Navigation – Plan du site
Traductions du Moyen Âge

« Fatta fedelmente volgarizzare ». Documents traduits et insérés dans la Nuova cronica de Giovanni Villani (Florence, xive siècle)

Fatta fedelmente volgarizzare.” Translated and inserted documents in Giovanni Villani’s Nuova Cronica (Florence, fourteenth century)
Jérémie Rabiot
p. 49-66

Résumés

Cet article étudie la traduction en vulgaire et la retranscription de documents latins dans la Nuova cronica, une histoire du monde et de la ville de Florence rédigée au xive siècle par Giovanni Villani, chroniqueur-marchand. Partant de l’étude des objectifs et des principes de traduction mis en œuvre, il souligne les enjeux politiques et sociaux qui amènent l’auteur à rechercher, traduire et recopier des documents officiels (bulle pontificale, échanges de chancellerie ou traité d’alliance). Il s’efforce ainsi de rapprocher ces caractéristiques de l’essor des vulgarisations de statuts communaux, dans un contexte d’intensification de la communication politique en vulgaire dans les cités communales d’Italie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les objectifs de la vulgarisation à travers les « prologues de traduction »
Les principes de vulgarisation dans la Nuova cronica : traduction littérale, abrégée, glosée
La vulgarisation, support de stratégies publiques ou privées
La traduction comme outil de la communication politique

Aperçu du texte

Bien que ses activités en aient fait pour un temps une personnalité introduite au sein de l’élite marchande, trois fois prieur dans les années 1310-1330 et à la tête d’une des compagnies marchandes les plus prospères de cette période, c’est toutefois grâce à sa chronique que Giovanni Villani a vu son nom passer à la postérité. Première grande histoire de Florence en langue vulgaire, la Nuova cronica s’inscrit dans un long siècle d’historiographie florentine : des premiers textes au début du xiiie siècle, œuvres de clercs ou de juges, rédigées en latin puis traduites, aux premières chroniques originales en langue vulgaire, composées au tournant du nouveau siècle. Lorsqu’il prend la plume, Villani s’appuie donc sur une tradition déjà riche, qu’il ambitionne toutefois de renouveler. Par son ampleur, la Nuova cronica constitue en effet le premier monument de cette historiographie en langue vulgaire : il s’agit, avec la Commedia de Dante qui lui est contemporaine, de l’œuvre vernaculaire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 75, automne 2018, p. 49-66

Référence électronique

Jérémie Rabiot, « « Fatta fedelmente volgarizzare ». Documents traduits et insérés dans la Nuova cronica de Giovanni Villani (Florence, xive siècle) », Médiévales [En ligne], 75 | automne 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9095 ; DOI : 10.4000/medievales.9095

Haut de page

Auteur

Jérémie Rabiot

Gymnase de Münchenstein (Bâle, Suisse), UMR 5648 (CIHAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals