Navigation – Plan du site
Traductions du Moyen Âge

« Que l’en seult balaine clamer ». Commentaire linguistique et traduction au Moyen Âge (xiiie-xive siècles, Espagne, France)

« Que l’en seult balaine clamer. » Linguistic commentary and translation in the Middle Ages (ca thirteenth to fourteenth centuries, Spain and France)
Irene Salvo García
p. 97-116

Résumés

Dès la fin du xiiie siècle apparaissent les premières traductions des Métamorphoses d’Ovide en castillan et en français. Ces versions, héritées d’une exégèse commune de provenance française, sont insérées dans des œuvres bien plus longues à caractère historiographique et chrétien : la General estoria (1270-1284) d’Alphonse X, qui occupe 6 000 pages dans son édition moderne, et l’Ovide moralisé (vers 1320), qui contient plus de 72 000 vers. La réception de la glose interprétative longue n’empêche pas, néanmoins, que les deux traductions soient remarquablement littérales, ce qui permet de comparer assez précisément l’original aux versions vernaculaires. Ainsi, nous observons que la glose latine brève de caractère linguistique, une partie fondamentale des commentaires latins d’Ovide, est également connue des traducteurs. Dans ce travail, nous nous concentrons sur la traduction du lexique relatif à la mythologie et aux noms de plantes, de fleurs et d’animaux si présents dans les Métamorphoses d’Ovide et nous étudions à quel point les solutions romanes peuvent être expliquées par la glose conservée ou reliées à elle. Les exemples soulignent les difficultés rencontrées par les traducteurs, non seulement pour comprendre le latin avec précision, mais aussi pour trouver un équivalent en langue romane qui rende le terme original latin. La comparaison des deux traductions contribue de plus aux histoires littéraires et linguistiques de la langue d’oïl et du castillan entre la fin du xiiie siècle et le début du xive siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les explications mythographiques : entre définition linguistique et commentaire allégorique
Les noms de fleurs et de plantes : déduction et assimilation de l’original
Les noms des animaux : identification, méconnaissance et imagination

Aperçu du texte

L’écriture dans les langues romanes à partir du xiie siècle est indissociable de la traduction des textes latins. Les traducteurs médiévaux appliquent de nombreuses techniques pour assimiler non seulement le contenu du texte original, mais aussi sa langue. L’Espagne et la France partagent dans les dernières années du xiiie et le début du xive siècle les premières traductions conservées des Métamorphoses d’Ovide en langue romane et leur inclusion dans des œuvres plus larges, la General estoria en Castille et l’Ovide moralisé en France. La General estoria est une immense histoire universelle dont l’édition moderne occupe plus de 6 000 pages. Commandée par le roi Alphonse X de Castille (1221-1284), elle a été élaborée dans le dernier quart du xiiie siècle (vers 1270-1284). L’Ovide moralisé, composé vers 1318-1320, est un poème de 72 000 vers où sont traduits en langue d’oïl, pour la première fois dans une langue romane, les quinze livres des Métamorphoses. Aucune de ces deux œuvres ne ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 75, automne 2018, p. 97-116

Référence électronique

Irene Salvo García, « « Que l’en seult balaine clamer ». Commentaire linguistique et traduction au Moyen Âge (xiiie-xive siècles, Espagne, France) », Médiévales [En ligne], 75 | automne 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9218 ; DOI : 10.4000/medievales.9218

Haut de page

Auteur

Irene Salvo García

Centre for Medieval Literature, Syddansk Universitet (Danemark)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals