Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Signata de mea marcha : les marques de marchands dans les comptes du péage de Chambéry (xve siècle)

Signata de mea marcha : Merchants’Marks in the Chambéry Toll Accounts (Fifteenth Century)
Marjorie Burghart
p. 141-158

Résumés

Au début du xve siècle, les comptes du péage de Chambéry (Savoie, France), particulièrement détaillés, comportent parfois le dessin des marques dessinées sur les balles pour justifier leur exemption. Ce corpus d’une soixantaine de marques différentes permet une approche de la typologie formelle des marques de marchands (la croix, son support et les lettres de l’alphabet en sont les principaux éléments graphiques récurrents), mais aussi de leur éventuelle évolution, voire dans un cas exceptionnel la proximité graphique d’une marque avec une autre forme d’identification, la signature de son possesseur. Une série de lettres de demande d’exemption, associées aux comptes, vient compléter le large panorama de l’usage pratique des marques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Ermelion in castro illo construendo habitus est sanguinis equorum et hominum pro cemento. Homo tr (...)

1Au château d’Hermillon, en Maurienne, qui voulait passer devait payer de sa personne : le maître des lieux exigeait une livre de sang de chaque voyageur, et deux de chaque cheval. Et de ce sang, il se servait pour gâcher le mortier destiné à élever son château1… Cette inquiétante légende du xiiie siècle touche presque au mythe. Les seigneurs qui dominaient les routes édifiaient leur puissance grâce à la sève du commerce et donc du trafic, son « sang » : l’argent, qu’ils exigeaient des marchands et des voyageurs en échange de leur passage !

  • 2 Au xve siècle, les états de la Maison de Savoie comptaient au moins 150 péages. On pourra se report (...)
  • 3 Les comptes particuliers des péages savoyards sont conservés aux Archives d’État de Turin, dans le (...)

2Si la réalité était certes moins cruelle, on comprend néanmoins combien les nombreux péages qui émaillaient les routes médiévales ont marqué les esprits de ceux qui devaient les acquitter2. Fort heureusement, les légendes ne sont pas les seules traces qui nous en soient parvenues. Les archives des états de Savoie recèlent de nombreux comptes de péages3. Sous des formes diverses (simples rubriques dans des comptes de châtellenie, rouleaux autonomes, livres), ces documents fourmillent de renseignements sur le commerce local, mais aussi international de par la situation géographique des états de Savoie, au carrefour de l’Europe. Plus encore, certains permettent de connaître un peu mieux les personnes qui acquittaient les taxes.

3Les comptes du péage de Chambéry sont de ceux-là : les comptes quotidiens qui nous sont parvenus ont enregistré, en plus de la somme acquittée par chacun, les noms des passants, l’importance et la nature de leur chargement, et même parfois les marques des marchands. Ils nous offrent donc la possibilité de mieux comprendre, à travers ces actes de la pratique, quel rôle jouaient les marques de marchand dans le contrôle du trafic commercial par les péagers.

Présentation de la source

  • 4 C’est sur la consultation de ces microfilms qu’est basée cette étude. Je tiens à remercier les Arch (...)

4La série des comptes du péage de Chambéry est aujourd’hui conservée pour l’essentiel à l’Archivio di Stato de Turin (AST, Inventaire 129 F. 1 et 17), à l’exception des trois premiers exercices (1302-1305), conservés aux Archives départementales de Savoie (ADS) sous la cote SA 7862bis. Les documents originaux conservés à l’Archivio de Turin sont également consultables en microfilms aux Archives départementales de Savoie4. Tous les comptes sont rédigés en latin, la langue vernaculaire n’est utilisée que dans quelques pièces annexes.

  • 5 M.-C. Daviso di Charvensod a donné des statistiques sur les comptes de cette période dans son ouvra (...)

5On dispose d’un premier ensemble de comptes couvrant la période 1302-1346, en neuf rouleaux. Ces comptes respectent la forme classique : le péager donne un résumé synthétique des recettes par type de marchandise, avec un nombre global de charges ou de balles5. On ne trouve donc aucun renseignement sur les individus qui acquittaient le péage.

  • 6 Réjane Brondy a utilisé cet ensemble de comptes pour étudier le mouvement commercial au péage de Ch (...)

6La seconde série est celle qui nous intéresse pour cette étude : à partir de la fin du xive siècle de façon isolée, et ensuite de façon quasi continue pendant toute la première moitié du xve siècle, des comptes quotidiens du péage nous sont parvenus6. Il faut donc souligner l’extraordinaire richesse de ces documents, qui nous renseignent non seulement sur les marchandises en transit, mais aussi sur les passants, marchands et transporteurs, et cela sur une longue période.

  • 7 AST, Inventaire 129 F. 1, consultés en microfilms aux ADS, 1 Mi 72.
  • 8 AST, Inventaire 129 F. 17, consultés en microfilms aux ADS, 1 Mi 73.
  • 9 3 nov. 1401-30 oct. 1407, 1er nov. 1408-13 janv. 1424, 13 janv. 1425-12 janv. 1429, 13 janv. 1430-1 (...)
  • 10 Exercice du 3 nov. 1405 au 2 nov. 1406, trois exercices consécutifs du 1er novembre 1411 au 30 oct. (...)
  • 11 Exercice du 1er déc. 1380 au 30 nov. 1381, et trois exercices consécutifs entre mai 1436 et janv. 1 (...)

7Ces documents sont de deux types : des comptes proprement dits, avec recettes et dépenses (en quarante-trois livres)7, et des livres de recettes, très semblables mais ne comportant pas la partie des dépenses ou les mentionnant sous une forme plus fruste (en dix livres)8. Les comptes proprement dits sont conservés en une très belle série de 1401 à 14549, date à laquelle le péage est affermé, marquant la fin des comptes particuliers. Pour sept exercices comptables, nous avons conservé à la fois un livre de recettes et un compte10. Pour quatre exercices, les livres de recettes viennent combler des lacunes de la série des comptes11.

  • 12 AST, Inventaire 129 F. 17/ADS, 1 Mi. 73.
  • 13 AST, Inventaire 129 F. 1/ADS, 1 Mi. 72 ; exercices du 14 mai au 27 août 1393, et du 28 août 1395 au (...)

8Le premier compte quotidien conservé consigne les recettes du péage du 1er décembre 1380 au 30 novembre 138112 ; s’il s’agit déjà d’un livre, et non plus d’un rouleau, la structure des informations n’est pas encore tout à fait celle qui s’installe ensuite. Un autre registre isolé, comportant les comptes de deux exercices entre 1393 et 139513, présente en revanche cette structuration type, qui reste ensuite la même jusqu’à la fin de la série. Le compte est divisé en mois, et le scribe indique en sous-titre la date du jour ; en fin de journée, il donne un sous-total des recettes du jour, de même qu’en fin de mois. Au sein de chaque jour, il consacre un paragraphe à chaque passage de marchandises, en précisant généralement le nom du passant, son lieu d’origine, l’importance et la nature de son chargement, et parfois le nom du transporteur des marchandises, s’il ne s’agit pas de leur propriétaire ; au bas de ce paragraphe, en marge de droite, est mentionnée la somme acquittée, en monnaie de compte (deniers gros). Certains passants étaient exemptés des droits de péage : le scribe mettait alors une accolade à la place de la somme due, en précisant éventuellement « Nichil debet quia franchus », et surtout, pour certains passages, il dessinait une marque.

  • 14 Les comptes du péage de Saint-Maurice d’Agaune, étudiés par Franco Morenzoni, comportent les noms d (...)
  • 15 Je remercie le Pr. Henri Dubois de m’avoir signalé ce document, conservé aujourd’hui aux Archives d (...)

9La présence de marques de marchands ou de marchandises dans un compte de péage est une chose rare, du fait même de la forme généralement adoptée pour les comptes : si la tenue quotidienne et la mention individuelle de chaque passage se prêtent au relevé des marques, en revanche la forme habituelle, où le péager donne simplement un bilan global des quantités ayant transité pour chaque type de marchandise, ne leur laisse guère de place14. On connaît un autre très bel exemple de compte de péage comportant des marques de marchands : il s’agit du compte de Jacot Garnier, receveur de la « conduite des laines » (péage) de Saint-Jean-de-Losne en Côte-d’Or, du 25 décembre 1340 au 11 novembre 134115. Il s’agit d’un compte détaillé, sur un rouleau de parchemin, qui mentionne pour chacun des passages de laine taxés le nombre d’unités et l’identité du marchand qui les faisait transiter. En regard de chaque passage, le péager a pris soin de copier la marque.

Le corpus des marques dans les comptes du péage

  • 16 Cf. liste ci-dessous, en prologue aux tables.
  • 17 101 dans le compte de Guionet de Triviers, du 3 nov. 1406 au 30 oct. 1407, et 121 dans le livre de (...)

10La présence de marques a une répartition très inégale : sur les cinquante-trois livres de comptes et de recettes, seuls quinze comportent des marques (six livres de comptes et neuf de recettes)16. Parmi ceux-ci, le nombre de passages assortis de marques dans chaque livre est très variable : six livres comportent moins de dix passages avec marque, sept entre vingt et cinquante, et deux seulement en contiennent plus de cent17. Dix livres concernent la période allant de 1404 à 1418, cinq la période de 1432 à 1439.

11Les marques sont dessinées avec un talent variable. Si les dessins sont d’une main assez assurée dans les livres de comptes et de recettes les plus anciens, ceux des années 1430 montrent une nette dégradation. En dépit de traits irréguliers et hésitants, les marques demeurent cependant identifiables par leurs caractéristiques essentielles.

  • 18 Cf. liste des exercices, n. 8.

12Pour sept exercices, on a conservé à la fois un livre de comptes et un livre de recettes18 : on constate alors que, si le livre de recettes comporte des marques, celles-ci n’ont pas été reportées dans le livre de compte (les passages exemptés eux-mêmes, avec ou sans marque, sont absents de certains livres de compte, alors qu’ils sont présents dans les livres de recettes). On peut donc considérer que les livres de recettes constituaient un premier état de la mise au propre des comptes. Lors de la copie finale, les éléments jugés superflus pouvaient être éliminés : le fait que les passages exemptés et les marques aient pu alors ne pas être recopiés nous pousse à relativiser l’importance des marques dans le processus de vérification des comptes et de justification de l’exemption.

13Au total, 477 passages en comportent. C’est une faible proportion du total : à titre d’exemple, le compte du 3 novembre 1406 au 30 octobre 1407 (un de ceux portant le plus de marques) comporte 2248 passages, dont 226 donnent lieu à une exemption, et parmi ceux-ci 101 seulement portent une marque (soit 44,7 % des exemptions, et seulement 4,5 % du total des passages). Il faut préciser que des marchandises non exemptées pouvaient évidemment porter une marque sans que le péager ne prenne la peine de la noter.

  • 19 Cf. M.-C. Daviso di Charvensod, I Pedaggi…, p. 105-106

14Le lien entre exemption et présence d’une marque fait que l’on ne rencontre que des marchands originaires des villes bénéficiant de ce privilège. Ce sont essentiellement des marchands lombards : ceux de Suse, Avigliana, Ciriè puis Chieri sont exemptés19. Toutes ces localités sont situées sur la route du Mont-Cenis. On trouve également quelques marchands locaux, de Chambéry et d’Annecy, mais ceux-ci étaient très minoritaires dans le grand commerce. Les Lombards les plus représentés dans ce corpus sont sans conteste ceux d’Avigliana (31 à 32 marchands) ; vient ensuite Chieri (9 à 10 marchands) ; Suse, Rivoli et Ciriè viennent loin derrière (respectivement 3, 2 et 1 marchands). Pour les Savoyards, Annecy vient en tête (8 marchands), puis Chambéry et Montmélian (2 marchands chacune).

  • 20 J. Hayez, « Un segno fra altri segni. Forme, significati e usi della marca mercantile verso il 1400 (...)
  • 21 Voir les marques no 23, 24, 27b et 61 dans les tables données en annexe de cet article.

15L’ensemble du corpus compte une soixantaine de types de marque différents. Leur typologie correspond assez bien à celle esquissée par Jérôme Hayez à propos des marques présentes dans le carteggio Datini20 : la croix, son éventuel support et les lettres de l’alphabet constituent les éléments principaux des marques, dans des proportions à peu près comparables. La croix domine très nettement : seuls quatre types n’en comportent pas21, sous une forme ou une autre : à simple ou double traverse, ou de saint André le plus souvent, elle est parfois potencée. Parmi les croix il faut souligner l’absence de marques au « quatre de chiffre », dont la fortune semble postérieure à la période qui nous intéresse ici. Dans trente-huit types, soit un peu plus de la moitié, cette croix repose sur un support de formes diverses : on rencontre écu, globe, mandorle, triangle ou losange. Ces supports contiennent fréquemment d’autres éléments graphiques, fort divers (points, cercles, croix, lettres, bandeaux ou traits). Les lettres de l’alphabet, enfin, sont présentes dans dix-neuf types, soit environ 30 % des types, c’est-à-dire sensiblement moins fréquemment que dans le carteggio, où elles sont présentes dans environ 50 % des marques. La plupart du temps il s’agit d’une lettre unique, mais dans cinq types on trouve deux lettres, qui correspondent à chaque fois aux initiales du prénom et du nom du marchand. Lorsqu’une seule lettre est présente, elle est généralement l’initiale du prénom (huit cas) plutôt que du nom (quatre cas), tandis qu’un cas reste impossible à déterminer car le marchand Amentinus de Ambrosio, dont la marque est une lettre A surmontée d’une croix potencée, a la même initiale pour son prénom et son nom. Dans un seul cas, la marque comporte une lettre sans rapport avec le nom du marchand : la marque de Bernardus Bessuns (no 9) comporte une lettre P.

  • 22 Cf. marques no 16 (74 occurrences de 16a, une seule de 16b), et no 27 (78 occurrences de 27a, et un (...)
  • 23 La marque 27c, par exemple, pourrait bien être une variante mal dessinée de la marque 27a.
  • 24 Cf. marque n27a.
  • 25 Une situation différente a été observée par Gilles Caster dans son étude sur le commerce du pastel (...)

16À quelques exceptions près, un type correspond à une personne ; lorsqu’un marchand est associé à plusieurs types de marques, au cas où l’on peut observer un nombre d’occurrences suffisant, il apparaît qu’un type domine nettement22 : le changement de type pour un passage isolé peut alors être dû à une contingence quelconque, ou à un dessin plus maladroit du péager23. L’observation sur une longue période montre également une stabilité de la marque pour chacun : par exemple, les passages de Martin de Ferrare, marchand d’Avigliana, sont associés à 78 reprises à la même marque entre 1404 et 1418, et une de ses lettres demandant l’exemption de ses marchandises, datée de décembre 1423, porte cette même marque24. On est donc bien là en présence de marques de marchands, et non de marques de marchandises25.

  • 26 Cf. marque no 16.

17Une famille de marchands d’Avigliana très active au péage de Chambéry, les Calvi, mérite que l’on s’attarde plus longuement sur son cas. On voit tout d’abord apparaître deux frères, Jean et Faciot Calvi, qui font très fréquemment transiter ensemble des convois de marchandises sous une même marque commune (on la retrouve, identique, à 74 reprises entre 1405 et 1418)26. Chaque passage mentionne leurs deux noms, et il est précisé à de nombreuses reprises qu’ils sont frères.

Fig. 1 : Marque de Jean et Faciot Calvi

Fig. 1 : Marque de Jean et Faciot Calvi
  • 27 Cf. marques no 14 et 15.
  • 28 AST, Inv. 129, F. 1/1 Mi 72, Compte d’Antoine Marcet du 25 décembre 1434 au 10 mai. 1436, fo. 17 ro(...)

18À partir de 1417, on voit Jean et Faciot continuer à faire transiter de nombreux chargements, mais chacun sous son propre nom, et avec sa propre marque27. On constate alors que la marque adoptée par chacun est une simple variante de celle qui leur était commune jusqu’alors : Jean adopte une marque exactement symétrique sur un axe horizontal, tandis que Faciot ajoute simplement une troisième barre à la croix. On relève 40 occurrences de la marque de Jean Calvi entre 1417 et 1438, et 91 occurrences de celle de Faciot entre 1432 et 1438. Lors d’un passage mentionné dans le compte du 25 décembre 1434 au 10 mai 143628, Jean et Faciot font à nouveau transiter ensemble leurs marchandises, mais cette fois-ci, pas de marque commune : leurs deux marques sont dessinées ! Une lettre, datée de 1433, demande l’exemption du péage pour des marchandises appartenant à Jean et Faciot, et reproduit également leurs deux marques côte à côte.

Fig. 2 : Marque de Jean Calvi

Fig. 2 : Marque de Jean Calvi

Fig. 3 : Marque de Faciot Calvi

Fig. 3 : Marque de Faciot Calvi
  • 29 Cf. marque no 17.

19À sept reprises, entre 1432 et 1438, on voit passer sous une marque qui semble une nouvelle variante de celle des deux frères, un certain Jeannand Calvi29 : il semble donc qu’un nouveau membre de la famille se soit joint aux activités de Jean et Faciot. Mais le dessin très maladroit et hésitant, et le fait que le prénom associé à cette marque soit parfois développé (Iohannandus) et parfois abrégé (sous une forme semblable donc à Iohannes) jettent un doute sur le fait qu’il s’agisse bien d’un individu différent, et non du précédent Jean Calvi.

Fig. 4 : Marque de Jeannand Calvi (?)

Fig. 4 : Marque de Jeannand Calvi (?)
  • 30 AST, Inv. 129, F. 17/ADS, 1 Mi 73, Livre de recettes d’Antoine Marcet, du 10 mai 1437 au 9 mai 1438 (...)
  • 31 Cf. marque n18b.

20Il est certain, en revanche, que les frères ont associé à leurs affaires Rumigius Calvi, sans doute un autre membre de la famille. On relève huit de ses passages associés à une marque entre 1437 et 1438. Le lien avec les frères Calvi est nettement établi : lors des deux premiers passages de Rumigius comportant une marque, ce n’est pas la sienne propre qui apparaît, mais celle de Faciot Calvi30. Lors des six passages suivants, il arbore sa propre marque, qui semble là encore être une variante de la marque familiale31.

Fig. 5 : Marque de Rumigius Calvi

Fig. 5 : Marque de Rumigius Calvi
  • 32 J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xxxiii-xxxiv, donne quelques exemples tirés du carteggi (...)

21On a donc ici à la fois l’exemple du devenir d’une marque après la séparation d’une association, et de variations autour d’une marque familiale. Il existe d’autres exemples de « déclinaisons » d’une même marque, selon des modalités variables, dont on ne peut tirer de règle générale32.

  • 33 ADS, 8F34.
  • 34 Cf. marque no 58.
  • 35 On consultera avec profit à ce sujet l’étude de B. Fraenkel, La Signature : genèse d’un signe, Pari (...)

22Le cas de Pierre Sallion, marchand d’Annecy, présente un intérêt différent : une lettre de demande d’exemption33 nous permet de confronter sa signature et sa marque34. Ces deux éléments présentent une certaine proximité graphique : la marque semble être en effet une version stylisée de la signature, où l’on retrouve notamment le P majuscule et le trait de soulignement avec ses deux boucles aux extrémités. On serait donc en présence ici d’une marque-signature35, et cela de façon beaucoup plus discrète que les emblèmes portant les initiales du marchand, puisque le rapport de la marque avec le nom du marchand est indécelable si l’on ne peut la confronter à la forme de sa signature. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un cas insolite, qui ne peut être généralisé, car la signature demeure très rare à cette époque dans la correspondance commerciale.

Fig. 6 : Signature de Pierre Sallion, Marque de Pierre Sallion

Fig. 6 : Signature de Pierre Sallion, Marque de Pierre Sallion

Fig. 7 : Détails d’une lettre de Pierre Sallion, ADS 8F34

Fig. 7 : Détails d’une lettre de Pierre Sallion, ADS 8F34
  • 36 Livre de recettes de 1412-1413, fo 28vo (AST, Inv. 129, F.17/ADS, 1 Mi 73).
  • 37 Cf. marque no 24.
  • 38 J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xiv-xv, montre que, dans le corpus du carteggio Datini, (...)

23Enfin, pour l’anecdote, on peut noter que, dans un cas exceptionnel, des armoiries ont pu être dessinées dans les comptes comme marques justifiant l’exemption : ainsi, on voit un transporteur faire passer un convoi de marchandises exemptées destinées à l’Hôtel du comte de Savoie36, et le péager a copié une marque qui semble bien correspondre aux armes des comtes37 ! Il s’agit, il faut le souligner, d’un cas très particulier, qui ne reflète pas une réelle perméabilité entre armoiries et marques38.

L’usage des marques

  • 39 Ainsi, vers 1330, les statuts des marchands de Monza : « Mercatores Modoetie draporum et drapi faci (...)
  • 40 Gli statuti della Società dei Mercanti, Monza, 1891, donne la reproduction de 191 marques. La Camer (...)
  • 41 C. Santoro, La Matricola dei mercanti… Cet ouvrage donne à la fois le texte de la Matricule, et une (...)
  • 42 On trouvera plusieurs exemples dans J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xxxviii-xliii.
  • 43 O. Cavallar, S. Dgenring, J. Kirshner, A Grammar of Signs : Bartolo da Sassoferrato’s Tract on Insi (...)
  • 44 Sienne, Pinacoteca Nazionale.

24Quels étaient donc la signification et l’usage de ces marques ? De nombreux statuts de métiers italiens ont imposé à leurs membres d’enregistrer leur marque, et de l’apposer sur leurs marchandises, sans utiliser d’autre signe que le leur39. On a conservé plusieurs listes ou « matricules » de marchands comportant leur marque : Lucques est certainement le cas le plus connu, mais Monza40 et Milan41 en offrent également de beaux exemples. On sait par ailleurs que ces efforts n’empêchaient pas les « fraudes » : on connaît de nombreux exemples de marchandises expédiées sous une autre marque que celle de leur propriétaire, pour éviter certaines taxes ou représailles42. Les juristes se sont intéressés à la question des marques : il est à noter que le premier traité de droit héraldique, le De insigniis et armis composé sans doute vers 1355 par l’éminent juriste Bartolo da Sassoferrato (1357), comporte un passage consacré aux marques d’artisans et de marchands et aux problèmes juridiques qu’elles soulèvent43. L’iconographie elle-même nous montre des balles de marchandises portant des marques, dessinées sur leur emballage. Ainsi, sur la célèbre fresque du « Bon Gouvernement » réalisée par Ambrogio Lorenzetti au Palazzo Pubblico de Sienne en 1337-1340, on distingue nettement des marques dessinées sur les balles que portent les mules d’une petite caravane de marchand. Il en est de même dans un tableau de Sano di Pietro, représentant la vision du pape Calixte III (Sienne, 1456)44.

  • 45 AST, Inv. 129 F. 1/ADS, 1 Mi 72 (item 41).
  • 46 ADS, 8F34 (Fonds Claudius Bouvier).
  • 47 J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xxii.
  • 48 ADS, 8F34. Texte original : « Seignurs piaiours de Pont de Biau Voisin et de Chambeyeri, leyses pas (...)

25L’association de la série des comptes du péage de Chambéry avec une autre série documentaire nous permet d’approcher l’un des usages de ces signes. Dans les comptes des années 1430 surtout, lorsqu’un passage donne lieu à exemption, le péager a pris soin de préciser « ut per literam datam [lieu], die [date] », en ajoutant éventuellement « tali marcha » : il apparaît donc que les transporteurs des marchandises présentaient des lettres attestant l’identité des propriétaires de ces biens et justifiant leur exemption. Or, certaines de ces lettres nous sont parvenues. Trois lettres de 1423 sont conservées dans la même série que les comptes eux-mêmes, à Turin, comme pièces justificatives annexes45, et une belle série de dix-huit de ces lettres se trouve aux Archives départementales de Savoie46. Celles dont on peut lire la date situent l’ensemble au début des années 1430. Ces lettres, rédigées parfois en latin, parfois en langue vernaculaire, émanent de marchands d’Avigliana et d’Annecy. Elles illustrent une des fonctions des marques dans la correspondance : le carteggio Datini offre de multiples exemples, montrant que les marques sont notamment des signes portés au dos des lettres pour faciliter le travail des courriers ; lorsqu’elles se trouvent comme ici dans le texte, il s’agit généralement d’un complément à la description des marchandises portant ces marques47. Dans le cas du corpus qui nous intéresse, toutes les lettres décrivent le chargement qu’elles accompagnent (nature, quantité, identité du transporteur…), et la plupart portent la marque du propriétaire, laissant entendre que le fait que les marchandises décrites portent cette marque est la preuve de leur appartenance à l’auteur de la lettre, et donc de leur exemption. Cinq de ces lettres ont également au dos, de la même main, le dessin de la marque du marchand, de façon que celle-ci soit visible lorsque la lettre était pliée. Voici la traduction de l’une des lettres48 :

Seigneurs péagers de Pont-de-Beauvoisin et de Chambéry, laissez passer six balles de marchandises signées de cette marque que transporte Antoine Faure, muletier, car elle est à Faciot Calvi, bourgeois d’Avigliana. Écrit à Lyon, le 20 mars de l’an mil quatre cent trente deux.

  • 49 Il semble que des méreaux portant sur une face la marque d’un marchand ou d’une compagnie aient pu (...)
  • 50 Pour une aire géographique différente de celle qui nous intéresse ici, on trouve de nombreux exempl (...)

26L’expression « signée de ma marque » (signata de mea marcha) revient dans la plupart de ces lettres. La marque portée par les balles de marchandises, authentifiée par une lettre rédigée par le marchand que le transporteur devait présenter au péager, avait donc valeur de preuve de l’appartenance de la marchandise49. Nous voyons donc ici une mise en œuvre au quotidien de cette fonction de preuve que pouvaient assumer les marques portées sur les balles de marchandises lors d’événements plus exceptionnels, comme la perte d’une cargaison à l’occasion d’un naufrage par exemple50.

  • 51 On peut citer l’exemple d’Odon Gononis, marchand d’Avigliana, que l’on voit bénéficier d’une exempt (...)

27En conclusion, le relevé des marques présentes dans les comptes du péage de Chambéry nous offre vue partielle et partiale de la présence et de l’usage des marques dans le trafic, puisque seules comptaient les marques des marchands exemptés. On entrevoit les limites de cet usage. Les marques ne semblent pas indispensables pour bénéficier d’une exemption, puisque des marchands exemptés effectuent de nombreux passages sans que jamais leur marque ne soit mentionnée51. Elles ne le sont visiblement pas non plus du côté du péager, puisqu’il ne prenait pas systématiquement la peine de les copier. Enfin, les marques reproduites par les péagers n’étaient sans doute pas les seules sous lesquelles voyageaient les marchandises.

28Ce corpus présente en revanche l’interêt de nous donner une vision de l’usage des marques issue de la pratique, et non de textes normatifs tels que les statuts ou les matricules de marchands italiens. Sa distribution sur un temps assez long permet de constater la stabilité des marques pour un même marchand, mais aussi leur évolution, comme dans le cas de la famille Calvi. Mais, confronté à d’autres corpus de marques, il montre aussi l’extrême diversité des usages et des pratiques de celles-ci.

Tables : types de marque relevés dans les comptes du péage de Chambéry

29Les types de marque sont présentés selon l’ordre alphabétique du nom auquel ils sont associés, afin de faciliter la comparaison entre les marques de personnes d’une même famille (ex. : marques des Calvi). Chaque type est numéroté et illustré par un dessin au calque d’une marque représentative, exécuté d’après une photographie.

30Les noms de personnes sont donnés sous la forme latine employée dans les comptes. Ces noms doivent d’ailleurs être utilisés avec précaution : non seulement la paléographie assez difficile rend leur relevé ardu, mais de plus ils étaient notés par les péagers sans caractère réellement systématique. Ainsi, les Calvi sont désignés soit comme de Calvis, soit comme Calvi, et un autre marchand est appelé Martinus Ferrerii dans les comptes, tandis qu’une de ses lettres nous apprend que lui-même se désignait comme Martinus de Ferrara.

31Pour alléger la présentation, un sigle a été attribué à chaque livre de compte ou de recette. C’est à ce sigle que renvoient les indications sur le nombre d’occurrences de chaque type de marque :

Comptes : AST, Inv. 129 F. 1 ; en microfilms aux ADS, 1 Mi 72

A1 Compte du 3 nov. 1404 au 2 nov. 1405
A2 Compte du 3 nov. 1406 au 30 oct. 1407
A3 Compte du 1er nov. 1408 au 30 oct. 1409
A4 Compte du 1er nov. 1410 au 30 oct. 1411
A5 Compte du 13 janv. 1432 au 12 janv. 1433
A6 Compte du 25 déc. 1434 au 10 mai 1436

Livres de recettes : AST, Inv. 129 F. 17 ; en microfilms aux ADS, 1 Mi 73

B1 Recettes du 3 nov. 1405 au 2 nov. 1406
B2 Recettes du 1er nov. 1411 au 30 oct. 1412
B3 Recettes du 1er nov. 1412 au 30 oct. 1413
B4 Recettes du 1er nov. 1413 au 30 oct. 1414
B5 Recettes du 1er nov. 1415 au 30 oct. 1417
B6 Recettes du 1er nov. 1417 au 30 oct. 1418
B7 Recettes du 11 mai 1436 au 9 mai 1437
B8 Recettes du 10 mai 1437 au 9 mai 1438
B9 Recettes du 10 mai 1438 au 18 janv. 1439

Haut de page

Notes

1 « Ermelion in castro illo construendo habitus est sanguinis equorum et hominum pro cemento. Homo transiens dabat unam libram sanguinis equus duas » (Alberti Annales stadenses, éd. J. M. Lappenberg, Hanovre, 1859 (M.G.H., Scriptores 16), p. 337 ; rapporté par M.-C. Daviso di Charvensod, I Pedaggi delle Alpi occidentali nel Medioevo, Turin, 1961, p. 21).

2 Au xve siècle, les états de la Maison de Savoie comptaient au moins 150 péages. On pourra se reporter à la carte des « ports, routes et péages du xiiie au xve siècle », donnée dans les Monumenta Historiae Galliarum, Atlas historique français, Savoie, Paris, CNRS, 1979, pl. XXVIII.

3 Les comptes particuliers des péages savoyards sont conservés aux Archives d’État de Turin, dans le fonds des Archives camérales, à l’exception des comptes des péages de Bresse, Bugey et Valromey, conservés aux Archives Départementales de la Côte d’Or. Cf. R.-H. Bautier, J. Sornay, Les Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Provence, Comtat venaissin, Dauphiné, États de la Maison de Savoie, Paris, 1971, I, p. 451-453.

4 C’est sur la consultation de ces microfilms qu’est basée cette étude. Je tiens à remercier les Archives départementales de Savoie, et en particulier leur directeur, M. Jean Luquet, pour avoir grandement facilité mon travail dans le cadre de cette recherche.

5 M.-C. Daviso di Charvensod a donné des statistiques sur les comptes de cette période dans son ouvrage I Pedaggi… (étude statistique pour Chambéry, p. 217-221).

6 Réjane Brondy a utilisé cet ensemble de comptes pour étudier le mouvement commercial au péage de Chambéry au xve siècle, sans toutefois s’attacher à la question des marques de marchands. Cf. R. Brondy, Chambéry : Histoire d’une capitale, Lyon/Paris, 1988, p. 136-166.

7 AST, Inventaire 129 F. 1, consultés en microfilms aux ADS, 1 Mi 72.

8 AST, Inventaire 129 F. 17, consultés en microfilms aux ADS, 1 Mi 73.

9 3 nov. 1401-30 oct. 1407, 1er nov. 1408-13 janv. 1424, 13 janv. 1425-12 janv. 1429, 13 janv. 1430-10 mai 1436, et 16 janv. 1439-16 sept. 1454.

10 Exercice du 3 nov. 1405 au 2 nov. 1406, trois exercices consécutifs du 1er novembre 1411 au 30 oct. 1414, et trois exercices consécutifs du 1er nov. 1415 au 30 oct. 1418.

11 Exercice du 1er déc. 1380 au 30 nov. 1381, et trois exercices consécutifs entre mai 1436 et janv. 1439.

12 AST, Inventaire 129 F. 17/ADS, 1 Mi. 73.

13 AST, Inventaire 129 F. 1/ADS, 1 Mi. 72 ; exercices du 14 mai au 27 août 1393, et du 28 août 1395 au 27 août 1396.

14 Les comptes du péage de Saint-Maurice d’Agaune, étudiés par Franco Morenzoni, comportent les noms d’échantillons aléatoires de marchands ayant transité par Saint-Maurice (premiers et/ou derniers marchands passés), mais aucune marque ne leur a été associée par les péagers. Cf. F. Morenzoni, « Le mouvement commercial au péage de Saint-Maurice d’Agaune à la fin du Moyen Âge (1281-1450) », Revue historique, 585 (1993), p. 3-63.

15 Je remercie le Pr. Henri Dubois de m’avoir signalé ce document, conservé aujourd’hui aux Archives départementales de la Côte-d’Or sous la cote B 11689, et qu’il a notamment exploité (en dehors de la question des marques) dans son ouvrage Les Foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Âge (vers 1280-vers 1430), Paris, 1976 (p. 485-493).

16 Cf. liste ci-dessous, en prologue aux tables.

17 101 dans le compte de Guionet de Triviers, du 3 nov. 1406 au 30 oct. 1407, et 121 dans le livre de recettes du 3 nov. 1405 au 2 nov. 1406.

18 Cf. liste des exercices, n. 8.

19 Cf. M.-C. Daviso di Charvensod, I Pedaggi…, p. 105-106

20 J. Hayez, « Un segno fra altri segni. Forme, significati e usi della marca mercantile verso il 1400 », préface à E. Cecchi, Di mio nome e segno : marche di mercanti nel carteggio Datini, sec. xiv-xv, Prato, 2010, p. vii-xliv, en particulier p. x-xvii à propos de la typologie. On consultera avec profit cet article, entre autres choses, pour des pistes sémiologiques quant à la présence de ces éléments graphiques dans les marques de marchands.

21 Voir les marques no 23, 24, 27b et 61 dans les tables données en annexe de cet article.

22 Cf. marques no 16 (74 occurrences de 16a, une seule de 16b), et no 27 (78 occurrences de 27a, et une seule pour 27b et 27c respectivement).

23 La marque 27c, par exemple, pourrait bien être une variante mal dessinée de la marque 27a.

24 Cf. marque n27a.

25 Une situation différente a été observée par Gilles Caster dans son étude sur le commerce du pastel à Toulouse : « Nous avons constaté, en effet, qu’un même marchand utilisait des dessins divers, quelquefois simultanément, et les changeait avec versatilité » (G.  Caster, Le Commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse (1450-1561), Toulouse, 1962, p. 71-76).

26 Cf. marque no 16.

27 Cf. marques no 14 et 15.

28 AST, Inv. 129, F. 1/1 Mi 72, Compte d’Antoine Marcet du 25 décembre 1434 au 10 mai. 1436, fo. 17 ro.

29 Cf. marque no 17.

30 AST, Inv. 129, F. 17/ADS, 1 Mi 73, Livre de recettes d’Antoine Marcet, du 10 mai 1437 au 9 mai 1438, f. 26 v.

31 Cf. marque n18b.

32 J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xxxiii-xxxiv, donne quelques exemples tirés du carteggio, ainsi que des ouvrages de P. Pelu, I Libri dei mercanti lucchesi degli anni 1371, 1372, 1381, 1407, 1488, Lucques, 1975, et de E. Lazzareschi, Il Libro della comunità dei mercanti lucchesi in Bruges, Milan, 1947.

33 ADS, 8F34.

34 Cf. marque no 58.

35 On consultera avec profit à ce sujet l’étude de B. Fraenkel, La Signature : genèse d’un signe, Paris, 1992, p. 268. Voir en particulier le chapitre « La signature comme totem », p. 253-278.

36 Livre de recettes de 1412-1413, fo 28vo (AST, Inv. 129, F.17/ADS, 1 Mi 73).

37 Cf. marque no 24.

38 J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xiv-xv, montre que, dans le corpus du carteggio Datini, la correspondance entre armoiries et marque est exceptionnelle, ces dernières portant tout au plus un écho des armoiries, notamment dans le cas d’armes parlantes (comme la poire des Peruzzi, ou le XXX des Trenta).

39 Ainsi, vers 1330, les statuts des marchands de Monza : « Mercatores Modoetie draporum et drapi facientes in Modoestia drapos lane et quis eorum teneantur et debeant facere in suis drapis, priusquam eos dent ad follandum, et in suis ballis et ballonis suum proprium signum et ipsum tenere in eis et non mutare nec alio signatio uti in eius » (chapitre LXIII). Cité par C. Santoro, La Matricola dei mercanti di lana sottile di Milano, Milan, 1940.

40 Gli statuti della Società dei Mercanti, Monza, 1891, donne la reproduction de 191 marques. La Camera di commercio de Milan a récemment fait l’acquisition du manuscrit contenant les Statuta communitatis mercatorum Modoetiae de 1331 et la matricule des marchands de Monza de 1326 à 1515. À l’occasion de cette acquisition, une brochure a été éditée : Segni, mercanti e regole. Il codice trecentesco dei mercanti di Monz, Milan, 2005.

41 C. Santoro, La Matricola dei mercanti… Cet ouvrage donne à la fois le texte de la Matricule, et une série de 78 planches reproduisant la très belle série des marques des marchands inscrits, de 1393 à 1723 (p. 195-272).

42 On trouvera plusieurs exemples dans J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xxxviii-xliii.

43 O. Cavallar, S. Dgenring, J. Kirshner, A Grammar of Signs : Bartolo da Sassoferrato’s Tract on Insignia and Coats of Arms, Berkeley (CA), 1994, p. 113-114.

44 Sienne, Pinacoteca Nazionale.

45 AST, Inv. 129 F. 1/ADS, 1 Mi 72 (item 41).

46 ADS, 8F34 (Fonds Claudius Bouvier).

47 J. Hayez, « Un segno fra altri segni… », p. xxii.

48 ADS, 8F34. Texte original : « Seignurs piaiours de Pont de Biau Voisin et de Chambeyeri, leyses passer VI balles de roba seigne a cesste marque que portet Anthonio Fauro, mulatur, quar elle est a Faciot Calvi borioys davillana. Escrit a Lion le XXe jour de mars lan M IIIIc XXXII. »

49 Il semble que des méreaux portant sur une face la marque d’un marchand ou d’une compagnie aient pu remplir la même fonction de preuve d’exemption. Cf. F. M. Vanni, Le Tessere mercantili medievali italiane, civiche raccolte numismatiche, Milan, 1999, p. 11.

50 Pour une aire géographique différente de celle qui nous intéresse ici, on trouve de nombreux exemples d’usage des marques dans l’article d’E. Engel, « Signum Mercatoris – Signum Societatis. Zeichen und Marke im Wirtschaftsleben deutscher Städte des Spätmittelalters », dans G. Blaschitz, H. Hundsbichler, G. Jaritz éd., Symbole des Alltags – Alltag der Symbole : Festschrift für Harry Kühnel zum 65. Geburtstag, Graz, 1992, p. 209-231. Ernest-Théodore Hamy a également rapporté un exemple d’usage des marques de marchands comme preuve de propriété pour la récupération par divers marchands de balles de marchandises échouées à la suite du naufrage d’un navire sur les côtes de Flandre : E.‑T.  Hamy, Un naufrage en 1332 : documents pour servir à l’histoire des marques commerciales au xive siècle, Mémoire présenté au Congrès archéologique et historique de Bruxelles en 1891, Bruxelles, 1892.

51 On peut citer l’exemple d’Odon Gononis, marchand d’Avigliana, que l’on voit bénéficier d’une exemption pour 24 passages de marchandises dans le compte de 1406-1407 sans que sa marque ne soit jamais relevée, alors que ce même compte mentionne de nombreuses marques (cf. n. 17).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Marque de Jean et Faciot Calvi
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2 : Marque de Jean Calvi
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 3 : Marque de Faciot Calvi
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 4 : Marque de Jeannand Calvi (?)
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5 : Marque de Rumigius Calvi
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 6 : Signature de Pierre Sallion, Marque de Pierre Sallion
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 7 : Détails d’une lettre de Pierre Sallion, ADS 8F34
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://journals.openedition.org/medievales/docannexe/image/7263/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 66, printemps 2014, p. 141-158

Référence électronique

Marjorie Burghart, « Signata de mea marcha : les marques de marchands dans les comptes du péage de Chambéry (xve siècle) », Médiévales [En ligne], 66 | printemps 2014, mis en ligne le 05 juillet 2016, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/medievales/7263 ; DOI : 10.4000/medievales.7263

Haut de page

Auteur

Marjorie Burghart

EHESS (pôle de Lyon) ; CIHAM UMR 5648

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals