Navigation – Plan du site
Essais et recherches

Environnement textuel et réception du texte médiéval. La deuxième vie de la Chronique de Dalimil

Textual Environment and Reception of a Medieval Text. The Second Life of the Chronicle of Dalimil
Éloïse Adde
p. 169-191

Résumés

Cette analyse propose d’apporter un éclairage nouveau sur la réception de la Chronique de Dalimil grâce à l’analyse des « assemblages textuels » constitutifs des codices qui la renferment. Si l’enquête nous surprend dans un premier temps par l’importance des textes de divertissement au sein du corpus et le recul de la portée politique du texte, ce constat est néanmoins en conformité avec les transformations de la société qui avaient rendu caduc le message de Dalimil. L’écrasante majorité des textes en tchèque rend compte des progrès de la vernacularisation ainsi que du rôle des « transferts culturels » dans l’élaboration de la littérature nationale. La composition des différents codices se fait en outre le reflet de la nouvelle place prise par la littérature dans la société, dans le contexte de l’apparition des « nouveaux publics », tout en illustrant les destinées que pouvait suivre le texte, indépendamment des visées premières de son auteur. Enfin, elle montre que le processus de canonisation de l’œuvre, capable de faire le poids à côté des « hits » de la littérature européenne, était déjà largement engagé à l’orée du xve siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La composition des codices et le contexte du texte médiéval : le cas de la Chronique de Dalimil
Vernacularisation et idée nationale
Morale et divertissement, l’avènement des « nouveaux publics »
Morale chrétienne et profane
Le triomphe du divertissement ?
Apprendre en s’amusant
Les romans courtois et d’aventure
L’histoire et la politique en retrait

Aperçu du texte

La Chronique de Dalimil est une œuvre-clef de la littérature tchèque. Elle est en effet le deuxième grand texte historiographique consacré à la Bohême après la Chronique des Tchèques de Cosmas de Prague (vers 1125), la première chronique écrite en langue vulgaire (vieux-tchèque) et le deuxième texte littéraire écrit en tchèque après l’Alexandreida, adaptation locale du Roman d’Alexandre, contribuant dès lors à la constitution d’une littérature proprement tchèque. Anonyme, mais appelée du nom de Dalimil par commodité, cette œuvre fut rédigée entre 1309 et 1313, c’est-à-dire pendant la crise de succession qui s’ouvrit avec l’assassinat de Venceslas III, mort sans descendance (1306), et prit fin avec l’installation de la dynastie des Luxembourg sur le trône de Bohême (1310).

Les deux traductions allemandes (1330-1346 et 1430), la traduction latine (1330) et les quatorze manuscrits médiévaux de ce texte qui nous sont parvenus constituent autant de témoignages du succès précoce dont il jo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 73, automne 2017, p. 169-191

Référence électronique

Éloïse Adde, « Environnement textuel et réception du texte médiéval. La deuxième vie de la Chronique de Dalimil », Médiévales [En ligne], 73 | automne 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/medievales/8227 ; DOI : 10.4000/medievales.8227

Haut de page

Auteur

Éloïse Adde

Université du Luxembourg

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals