Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Notes de lecture et livres reçusAgnès Graceffa, Une femme face à ...

Notes de lecture et livres reçus

Agnès Graceffa, Une femme face à l’Histoire. Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 et Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien

Martin Gravel
p. 244-246
Référence(s) :

Agnès Graceffa, Une femme face à l’Histoire. Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943. Paris, Belin (« Histoire »), 2017, 407 p.

Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien, trad. J. Dalarun, Paris, Gallimard (« Bibliothèque des histoires »), 2019 (2017), 638 p.

Texte intégral

1Les hasards de l’édition provoquent parfois des contacts qui méritent l’attention. Ainsi, la même année, indépendamment l’une de l’autre, Agnès Graceffa et Robert Lerner publiaient les biographies de deux historiens : la première, celle de Raïssa Bloch, aujourd’hui peu connue en dehors des cercles des spécialistes ; la deuxième, d’Ernst Kantorowicz, personnage emblématique de la médiévistique. Écrit en anglais, le livre de R. Lerner a été rapidement traduit, ce qui permet au lectorat francophone de suivre les destinées de ces deux figures de la profession historienne, lesquelles connaissent des parallèles dignes de réflexion.

2L’intérêt de cette lecture en double ne tient pas dans les rencontres des deux personnages. Certes, R. Bloch travaillait aux Monumenta Germaniae Historica en même temps qu’E. Kantorowicz dans les années qui ont précédé la montée fulgurante du nazisme. Mais, à la lecture des présents ouvrages, c’est tout ce qu’il est possible de dire de leurs interactions, et encore : cette information n’apparaît dans l’ouvrage de R. Lerner que parce que R. Bloch a écrit deux lignes dans sa correspondance sur la charmante personnalité de E. Kantorowicz (p. 217-218). Ce sont bien les parallèles, et non les croisements, qui donnent son intérêt à cette double lecture.

3R. Bloch est née à Saint-Pétersbourg en 1898 ; E. Kantorowicz est venu au monde un peu plus tôt (1895) et un peu plus à l’ouest (Posnań). Ces légères variations ne changent rien à l’essentiel de leur situation d’enfance : ils sont tous les deux nés juifs, de familles bourgeoises et libérales, dans des pays gouvernés par des autocrates, au moment où l’antisémitisme et le nationalisme préparaient les horreurs que l’on sait. Leurs études, leur profession historienne, la nécessité de fuir les périls du siècle les ont menés vers Berlin, puis au professorat à Princeton pour E. Kantorowicz (m. 1963), alors que la carrière de R. Bloch s’est développée à Paris, avant de s’effilocher sous l’occupation – après une tentative de fuite vers la Suisse, elle est tuée à Auschwitz (m. 1943). Le destin du premier a été déterminé par le temps qui lui fut donné d’apprendre, de se transformer, de vivre ; le livre de R. Lerner permet de comprendre que Kantorowicz ne s’est réalisé pleinement que dans une longue vie, dans une série d’essais, de détours, d’erreurs et de nombreuses Chancen. Le destin de la deuxième fut tranché net dans la pire violence, à laquelle la malchance ajouta sa part – R. Bloch perdit tout, sinon quelques amitiés, avant d’être déportée et gazée. De ce fait, le drame de celle-ci fait ressortir ce qu’il a fallu de maturation à celui-là pour produire une œuvre souvent qualifiée de géniale. Le livre qui justifie cette acclamation, les Deux corps du roi, a été publié en 1957 ; E. Kantorowicz y avait consacré de longues années et il arrivait au crépuscule de sa vie.

4Il ne s’agit pas de suggérer ici que tout est une affaire de temps et qu’il aurait suffi à R. Bloch d’une vingtaine d’années confortables pour écrire un chef-d’œuvre, pour devenir une autre Kantorowicz. Il est plus raisonnable d’imaginer que si elle avait pu fuir en Amérique, elle aurait continué une carrière honnête, mené à maturité ses projets, quelques livres, peut-être davantage. Il est impossible de le savoir et de toute façon, la question n’a guère de sens. Néanmoins, le parallèle ouvre la réflexion sur la nature du métier d’historien médiéviste, sur le rapport entre le travail, la personnalité et la vie vécue... sur plus de points que ce qu’un seul lecteur peut repérer. Un exemple suffira ici.

5Les deux personnages ont été passionnés de poésie, tôt dans leur vie, durablement. Sur ce plan, la contribution de R. Bloch se démarque : sa production en tant que poétesse, traductrice et participante engagée de la scène littéraire russophone à Paris constitue une part importante de son héritage intellectuel. En comparaison, la passion poétique de E. Kantorowicz se révèle dans son association au cercle de Stefan George (m. 1933), dans l’influence assumée de ce maître et de son art prophétisant sur son premier livre (Kaiser Friedrich der Zweite, 1927), voire dans une préoccupation constante pour l’esthétique des textes. Cette passion de Kantorowicz semble déterminée par son expérience personnelle de la guerre et des troubles qui ont secoué l’Allemagne après la défaite de 1918 ; elle a pris des tours inquiétants qui lui ont valu quelques procès en moralité, notamment de la part de Norman F. Cantor. Or, R. Bloch avait su très tôt distinguer son écriture poétique et son travail d’historienne. Elle s’engagea dès ses premières années de recherche dans les différentes tâches de l’édition critique des sources historiques et, de ce fait, ses contributions scientifiques sont immédiatement reconnaissables comme des travaux précis, dûment référencés, appelés à servir pour des générations. En contraste, il est évident que les premiers efforts de E. Kantorowicz sont marqués par un désir de s’éloigner des usages de transparence pesante de la publication scientifique, notamment des notes : il lui a fallu publier un volume de référence complémentaire à son Frédéric II (1931) pour que se taisent les critiques, notamment d’Albert Brackmann – directeur de recherche de Raïssa Bloch –, qui condamnaient son peu de méthode et son goût pour les envolées mystico-historiques. R. Lerner montre que E. Kantorowicz a atteint sa pleine maturité en tant qu’historien en acceptant cette leçon, au point de devenir une figure de l’érudition fructueuse et vivifiante, à l’opposé de ce qu’il était dans sa prime jeunesse. R. Bloch semble avoir connu les joies de la rigueur scientifique bien avant son contemporain. Elles l’ont mené à collaborer avec le comité Du Cange, l’Institut des études slaves, les Chartae latinae antiquiores... Kantorowicz s’est fait par le talent, certes, mais aussi par un lent mûrissement.

6Ce n’est là qu’un exemple. Soulignons que le travail des biographes mérite lui aussi comparaison. Ils ont tous les deux mené une enquête systématique et rigoureuse, sur des fonds éparpillés en plusieurs lieux, dans plusieurs langues. Leur rapport à leurs sources est clairement exposé, ce qui donne à leurs ouvrages une part importante de leur utilité et même de leur saveur. Leur recherche documentaire est aussi mise en valeur par la belle sélection de photographies et de documents qui illustrent leur propos. Au fil de leur travail, A. Graceffa et R. Lerner ont développé une relation avec leurs personnages atteignant une forme d’intimité qui enrichit leurs observations, sans dévier vers les facilités de l’apologie. C’est particulièrement vrai pour R. Lerner, qui a consacré une trentaine d’année à son Kantorowicz, poussant son enquête jusqu’à étudier chez lui un maniérisme calligraphique révélateur de ses allégeances intellectuelles (encore un exemple). La traduction de Jacques Dalarun est impeccable et elle rend justice à la finesse de la prose et de la pensée de R. Lerner, qui ne signe rien de moins qu’un grand livre.

7La dernière image du Ernst Kantorowicz de R. Lerner est une carte de Noël humoristique (p. 574) ; celle d’Une femme face à l’histoire est le dernier mot, la dernière trace de la vie de Raïssa Bloch, un mot griffonné et jeté de la fenêtre d’un wagon en route vers la mort, conservé aujourd’hui à l’Institut des études slaves de Paris (ill. XVI). Il est très difficile d’évoquer ce contraste sans risquer un excès d’émotion qui ne rendrait pas justice à leur vie respective, celle qui a permis à E. Kantorowicz de dépasser les emportements de sa jeunesse, celle qui a été enlevée à R. Bloch. À la lecture des deux biographies, il a semblé nécessaire de le tenter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Gravel, « Agnès Graceffa, Une femme face à l’Histoire. Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 et Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien »Médiévales, 82 | 2022, 244-246.

Référence électronique

Martin Gravel, « Agnès Graceffa, Une femme face à l’Histoire. Itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 et Robert E. Lerner, Ernst Kantorowicz, une vie d’historien »Médiévales [En ligne], 82 | 2022, mis en ligne le 10 novembre 2022, consulté le 09 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/12369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.12369

Haut de page

Auteur

Martin Gravel

Université Paris 8/UMR 7041 ARSCAN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search