Navigation – Plan du site
Traductions du Moyen Âge

Le choix des mots. Traduire les textes érotiques du Moyen Âge

A choice of words ? Translating the erotic texts of the Middle Ages
Corinne Pierreville
p. 151-166

Résumés

La traduction est, comme chacun sait, un exercice condamnant le traducteur à une forme de frustration : il est impossible de restituer parfaitement toutes les nuances d’un texte, les connotations d’un mot, le rythme, les sonorités, les suggestions phoniques et sémantiques, le style d’un auteur. Les difficultés de cette entreprise s’accroissent quand le texte source relève d’une littérature s’attachant à l’évocation du désir et du plaisir sexuel. Lors de la constitution d’une anthologie de la littérature érotique médiévale, la nécessité de la traduction s’est imposée afin d’éviter de surcharger les textes de notes sémantiques, tant la langue du Moyen Âge est devenue étrangère au lecteur contemporain. Traduire était nécessaire pour éviter au lecteur des erreurs de compréhension et lui donner les clés du sens. Mais comment traduire ? Quels termes existant en français moderne fallait-il conserver ? Quels étaient les mots exigeant d’être traduits ? Des exemples précis nous permettent de justifier les choix qui ont été les nôtres tout en évoquant les résistances que nous avons rencontrées et, en particulier, les jeux de syllepse et de double-sens que nous avons échoué à traduire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du texte

La traduction est, comme chacun sait, un exercice condamnant le traducteur à une forme de frustration : il est impossible de restituer parfaitement toutes les nuances d’un texte, les connotations d’un mot, le rythme, les sonorités, les suggestions phoniques et sémantiques, le style d’un auteur. En bref, on ne peut dire exactement dans une langue ce qui a été dit dans une autre langue ou dans la même langue neuf siècles plus tôt. Traduire, c’est au pire trahir, comme le suggèrent le traducteur, traditeur de Joachim du Bellay ou le traduttore, traditore italien assimilant le traducteur au traître. C’est au mieux « dire presque la même chose » si l’on possède le talent d’un Umberto Eco. Pendant longtemps d’ailleurs, traduire les œuvres littéraires médiévales était considéré comme accessoire, tout lecteur respectable étant implicitement tenu de comprendre l’ancien français. On pourrait étendre ce principe à l’ensemble des langues mortes ou vivantes : dans un monde idéal, nous devrions t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 75, automne 2018, p. 151-166

Référence électronique

Corinne Pierreville, « Le choix des mots. Traduire les textes érotiques du Moyen Âge », Médiévales [En ligne], 75 | automne 2018, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9411 ; DOI : 10.4000/medievales.9411

Haut de page

Auteur

Corinne Pierreville

Université Jean Moulin-Lyon 3, UMR 5648 (CIHAM)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals