Navigation – Plan du site
Traductions du Moyen Âge

Sur une traduction médiévale de la Lettre aux frères du Mont-Dieu. Le témoignage ancien d’un vernaculaire savant

A medieval translation of William of Saint-Thierry’s Letter to the Brothers of Mont-Dieu. Early evidence of a learned vernacular
Marie-Pascale Halary
p. 137-150

Résumés

Cette étude porte sur une traduction ancienne (deuxième moitié du xiie siècle), en dialecte lorrain, de la Lettre aux frères du Mont-Dieu de Guillaume de Saint-Thierry. Après avoir rappelé les principales caractéristiques des translations monastiques contemporaines, elle examine les modalités de la mise en roman de ce texte spirituel en se concentrant, notamment, sur la traduction du binôme de substantifs anima/animus. L’enjeu est de montrer l’existence à date ancienne d’une scripturalité vernaculaire savante, qui n’était peut-être pas destinée à un public laïque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La langue de la traduction, une haute langue vernaculaire
Li Epistle saint Bernart a Mont Deu
La traduction du binôme anima/animus dans Li Epistle
La traduction du binôme anima/animus dans les « traductions monastiques »

Aperçu du texte

Dans une étude qui a fait date et qui est consacrée aux rapports entre le latin et le français ainsi qu’à la place du vernaculaire dans la pensée linguistique médiévale, Serge Lusignan indiquait :

Certains registres d’expression sont fermés au français. Le latin s’identifie entre autres au savoir et par conséquent à l’écrit. […] Le xiiie siècle ne met pas en doute que le latin soit la langue unique de la philosophie, de la théologie et aussi de la liturgie (Jean le Danois, S. grammatica, p. 3). Tous ces domaines échappent au français comme à la limite ils échappent aux laïcs. Cela conduit Henri de Crissey à poser en opposition parallèle latin et vernaculaire, clerc et laïc : deux langues, deux classes sociales, deux fonctions. Dans cette perspective, le rapport du latin au français est asymétrique et on devrait parler à ce propos de diglossie plutôt que de bilinguisme.

L’analyse selon laquelle la langue latine et la langue romane, respectivement définies comme la langue haute et la la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 75, automne 2018, p. 137-150

Référence électronique

Marie-Pascale Halary, « Sur une traduction médiévale de la Lettre aux frères du Mont-Dieu. Le témoignage ancien d’un vernaculaire savant », Médiévales [En ligne], 75 | automne 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9349 ; DOI : 10.4000/medievales.9349

Haut de page

Auteur

Marie-Pascale Halary

Université Lumière-Lyon 2, UMR 5648 (CIHAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals