Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82ThèmeL’âge des responsabilités : disco...

Thème

L’âge des responsabilités : discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre d’Aragon (1305-1381)

The Age of Responsibilities: Discourse and Attitudes towards the Old Age of the Infant Pedro of Aragon (1305-1381)
Alexandra Beauchamp
p. 117-134

Résumés

Cet article envisage la façon dont le critère de l’âge a pesé sur les responsabilités politiques, gouvernementales, militaires confiées à un prince de la famille royale aragonaise, l’infant Pierre d’Aragon (1305-1381). Sollicité par les rois d’Aragon et papes successifs bien avant d’atteindre la vieillesse – que différents indices permettent de faire débuter autour de sa cinquantaine – ce puissant prince laïc gagne en influence et se voit confier ses charges les plus prestigieuses à la maturité. Sa vieillesse, qui coïncide avec son entrée dans l’ordre franciscain et ses premières visions et prophéties, ne bride pas son engagement au service de la chose publique, qui perdure jusqu’à son décès à l’âge avancé de soixante-seize ans.

Haut de page

Texte intégral

Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées
La valeur n’attend pas le nombre des années.
(Corneille, Le Cid, 1637, acte II, scène 2.)

  • 1 A. Conejo éd., L’Infant Pere d’Aragó i d’Anjou « molt graciós e savi senyor », Vandellòs i l’Hospi (...)

1À l’instar du chevalier médiéval castillan dont l’histoire aurait inspiré Corneille, cet article envisage le critère de l’âge dans le destin d’un prince de la famille royale aragonaise qui, jusqu’à son dernier souffle, fait preuve d’engagement et de bravoure. Il s’agit de mettre en regard la longue carrière et les discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre d’Aragon, comte de Ribagorce, d’Ampurias puis des Montagnes de Prades. Huitième des dix enfants du roi Jacques II d’Aragon et de son épouse Blanche d’Anjou, il naît en 1305 et meurt en 1381, à l’âge avancé de soixante-seize ans1. Après avoir été maintes fois prétendant au trône aragonais dans sa jeunesse, après avoir servi les intérêts politiques, diplomatiques et militaires des rois Jacques II d’Aragon (son père, † 1327), puis Alphonse IV (son frère, roi de 1327 à 1336) et de la papauté, ce prince devient, passé la trentaine, l’un des principaux conseillers de son neveu Pierre IV d’Aragon (roi de 1336 à 1387), de quatorze ans son cadet. Durant plus de vingt ans, il est l’un des plus actifs défenseurs de la Couronne d’Aragon, conseiller privilégié du souverain. En 1358, à l’âge de cinquante-trois ans, alors qu’il est veuf depuis déjà dix ans, il rédige personnellement et dédie à son neveu le roi un miroir des princes en latin, puis met fin à sa longue vie et « carrière » princière en quittant l’état laïc pour se faire franciscain. Sa deuxième vie ne signifie pas un retrait complet de la vie publique, puisque l’infant Pierre continue d’œuvrer dans l’intérêt du roi son neveu et de la Couronne d’Aragon, mais surtout désormais dans celui de l’Église. Il est l’objet de visions et formule des prophéties très politiques jusqu’à sa mort, en 1381.

2Les chroniques royales, les archives de la chancellerie aragonaise comme les archives pontificales témoignent des riches vies successives de l’infant Pierre d’Aragon, dans lesquelles le critère de l’âge pèse différemment. On peut dès lors se demander si sa position de prince parmi les plus âgés et bientôt le plus âgé de la famille royale constitue un argument de poids dans la relation de pouvoir et dans les missions que les rois d’Aragon successifs lui confient comme dans la considération que lui accordent ses proches parents. On cherchera donc à évaluer si et comment la vieillesse du prince est invoquée et dans quelle mesure elle intervient en sa faveur ou en sa défaveur. On examinera en premier lieu la place et la longévité de l’infant Pierre au sein de la famille royale d’Aragon puis, pour mieux cerner l’évolution de ses responsabilités avec l’âge, on présentera les spécificités de sa riche et longue vie, avant de s’arrêter sur la façon dont sa vieillesse crée à son égard de nouvelles attentes.

L’infant Pierre dans la famille royale d’Aragon : brèves considérations sur la longévité du prince et des membres de sa famille

  • 2 La doyenne tous sexes confondus est néanmoins Élisende de Montcade, troisième épouse du roi Jacque (...)
  • 3 J. Hinojosa Montalvo, Jaime II y el esplendor de la Corona de Aragón, Saint-Sébastien, 2006, p. 76 (...)

3Un rapide examen de l’arbre généalogique de la Maison d’Aragon (Fig. 1) permet de constater que l’infant Pierre devient très tôt le doyen de la famille royale2. En 1336, à la mort du roi Alphonse IV, dernier de ses frères aînés encore vivant, il n’a que trente-et-un ans. L’infant Jacques, aîné des fils de Jacques II qui avait renoncé au trône dès 1319 pour se faire religieux, et l’infant Jean, archevêque de Tolède, étaient décédés deux ans plus tôt. De ses aînés, seules les infantes Marie († 1347), mariée à un infant castillan puis moniale de Sigena, et Blanche († 1348), moniale puis prieure du même couvent, étaient donc encore en vie, comme ses deux cadets, l’infant Raymond Béranger († 1366) et l’infante Violante († 1353)3. En 1336, l’infant Pierre est donc le plus âgé des infants d’Aragon et des oncles du prince de seize ans qui accède au trône sous le nom de Pierre IV d’Aragon.

Fig. 1. La Maison d’Aragon et ses collatéraux aux xiiie et xive siècles

Fig. 1. La Maison d’Aragon et ses collatéraux aux xiiie et xive siècles

4En élargissant aux branches collatérales de la famille royale d’Aragon, descendantes de l’arrière-grand père de l’infant Pierre, Jacques Ier d’Aragon, dit le Conquérant, on constate que son oncle paternel, le roi Frédéric III de Sicile, décède en 1337 et que le fils de ce dernier, son cousin germain le roi Pierre II, né la même année que l’infant Pierre, trépasse à 37 ans en 1342. À la fin des années 1330, la branche majorquine de la famille est encore représentée par Sanchie († 1345), épouse de Robert Ier de Naples, par Philippe de Majorque († 1342), et par le roi Jacques III de Majorque († 1349), né dix ans après l’infant Pierre d’Aragon. Devenu doyen de la branche aragonaise dès 1336, l’infant Pierre est aussi dès 1349 le plus vieux des petits-enfants de Jacques le Conquérant. Il a quarante-quatre ans et encore une longue vie devant lui, puisqu’il ne décède qu’en 1381.

  • 4 « lo senyor En Jacme, avi nostre, qui era fort vell, finà sos dies en la ciutat de Barcelona » (Le (...)
  • 5 Il est né entre le 25 mars et le 15 novembre 1305 et décède le 4 novembre 1381.

5Comme dans toutes les familles princières médiévales, de nombreuses femmes de la famille royale d’Aragon meurent prématurément en couches et de nombreux princes et princesses décèdent en bas âge. Mais parmi les ascendants de l’infant Pierre, on note une certaine longévité : son arrière-grand-père, le roi Jacques Ier, ne s’éteint qu’à soixante-huit ans et son propre père, Jacques II d’Aragon, vit jusqu’à soixante ans, ce qui fait dire à Pierre IV d’Aragon, dans sa chronique, que son grand-père mourut « fort vieux4 ». Le roi Cérémonieux, neveu de l’infant Pierre, décède lui-même en 1387 dans sa soixante-huitième année, six ans à peine après son vieil oncle. Au xiiie et au xivsiècle, la famille royale d’Aragon, comme celle de Sicile et de Majorque, compte donc plusieurs sexagénaires, mais aucun des parents de l’infant Pierre n’atteint son âge vénérable (à l’exception de ses deux fils, morts respectivement à quatre-vingts et soixante-dix-neuf ans). Fort de soixante-seize ans ou presque au moment de son décès5, le comte de Ribagorce et des Montagnes de Prades est assurément un très vieil homme.

6Devenu précocement le prince le plus âgé de la famille royale, l’infant Pierre vit aussi jusqu’à un âge bien plus avancé que la plupart de ses proches. Son influence s’est exprimée bien avant la vieillesse mais elle s’est renforcée avec l’âge.

Âge et responsabilités de l’infant Pierre d’Aragon

  • 6 J. E. Martínez Ferrando (Jaime II de Aragón. Su vida familiar, Barcelone, 1948, vol. 1, passim et (...)

7Le statut d’infant, richement doté et revêtu de prestigieux titres comtaux, confère à l’infant Pierre, dès son plus jeune âge, une place de choix dans la hiérarchie politique et nobiliaire de la Couronne d’Aragon. Il a été élevé et a été soigneusement éduqué dans cette perspective conformément à la volonté de son père, le roi Jacques II6. Premier des princes laïcs et des nobles dans la hiérarchie symbolique de la Couronne, dès l’accès au trône de son aîné Alphonse IV (1327), son influence et ses responsabilités s’expriment très tôt et croissent avec les années.

Un prince sollicité dès sa prime jeunesse

  • 7 A. Beauchamp, « “Per lo servey del senyor rey e per exaltament de la Corona d’Aragó”. La carrière (...)
  • 8 Ibid., p. 24 ; J. V. Cabezuelo Pliego, Poder público y administración territorial en el reino de V (...)
  • 9 « Gaudemus propterea de te, fili, velut nova pubescente propagine sperati fructus habuisse primiti (...)
  • 10 H. Finke, Acta Aragonensia, Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen, zur K (...)
  • 11 Le 15 janvier 1325, Jean XXII écrit ainsi au roi Jacques II : « Si multiplicata in te, fili cariss (...)

8La capacité à s’imposer de ce prince n’apparaît pas avec la maturité, ni avec la vieillesse. L’expérience ne justifie pas non plus la confiance placée en lui dès l’âge de quinze ans par le roi d’Aragon et par le pape. Sans revenir sur le parcours précoce de cet infant et sur toutes les responsabilités qui lui ont été confiées, déjà étudiés par ailleurs7, on peut souligner, à titre d’exemple, qu’il a tout juste dix-huit ans en 1323 lorsque, une année durant, il est aux côtés du roi Jacques II d’Aragon, son père, responsable du gouvernement des royaumes, en remplacement de son frère aîné l’infant Alphonse procureur général de tous les royaumes et territoires de la Couronne d’Aragon, parti conquérir le royaume de Sardaigne. Cette lourde charge était traditionnellement confiée aux successeurs désignés du roi d’Aragon, et avait donc touché avant l’infant Pierre des princes très jeunes, mais elle n’est pas une sinécure et de riches archives attestent de son réel investissement8. Malgré sa jeunesse, il avait en outre cette même année déjà proposé ses services au souverain pontife et avait reçu de lui une première lettre des plus encourageantes pour l’avenir9. Dès l’automne 1324, Jacques II d’Aragon l’envoie négocier auprès du pape en Avignon la perception d’une dîme ecclésiastique pour vingt ans et la réduction du cens dû au titre de son nouveau fief de Corse et de Sardaigne. L’infant raconte d’ailleurs fièrement à son père le déroulement de son ambassade solennelle et l’accueil privilégié que Jean XXII lui a réservé10. Le pape semble effectivement l’avoir fort apprécié et s’en remet désormais à lui, comme le roi d’Aragon, pour régler diplomatiquement certains dossiers délicats (différends entre les rois de Naples et de Sicile, et entre ceux de Majorque et d’Aragon). Il entretient avec l’infant une correspondance nourrie et exprime à plusieurs reprises ses louanges envers lui11.

  • 12 Ramon Muntaner, Les Quatre grans Cròniques : Crònica de Ramon Muntaner, éd. F. Soldevila, J. Brugu (...)
  • 13 Analyse détaillée et mise en perspective de son action et des œuvres composées pour le couronnemen (...)

9Le comte de Ribagorce fait manifestement preuve très tôt d’une certaine aisance et d’autorité naturelle. Il revendique très ouvertement son rôle d’infant d’Aragon et de protecteur de la royauté aragonaise et le met même en scène en avril 1328, lors des cérémonies et fêtes de couronnement de son frère aîné, Alphonse IV. Le chroniqueur Ramon Muntaner consacre de belles pages à cet épisode12. Il raconte que l’infant Pierre y occupe la première place et revendique à plusieurs reprises sa préséance, avant son frère cadet, l’infant Raymond Béranger, et les autres nobles et sujets de la Couronne d’Aragon, en prenant la tête des cortège et procession, en se coiffant de la couronne royale immédiatement après l’auto-couronnement de son aîné, en se faisant l’ordonnateur et le garant du respect de l’étiquette, de la hiérarchie sociale et du cérémonial de table lors du banquet qui suit le couronnement. À cette occasion, il prodigue de grandes libéralités et présente lui-même à l’auditoire attablé ses propres danses et compositions poétiques, dans la tradition des troubadours, sur des thèmes éminemment politiques (les insignes royaux, la justice, le gouvernement de la cour et des officiers)13.

  • 14 F. Autrand, « La force de l’âge : jeunesse et vieillesse au service de l’État en France aux xive e (...)

10Autorité, capacité à exercer le pouvoir et les responsabilités le concernent donc bien avant la maturité. Pour paraphraser la formule de Françoise Autrand s’interrogeant, après Bernard Guenée, sur « l’âge des responsabilités », il n’y en a pas dans le cas de ce prince aragonais : comme nombre de princes il n’attend pas la vieillesse et donc la supposée sagesse des années pour endosser de lourdes charges, mais son parcours est original car il revendique et entend très jeune honorer son rang d’infant d’Aragon14. Très vite, il prend aussi très au sérieux son rôle de doyen de la famille royale.

Un prince expérimenté dans la force de l’âge (années 1330-1340)

11Il y a sûrement un cap au début de l’année 1336 dans la vie de l’infant Pierre, en termes d’âge et d’appréciation de l’expérience. À la mort de son frère le roi Alphonse IV, comme on l’a souligné, le trône passe à la génération suivante, en l’occurrence à son neveu tout juste âgé de seize ans. Fort de trente-et-un ans seulement, l’infant Pierre revendique désormais la position de conseiller privilégié de son neveu.

  • 15 L’infant Raymond Bérenger (1308-1366) n’a guère fait l’objet d’études. C’est un prince plus effacé (...)
  • 16 « Així com faels naturals e sotsmeses vostres, zelans per lo bé de la corona, esguardan la joventu (...)

12En plein conflit avec le jeune roi et son entourage, l’infant Pierre et son frère cadet, l’infant Raymond Bérenger (âgé quant à lui de vingt-huit ans)15, fournissent en février 1336 un conseil écrit au roi : « en tant que vos fidèles naturels et sujets, pleins de zèle pour le bien de la couronne, eu égard à la jeunesse qui est en vous, Seigneur, et aux nécessités et périls évidents de vos royaumes ». Ils y expliquaient la nécessité pour le jeune roi de réformer l’organisation de sa maison et de limiter le nombre de ses serviteurs « pour le bon état de vos royaumes et terres, comme vous, Seigneur, êtes jeune et dépourvu de trésor et de revenus, et que votre royaume risque de grands et évidents périls, et que le fondement du bon prince est d’avoir un bon conseil et de bons officiers et un entourage honorable et honnête, en nombre modéré et adéquat16 ». Les deux oncles préconisaient entre autres une épuration de l’entourage royal et invitaient le souverain à nommer deux conseillers (eux ?), pour accompagner chacun de ses pas et parfaire son éducation. Ils se voyaient donc bien en mentors de leur jeune neveu. Il est bien question ici de la jeunesse du roi opposée à la sagesse que prétendent incarner ses oncles, sans néanmoins invoquer leur âge.

  • 17 Le rôle de l’infant Bérenger est durant ces années beaucoup plus effacé et secondaire que celui de (...)
  • 18 Crònica de Pere III…, II, § 37, p. 119.

13Dans les années qui suivent cet épisode, l’infant Pierre devient bien le fer de lance de la réforme de l’entourage et du gouvernement royal, en tant que chancelier et premier des conseillers d’un jeune roi dont la forte personnalité s’affirme. Celui-ci semble néanmoins lui témoigner assez vite sa plus grande confiance et compte sur lui aussi bien politiquement que militairement dans les années 1330 et 134017. Son influence est telle qu’il est désormais l’un des seuls à pouvoir se permettre d’émettre des avis contraires au roi, de juger son action en termes négatifs et même de le sermonner en public, comme en 1339, en pleine rue à Avignon lorsqu’il intervient pour empêcher le sanguin Pierre IV de sortir son épée pour châtier son cousin et vassal le roi de Majorque, qui venait de bafouer sa préséance dans le cortège qui les amenait vers le palais pontifical18. L’attitude paternelle et moralisatrice de l’infant Pierre envers le roi son neveu est peut-être désormais légitimée par son âge et son expérience. Mais sa loyauté sans faille et le commun dévouement du roi et de son oncle pour la défense des intérêts de la Couronne d’Aragon et de la royauté jouent aussi sans aucun doute un grand rôle.

La vieillesse ou le sommet d’une longue carrière (années 1350-1381)

  • 19 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)

14L’infant Pierre accède au faîte de ses responsabilités politiques et gouvernementales au moment où il atteint la vieillesse, que Bernard Guenée évalue autour de la cinquantaine19.

  • 20 Sur cet épisode et ses implications, cf. A. Beauchamp, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence (...)
  • 21 A. Beauchamp, « Régence et continuité de l’œuvre royale : un testament et des codicilles inédits ( (...)

15Au cours des années 1350, il se voit confier diverses charges de premier ordre par le roi d’Aragon. La première constitue en quelque sorte l’apothéose de sa vie princière : en juin 1354, il devient lieutenant général du roi son neveu et gouverne à ce titre à sa place et en son nom les territoires péninsulaires de la Couronne d’Aragon durant quinze mois20. Pendant que Pierre IV guerroie en Sardaigne et ne peut donc s’occuper de ses affaires dans la péninsule Ibérique, son oncle le représente en toute chose, tient lieu de roi. Malgré les critiques de certains sujets envers la concession de grands commandements à des membres de la famille royale, Pierre IV a longuement pesé le rapport avantages/risques que pourrait représenter ce pouvoir acquis par un autre que lui en son absence. Son oncle, dont la poigne et le sens politique ont déjà souvent été éprouvés par le souverain, doit alors clairement sa nomination à sa valeur, à sa fidélité et à son expérience. Cette nomination comme lieutenant général se comprend d’autant mieux que parallèlement, au printemps 1354, Pierre le Cérémonieux rédige un nouveau testament par lequel il organise un dispositif de régence qui entrerait en vigueur s’il venait à mourir en Sardaigne et pendant la minorité de son fils aîné, alors seulement âgé de trois ans et demi. Ce dispositif de régence repose lui-aussi sur l’infant Pierre qui dirigerait tous les royaumes jusqu’à la majorité du roi, avec les pleins pouvoirs, avec l’aide de conseillers et de la reine mère, qui « régirait » le jeune souverain. Le testament royal ne fait aucune référence à la longue expérience ni aux qualités de l’infant Pierre, mais c’est manifestement un gage de stabilité21.

  • 22 « cap e regidor e lochtinent en lo regne de València quant als affers de la guerra » (ACA, reg. 13 (...)

16Cette confiance du roi envers son oncle est réitérée au premier semestre 1357, au début de la guerre contre la Castille, par une charge militaire de premier ordre : le prince, malgré un refus initial, devient « chef et régent et lieutenant dans le royaume de Valence quant aux affaires de la guerre »22 ; jusqu’en juillet 1357, il a tous les pouvoirs de diriger l’armée, de réunir les sujets et de décider tout ce qui sera nécessaire pour mener la guerre dans ce royaume en proie aux attaques castillanes. Cette nouvelle expérience est sa dernière grande charge de prince laïc. Elle donne lieu, comme on le verra ultérieurement, à de beaux discours politiques évoquant l’âge avancé du prince, alors âgé de cinquante-deux ans.

  • 23 A. Beauchamp, « De l’action à l’écriture : le De regimine principum de l’infant Pierre d’Aragon (v (...)

17Un an et demi plus tard, l’infant Pierre d’Aragon remet au roi son De vita, moribus et de regimine principum, l’ambitieux miroir des princes qu’il a rédigé en latin, dans lequel il évoque sa vision du bon gouvernement et du service de la chose publique, mais ne se livre à aucune considération sur l’âge ou la vieillesse23. Quelques jours plus tard, le 12 novembre 1358, après avoir réglé ses affaires patrimoniales, l’infant, qui était veuf depuis 1348, se fait franciscain et entame ce que l’on pourrait considérer comme le deuxième temps de sa vieillesse.

  • 24 Ces visions sont étudiées et partiellement éditées par J. M. Pou y Martí, Visionarios… ; H. Lee, M (...)
  • 25 J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 349-351. À la toute fin de sa vie, frère Pierre d’Aragon aurai (...)
  • 26 H. Lee et al., Western Mediterranean Prophecy…, p. 81, évoquent à son propos une « new political t (...)
  • 27 D’où la compilation écrite de ses visions dans les Libri de Schismate du cardinal Martin de Zalba, (...)
  • 28 Les ressorts religieux, politiques et fiscaux de la neutralité royale ont récemment été réévalués (...)

18Il acquiert, dans cette dernière phase de sa vie une nouvelle aura. À dix reprises jusqu’à sa mort, vingt-trois ans plus tard, frère Pierre d’Aragon est l’objet de visions et de révélations prophétiques et apocalyptiques24. L’une, par la voix de son oncle maternel, saint Louis d’Anjou, aurait déterminé sa conversion ; en 1365, d’autres visions l’invitaient à aller plaider auprès d’Urbain V en Avignon le nécessaire retour à Rome de la papauté – ce qu’il fait effectivement en se rendant auprès du pape et en l’accompagnant à Rome en 1367 – et, comme Brigitte de Suède, annonçaient la mort du pontife ; quelques années plus tard Dieu l’invitait à rallier les rois de France et de Castille à la cause urbaniste ; en 1379, le Christ lui parlait encore pour dénoncer le refus du roi d’Aragon de prendre parti pour l’un ou l’autre des pontifes, et l’inviter à lutter contre le schisme25. Largement influencé par la tradition des franciscains spirituels et par la pensée de Joachim de Flore et de Jean de Roquetaillade, qui inspiraient déjà nombre de princes et princesses de sa famille angevine, sicilienne et majorquine, l’infant est un visionnaire « politique », qui prône la réforme de l’Église26. Il prend fermement parti pour Urbain V, Grégoire XI et Urbain VI durant le Grand schisme27, et cherche à convertir à sa cause le roi d’Aragon qui maintient une certaine neutralité, qualifiée « d’indifférence » par l’historiographie, selon le mot du roi lui-même28.

  • 29 Son action en tant que vicaire est encore attestée à Majorque en 1381, le roi lui réitère sa confi (...)
  • 30 En témoigne la préoccupation constante que frère Pierre d’Aragon conserve jusqu’à sa mort (et part (...)
  • 31 « entès havem que nostre oncle l’infant en Pere ès aquí en Barcelona e que ha proposat pendre lo c (...)

19Frère Pierre d’Aragon poursuit aussi jusqu’à sa mort ses activités au service de son ordre, dont il aurait été nommé vicaire général dans la province d’Aragon avant 137229. Il continue à prendre part aux débats du temps, à la défense des intérêts de la Couronne d’Aragon et de sa famille30. Mais l’héritier du trône aragonais, l’infant Jean d’Aragon (lui-même roi de 1387 à 1396), clémentiste convaincu, juge d’un mauvais œil l’activité de son grand-oncle, à qui Urbain VI aurait même promis une mitre cardinalice. En février 1380, le successeur désigné de Pierre IV cherche à éviter à tout prix que son grand-oncle ne l’obtienne31.

20Jusqu’à son trépas et malgré son âge avancé, l’infant demeure donc très actif, à l’image de sa longue vie et des nombreuses responsabilités et missions exercées depuis sa prime jeunesse, dont l’ampleur et le prestige se sont néanmoins accrus avec l’âge. Au cours des vingt-cinq dernières années de sa vie, la documentation laisse néanmoins entrevoir le poids de la vieillesse mais aussi les devoirs qui incombent à ceux qui, comme lui, ont le privilège de l’atteindre.

Responsabilités, privilèges et poids de la vieillesse

21Le sens accru du devoir et de l’engagement au service de la royauté et de l’Église, observés chez l’infant Pierre depuis son plus jeune âge, semblent s’accroître la vieillesse venue.

La vieillesse ou le temps du don de soi pour la Couronne

22En décembre 1356, alors âgé de cinquante et un ans, l’infant Pierre exhorte son frère cadet l’infant Raymond Bérenger, comte d’Ampurias, à venir défendre à ses côtés le royaume de Valence, contre le roi de Castille :

  • 32 « Per lo servey de Déu e del senyor rey e per exaltament de la corona d’Aragó, de la sanch e natur (...)

Par le service de Dieu et du seigneur roi et pour l’exaltation de la Couronne d’Aragon, du sang et de la nature qui nous réunit et nous nourrit, et pour la défense et l’honneur de laquelle nous devons risquer notre vie, pensez, frère et seigneur, que maintenant est venu le temps que ces deux fils de roi, vous et moi, entrions en Dieu et en notre maison et que nous gagnions une couronne pour l’éternité et fassions à notre prince et seigneur, le roi, le meilleur service que jamais deux oncles ont fait à leur seigneur et neveu. C’est le temps de la vision de notre père, le roi téméraire, du feu qui entrait dans le royaume par la main de ces deux nés de ce mariage, le temps de la vision ou révélation semble pour vous et moi arrivé32.

  • 33 A. Beauchamp, « “Per exaltament… », p. 43-46.

23L’infant Pierre se dit donc prêt au sacrifice, au don de soi, quitte à y perdre la vie, pour en tirer le plus grand des profits (spirituel), en accord avec ses engagements et surtout avec une prophétie paternelle, non documentée par ailleurs. Ce type de discours et d’emphase, d’autant plus nécessaires que l’infant Raymond Bérenger est récalcitrant à assumer ses obligations militaires envers le roi, n’est pas sans faire écho aux lettres que l’infant Pierre échange avec le souverain dans cette phase de sa vie. Ils y débattent de façon récurrente de l’engagement personnel, par les armes ou non, et du devoir de défendre la Couronne d’Aragon et la chose publique33.

  • 34 « per moltes rahons tocants molt la honor de la [nostra casa] real […] de la qual casa vós sots lo (...)
  • 35 « la pus antiga persona, e de les pus acostades de parentesch ab nós que negun altre dels reals de (...)
  • 36 « E per com és pus ancià e de més dies ha paregut al senyor rey que sia l’infant en Pere […]. Car (...)

24Jusqu’au début des années 1350, dans leur correspondance, comme lorsque le roi parle de son oncle à d’autres ou l’évoque dans sa chronique, il le désigne simplement comme « l’infant Pierre » ou parfois comme « notre oncle, l’infant Pierre ». Cela ne le différencie guère des autres infants, même beaucoup plus jeunes. À partir de 1353, il commence à employer l’expression « l’alt infant en Pere » : on peut y voir une forme de déférence, peut-être accrue par l’âge de l’infant, vieillissant, que le roi commence aussi à désigner comme « lo pus antich ». En juillet 1353, Pierre IV cherche par exemple à le convaincre d’abandonner son projet de se rendre au Saint Sépulcre « pour de nombreuses raisons touchant beaucoup l’honneur de notre royale Maison. [...] Maison dont vous êtes le plus antique34 » ; en avril 1354, envisageant le mariage de sa fille, l’infante Constance, avec le roi Frédéric IV de Sicile, le roi consulte son oncle à la fois comme tuteur de la princesse et en tant que « la plus antique personne, et de plus proche parenté avec nous qu’aucun autre des royaux de notre Maison35 ». Cette expression semble cependant plus témoigner de son rôle de doyen de la famille royale et de la préséance qui en résulte que de son âge, pourtant déjà avancé. C’est en tout cas l’argument retenu par Pierre IV en 1357 pour justifier auprès de l’infant Raymond Bérenger d’avoir placé son aîné, l’infant Pierre, à la tête de la défense du royaume de Valence, plutôt que lui36. À la même époque, les sources laissent néanmoins entrevoir des signes de vieillissement du prince.

La vieillesse, un temps de moindre activité ?

  • 37 Il se justifie ainsi : « per la longa malaltia que ha haüda e per la necessitat que ha encara en s (...)
  • 38 « propter necessitatem persone nostre » (ADM, SC, Prades, l. 15/198, n° 113, 22 novembre 1357), «  (...)

25Après la lieutenance générale de 1354-1355, la santé de l’infant Pierre semble se détériorer. En juin 1356, il écrit avoir été longtemps malade, « ne pouvoir chevaucher sans péril pour sa personne », puis le 15 août, il s’excuse à nouveau de ne pouvoir rejoindre le roi à Valence, touché par une attaque de goutte et des accidents de santé qui l’empêchent de chevaucher et de travailler37. Il séjourne longuement en ses terres valenciennes en 1356, puis, après avoir repris du service malgré lui au début de l’année 1357, il se retire en son château catalan de Falset entre l’été 1357 et l’automne 1358 (période pendant laquelle il doit rédiger son miroir des princes). Malgré les sollicitations royales, il justifie à plusieurs reprises sa sédentarité par les nécessités de sa personne38. Mais, comme on l’a vu, sa prise d’habit franciscain, le 12 novembre 1358, ne semble pas constituer un véritable retrait du monde imposé par la vieillesse.

  • 39 ACA, C, reg.1265, f. 140v.
  • 40 ACA, C, reg.1658, f. 144r, reg.1265, f. 140v, le 22 février 1380, Pierre IV d’Aragon écrit depuis (...)
  • 41 X. Serra Estelles, « El Cisma de Occidente y la Asamblea de Medina del Campo de 1380-1381 en el Ms (...)
  • 42 J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 362, n. 3.
  • 43 Cf. supra, n. 28.
  • 44 ACA, C, reg.1276, f. 27r-v, 42r, éd. J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 363-364 ; sur cette reine (...)

26De 1358 à 1381, malgré son âge avancé, il continue à voyager au long cours, entre deux attaques de goutte qui l’immobilisent ponctuellement39. Ses deux dernières années de vie en sont un bon exemple : il est présent à Barcelone dans la deuxième moitié de l’année 1379, mais souffrant, ne peut se rendre auprès du roi en février 138040. Puis, il assiste à l’assemblée de Medina del Campo (Castille, diocèse de Salamanque) à la fin de l’année 1380, où le roi Jean Ier de Castille avait réuni son clergé pour décider du parti à prendre dans le Schisme41. C’est là que, le 31 décembre, le franciscain reçoit une dernière révélation : saint Pierre l’invite à embarquer au port de Carthagène (à quelques 600 km à vol d’oiseau) pour se rendre à Rome et lui dit qu’il y mourra peu après son arrivée42. Frère Pierre d’Aragon demeure en Castille jusqu’à ce que le roi reconnaisse la légitimité de Clément VII (le 19 mai), puis entreprend son dernier voyage vers la Méditerranée. Il se rend peut-être à Majorque à la fin du printemps ou au début de l’été 138143, puis arrive à Barcelone à la fin du mois d’août ou au début du mois de septembre 1381, pour revoir sa fille, la reine de Chypre44. Parvenu en Italie à l’automne 1381, il meurt à Pise le 4 novembre.

  • 45 « si vós veníets a nós, vos seria per vostra antiquitat treball gran e enuig, lo qual no volem per (...)
  • 46 « veem a vós massa gran treball e molts perills en pendre tan longa colla » (ACA, C, reg.1272, f.  (...)
  • 47 « per vostra tarda estam dubtants de necessitat de vostra persona o d’altre empetxament » (ACA, C, (...)
  • 48 ACA, C, reg. 1276, f. 42r, 10 sept. 1381, éd. J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 364.

27L’inquiétude formulée par ses proches durant cette période suggère néanmoins sa fragilité et sa grande vieillesse. En février 1380, l’infant Jean d’Aragon souhaitait le faire venir de Barcelone à Perpignan (pour le détourner de son soutien à Urbain VI et surtout de son projet, déjà évoqué, d’obtenir une mitre cardinalice), mais « sachant que si vous veniez à nous ce serait pour vous, du fait de votre grand âge, grand travail et ennui, ce que nous ne souhaitons en aucun cas que vous enduriez », il lui demande de lui envoyer son compagnon45. Plus sincère et véritablement préoccupé, Pierre IV s’inquiétait en mai 1381 de savoir que son oncle, alors âgé de trois quarts de siècle, comptait circuler de Medina del Campo à Séville pour y embarquer pour Rome : il craignait l’effort et les périls de ce long voyage et l’invitait à se rendre plutôt à Valence ou Barcelone où il pourrait embarquer plus sûrement pour l’Italie46. Il parvint vraisemblablement à le convaincre, mais le 18 août de la même année, sachant qu’il n’était toujours pas arrivé à Barcelone, Pierre IV s’inquiétait à nouveau pour la santé du vieil homme47 ; en septembre il espérait encore pouvoir le voir avant son départ pour la Ville éternelle48.

  • 49 Ibid., p. 369.
  • 50 « car persona és a la qual nós havem affecció e lo havem en bona reputació » (ACA, C, reg. 1276, f (...)
  • 51 ACA, C, reg.1659, f. 71r-v, 27 juillet 1380, éd. A. Rubió y Lluch, Documents…, vol. 2, doc. 230, p (...)
  • 52 « vostra letra havem reebuda en la qual se contenen assats entrecuydaments e pegueses […]. E no po (...)
  • 53 Les rapports écrits des théologiens sont publiés par J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 375-396 ; (...)
  • 54 H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba… », p. 283.

28En 1930, l’historien franciscain José María Pou y Martí, fin connaisseur des visionnaires et prophètes franciscains, affirmait que les prophéties de frère Pierre d’Aragon, contrairement à d’autres, « n’accusaient pas de déséquilibre mental », mais étaient largement nourries de l’ambiance apocalyptique et de la mystique de son temps (et de son ordre)49. Les sources conservées ne formulent jamais de doutes en termes de sénilité ou de santé mentale du vieil homme. Les contemporains de l’infant, préoccupés par les retombées politiques de ses révélations, s’interrogent en revanche sur leur inspiration divine. Malgré sa neutralité dans le Schisme, Pierre IV continue à témoigner son soutien envers frère Pierre d’Aragon, « car c’est une personne pour laquelle nous avons de l’affection et nous le tenons en bonne réputation »50. Il s’oppose même fermement à son propre fils et successeur désigné au trône aragonais, l’infant Jean, qui doutait de l’inspiration divine de son grand-oncle et, pour mieux le discréditer, affirmait que ses révélations n’étaient que des rêves51. Le jeune prince l’écrit d’ailleurs sans ménagement au vieux franciscain en février 1380, dit ne pas croire un mot de ses visions pécheresses, le taxe d’appartenir à une secte et lui interdit désormais de lui écrire à ce sujet52. À aucun moment n’est néanmoins formulée l’idée qu’il est désormais trop vieux pour se mêler d’affaires publiques. En juillet 1380, une enquête est finalement menée par une commission de théologiens et de religieux, qui examinent le texte de ses visions, fourni par le franciscain53. L’enquête, à la mesure du message professé, est clairement politique, et Hélène Millet souligne combien les conclusions et interprétations de certains théologiens sont biaisées et fallacieuses54. Les avis des experts sont très partagés et l’enquête ne tranche finalement ni en faveur ni en défaveur de l’inspiration divine de frère Pierre d’Aragon. Si l’on n’a donc aucune preuve de la sénilité du vieil homme, à la vieille de sa mort, il est bien clair que ses prophéties s’inscrivent directement dans sa pratique ancienne du pouvoir.

  • 55 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona, 1B.VI-1, Lletres closes I, f. 26v-29v, transcrites par S (...)
  • 56 « lo dit senyor ha près aquest novell ab paciència e s’i és haüt sàviament e axí con d’ell se pert (...)

29La mort touche l’infant Pierre à Pise le 4 novembre 1381. Il avait soixante-seize ans. Il y est enterré le lendemain avec tous les honneurs, avant d’être déterré en odeur de sainteté quelques jours plus tard par les frères mineurs et par son entourage qui, constatant des stigmates divins, traitent son corps comme une relique, en prélèvent les ongles et se partagent son vêtement. Manifestement soucieux d’épargner leur souverain qu’ils savaient attaché à son oncle, les conseillers de la cité de Barcelone (qui avaient appris le décès du prince par des marchands barcelonais), décident d’en informer leur vieux roi (soixante-trois ans) en détail et par écrit, en janvier 1382, par l’entremise de sa jeune épouse (trente-deux ans)55. Celle-ci raconte par la suite à ses interlocuteurs que Pierre IV a « reçu cette nouvelle avec patience et sagement comme il en a coutume »56. De la part d’un roi plutôt impatient et prompt à sur-réagir depuis son plus jeune âge, on pourrait lire dans cette réaction le signe le plus évident de sa propre vieillesse ou de sa résignation en regard du grand âge auquel son oncle était parvenu.

30La vieillesse a sûrement pesé dans le quotidien de Pierre d’Aragon dans les derniers temps de sa vie, mais les sources disponibles semblent indiquer que le poids et les désagréments de l’âge n’ont pas véritablement détourné le vieux frère Pierre d’Aragon de ses engagements et de son rôle public, ni ne l’ont discrédité.

*

31L’infant Pierre d’Aragon fait preuve dès son plus jeune âge d’un sens certain du devoir et de l’engagement au service de la Couronne d’Aragon comme de la papauté. Reconnu pour ses qualités avant même d’atteindre la maturité, il endosse aussi précocement sa responsabilité d’infant d’Aragon, de frère cadet du roi puis de doyen des membres de la famille royale. Mais jusqu’à la cinquantaine, sa position dominante doit moins à son âge qu’à son statut, sa capacité à se rendre utile au pape, indispensable au roi d’Aragon et à bien gouverner. Le milieu des années 1350 et son entrée dans la cinquantaine constituent vraisemblablement son entrée en vieillesse et l’apogée de sa carrière politique : il connaît des soucis de santé qui ne le quitteront plus jusqu’à la mort et avec l’âge, sa longue expérience est désormais autant valorisée que son statut de doyen de la famille royale. Il se dit désormais prêt à donner sa vie pour la Couronne d’Aragon. En l’absence de signes de crise mystique, sa prise d’habit franciscain à l’âge de cinquante-trois ans pourrait être considérée comme un signe d’acceptation de sa vieillesse. Elle ne met cependant pas un terme aux sollicitations de la part du roi d’Aragon, elle ne sonne pas non plus le glas de son propre activisme dans l’intérêt de sa famille et de la royauté, même s’il s’investit désormais prioritairement au service de la papauté. Ce n’est cependant pas la voie de la sagesse due à l’âge qu’il prétend exprimer dans ses prises de positions politiques des vingt dernières années de sa vie, mais la voix de Dieu, puisque par dix fois, entre 1358 et 1379, il affirme être sujet de visions. La vieillesse ne constitue donc pas un handicap pour l’infant Pierre d’Aragon, car malgré quelques signes évidents de fatigue, il tire profit de sa longue expérience du pouvoir et en fait bénéficier son entourage. Elle lui offre surtout l’opportunité de faire vivre son goût prononcé pour la chose publique jusqu’à l’âge avancé de soixante-seize ans.

Haut de page

Notes

1 A. Conejo éd., L’Infant Pere d’Aragó i d’Anjou « molt graciós e savi senyor », Vandellòs i l’Hospitalet de l’Infant, 2016, offre une récente mise au point sur la carrière politique, l’importance et le dynamisme de ses comtés, de même que sur l’importance de la poésie et de l’art des troubadours, dans la vie de ce prince lettré et poète à ses heures. Sur les visions et prophéties qu’il formule et ses relations avec l’Église, voir J. M. Pou y Martí, Visionarios, beguinos y fraticelos catalanes (siglos xiii-xv), Vic, 1930 [rééd. facsimile, 1996].

2 La doyenne tous sexes confondus est néanmoins Élisende de Montcade, troisième épouse du roi Jacques II d’Aragon, qui n’est pas mentionnée dans l’arbre généalogique ici présenté. Née vers 1292, elle se retire dans le couvent de clarisses qu’elle a fondé à proximité de Barcelone (Pedralbes) à partir de son veuvage (1327) et y vit jusqu’en 1364. Les membres de la famille royale sont attachés à la « reina de Pedralbes », lui rendent régulièrement visite, mais on peine néanmoins à mesurer son influence et l’évolution de celle-ci avec le temps. Cf. F. Español Bertran, « Un cert perfil d’Elisenda de Montcada », dans E. Balasch, F. Español éd., Elisenda de Montcada. Una reina lleidatana i la fundació del Reial Monestir de Pedralbes, Lérida, 1997, p. 11-37.

3 J. Hinojosa Montalvo, Jaime II y el esplendor de la Corona de Aragón, Saint-Sébastien, 2006, p. 76-90.

4 « lo senyor En Jacme, avi nostre, qui era fort vell, finà sos dies en la ciutat de Barcelona » (Les quatre grans Cròniques : Crònica de Père III, éd. F. Soldevila, J. Bruguera, M. T. Ferrer i Mallol, Barcelone, 2014, I, § 42, p. 75).

5 Il est né entre le 25 mars et le 15 novembre 1305 et décède le 4 novembre 1381.

6 J. E. Martínez Ferrando (Jaime II de Aragón. Su vida familiar, Barcelone, 1948, vol. 1, passim et p. 158-169) souligne le soin avec lequel le roi organise l’éducation de ses enfants et de son quatrième fils en particulier, à qui il est très attaché.

7 A. Beauchamp, « “Per lo servey del senyor rey e per exaltament de la Corona d’Aragó”. La carrière politique de l’infant Pierre d’Aragon », dans A. Conejo éd., L’Infant Pere…, p. 17-56.

8 Ibid., p. 24 ; J. V. Cabezuelo Pliego, Poder público y administración territorial en el reino de Valencia 1239-1348. El oficio de la procuración, Valence, 1998.

9 « Gaudemus propterea de te, fili, velut nova pubescente propagine sperati fructus habuisse primitias, et speramus quod cum ad virilis etatis incrementum, actore Deo, perveneris, fructificare uberius agnosceris » (16 mai 1324 ; Città del Vaticano, Archivio Apostolico Vaticano [désormais AAV], Registri Vaticani [désormais Reg. Vat.] 111, ep. 1032, f. 250r, reproduite par J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 310-311).

10 H. Finke, Acta Aragonensia, Quellen zur deutschen, italienischen, französischen, spanischen, zur Kirchen- und Kulturgeschichte aus der diplomatischen Korrespondenz Jaymes II. (1291-1327), Berlin/Leipzig, 1908, t. II, doc. 501, p. 800-801.

11 Le 15 janvier 1325, Jean XXII écrit ainsi au roi Jacques II : « Si multiplicata in te, fili carissime, tui beneficia redemptoris scrutinio solerti recenseas, habes procul dubio inter cetera unde sibi specialiter ad gratiarum actiones in hoc presertim assurgas quod dilecto filio nobili viro Petro, Infanti nato tuo, Comite Ripacurcie, adolescenti et etatis tam tenere, discretionem talem ac eloquentiam et gratiam tribuit habundanter quod talia negocia qualia sibi fuere a tua sublimate commissa tam disserte proponere sciuit et exequi tam prudenter. Cuius annos in prosperitate bona produci desideranter appetimus. Sperantes illos per ipsum expendere ad utilitatem rei publice ac Dei gloriam et honorem, que ex superhabundanti Regie benivolentie attentius commendamus » (AAV, Reg. Vat. 113, ep. 261, f. 32v°, éd. J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 320 ; voir aussi ibid., p. 330-331, 332, n. 4).

12 Ramon Muntaner, Les Quatre grans Cròniques : Crònica de Ramon Muntaner, éd. F. Soldevila, J. Bruguera, M. T. Ferrer i Mallol, Barcelone, 2011, chap. 297-298.

13 Analyse détaillée et mise en perspective de son action et des œuvres composées pour le couronnement dans M. Cabré, « Pere d’Empúries, un poeta de nissaga reial a la Crònica de Ramon Muntaner », Mot sorazo, 17 (2018), p. 63-76 ; et S. Cingolani, « Música i poesia a la coronació d’Alfons el Benigne (3 d’abril de 1328). Estudi de cas i reflexions metodològiques », sous presse (je remercie l’auteur de m’avoir permis de le lire avant publication).

14 F. Autrand, « La force de l’âge : jeunesse et vieillesse au service de l’État en France aux xive et xve siècles », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 129/1 (1985), p. 206-223 (p. 207).

15 L’infant Raymond Bérenger (1308-1366) n’a guère fait l’objet d’études. C’est un prince plus effacé que son aîné dans la famille royale et dans les affaires publiques, comme le montre un exemple traité infra.

16 « Així com faels naturals e sotsmeses vostres, zelans per lo bé de la corona, esguardan la joventut que en vós, senyor, és, e les necessitats e perills evidents a vostres regnes, ajam a vós, senyor, donat lo consell devall scrit enadides algunes coses necessàries de consellar a vós […] : primerament, per bon estament dels regnes e terras vostres, com vós, senyor, siats jove e minve de tresaur e de rendes, e lo vostre regne sia apparellat a grans evidents perills, e fonament de bon príncep sia aver bon consell e bons oficials e companya honrada e honesta en nombre temprat e convinent […]. Item, que dels dits consellers sien ordenats dos qui tenguen a prop contínuament la persona vostra e us jaguen devant e us ensenyen amar e tembre a Déu, honrar les gents, axí estranyes com privades, e bones costums, e bons nodrimens » (Archivo de la Corona de Aragón [désormais ACA], Cancilleria [désormais C], reg. 550, f. 52r-54v). Ce conflit est étudié en détail dans A. Beauchamp, « Ordonnances et réforme de l’hôtel au début du règne de Pierre IV d’Aragon », Anuario de Estudios Medievales, 39/2 (2009), p. 555-573 (p. 566-569).

17 Le rôle de l’infant Bérenger est durant ces années beaucoup plus effacé et secondaire que celui de son aîné. Sur les charges et missions successives de l’infant Pierre au service du roi durant les années 1330 et 1340, voir A. Beauchamp, « “Per exaltament… », p. 28-37.

18 Crònica de Pere III…, II, § 37, p. 119.

19 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, 1987, p. 43-44.

20 Sur cet épisode et ses implications, cf. A. Beauchamp, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l’infant Pierre d’Aragon (1354-1355), thèse de doctorat inédite, université de Bordeaux III–Michel de Montaigne, 2005.

21 A. Beauchamp, « Régence et continuité de l’œuvre royale : un testament et des codicilles inédits (1354) de Pierre IV d’Aragon », Mélanges de la Casa de Velázquez. Nouvelle série, 38/1 (2008), p. 201-218 (p. 206).

22 « cap e regidor e lochtinent en lo regne de València quant als affers de la guerra » (ACA, reg. 1380, f. 124r-v, 7 janvier 1357) ; A. Beauchamp, « “Per exaltament… », p. 45-47.

23 A. Beauchamp, « De l’action à l’écriture : le De regimine principum de l’infant Pierre d’Aragon (v. 1357-1358) », Anuario de Estudios Medievales, 35/1 (2005), p. 233-270.

24 Ces visions sont étudiées et partiellement éditées par J. M. Pou y Martí, Visionarios… ; H. Lee, M. Reeves, G. Silano éd., Western Mediterranean Prophecy. The School of Joachim of Fiore and the Fourteenth. Century. Breviloquium, Toronto 1989, p. 81-85. Voir aussi M. Aurell, « Prophétisme et messianisme politique. La péninsule Ibérique au miroir du Liber Ostensor de Jean de Roquetaillade », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 102/2 (1990), p. 317-361 ; Id., « Eschatologie, spiritualité et politique dans la Confédération catalano-aragonaise », Visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie-début xve siècle), Toulouse, 1992 (Cahiers de Fanjeaux, 27), p. 190-235 ; Id. « Messianisme royal de la couronne d’Aragon (xive-xve siècles) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52 (1997), p. 119-155. R. Blumenfeld-Kosinski (Poets, Saints and Visionaries of the Great Schism, 1378-1417, University Park, 2006, p. 37-38, 55-59) compare les visions de l’infant Pierre avec celles de Brigitte de Suède et de Catherine de Sienne.

25 J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 349-351. À la toute fin de sa vie, frère Pierre d’Aragon aurait affirmé (selon le témoignage des dominicains Jacme Mateu et Antoni Folquet) avoir déjà eu des visions lorsqu’il vivait dans le siècle et avoir même prédit la conception, le nom, le lieu et la date de naissance du premier des fils (l’infant Jean, né en décembre 1349) du roi Cérémonieux, qui désespérait d’avoir un jour un successeur : J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 380.

26 H. Lee et al., Western Mediterranean Prophecy…, p. 81, évoquent à son propos une « new political topicality » ; M. Aurell, « Eschatologie… », p. 208, parle d’une « politisation de l’eschatologie, particulièrement frappante chez l’infant Pierre d’Aragon ».

27 D’où la compilation écrite de ses visions dans les Libri de Schismate du cardinal Martin de Zalba, et leur conservation aujourd’hui encore parmi les archives du Vatican : H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba († 1403) face aux prophéties du Grand Schisme d’Occident », Mélanges de l’École française de Rome, 98/1 (1986), p. 265-293 (p. 270-271, 282).

28 Les ressorts religieux, politiques et fiscaux de la neutralité royale ont récemment été réévalués par E. Juncosa, « Pedro el Ceremonioso y el Cisma o cómo sacar provecho de la indiferencia », La Corona d’Aragona e l’Italia, Atti del XX Congreso di Storia della Corona d’Aragona (2017), Rome, 2020, vol. 1, p. 71-82, et E. Telló, « Pro defensione regni » : Corona, Iglesia y fiscalidad durante el reinado de Pedro IV de Aragón (1349-1387), Madrid, 2020, p. 435-506. Ils soulignent combien Pierre IV profite des premières années du schisme pour reprendre en main l’Église de ses royaumes, s’approprier les rentes, contrôler la provision des bénéfices vacants et créer une véritable Chambre apostolique royale. Lettre autographe de l’infant le 31 mars 1379, racontant ses visions récentes au roi Pierre IV et cherchant à le convaincre de rallier le parti urbaniste : ACA, C, Cartas Reales Pedro III, n° 7949.

29 Son action en tant que vicaire est encore attestée à Majorque en 1381, le roi lui réitère sa confiance et confirme son exercice en octobre 1381, et lorsque le prince part pour l’Italie, il est suppléé dans ses fonctions par un gerens vices auquel le roi s’adresse en novembre 1381 : J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 354-61.

30 En témoigne la préoccupation constante que frère Pierre d’Aragon conserve jusqu’à sa mort (et partage avec le roi Pierre IV) pour le devenir de sa fille, Éléonore de Prades (†1416) : S. Cingolani, E. Juncosa, « Al rescate de la reina. Las negociaciones diplomáticas para poner fin al cautiverio de Leonor de Chipre », dans C. Villanueva Morte éd., Diplomacia y desarrollo del Estado en la Corona de Aragón (siglos xiv-xvi), Gijón, 2020, p. 109-139 (p. 118, 123-124, 126-127). Éléonore a épousé en 1352 Pierre Ier de Lusignan, futur roi de Chypre. Devenue reine de Chypre en novembre 1358 et veuve après l’assassinat du roi son époux en janvier 1369, elle exerce la régence du royaume pour leur fils Pierre II, couronné seulement en 1372. En conflit avec ce dernier, elle est incarcérée à Chypre en 1379, puis est expulsée vers Rhodes. Frère Pierre d’Aragon son père, ses fils et le roi d’Aragon se démènent pour organiser son retour, qui a lieu à Barcelone le 28 août 1380. Grégoire XI avait dès 1371 confié à l’infant Pierre la tâche de ramener la paix entre les Chypriotes, alliés des Vénitiens, et leur ennemi commun, Gênes, qui contrôlait le royaume ; malgré la volonté pontificale, réitérée en 1372 et 1373, on ne sait si l’infant se rend à Chypre (J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 352-354). Plus surprenante est l’aide que le roi demande à son oncle pour mobiliser des troupes, face à l’imminence de la menace castillane dans le royaume de Valence en mai 1364 (ACA, C, reg. 1197, f. 173r-v), puis sa nomination, en juillet 1364, à la demande des Corts valenciennes « per regir e guardar » la cité et le royaume en l’absence du roi ; il aurait accepté avec difficulté, eu égard à son statut « com, per l’estament en què és, cuyda·s ésser exemp[t] d’aytal càrrech e treball » et bien que déjà franciscain perçoit quatre florins d’or par jour pour sa peine (ACA, C, reg. 1199, f. 384v-385r, 4 juillet 1364).

31 « entès havem que nostre oncle l’infant en Pere ès aquí en Barcelona e que ha proposat pendre lo capell d’aquell que·s diu papa Urbà e èsser son cardinal » (ACA, C, reg. 1658, f. 144r, 5 février 1380, éd. A. Rubió y Lluch, Documents per l’historia de la cultura catalana Mig-eval, Barcelone, 1921, vol. 2, n° 225, p. 213) ; le 20 novembre 1379, le même infant Jean avait écrit au pape Clément pour lui demander de conférer la mitre cardinalice au fils de l’infant Pierre, Jean de Prades, évêque de Valence (depuis 1369 par le fait d’Urbain V), qui l’avait récemment reçue de « Bertomeu l’antipapa » (Urbain VI) et qu’il essayait de convaincre de changer de bord (ACA, C, reg. 1658, f. 102v) ; l’évêque devient finalement cardinal en titre de Saint-Clément en 1387 par le fait de Clément VII puis cardinal évêque de Sabine (V. Cárcel Ortí, Historia de la Iglesia en Valencia, Valence, 1986, p. 95-97, 103, 109, 117).

32 « Per lo servey de Déu e del senyor rey e per exaltament de la corona d’Aragó, de la sanch e naturalea de la qual som justats e nodrits, e per defensió e honor de la qual devem metre la vida […] pensats, frare e senyor, que ara és vengut lo temps, que aquests dos fills de rey entren, que vós e yo en Déu et en la nostra casa guanyam corona a per tots temps, e fem a nostre príncep e senyor, lo rey, lo major servey que anch dos oncles fesen a senyor e a nebot, aquest és lo temps de la visió de nostre pare, l’osant rey del foch qui entrava en lo regne per man daquestes dos nats d’aquell matrimoni en lo temps del qual la visió o revalació aperech a vós senyor e a mi reservat » (Archivo Ducal Medinacelli [désormais ADM], Segorbe-Cardona [désormais SC], Prades, l.13-191, f. 262r-264r, 18 décembre 1356).

33 A. Beauchamp, « “Per exaltament… », p. 43-46.

34 « per moltes rahons tocants molt la honor de la [nostra casa] real […] de la qual casa vós sots lo pus antich » (ACA, C, reg. 1140, f. 103v). On traduit ici volontairement l’adjectif catalan antich par « antique », car « ancien » (ancià) et « vieux » (vell) existent aussi en catalan médiéval et sont employés pour évoquer l’âge d’une personne. Ils n’apparaissent néanmoins pas dans nos sources à propos de l’infant Pierre.

35 « la pus antiga persona, e de les pus acostades de parentesch ab nós que negun altre dels reals de la casa nostra » (ACA, C, reg. 1067, f. 90r, éd. S. Cingolani, Epistolari. Père III el Cerimoniós, Barcelone, 2019, doc. 50, p. 114).

36 « E per com és pus ancià e de més dies ha paregut al senyor rey que sia l’infant en Pere […]. Car be sap ell que conseva és entre los reyals que en semblants cases dona hom semblants honors als pus antichs » (ACA, C, reg. 1149, f°47r°-50v°, v. le 10 janvier 1357) ; « és pus antich que vós en la casa reyal » en plus d’avoir plus de pouvoir et de biens dans le royaume que son frère (ACA, C, reg. 1151, f°91r°-v°, 5 mars 1357).

37 Il se justifie ainsi : « per la longa malaltia que ha haüda e per la necessitat que ha encara en sa persona no aja pogut de present complaure a la voluntat del dit senyor rey e de la senyora reyna, com no puxa a adés cavalcar sens perill de sa persona » (ADM, SC, Prades, l.2/30.36a-2, v. le 11 juin 1356) ; « som stats axí com a Déu ha plagut longament malalt, passionat els peus del mal de poagre, d’altre accident en nostra persona e axí que bonament no podem cavalcar ne molt treballar » (ADM, SC, Prades l. 13/191, n° 197, 15 août 1356).

38 « propter necessitatem persone nostre » (ADM, SC, Prades, l. 15/198, n° 113, 22 novembre 1357), « cum circa necessitatem persone nostre, in dicto comitatu nostro Montanearum de Prades residere ad presens disposuimus » (ADM, Prades, SC, l. 15/198, n° 144, 25 février 1358).

39 ACA, C, reg.1265, f. 140v.

40 ACA, C, reg.1658, f. 144r, reg.1265, f. 140v, le 22 février 1380, Pierre IV d’Aragon écrit depuis Barcelone au comte de Prades et au marquis de Villena, fils de l’infant Pierre : « l’infant en Pere, vostre pare, jau de puagre e no pot ésser ab nós ».

41 X. Serra Estelles, « El Cisma de Occidente y la Asamblea de Medina del Campo de 1380-1381 en el Ms. lat. 11745 de la BnF », Anthologica Annua, 57 (2010), p. 33-303

42 J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 362, n. 3.

43 Cf. supra, n. 28.

44 ACA, C, reg.1276, f. 27r-v, 42r, éd. J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 363-364 ; sur cette reine, cf supra n. 30.

45 « si vós veníets a nós, vos seria per vostra antiquitat treball gran e enuig, lo qual no volem per res sostengats » (ACA, C, reg.1658, f. 144v-145r, 5 février 1380, éd. A. Rubió y Lluch, Documents…, vol. 2, n. 1, p. 213-214). Le duc de Gérone donne par ailleurs des consignes à ses conseillers et à la reine, pour contrecarrer les projets du franciscain (ibid., f. 144r-v).

46 « veem a vós massa gran treball e molts perills en pendre tan longa colla » (ACA, C, reg.1272, f. 54r-v, 26 mai 1381, éd. A. Rubió y Lluch, Documents…, vol. 2, doc. 249, p. 243). Par l’itinéraire le plus direct, Séville était à 530 km de Medina del Campo, Valence à quelques 520 km et il fallait faire près de 700 km pour atteindre Barcelone, mais cet itinéraire pouvait être plus confortable si l’Èbre était navigable depuis Saragosse au moment du voyage et la navigation côtière privilégiée entre le delta et Barcelone.

47 « per vostra tarda estam dubtants de necessitat de vostra persona o d’altre empetxament » (ACA, C, reg. 1276, f. 27r).

48 ACA, C, reg. 1276, f. 42r, 10 sept. 1381, éd. J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 364.

49 Ibid., p. 369.

50 « car persona és a la qual nós havem affecció e lo havem en bona reputació » (ACA, C, reg. 1276, f. 84r-v, 26 juin 1380, ibid., p. 357).

51 ACA, C, reg.1659, f. 71r-v, 27 juillet 1380, éd. A. Rubió y Lluch, Documents…, vol. 2, doc. 230, p. 218.

52 « vostra letra havem reebuda en la qual se contenen assats entrecuydaments e pegueses […]. E no podem per res dar creença a prophetes que vuy sien ne a sompnis que facen ne a visions que hagen […] e tenits d’aquí adavant vostra secta aytal com volrets. E no us curets escriure jamés a nós de la materia dessús dita » (ACA, C, reg.1656, f. 13r-v, 20 février 1380, éd. M. Roca, Johan I d’Aragó, Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona (11), Barcelone, 1929, p. 199-200).

53 Les rapports écrits des théologiens sont publiés par J. M. Pou y Martí, Visionarios…, p. 375-396 ; sur leur conservation, cf. supra, n. 27.

54 H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba… », p. 283.

55 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona, 1B.VI-1, Lletres closes I, f. 26v-29v, transcrites par S. Cingolani, L’infant Pere i la comtessa Joana de Foix : rituals i política al voltant de la mort, Barcelone, 2019, p. 61-62.

56 « lo dit senyor ha près aquest novell ab paciència e s’i és haüt sàviament e axí con d’ell se pertany ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La Maison d’Aragon et ses collatéraux aux xiiie et xive siècles
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/12215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Beauchamp, « L’âge des responsabilités : discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre d’Aragon (1305-1381) »Médiévales, 82 | 2022, 117-134.

Référence électronique

Alexandra Beauchamp, « L’âge des responsabilités : discours et attitudes envers la vieillesse de l’infant Pierre d’Aragon (1305-1381) »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12215

Haut de page

Auteur

Alexandra Beauchamp

Université de Limoges, CRIHAM

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search