Navigation – Plan du site
Du nouveau en archives

L’innovation documentaire, entre recyclage et enregistrements. Le cas du Livre rouge de l’échevinage de Reims (xive-xve siècles)

Documentary innovation, between recycling and registration: The case of the Livre rouge of Rheims (fourteenth–fifteenth centuries)
Emmanuel Melin
p. 57-78

Résumés

Monument documentaire des archives rémoises depuis le xixe siècle, le Livre rouge de l’échevinage de Reims, souvent qualifié de cartulaire, est un ouvrage complexe né à la fin du xive siècle et ne contenant presque aucun acte diplomatique, mais des cahiers hétéroclites, écrits entre le xiiie et le début du xve siècle, couvrant un panel varié d’actions administratives et constituant autant d’innovations documentaires. L’étude des cahiers, insérés dans leurs contextes respectifs de tensions et/ou d’institutionnalisation, atteste d’un apprentissage du gouvernement par l’écriture. La réactivation de ces écrits premiers, enrichis de nouveaux cahiers accueillant des enregistrements disparates et désordonnés entre les années 1370 et 1417, forme une cartularisation singulière, plus proche du bricolage documentaire. Conservatoire de toutes les inventions scripturaires, le Livre rouge forme ainsi une mémoire des origines du gouvernement qui s’invente.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Matérialité et structure du Livre rouge
Les premières innovations documentaires
Le « recueil de sentences »
Le « feuillet fiscal » (années 1320)
Recycler et innover : vers un livre du gouvernement municipal
Un foisonnement d’écritures
La place du Livre rouge dans la documentation institutionnelle

Aperçu du texte

En 1839, dans ses Prolégomènes à l’édition des Archives législatives et administratives de la ville de Reims, l’archiviste Pierre Varin débute sa présentation des sources en évoquant les cartulaires, fondements des libertés de la bourgeoisie rémoise. Le plus ancien de ces cartulaires, le Livre rouge, suscite en lui autant la fierté que la perplexité. Fierté car le Livre rouge renferme des textes judiciaires antérieurs aux archives du prestigieux Parlement de Paris. Perplexité car Varin n’y voit pas un cartulaire mais plutôt « le livre sacré de la bourgeoisie », même s’il continue malgré tout à le qualifier par la suite de cartulaire.

Monument documentaire, le Livre rouge n’a paradoxalement jamais été étudié. Sa singularité, sinon son étrangeté, fait consensus, tout comme sa dimension pratique. Il laisse l’impression d’un recueil constitué progressivement, hors de tout contexte. Le recueil est composé de 224 pages, il mesure 340 sur 270 mm et est constitué de plusieurs cahiers de parc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 76, printemps 2019, p. 57-78

Référence électronique

Emmanuel Melin, « L’innovation documentaire, entre recyclage et enregistrements. Le cas du Livre rouge de l’échevinage de Reims (xive-xve siècles) », Médiévales [En ligne], 76 | printemps 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9856 ; DOI : 10.4000/medievales.9856

Haut de page

Auteur

Emmanuel Melin

Université Paris-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals