Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Notes de lecture et livres reçusTristan Martine et Jérémy Winandy...

Notes de lecture et livres reçus

Tristan Martine et Jérémy Winandy (dir.), La Réforme grégorienne, une « révolution totale » ?

Paris, Classiques Garnier (« Rencontres », 494 ; « Civilisation médiévale », 42), 2021, 231 p.
Isabelle Rosé
p. 231-234
Référence(s) :

Tristan Martine et Jérémy Winandy (dir.), La Réforme grégorienne, une « révolution totale » ?, Paris, Classiques Garnier (« Rencontres », 494 ; « Civilisation médiévale », 42), 2021, 231 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif et bilingue (français et allemand) dirigé par Tristan Martine et Jérémy Winandy résulte de rencontres organisées à Lyon en 2019 autour de la réforme de l’Église des xie-xiie siècles. Constatant la diversité entre les historiographies francophones et germanophones, le volume s’interroge sur le caractère de rupture historique souvent conféré à cette période. Dès les années 1930, la séquence de la querelle des Investitures (Investiturstreit) fut en effet considérée par les historiens allemands comme un important tournant (Wende) – avant tout sur le plan de ses conséquences sur les structures de pouvoir en Germanie –, mais elle semble aujourd’hui avoir perdu son attrait outre-Rhin, au point que peu d’études sur le xie siècle y sont menées actuellement. Tout au contraire, en France, depuis les années 1980-1990, la réforme grégorienne (dénomination la plus courante dans ce pays) est venue peu à peu se substituer à l’an mil comme rupture majeure, sur le plan social et pas seulement religieux. Empruntant la qualification de « révolution totale » à un article de Florian Mazel paru dans L’Histoire en 2012, l’ouvrage entend examiner les caractéristiques d’une telle césure, comme interroger sa profondeur et sa pertinence dans divers domaines, passés systématiquement en revue, à la lumière de l’historiographie des deux pays.

2L’ouvrage compte treize articles denses qui permettent de mesurer l’ampleur du tableau dressé. Les contributions ont été distribuées en quatre grandes parties, plutôt classiques (analyses « politiques » et juridiques ; approches artistiques ; ecclésiologie ; pratiques de l’écrit), qui ne rendent sans doute pas assez compte de la diversité méthodologique des approches. On y trouve d’abord des études de cas qui pointent, dans un domaine précis, certaines nouveautés découlant de la réforme grégorienne : la dramatisation après 1100 du motif des investitures d’évêques par des laïcs, envisagée à partir de trois affaires advenues en Francie occidentale (Thomas Kohl), la mise en scène des rapports entre royauté capétienne et Église à partir des sculptures du prieuré de Charlieu (Élodie Leschot), l’émergence d’un langage commun – centré sur l’Esprit – qui aurait surgi dans le milieu pontifical (Alexis Fontbonne), enfin les mutations importantes des pratiques diplomatiques de la papauté dès Léon IX (Hannes Engl). D’autres contributions dressent des bilans historiographiques sur la manière dont certains objets, que l’on pourrait qualifier de « grégoriens », ont été appréhendés successivement par différentes écoles historiques. Stephan Bruhn retrace ainsi la manière dont l’historiographie germanophone a interprété la séquence chronologique de la réforme de l’Église depuis le xixe siècle, J. Winandy revient sur l’hypothèse de la matrice que constitua le monachisme réformateur pour plusieurs thématiques grégoriennes, tandis que François Wallerich propose un bilan des interprétations sur l’affaire de Bérenger de Tours. L’ouvrage questionne enfin certains enjeux qui permettent de mesurer les contours, comme les conséquences éventuelles des transformations grégoriennes : la manière dont la réforme influença le droit (Laura Viaut), l’existence ou pas d’un art grégorien sous influence pontificale (Claire Boisseau), enfin les caractéristiques éventuelles de pratiques de l’écrit proprement grégoriennes et l’impératif de communication et de canonisation du savoir qui les animait (Eugenio Riversi). Ces contributions aboutissent à des perspectives divergentes dans leurs conclusions. Les historiens francophones apparaissent comme relativement convaincus de l’existence d’un tournant grégorien majeur (sur la base des critères énumérés en introduction par F. Mazel). Les chercheurs germanophones se montrent en revanche plus nuancés sur la chronologie des changements advenus, mais aussi sur leur dénomination, leurs initiateurs, leur ampleur sociale et sur la pertinence de généraliser un même modèle à toute l’Europe (autant de points synthétisés par la conclusion de Gerhard Lubich qui discute l’expression de « révolution totale »).

  • 1 D. Kalifa (éd.), Les Noms d’époque. De « Restauration » à « années de plomb », Paris, 2019.

3Même s’il exclut presque totalement les approches anglophones et plus encore italiennes, l’un des mérites de l’ouvrage est de discuter, dans plusieurs contributions (F. Mazel, S. Bruhn, G. Lubich), les expressions qui sont venues qualifier la séquence des xie-xiie siècles, dans le sillage des travaux de contemporanéistes sur les chrononymes1. Sont ainsi évoquées la très nationale et politique Investiturstreit allemande, forgée au xixe siècle à partir de l’expression médiévale querela de investituris, qui caractérisait moins une époque que les conflits entre papauté et souverains germaniques, puis la « réforme grégorienne » des historiens francophones, « inventée » en 1873 par Charles Giraud, mais popularisée par Augustin Fliche comme une moralisation de l’Église par la papauté réformatrice, incarnée avant tout par Grégoire VII. La papstliche Wende de Rudolf Schieffer qui met l’accent sur la prétention pontificale à la direction de la chrétienté, apparaît finalement peu éloignée de la Kirchenreform évoquée par Johannes Laudage ou Werner Goez, sans doute moins centrée sur Rome. La « mutation de l’an 1100 » de Dominique Barthémy est pensée quant à elle comme un décalque d’un siècle de la « mutation de l’an Mil » de Georges Duby, et donc centrée surtout sur les problématiques seigneuriales. Enfin, la Gregorian Revolution de Karl Leyser qualifie un changement social large, tout comme la « réforme grégorienne lato sensu » de F. Mazel (plutôt que « révolution totale », expression qu’il a en fait peu employée, mais sur laquelle il revient ici) évoque une transformation globale caractérisée par la mise en place d’un dominium ecclésiastique qui marquerait « toutes les dimensions de la vie sociale » ; cette longue phase (mi xie s.-1215) qui coïncide à peu près en termes de chronologie avec le Hochmittelalter – diviserait donc le Moyen Âge en deux périodes. Bien au-delà de la simple étiquette, ces dénominations multiples ont caractérisé les changements qu’elles percevaient aux xie-xiie siècles, en fonction de plusieurs critères : leur moteur ou leur objet (l’investiture, l’institution ecclésiale, la papauté, jusqu’à la personne de Grégoire VII), leur rythme (la rapidité de la Wende ou de la « révolution » s’opposant dès lors aux recompositions par essence plus lentes d’une « réforme »), leur nature (où la violence « révolutionnaire » comme la conflictualité de la Streit se démarquent du retour aux origines promu par une « réforme »), enfin leurs conséquences (la table rase d’une « révolution » ou les recompositions d’une « mutation »).

  • 2 On pense évidemment à G. Althoff et J.-C. Schmitt (éd.), Les Tendances actuelles de l’histoire du M (...)

4Contrairement à d’autres rétrospectives similaires, ce livre ne permet pas véritablement de comparer des regards « nationaux » sur des champs de recherche, mais fait traiter chaque bilan thématique par un chercheur francophone ou germanophone, sans préciser le point de vue d’historiens de l’autre langue2. Le regard n’est croisé que lorsque certains historiens germanophones traitent de cas advenus sur l’espace français actuel, comme c’est le cas pour la question de l’investiture laïque en Francie occidentale, appréhendée avec le background épistémologique allemand (p. 29-42), ou sur des thématiques labourées par une double historiographie, telles les questions relatives aux réformes monastiques (p. 111-123). De ce point de vue, on peut regretter que les discussions, que l’on suppose riches et assez vives, n’aient pas été publiées, afin de permettre aux lecteurs et lectrices de mesurer davantage quel est ou quel fut l’autre regard sur certains objets. On en a malgré tout un aperçu indirect dans la conclusion de G. Lubich qui s’interroge sur les raisons pour lesquelles les historiens de chaque aire linguistique ont privilégié certaines thématiques et qui met aussi en lumière la part des héritages académiques et historiques. Par ailleurs, on peut se demander si la logique poursuivie – dresser un état des lieux des études sur le changement social aux xie-xiie siècles, domaine par domaine – ne brouille pas les perspectives. Cette segmentation empêche en effet de cerner les points de convergence thématiques ou les coïncidences chronologiques qui pourraient alimenter les réflexions. Elle occulte aussi les angles morts historiographiques, parce que l’on ne perçoit que furtivement les objets ou périodes laissées dans l’ombre, qui pourraient à ce titre devenir de nouveaux enjeux de travail collectif ou de discussions. Pour ne prendre qu’un exemple, il est évident que la concentration des recherches germanophones sur l’Investiturstreit autour des années 1076-1122, tout comme la qualification de réforme grégorienne qui a focalisé l’attention sur Grégoire VII (1073-1085), ont relégué dans les limbes de l’historiographie française et allemande la séquence 1040-1070 où beaucoup de choses se jouent pourtant, en termes de discours comme de pratiques permettant le changement social.

5Malgré ces quelques réserves, on ne peut que célébrer le fait que l’ouvrage ouvre le dialogue entre des chercheurs de traditions historiographiques différentes, en interrogeant les termes de leur réflexion, entendus dans le double sens de bornes chronologiques et de qualification. Il présente surtout l’immense mérite de mettre au jour des discussions de fond qui attestent que le « tournant » « grégorien » est loin d’être un débat clos.

Haut de page

Notes

1 D. Kalifa (éd.), Les Noms d’époque. De « Restauration » à « années de plomb », Paris, 2019.

2 On pense évidemment à G. Althoff et J.-C. Schmitt (éd.), Les Tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Rosé, « Tristan Martine et Jérémy Winandy (dir.), La Réforme grégorienne, une « révolution totale » ? »Médiévales, 82 | 2022, 231-234.

Référence électronique

Isabelle Rosé, « Tristan Martine et Jérémy Winandy (dir.), La Réforme grégorienne, une « révolution totale » ? »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 10 novembre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12324

Haut de page

Auteur

Isabelle Rosé

Université Rennes 2/EA Tempora

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search