Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Notes de lecture et livres reçusVerena Krebs, Medieval Ethiopian ...

Notes de lecture et livres reçus

Verena Krebs, Medieval Ethiopian Kingship, Craft, and Diplomacy with Latin Europe

Cham (CH), Palgrave Macmillan, 2021, 308 p.
Benjamin Weber
p. 237-242
Référence(s) :

Verena Krebs, Medieval Ethiopian Kingship, Craft, and Diplomacy with Latin Europe, Cham (CH), Palgrave Macmillan, 2021, 308 p.

Texte intégral

  • 1 M. Salvadore, The African Prester John and the Birth of Ethiopian-European Relations, 1402-1555, Lo (...)

1Portée par le renouveau des travaux sur l’Éthiopie médiévale et par la vogue de l’histoire connectée, l’étude des relations entre l’Occident et l’Éthiopie a le vent en poupe. Ces contacts sont certes demeurés épisodiques et le corpus de source reste limité, en nombre comme en précision. Néanmoins, les quelques dizaines de voyageurs qui entreprirent de connecter ces deux mondes entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne ont fait l’objet de nombreux travaux depuis une décennie, notamment une synthèse récente par Matteo Salvadore1. L’ouvrage de Verena Krebs se nourrit de cette historiographie, mais lui apporte un renouveau bienvenu, voire salutaire. Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2014, remaniée et approfondie depuis, le livre se propose d’analyser la douzaine d’ambassades éthiopiennes en Occident entre 1402 et 1527 afin de comprendre les raisons qui incitèrent les rois chrétiens d’Éthiopie à prendre l’initiative de ces ouvertures diplomatiques. Ce faisant, l’auteure ne se contente pas de tenter une « histoire à parts égales » qui prendrait en compte le contexte éthiopien. Un examen rigoureux et systématique des sources lui permet en effet de prendre le contre-pied d’une historiographie encore très marquée par des conceptions culturalistes – une Éthiopie sous-développée cherchant à bénéficier de l’avancée technologique et culturelle de l’Occident – et par la notion de croisade – une Éthiopie à la recherche d’alliés et d’armes pour internationaliser la lutte contre les puissances musulmanes africaines. Les sources éthiopiennes étant presque muettes sur le sujet, l’étude est basée essentiellement sur les sources musulmanes et occidentales. Les biais de ces dernières sont soigneusement déconstruits : les auteurs musulmans tendent en effet à exagérer la politique antimusulmane des rois d’Éthiopie, par calcul politique ou par crainte sincère ; les documents occidentaux proposent bien souvent un « portrait volontairement idéalisé des dirigeants salomoniens [la dynastie éthiopienne depuis la fin du xiiie siècle] destiné à une audience chrétienne » (p. 76). En fin de compte, conclut l’auteure, les rois d’Éthiopie n’ont pas envoyé des ambassadeurs en Occident pour nouer des alliances, acheter des armes à feu ou faire venir des forgerons, artilleurs ou marins. Ils étaient à la recherche de reliques, de tissus et d’objets liturgiques ou des maçons et charpentiers, de « moyens pour leur programme politique de construction et de dotation d’églises et de monastères monumentaux sur les hauts plateaux éthiopiens » (p. 189). L’objectif éthiopien de ces échanges était d’appuyer le prestige de la dynastie régnante en dotant richement l’Église éthiopienne d’objets ou artisans prestigieux parce que lointains. Il s’agissait de contacts épisodiques liés à une politique interne plutôt qu’à des relations diplomatiques suivies répondant à une vision géopolitique internationale.

2Après une introduction qui détaille les biais de l’historiographie et pose l’objet du livre, la démonstration s’articule en quatre parties : les trois premières reprennent l’historique des ambassades éthiopiennes en Occident du point de vue chronologique tandis que la dernière tente une synthèse analytique en relation avec l’histoire éthiopienne. « All the King’s Treasures » analyse les premières missions envoyées par le roi Dawit. Les sources vénitiennes, éthiopiennes et égyptiennes sur l’ambassade vers Venise de 1402 – la seule de la période qui est connue par un corpus aussi varié – montrent clairement que « la toute première ambassade salomonienne vers l’Occident latin a été entièrement motivée par la recherche de reliques, objets et vêtements liturgiques, et artisans » (p. 25), élément constitutif que l’on retrouve dans toutes les relations postérieures. Les missions suivantes sont moins bien connues, leur statut même d’ambassade officielle pourrait être discuté, mais elles montrent que les contacts entre l’Éthiopie et le monde latin sont déjà relativement nombreux, même s’il faut se garder d’y voir une volonté de relations diplomatiques suivies.

3Le chapitre suivant, « The sons of Dawit », se penche sur les missions des années 1420-1450. Il met bien en évidence le décalage qui s’opère entre des Éthiopiens toujours à la recherche de reliques et objets liturgiques, et des souverains latins (Alphonse V d’Aragon et le pape Calixte III notamment) qui projettent leurs propres espoirs – ou fantasmes – sur ces ambassades et se prennent à rêver de croisade commune et d’union des Églises. Le procès et l’exécution au Caire de Nur-al-Din Ali al-Tabrizi, ambassadeur du roi d’Éthiopie auprès du roi d’Aragon en 1428, connus par trois chroniques égyptiennes indépendantes, permettent de percevoir une incompréhension similaire de la part du pouvoir mamelouk, qui transpose ses craintes d’encerclement sur des échanges dont l’objet n’a rien de belliqueux.

4« The Rule of the Regents » s’intéresse à la période 1480-1520, regroupant ainsi dans un même chapitre deux situations bien différentes. Les échanges de la première moitié des années 1480 se situent dans la continuité des précédents : l’intention éthiopienne demeure identique, l’incompréhension occidentale se poursuit, voire s’accroît. V. Krebs clarifie utilement les différents allers-retours de cette période en démontrant avec conviction que l’historiographie a toujours confondu deux personnages : Giovanni Battista Brocchi d’Imola, noble romain qui accompagne depuis Jérusalem l’ambassade éthiopienne vers Rome en novembre 1481, et Battista d’Imola, simple messager entre le gardien franciscain du Mont-Sion à Jérusalem et le roi d’Éthiopie entre 1481-1485. Les relations se transforment cependant au tournant du xvie siècle, avec l’arrivée des Portugais en mer Rouge et, peut-être, sous l’influence d’attentes eschatologiques du côté éthiopien, même si l’auteure peine à démontrer que ces attentes n’étaient pas présentes auparavant. En 1508, la lettre envoyée par la régente Eleni est « la première à exprimer un intérêt éthiopien ouvert envers une action militaire des chrétiens latins contre les puissances musulmanes » (p. 144). De manière significative cependant, il s’agit d’une proposition d’aide éthiopienne aux Portugais, non l’inverse. Les échanges avec la couronne portugaise dans les années 1520 sont donc d’une nature légèrement différente, plus tournés vers la possibilité d’une coopération militaire, même si les Éthiopiens explicitent encore leur intérêt pour les artisans spécialisés et les objets liturgiques et si les Occidentaux continuent à exagérer, volontairement ou non, la possibilité et la portée d’une telle alliance.

5Le dernier chapitre, « King Solomon’s Heirs », dépasse le récit chronologique pour proposer une analyse globale des motivations des rois éthiopiens dans ces contacts diplomatiques. Ses conclusions demeurent convaincantes, mais sa démonstration est moins stimulante. Les travaux de Marie-Laure Derat sur la stratégie de consolidation de la dynastie salomonienne par la constitution d’un réseau de monastères et d’Églises sont longuement repris et parfois complétés, mais aucun élément supplémentaire ne vient renforcer le lien entre cette politique et les ambassades occidentales par rapport à ce qui a été énoncé dans les chapitres précédents. La politique d’importation, de commande et de distribution d’icônes de réalisation ou d’inspiration néo-byzantines par les rois d’Éthiopie, explorée dans la thèse de l’auteure, n’est ici qu’effleurée au profit d’un ouvrage à venir, alors qu’elle aurait utilement renforcé la démonstration du livre. À l’inverse, l’idée selon laquelle la construction des églises éthiopiennes s’inspirerait directement du modèle biblique du temple de Salomon semble faire peu de cas du poids de la tradition biblique dans la description, très stéréotypée, des églises : elle s’appuie donc sur des traces archéologiques bien maigres. À défaut d’être une motivation première des ambassades, le parallèle entre Salomon envoyant quérir à Tyr matériaux et artisans pour son temple et les rois éthiopiens cherchant en Occident des bâtisseurs et des reliques pour leurs églises n’en demeure pas moins pertinent comme élément de propagande royale.

6Répétons-le : V. Krebs examine avec finesse des sources pour l’essentiel déjà bien connues pour en tirer une conclusion novatrice et capitale : les ambassades éthiopiennes vers l’Occident répondaient à un souci d’affirmation intérieure du pouvoir royal éthiopien et non à une volonté d’ouverture extérieure. Comme pour toute synthèse, on pourra regretter certaines généralisations un peu rapides ou contester la surinterprétation de textes somme toute très lacunaires. Mais le fond de la démonstration est entièrement convaincant. La diplomatie des rois éthiopiens envers l’Occident n’est pas le fait d’un royaume en position de faiblesse cherchant à obtenir des technologies ou des alliances militaires, mais bien le signe d’une monarchie forte, soucieuse de renforcer sa puissance interne en démontrant son universalité par la dotation de sa propre église en objets prestigieux. L’ouvrage corrige donc un biais important de toute l’historiographie sur ce sujet, y compris les travaux de l’auteur de ces lignes...

7Il est d’autant plus regrettable que cette stimulante réflexion n’ait pas été plus attentive à la chronologie fine ; que cette explication de la diplomatie éthiopienne par son contexte interne ne se soit pas plus questionnée sur la politique même du royaume ; que cette volonté d’une histoire à parts égales n’ait pas interrogé les sources éthiopiennes aussi finement que les documents occidentaux ou arabes.

8Comme le remarque l’auteure, les ouvertures diplomatiques des rois d’Éthiopie envers l’Occident sont loin d’être également réparties dans le temps. La douzaine de missions examinées se concentrent en effet sur quelques brèves périodes, les années 1402-1403, 1428-1432, 1444-1450, 1481-1485 puis 1508-1527 – mais ces dernières, on l’a dit, sont d’un genre différent. La politique de renforcement du pouvoir royal par appui sur le réseau monastique et ecclésiastique est pourtant une constante de la dynastie salomonienne, qui tire une partie de sa légitimité de son caractère transgénérationnel. Comment expliquer cette concentration des ambassades officielles, alors que les sources conservent les traces de nombreux voyageurs éthiopiens en Occident, souvent simples pèlerins anonymes, tout au long du siècle ? Poursuivant l’hypothèse de l’auteure, il paraît tentant d’éclairer ce paradoxe à la lumière des évolutions internes du royaume éthiopien : plus qu’à une politique générale de la dynastie, les ambassades vers l’Occident ne doivent-elles pas être perçues comme une réponse à des situations politiques bien précises, qui auraient nécessité un renforcement supplémentaire de la légitimité royale ?

9Répondre à cette question requerrait une connaissance détaillée de l’histoire politique de la monarchie éthiopienne, pour laquelle les sources font malheureusement défaut. À défaut de réponses, on peut cependant émettre des hypothèses, en particulier en interrogeant d’un peu plus près les sources éthiopiennes. Ces dernières sont bien peu nombreuses, mais ce silence même mérite d’être interrogé. Si les contacts avec l’Occident servirent à l’élaboration de la légitimité des rois salomoniens, comment expliquer qu’ils ne soient jamais célébrés ni même mentionnés, dans les nombreuses chroniques royales officielles ou dans l’hagiographie, littérature abondamment mise au service de l’exaltation du pouvoir royal ? Pourquoi le séjour de l’ambassade portugaise entre 1520 et 1527 n’est-il mentionné dans aucune des sources éthiopiennes, pourtant abondantes pour cette période ?

10La rareté des allusions aux relations avec l’Occident dans les sources éthiopiennes ne fait que renforcer l’importance de les examiner avec attention. L’homélie décrivant les cadeaux rapportés de Venise par l’ambassade de 1402 est la seule source éthiopienne à mettre en avant les relations avec l’Occident. Elle le fait sous l’angle de la description d’objets liturgiques : l’ambassade en Italie n’est qu’un élément de contexte mentionné en passant pour justifier leur origine lointaine et donc prestigieuse. Une autre homélie pour la vraie croix exalte l’importance de ces reliques et se présente comme écrite par le roi Zara Yaqob lui-même. Mais l’unique manuscrit porteur de ce texte (EMML 5538) date du xixe siècle : son attribution au roi a tout d’un artifice légitimant bien postérieur, inventé par un auteur anonyme. La Chronique abrégée – un recueil hétéroclite de chroniques rédigées à partir du xviie siècle sur des bases plus anciennes mal connues – affirme que le théologien Giyorgis de Saglia aurait composé une de ses œuvres majeures, le Livre des Mystères, après avoir discuté avec un Franc sous le règne de Zara Yaqob (1434-1468). Cette assertion a été maintes fois discutée, parce qu’elle n’est pas reprise dans le colophon du manuscrit (qui en situe l’écriture en 1424) et qu’elle pose des problèmes de chronologie, puisque Giyorgis était sans doute mort depuis près d’une décennie lorsque Zara Yaqob monta sur le trône. Elle révèle en tout cas que le Livre des Mystères a été associé à une influence occidentale. Ce texte important de l’ecclésiologie éthiopienne est un recueil antihérétique dont le but est de condamner les opposants à l’autorité royale en confortant le rôle du roi comme garant de l’orthodoxie. Le lien entre relations avec l’Occident et affirmation du pouvoir royal éthiopien se trouve confirmé, mais placé dans un contexte particulièrement polémique, la politique de Zara Yaqob ayant été vivement critiquée au sein de son clergé. Peut-on imaginer que la rédaction du Livre des mystères aurait été volontairement antidatée dans la Chronique abrégée pour faire correspondre deux éléments discutés, la rédaction de cet ouvrage et la politique d’ouvertures du roi envers l’Occident ? Une autre allusion dans la chronique du roi Eskender (1478-1494) mentionne explicitement le mécontentement des prêtres lorsqu’Eskender reçut un envoyé des Francs avec honneur, accusant le roi d’avoir « accepté la religion des Francs ». Cette mention pourrait être un simple réflexe de « nationalisme religieux », que l’on retrouve plus tard dans l’histoire éthiopienne et dans bien d’autres contextes au Moyen Âge. Mais n’est-il pas possible d’y lire les échos d’un conflit plus politique, la récusation de la politique d’utilisation des connexions occidentales pour consolider la régence lors de la minorité d’Eskender ?

11Bien qu’hasardeuses et sans espoir de réponse définitive, ces questions permettent de soulever de nouvelles hypothèses que l’on peut prolonger en s’appuyant sur les sources occidentales. Essentiellement construites autour d’incompréhensions, ces dernières n’offrent aucun éclairage sur le contexte éthiopien. L’origine de ces malentendus doit pourtant être questionnée, car elle pourrait révéler la complexité de la motivation des ambassades éthiopiennes. L’auteure explique bien que la forte demande éthiopienne en objets liturgiques et en artisans spécialisés a été comprise, et même intériorisée, par les Occidentaux et que leurs espoirs de croisade ou d’union des Églises relèvent d’une simple projection des désirs latins sur la venue des Éthiopiens, par fantasme inconscient ou par calcul politique. Mais d’autres requêtes surgissent ponctuellement : leur interprétation pose plus de questions.

12Les instructions d’Alphonse V d’Aragon à ses ambassadeurs pour l’Éthiopie en 1428 affirment que l’envoyé éthiopien venu à la cour l’année précédente avait proposé un double mariage, entre le roi d’Éthiopie et la fille d’Alphonse V et entre une princesse éthiopienne et le frère du roi. On voit mal ce qui aurait poussé le roi à inventer de toutes pièces une telle proposition, surtout dans des instructions confidentielles à ses propres agents, nécessairement au courant du contenu du message éthiopien. Si l’ambassade éthiopienne était bien porteuse d’une ouverture matrimoniale, il s’agit d’une offre très étrange de la part de souverains qui, l’auteure le montre bien, n’ont jamais cherché à nouer des relations suivies avec l’Occident. Quels éléments expliquent un tel revirement ponctuel ? La diplomatie éthiopienne était-elle moins monolithique qu’il n’y paraît ? Des hésitations, voire des conflits, existaient-elles entre mise en place de contacts ponctuels et recherche d’alliances plus durables, même si la première position triompha systématiquement durant le xve siècle ? Cette hypothèse aurait le mérite d’expliquer le renversement de tendance des années 1500-1520, durant lesquelles le changement de contexte géopolitique aurait permis à des options jusque-là minoritaires de triompher, expliquant notamment l’offre inhabituelle d’alliance et de mariage dans la lettre de la régente Eleni au roi du Portugal en 1508.

13Plusieurs sources occidentales concordent pour affirmer que l’ambassade qui parvint à Rome en 1480 venait demander l’envoi d’un prélat latin pour couronner le jeune négus Eskender. V. Krebs a raison d’affirmer que cela est très peu probable, mais elle ne se demande pas pourquoi, ni comment les sources occidentales auraient inventé de toute pièce une telle requête, si différente de l’objet réel comme fantasmé des contacts précédents. L’ambassade de 1480 n’avait pas été envoyée par Eskender, alors mineur, ni par son régent. Elle était une initiative prise par l’envoyé éthiopien au Caire lors de son passage à Jérusalem, sans doute avec l’espoir de « recueillir encore plus d’avantage politique pour le régent Amdä Mika’el et pour son jeune protégé » (p. 140). Peut-on imaginer que l’affirmation du pouvoir d’un roi mineur et d’une régence contestée ait incité l’ambassadeur éthiopien à dépasser la traditionnelle requête de reliques ou vêtements liturgiques pour formuler une demande plus politique qui aurait été ensuite surinterprétée par les Latins, voire surreprésentée par les envoyés éthiopiens eux-mêmes ? L’hypothèse d’une ambassade plus explicitement politique que les précédentes, liée au caractère fragile du pouvoir du régent, pourrait trouver une confirmation si, comme l’affirme vingt ans plus tard le maître des cérémonies pontifical, Sixte IV a bien envoyé à cette occasion au roi d’Éthiopie la très prestigieuse épée bénie de Noël, offrande réservée d’ordinaire aux plus fidèles soutiens militaires, réels ou escomptés, de la papauté.

14La rareté et la difficulté d’interprétation des sources imposent la plus grande prudence et ne permettent aucune conclusion. Mais leur questionnement plus approfondi permet d’émettre une hypothèse qui complexifie la thèse de l’auteure, sans remettre en cause son approche principale. Si les contacts avec l’Occident répondaient bien à une volonté d’affirmation de la monarchie éthiopienne, leur mauvaise répartition chronologique n’est-elle pas la conséquence d’hésitations de la part du pouvoir royal éthiopien face à une stratégie politique contestée, réservée à des situations politiques très particulières ? N’existait-il pas, au sein même de la cour éthiopienne, des positions pour et contre l’ouverture occidentale, entre lesquelles la royauté naviguait en fonction de son agenda politique ? Si, comme le démontre V. Krebs avec conviction en s’appuyant sur les thèses de M.-L. Derat, ces contacts étaient le résultat de la volonté royale d’affirmer son pouvoir en s’appuyant sur certains réseaux monastiques, il est tentant d’imaginer que d’autres réseaux, monastiques ou séculiers, aient mal perçu ce renforcement du pouvoir royal et se soient dès lors opposés à des ambassades lointaines qui le rendaient possible. V. Krebs analyse finement l’ambassade de 1480 comme une « diplomatie performative, des envoyés dépêchés pour poursuivre un agenda local spécifique » (p. 139). Cette idée doit sans doute être étendue à l’intégralité ou presque des relations entre l’Éthiopie et l’Occident, toutes liées à des contextes politiques précis, lorsque les rois d’Éthiopie étaient suffisamment forts pour ne pas craindre les oppositions, ou, à l’inverse, lorsque leur situation était suffisamment fragile (en période de régence notamment) pour nécessiter des expédients qu’ils préféraient éviter dans des temps plus calmes. S’il ne les explore pas aussi finement qu’on aurait pu le souhaiter, le livre de Verena Krebs conserve l’immense mérite de nous mettre sur la piste de ces questionnements. Comme tout ouvrage fondamental, il ouvre autant d’axes de recherche qu’il en referme.

Haut de page

Notes

1 M. Salvadore, The African Prester John and the Birth of Ethiopian-European Relations, 1402-1555, Londres, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Weber, « Verena Krebs, Medieval Ethiopian Kingship, Craft, and Diplomacy with Latin Europe »Médiévales, 82 | 2022, 237-242.

Référence électronique

Benjamin Weber, « Verena Krebs, Medieval Ethiopian Kingship, Craft, and Diplomacy with Latin Europe »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 10 novembre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12350

Haut de page

Auteur

Benjamin Weber

Université de Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search