Navigation – Plan du site
Traductions du Moyen Âge

Y a-t-il de l’intraduisible ? Quelques exemples de résistances dans les écrits scientifiques du Moyen Âge

Are some things untranslatable ? Certain cases of resistance in the scientific writings of the Middle Ages
Laurence Moulinier-Brogi
p. 117-136

Résumés

L’histoire des traductions en vulgaire de la littérature technique ou scientifique, appelée Fachliteratur en allemand, est riche en problèmes de terminologie, et souvent aussi de philologie, des erreurs de copie parfois perpétuées par des éditions ayant pu offrir des obstacles durables à l’identification correcte de tel ou tel objet. L’article donne un rapide panorama des difficultés inhérentes aux translations d’écrits scientifiques ou techniques en s’intéressant aux écueils liés à la traduction de noms d’espèces locales, notamment végétales, par la transmission fidèle des noms de couleurs d’une aire linguistique à une autre, ou encore par l’adoption de nouveaux termes introduits par les traductions arabo-latines en matière de science des astres à partir du XIIe siècle. Ces sondages dans différents champs de la science médiévale révèlent des résistances en matière d’identification, de transposition du particulier à l’universel, ou d’intégration dans une langue cible. Il rappelle au passage combien le gisement textuel constitué par les glossaires, les listes de synonymes ou autres lexiques, encore à défricher malgré de récentes avancées, a pu être d’un précieux secours pour les lecteurs du Moyen Âge, et peut l’être encore pour les modernes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Faire passer le monde végétal d’une aire linguistique à une autre
Le secours des lexiques
Les problèmes liés à la traduction des couleurs
Difficultés, impossibilité, inventivité

Aperçu du texte

Le Moyen Âge nous a légué une très vaste littérature que, faute de mieux, on qualifiera de technique ou scientifique, sans être satisfait de cette appellation qui n’arrive pas à recouvrir la notion de Fachliteratur en allemand. Est-il plus satisfaisant de dire « littérature spécialisée » pour qualifier cette littérature… non « littéraire » ? Quoi qu’il en soit, les textes que je souhaite envisager ici ont tous pour ambition de décrire, d’expliquer le réel, ou de transmettre un savoir à son sujet, de la plante aux astres en passant par le corps humain, et plusieurs spécificités nous invitent à leur faire une place dans ce dossier sur la traduction : peu ou mal édités, ces textes soulèvent des problèmes terminologiques qui furent parfois et restent souvent autant d’écueils à leur compréhension et à leur traduction, au Moyen Âge comme à notre époque. Plus que tout autre, ce massif textuel nous paraît refléter les principaux problèmes que rencontre toute entreprise de translation, à sav...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 75, automne 2018, p. 117-136

Référence électronique

Laurence Moulinier-Brogi, « Y a-t-il de l’intraduisible ? Quelques exemples de résistances dans les écrits scientifiques du Moyen Âge », Médiévales [En ligne], 75 | automne 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9283 ; DOI : 10.4000/medievales.9283

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals