Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82ThèmeLes dernières années de Mahaut, c...

Thème

Les dernières années de Mahaut, comtesse d’Artois (1319-1329) : une vieillesse invisible ?

The Last Years of Mahaut, Countess of Artois (1319-1329): An Invisible Old Age?
Christelle Balouzat-Loubet
p. 99-116

Résumés

Mahaut, comtesse d’Artois, est surprise par la mort à l’âge de cinquante-neuf ans, le 27 novembre 1329. Les sources concernant son règne – actes de la pratique, comptabilités principalement – ne livrent que d’infimes indices des effets de l’âge : des physiciens mandés peut-être plus régulièrement auprès d’elle, des achats de sirops et « médecines » évoqués dans les registres de comptes de l’Hôtel. La rédaction d’un troisième et dernier testament, le 24 mars 1329, suggère aussi que la comtesse sent sa fin approcher. Sans doute Robert, qui intente à sa tante haïe à l’été 1329 un dernier procès afin de lui reprendre l’Artois, entend-il profiter d’une moindre combativité de la vieille dame.
Nous devinons donc que la princesse doit composer avec les effets de l’âge, mais vieillir, ce n’est pas seulement subir les effets du temps, c’est aussi avancer en âge, traverser les épreuves et accumuler les expériences. En fait, l’infléchissement daterait plutôt d’une dizaine d’années auparavant, alors que Mahaut sort d’une période particulièrement éprouvante : la révolte nobiliaire en Artois (1315-1319) et, surtout, la perte brutale de son fils Robert, héritier du comté, en 1317. La comtesse porte alors une attention marquée aux œuvres charitables, fonde plusieurs hôpitaux et multiplie les legs aux établissements religieux. Cette charité, certes ostentatoire, n’en marque pas moins une nette évolution de la spiritualité comtale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Grandes Chroniques de France, tome 9 (Charles IV le Bel, Philippe VI de Valois), éd. J. Viard, (...)

En cel temps, entour la Saint Climent, Mahaut contesse d’Artois, retournant de plor [sic] au roy qui à Saint Germain en Laie estoit, print une maladie à un juesdi, et de cele morut le dymanche après en sa maison à Paris, et fu enterrée à Malbuisson de lès Pontoise, et son cuer aus Freres Meneurs à Paris. Et fu dit communement que ansois que elle trespassast, elle fist venir devant soy le chanselier et monseigneur Thoumas de Marfontaine et monseigneur Pierre de Cuignieres, chevaliers, et pluseurs autrez du conseil le roy, et leur dit, en sa conssience et sus le sauvement de s’ame, que elle attendoit, com celle qui disoit que bien savoit que elle se mouroit, que à bonne cause et bon titre elle avoit tenu la conté d’Artois, et que son neveu, monseigneur Robert n’avoit droit en riens que il demandast. Et que de celles lettres dont il parloit, que s’estoient frivolles, ne onques n’avoit esté ainssinc ; et requist et conjura les dessus dis chevaliers et chanselier que ce raportassent ; et il li proumirent que si feroient-il. Et puis elle trespassa, si com dessus est dit 1.

  • 2 Mahaut tombe malade le 25 novembre 1329. Son médecin est convoqué en urgence à son chevet, mais so (...)
  • 3 Mahaut est née de l’union de Robert II, comte d’Artois (1250-1302), et Amicie de Courtenay (1250-1 (...)
  • 4 Le neveu de Mahaut, Robert, s’estime injustement privé du comté qui aurait dû revenir à son père P (...)
  • 5 J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329) : une petite-nièce de Saint L (...)
  • 6 B. Guidot, « Vieillesse, fontaine de jouvence : l’âge d’or du héros épique d’après le Moniage Guil (...)

1C’est ainsi que les Grandes Chroniques de France rapportent le décès de Mahaut, comtesse d’Artois, survenu à Paris le 27 novembre 13292. La princesse, quoique âgée d’une soixantaine d’années3, reste lucide et combative jusqu’à son dernier souffle, défendant son honneur et son héritage contre Robert d’Artois, son neveu revendicatif4, à tel point que sa mort soudaine surprend et alimente des rumeurs d’empoisonnement5. Sa disparition met fin à vingt-sept années d’exercice du pouvoir à la tête du comté, années qui n’ont pas été exemptes d’épreuves : la mort de son époux en 1303 et de trois de ses enfants entre 1299 et 1317 ; les trois procès que lui intente Robert pour lui reprendre son apanage (1307, 1316, 1329) ; l’affaire de la Tour de Nesle, en 1314, qui se solde par la disgrâce de sa fille Blanche, épouse du troisième fils de Philippe IV ; la révolte nobiliaire qui la chasse de son comté entre 1315 et 1319. La vie de Mahaut est donc une parfaite illustration de ce qu’écrit Bernard Guidot en 1987 : « Au Moyen Âge vivre, c’est se battre et survivre, triompher d’obstacles constamment présents et incessamment renouvelés : tourbillon de violence et d’agressivité pratiquant une impitoyable sélection naturelle. La longévité des individus suppose un débordement de vitalité intacte6. »

  • 7 La classification théorique des âges de la vie varie dans le temps et selon les auteurs mais la su (...)

2De fait, tout se passe comme si le temps n’avait pas de prise sur la comtesse d’Artois, alors qu’elle a atteint depuis plusieurs années le troisième âge (senectus) théorisé par Aldebrandin ou Barthélemy l’Anglais7. La même impression se dégage de la vie institutionnelle de la principauté d’Artois, le vieillissement de la comtesse n’impliquant aucune réforme ou aucune mesure conservatoire particulière. D’où cette question : la vieillesse de Mahaut est-elle invisible ?

  • 8 « L’histoire de la vieillesse et des personnes âgées à la fin du Moyen Âge s’appuie surtout sur l’ (...)

3Le choix a été fait d’aborder le phénomène sur les dix dernières années de règne de la comtesse d’Artois : la révolte nobiliaire qui s’achève en 1319 constitue un tournant sur les plans institutionnel et politique ; en même temps, Mahaut, quasi cinquantenaire, entre peu à peu dans la vieillesse. L’objectif est ici d’aller au-delà des représentations et catégorisations théoriques8, d’analyser l’éventuel décalage entre ce que donnent à voir les pratiques de gouvernement de Mahaut, suggérant un exercice du pouvoir immuable, et la réalité physiologique, pour savoir si, effectivement, la comtesse vieillit sans dommage ou si cette impression liminaire est liée à un biais des sources disponibles. Les archives susceptibles d’éclairer les dernières années de la princesse sont plutôt rares : pas de chronique, de portrait, de documents privés qui permettent de cerner précisément les effets de l’âge sur son corps et son esprit. Tout l’enjeu est alors de reconstituer une part de l’intime avec des données issues de sources comptables ou administratives qui n’en relèvent pas, à savoir les comptes de l’Hôtel d’une part, les testaments comtaux d’autre part.

  • 9 Pour cette étude, nous avons analysé les comptes suivants : Dainville, AD Pas-de-Calais, A368* (Ch (...)
  • 10 J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne
  • 11 Veuve d’Othon IV, comte de Bourgogne, depuis 1303, Mahaut possède de nombreux biens dans le comté (...)
  • 12 Dainville, AD Pas-de-Calais A63/18 et original perdu, copie du xviiie siècle. Le premier testament (...)

4Les comptes de l’Hôtel9, abondamment commentés par Jules-Marie Richard dans sa précieuse quoique ancienne biographie10, sont susceptibles de fournir quelques indications concernant la santé de Mahaut grâce à deux rubriques en particulier : les dépenses d’« espices de chambre » renseignent sur les achats de plantes et médicaments, tandis que les « mises extraordinaires » gardent trace des gages des médecins et barbiers sollicités par la comtesse. Nous nous demanderons donc dans un premier temps si ces informations trahissent un organisme vieillissant. Une troisième rubrique, celle des dépenses « ordinaires », offre d’autres informations plus indirectes. Dans cette partie, le préposé aux écritures comptables indique la localisation journalière de la cour, ce qui permet de reconstituer les déplacements quotidiens de la comtesse, dont le mode de vie est itinérant. Mahaut étant particulièrement mobile au début de son règne, n’hésitant pas à se déplacer dans la capitale ou en Bourgogne pour traiter ses affaires11, il s’agira dans un deuxième temps de nous demander si l’analyse des itinéraires comtaux témoigne d’une plus grande sédentarité et, partant, d’une forme de mise en retrait de la comtesse. Enfin, grâce aux testaments de Mahaut, en particulier ceux datés du 15 août 1318 et du 24 mars 132912, il est possible de mesurer l’évolution des dispositions testamentaires et, en particulier, des pratiques charitables de Mahaut. Dans un troisième et dernier point, nous nous demanderons si elles peuvent être interprétées comme un souci de plus en plus marqué d’assurer le salut de son âme, comme si la comtesse se préparait à une mort prochaine.

Un corps vieillissant ?

5Vieillir, c’est avant tout avancer en âge, s’affaiblir en perdant progressivement ses forces physiques ou morales, ses capacités intellectuelles. Ainsi que nous l’avons indiqué ci-dessus, seuls les comptes de l’Hôtel sont susceptibles de nous fournir quelques éléments d’information au sujet de l’état de santé de la comtesse Mahaut. Dix-sept registres couvrant la période 1319-1329 ont été dépouillés, mais seulement treize comportent des éléments intéressant notre étude (Tableau 1).

Tableau 1. Mentions concernant la santé de Mahaut dans les comptes de l’Hôtel (1319-1329)

Date de reddition du compte Cote aux AD Pas-de-Calais Transcription des extraits concernant la santé de la comtesse
1319, Chandeleur A368 [f. 17] Premierement le VIIe jour de novembre a Pierre le Vaillant pour III livres de dyaciconiten prises par Robin le Fol, V sous la livre, 15 s. Item, le Xe jour de novembre au dit Pierre pour IV livres de dyaciconiten, V sous la livre, 20 s. Item, le dit jour (14 décembre) au dit Pierre pour V livres de dyaciconiten prises par le dit Hupin, XXV s. Item, le XVe jour de jenvier au dit Pierre pour VI livres de dyaciconiten prises par Pierre le Lont, XXX s.
1319, Toussaint A374 [f. 20v] Item, le dit jour (6 juillet) fu donné a Conflans a Perronnelle l’erbiere qui estoit venue de Paris a Conflans pour la santé Madame, XX s. [f. 32] Item, le Xe jour d’octembre a Estiene le barbier de Paris qui estoit venu signier Madame de Paris a Conflans, XVI s.
1320, Chandeleur A378
7 août-1er nov. 1320 A386
1321, Toussaint A396 [f. 13v] Item, pour fiolees et sofflet, VIII s. VI d. Item, a Pierre Pamier, pour espic, reobarbi, enplaitres, electuaires, poudres et autres choses don les parties sunt par devers la court, prises par mestre Hermant et mestre Jehan de Panely depuis le XXVIIIe jourz de may, jourz de l’Ascension, jusque par tout le XXVIIIe jourz de juillez que Madame se partit pour aler en Artois, IX L. XII d. Item, a Pierre Pamier pour IV livres de dregié, I electuaire que fut portez en Artois, VI L. VI s. Item, le dit jourz (8 octobre), une livre de diacichoniton, V s. [f. 14] Item, le XVe jourz de joing, a I berbier qui seigna Madame, XVI s.
1322, Ascension A403 [f. 40] Item, a Pierre Paumié, pour pleseurs sirops, lestuaires, enplaistres, sucre rosat et autre choses medicinables pour Madame prises par mestre Jehan de Pavely et par mestre Hermant le phisicians, X L. II s.
1323, Ascension A412 [f. 21] Premier, a Pierre le Vaillant, le IXe jour de fevrier, pour une livre de dyaciconicon, IIII s. [f. 23v] Le dis jour (17 avril) a I berbier que seigna Madame que Madame li fit don, XVI s. [f. 25] Le premier jour de may a I berbier que seigna Madame que Madame li fit don, XVI s.
1323, Toussaint A416 [f. 40v] Le dis jour (18 octobre) a I berbier que seigna Madame que Madame li fit don, XX s.
1324, Ascension A428 [f. 22] Premiers, a Jehan Pipelart d’Arras, pour sirops, roses et ablucions pour Madame, prises par mestre Thomas le Mesier, XXII s. VI d. Le XIIIe jour de may a I berbier d’Arras que seigna Madame, XIII s.
1325, Ascension A439 [f. 24] A Jehan Pipelart d’Arraz pour II sirop pour Madame et pour les porter d’Arraz a Hesding, XXXIX s.
1326, Chandeleur A448 [f. 22] A Pierre Pamier pour electuaires, emplastres, espices et autres medecines pour Madame prises par mestre Hermant et mestre Jehan de Pauilly depuis la Chandeleur l’an XXIIII jusques a la Chandeleur l’an XXV darnierement passé, XV L. X s. VI d.
1327, Ascension A458 [f. 26v] Premierement a Pierre Paumier pour sucre rosat, vermeil, poudres, electuaires, sirot et medicines pour Madame prisez par mestre Hermant et maistre Guillaume lez phisicyens depuis le terme de la Chandeleur l’an XXV jusquez a terme de la Chandeleur l’an XXVI dernier passés, XIII L. XVIII s. [f. 31v] Le XVIjour d’avril a mestre Thomas le berbier que seigna Madame, bailliez que Madame li fit donner, XVI s. [f. 32] Le dernierjour d’avril a mestre Thomas le barbier que seigna Madame, bailliez par Robin de la Chambre que Madame li fit donner, XVI s. Le IIIIe jour de may a Renier l’espicier pour sirot et medechines prinses du tamps Robert monsseigneur payez du commandement Madame, LVII s.
1327, Toussaint A461
1328, Chandeleur A470
1328, Ascension A474 [f. 21] Premierement a Pierre Palmier, espicier, pour sirop, medichines, electuaires pris par mestre Hermant, mestre Guillaume et mestre Jehan de Pavilly, phisicyens, pour Madame, puis la Chandeleur l’an XXVI jusques a la Chandeleur l’an XXVII, XIX l. III s. VI d. [f. 22] Le VIe jour de fevrier, au barbier de l’ostel la Royne de France qui seigna Madame, qu’elle li fit donner XL s. Le dit jour a I barbier que Madame avoit fait venir des Paris a Conflans pour li seignier, bailliés IIII s. IIII d. [f° 24v°] (9 mai) A mestre Thomas le barbier que seigna Madame, bailliez que Madame li fit donner, XVI s.
1328, Toussaint A480 [f. 40] Le VIIIe jour de septembre, a Jehan Pippelart d’Arras, apoticaire, pour une livre et demie de sysacre pour Madame, X s. VI d. ; pour I sirop, XII s. ; pour une coullure, XII s. ; font en somme XXXIIII s. VI d. [f. 48] A Jehan de Haise Rue, barbier, que seigna Madame le XVIIIe jour de septembre, que Madame li fit donner, XVI s. [f. 48v] A Jehan d’Aisne, barbier, que seigna Madame le XXIXe jour de septembre, que Madame li fit donner, VIII s.
  A494 [f. 20] Le XXVIe jour de novembre a Marguerite l’erbiere de Petit Pont pour I clistere que fut donné a Madame, XXXII s. VI d. A Pierre Palmier pour sirop, medechines, electuaires pour Madame prise par maistre Hermant et mestre Guillaume les phisiciens depuis le Chandeleur l’an XXVIII jusques le XXVIIIe jour de novembre l’an XXIX, IX L. X. s. et VI d. [f. 20v] A Thomas le barbier que seigna Madame, bailliés que Madame li fit donner, XVI s. (26 novembre)

6Faute de série continue, ces registres ne permettent pas de suivre précisément l’évolution de l’état de santé de la comtesse, mais ils sont tout de même riches d’enseignements.

  • 13 B. Prost, « Contribution à l’histoire de la médecine en Franche-Comté (Notes et documents sur les (...)
  • 14 Le 5 janvier 1312, Mahaut concède ainsi seize livres de rente à vie à Gérard de Haute-Oreille (Dai (...)
  • 15 E. Wickersheimer, D. Jacquart, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge [1936 (...)
  • 16 « Thomas le Miesier », Bibale [https://bibale.irht.cnrs.fr/30134] (consulté le 22 juillet 2021).
  • 17 E. Wickersheimer, D. Jacquart, Dictionnaire biographique des médecins…, p. 294.
  • 18 Ibid., p. 461.
  • 19 Dainville, AD Pas-de-Calais. A374, f° 21.

7Tout d’abord, ils documentent l’entourage médical de Mahaut, qui s’attache au fil des ans les services de plusieurs « physiciens ». Le premier de ses médecins est Girard de Haute-Oreille, exécuteur testamentaire de son époux Othon IV de Bourgogne, qu’elle garde à son service après son veuvage, en 130313. C’est une personne de confiance, que la comtesse n’hésite pas à récompenser14, qui veille sur sa santé au moins jusqu’en 131415. Lui succède Thomas le Miesier, maître en médecine et membre du chapitre d’Arras16. Maître Hermant, mentionné dans les registres à partir de 1326, est un médecin de Paris, qui a également soigné le roi Charles IV en 132517. Un autre médecin des rois s’occupe de Mahaut à partir de 1322 : Jean de Pavilly, clerc et physicien de Louis X à partir de 1315, puis de Philippe V et de Charles IV entre 1322 et 132618. La comtesse s’entoure donc des meilleurs praticiens du temps, qui à la fin de sa vie sont trois à veiller simultanément sur sa santé19.

Fig. 1. Dépenses d’« espices de chambre » (Dainville, AD Pas-de-Calais A374, f. 21)

Fig. 1. Dépenses d’« espices de chambre » (Dainville, AD Pas-de-Calais A374, f. 21)
  • 20 G. Dillemann, « La pharmacopée au Moyen Âge, II, Les médicaments », Revue d’Histoire de la Pharmac (...)
  • 21 Dainville, AD Pas-de-Calais, A368, A396, A412.
  • 22 Quittance de 1315 : « Le XXVIII jour d’aoust, a Agnes Pipelarde, d’Arras, pour III ciros, une once (...)
  • 23 Dainville, AD Pas-de-Calais A480, f. 40.
  • 24 La seule mention de clystère (lavement rectal) date de 1329, le remède semble utilisé en tout dern (...)
  • 25 Par exemple, cette quittance de Girard de Haute-Oreille datant du 31 janvier 1310 : « pour pluseur (...)
  • 26 M.-T. Lorcin, « Gérontologie et gériatrie au Moyen Âge », dans Vieillesse et vieillissement au Moy (...)
  • 27 En 1312 par exemple : « Le XVIIIe jour de may, à Ysabel l’apotikairesse pour pluseurs choses que m (...)

8Ces hommes de science s’appuient sur une pharmacopée qu’il est possible de reconstituer, au moins en partie, grâce aux achats d’« espices de chambre » (Fig. 1). Cette pharmacopée est le plus souvent administrée sous forme d’électuaire, c’est-à-dire une préparation médicinale de consistance molle, généralement à base d’épices et de pulpes de fruit. Le plus souvent ingéré sous forme de doses de la taille d’un haricot ou d’une noix, l’électuaire pouvait aussi prendre la forme de pilules ou de pastilles, être utilisé pour préparer des gargarismes, des cataplasmes ou même des suppositoires et des tampons vaginaux20. Le diacitoniten, mentionné à plusieurs reprises21, est un électuaire dont la principale composante est le coing confit, aux propriétés laxatives22. La coulure23, médication liquide obtenue par infusion et filtration, est un autre mode d’administration des médicaments. Mahaut recourt aussi à des emplâtres, et, plus rarement, à des lavements24. La consommation de ces préparations est importante en cas de maladie, mais semble également préventive, conformément aux traités médicaux, qui insistent à la suite d’Hippocrate sur la nécessité de préparer la vieillesse tout au long de sa vie. Et de fait, Mahaut n’attend pas d’être âgée pour recourir à ces produits25. Elle est aussi forte consommatrice de gingembre, réputé préserver la jeunesse de la peau parce qu’il envoie le sang à la périphérie du corps26. Il est donc assez difficile de distinguer ce qui relève d’une hygiène de vie de véritables soucis de santé, sauf lorsque que cela est explicitement mentionné27.

  • 28 « 1304. – Le XIIIe jor de may, a I barbier de Paris qui seingna madame au bois de Vinchaines, XXI  (...)
  • 29 L. Moulinier, « Le sang au Moyen Âge, entre savoir et questionnements, science et imaginaire », 14 (...)
  • 30 Dainville, AD Pas-de-Calais, A494, f. 20v.

9La même remarque vaut pour les saignées, pratiquées par les barbiers, auxquelles se soumet régulièrement Mahaut, et ce dès son jeune âge28. Recommandée par Galien, auteur de quatre traités sur la saignée thérapeutique, dont le De curandi ratione per venae sectionem, la pratique est d’autant plus courante à l’époque médiévale qu’elle a de multiples indications, la plupart des maladies étant associées à une surabondance de sang ou à un déséquilibre des humeurs29. La comtesse recourt à l’opération plusieurs fois par an, sans que cela puisse être interprété comme un signe de maladie. Seule l’intervention de Thomas le Barbier, le 26 novembre 132930, peut assurément être considérée comme une ultime tentative de sauver la comtesse, dans un état grave.

  • 31 Dainville, AD Pas-de-Calais, A380, f. 48 et 48v.

10Finalement, il apparaît que Mahaut fait régulièrement appel à des « physiciens » ou à des barbiers, sans qu’il soit possible de déterminer s’il s’agit de la soulager de maux dont la nature reste inconnue ou pour entretenir sa bonne santé. Par ailleurs, les pratiques évoquées peuvent difficilement être liées à l’âge puisque qu’elles sont documentées dès les jeunes années de la comtesse. Cette analyse des registres comptables n’est pourtant pas vaine, car la vigilance et les soins attentifs dont bénéficie Mahaut expliquent sans nul doute sa longévité et sa bonne forme dans les dernières années de sa vie. Par ailleurs, quelques indices semblent attester des effets de l’âge : des achats de médicaments plus réguliers ; des saignées plus fréquentes ; des médecins toujours plus nombreux et prestigieux pour veiller sur la princesse. Une dégradation de sa santé semble plus nettement perceptible à compter de 1328 – la comtesse subit alors deux saignées très rapprochées, les 18 et 29 septembre31 – mais jusqu’à cette date son état de santé semble plutôt satisfaisant. La vieillesse de Mahaut n’est donc pas totalement invisible, elle se devine, mais ne semble pas avoir de conséquences physiologiques très marquées. A-t-elle cependant des conséquences sur les pratiques de pouvoir ?

Une comtesse en retrait ?

  • 32 La date de naissance du frère d’Othon IV reste inconnue mais elle est forcément antérieure à 1279, (...)

11Dans ce domaine également, les indices du vieillissement de Mahaut sont ténus. La comtesse ne procède à aucun changement d’ampleur dans ses équipes de pouvoir, si ce n’est pour remplacer à la tête des bailliages les chevaliers l’ayant trahie entre 1315 et 1319. Rien ne suggère donc que Mahaut procède à un rajeunissement de son entourage pour compenser sa sénescence. Au contraire, les conseillers qui l’entourent appartiennent majoritairement à la même génération qu’elle. C’est le cas de ses parents – Henri de Sully (v. 1282-1334/1336), Hugues de Bourgogne (frère de son mari Othon IV, né avant 1279 et sans doute avant 127032), Thomas de Savoie († 1335), Aymard de Poitiers († 1339) – et des légistes – Renaud de Louvres (déjà au service du père de Mahaut en 1297 et encore vivant en 1320), Raoul de Presles († 1325/1331), Gérard de Saleu (mentionné aux côtés de Robert II en 1299 et actif en 1329), Gérard de Montaigu († 1339) – qui, avec Thierry de Hérisson (v. 1270-1328), lieutenant et chancelier, forment le Conseil comtal. Il en est de même des avocats qu’elle pensionne au Parlement de Paris, comme Pierre de Maucreux († 1335) et Eudes de Sens († 1335). Seul Jean Hanière, qui figure encore parmi les conseillers du Parlement en 1370, apporte une touche de jeunesse à cette équipe. Les critères de sélection des conseillers sont donc la fidélité, l’expertise et la compétence. L’âge n’est vraisemblablement pas perçu comme un frein à l’activité politique. Il peut au contraire être un gage d’expérience et d’expertise.

  • 33 « Le XXIIIIe jour dou dit moys [août] au messagier le duc de Bourgongne qui apourta a Madame les n (...)

12Cela vaut aussi pour Mahaut, qui reste très impliquée dans la vie politique du temps et ne montre aucune velléité de « retraite ». Ainsi, elle se rend à Reims pour assister au sacre de Philippe VI le 29 mai 1328. Elle continue aussi à s’intéresser aux évènements politiques contemporains : le 24 août 1328, au lendemain de la bataille de Cassel, deux messagers viennent l’informer de l’issue de la confrontation avec les milices flamandes33.

  • 34 Dainville, AD Pas-de-Calais, A494, f. 5v.

13Robert d’Artois, neveu de Mahaut, fait d’ailleurs l’amère expérience de cette pugnacité intacte : lorsqu’il intente à sa tante haïe un troisième procès afin de contester la dévolution de l’Artois, sans doute entend-il profiter de l’arrivée au pouvoir de son beau-frère, Philippe VI, tout en misant sur une moindre combativité de la vieille dame. Sur ce dernier point, il s’est grandement fourvoyé : si Mahaut est à Paris en novembre 1329, c’est certainement pour suivre au plus près l’enquête menée au Parlement au sujet de la succession de l’Artois. Loin de déléguer entièrement la question à ses procureurs et conseillers, elle s’implique personnellement pour entretenir ses réseaux et défendre sa cause. C’est ainsi qu’elle dîne avec le roi à Maubuisson le 23 novembre 1329, quelques jours seulement avant son décès34.

  • 35 L’itinéraire de Mahaut d’Artois, reconstitué à partir des informations fournies par les comptes de (...)

14Dernier indice du dynamisme persistant de la comtesse, malgré son âge avancé : le maintien d’un rythme de déplacement soutenu. Ce constat s’appuie sur l’analyse de deux séries de trois registres consécutifs permettant de reconstituer et comparer l’itinéraire de Mahaut sur deux années, entre le 1er novembre 1309 et le 31 octobre 1310 d’une part, puis du 1er novembre 1327 au 31 octobre 1328 d’autre part35.

15En 1309-1310, la jeune femme parcourt environ 3000 km sur une année (Fig. 2). Elle se rend dans ses terres bourguignonnes, visite les grandes villes de son comté et multiplie les allers-retours entre l’Artois et la capitale du royaume.

Fig. 2. Itinéraire de Mahaut d’Artois entre le 1er novembre 1309 et le 31 octobre 1310

Fig. 2. Itinéraire de Mahaut d’Artois entre le 1er novembre 1309 et le 31 octobre 1310

© C. Balouzat-Loubet

  • 36 À Bracon du 14 au 17 mai 1310, à Quingey du 21 au 24 mai (Dainville, AD Pas-de-Calais, A263).
  • 37 Le registre débute le 1er novembre 1327, alors que Mahaut est déjà à Bracon, et le registre précéd (...)
  • 38 Du 19 au 23 novembre (ibid.).
  • 39 Du 2 au 16 décembre à la Loye, du 16 au 20 décembre à Dole, du 21 au 25 décembre à Gray (ibid.).

16Dix-neuf ans plus tard, Mahaut continue de se rendre en Bourgogne et de circuler régulièrement entre les cités artésiennes, même si elle couvre environ 800 km de moins sur une année (Fig. 3) et s’autorise des pauses plus nombreuses : au printemps 1310, lors de son périple bourguignon, Mahaut ne reste jamais plus de quatre jours dans la même ville36 ; en 1327, elle entrecoupe son voyage de pauses bien plus marquées, séjournant au moins dix-huit jours à Bracon37, cinq jours à Besançon38, quinze jours à La Loye et encore cinq jours à Dole et Gray39.

Fig. 3. Itinéraire de Mahaut d’Artois entre le 1er novembre 1327 et le 31 octobre 1328

Fig. 3. Itinéraire de Mahaut d’Artois entre le 1er novembre 1327 et le 31 octobre 1328

© C. Balouzat-Loubet

17Il est donc tentant d’interpréter ce ralentissement comme un indice du vieillissement de la comtesse, qui ne supporterait plus un long enchaînement d’étapes sans pouvoir se reposer, mais ce voyage ayant lieu en novembre et décembre, ces pauses pourraient également être imposées par les conditions météorologiques difficiles. Une fois encore, il faut se contenter d’hypothèses et d’impressions, mais force est de constater que le vieillissement de Mahaut, même s’il nécessite peut-être quelques ajustements, ne provoque pas de bouleversements majeurs dans son mode de vie et de gouvernement.

  • 40 Janvier 1309, Dainville, AD Pas-de-Calais, A 55/1.
  • 41 1312, Dainville, AD Pas-de-Calais, A 291.

18Finalement, plus que le nombre de kilomètres parcourus, c’est le choix des étapes de cette année de voyage qui doit retenir l’attention. Entre le 1er novembre 1327 et le 31 octobre 1328, Mahaut visite l’abbaye de Molesmes, l’abbaye de Maubuisson, le prieuré de Poissy et l’abbaye de Saint-Denis ; elle se rend également au Mont-Saint-Éloi, à Notre-Dame-de-Boulogne, à la chartreuse de Gosnay, à l’abbaye Saint-Josse-de-Dommartin, à l’abbaye Saint-André-aux-Bois et à l’abbaye de Licques. Les monastères sont des lieux d’hospitalité privilégiés, rien d’étonnant donc à ce que la comtesse s’y fasse héberger. L’abbaye cistercienne de Maubuisson, dite aussi abbaye Notre-Dame-la-Royale, fondée en 1241 près de Pontoise par la mère de Saint Louis, Blanche de Castille, est très régulièrement fréquentée par Mahaut. Résidence occasionnelle des monarques, l’abbaye est devenue au fil du temps la nécropole des femmes de sang royal et de quelques princes capétiens dont les sépultures ne pouvaient reposer à Saint-Denis, dont celle de Robert II, le père de Mahaut. Notre-Dame-de-Boulogne est un autre lieu dédié à la mémoire du comte disparu : quatre grands cierges placés devant une effigie de chevalier sur sa monture y brûlaient en son souvenir à toutes les fêtes, notamment celles de la Vierge40. Le chevalier en bois sculpté, peint à la ressemblance du défunt et restauré en 1312, était une « remembrance » du comte41. Le prieuré Saint-Louis de Poissy, fondé par Philippe IV, est également un haut lieu de la dévotion capétienne.

19La fréquentation de ces établissements religieux est donc tout à fait habituelle et peut en définitive avoir diverses motivations : pratiques, puisque ce sont des lieux d’hébergement ; politiques, car Mahaut y rencontre régulièrement les souverains ; spirituelles, lorsque la comtesse s’y rend en pèlerinage. En revanche, c’est la première occurrence des abbayes de Molesmes et de Saint-André-aux-Bois dans les registres conservés, comme si Mahaut élargissait ses dévotions à de nouveaux sanctuaires. Cela pourrait alors être mis en relation avec une évolution de la spiritualité comtale et l’attention nouvelle que Mahaut porte à son salut. Cette préoccupation, d’autant plus marquée que la comtesse avance en âge, apparaît nettement dans ses deux derniers testaments et dans sa politique de fondation, qui s’accélère après 1319.

Une nouvelle spiritualité ?

  • 42 B. Delmaire, « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments… », p. 23-32.
  • 43 Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, éd. B. Hauréau, Paris, 1856-1865, t. II (...)

20Les legs aux églises et au clergé prennent une grande importance dans le second testament de Mahaut, rédigé le 15 août 131842, après la mort de son fils et héritier. Outre plusieurs donations à des abbayes artésiennes, à l’abbaye bourguignonne de Cherlieu et à l’abbaye de Maubuisson, le texte promet la fondation de plusieurs hôpitaux, en Artois et en Bourgogne. La comtesse prévoit ainsi d’ériger à Hesdin un hôpital, effectivement construit entre 1321 et 1323. Elle lègue aussi aux hôpitaux d’Arras, Saint-Omer, Calais, Bapaume et Lens de quoi ouvrir dix lits supplémentaires chacun. En Bourgogne, elle attribue une rente à l’hôpital de Salins, encore en construction. C’est aussi dans ce testament qu’elle promet son soutien à Thierry de Hérisson, désireux de fonder à Gosnay trois établissements, un hôpital et deux chartreuses. De fait, elle fait construire à ses frais le petit cloître et le chapitre de la chartreuse du Val-Saint-Esprit (1320), réservée aux hommes. Après la mort de Thierry, survenue en 1328, elle achève la chartreuse du Mont-Sainte-Marie, destinée aux femmes. Mahaut annonce aussi dans son testament la reconstruction du couvent des clarisses de Saint-Omer, fondé par son père Robert II43. Les travaux s’achèvent en 1322.

21La charité comtale va cependant bien au-delà de ces dispositions testamentaires. Mahaut s’inspire ainsi des travaux effectués sur l’établissement audomarois pour fonder en 1323 une abbaye dominicaine, la Thieulloye, au faubourg Saint-Vincent à Arras. Dans la capitale du royaume, Mahaut s’investit dans l’édification de l’hôpital Saint-Jacques, entreprise par de riches bourgeois réunis en une confrérie de pèlerins de Compostelle, à l’angle des rues Mauconseil et Saint-Denis, tout près de l’hôtel d’Artois. Le 18 février 1319, elle est présente aux côtés de sa fille, la reine Jeanne, lorsque fut posée la première pierre de l’église. En Bourgogne, elle fonde en 1327 l’hôpital de Bracon, placé sous la protection de la Vierge, de saint Michel Archange et de saint Maurice. En même temps, elle institue une aumône exceptionnelle, conformément aux dernières volontés de son mari Othon : chaque année, le 29 septembre, jour de la saint Michel Archange, devait être distribuée devant les portes de l’hôpital de Bracon la somme de cent livres tournois, à raison de six deniers par bénéficiaire. En 1327 toujours, elle attribue une rente de dix-huit livres sur la saunerie de Salins afin de vêtir les pauvres de la ville et participe à la reconstruction du couvent des prêcheurs de Besançon.

  • 44 C. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artoi (...)
  • 45 F. Baron, N. Brocard, M.-H. Lavallée, L’Enfant oublié. Le gisant de Jean de Bourgogne et le mécéna (...)

22À chaque fois, Mahaut engage de nombreuses dépenses pour pourvoir ses fondations en livres et ornements d’église. Ainsi, en 1324, elle fait don à l’abbaye de la Thieulloye d’un reliquaire inspiré de celui de la Sainte-Chapelle, représentant le chef de Saint Louis porté par deux angelots44. Peu avant sa propre disparition, elle offre aux dames de Gosnay quelques statuettes, dont une célèbre Vierge à l’Enfant réalisée par son sculpteur favori, Jean Pépin de Huy45.

  • 46 « 1326 – A Monseigneur Henry de Rains pour faire le pelerinaige que Madame li avoit enchargié, pou (...)
  • 47 B. Delmaire, « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments… », p. 10.

23L’œuvre charitable de la comtesse prend donc une ampleur inédite après 1319. Mahaut, consciente d’entrer dans un âge avancé, semble préparer son âme au salut. Elle commande son tombeau à un artiste tournaisien dès 1323, de son vivant, une pratique très rare à l’époque. Elle multiplie les pèlerinages, nous l’avons vu, quitte à rémunérer des hommes pour les réaliser en son nom46. C’est aussi en 1319 qu’une réorganisation de l’Hôtel est mise en place, reflétant la nouvelle importance de ces œuvres de miséricorde pour Mahaut : alors que jusque-là le chapelain faisait également office d’aumônier, les deux fonctions sont dissociées, comme c’était d’ailleurs le cas dans la plupart des hôtels royaux ou princiers. C’est ainsi que l’« aumônier Madame », mentionné pour la première fois à la Toussaint 1319, prend la tête d’un nouveau service au sein de l’Hôtel, l’aumônerie, dont les dépenses constituent désormais une rubrique à part entière dans les registres de comptes. La rédaction d’un troisième et dernier testament, le 24 mars 1329 (que rien n’imposait puisque la ligne de succession, réglée depuis 1318, reste identique), suggère également que la comtesse se sent décliner. Ses toutes dernières volontés sont marquées par l’importance des dons charitables en faveur des ordres mendiants et des deux couvents qu’elle a fondés, La Thieulloye et les clarisses de Saint-Omer47.

*

24La vieillesse de Mahaut, si elle n’est pas complètement invisible, reste difficile à appréhender à l’aide des sources disponibles, qui nous permettent uniquement d’émettre des hypothèses. Les indications que l’on peut en tirer suggèrent que la comtesse a plutôt été épargnée par les effets de l’âge, comme en témoignent les rares interventions médicales mentionnées dans les comptes de l’Hôtel, un mode de vie rythmé par une importante itinérance ainsi que son implication active dans les affaires de l’apanage et du royaume jusqu’à ses derniers moments. C’est finalement sur le plan spirituel que la rupture est la plus nette et témoigne d’une prise de conscience d’un vieillissement inéluctable.

25Plusieurs enseignements peuvent finalement être tirés de cette étude, à commencer par la difficulté à dépister la vieillesse et ses effets dans les sources ; elle incite aussi à se méfier des catégorisations intellectuelles des penseurs médiévaux comme grille de lecture du phénomène. Si elle ne permet aucunement d’émettre des généralités concernant vieillesse et pouvoir dans l’Occident médiéval, cette analyse a enfin le mérite de souligner la longévité et la vivacité de Mahaut d’Artois, qui survécut à quatre rois et continua, jusqu’à son dernier souffle, de jouer un rôle politique de premier plan dans le royaume.

Haut de page

Notes

1 Les Grandes Chroniques de France, tome 9 (Charles IV le Bel, Philippe VI de Valois), éd. J. Viard, Paris, 1937, p. 341.

2 Mahaut tombe malade le 25 novembre 1329. Son médecin est convoqué en urgence à son chevet, mais son état s’aggrave vraisemblablement le lendemain puisque des messagers sont envoyés à ses proches et aux grands du royaume : à sa fille Jeanne, au roi de France, au duc de Bourgogne, au comte de Flandre, etc. D’après son épitaphe, elle serait décédée le 27 novembre. Le 30 novembre, une cérémonie est célébrée à Maubuisson en l’honneur de la défunte. Conformément à ses dernières volontés, exprimées dans son troisième testament du 24 mars 1329, elle est inhumée auprès de son père, à Maubuisson, le 1er décembre 1329. Son cœur rejoint son fils Robert aux Cordeliers dès le lendemain.

3 Mahaut est née de l’union de Robert II, comte d’Artois (1250-1302), et Amicie de Courtenay (1250-1275), dame de Conches, de Mehun, de Selles, de Châteaurenard et de Charny. La date de naissance de Mahaut peut être approximativement établie en référence à son mariage, célébré en 1285. Au xive siècle, l’âge canonique du mariage pour les filles était fixé à douze ans et elles étaient mariées au plus tard dans leur quinzième année : Mahaut aurait donc vu le jour entre 1270 et 1273, c’est généralement la date la plus haute qui est retenue.

4 Le neveu de Mahaut, Robert, s’estime injustement privé du comté qui aurait dû revenir à son père Philippe d’Artois s’il n’était pas mort prématurément en 1298. Pourtant débouté à deux reprises, en 1309 et 1318, il entame une nouvelle démarche auprès du roi Philippe VI en 1329, présentant à l’appui de sa demande des documents jusque-là inédits. Le 7 juin 1329, le souverain désigne une commission de huit conseillers afin de mener l’enquête ; cinquante-cinq témoins sont auditionnés entre le 9 juin et le mois d’octobre 1329.

5 J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne (1302-1329) : une petite-nièce de Saint Louis [1887], réimpr. Monein, 2006, p. 130.

6 B. Guidot, « Vieillesse, fontaine de jouvence : l’âge d’or du héros épique d’après le Moniage Guillaume », dans Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge, Senefiance, 19 (1987), p. 11-132 (p. 111).

7 La classification théorique des âges de la vie varie dans le temps et selon les auteurs mais la succession la plus fréquemment admise est la suivante : infantia (jusqu’à l’âge de sept ans), pueritia (de sept à quatorze ans), adulescentia (de quatorze à vingt et un ou vingt-huit ans), juventus (de vingt et un ou vingt-huit ans à trente-cinq ans), virilitas (de trente-cinq à cinquante ans) et senectus (au-delà de cinquante ans). Cf. D. Lett, « Âges de la vie », dans C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink éd., Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, 2002, p. 15-16.

8 « L’histoire de la vieillesse et des personnes âgées à la fin du Moyen Âge s’appuie surtout sur l’analyse des textes et constitue encore principalement une histoire de leurs représentations, plus qu’une étude de leur place dans la société » : L. Laumonier, « En prévision des vieux jours : les personnes âgées à Montpellier à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 68 (2015), p. 119-146.

9 Pour cette étude, nous avons analysé les comptes suivants : Dainville, AD Pas-de-Calais, A368* (Chandeleur 1319), A374* (Toussaint 1319), A378* (Chandeleur 1320), A386* (7 août-1er nov. 1320), A396* (Toussaint 1321), A403* (Ascension 1322), A412 (Ascension 1323), A416 (Toussaint 1323), A428 (Ascension 1324), A439 (Ascension 1325), A448 (Chandeleur 1326), A458 (Ascension 1327), A461 (Toussaint 1327), A470 (Chandeleur 1328), A474 (Ascension 1328), A480 (Toussaint 1328), A494 (1er nov. 1329-1er fév. 1330). Les comptes suivis d’un astérisque ont été publiés dans V. Gérard, F. Hustache, A. Lebon, J. Lecuyer, La Cour de Mahaut, mémoire de maîtrise dactylographié, dir. J. Heers, Université Paris X, juin 1971.

10 J.-M. Richard, Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne

11 Veuve d’Othon IV, comte de Bourgogne, depuis 1303, Mahaut possède de nombreux biens dans le comté au titre de son douaire.

12 Dainville, AD Pas-de-Calais A63/18 et original perdu, copie du xviiie siècle. Le premier testament de la comtesse date du 19 août 1307 (AD Pas-de-Calais A53/27). Ces trois documents ont été édités, traduits et analysés dans B. Delmaire, « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments (1307, 1318, 1329) », Bulletin de la Commission Départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 23 (2005), p. 3-43.

13 B. Prost, « Contribution à l’histoire de la médecine en Franche-Comté (Notes et documents sur les médecins, chirurgiens, apothicaires, etc., du xiie au xviiie siècle) », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de Poligny (Jura), 23 (1882), p. 289-301 (p. 295).

14 Le 5 janvier 1312, Mahaut concède ainsi seize livres de rente à vie à Gérard de Haute-Oreille (Dainville, AD Pas-de-Calais, A 300).

15 E. Wickersheimer, D. Jacquart, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge [1936], réimpr. Genève, 1979, p. 204.

16 « Thomas le Miesier », Bibale [https://bibale.irht.cnrs.fr/30134] (consulté le 22 juillet 2021).

17 E. Wickersheimer, D. Jacquart, Dictionnaire biographique des médecins…, p. 294.

18 Ibid., p. 461.

19 Dainville, AD Pas-de-Calais. A374, f° 21.

20 G. Dillemann, « La pharmacopée au Moyen Âge, II, Les médicaments », Revue d’Histoire de la Pharmacie, 57/200 (1969), p. 242.

21 Dainville, AD Pas-de-Calais, A368, A396, A412.

22 Quittance de 1315 : « Le XXVIII jour d’aoust, a Agnes Pipelarde, d’Arras, pour III ciros, une once de dyaciconiton lassatif, une couleure, une livre de electuaire, porté à Hedin pour madame, LIIII s. Ledit jour, pour les despens maistre Thomas Le Misier, alant par II fois a Hedin, pour la purgacion madame et pour porter II lectuaires d’Arras a Paris par II fois, LIX s. VIII deniers » (B. Prost, « Contribution à l’histoire de la médecine en Franche-Comté... », p. 295).

