Navigation – Plan du site
Chanter la Croisade albigeoise

Simon de Montfort, héros tragique de la Chanson de la Croisade albigeoise : quand le Continuateur anonyme de Guillaume de Tudèle fait du pape Innocent III l’artisan de la mort de Montfort

Simon de Montfort, Tragic Hero of the Song of the Albigensian Crusade : When the Anonymous Continuer of Guillaume de Tudèle’s Work Makes Pope Innocent III the Architect of Montfort’s Death
Katy Bernard
p. 61-82

Résumés

Quand, dans la Chanson de la Croisade albigeoise, la pierre vient ôter la vie à Simon de Montfort, elle semble être le point ultime d’un déroulement inéluctablement orchestré par la Providence divine depuis le concile du Latran. Par la mise en scène du pape Innocent III pratiquant la bibliomancie et un jeu subtil de répétitions et de résonances au cœur du texte, le Continuateur anonyme fait du concile du Latran le point où le destin de Simon de Montfort bascule  : quoique bras armé de l’Église et, dans les faits, favorisé par elle, il est montré comme étant désavoué de Dieu et du pape au profit des Raymond de Toulouse. Dès lors, l’Anonyme met en place un conflit inextricable entre la volonté de la Providence divine, celle des représentants de l’Église et celle de Simon de Montfort, offrant à ce dernier l’envergure d’un héros tragique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’entrée en scène de Simon de Montfort dans le récit de Guillaume de Tudèle et la question de l’honneur
La mort de Simon de Montfort, sous la plume du Continuateur anonyme, fut programmée au concile du Latran
Le pape pratique la bibliomancie avant de décider à qui attribuer les terres des comtes de Toulouse
La sentence finale du pape, Merlin et la pierre de Dieu
Le souffle tragique de la Chanson et le Continuateur anonyme

Aperçu du texte

E ditz e l’epictafi, cel qui·l sab ben legir,
Qu’el es sans ez es martirs e que deu resperir
E dins el gaug mirable heretar e florir
E portar la corola e el regne sezir.
Ez ieu ai auzit dire c’aisi·s deu avenir
Si, per homes aucirre ni per sanc espandir
Ni per esperitz perdre ni per mortz cosentir
E per mals cosselhs creire e per focs abrandir
E per baros destruire e per Paratge aunir
E per las terras toldre e per Orgolh suffrir
E per los mals escendre e pels bes escantir
E per donas aucirre e per efans delir,
Pot hom en aquest segle Jhesu Crist comquerir,
El deu portar corona e el Cel resplandir.

C’est par ce vif réquisitoire que le Continuateur anonyme de Guillaume de Tudèle fait tirer sa révérence à son personnage de Simon de Montfort. Ce passage offre au personnage ce que nous appellerons une «  double épitaphe »  : c’est dans l’épitaphe officielle du chef guerrier, formulée et gravée sur sa tombe par l’Église qui a armé son bras, que l’Anonyme puise à la source de sa colère et s’autorise, ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 74, printemps 2018, p. 61-82

Référence électronique

Katy Bernard, « Simon de Montfort, héros tragique de la Chanson de la Croisade albigeoise : quand le Continuateur anonyme de Guillaume de Tudèle fait du pape Innocent III l’artisan de la mort de Montfort », Médiévales [En ligne], 74 | printemps 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/medievales/8475 ; DOI : 10.4000/medievales.8475

Haut de page

Auteur

Katy Bernard

Université Bordeaux Montaigne, EA 4195 TELEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals