Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82ThèmeLe roi « âgé » et le règlement de...

Thème

Le roi « âgé » et le règlement de sa succession : des temps carolingiens au triomphe de la primogéniture

The « Elderly » King and the Settlement of his Succession: from the Carolingian Times to the Triumph of Primogeniture
Philippe Depreux
p. 53-68

Résumés

Il n’était pas rare que les souverains carolingiens atteignent la cinquantaine, ce qui relativise la notion de vieillesse. Les chroniqueurs du haut Moyen Âge se montrent peu sensibles à l’âge avancé de certains rois, ce qui laisse supposer que la vieillesse n’est pas un motif généralement retenu pour régler une succession. Le cas de Charlemagne, qui désigne son héritier très tard, et celui de Louis le Pieux, qui – par crainte de la mort – désigne son successeur très tôt, sont exceptionnels. La description, erronée, de Charlemagne mort en septuagénaire s’explique par le fait qu’il fut couronné empereur à un âge auquel, depuis de générations, les rois étaient généralement déjà passés de vie à trépas.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Qu’est-ce qu’un roi âgé ?
Charlemagne se prépare à la mort
Préparer sa succession (ou pas)… n’est pas une question d’âge !

Aperçu du texte

Dans les sociétés prémodernes, l’espérance de vie pose en des termes différents d’aujourd’hui la question de ce que la notion, très relative, de vieillesse signifie pour les détenteurs du pouvoir, ceux qui aspirent à y accéder et leurs entourages respectifs. Outre la valeur positive intrinsèque de l’âge comme gage de sagesse, force est de noter que, durant le haut Moyen Âge, aucun aspirant au trône n’accomplit l’exploit d’atteindre l’âge de l’actuel prince de Galles (soixante-treize ans), qui a d’ores et déjà battu le record de longévité de Louis le Germanique, le souverain carolingien ayant vécu le plus longtemps. On se posera donc d’une part la question de la pertinence d’une réflexion sur l’attente de la mort du roi, mais aussi celle du moment auquel le roi prépare sa succession. Le thème qui apparaît en filigrane est celui de l’association au pouvoir, qui n’obéit à aucune règle précise. Au-delà de la notion d’attente, qui a somme toute assez peu retenu l’attention des historiens...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Depreux, « Le roi « âgé » et le règlement de sa succession : des temps carolingiens au triomphe de la primogéniture »Médiévales, 82 | 2022, 53-68.

Référence électronique

Philippe Depreux, « Le roi « âgé » et le règlement de sa succession : des temps carolingiens au triomphe de la primogéniture »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12190

Haut de page

Auteur

Philippe Depreux

Université de Hambourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search