Navigation – Plan du site

AccueilNuméros80Notes de lectureCeridwen Lloyd-Morgan, Erich Popp...

Notes de lecture

Ceridwen Lloyd-Morgan, Erich Poppe (dir.), Arthur in the Celtic Languages. The Arthurian Legend in Celtic Literatures and Traditions

Cardiff, University of Wales Press (« Arthurian Literature in the Middle Ages », 9), 2019, xxiv-408 p.
Alban Gautier
p. 189-192
Référence(s) :

Ceridwen Lloyd-Morgan, Erich Poppe (dir.), Arthur in the Celtic Languages. The Arthurian Legend in Celtic Literatures and Traditions

Cardiff, University of Wales Press (« Arthurian Literature in the Middle Ages », 9), 2019, xxiv-408 p.

Texte intégral

1Ce livre est le neuvième volume d’une collection qui, depuis une trentaine d’années, s’est imposée comme une des principales références dans le champ des études arthuriennes, chaque tome se proposant de couvrir, à travers des chapitres de synthèse, l’ensemble de la production relevant de la matière de Bretagne dans un domaine linguistique donné. Plus précisément, l’ouvrage recensé ici prend la relève du premier volume paru dans la collection en 1991, The Arthur of the Welsh, qui a rendu bien des services, mais qui avait vieilli. À travers une refonte complète du projet, l’objectif visé dans ce nouvel opus est double : intégrer, d’une part, les résultats des recherches conduites au cours des trois dernières décennies et, d’autre part, étendre le périmètre de l’inventaire à des textes celtiques extérieurs au monde gallois médiéval, à savoir aux œuvres composées dans les deux autres langues brittoniques (cornique et breton) et dans le domaine gaélique (irlandais et écossais, le mannois n’étant pas inclus faute de production arthurienne connue dans cette langue), mais aussi aux productions post-médiévales, que celles-ci relèvent du folklore et des traditions populaires ou qu’il s’agisse de compositions originales témoignant du succès sans cesse renouvelé de la matière de Bretagne en pays celtique. Le résultat est un impressionnant assemblage de vingt-quatre contributions, œuvres de chercheurs britanniques, irlandais, américains, français et allemands, réparties en trois sections de taille très inégale correspondant aux trois domaines linguistiques : gallois (dix-sept chapitres), cornique et breton (quatre chapitres) et gaélique (trois chapitres).

2Le domaine gallois est, comme de juste, le plus abondant. C’est en effet au pays de Galles – cela ne fait plus aucun doute aux yeux de l’immense majorité des spécialistes – que la figure d’Arthur a émergé au cours des premiers siècles médiévaux et qu’elle a connu ses premiers développements littéraires entre le ixe et le xiie siècle, bien avant que Geoffroy de Monmouth et d’autres auteurs, latins puis français, ne s’en saisissent. Néanmoins, en dépit de son succès international, Arthur est toujours resté une figure importante de la littérature en langue galloise, perçue comme indigène et lui appartenant en propre : même les œuvres fortement inspirées de la production anglaise ou continentale lui ont conservé un certain nombre de traits spécifiques et beaucoup ont eu soin de l’inscrire dans la géographie et le paysage gallois. En outre, il n’a pas vraiment connu d’éclipse entre la fin du Moyen Âge et la période romantique. Faire la part de la continuité et des renouvellements liés à la réception d’œuvres élaborées sur le continent ou en Angleterre, mais aussi rendre compte de leur articulation, constitue un des principaux questionnements pour les auteurs de chaque contribution.

3Les trois premiers chapitres explorent les origines de trois figures dans la poésie galloise : Arthur, Myrddin (Merlin) et le trio formé par Trystan, Esyllt et March (Tristan, Iseult et Marc) apparaissent d’abord dans des poèmes non narratifs, souvent très allusifs et particulièrement difficiles à dater, car même s’ils ont été copiés dans des manuscrits tardifs (xiiie siècle au plus tôt et jusqu’au xviie siècle), certains pourraient remonter au xe siècle, peut-être même jusqu’au vie pour la collection élégiaque Y Gododdin. Les deux chapitres suivants portent sur deux native tales : Culhwch et Olwen (xie-xiie siècle ?) et Le Songe de Rhonabwy (xive siècle ?), des récits en prose qui mettent en scène le personnage d’Arthur. Ces cinq premiers articles – pendant vernaculaire et complément indispensable aux premiers chapitres du sixième volume de la collection, The Arthur of Medieval Latin Literature, paru en 2011 sous la direction de Siân Echard – couvrent donc l’ensemble de la production littéraire galloise qu’il est permis de regarder soit comme antérieure à Geoffroy et aux romans français, soit comme largement étrangère à leur réception au pays de Galles.

4Au contraire, les six chapitres suivants étudient des œuvres en prose des trois derniers siècles du Moyen Âge qui témoignent d’allers-retours complexes, parfois difficiles à préciser, entre des traditions locales vivantes et la matière de Bretagne « internationale », principalement en latin et en français. À cette catégorie appartient d’abord la chronique Brut y Brenhinedd, titre sous lequel sont désignées les diverses adaptations galloises de l’Historia regum Britanniae de Geoffroy, présentes dans pas moins de soixante manuscrits ; une présentation sous forme de tableau n’aurait pas été inutile, mais on comprend que l’autrice n’a pas souhaité figer un champ qui reste l’objet de nombreux débats). On trouve aussi trois « romans » qui mettent en scène Owain (Yvain), Geraint (Erec) et Peredur (Perceval), et pour lesquels l’influence de Chrétien de Troyes est patente : plus personne ou presque ne prétend, comme certains l’ont cru jusqu’au milieu du xxe siècle, que Chrétien a pu s’inspirer de ces œuvres, qui ne sont pas pour autant des adaptations serviles des romans français). Enfin, le récit intitulé Y Seint Greal est une traduction en un volume de La Queste del Saint Graal et de Perlesvaus, qui voit le personnage de Lancelot faire sa première apparition dans un texte en langue celtique.

5Dès la fin du Moyen Âge et jusqu’à l’époque contemporaine, la figure d’Arthur et la matière de Bretagne n’ont cessé d’irriguer la culture galloise, comme en témoignent de nombreuses allusions, références et réécritures qui font l’objet des six chapitres suivants. Arthur et les siens apparaissent régulièrement dans les Triades de l’île de Bretagne, connues par des manuscrits des xiiie-xve siècles, les versions successives témoignant de l’intégration croissante des récits continentaux à la tradition galloise. De même, la poésie galloise des xiie-xvie siècles fourmille d’allusions : comparaisons entre Arthur et des dirigeants comme Owain Glyndŵr (m. 1416), rappels des prophéties de Merlin, etc. Entre la fin du xive et le milieu du xvie siècle, des textes en prose – certains d’entre eux sont toujours inédits – ont puisé au même réservoir, souvent en brouillant les frontières entre historiographie et fiction. Il n’est donc pas étonnant de voir Arthur et son univers irriguer le folklore gallois, connu principalement grâce aux grandes enquêtes des xviiie et xixe siècles. De même, depuis l’œuvre de Giraud de Barri au xiie siècle jusqu’aux travaux les plus récents, la toponymie galloise constitue un témoignage de l’interpénétration, à vrai dire très fluctuante, entre la geste arthurienne et la culture galloise. Enfin, le renouveau d’une littérature en langue galloise à partir de la fin du xviiie siècle n’a pas oublié la matière de Bretagne, mais ce n’est qu’après 1900 qu’Arthur et Avalon reviennent au premier plan de la production littéraire, exigeante ou populaire : le poète, philologue et critique littéraire T. Gwyn Jones (1871-1949), lecteur des textes gallois médiévaux autant que de Malory et de Tennyson, joue ici un rôle de premier plan.

6L’apparition d’Arthur dans les autres langues celtiques est beaucoup plus tardive. Que ce soit en cornique, en breton, en gaélique irlandais ou en gaélique écossais, les premiers textes arthuriens peuvent être datés entre le milieu du xve et le début du xvie siècle – la présence du personnage dans ces régions pouvant évidemment être attestée de manière bien plus ancienne à travers des textes latins. Cependant, comme le montrent les sept chapitres qui leur sont consacrés, c’est sans doute là le seul véritable point commun entre ces quatre domaines : en termes de perception du personnage et de son univers, de circulations des textes et d’influences extérieures, de rapport à la tradition orale, de genres littéraires ou de réappropriation de la matière dans les œuvres plus récentes, chacun se singularise.

7Dans les Cornouailles insulaires, en raison de l’acculturation de la région au monde anglo-normand et du petit nombre de textes en cornique (cette langue, qui avait disparu de la moitié orientale du comté dès le xiie siècle, s’est éteinte au xviiie), les études arthuriennes ont longtemps été limitées à quelques fragments dispersés et aux travaux des folkloristes. Elles ont été renouvelées par la découverte en 2000 d’un mystère intitulé Bewnans Ke : composée vers 1500, cette Vie de saint Ke (un saint local qui ne se confond pas avec le Keu des romans arthuriens) intègre des passages adaptés de l’œuvre de Geoffroy de Monmouth. Après le gallois, c’est en breton qu’Arthur, Merlin et les autres apparaissent le plus souvent : on les trouve ici aussi dans des mystères des xve et xvie siècles (Sainte Tryphine et le roi Arthur, Vie de saint Nonn), mais aussi dans un poème de cour composé en 1532 en l’honneur du duc (et dauphin de France) François III, ou encore dans un dialogue prophétique sans doute écrit autour de 1570. La matière arthurienne irrigue aussi la tradition des gwerz (ballades), dont beaucoup sont connus à travers le Barzaz-Breiz, la collecte aux modalités typiquement romantiques compilée par Théodore Hersart de la Villemarqué (1815-1895). Il n’est donc pas étonnant qu’Arthur soit devenu une figure récurrente de la littérature bretonnante du xxe siècle : parmi les auteurs qui publient dans revue Gwalarn, c’est sans doute Xavier de Langlais (1906-1975) qui, en français puis en breton, aura laissé la trace la plus durable à travers une série de romans qui relocalisent la geste arthurienne dans le paysage armoricain.

8Pour terminer ce tour d’horizon, les littératures gaéliques présentent deux tableaux contrastés. En Irlande, Arthur n’est certes pas entièrement absent, mais, contrairement à toutes les autres littératures celtiques et pour reprendre l’expression d’Erich Poppe, « il n’est pas chez lui ». Au milieu de l’immense océan de la littérature en moyen irlandais, les quelques textes traduits ou adaptés du latin ou du gallois, puis plus tard du français ou de l’anglais, font bien pâle figure : on mentionnera le Lebor Bretnach, traduction de l’Historia Brittonum dans la seconde moitié du xie siècle qui intègre naturellement le célèbre chapitre sur les batailles d’Arthur, et surtout la Lorgaireacht an tSoidigh Naomhtha, traduction de la Queste del Saint Graal, assez proche de l’original français, connue par des manuscrits de la fin du xve siècle. Par la suite, Arthur apparaît de loin en loin, puisque cinq compositions sont attestées jusqu’au xviie siècle, mais sans jamais s’imposer comme une figure majeure de la littérature irlandaise. Dans l’ouest et le nord de l’Écosse, le caractère essentiellement « britannique » d’Arthur et l’influence de la littérature en scots (l’anglais des Lowlands écossais) ont au contraire assuré à cette matière une place importante dans la littérature princière, la toponymie et le folklore gaéliques ; Arthur est même devenu un ancêtre revendiqué par certains clans. On peut espérer que le bilan provisoire consacré à ces textes écossais suscitera de nouvelles enquêtes.

9Fidèles à l’esprit de la collection, les éditeurs et les auteurs nous offrent donc un outil de travail de grande qualité, confectionné avec le plus grand soin. Le livre s’ouvre sur une introduction dense et un glossaire des termes gallois ; il s’achève avec une bibliographie (particulièrement développée pour les éditions de textes et les traductions) et un index détaillé. Notons enfin que tous les textes cités en langue originale sont pourvus d’une traduction en anglais : malgré la technicité de certains passages, le lecteur ignorant des langues celtiques n’est presque jamais incommodé, ce qui constitue un véritable tour de force.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Gautier, « Ceridwen Lloyd-Morgan, Erich Poppe (dir.), Arthur in the Celtic Languages. The Arthurian Legend in Celtic Literatures and Traditions », Médiévales, 80 | 2021, 189-192.

Référence électronique

Alban Gautier, « Ceridwen Lloyd-Morgan, Erich Poppe (dir.), Arthur in the Celtic Languages. The Arthurian Legend in Celtic Literatures and Traditions », Médiévales [En ligne], 80 | printemps 2021, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/medievales/11590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.11590

Haut de page

Auteur

Alban Gautier

Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search