Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Éditorial

Texte intégral

1Sans être rugissant, le 40e anniversaire de Médiévales, qui coïncide avec celui de sa maison d'édition, les Presses Universitaires de Vincennes, mérite d'autant plus d'écho que deux ans de pandémie ont tout assourdi. Le 26 février 2022 marque en outre le 15e anniversaire de la disparition d'Odile Redon, qui participa à la naissance de Médiévales, contribua activement à sa croissance, et dirigea sa publication jusqu'en 2001. Émotion et joie se mêlent donc dans les lignes qui suivent, qui empruntent pour partie les termes mêmes d'Odile Redon dans une lettre — et non un testament —, expliquant au comité de rédaction les raisons de son retrait de la direction de la revue l'année de ses 65 ans.

21982 : les Presses Universitaires de Vincennes sont créées à l'université qui prend la suite du Centre universitaire expérimental de Vincennes, fondé en 1968 et rasé au sol en 1980 en trois jours, à la toute fin du mois d'août, après le déménagement forcé à Saint-Denis de ses responsables et de ses usagers. Aucune trace ne demeure du site originel dans le bois de Vincennes, mais l'esprit inventif d'origine résiste à l'adversité et donne, entre autres, naissance à une nouvelle revue, Médiévales, sous l'égide du Centre de recherches de l'université rebaptisée « Paris VIII-Vincennes » en 1970-1971, puis, après son transfert contraint, « Université de Paris 8-Vincennes à Saint-Denis ». Les pères officiels de la jeune revue sont trois trentenaires doués et dynamiques, François-Jérôme Beaussart, Bernard Cerquiglini, et Orlando de Rudder († 2015). Ils sont linguistes et littéraires, comme le rappelle le sous-titre qui suit le nom de baptême de la publication : « Langues, textes, histoire ».

3La fabrication artisanale des premières années a laissé des traces évidentes dans les premiers numéros, dont on doit rappeler qu'ils ont été conçus bien avant la généralisation de l’informatique, et on doit saluer ici la générosité de Michel Pastoureau, qui concevait pour chaque livraison un dessin au trait, voire la régalait de mots croisés, sous le pseudonyme anagrammatique de Patricia Mulhouse.

4Ce type d’invention induisait un degré d’institutionnalisation très réduit, et de telles caractéristiques résistent mal au temps, aux nécessités économiques, voire, d’une certaine manière, au succès. Or, très vite la revue a été soutenue par le CNRS (n° 4, 1983), puis par le Centre National des Lettres (n° 15, 1988). La signature d’un contrat quadriennal avec le CNRS a confirmé l’évolution et a conduit à rendre lisible la direction de la revue, en 1995 ; Odile Redon est devenue « directeur de la publication », comme on disait alors, une fonction qui implique avant tout la nécessité d'un répondant de la revue, d'un interlocuteur vis-à-vis de l’éditeur, les PUV.

5Il fallait désormais que quelqu’un représente la revue vers l’extérieur : c’est normalement le directeur qui s’efforce d’entretenir le mouvement des idées en favorisant les contacts extérieurs, et qui entretient les contacts éventuellement avec la presse, les organisateurs de manifestations de type Salon, les auteurs. Il ou elle assume la responsabilité de la marche de la revue au nom de la Rédaction, d’une part face aux lecteurs, aux abonnés et aux instances de financement (CNRS, CNL), face aux auteurs d’autre part, en établissant éventuellement des contacts avec d’autres revues : c’est donc un travail de conception, d’organisation, de relations publiques, plus que d’autorité, qui fut en quelque sorte institutionnalisé en 1995, suivi de près par la fonction de rédacteur en chef assumée par Bruno Laurioux en 1997, épaulé par l'auteur de ces lignes en 1999 puis remplacé par le tandem Laurence Moulinier-Brogi-Geneviève Bührer-Thierry en 2000.

6La revue est ainsi passée somme toute assez rapidement de l'artisanat entre initiés à la visibilité dans le paysage scientifique national et international, sans oublier l'adaptation aux contraintes du numérique : il en coûta un peu aux amateurs du côté artisanal des débuts, mais ces changements devenus nécessaires, y compris ceux de la maquette, transformée radicalement à deux reprises, étaient aussi le signe que Médiévales avait pris une place dans le « médiévisme » universitaire, français et pas seulement.

740 ans plus tard, le bébé expérimental vincennois se présente donc comme une revue dans la fleur de l'âge, soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, et ayant su s'adapter à toutes sortes de mutations technologiques et d'évolutions intellectuelles, comme le montrent à la fois la composition de son comité de rédaction selon les époques, l'élargissement croissant de la gamme des thèmes ou des espaces considérés, ou encore l'existence officielle d'un réseau de correspondants étrangers. Médiévales est désormais une revue semestrielle connue en France comme à l'étranger, qui publie des articles en français (mais dotés de résumés anglais) de débutants comme de chercheurs confirmés sur tous les aspects du Moyen Âge : histoire, littérature et linguistique mais aussi droit, archéologie et histoire de l’art, en Occident comme en Orient. Fidèle à l'esprit de ses débuts, chaque livraison comprend un important dossier thématique coordonné par un spécialiste et un ensemble de rubriques qui traitent de l’actualité de la recherche ; signe du passage du temps, Médiévales existe dorénavant sur deux supports, papier et électronique, a été mise en ligne en 2005 et est désormais en accès libre au bout d'une « barrière mobile » d'un an.

8Malgré tous ces changements et grâce à eux, des traits de sa jeunesse et de sa genèse demeurent, à commencer, sur le plan pratique, par le lien avec Paris 8, puisque la revue a toujours pour éditeur les PUV ; d'un point de vue historique et » idéologique », aussi, la revue « descend » toujours de Vincennes, et a su et voulu éviter d'être assujettie à un pouvoir universitaire ou de devenir un instrument de pouvoir universitaire. L'esprit collégial des origines règne toujours sans partage : malgré une spécialisation des tâches qui s'est imposée avec son succès (responsable des points de vue, des essais et recherches, des livres reçus, de sa mise en ligne, etc.), être dans la revue signifie toujours accepter d’y faire un travail réel, sans distinguo entre de prétendus « intellectuels » et de supposés « exécutants » ou « administratifs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Moulinier-Brogi, « Éditorial »Médiévales, 82 | 2022, 5-6.

Référence électronique

Laurence Moulinier-Brogi, « Éditorial »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 10 novembre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12170 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12170

Haut de page

Auteur

Laurence Moulinier-Brogi

Université Lyon 2 – UMR 5648

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search