23 Dainville, AD Pas-de-Calais A480, f. 40.

24 La seule mention de clystère (lavement rectal) date de 1329, le remède semble utilisé en tout dernier recours alors que l’état de santé de la comtesse est très dégradé (Dainville, AD Pas-de-Calais, A494, f. 20).

25 Par exemple, cette quittance de Girard de Haute-Oreille datant du 31 janvier 1310 : « pour pluseurs espicies confites et appotecaries et III ciroisnes [emplâtre fait de cire et de safran] prises chiés Jehanne l’espiciere a Paris » (B. Prost, « Contribution à l’histoire de la médecine en Franche-Comté... », p. 295).

26 M.-T. Lorcin, « Gérontologie et gériatrie au Moyen Âge », dans Vieillesse et vieillissement au Moyen Âge…

27 En 1312 par exemple : « Le XVIIIe jour de may, à Ysabel l’apotikairesse pour pluseurs choses que maistre Girars avoit prises a li pour la maladie madame, XX s. Le XXe jour de juing, a I barbier qui segna madame, XXXII s. » ; quittance (22 mai) de Girard de Haute-Oreille, « pour XXII pomes grenates [grenades] prises a pluseurs fois pour la maladie madame, 8 L. 6 s. » (B. Prost, « Contribution à l’histoire de la médecine en Franche-Comté »…, p. 295-296).

28 « 1304. – Le XIIIe jor de may, a I barbier de Paris qui seingna madame au bois de Vinchaines, XXI s. ; 1310 – A Pieret de Charny pour aler a Poissi querre un barbier pour sainier madame, III s. ; le XIe jour de juignet, au barbier de Pontoisse, pour sainier madame, III s. » (B. Prost, « Contribution à l’histoire de la médecine en Franche-Comté ... », p. 295).

29 L. Moulinier, « Le sang au Moyen Âge, entre savoir et questionnements, science et imaginaire », 1453, Cahiers art et science, numéro spécial, 8 (2004), p. 53-73, en ligne [https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00609366] (consulté le 27 août 2021), cf. en particulier p. 3 de la version en ligne.

30 Dainville, AD Pas-de-Calais, A494, f. 20v.

31 Dainville, AD Pas-de-Calais, A380, f. 48 et 48v.

32 La date de naissance du frère d’Othon IV reste inconnue mais elle est forcément antérieure à 1279, date du décès de sa mère Alix de Méranie. Comme il épouse Bonne de Savoie en 1282, on peut raisonnablement estimer qu’il a au moins quatorze ans à cette date, ce qui placerait sa naissance en 1268.

33 « Le XXIIIIe jour dou dit moys [août] au messagier le duc de Bourgongne qui apourta a Madame les novelles de la bataille de Cassel, bailliez que Madame li fist donner, XL s. ; le dit jour a I vallet de monseigneur Robert d’Artoys qu apourta a Madame novelles de la dite bataille, bailliez que Madame li fist donner, XXXII s. » (Dainville, AD Pas-de-Calais, A480, f. 46v).

34 Dainville, AD Pas-de-Calais, A494, f. 5v.

35 L’itinéraire de Mahaut d’Artois, reconstitué à partir des informations fournies par les comptes de l’Hôtel des 28 registres couvrant la période 1309-1328, est disponible en ligne : Itinéraire de Mahaut d’Artois. Les lieux de séjour de la comtesse d’après les comptes de son hôtel (1309-1328), éd. C. Loubet, Paris, 2017 [https://cour-de-france.fr/article4881.html]. Le SIG est consultable ici : [https://fnp.huma-num.fr/adws/app/b385406d-5416-11eb-91f3-dfc85aa511ba/] (consulté le 27 juillet 2021).

36 À Bracon du 14 au 17 mai 1310, à Quingey du 21 au 24 mai (Dainville, AD Pas-de-Calais, A263).

37 Le registre débute le 1er novembre 1327, alors que Mahaut est déjà à Bracon, et le registre précédent est perdu. Nous savons donc qu’elle est dans la ville du 1er au 18 novembre au moins, mais peut-être son séjour a-t-il débuté quelques jours auparavant (Dainville, AD Pas-de-Calais, A470).

38 Du 19 au 23 novembre (ibid.).

39 Du 2 au 16 décembre à la Loye, du 16 au 20 décembre à Dole, du 21 au 25 décembre à Gray (ibid.).

40 Janvier 1309, Dainville, AD Pas-de-Calais, A 55/1.

41 1312, Dainville, AD Pas-de-Calais, A 291.

42 B. Delmaire, « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments… », p. 23-32.

43 Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, éd. B. Hauréau, Paris, 1856-1865, t. III, col. 543.

44 C. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois et le Hainaut avant le xve siècle, Lille, 1886, p. 259.

45 F. Baron, N. Brocard, M.-H. Lavallée, L’Enfant oublié. Le gisant de Jean de Bourgogne et le mécénat de Mahaut d’Artois en Franche-Comté au xive siècle, Besançon, 1997, p. 82.

46 « 1326 – A Monseigneur Henry de Rains pour faire le pelerinaige que Madame li avoit enchargié, pour aumosnes et pour offrandes, VI L. X s. » (Dainville, AD Pas-de-Calais, A448, f. 24v).

47 B. Delmaire, « La comtesse Mahaut d’Artois et ses trois testaments… », p. 10.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Dépenses d’« espices de chambre » (Dainville, AD Pas-de-Calais A374, f. 21)
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/12210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Titre Fig. 2. Itinéraire de Mahaut d’Artois entre le 1er novembre 1309 et le 31 octobre 1310
Crédits © C. Balouzat-Loubet
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/12210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3. Itinéraire de Mahaut d’Artois entre le 1er novembre 1327 et le 31 octobre 1328
Crédits © C. Balouzat-Loubet
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/12210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Balouzat-Loubet, « Les dernières années de Mahaut, comtesse d’Artois (1319-1329) : une vieillesse invisible ? »Médiévales, 82 | 2022, 99-116.

Référence électronique

Christelle Balouzat-Loubet, « Les dernières années de Mahaut, comtesse d’Artois (1319-1329) : une vieillesse invisible ? »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12210 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12210

Haut de page

Auteur

Christelle Balouzat-Loubet

Université de Lorraine, CRULH

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search