Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81ThématiquePar le cuer bieu et autres jurons...

Thématique

Par le cuer bieu et autres jurons. Comment entendre le blasphème dans le Roman de Renart ?

Par le cuer bieu et autres jurons. Comment entendre le blasphème dans le Roman de Renart ?
Valentine Eugène
p. 21-34

Résumés

Par le cuer bieu et autres jurons. Comment entendre le blasphème dans le Roman de Renart ?
Cet article s’intéresse à la façon d’entendre le blasphème dans le Roman de Renart et, à travers lui, « la voix du grand laïc ». Pour ce faire, nous considérerons aussi bien ses modalités linguistiques, ses propriétés morphologiques et le problème que le choix du discours direct soulève dans la réception effective des textes au Moyen Âge que les enjeux littéraires et sociohistoriques que révèlent ses différents emplois au sein de cette œuvre.
blasphème, juron, outrage, péché de la langue, profane, Roman de Renart, serment

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Ouïr le blasphème dans le Roman de Renart
Le blasphème au prisme du langage
La morphologie du blasphème dans le Roman de Renart
Rapporter la parole blasphématoire
Les problèmes soulevés par la performance
Comprendre l’expression blasphématoire dans le Roman de Renart : sens et fonctions du juron

Aperçu du texte

Au xiisiècle, « le statut de la parole vacille ». Ce phénomène est en grande partie expliqué par les récentes transformations sociales : les laïcs, en particulier, se font « de plus en plus entendre ». Émerge alors une « parole nouvelle », interpersonnelle et horizontale, qui inquiètent fort les prédicateurs. Ces derniers se doivent d’intervenir pour « distinguer le bon du mauvais », « le licite de l’illicite », et « démarquer un pouvoir bénéfique d’un pouvoir maléfique » : « Gouverner la langue c’est gouverner tout court. » Pour ce faire, les théologiens reprennent différemment l’enseignement du système des sept péchés capitaux. Dès le siècle suivant, Guillaume Peyraut ajoute, dans sa grande Somme dominicaine sur les vertus et les vices, un dernier péché : le peccatum linguae. Le péché de la langue naît donc dans un contexte essentiellement marqué par le combat d’une « parole nouvelle contre [une] parole nouvelle » : celle des prédicateurs face à celle des villes, des tavernes, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Eugène, « Par le cuer bieu et autres jurons. Comment entendre le blasphème dans le Roman de Renart ? », Médiévales, 81 | 2022, 21-34.

Référence électronique

Valentine Eugène, « Par le cuer bieu et autres jurons. Comment entendre le blasphème dans le Roman de Renart ? », Médiévales [En ligne], 81 | automne 2021, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/11857 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.11857

Haut de page

Auteur

Valentine Eugène

Sorbonne université, EA 4349

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search