printemps 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/medievales/11478 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.11478

Haut de page

Auteur

Gaelle Bosseman

Université Toulouse-Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search