Navigation – Plan du site
Chanter la Croisade albigeoise

Jeunesse et légitimité dynastique dans le chant de l’Anonyme La mortz o la terra

Laurent Macé
p. 83-98

Résumés

Le Continuateur anonyme de la Canso accorde dans son œuvre une belle place aux jeunes princes méridionaux. Parmi eux, le fils du comte de Toulouse, le futur Raymond VII, apparaît comme la figure principale. Mais gravitent autour de lui d’autres fils, celui du comte de Foix et celui du comte de Comminges. Ces jeunes gens incarnent un espoir fort  : celui d’une relève politique, non entachée par les soupçons de sympathie à la cause hétérodoxe  ; celui aussi du maintien d’un Paratge qui serait menacé par les agissements des «  Français » et du clergé. En cela, l’auteur ne fait que développer un thème cher aux troubadours de son temps.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La métamorphose du «  comte jeune »
Le héros de Beaucaire
Le vaillant Roger Bernard de Foix
Bernard le parent loyal

Aperçu du texte

Le fils de la Vierge leur envoya, pour les réconforter, avec un rameau d’olivier,
un bonheur, une lumineuse étoile qui se lève le matin sur la montagne  :
le vaillant jeune comte, la lumière et l’héritier.
(Chanson de la Croisade albigeoise, laisse 201, v. 45-48.)

La composition de l’Anonyme, qui fait suite à la première partie de la Chanson de la Croisade albigeoise due à Guillaume de Tudèle, est une chanson d’espoir, une vive espérance qui doit être incarnée par les plus dignes représentants de la jeunesse indigène. Ses vers tendent à construire une poétique du regard qui sacralise le chevalier naissant  ; son projet est au cœur d’une esthétique centrée sur l’homme neuf. Les princes joves ne manquent pas dans sa production, certains y ont même la part la plus belle, si ce n’est la première. à l’image de Raymond VI de Toulouse, principal dirigeant compromis par les affaires du «  negocium pacis et fidei », la vieille génération des comtes méridionaux semble avoir perdu tout crédit en c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 74, printemps 2018, p. 83-98

Référence électronique

Laurent Macé, « Jeunesse et légitimité dynastique dans le chant de l’Anonyme La mortz o la terra », Médiévales [En ligne], 74 | printemps 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/medievales/8523 ; DOI : 10.4000/medievales.8523

Haut de page

Auteur

Laurent Macé

Université Toulouse-Jean-Jaurès, UMR 5136 Framespa

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals