Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Notes de lectureStéphane Coviaux, La Fin du monde...

Notes de lecture

Stéphane Coviaux, La Fin du monde viking

Paris, Passés composés/Humensis, 2019, 366 p.
Victor Barabino
p. 199-202
Référence(s) :

Stéphane Coviaux, La Fin du monde viking, Paris, Passés composés/Humensis, 2019, 366 p.

Texte intégral

1Stéphane Coviaux signe une synthèse pionnière dans le domaine des études scandinaves françaises, dans laquelle il se propose de porter à la connaissance du public français une vue d’ensemble du processus de transition entre paganisme et christianisme en Scandinavie.

2Après une brève introduction (p. 9-17), l’auteur s’attarde tout d’abord sur les premières traces du christianisme en Scandinavie, à la fin de l’âge du fer (p. 21-44). Il s’intéresse ensuite aux missions de saint Anschaire, après être revenu sur le baptême d’Harald Klak (p. 45-79). Puis, sous l’appellation de « chemins obscurs du christianisme », l’auteur regroupe les marchands, les conversions officielles, les fondations vikings et les « chrétiens en terre viking » ayant participé à la christianisation avant l’an mil (p. 81-112). Le tournant de l’an mil est pris comme point de départ du quatrième chapitre (p. 113-191), qui s’attache à décrire les conversions successives du Danemark, de la Norvège, de l’Islande et, pour finir, de la Suède. Enfin, les trois derniers chapitres sont consacrés respectivement aux entreprises missionnaires (p. 163-208), aux différentes attitudes des populations scandinaves face à la christianisation (p. 209-241) et à l’apparition de cadres de vie chrétiens dans les sociétés scandinaves des xie-xiie siècles (p. 243-285), avant de conclure sur un court épilogue. Les annexes fournissent des notes abondantes et éclairantes, ainsi qu’une bibliographie sélective qui fait la part belle aux ouvrages scandinaves. Des index de noms de personnes et de lieux viennent utilement compléter l’ouvrage, de même qu’un livret photographique de belle qualité.

  • 1 F. Birkeli, Norske steinkors i tidlig middelalder : et bidrag til belysning av overgangen fra nor (...)

3On note d’abord un effort de périodisation important du fait de l’approche chronologique qui est proposée dans la progression de l’ouvrage. Toutefois, l’auteur reprend la chronologie en trois phases de Fridtjov Birkeli (p. 13)1. Au-delà du fait que cette périodisation commence à dater, elle est fondée sur l’archéologie des croix en pierre norvégiennes : elle ne correspond donc pas au témoignage des sources écrites, par exemple. D’autre part, cela ne correspond qu’au cas norvégien. Lorsque, plus loin, la conversion est située « autour de l’an mil ou peu après » (p. 113), il convient de nuancer le propos : le Danemark est converti dès le xe siècle, sous Harald à la Dent Bleue, comme le prouve d’ailleurs dès la page suivante la pierre de Jelling désignée comme le « certificat de baptême » du Danemark.

4Du côté de l’espace considéré dans l’ouvrage, l’auteur évoque le « monde nordique » dans sa « définition large » (p. 15), puis fournit une carte (p. 18-19) qui inclut des toponymes pour la Norvège, la Suède, le Danemark, la Normandie, les îles Britanniques et l’Islande. Pourtant, l’adjectif « nordique » devrait inclure aussi au minimum la Finlande, si ce n’est les pays baltes : le qualificatif de « scandinave » conviendrait mieux ici, l’idéal étant de parler de « diaspora viking », comme l’auteur le fait parfois (p. 85).

5Du point de vue formel, l’ouvrage a l’avantage de proposer d’abondantes citations de sources, mais parfois à l’excès. S. Coviaux cède parfois à la paraphrase, notamment concernant les missions d’Anschaire (p. 60-68). On notera également quelques digressions, concernant le débat sur la fondation de l’archevêché de Hambourg par exemple (p. 74-75), qui renforce l’impression que l’auteur ne s’intéresse pas directement aux effets des missions en Scandinavie. La fondation d’églises à Birka, Ribe et Hedeby, ainsi que la présence de cimetières chrétiens en Scandinavie dès le ixe siècle étaient des sujets pertinents en revanche : on regrette que l’auteur n’y consacre que deux pages du deuxième chapitre.

  • 2 Consulter à ce sujet le numéro de Médiévales, 51 (2006), consacré à « L’Occident sur ses marges ( (...)

6Néanmoins, on remarque une excellente connaissance globale de l’historiographie de la christianisation scandinave, dont l’auteur se propose de fournir la première synthèse en français. Le point de vue historiographique est souvent juste et explicitement assumé. L’auteur présente par exemple l’opposition entre une historiographie qui minimise l’impact de la christianisation dans la culture scandinave et une historiographie qui tend à valoriser l’idée d’une persistance du paganisme en contexte chrétien, en prenant clairement parti pour la seconde (p. 10). Son projet est mis en perspective avec l’historiographie anglophone existante, dans l’optique de remédier à un manque dans le domaine francophone (p. 12). Toutefois, l’ouvrage ne tient pas toujours ses promesses concernant la prudence à adopter envers une « lecture coloniale » du processus de christianisation en Scandinavie. Il étend en effet les conséquences de la christianisation à une mutation culturelle touchant à divers domaines de la société en dehors de la seule religion, ce qui semble juste, mais en faisant de ce phénomène une dynamique d’intégration à l’Occident chrétien (p. 12), il oppose de façon trop catégorique un centre et des périphéries au sein de l’espace européen médiéval, déjà largement remise en question par l’historiographie récente2. Les expressions de « processus de civilisation » (p. 55) et de « changement de civilisation » (p. 285) contribuent à contredire ses ambitions d’histoire décoloniale.

  • 3 Voir notamment : J. L. Byock, L’Islande des Vikings, Paris, 2007.

7S. Coviaux croise différents types de sources dans un effort appréciable, mais qui aurait gagné à moduler davantage les approches en fonction de la nature des sources examinées. En particulier, son traitement de l’archéologie est parfois superficiel, puisqu’il considère par exemple que les vestiges archéologiques permettent de « transforme[r] en certitude » (p. 32) des faits présents dans les sources narratives. Ces dernières sont interprétées à la lumière d’une attitude qui rejette toute « hypercritique » (p. 16) : on saluera ici l’effort fait en particulier pour réhabiliter les sagas dans le champ historique, dans la veine d’une approche déjà bien développée dans l’espace anglophone3. On regrettera toutefois le peu de précautions concernant certains décalages chronologiques entre les faits et la production des sources les concernant, par exemple cette citation d’un passage de la Saga d’Egill Skallagrimsson pour évoquer des événements se rapportant au règne d’Æthelstan (p. 89). Parmi les sources utilisées figure aussi la poésie scaldique. Ce type de source, méconnu du public français, aurait néanmoins mérité d’être présenté plus en détail, mais il est déjà plaisant de le voir abordé dans un ouvrage accessible au grand public.

  • 4 Voir par exemple : S. Bagge, Cross and Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vi (...)
  • 5 S. Coviaux, Christianisation et naissance d’un épiscopat : l’exemple de la Norvège du xe au xiie  (...)

8Sur le plan religieux, l’auteur insiste sur la connaissance du christianisme qui se développe avant les conversions proprement dites (p. 112). Il note par exemple l’apparition de la notion de salut de l’âme (p. 197) : à ce sujet, il aurait été bienvenu de mentionner que le concept d’âme n’était pas étranger au paganisme scandinave. Examinant le marteau de Lugnås (p. 212), S. Coviaux propose d’y voir une « hybridation » doctrinale entre paganisme et christianisme, dans une réflexion stimulante. Cependant, il aurait peut-être été prudent de postuler également qu’une influence iconographique et matérielle ne se traduit pas automatiquement par une adhésion religieuse. La démarche conserve néanmoins l’intérêt considérable de montrer l’impact culturel global de la christianisation en Scandinavie. De ce point de vue, son argumentation est tout à fait convaincante. On notera simplement, concernant la prégnance des influences chrétiennes chez les élites aristocratiques (p. 33), que l’auteur établit un lien entre christianisation et affirmation des pouvoirs locaux qui aurait gagné à être davantage explicité. L’idée est intéressante et aurait pu être étayée par une historiographie déjà abondante et pertinente à ce sujet4. Reste la question épineuse des attitudes scandinaves face à la christianisation. L’expression de « renaissance païenne » (p. 225) pour qualifier la résistance à la christianisation par des marques ostentatoires de paganisme implique que le paganisme se soit éteint en Scandinavie avant la christianisation, ce qui reste discutable. Au-delà de ces quelques écueils, l’auteur témoigne d’une connaissance approfondie de l’émergence des églises scandinaves, probablement issue en grande partie de sa brillante thèse sur les évêchés norvégiens au xie siècle5.

9Cet ouvrage propose donc une synthèse très utile de la christianisation scandinave. Davantage de recul critique sur les sources aurait sans doute permis d’exposer les débats qui opposent une christianisation superficielle, consistant en une mutation des cadres sociopolitiques, à une véritable conversion, impliquant un profond changement de foi. Toutefois, par le croisement pertinent des sources, une riche historiographie et une prose d’une grande clarté, S. Coviaux offre au public français une introduction indispensable à un pan de l’histoire européenne encore trop méconnu.

Haut de page

Notes

1 F. Birkeli, Norske steinkors i tidlig middelalder : et bidrag til belysning av overgangen fra norrøn religion til kristendom, Oslo, 1973.

2 Consulter à ce sujet le numéro de Médiévales, 51 (2006), consacré à « L’Occident sur ses marges (vie-xie siècles) ».

3 Voir notamment : J. L. Byock, L’Islande des Vikings, Paris, 2007.

4 Voir par exemple : S. Bagge, Cross and Scepter. The Rise of the Scandinavian Kingdoms from the Vikings to the Reformation, Princeton (NJ), 2014.

5 S. Coviaux, Christianisation et naissance d’un épiscopat : l’exemple de la Norvège du xe au xiie siècle, thèse de doctorat, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Barabino, « Stéphane Coviaux, La Fin du monde viking », Médiévales, 81 | 2022, 199-202.

Référence électronique

Victor Barabino, « Stéphane Coviaux, La Fin du monde viking », Médiévales [En ligne], 81 | automne 2021, mis en ligne le 12 janvier 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/11958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.11958

Haut de page

Auteur

Victor Barabino

Université de Caen Normandie, Centre Michel de Boüard CRAHAM UMR 6273

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search