Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82ThèmeReines et rois mérovingiens « ple...

Thème

Reines et rois mérovingiens « pleins de jours » : approche démographique, idéologique et pratique

Merovingian Queens and Kings “Full of Days”: Demographic, Ideological and Practical Approach
Emmanuelle Santinelli-Foltz
p. 31-52

Résumés

La documentation de l’époque mérovingienne montre que quelques rois et reines ont dépassé le demi-siècle et évoque parfois la vieillesse de certains souverains, même si c’est beaucoup moins fréquemment que lorsqu’il est question de religieux. L’article vise donc à réexaminer la documentation disponible pour l’interroger, avec une approche genrée, sur la perception de la vieillesse pour ces individus participant à l’exercice du pouvoir royal, et à évaluer, en distinguant les points communs et les différences entre rois et reines, la proportion des souverains considérés âgés et ce qu’il en résulte en termes d’exercice du pouvoir. Le questionnement est successivement abordé sous l’angle démographique, idéologique et pratique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Identifier les souverains senes et les situations liées à la senectus ?
Une longévité plutôt réduite
Quelques rois et reines considérés comme potentiellement vieux
Identifier un discours sur l’exercice du pouvoir royal par les senes ?
Un discours quasi inexistant
Une question nullement ignorée
Identifier les effets de la vieillesse sur l’exercice du pouvoir royal ?
Modifier ses pratiques et avoir d’autres préoccupations ?
Une problématique genrée

Aperçu du texte

Grégoire de Tours précise, dans ses Dix livres d’histoires rédigés une quarantaine d’années après la mort de la reine (regina) Clotilde, que celle-ci mourut « pleine de jours » (plena dierum), ce qui correspond à la réalité, puisqu’elle aurait eu alors (vers 544-548) entre soixante-quatre et soixante-seize ans, et témoigne de la conscience que l’auteur avait du grand âge atteint par la reine. Même si l’évêque de Tours s’intéresse davantage à Clovis qu’à sa femme, diverses allusions laissent supposer que la longévité de la reine l’a conduite à participer à l’exercice du pouvoir royal, non seulement aux côtés de son mari, mais aussi de ses fils et de ses petits-fils, donc jusqu’à un âge avancé, ce qui contribue à expliquer que l’auteur enregistre sa mort et évoque ses funérailles. Si Grégoire de Tours n’utilise pas l’expression « plein (ou pleine) de jours » pour d’autres souverains, il enregistre la mort, en 589, de la reine (regina) Ingeberge, veuve de Charibert, « dans sa soixante-...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Santinelli-Foltz, « Reines et rois mérovingiens « pleins de jours » : approche démographique, idéologique et pratique »Médiévales, 82 | 2022, 31-52.

Référence électronique

Emmanuelle Santinelli-Foltz, « Reines et rois mérovingiens « pleins de jours » : approche démographique, idéologique et pratique »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12185

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Santinelli-Foltz

Université Polytechnique des Hauts-de-France, LARSH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search