Navigation – Plan du site
Travailler à Paris (XIIIe-XVIe siècle)

Le chantier de l’abbaye de Saint-Denis à l’époque gothique

The Building Yard of the Abbey of Saint-Denis in the Gothic Period
Maxime L’Héritier
p. 129-148

Résumés

Cette enquête vise à documenter le chantier de construction de l’abbaye du milieu du xiie à la fin du xve siècle, en s’intéressant davantage aux ouvriers et artisans et à leur travail qu’à l’œuvre architecturale. La combinaison des sources archéologiques et historiques permet d’estimer les effectifs des maçons et des ouvriers qui travaillaient sur le chantier de Suger et de proposer la reconstitution d’un chantier exceptionnel par sa taille pour l’époque. Pour le xiiie siècle, ces sources montrent également une spécialisation des tâches, notamment dans le travail de la pierre, conforme à celle des chantiers contemporains. Enfin, dès la fin du xiiie siècle, les comptes de la Commanderie montrent les spécificités de ce grand chantier monastique quant à la main-d’œuvre employée, sa rémunération et l’organisation du travail. Elles mettent notamment en évidence l’existence d’une main-d’œuvre issue de la communauté de l’abbaye à côté de maîtres artisans souvent gagés à l’année. Une tendance à la sécularisation du travail semble s’opérer dans le courant des xive et xve siècles. Parmi ces maîtres, l’existence d’un office de maître verrier attaché à l’entretien des vitraux de la basilique pendant toute la période, depuis sa création par Suger au xiie siècle, constitue une véritable spécificité dionysienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J.-M. Leniaud, P. Plagnieux, La Basilique Saint-Denis, Paris, 2012.
  • 2 Voir, par exemple, F. d’Ayzac, Histoire de l’abbaye de Saint-Denis en France, 2 vol., Paris, 1860-1 (...)

1S’il existe une abondante bibliographie sur la basilique de Saint-Denis, l’intérêt des historiens d’art, des architectes et des archéologues s’est avant tout porté sur les origines de l’abbaye, les étapes successives de sa construction depuis l’édification du premier oratoire sur la tombe de Denis ou encore sur l’architecture de la basilique, joyau de l’art gothique1. En revanche, seuls des travaux épars, parfois anciens2, traitent du chantier de construction, des ouvriers et artisans qui y œuvrent et de l’organisation du travail qui en découle.

2La présente enquête vise à rassembler ces informations pour aborder la question du travail sur le chantier de Saint-Denis en mettant les hommes au centre de nos préoccupations. Le chantier de la basilique des xiie et xiiie siècles sera tout d’abord replacé dans son contexte, celui du début de l’époque gothique qui voit le développement de formes d’organisation du travail propres aux chantiers de constructions, en convoquant les sources matérielles et historiques disponibles. Ces données seront ensuite examinées à la lumière des comptes de la commanderie, qui, en dépit de la concision des mentions enregistrées, permettent de rendre compte des spécificités de ce grand chantier monastique quant à la main-d’œuvre employée, sa rémunération et son évolution de la fin du xiiie à la fin du xve siècle.

Le chantier de Suger : une construction d’une rapidité exceptionnelle

  • 3 Suger, Œuvres, textes traduits et commentés par F. Gasparri, Paris, 1996. Pour l’usage critique de (...)
  • 4 L’hypothèse que le chantier de Suger débute dès 1130, alors que la plupart des moyens financiers so (...)
  • 5 Suger, Œuvres…, p. 30-31.

3La reconstruction de l’église abbatiale de Saint-Denis sous sa forme gothique débute peu après l’élection de Suger à la tête de l’abbaye en 1122. Outre les vestiges architecturaux, les principales sources décrivant ce chantier sont les écrits de Suger lui-même, De administratione et De consecratione, rédigés après la fin des travaux3. Si le début de la construction du massif occidental n’est pas daté, on sait grâce à la dédicace de Suger que cette entrée monumentale fut consacrée le 9 juin 1140. Le chantier du chœur s’ouvre sur la cérémonie de pose de la première pierre en présence du roi Louis VII le 14 juillet 1140 et s’achève à peine quatre ans plus tard, le 14 juin 1144, avec sa consécration. La rapidité du chantier de la basilique est frappante, même s’il a pu durer jusqu’à une quinzaine d’années4. À la même époque, il faut près du double de temps pour reconstruire le chœur de la cathédrale de Sens, entre 1135-1140 et 1164. Suger semble attribuer cette performance à un travail consacré « été comme hiver à l’achèvement de cette œuvre, à grand frais et grâce à [la contribution] de nombreux ouvriers5 ».

  • 6 S. McK Crosby, « Mason’s Marks at Saint-Denis », dans P. Gallais et Y.-J. Riou éd., Mélanges offert (...)
  • 7 Il peut s’agir de marques de tâcheron pour identifier le maçon, vérifier son travail et éventuellem (...)
  • 8 Voir S. McK Crosby, « Mason’s… ».
  • 9 J.-Y. Hugoniot, « Premier inventaire des marques de la cathédrale de Bourges (Cher) », Cahiers d’ar (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Hypothèse proposée pour le château de Coucy par E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’archi (...)
  • 12 Suger, Œuvres…, p. 16-17.
  • 13 Ibid., p. 14-17. De telles mentions sont fréquentes au xiie siècle comme à Chartres, après l’incend (...)
  • 14 L. F. Salzman, Building in England down to 1540, Oxford, 1952, p. 35-36.
  • 15 P. Bernardi, Bâtir au Moyen Âge, Paris, 2011, p. 41.
  • 16 Suger, Œuvres…, p. 12-13.
  • 17 Suger nous révèle juste que les maîtres verriers proviennent « de diversis nationibus » et qu’il de (...)

4La découverte de marques lapidaires permet de relier cette rapidité à une forme de continuité dans le chantier de construction. À Saint-Denis, ces marques sont typiques des maçonneries du xiie siècle, non remplacées au xiiie ou nettoyées au xixe siècle6. Dans le massif occidental, il en existe des centaines sur les murs, les piliers, les voûtes et les embrasures de fenêtres, mais aussi dans les chapelles hautes et la plupart des escaliers. Dans les parties orientales, quelques marques seulement ont été identifiées dans la crypte, mais elles sont en revanche bien présentes dans les chapelles rayonnantes. Si la fonction exacte de ces marques reste indéfinie7, leur homogénéité d’un bout à l’autre de l’édifice prouve que le même groupe de maçons a sans doute travaillé sur les deux campagnes de construction. Elles attestent ainsi une forme de continuité du chantier, sans rupture ni arrêt majeur, confortant la rapidité d’exécution. Le décompte des marques fait par Sumner McKnight Crosby est, de son propre aveu, incomplet et n’est d’ailleurs pas précisément chiffré8. Ce dernier en recense toutefois près de 220 types différents, dont un grand nombre identifié par plus d’une dizaine ou d’une vingtaine d’exemplaires, soit un corpus comptant sans doute plusieurs milliers de marques. L’ordre de grandeur est parfaitement similaire au corpus étudié pour la cathédrale de Bourges, dont l’église basse et les six travées orientales sont rapidement élevées entre 1200 et 12149. L’abondant usage de ces marques serait-il caractéristique de formes de communication entre plusieurs étapes dans la taille de la pierre et sa mise en œuvre nécessaires sur ces chantiers où l’activité est intense ? À Bourges, deux renouvellements complets des types de marques au niveau des deuxième puis sixième travées suggèrent l’intervention d’équipes différentes10. De la même façon, une étude précise sur la répartition de ces marques dans la basilique permettrait peut-être d’identifier plusieurs ateliers travaillant sur le chantier. Il est cependant difficile d’établir des correspondances entre le nombre de types de marques et celui des tailleurs de pierre œuvrant simultanément sur le chantier11. Un meilleur indice pour entrevoir le nombre de tailleurs de pierre, de maçons et de manœuvres pouvant travailler sur le chantier (sans compter les autres corps de métier) est fourni par Suger dans son récit du « miracle de la carrière ». Selon l’abbé, ils étaient environ 140 ouvriers, ou au moins 100, à y travailler pour la seule extraction des pierres, sans compter les bouviers qui effectuaient le trajet aller-retour entre la carrière et le chantier12. S’y ajoute la participation spontanée des fidèles, louée par Suger, mais difficilement quantifiable13. Ces chiffres suggèrent qu’il y avait sans doute plusieurs centaines d’ouvriers pour le seul travail de la pierre. Il est donc possible d’envisager un total d’environ un demi-millier à un millier d’individus actifs sur le chantier. Ces données correspondent à celles des plus grands chantiers du xiiie et du xive siècle pour lesquels on dispose de comptabilités : de 100 à 435 ouvriers à Westminster en 1253, entre 281 et 538 au château de Caernarfon en juin et juillet 1295 ou encore de 370 à 710 à Windsor en mars 134414. Sur ces grands chantiers, la majorité des travailleurs sont des hommes de bras et le nombre de tailleurs de pierre et de maçons se limite généralement à un tiers ou un quart de l’effectif, soit une centaine d’individus, et n’excède que très exceptionnellement les 200. En outre, la proportion de carriers, qui fluctue entre 1/10e de l’effectif total à Caernarfon (20 à 54 carriers) et plus d’un 1/5e à Windsor avec 60 à 130 carriers recensés, fait écho aux chiffres avancés par Suger à Saint-Denis pour conforter cet ordre de grandeur du chantier dionysien. Ajoutons qu’à la même époque un grand nombre de chantiers, fautes d’hommes ou de moyens, ne comptent que quelques dizaines d’ouvriers15. Ce qui distingue le chantier de Saint-Denis est, au contraire, que « maçons, tailleurs de pierre, sculpteurs et ouvriers habiles se présentaient en grand nombre16 ». L’ouverture d’un tel chantier constituait en effet une offre de travail essentielle pour les ouvriers spécialisés dans la construction et, en particulier, dans le travail de la pierre. L’origine des travailleurs de la pierre n’est pas mentionnée17 mais, comme l’atteste la continuité des marques lapidaires, ils semblent s’être durablement installés sur le chantier pendant toute la durée des travaux.

  • 18 Gervais de Canterbury, Tractatus de combustione et reparatione Cantuariensis ecclesiae (trad. T. G. (...)
  • 19 D. Kimpel, « Structures et évolution des chantiers médiévaux », dans Chantiers médiévaux, Paris, 19 (...)
  • 20 P. Bernardi, Bâtir…, p. 55.

5La rapidité des travaux s’expliquerait-elle enfin par la continuité du chantier tout au long de l’année, été comme hiver ? La règle semble plutôt avoir été à l’interruption hivernale. Trente ans après l’achèvement du chœur de Suger, le moine Gervais de Canterbury fait en effet plusieurs fois référence, dans son récit de la reconstruction du chœur de la cathédrale anglaise après un incendie en 1174, à l’arrêt des travaux en hiver18. Même à la fin du Moyen Âge, l’activité hivernale est toujours réduite sur les chantiers de construction. Suger fait donc peut-être ici simplement référence à des travaux d’ornementation et de vitrage dans des ateliers couverts et chauffés19. Il est possible que ces travaux incluent aussi la taille de la pierre, même si, d’après les sources iconographiques et historiques, la loge des maçons semble une structure encore nouvelle sur les chantiers du xiiie siècle20. À Saint-Denis, comme sur d’autres chantiers, certaines pierres était bien pré-taillées en carrière, notamment les colonnes monolithiques, mais la majeure partie de la taille se faisait à pied d’œuvre. L’hypothèse que le chantier de la basilique disposait d’une loge ou d’un abri de grandes dimensions permettant d’accueillir un nombre important de maçons afin de poursuivre à un rythme soutenu la taille de la pierre en hiver n’est pas vérifiable. Tant le nombre élevé d’ouvriers que la continuité du travail semblent toutefois suffire pour expliquer l’extrême rapidité de la construction. Bien que les détails soient ténus, les sources archéologiques et historiques convergent pour étayer l’idée selon laquelle la basilique de Saint-Denis est à la pointe de l’organisation du travail en comparaison avec les chantiers ecclésiastiques du milieu du xiie siècle. Cette hâte dans la mise en œuvre de l’édifice compte-t-elle parmi les raisons du délabrement des parties hautes du chœur ayant nécessité leur reprise à peine un siècle plus tard ?

L’organisation du travail sur le chantier du xiiie siècle : standardisation et « taille en série »

  • 21 Pour les étapes de la reconstruction, voir M. Bouttier, « La reconstruction de l’abbatiale de Saint (...)

6La reconstruction de l’église inachevée de Suger, avec en partie médiane la vieille nef carolingienne, est entreprise vers 1231 par l’abbé Eudes Clément et achevée en 1281 sous l’abbatiat de Matthieu de Vendôme21. Si aucun texte ne mentionne les ouvriers, l’étude de l’appareillage et de l’évolution des formes nous renseigne sur l’organisation de leur travail.

  • 22 H. de Bazelaire, B. Mouton, M. Wyss, « Données nouvelles sur les roses du transept de Saint-Denis » (...)
  • 23 Ibid.

7Les fouilles réalisées au nord de la basilique par l’Unité Archéo­logique de Saint-Denis à la fin des années 1990 ont permis de mettre au jour une soixantaine d’éléments du remplage gothique des deux roses du transept, restaurées par François Debret à partir de 183922. L’observation des blocs de pierre montre que ces roses ont été conçues à partir d’épures en vraie grandeur et d’un calepin d’appareillage très précis dont témoigne l’absence de reprise de taille lors de la pose, alors même que l’intégralité des meneaux est construite selon le même module. À partir d’un bloc de pierre de forme parallélépipédique rectangle, le fût des colonnettes a été dressé à pied d’œuvre avec des outils à dents, alors que les bases et chapiteaux ont manifestement été laissés épannelés et taillés au ravalement avec des outils sans dents, probablement afin d’éviter toute détérioration dans les opérations de manutention23. Les formes un peu gauchies de certains chapiteaux laissent imaginer la difficulté d’appréciation des proportions des sculpteurs sur l’échafaudage. L’étude des formes et des traces d’outils atteste donc de la division du travail sur le chantier en deux ou trois étapes au moins grâce à une forme de standardisation des pièces mises en œuvre.

  • 24 D. Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l’architecture médiévale et son rôle dans (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 M. Tricoit, « Le plomb dans la construction au Moyen Âge. Nouvelles observations sur le triforium d (...)
  • 27 D. Kimpel, « Le développement… ».
  • 28 Ce mélange des styles de chapiteaux est présent dans tout l’édifice du xiiie s., à l’exception de l (...)

8De manière générale, à Saint-Denis comme sur d’autres chantiers de cette époque, en particulier Chartres, Reims ou Amiens, un grand nombre de pierres ont des formes standardisées24. Les piliers de la nef de la basilique se composent par exemple d’un assemblage de deux modules de pierre différents : l’un mouluré et l’autre non. Le module de pierre dépourvu de moulures a également été utilisé dans les nombreuses assises monolithes des piliers engagés correspondant aux piliers de la nef, preuve d’une rationalisation supplémentaire25. Les fenêtres hautes et l’arcature du triforium utilisent également un nombre de gabarits réduits26. Cette organisation du travail de la pierre, appelé « taille en série », correspond à une standardisation permettant la préfabrication d’un grand nombre de pierres d’après un même modèle27. Pose et taille peuvent ainsi être effectuées séparément et les éléments de série d’abord entreposés avant d’être montés au moment voulu. Cette organisation assure une production relativement continue réduisant le chômage forcé hivernal, les tailleurs de pierre pouvant continuer de tailler les blocs « standardisés » dans la loge en l’attente d’une mise en œuvre ultérieure. À Saint-Denis, cette préfabrication semble également avoir été étendue à un grand nombre d’éléments sculptés, comme les chapiteaux du triforium. Alors que le profil des moulures, la forme et l’implantation des abaques évoluent au fur et à mesure des phases de construction, la coexistence de plusieurs types de chapiteaux sans véritable évolution suggère que de nombreux tailleurs de pierre travaillaient simultanément sur le chantier et que les pièces sculptées restaient dans l’atelier pendant l’interruption de la construction en l’attente de la reprise du chantier28. Par l’organisation du travail et les formes qui en découlent, le chantier de la basilique Saint-Denis s’inscrit donc bien dans la continuité de ces grands chantiers du xiiie siècle où se mettent en place les principales innovations techniques de la fin du Moyen Âge.

La main-d’œuvre sur le chantier de l’abbaye : l’apport des comptes de la commanderie

  • 29 Ces comptes, disponibles aux Archives nationales sous les cotes LL 1240 à 1256, ont fait l’objet d’ (...)

9Les premières mentions d’ouvriers et d’artisans apparaissent dans les comptes de la commanderie à la fin du xiiie siècle. Le grand commandeur, immédiatement inférieur à l’abbé dans la hiérarchie, était le receveur général de tous les revenus de l’abbaye, à l’exception des offices claustraux et des charités. Ces archives évoquent ainsi les nouvelles constructions et l’entretien des bâtiments de l’abbaye, mais aussi de ses propriétés dans la ville et les domaines, pour des dépenses allant de quelques centaines à plusieurs milliers de livres29.

  • 30 « Pro capella sancti ludovici in operariis lapidibus calceya merreno vecturis coopertura dardoise e (...)
  • 31 Paris, AN, LL 1240, f° 32v°, 43r°.

10L’organisation des comptes ne permet pas d’isoler facilement les dépenses de construction et d’entretien. La fragmentation des achats de matériaux, mais aussi des gages et salaires des ouvriers, parfois redondants entre les chapitres liés aux dépenses dans les domaines (extra villam), dans la ville et l’abbaye (in abbacia et villa), pour l’église abbatiale (pro monasterio) et les dépenses communes, rend leur exploitation parfois délicate. En outre, malgré l’importance des dépenses enregistrées pour les nouvelles constructions, comme la chapelle Saint-Louis entre 1299 et 1304 (5582 l. 19 s.), ou de nouvelles chapelles entre 1321 et 1325 (5924 l.), le caractère laconique des mentions limite grandement leur interprétation30. Quatre types de dépenses peuvent être répertoriés : achats de matériaux, salaires d’ouvriers gagés, paiements à la tâche, parfois détaillés avec le nom du prestataire et paiements globaux, comme cette dépense de 520 l. pro petraet taillatoribus en 1284-1285 et 1285-128631, dont on ne peut que constater l’importance. Ces comptes nous renseignent malgré tout ponctuellement sur la gestion de l’approvisionnement en matériaux et sur les ouvriers employés par l’abbaye, complétant ainsi les sources archéologiques et historiques disponibles.

  • 32 J.-P. Gély et M. Wyss, « L’approvisionnement en pierres de construction du chantier monastique de S (...)
  • 33 M. Wyss, « Saint-Denis, I : sculptures romanes découvertes lors des fouilles urbaines », Bulletin m (...)
  • 34 Suger, Œuvres…, p. 18-19.
  • 35 J.-P. Gély et M. Wyss, « L’approvisionnement… ».
  • 36 Ibid.
  • 37 G. Lebel, Histoire administrative…, p. 204-205.
  • 38 Paris, AN, LL 1240, f° 32r°, 69r° ; C. Billot, « Les fournisseurs… ».
  • 39 C. Billot, « Les fournisseurs… ».
  • 40 Paris, AN, LL 1240, f° 238v°.
  • 41 Paris, AN, LL 1250, f° 15r°, 55v°, 173v°.

11La question de la fourniture des matériaux a déjà fait l’objet d’études assez complètes32. Avant l’ouverture du chantier de Suger, l’abbaye utilisait encore largement ses propres ressources (pierres de Carrières-sur-Seine33, bois de la forêt d’Yveline34), mais dès 1130, elle ne dispose vraisemblablement plus des ressources nécessaires en pierre sur ses domaines35. L’approvisionnement suit le marché parisien de la pierre pendant toute la période gothique : pierre de Paris puis pierre de l’Oise dès le milieu du xive siècle36. Bien que possédant des carrières de plâtre, l’abbaye en afferme certaines à des particuliers et achète du plâtre en poudre au moins dès le xiiie siècle : seule une partie du plâtre extrait de la carrière de l’abbé est convoyée vers le four de l’abbaye37. Grâce au coût du transport inscrit dans les comptes, on sait également que certains domaines comme ceux de Valence en Brie ou de Tremblay fournissent toujours ponctuellement de la chaux ou du bois qu’il convient d’acheminer à l’abbaye38. Les comptes ne permettent toutefois pas d’appréhender la totalité de ces matériaux gratuits pour le chantier : on ne peut exclure en effet que des corvées de transport aient également pu servir à en convoyer une partie. Le nombre très important de mentions d’achats recensées dans les comptes pour l’ensemble des matériaux de construction permet en revanche de se convaincre que l’abbaye passe essentiellement par le marché pour son approvisionnement. Les ressources des domaines étaient certainement davantage réservées à un usage plus local. La fourniture des matériaux n’est cependant pas inscrite dans un marché parisien de façon évidente, notamment pour les pondéreux, où un approvisionnement direct auprès des artisans a été mis en évidence, favorisé par l’activité des ports de Saint-Denis et de Saint-Ouen et la liaison Seine-Oise39. La gestion du transport semble toutefois évoluer entre le xiiie et le xve siècle. Au xive siècle, certaines mentions évoquent le coût du transport (pro ducendo, pro vectura…), bien pris en charge par l’abbaye dont on précise parfois qu’il s’effectue per terram et aquam40. Aucun charretier ne semble alors gagé à l’année, contrairement à la fin du xve siècle où ils sont trois41. Des corvées de charrois pouvaient aussi compléter le transport.

  • 42 Paris, AN, LL 1241, f° 7r, 133v°.
  • 43 Paris, AN, LL 1240, f° 31v°, 32r°-v°, 42v°, 111r°, 166v°, 180r°, 195v°.
  • 44 Ibid., f° 32v°, 42v°, 80r°, 166v°, 269v°.
  • 45 « Pro minutis operibus factis per fratres Johannem et Petrum conversos et magistrum N., XXXVI s. » (...)
  • 46 Ibid., f° 32v°, 42v°, 111r°, 166v°, 180r°.

12Les comptes ne donnent aucune idée, même approximative, des effectifs employés par l’abbaye aux travaux de construction et d’entretien. Jusqu’au milieu du xive siècle, les ouvriers sont le plus souvent mentionnés par spécialité de manière globale. Maçons, charpentiers, couvreurs et parfois forgerons sont en général évoqués au pluriel. Le plombier et parfois le forgeron le sont au singulier42. Seuls les maîtres (magister) et les frères (frater) bénéficient d’une mention patronymique : frères Jean et Pierre pour la fin du xiiie siècle43, et plus ponctuellement frères Lambert, Maurice, Raoul, Robert, Jacques et Aubry44. En 1284-1285, les frères Jean, Jacques et Pierre reçoivent en outre, respectivement, 39 s., 33 s. et 10 s. pour leurs habits ecclésiastiques (pro houcia et tunica). Les deux mêmes frères Jean et Pierre sont explicitement nommés convers en 1296-129745. Tous ces frères sont associés à divers travaux de construction ou de réparation, aussi bien dans l’abbaye que sur le territoire de la ville et parfois même dans les domaines. Enfin, un certain Jean le prêtre (Johannis presbiter), différent du premier, apparaît également à plusieurs reprises pour des réparations de maisons en ville entre 1284 et 129646. On ignore s’il s’agit d’un prêtre séculier ou s’il appartient à la communauté de l’abbaye.

  • 47 Ibid., f° 31v°, 166v°, 195v°.
  • 48 En 1294-1295, frère Jean semble plutôt affecté à des travaux de charpenterie, notamment à la répara (...)
  • 49 « Pro minutis factis per abbatiam faciendis, per fratrem Petrum, XLVIII s., VIII d., Et per fratrem (...)
  • 50 « Item pro alio molendino ibidem [magistrum Robertum] facto per fratrem Petrum XXIIII l. X s. (ibid(...)
  • 51 « Fratri Johanni de Regalimonte plombario pro dicto monasterio et al. XII l. » (Paris, AN, LL 1241, (...)

13Parmi les ouvriers employés par l’abbaye, les comptes de la commanderie attestent donc l’existence d’une main-d’œuvre monastique, payée à la tâche et parfois associée à la fourniture de matériaux47. Concernant la nature de leurs activités, ces frères laïques sont employés à des tâches assez diverses48, parfois qualifiées de « menus travaux » au sein de l’abbaye mais aussi dans le cadre de réparations de maisons, de moulins ou d’autres bâtiments49. Leur travail ne semble toutefois qu’occasionnellement subordonné à celui d’un maître50. Ouvriers qualifiés ou simples manœuvres ? Si la diversité de leurs activités plaiderait plutôt pour l’hypothèse de factotums affectés à tous types de travaux selon les besoins de la commanderie, le cas d’un autre frère, employé par l’abbaye en 1333-1334 avec une qualification professionnelle explicite, permet d’entretenir le doute. Frère Jean de Royaumont est payé 12 livres pour ses travaux dans le monastère et ailleurs, et est dénommé plombier dans les comptes51. Son patronyme rend toutefois son appartenance à la communauté dionysienne incertaine. S’agirait-il d’un convers de l’abbaye de Royaumont ponctuellement employé par la commanderie de Saint-Denis ? L’hypothèse pourrait être séduisante, attendu que c’est sa seule apparition recensée dans ces archives. Il est toutefois impossible de trancher. Les comptes de la fin du xive siècle et du xve siècle ne semblent plus mentionner en outre le paiement de frères convers.

  • 52 « Pro omni factura in claustri, per magistrum N. et fratrem Johannem, XIXX l., XXXV s., VIII d. » ( (...)
  • 53 « Pro coopertura thesauri et pro plombo empto, per fratrem Johannem, X l. VII s. Item pro eadem, pe (...)
  • 54 L’existence de cette main-d’œuvre avait déjà été soulignée par F. d’Ayzac qui a développé une théor (...)

14Il est certain que les rémunérations reçues par ces frères, dépassant souvent la dizaine de livres, couvrent des achats de matériaux et les dépenses engagées à l’ouvrage52. Mais les sommes se bornent-elles à rembourser ces dépenses ou incluent-elles aussi un paiement à la tâche ? Aucun terme explicite ne permet de l’affirmer, mais le parallèle entre certaines mentions relatives à la rémunération des maîtres artisans et des frères pour des travaux apparemment similaires permet de supposer que le prêtre et les convers pourraient être payés à l’instar des autres ouvriers53. Que signifieraient alors ces sommes versées en sus du remboursement des frais à des membres de la communauté de l’abbaye qui, en toute logique, ne devraient pas recevoir de contribution pour leur force de travail, la participation des convers à la communauté résidant précisément dans leur travail manuel ? Cet argent est-il voué à être rendu à la communauté en étant réintégré dans la comptabilité d’un autre office ? Et qu’en est-il pour Jean le prêtre et Jean de Royaumont, peut-être extérieurs à la communauté ? En l’absence d’autres exemples contemporains, les données présentées ici sont bien trop ténues pour avancer d’autres hypothèses. Cette curiosité soulevée par les comptes de la commanderie quant à l’utilisation d’une main-d’œuvre ecclésiastique issue de la communauté de l’abbaye – et peut-être d’autres communautés religieuses – pour des travaux de construction, pratiquant parfois même une activité spécialisée, et surtout la question de sa rémunération, doivent donc être laissées en suspens54.

15Les maîtres constituent le second groupe d’hommes clairement identifié par les textes. Contrairement aux frères, ils sont généralement associés à un métier.

  • 55 Paris, AN, LL 1240, f° 32v°, 42v°, 56r°, 65r° (Per Magistrum Odonem de Monsterel), 79v°.
  • 56 M. Beaulieu et V. Bever, Dictionnaire des sculpteurs français du Moyen Âge, Paris, 1992, p. 76 ; N. (...)
  • 57 Paris, AN, LL 1240, f° 95v°, 111v°, 124r°, 137r°, 152v°, 166v°, 188v°, 196r° (R. de Monsterolio), 2 (...)
  • 58 Soit un détail de 10 l. pour la robe et 50 s. pour la maison d’après les gages d’autres maîtres (ib (...)
  • 59 « Pro gagiis Magistri Radulphi, XVI l., VI s. » (ibid., f° 153r°).
  • 60 Ibid., f° 211v°, 225v°, 239r°, 252r°, 269v°.
  • 61 Ibid., f° 56r°, 65r°, 95r°.
  • 62 Ibid., f° 251v°.
  • 63 Paris, AN, LL 1241, f° 7r°.
  • 64 Paris, AN, LL 1241, f° 63r°. La distinction sémantique entre grandes et basses œuvres ne semble alo (...)
  • 65 Ibid., f° 63r°, 78v°, 103r°, 113v°, 122v°, 133v°, 144v°, 152v°, 163r°, 203r°, 215r°, 226v°, 238v°.
  • 66 Johannis de Calvomonte (ibid., 122v°, 133v°, 144r°, 152r°-v°, 163r°).
  • 67 Ibid., f° 173v° (Thomam de Ruolio), 185r°, 193r°, 203r°, 215r°, 226v°, 238v°.
  • 68 Ibid., f° 238v°.
  • 69 Paris, AN, LL 1242, f° 156r°.
  • 70 Paris, AN, LL 1241, f° 259r°-v°.
  • 71 Paris, AN, LL 1250, f° 15r°, 174r°, 297r°.

16Parmi les maîtres maçons attachés aux grandes œuvres, c’est-à-dire au chantier de la basilique, on retrouve à partir de 1284 Eudes de Montreuil55, célèbre maçon parisien également maître maçon de l’Hôtel du roi en 128556, et parent supposé du non moins célèbre doctor lathomorum Pierre de Montreuil. Eudes est remplacé après sa mort par Raoul de Montreuil en 1289-129057. Tous deux reçoivent une pension annuelle de 12 l. 10 s. pro domo et roba58. Ils sont rémunérés en sus pour un grand nombre de travaux et selon les tâches qu’ils effectuent59. Un second maître maçon, Renaud, associé à Raoul de Montreuil à partir de 1297, reçoit une rémunération allant de 9 à 26 l. suivant le temps passé sur le chantier60. Au titre des dépenses in villa, des paiements variables sont également faits à partir de 1286-1287 à un maître des basses œuvres (magister bassi operis), dont on loue toutefois parfois sa maison pour 30 s.61. Dénommé Hugues en 1300-1301, il est payé 12 l. 7 s. per pluribus factis in pluribus locis62. Toujours présent en 1320, ce maître de la basse œuvre semble disparaître par la suite63, au profit d’un maître des grandes œuvres (magister magni operis) qui a la charge des travaux in abbacia et villa dès 132664. Ce dernier reçoit 32 s. de gages pour sa maison jusqu’en 1343 et une somme variable en sus pro neccessarriis mundandis et reparandis65. Son travail semble partagé avec d’autres maçons qui ne sont pas qualifiés de maîtres : Jean de Chaumont dès 1332-133366, puis Thomas de Rueil à partir de 1337-133867, et Alain en 134368. Tous sont payés à la tâche pour des sommes dépassant parfois 100 l. annuelles, tant au titre des travaux in monasterio que in abbacia et villa, parfois sur des moulins. Jusqu’au milieu du xive siècle, l’abbaye emploie donc vraisemblablement un maître des grandes œuvres, dont le coût du logement est pris en charge par la commanderie et qui touche souvent des gages indépendamment de ses travaux, et plusieurs autres maçons payés à la tâche. En 1366, alors que la présentation des comptes est moins ordonnée, un maçon Jean est « loé » à l’année avec son valet Robin pour les sommes respectives de 24 francs et une robe pour le premier, de 12 francs et une aulne et demie de drap pour le second, puis pour respectivement 26 et 13 francs en 136769. On retrouve enfin le maître des basses œuvres en 1376, rémunéré à la tâche, ainsi qu’un Nicolas le Maçon, payé pour « besognes faictes […] et ses velles » et à qui on achète également des pierres70. À la fin du xve siècle, un maçon est toujours gagé par la commanderie : Jean de Langres, maçon et voyer, reçoit annuellement 45 l. t., en plus du salaire « de son aide et serviteur71 ».

  • 72 Paris, AN, LL 1240, f° 32r°, 42r°.
  • 73 Ibid., f° 55v°, 56r°.
  • 74 Ibid., f° 79v°.
  • 75 Ibid., f° 32r°, 43r°.
  • 76 Ibid., f° 32v°, 43r°.
  • 77 Paris, AN, LL 1241, f° 42v°, 195v°, 211r°.

17Les comptes révèlent également la qualification d’autres maîtres, parfois gagés à l’année. Le maître charpentier Robert semble être une des figures principales du chantier de l’abbaye à la fin du xiiie siècle72. En 1285-1286, les comptes lui attribuent plusieurs chapitres de dépenses en propre pour ses travaux dans et hors la ville73. Il ne reçoit aucune gratification pour son logement, mais on lui paye 7 l. pro vestibus74. Le plombier, maître Raoul, et le forgeron, maître Gauthier, sont quant à eux payés à la tâche75. On trouve enfin un certain maître Maurice entre 1284 et 1286, gagé pro domo et roba et dont la commanderie paye également les valets pour l’année, mais à qui aucune occupation n’est jamais attachée à l’exception d’un achat d’étain76. Maîtres Clément et Nicolas apparaissent quant à eux dans des mentions de travaux, mais leur activité principale reste inconnue77.

  • 78 Ibid., f° 93r°, 193r°.
  • 79 Ibid., f° 78v°, 84r°, 122v°, 133v°, 144r°, 152v°, 162v°, 173v°, 174r°, 185r°, 193r°, 203r°, 215r°, (...)
  • 80 Ibid., f° 259r°, 278v°.
  • 81 Ibid., f° 61v°, 91r°-v°, 93v°, 133v°, 144v°, 152v°, 163r°, 174r°, 185r°, 193r°, 203r°, 215r°, 226v° (...)
  • 82 Ibid., f° 93v°, 103r°.
  • 83 Paris, AN, LL 1250, f° 56r° ; LL 1251, f° 9r°, 294r°.

18Au milieu du xive siècle, on retrouve, dans les ouvriers gagés, un plombier (plombario nostro) à 40 s., un couvreur Hubert à 46 s. 6 d.78, à qui succède Jean le couvreur. Ils sont rémunérés en sus tant pour leurs travaux à la basilique que dans la ville jusqu’en 134379. Jean de Pantin, couvreur, est toujours présent dans les derniers comptes de 1376 et 137780. Enfin, Jean de la Courtille, carpentario nostro, est payé 8 l. par an dans les dépenses communes à partir de 1326 en plus de son ouvrage81. Un maître des cloches reçoit également un salaire annuel de 60 s. à partir de 133082. Alors qu’aucun charpentier ne semble plus gagé à la fin du xve siècle, l’office du plombier, notamment lié à la réparation des conduites de l’abbaye et des couvertures, semble avoir été maintenu au moins par intermittence, puisqu’on retrouve Pierre de La Chaucée et Richart Luce, dont les gages calculés au prorata de leur présence sur le chantier vont de 50 s. à 24 l. t. annuelles entre 1487 et 149183.

  • 84 « Ibidem per Johannem de Curticula tam pro merreno et carpentariis quod pro pluribus aliis factis X (...)

19La relative stabilité de ces offices peut donc être appréhendée grâce aux comptes de la commanderie, avec une hiérarchie apparente dans les métiers, le maçon étant mieux gagé que le charpentier, lui-même mieux rémunéré que les couvreurs et le plombier. Elle n’est pas en rapport avec les dépenses effectuées, car si l’on excepte le coût des nouvelles constructions, les travaux de couverture sont de loin le poste de dépenses le plus onéreux. Tous ces maîtres et artisans sont bien payés en sus pour leurs travaux, pour des sommes dépassant parfois la centaine de livres. Malgré le caractère laconique des comptes, il semble bien que les sommes évoquées soient des rémunérations « tout compris », incluant à la fois les frais d’achat de matériaux et les salaires des ouvriers qu’ils emploient84.

  • 85 M. Wyss, éd., Atlas…, p. 191 et 328.
  • 86 Paris, AN, LL 1240, f° 111r°.
  • 87 J. de Launay, « Pierre de Montreuil, architecte de Notre-Dame de Paris », Comptes rendus des séance (...)
  • 88 S. Victor, « La mobilité professionnelle des ouvriers du bâtiment : l’exemple de Gérone au xve sièc (...)

20Ces quelques noms cachent toutefois la majeure partie des ouvriers qui travaillent pour l’abbaye : les operarii, fabri, carpentarii, lathomi, entre autres, mentionnés de manière anonyme, même si certains manœuvres semblent indubitablement être des frères convers de l’abbaye au moins au tournant des xiiie et xivsiècles. L’origine de cette main-d’œuvre reste inconnue, mais jusqu’au xive siècle les rares toponymes sont tous issus de la proche région. Le nom du charpentier Jean de la Courtille fait même explicitement référence aux moulins situés sur le Croult au nord de la ville85. On peut supposer que les maîtres gagés pro domo louent une maison en ville. Le charpentier Maître Robert, qui reçoit seulement une pension pour ses vêtements, semble bien d’ailleurs avoir sa propre maison à Saint-Denis86. Il peut toutefois aussi s’agir d’une simple gratification indépendante de leur véritable logement : Raoul de Montreuil est en effet bourgeois de Paris et paye en 1313 la taille rue du Colombier87. Quant aux ouvriers non convers employés sur le chantier, leur mobilité ne peut être appréhendée par ces seules sources. On ignore où ils demeurent, mais il est vraisemblable qu’une grande partie de cette main-d’œuvre spécialisée et des manœuvres migre suivant le travail disponible sur les chantiers de la région88. Il faut attendre la fin du xve siècle pour avoir la mention sans équivoque d’un maçon de l’église demeurant à Saint-Denis, preuve de la fixation en ville d’une partie des ouvriers du bâtiment à la fin du Moyen Âge.

  • 89 Si les comptes mettent de facto davantage l’accent sur le détail des petites dépenses d’entretien, (...)
  • 90 Il est rémunéré une seule fois extra villam pour des travaux « pro domo Paris. et quibusdam minutis (...)
  • 91 Ibid., f° 32r°-v°.

21Les ateliers où travaillent ces ouvriers nous échappent également, et la reconstitution se heurte ici à l’ampleur du chantier ou même des chantiers de construction. Les comptes de la commanderie reflètent en effet la multitude de chantiers à la charge de l’abbaye que constituent la basilique, le monastère et la ville de Saint-Denis89. Si l’on excepte la distinction à la fin du xiiie siècle entre le maître des grandes œuvres, maître d’œuvre strictement attaché à la basilique90, et le maître des basses œuvres qui s’occupe des autres travaux, on retrouve les mêmes ouvriers – qu’il s’agisse des maîtres artisans ou des frères convers – d’un chantier à l’autre. Leur rayon d’action s’étend même au-delà du territoire de la ville, dans des domaines de l’abbaye de Saint-Denis dispersés en Île-de-France. À titre d’exemple, en 1284-1285, Jean le prêtre, frère Jean, maître Robert le charpentier et maître Gautier le forgeron travaillent à la fois aux maisons de l’enceinte abbatiale et en ville, mais aussi à Auvers, à Montmélian, aux moulins de Gouvieux et de Dugny, à la grange de Villepinte et aux pressoirs de Pierrefitte91. Les déplacements du personnel de l’abbaye sur un large territoire montrent que la question de la mobilité liée au travail reste entière. Seul l’office du maître verrier, plus strictement attaché à la basilique, peut être étudié plus en détail.

Les verriers du chantier de l’abbaye de Saint-Denis

  • 92 E. Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, 1967 (voir notamment, dans la prem (...)
  • 93 Suger, Œuvres…, p. 146-51.

22Étroitement liées à l’esthétique de la lumière chère à l’abbé Suger, les verrières de la basilique tiennent une part considérable dans son œuvre92. Alors que le maître maçon n’est jamais mentionné, vitraux et verriers le sont à plusieurs reprises : à propos de l’usage de saphirorum materia, quant à l’origine internationale des maîtres qui ont peint les verrières, et au sujet de la création d’un office de maître verrier pour leur entretien93.

  • 94 J. Depoin, « Comptes… ».
  • 95 Paris, AN, LL 1240, f° 20r°.
  • 96 Ibid., f° 32v° et 43r°. Rappelons toutefois que plusieurs maîtres sont gagés sans précision de leur (...)
  • 97 Ibid., f° 56r°.
  • 98 Ibid., f° 79v°, 95v°, 111v°, 124r°, 137r°, 152v°, 166v°.
  • 99 Ibid., f° 166v°.
  • 100 Ibid., f° 196r°.
  • 101 Ibid., f° 211v°.
  • 102 Ibid., f° 252r°, 269v°, 284r°, 297r°.
  • 103 Paris, AN, LL 1241, f° 7r°, 17r°, 25v°, 34v°, 43r°, 63r°, 73v°, 84v°, 93v°, 103r°, 113v°, 122v°, 13 (...)
  • 104 Ibid., f° 43r°, 63r°.
  • 105 L. Grodecki, Les Vitraux de Saint-Denis : étude sur le vitrail au xiie siècle, Paris, 1976, vol. I, (...)
  • 106 Paris, AN, LL 1241, f° 259r°.
  • 107 Paris, AN, LL 1249, f° 84r, 108v°.
  • 108 Paris, AN, LL 1250, f° 15r°, 56r° 174r°, 297r°.
  • 109 Paris, AN, LL 1249, f° 69r°.
  • 110 Ibid., f° 130r°.
  • 111 Paris, AN, LL 1251, f° 200r°-v°.

23Parmi les maîtres gagés à l’année, l’office le plus stable est sans nul doute celui du maître verrier. L’extrait de compte daté de 1229-1230, seule source disponible pour le début du xiiie siècle, mentionne le salaire d’un verrier pour 7,5 l., l’achat de 43 l. 14 s. de verre, de ferrures à verrières pour 6 l. et le règlement des dépenses du verrier pour 49 s.94. Puis, dès 1281, les comptes de la commanderie indiquent la façon dont cet office de maître verrier a été suivi de manière assez régulière jusqu’au début xve siècle. En 1281-1282, plusieurs verriers sont payés 63 l. pour leurs journées, auxquelles s’ajoutent près de 10 l. pour l’achat de plomb, d’étain, de verre et d’outils95. Ces achats de matériaux se poursuivent entre 1284 et 1286, bien qu’aucun maître ne soit explicitement qualifié de verrier96. Dès 1286, le salaire d’un maître verrier est régulièrement mentionné dans les comptes au titre des expense de monasterio. Une dépense de 16 l. 11 s. est ainsi enregistrée pro salario Guillermo et famulorum suorum, les achats de verre blanc et coloré, de plomb et d’étain étant payés en sus97. L’année suivante, ses gages passent à 10 l. pro roba et 50 s. pro domo, à l’instar du maître d’œuvre98. Les achats de matériaux restent payés à part, tout comme le salaire de ses valets ou serviteurs, suivant le temps qu’ils passent au travail99. Un autre maître verrier, Guillot, est mentionné en 1296 pro vitreisnovis et veteris reparandis100, de même l’année suivante pour des travaux d’entretien et de réparation ainsi que pour la facture de nouvelles verrières et des achats de verre, sans mention de gages annuels101. Son nom disparaît toutefois rapidement des comptes, remplacé à partir de 1299 par le coût des journées de plusieurs verriers (pro dietis vitreariorum ou operariorum)102. Les comptes du milieu du xive siècle témoignent du maintien de l’office : un verrier reçoit 16 l. de pension annuelle (pro pensione vitrearii) entre 1320 et 1343103, même lorsqu’aucun achat de verre, de barlotière ou paiement d’ouvrier n’est mentionné en sus104. À la fin du xive siècle, bien que les mentions soient plus éparses105, Pierre le verrier touche toujours une pension de 15 l.106. Elles redeviennent plus régulières à la fin du xve siècle : Jean de Blosseville est rémunéré en 1481-1482 pour huit mois de services et pour un mois en 1482-1483 au prix de 16 l. t. annuelles107, puis de 20 l. t. à partir de 1487108, ainsi que pour l’achat de verre et de ferrures109. Il semble ainsi détenir l’office pendant près de dix ans, à titre non exclusif, car en 1483-1484 deux gens du verrier Thibault Goude sont rémunérés pour deux mois de travail110. La régularité de l’office ne semble donc une fois de plus pas maintenue : on ne retrouve de trace de paiement qu’en 1494-1495, où le même Jean de Blosseville est payé pour le seul mois d’août, puis Pierre Martin et Simonnet de Tours, qui habite à Saint-Denis, sont respectivement payés deux et trois mois et demi au prix de 40 s. par mois111.

  • 112 Le dernier paiement à un maître verrier recensé dans les archives est en faveur de Nicolas de Loyes (...)
  • 113 Seule la charte de fondation de la Sainte-Chapelle prévoit l’institution d’oblations pour l’entreti (...)

24Ainsi, malgré quelques interruptions et régimes transitoires où l’on paye les journées de travail de plusieurs verriers plutôt qu’une pension annuelle fixe, les comptes de la commanderie témoignent du maintien de l’office de maître verrier institué par l’abbé Suger au milieu du xiie siècle jusqu’au début du xviie siècle112. L’existence d’une telle pension, à hauteur de celle du maître d’œuvre, est rare dans les comptes de fabrique des grands édifices gothiques et semble bien être une spécificité de Saint-Denis113. Les comptes du xive siècle, qui démontrent sa continuité malgré l’absence apparente d’ouvrage aux verrières, sont éloquents sur la véritable fonction d’entretien qui y est associée. Les journées des valets, de serviteurs ou plus simplement d’ouvriers sont la quantité variable permettant d’accroître l’activité si l’ampleur des travaux d’entretien le nécessite ou pour la création de nouvelles verrières. Certains maîtres verriers payés par l’abbaye sont manifestement bien compétents pour ces deux tâches. Quant aux valets, s’ils dépendent parfois du maître verrier (famulis suis), leur recrutement pouvait certainement être également plus large. L’organisation de l’atelier nous échappe cependant à travers la lecture de ces archives.

  • 114 L. Grodecki, Les Vitraux…, vol. II, p. 135-145.
  • 115 M. Cothren, « Suger’s Stained Glass Masters and their Workshop at Saint-Denis », dans G. Mauner, J. (...)
  • 116 Ibid.
  • 117 Suger parle d’ailleurs bien de « faire peindre » les verrières : « magistrorum multorum de diversis (...)
  • 118 S. Lagabrielle, « La verrerie du xiie à la fin du xve siècle : évolution d’une technique », Médiéva (...)
  • 119 La répartition des bulles dans la matière est identique, ainsi que l’épaisseur relative, l’ondulati (...)
  • 120 Ibid.

25L’étude des quelques verrières originelles des xiie et xiiie siècles subsistant vient éclairer ce point. Selon une approche stylistique, Louis Grodecki reconnaît deux « ateliers » : un premier qui aurait uniquement travaillé à la verrière de la vie de saint Benoît et un atelier principal qui aurait travaillé sur les cinq autres verrières identifiées114. Michael Cothren propose d’en rajouter un troisième, collaborateur de l’atelier principal sur les verrières de l’Enfance du Christ et de la Croisade115. Le travail entre les deux ateliers peut être divisé panneau par panneau ou encore pièce par pièce à l’intérieur de chaque panneau, et leur collaboration ne se limite pas aux panneaux figurés, mais s’étend également aux bordures116. La gestion de l’approvisionnement en verre était, à cette époque comme au xiiie siècle, probablement déjà assurée par la maîtrise d’ouvrage indépendamment du travail de peinture sur verre117. À la lumière de l’analyse des matériaux employés, M. Cothren propose une relecture critique de la notion d’atelier de verrier : le matériau, qu’il s’agisse de verre blanc ou coloré, ou encore du fameux « verre de saphir118 », possède les mêmes caractéristiques dans les six fenêtres119. De même, deux types de peintures sont indistinctement utilisés dans les six verrières, avec les mêmes différences. Les artistes semblent ainsi avoir partagé le verre, mais aussi les pots de peinture120. D’après M. Cothren, cette forme de collaboration n’est pas rare aux xiie et xiiie siècles ; en attestent les grandes variétés dans l’exécution des détails de la plupart des verrières. Elle n’implique pas non plus nécessairement de division hiérarchique. Faut-il y voir la collaboration entre les différents vitrearii cités dans les comptes de la commanderie et leurs éventuels famuli ?

  • 121 N. Meyer et M. Wyss, « Des moules à plombs de vitraux découverts à Saint-Denis », Bulletin monument (...)

26Pour le milieu du xiie siècle, cette hypothèse d’un grand atelier collectif abritant plusieurs peintres, plutôt que l’existence de plusieurs officines fonctionnant séparément, n’est pas incompatible avec la dimension internationale des maîtres verriers convoqués par Suger. La découverte, dans des fosses-silos servant de dépotoir, de fragments de vitraux peints associés à trois moules à plomb de vitraux en calcaire lutétien et à une baguette de plomb non ébarbée révèle l’existence d’une officine de verrier fabriquant du vitrail dès le xie siècle à proximité immédiate de la basilique121. Située dans le quartier d’habitation du bourg monastique et préexistant aux grands travaux de reconstruction de l’abbatiale, cette officine était-elle spécialisée dans la création de nouvelles verrières ou plutôt dans l’entretien de verrières plus anciennes ? S’il est impossible de trancher, ces vestiges archéologiques constituent néanmoins la preuve qu’une partie des verriers ayant collaboré à la création des verrières de la basilique pouvaient fort bien provenir d’un artisanat bien plus local que ne le laissent transparaître les écrits de Suger.

27Au terme de cette enquête, bien des éléments nous échappent toujours sur l’organisation du travail sur le chantier de Saint-Denis, et ce pour l’ensemble de la période gothique. S’il semble d’une ampleur peu commune pour une église au xiie siècle, il connaît au siècle suivant les mêmes formes d’organisation que les grands chantiers contemporains. Dès la fin du xiiie siècle, les comptes de la commanderie témoignent de la gestion d’une mosaïque de chantiers intus et in villa, mais aussi dans les domaines de l’abbaye. Ils révèlent que la même main-d’œuvre, composée à la fois d’artisans laïques – certainement majoritaires – mais aussi de frères convers, y travaille indistinctement au tournant des xiiie et xive siècles. L’importance et la régularité des travaux conduisent le commandeur à verser une pension annuelle à plusieurs maîtres et artisans en plus des nombreux ouvriers payés à la tâche : maître maçon, maître charpentier, mais aussi couvreur et plombier. Cette situation semble évoluer dans le courant du xive siècle. On assiste tout d’abord à une plus grande sécularisation du travail : au xve siècle, aucun frère ne semble plus mentionné dans les comptes, au profit d’une main-d’œuvre d’artisans et de travailleurs urbains. Le chantier de l’abbaye fait en outre de plus en plus volontiers appel de manière ponctuelle à cette main-d’œuvre locale, résidant parfois dans la ville même, plutôt qu’à des maîtres artisans gagés à l’année. Un maître verrier reste toutefois strictement attaché à la basilique pendant toute la période. Office créé par Suger au xiie siècle, il se maintient presque sans discontinuer jusqu’au xviie siècle et est le témoin concret de la conscience de l’entretien quasi quotidien que les différents maîtres d’ouvrage ont gardé au fil des siècles. Ce soin apporté aux vitraux, structures aussi symboliques que fragiles, et l’organisation qui en découle semblent bien une spécificité dionysienne.

Haut de page

Notes

1 J.-M. Leniaud, P. Plagnieux, La Basilique Saint-Denis, Paris, 2012.

2 Voir, par exemple, F. d’Ayzac, Histoire de l’abbaye de Saint-Denis en France, 2 vol., Paris, 1860-1861.

3 Suger, Œuvres, textes traduits et commentés par F. Gasparri, Paris, 1996. Pour l’usage critique de ces documents, voir notamment G. Binding, A. Speer, Abt Suger von Saint-Denis, « De consecratione » Kommentierte Studienausgabe, Cologne, 1996.

4 L’hypothèse que le chantier de Suger débute dès 1130, alors que la plupart des moyens financiers sont déjà à disposition, et que l’ouvrage est déjà avancé dans le chœur lors de la cérémonie de pose de la première pierre du chœur, davantage symbolique que matérielle, a été émise par W. W. Clark et T. G. Waldman, « Money, Stone, Liturgy, and Planning at the Royal Abbey of Saint-Denis », dans R. Bork, W. Clark et A. McGehee éd., New Approaches to Medieval Architecture, Farnham, 2011, p. 63-75.

5 Suger, Œuvres…, p. 30-31.

6 S. McK Crosby, « Mason’s Marks at Saint-Denis », dans P. Gallais et Y.-J. Riou éd., Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, 1966, p. 711-717.

7 Il peut s’agir de marques de tâcheron pour identifier le maçon, vérifier son travail et éventuellement le payer, de marques de pose ou servant à désigner une pierre qui doit être sculptée (P. du Colombier, Les Chantiers des cathédrales : ouvriers, architectes, sculpteurs, Paris, 1973, p. 136).

8 Voir S. McK Crosby, « Mason’s… ».

9 J.-Y. Hugoniot, « Premier inventaire des marques de la cathédrale de Bourges (Cher) », Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, 127 (1996), p. 17-29.

10 Ibid.

11 Hypothèse proposée pour le château de Coucy par E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture médiévale, vol. IV, Paris, 1856, p. 263.

12 Suger, Œuvres…, p. 16-17.

13 Ibid., p. 14-17. De telles mentions sont fréquentes au xiie siècle comme à Chartres, après l’incendie de la cathédrale en 1194 (P. du Colombier, Les Chantiers…, p. 12).

14 L. F. Salzman, Building in England down to 1540, Oxford, 1952, p. 35-36.

15 P. Bernardi, Bâtir au Moyen Âge, Paris, 2011, p. 41.

16 Suger, Œuvres…, p. 12-13.

17 Suger nous révèle juste que les maîtres verriers proviennent « de diversis nationibus » et qu’il demande conseil à des ouvriers du bois (artifices lignorum) « tam nostros quam Parisienses » (Suger, Œuvres…, p. 18-19 et 146-147).

18 Gervais de Canterbury, Tractatus de combustione et reparatione Cantuariensis ecclesiae (trad. T. G. Frisch, Gothic Art 1140-c. 1450 : Sources and Documents, Toronto, 1987, p. 14-23).

19 D. Kimpel, « Structures et évolution des chantiers médiévaux », dans Chantiers médiévaux, Paris, 1996, p. 11-51.

20 P. Bernardi, Bâtir…, p. 55.

21 Pour les étapes de la reconstruction, voir M. Bouttier, « La reconstruction de l’abbatiale de Saint-Denis au xiiie siècle », Bulletin monumental, 145/4 (1987), p. 357-386, et C. A. Bruzelius, The Thirteenth Century Church at Saint-Denis, New Haven/Londres, 1986.

22 H. de Bazelaire, B. Mouton, M. Wyss, « Données nouvelles sur les roses du transept de Saint-Denis », Saint-Denis de sainte Geneviève à Suger. Dossiers d’Archéologie, 297 (octobre 2004), p. 82-83.

23 Ibid.

24 D. Kimpel, « Le développement de la taille en série dans l’architecture médiévale et son rôle dans l’histoire économique », Bulletin monumental, 135/3 (1977), p. 195-222.

25 Ibid.

26 M. Tricoit, « Le plomb dans la construction au Moyen Âge. Nouvelles observations sur le triforium de l’abbatiale de Saint-Denis », dans A. Timbert, éd., L’Homme et la matière. L’emploi du fer et du plomb dans l’architecture gothique, Paris, 2009, p. 149-157.

27 D. Kimpel, « Le développement… ».

28 Ce mélange des styles de chapiteaux est présent dans tout l’édifice du xiiie s., à l’exception de l’ultime campagne des travées les plus occidentales de la nef : voir C. A. Bruzelius, The Thirteenth…, p. 59-72.

29 Ces comptes, disponibles aux Archives nationales sous les cotes LL 1240 à 1256, ont fait l’objet d’éditions partielles par J. Depoin, « Comptes de la préceptorie de l’abbaye Saint-Denis en France (xiiie-xve siècles) », Revue Mabillon, 13 (1923), p. 239-259, G. Lebel, Histoire administrative, économique et financière de l’abbaye de Saint-Denis, Paris, 1935, p. 322-400, et M. Wyss éd., Atlas historique de Saint-Denis : des origines au xviiie siècle, Paris, 1996, p. 142-150.

30 « Pro capella sancti ludovici in operariis lapidibus calceya merreno vecturis coopertura dardoise et quatuor formis victreis XVIC IIIIXX XVI l. XVI s. VI d. » (Paris, AN, LL 1240, f° 238v°, 251v°, 269v°, 284r°, 297r°), « Primo per tribus capellis novis IIM VIIXX X l. » (Paris, AN, LL 1241, f° 7r°, 17r°, 25v°).

31 Paris, AN, LL 1240, f° 32v°, 43r°.

32 J.-P. Gély et M. Wyss, « L’approvisionnement en pierres de construction du chantier monastique de Saint-Denis vu par les textes, la géologie et l’archéologie du bâti, xiie-xve siècle », dans J.-P. Gély et J. Lorentz éd., Carriers et bâtisseurs de la période préindustrielle. Europe et régions limitrophes, Paris, 2011, p. 153-164 ; C. Billot, « Les fournisseurs de matériaux de construction de l’abbaye de Saint-Denis (xve-xvie siècle) », dans O. Chapelot et P. Benoit éd., Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Paris, 1985, p. 155-166.

33 M. Wyss, « Saint-Denis, I : sculptures romanes découvertes lors des fouilles urbaines », Bulletin monumental, 150-4 (1992), p. 309-354.

34 Suger, Œuvres…, p. 18-19.

35 J.-P. Gély et M. Wyss, « L’approvisionnement… ».

36 Ibid.

37 G. Lebel, Histoire administrative…, p. 204-205.

38 Paris, AN, LL 1240, f° 32r°, 69r° ; C. Billot, « Les fournisseurs… ».

39 C. Billot, « Les fournisseurs… ».

40 Paris, AN, LL 1240, f° 238v°.

41 Paris, AN, LL 1250, f° 15r°, 55v°, 173v°.

42 Paris, AN, LL 1241, f° 7r, 133v°.

43 Paris, AN, LL 1240, f° 31v°, 32r°-v°, 42v°, 111r°, 166v°, 180r°, 195v°.

44 Ibid., f° 32v°, 42v°, 80r°, 166v°, 269v°.

45 « Pro minutis operibus factis per fratres Johannem et Petrum conversos et magistrum N., XXXVI s. » (ibid., f° 195v°). La présence des convers est d’ailleurs indirectement mentionnée dans les dépenses « de la grande chambre », qui évoquent l’achat de divers types d’étoffes (essaium, pannus…), pour les convers et les couvreurs, sans toutefois préciser leur nombre (ibid., f° 34r°).

46 Ibid., f° 32v°, 42v°, 111r°, 166v°, 180r°.

47 Ibid., f° 31v°, 166v°, 195v°.

48 En 1294-1295, frère Jean semble plutôt affecté à des travaux de charpenterie, notamment à la réparation des moulins (ibid., f° 166v°). En 1296-1297, il travaille à la couverture en plomb du trésor ainsi qu’à la réparation du bûcher de Seine qui comprend des travaux de couverture et la réalisation d’échafaudages (ibid., f° 195v°).

49 « Pro minutis factis per abbatiam faciendis, per fratrem Petrum, XLVIII s., VIII d., Et per fratrem Johannem, LXX s. » (ibid., f° 111r°).

50 « Item pro alio molendino ibidem [magistrum Robertum] facto per fratrem Petrum XXIIII l. X s. (ibid., f° 32r°). Pro domibus nostris reparandis intus et in villa, per magistrum Robertum, fratrem Johannem et Johannem presbiterum XIIII l. VIII s. X d. (ibid., f° 32r°). Pro omni factura in claustri, per magistrum N. et fratrem Johannem, XIIXX l., XXXV s., VIII d. » (ibid., f° 195v°).

51 « Fratri Johanni de Regalimonte plombario pro dicto monasterio et al. XII l. » (Paris, AN, LL 1241, f° 133v°).

52 « Pro omni factura in claustri, per magistrum N. et fratrem Johannem, XIXX l., XXXV s., VIII d. » (Paris, AN, LL 1240., f° 195v°).

53 « Pro coopertura thesauri et pro plombo empto, per fratrem Johannem, X l. VII s. Item pro eadem, per magistrum N., pro pommelis et pro plombo empto et merreno, XX l. XIIII s. IIII d. » (ibid., f° 195v°).

54 L’existence de cette main-d’œuvre avait déjà été soulignée par F. d’Ayzac qui a développé une théorie sur les officines de l’abbaye, idéalisant le travail manuel dans l’ordre de saint Benoît. Selon elle, tous les maîtres gagés par l’abbaye étaient des convers spécialisés dans les divers arts. L’examen des mentions concernant ces maîtres conduit à remettre en question cette théorie, l’expression de « frère maître » utilisée par F. d’Ayzac ne se retrouvant pas dans les comptes. La confusion des maîtres artisans avec les autres maîtres officiers de l’abbaye qui sont des religieux, ou encore la redondance des prénoms (Jean, Pierre, Robert, Nicolas, Raoul…) entre les frères et les maîtres explique certainement cette méprise (F. d’Ayzac, Histoire…, vol. I, p. 41 sq. et vol. II, p. 201 sq.).

55 Paris, AN, LL 1240, f° 32v°, 42v°, 56r°, 65r° (Per Magistrum Odonem de Monsterel), 79v°.

56 M. Beaulieu et V. Bever, Dictionnaire des sculpteurs français du Moyen Âge, Paris, 1992, p. 76 ; N. Prouteau, « Eudes de Montreuil, maître des œuvres des fortifications de Jaffa, une légende franciscaine ? », Bulletin monumental, 164/1 (2006), p. 109-112.

57 Paris, AN, LL 1240, f° 95v°, 111v°, 124r°, 137r°, 152v°, 166v°, 188v°, 196r° (R. de Monsterolio), 211v°, 225v°, 239r°, 252r°, 269v°, 284r°, 297v°.

58 Soit un détail de 10 l. pour la robe et 50 s. pour la maison d’après les gages d’autres maîtres (ibid., f° 79v, 95v).

59 « Pro gagiis Magistri Radulphi, XVI l., VI s. » (ibid., f° 153r°).

60 Ibid., f° 211v°, 225v°, 239r°, 252r°, 269v°.

61 Ibid., f° 56r°, 65r°, 95r°.

62 Ibid., f° 251v°.

63 Paris, AN, LL 1241, f° 7r°.

64 Paris, AN, LL 1241, f° 63r°. La distinction sémantique entre grandes et basses œuvres ne semble alors plus forcément évidente.

65 Ibid., f° 63r°, 78v°, 103r°, 113v°, 122v°, 133v°, 144v°, 152v°, 163r°, 203r°, 215r°, 226v°, 238v°.

66 Johannis de Calvomonte (ibid., 122v°, 133v°, 144r°, 152r°-v°, 163r°).

67 Ibid., f° 173v° (Thomam de Ruolio), 185r°, 193r°, 203r°, 215r°, 226v°, 238v°.

68 Ibid., f° 238v°.

69 Paris, AN, LL 1242, f° 156r°.

70 Paris, AN, LL 1241, f° 259r°-v°.

71 Paris, AN, LL 1250, f° 15r°, 174r°, 297r°.

72 Paris, AN, LL 1240, f° 32r°, 42r°.

73 Ibid., f° 55v°, 56r°.

74 Ibid., f° 79v°.

75 Ibid., f° 32r°, 43r°.

76 Ibid., f° 32v°, 43r°.

77 Paris, AN, LL 1241, f° 42v°, 195v°, 211r°.

78 Ibid., f° 93r°, 193r°.

79 Ibid., f° 78v°, 84r°, 122v°, 133v°, 144r°, 152v°, 162v°, 173v°, 174r°, 185r°, 193r°, 203r°, 215r°, 226v°, 238v°.

80 Ibid., f° 259r°, 278v°.

81 Ibid., f° 61v°, 91r°-v°, 93v°, 133v°, 144v°, 152v°, 163r°, 174r°, 185r°, 193r°, 203r°, 215r°, 226v°, 238v°.

82 Ibid., f° 93v°, 103r°.

83 Paris, AN, LL 1250, f° 56r° ; LL 1251, f° 9r°, 294r°.

84 « Ibidem per Johannem de Curticula tam pro merreno et carpentariis quod pro pluribus aliis factis XLIII l. XVIII s. » (Paris, AN, LL 1241, f° 203r°). Sur cette question des salaires et du salariat, voir notamment B. Geremek, Le Salariat dans l’artisanat parisien aux xiiie-xve siècles. Étude sur le marché de la main-d’œuvre au Moyen Âge, Paris, 1968, et P. Beck, P. Bernardi et L. Feller, éd., Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, 2014, en particulier la contribution de S. Victor, « Les formes de salaires sur les chantiers de construction : exemple de Gérone au bas Moyen Âge », p. 247-260.

85 M. Wyss, éd., Atlas…, p. 191 et 328.

86 Paris, AN, LL 1240, f° 111r°.

87 J. de Launay, « Pierre de Montreuil, architecte de Notre-Dame de Paris », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 57e année, 2 (1913), p. 101-103.

88 S. Victor, « La mobilité professionnelle des ouvriers du bâtiment : l’exemple de Gérone au xve siècle », dans Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge. Actes du XLe congrès de la SHMESP (Nice, 4-7 juin 2009), Paris, 2010, p. 137-146.

89 Si les comptes mettent de facto davantage l’accent sur le détail des petites dépenses d’entretien, celles-ci ne doivent pas occulter le fait que la commanderie entreprend également plus ponctuellement des travaux de construction de grande ampleur, notamment au xive s. Il est toutefois impossible d’aller plus loin dans l’étude de ces chantiers, attendu que les mentions consignées ne font pas l’objet d’une comptabilité séparée dans les comptes de la commanderie (voir ci-dessus n. 29 et 30).

90 Il est rémunéré une seule fois extra villam pour des travaux « pro domo Paris. et quibusdam minutis in tournella domini abbacis » (Paris, AN, LL 1240, f° 65r°).

91 Ibid., f° 32r°-v°.

92 E. Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, 1967 (voir notamment, dans la première partie « L’abbé Suger de Saint-Denis », le chapitre IV, « L’art nouveau et la métaphysique de la lumière », p. 33-47).

93 Suger, Œuvres…, p. 146-51.

94 J. Depoin, « Comptes… ».

95 Paris, AN, LL 1240, f° 20r°.

96 Ibid., f° 32v° et 43r°. Rappelons toutefois que plusieurs maîtres sont gagés sans précision de leur métier. Maître Maurice, qui apparaît toujours presque immédiatement après les achats de verre, qui est en outre mentionné pour un achat d’étain précisément à cette période et semble disparaître des comptes par la suite, pourrait bien être ce maître verrier.

97 Ibid., f° 56r°.

98 Ibid., f° 79v°, 95v°, 111v°, 124r°, 137r°, 152v°, 166v°.

99 Ibid., f° 166v°.

100 Ibid., f° 196r°.

101 Ibid., f° 211v°.

102 Ibid., f° 252r°, 269v°, 284r°, 297r°.

103 Paris, AN, LL 1241, f° 7r°, 17r°, 25v°, 34v°, 43r°, 63r°, 73v°, 84v°, 93v°, 103r°, 113v°, 122v°, 134v°, 144r°, 152r°, 162v°, 173v°, 185r°, 193v°, 203r°, 227v°, 215r°, 238v°.

104 Ibid., f° 43r°, 63r°.

105 L. Grodecki, Les Vitraux de Saint-Denis : étude sur le vitrail au xiie siècle, Paris, 1976, vol. I, p. 33.

106 Paris, AN, LL 1241, f° 259r°.

107 Paris, AN, LL 1249, f° 84r, 108v°.

108 Paris, AN, LL 1250, f° 15r°, 56r° 174r°, 297r°.

109 Paris, AN, LL 1249, f° 69r°.

110 Ibid., f° 130r°.

111 Paris, AN, LL 1251, f° 200r°-v°.

112 Le dernier paiement à un maître verrier recensé dans les archives est en faveur de Nicolas de Loyes, vitrier demeurant à Saint-Denis, en 1623 (L. Grodecki, Les Vitraux…, vol. I, p. 34). On peut mettre en doute l’hypothèse de F. d’Ayzac, qui affirme que les réparations nécessaires furent alors effectuées par un frère convers, Pierre Reynier (F. d’Ayzac, Histoire…, vol. II, p. 244).

113 Seule la charte de fondation de la Sainte-Chapelle prévoit l’institution d’oblations pour l’entretien des verrières, sans plus de précisions (Paris, AN, AE II 2406).

114 L. Grodecki, Les Vitraux…, vol. II, p. 135-145.

115 M. Cothren, « Suger’s Stained Glass Masters and their Workshop at Saint-Denis », dans G. Mauner, J. C. Porter, E. B. Smith et S. S. Munshower éd., Paris : Center of Artistic Enlightenment, Philadelphie, 1988, p. 46-75.

116 Ibid.

117 Suger parle d’ailleurs bien de « faire peindre » les verrières : « magistrorum multorum de diversis nationibus manu exquisita, depingi fecimus » (Suger, Œuvres…, p. 146-47).

118 S. Lagabrielle, « La verrerie du xiie à la fin du xve siècle : évolution d’une technique », Médiévales, 39 (2000), p. 57-78.

119 La répartition des bulles dans la matière est identique, ainsi que l’épaisseur relative, l’ondulation et la corrosion (M. Cothren, « Suger’s… »).

120 Ibid.

121 N. Meyer et M. Wyss, « Des moules à plombs de vitraux découverts à Saint-Denis », Bulletin monumental, 149/1 (1991), p. 104-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 69, automne 2015, p. 129-148

Référence électronique

Maxime L’Héritier, « Le chantier de l’abbaye de Saint-Denis à l’époque gothique », Médiévales [En ligne], 69 | automne 2015, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/7622 ; DOI : 10.4000/medievales.7622

Haut de page

Auteur

Maxime L’Héritier

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals