Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76Du nouveau en archivesL’innovation documentaire à Amien...

Du nouveau en archives

L’innovation documentaire à Amiens, entre création et adaptation (fin xive-début xve siècle)

Documentary innovation in Amiens, between creation and adaptation (end of the fourteenth–beginning of the fifteenth century)
Marie-Émeline Sterlin
p. 79-92

Résumés

Au tournant des xive et xve siècles, le paysage documentaire de la commune d’Amiens tel qu’il nous est parvenu dans les archives connaît de profondes modifications. En plus de conserver plus régulièrement ses comptes et ses registres de délibérations, la ville se dote de trois nouveaux cartulaires pour remplacer l’ancien, renouvelle son registre de cens et de rentes, et fabrique un recueil de statuts. Progressive et de longue durée, cette réorganisation documentaire survient après une intervention royale modifiant les institutions et la pratique du gouvernement municipal. Durant cette période, la création de solutions neuves, comme un manuscrit rassemblant des ordonnances édictées par l’échevinage, côtoie une innovation pensée et mise en œuvre en termes d’adaptation des cadres anciens aux nouvelles exigences : ajustement des conditions existantes de conservation, aménagement du type ancien du cartulaire.

Haut de page

Texte intégral

1À la fin du xive siècle, Amiens se trouve dans une situation difficile. Éprouvée sur le plan démographique par les épidémies de peste de 1349 et 1360, encore marquée dans son bâti par l’incendie et la destruction d’une partie de ses faubourgs en 1356, les nécessités militaires inhérentes à la guerre de Cent Ans pèsent sur ses finances. Les plaintes à l’encontre de la gestion de la ville et l’intervention royale qui en découle l’entraînent dans une crise politique et institutionnelle aboutissant à une transformation de son corps politique et de ses institutions.

  • 1 Amiens, Bibliothèques d’Amiens Métropole (désormais abrégé en BAM), AA 1. Précisons que les appella (...)
  • 2 Amiens, BAM, AA 2.
  • 3 Amiens, BAM, AA 8. Une copie de ce manuscrit, le Registre H, est également conservée (Amiens, BAM, (...)
  • 4 Le volume est aujourd’hui perdu, mais il est mentionné dans l’inventaire des archives de la ville d (...)
  • 5 Amiens, BAM, AA 12.
  • 6 P. Cammarosano, Italia medievale : struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 1991. La biblio (...)
  • 7 Le travail majeur sur cette question est la monographie que consacre Pierre Chastang à Montpellier  (...)

2Simultanément, le paysage documentaire de la ville tel qu’il nous est parvenu dans les archives connaît de profondes modifications. D’une part, la municipalité se dote de trois nouveaux cartulaires (Registre A1, Registre B2, Registre G3), renouvelle son recueil de cens et de rentes4, et débute un « registre aux ordonnances de police » (Registre M5). D’autre part, les comptes puis les registres de délibérations sont conservés en séries presque continues à partir de ce moment. La ville cherche à adapter ses anciens outils aux nouvelles pratiques de gouvernement qui se mettent en place, et se dote d’un nouveau système documentaire fondé sur une multiplication des recueils et une diversification de leur typologie. À ce titre, c’est une période privilégiée pour analyser les formes et les mécanismes de l’innovation documentaire dans un contexte de mutations institutionnelles et politiques. En outre, l’exemple amiénois offre la possibilité d’aborder la question du recours croissant des autorités municipales à l’écrit dans le cadre d’une commune du Nord du royaume de France, aux dynamiques politiques et scripturales sensiblement différentes de celles des villes d’Italie ou du Sud de la France, plus étudiées dans l’historiographie. En effet, si les interactions entre l’écrit et les évolutions du gouvernement des villes ont fait l’objet d’un grand nombre de travaux en Italie depuis l’ouvrage séminal de Paolo Cammarosano6, la thématique a été abordée plus tardivement dans le cadre français7, et les études concernant les villes du nord du royaume de France restent rares.

  • 8 L. Baietto, « Elaborazione di sistemi documentari e trasformazioni politiche nei communi piemontesi (...)

3Comme le souligne Laura Baietto dans son étude des systèmes docu­mentaires des communes piémontaises au xiiie siècle, le caractère circulaire des interactions entre écrit et politique rend leur analyse particulièrement complexe. Si les pratiques politiques, sociales et économiques contribuent à déterminer une organisation documentaire, à l’inverse, les exigences liées à la documentation peuvent influencer la pratique du pouvoir. Que ce mouvement soit à double-sens et qu’il soit répété à de multiples reprises dans un sens et/ou dans un autre explique la difficulté à analyser les relations entre un système politique et un système documentaire8. Dans le cadre de cet article, nous restreindrons notre analyse à la seule observation des adaptations documentaires suscitées par les mouvements politiques et institutionnels amiénois, sans nous attarder sur leur réciproque. Il s’agit tout à la fois d’identifier les solutions documentaires choisies par la ville, d’en observer les rythmes et les modalités de mise en œuvre, et d’en mesurer la part de nouveauté : dans quelle mesure sont-elles innovantes ou adaptent-elles des formules anciennes à de nouveaux besoins ?

4Les deux premiers temps de cette démonstration préciseront la chronologie de cette réorganisation documentaire et la replaceront dans son contexte politique. La réflexion portera ensuite sur ses mécanismes : d’une part, en soulignant que l’accroissement documentaire observé dans les archives ne provient pas tant d’une multiplication de la production que d’une évolution des pratiques de conservation ; d’autre part, en constatant que les solutions documentaires mises en œuvre allient création et adaptation d’anciens modèles.

Une réorganisation documentaire sur le long terme

  • 9 A. Thierry, Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers État. Première série, Chartes, cou (...)

5Augustin Thierry, dans la présentation qu’il fait des manuscrits d’Amiens, situe la production des Registres A et M à la fin du xive- début du xve siècle, et celle des Registres B et G vers 1391-13929. Ces datations concentrées dans une même période restreinte pouvaient donner l’impression d’un brusque mouvement de rédaction, résultant d’une décision forte de l’échevinage. Une analyse plus fine de la chronologie permet de nuancer et compléter ce modèle, en mettant en lumière le caractère progressif et sur le long terme de la constitution de ce nouveau système documentaire.

  • 10 Amiens, BAM, CC 1.
  • 11 Le compte a été établi pour la période 1384-1500, à partir de l’inventaire dressé par Georges Duran (...)

6Le terminus post quem de ce processus peut être situé en 1384, année à partir de laquelle les comptes sont conservés de manière beaucoup plus systématique. Pour la période antérieure, il ne reste que deux feuillets du compte de l’aide des guèdes de 137710. En revanche, à partir de 1384, soixante-seize registres de comptes nous sont parvenus pour la période médiévale11.

  • 12 Une étude paléographique plus fine, encore en cours, enrichira sans doute cette première estimation
  • 13 Amiens, BAM, CC 3, f. 40.
  • 14 « A Regnart, clerc, pour escripre ou cartulaire de le ville et mettre pluiseurs lettres ainsi qu’il (...)
  • 15 « A Adam le paintre, pour enluminer des lettres d’or le nouvel cartulaire de le ville de nouvel fai (...)
  • 16 « A Mahieu Darras, […] les lettres du nouvel quartulaire touchans le ville et plusieurs personnes, (...)
  • 17 Amiens, BAM, CC 14, f. 62v.

7Second jalon de cette réorganisation documentaire, le Registre A est un manuscrit de 266 feuillets de parchemin. Bien qu’il ait fait l’objet d’une nouvelle reliure au xviiie siècle, plusieurs parties homogènes correspondant à des moments distincts de rédaction peuvent être identifiées en étudiant les différentes mains et mises en page, sans qu’il soit pour autant possible de toutes les dater précisément. Combinée aux informations issues de la lecture des comptes de la ville, cette analyse matérielle permet de distinguer pour le moment au moins six phases de rédaction entre 1386 et 141012. La première étape qui peut être relevée trouve un écho dans le compte de l’année 1386 : « A Regnart, clerc, […] pour faire en parquemin une partie du cartullaire de le ville, là où sont enregistrees les lettres touchans le ville13. » Le compte de 1389 fait état d’un nouveau moment dans la confection du recueil, enregistrant des dépenses pour la rédaction14 ou pour le décor du « nouvel cartulaire de le vile15 ». Cette désignation sous le qualificatif « nouvel » invite en outre à ne pas faire remonter trop loin avant 1386 le début de la production du Registre A. Un autre temps d’écriture s’observe dans le manuscrit : onze documents, émis entre 1391 et 1395, ont été copiés par la même main (f. 72r-90v). En 1398 ou 1399, une autre modification, cette fois-ci de reliure, est opérée sur le cartulaire16. On en profite vraisemblablement pour ajouter trois actes (f. 28r-29v). Une cinquième phase de rédaction est repérable à sa mise en page distincte du reste du manuscrit. Les textes transcrits ont tous été émis entre 1403 et 1410. Or, le compte de l’année 1410 attribue un salaire pour « avoir fait, mis et escript de lettre de fourme es livres, registres et cartullaires de le ville d’Amiens pluiseurs traittiés, accors, recongnoissances et autres lettres touchans icelle ville17 ». Enfin, une dernière partie (f. 31v-35v), à l’image graphique homogène, réunit sept documents qui pourraient avoir été copiés peu après 1426, date de l’acte le plus récent de l’ensemble. À ces différents moments de compilation s’ajoutent ensuite quelques rares ajouts ponctuels.

  • 18 Le titre donné à la table des matières du manuscrit précise explicitement la thématique spécifique (...)
  • 19 De la même manière que pour le Registre B, la thématique du cartulaire est précisée explicitement d (...)
  • 20 Amiens, BAM, CC 7.
  • 21 « Item pour les lettres de monseigneur l’evesque et de le ville mettre et liier en un livre de quar (...)

8En plus du Registre A, la ville d’Amiens fait exécuter deux autres cartulaires plus spécialisés : le Registre B consacré aux transactions entre la commune et l’évêque18, et le Registres G, concernant les relations entre la commune et le chapitre de Notre-Dame19. Le compte de l’année 1392 permet de situer à cette date la fabrication du Registre B, puisque Jehan Regnart y est rémunéré « pour se peine et deserte de escripre en un quoier de vostre cartullaire les arrès et accors passés em parlement entre monseigneur l’evesque d’Amiens d’une part, et nos seigneurs maieur et esquevins d’Amiens d’autre part20 ». Le Registre G a dû être réalisé approximativement à la même période, en tout cas avant 1399, date à laquelle les deux manuscrits furent reliés21.

9À la production de ces cartulaires s’ajoutent le renouvellement en 1398 d’un registre de cens et rentes – aujourd’hui perdu –, la conservation des registres de délibérations à partir de 1406, et un « registre aux ordonnances de police », le Registre M, regroupant des décisions émanant de l’échevinage réglementant, pour la majorité d’entre elles, le commerce et les métiers. Son analyse codicologique permet d’isoler un noyau initial réunissant les soixante-treize premières transcriptions, dont l’entrée datée la plus récente est de 1409. Une autre partie homogène mais copiée par plusieurs mains englobe les entrées 74 à 181, sans qu’il soit possible de déterminer si elle est contemporaine ou immédiatement postérieure à la première. Elle est en tout cas complétée par neuf autres copies (numérotées de 182 à 190) probablement vers 1429. Le manuscrit connaît ensuite plusieurs ajouts dans la seconde moitié du xve siècle.

10Ce tableau brossé à grands traits de la réorganisation du système documentaire amiénois permet de dresser une image plus complexe de ce temps d’innovation. Le processus observé s’inscrit sur une longue durée – vingt-cinq ans séparent la conservation plus systématique des comptes de la fabrication du noyau initial du Registre M. À cette échelle, difficile d’y voir un projet pensé et planifié dès le début dans son ensemble. Plutôt qu’une rupture nette et soudaine, l’innovation semble faite de tâtonnements et de décisions successives. Elle se focalise sur plusieurs catégories d’informations propres au gouvernement municipal, en deux moments distincts. Ainsi, tandis qu’entre 1384 et 1398, l’échevinage se dote d’instruments utiles à la gestion financière et à son contrôle, entre 1406 et 1410, c’est son activité de prise de décision et de réglementation qu’il met par écrit.

Bouleversements institutionnels et politiques à l’ombre du pouvoir royal

  • 22 Les informations sur le contexte amiénois s’appuient sur les travaux d’Édouard Maugis : É. Maugis, (...)

11Les évènements qui se déroulent à Amiens à cette époque donnent sens à cette scansion chronologique en deux temps22. Le début de l’affaire, obscur, s’inscrit dans des tensions anciennes entre les maires de bannières, représentant les métiers de la ville, et le corps des échevins chargé de la gouverner. Les premiers reprochaient aux seconds leurs manquements dans la gestion des biens et des revenus de la ville ; l’échevinage se plaignait des troubles répétés provoqués par les maires de bannières. Le conflit fut porté devant le Parlement, qui envoya en août 1381 deux commissaires pour mener une enquête sur l’état de la ville et de ses finances. Il est alors proposé d’instituer un impôt pour résorber les dettes en six ans. Mais lequel ? Les échevins se prononcent en faveur de l’aide ; les maires de bannières pour la taille. On s’en remet de nouveau au Parlement. Dans un arrêt du 4 janvier 1382, ce dernier octroie pour six ans une aide applicable aux gens d’Église. La décision tarde cependant à être mise à exécution et les élections échevinales de 1382 sont l’occasion d’un nouveau coup de théâtre. Le système d’élection faisait traditionnellement la part belle aux bannières du grand commerce, quand d’autres n’y étaient jamais représentées. Toutefois, en 1382, deux membres de la bannière des Tanneurs parviennent à être élus : Hue le Gorrelier comme échevin, Henri de Roye à la fonction clé de Grand Compteur. La réaction du reste du corps échevinal ne se fait pas attendre : il demande et obtient du roi la destitution de Henri de Roye. La situation dégénère, provoquant une occupation militaire de la ville. En 1383, le roi supprime les mairies de bannières et resserre son contrôle : chaque année, la ville doit désormais solliciter son autorisation pour procéder à ses élections. Ces dernières ainsi que la reddition des comptes doivent se dérouler en présence du bailli ou du receveur du bailliage.

12Aucun texte n’établit de lien explicite entre ces évènements et le redéploiement documentaire. Toutefois, leur simultanéité peut difficilement être attribuée à une quelconque coïncidence. Confrontée à une remise en cause de son autorité, une modification de ses institutions et une surveillance accrue de sa gestion et de ses finances, la commune fait établir dans le Registre A un tableau mis à jour de ses droits et de ses biens. Introduit par la charte de commune, ce Registre réunit plusieurs dossiers concernant l’organisation de la justice, la délimitation de la juridiction de la commune et les accords passés pour cela avec plusieurs seigneurs locaux, l’obtention par la ville de la prévôté d’Amiens. En outre, une partie rassemble des actes dans lesquels des ecclésiastiques reconnaissent que la terre ou la maison qu’ils détiennent relève de la fiscalité et de la justice de la commune ; une autre présente des actes prouvant l’acquisition de cens par la ville. Par ailleurs, la série des comptes de la ville que nous conservons commence au moment même où leur reddition se fait sous le contrôle du bailli.

  • 23 É. Maugis, Essai sur le recrutement…, p. 226 sq.

13De la même façon, le deuxième sursaut documentaire observé entre 1406 et 1410 suit une rupture dans les institutions de la commune amiénoise. En 1402, une nouvelle enquête est ordonnée par le Parlement. Pendant un an, les finances et la gestion de la ville sont examinées, aboutissant à une grande ordonnance de réforme le 12 avril 1403. Malheureusement, cette dernière n’a pas été conservée. Si Édouard Maugis a montré les changements qu’elle a introduits dans l’administration financière de la ville23, il est pour l’heure difficile de savoir si elle contenait des injonctions établissant un contrôle des délibérations et décisions de l’échevinage. On ne peut que constater à nouveau une synchronie plus que troublante : au moment même de l’application d’une ordonnance encadrant la gestion et le gouvernement de la ville, l’échevinage, qui jusqu’ici n’avait produit que des recueils compilant des documents émanant d’autres autorités, entreprend non seulement de conserver une trace écrite de ses délibérations, mais crée aussi un recueil destiné à recevoir l’enregistrement de certaines de ses ordonnances.

  • 24 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1 (...)
  • 25 Paris, AN, X1C85B, pièce n° 266. Cité dans C. Gauvard, « Les humanistes et la justice sous le règne (...)
  • 26 Ibid.

14Cette réorganisation du système documentaire amiénois est donc à la fois le fruit du besoin ressenti par l’échevinage d’avoir une vision globale et mise à jour de ses droits et de ses biens – par la rédaction des cartulaires – et d’une évolution dans les pratiques de gouvernement – les registres de comptes, de délibérations et le Registre M. L’analyse de ces évènements met également en avant l’importance de l’intervention royale. Celle-ci agit au moins comme élément déclencheur : les enquêtes qu’elle ordonne comme les modifications institutionnelles qu’elle introduit créent les conditions d’un nouvel ordre documentaire. Mais ne pourrait-on pas envisager une influence plus directe encore ? Un épisode retiendra notre attention. Lors de l’enquête menée en 1402, la commission initiale est remplacée en juin par Aleaume de Cachemarée, en tant que substitut du procureur général du roi. Dans l’étude qu’elle lui consacre, Claude Gauvard montre l’extrême attention, propre au milieu des officiers royaux, qu’Aleaume de Cachemarée prête à la tenue des registres et à leur conservation dans un lieu approprié24. À Amiens, il s’en préoccupe, demandant au maire et aux échevins « qu’ilz regardassent une place pour mettre leurs livres, papiers et lettres qu’il avoit par devers lui25 ». Sans qu’on puisse bien le mesurer, on peut légitimement penser que cette présence prolongée du rédacteur du Registre criminel du Châtelet à Amiens a dû influencer l’ordre documentaire de la ville. Mais la réponse que firent le maire et les échevins indique aussi qu’ils n’ont pas attendu son irruption pour se soucier de la tenue et de la conservation de leurs documents, attestant « que en la maison de la ville avoir un lieu appelé la Tresorrie qui estoit de pierre et les fenestres bien fermees et ouquel lieu a tousjours deux clez dont le maire emporte l’une et le grant compteur l’autre, et ne savoient lieu plus convenable pour les mettre seurement26 ».

La mise en place graduelle de nouvelles pratiques de conservation

  • 27 Amiens, BAM, CC 1.
  • 28 « Item deux raoulles en parchemin faisans mencion des mises et receptes […] es annees mil iiic xxxv (...)

15Cette réplique du maire et des échevins nous invite à porter notre réflexion sur les modalités concrètes de la réorganisation documentaire amiénoise, en constatant tout d’abord qu’elle est le fait d’une innovation dans les pratiques de conservation. Faute d’être éclairée de manière explicite dans la documentation, cette évolution se laisse avant tout deviner par son résultat : la conservation plus fréquente des comptes, en rupture avec la période antérieure pour laquelle il n’en reste aucun. Outre le fait qu’on peine à imaginer que la ville ne produise des registres de comptes que certaines années lorsque la reddition des comptes a déjà lieu annuellement, l’existence d’un fragment de compte pour l’année 137727 et la mention des comptes de 1337 et 1339 dans l’inventaire des archives de la ville réalisé en 1458 viennent renforcer l’idée que le début de cette série serait le signe d’un changement des pratiques de conservation, et non de la production d’un nouveau type documentaire28. Le début de la série des registres de délibérations en 1406 est quant à lui plus difficile à interpréter : commence-t-on à les produire, ou à les conserver ? Aucun indice ne nous permet de trancher dans un sens ou dans un autre.

  • 29 Amiens, BAM, CC 3, f. 40.

16D’autres éléments signalent au même moment un changement dans l’organisation matérielle de la conservation des documents à Amiens. Le compte de 1386 évoque ainsi les dépenses « pour, au-dessus de l’escriptoire des Cloquiers, la u estoit un apentich sur lequel les enffans et autres jouoient à le paume et empeschoient les clers en l’escriptoire, édefier et faire de sen mairien en empeschant ledit jeu, et pour y faire une cambrette à mettre viez escripts29 » ; et les comptes des années suivantes enregistrent l’achat de huches et d’armoires pour aménager ce nouvel espace. Toutefois, ces mentions ne permettent pas de conclure à une décision forte de la part de l’échevinage amiénois en matière de conservation de ses recueils. S’il est bien décidé d’édifier une pièce dédiée aux archives, l’action des échevins est en premier lieu motivée par le souci de garantir la tranquillité des clercs déconcentrés par les jeux d’enfants, non de répondre à une question de gestion de la documentation. C’est donc seulement en résolvant un tout autre problème qu’est saisie l’opportunité de créer cet espace de rangement, objet de préoccupations apparemment réelles mais secondaires à ce moment précis.

  • 30 Ces estimations, comme celles qui suivent sur les registres de délibérations, ont été réalisées à p (...)
  • 31 Amiens, BAM, BB 1.
  • 32 Amiens, BAM, BB 2.
  • 33 Amiens, BAM, BB 3.

17Le caractère inabouti de cette nouvelle démarche archivistique trans­paraît également dans son résultat : bien qu’à partir de 1384 les comptes soient conservés plus régulièrement, la pratique semble encore loin d’être systématique. Entre 1384 et 1424, il reste des registres de comptes pour un peu moins d’une année sur deux (45 %). La conservation devient plus régulière ensuite, puisqu’entre 1425 et 1474 69 % des registres sont parvenus jusqu’à nous. La série est enfin presque continue à partir de 1475 : jusqu’en 1500, une seule lacune est à noter (149430). Les mêmes tâtonnements s’observent pour la série des registres de délibérations : entre 1406 et 1430, trois registres rassemblent les délibérations des années 1406-141031, 1412-142132, 1424-142833 ; les années 1411, 1422-1423, 1429-1430 manquent. En revanche, à partir de 1431 les délibérations sont gardées chaque année jusqu’à la fin de la période médiévale, hormis une lacune entre 1467 et 1470.

De l’adaptation du cartulaire au « Registre des ordonnances »

  • 34 Amiens, BAM, AA 5.
  • 35 Amiens, BAM, AA 6.
  • 36 Amiens, BAM, II 1, entrées n° 870 et n° 877.
  • 37 A. Thierry, Recueil des monuments…, p. 379-382.

18Ces évolutions dans la conservation des recueils sont combinées à plusieurs innovations dans leur production, qui se coulent dans le moule d’une utilisation déjà ancienne de l’écrit. En effet, à observer ce déploiement documentaire à partir des seuls manuscrits subsistant aujourd’hui, il est tentant de voir la principale nouveauté dans un saut quantitatif de la production d’instruments écrits, en contraste avec la période antérieure pour laquelle nous ne conservons qu’un cartulaire, le Registre E produit en 1318 par Jean Bargoul34, et le Registre F contenant à partir de 1345 les listes des échevins année par année35. Que les registres de comptes furent fort probablement produits avant contribue déjà à nuancer cette impression. L’inventaire des archives de la ville réalisé en 1458, qui consacre une section au recensement des livres, mentionne six manuscrits aujourd’hui perdus. Trois d’entre eux ne peuvent être situés dans le temps avec précision. En revanche, deux d’entre eux sont plus anciens : l’un est présenté comme le registre de cens et de rentes précédant celui de 1398, l’autre contient l’enregistrement des noms des bourgeois et commence par la phrase « Ysty juraverunt communiam anno domini millesimo cco vicesimo octavo36 ». De plus, un petit manuscrit concernant les droits et revenus relatifs au fief de la Caruée, acquis par la ville en 1318, a très bien pu être rédigé à ce moment, même si cela reste de l’ordre de l’hypothèse37. Ainsi, même si la charnière des années 1380-1410 constitue un moment important dans l’histoire du fonds amiénois, l’existence de ces mentions et des Registre E et F indique que le gouvernement de la ville s’appuyait déjà sur un nombre important d’instruments écrits.

  • 38 M.-É. Sterlin, « Les cartulaires municipaux de Picardie : l’exemple du Livre Enchaîné de Senlis », (...)
  • 39 S. Drolet, « Le Livre Blanc d’Abbeville », Memini, 12 (2008), p. 115-132.
  • 40 S. Hamel, « Le cartulaire Livre Rouge de la ville de Saint-Quentin », Memini, 12 (2008), p. 133-148
  • 41 « Cartulaire de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie [1] (Staatsbibliothek zu Berlin Preussischer Kultur (...)

19Si la nouveauté ne réside pas dans une amplification quantitative notable de la production écrite, peut-être la trouvera-t-on dans l’inventivité des solutions documentaires mises en œuvre ? Car il reste une rupture nette : alors que Registre E était régulièrement alimenté depuis sa confection, ce n’est plus le cas lorsque le Registre A est fabriqué. Aucun acte rédigé entre 1383 et 1410 n’a été copié dans le Registre E. Les Registres A, B et G ont donc bien été conçus pour remplacer le registre de Jean Bargoul, mais les innovations dont ils font l’objet ne font qu’adapter un type documentaire ancien. Il peut en effet paraître étrange d’évoquer des cartulaires pour décrire l’innovation documentaire d’une ville à l’orée du xve siècle. De fait, l’apparition de ce type de document dans les villes de la région est déjà ancienne. Le Livre Enchaîné de Senlis a probablement été commencé dans le deuxième quart du xiiie siècle38 ; à Abbeville, la rédaction du Livre Blanc débute à la toute fin du xiiie siècle39 ; à Saint-Quentin, la première vague de rédaction du Livre Rouge a lieu peu après le rétablissement de la commune, en 132240. Au sein des monastères environnants, c’est en siècles qu’il faut compter cette antériorité : l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, située à une vingtaine de kilomètres d’Amiens, en a confectionné un dès la fin du xe siècle41.

20À Amiens, l’existence du Registre E montre que le cartulaire est aussi un outil connu et utilisé depuis longtemps par la ville. Clin d’œil au registre de Jean Bargoul, le décor des trois nouveaux cartulaires reprend le principe des initiales dorées sur fond bleu et rose qui l’ornaient. La logique qui sous-tend leur organisation est aussi analogue, et classique pour un cartulaire : les documents copiés dans leur intégralité sont regroupés par dossiers, soit thématiques, soit centrés sur une affaire. Enfin, près d’un tiers des actes contenus dans le Registre E (74 entrées sur les 266 transcrites avant 1383) a été recopié dans les trois cartulaires : ceux-ci le remplacent, mais plutôt dans une dynamique de renouvellement et de mise à jour que de tabula rasa.

  • 42 Amiens, BAM, AA 2, f. 1.

21Tout ceci ne doit cependant pas occulter le caractère novateur de cet ensemble de cartulaires, qui porte la marque de plusieurs tentatives pour en améliorer la consultation et en adapter la rédaction aux pratiques du temps. La multiplication des codices et la création de deux manuscrits spécialisés dans les relations avec l’évêque et le chapitre de Notre-Dame à côté du Registre A, plus général, en sont des exemples. Cette dissociation présente plusieurs avantages. Les différents recueils peuvent désormais être consultés par plusieurs personnes au même moment, voire en des lieux différents, et le nombre moins important de feuillets des Registres B et G les rend plus confortables à manipuler. La répartition des informations dans des unités matérielles plus réduites en accélère la recherche. Autre nouveauté pour Amiens, les Registres B et G sont dotés d’une table des matières plus perfectionnée que celle du Registre E : chaque document y est annoncé de la manière habituelle par un bref regeste de deux à quatre lignes, mais ensuite, pour les actes plus longs, chaque article est aussi résumé en une ligne, comme l’illustre l’exemple qui suit, extrait de la table des matières du Registre B42 :

Les lettres en latin donnee de monseigneur Guillame, evesque d’Amiens, l’an mil iic iiiixx ii ou mois de fevrier :

De le justice des eaues entre le pont de Mioire e Amiens, et caetera

De le justice de l’eaue entre Caigny et le pont de Longueaue

De l’eaue qui est entre l’abbie Saint-Jehan et le molin de leditte abbie

Du molin a waide assis vers Saint-Jehan

Du transport du marchié et marchandises

De le coeullote faitte ou kay

De le hale faitte en le terre des freres prescheurs.

  • 43 Amiens, BAM, CC 3, f. 40.

22La facture du Registre A comme le rythme de sa fabrication indiquent des changements dans la façon de rédiger le cartulaire. Tandis que le noyau initial du Registre E avait été réalisé d’un seul tenant par Jean Bargoul puis mis à jour ponctuellement, il semble avoir été prévu dès le début de rédiger le Registre A en plusieurs fois. Ainsi, le compte de 1386 évoque la rédaction « d’une partie du cartulaire43 », supposant qu’une autre a été déjà copiée ou est prévue. De fait, le cartulaire comprend plusieurs parties qui répondent à la même mise en page et que l’on peut attribuer au travail initial de compilation des actes, mais qui semblent avoir été réalisées en plusieurs fois, de façon fragmentée. On ne peut d’ailleurs exclure que le Registre B ait d’abord été conçu comme une partie du Registre A qui en aurait ensuite été désolidarisée et étoffée. Le nombre élevé de feuillets laissés blancs dans le Registre A suscite aussi l’interrogation. Certains emplacements, en plein milieu d’un dossier cohérent, suggèrent que le scribe aurait laissé cette réserve pour revenir y copier un acte. Mais cette explication seule ne suffit pas. Avait-on d’avance prévu des espaces vierges pour permettre d’ordonner les mises à jour en fonction des thématiques des dossiers, au lieu de les accumuler sans ordre à la fin du manuscrit ?

  • 44 Titre figurant au début du Registre M : « Cy apres s’ensieuvent plusieurs ediz, ordonnances et esta (...)

23Jusqu’ici, les compilations amiénoises (Registre E, A, B, G) réunissaient donc toutes, par cartularisation, des documents reçus par l’échevinage. Le Registre M rompt à double titre avec cette tradition documentaire : il s’éloigne de la logique de cartularisation et réunit des règlements émanant du corps échevinal lui-même. En effet, même s’il est lui aussi doté d’une table des matières et de titres annonçant chaque entrée, les textes qui suivent sont dépouillés de leur apparat diplomatique. Quelques-uns d’entre eux commencent par une brève suscription (« De par maieur et eschevins ») et quelques lignes d’exposé, mais la majeure partie se réduit uniquement au dispositif, parfois introduit par la formule « est ordené et deffendu ». Le grand nombre d’entrées débutant directement par « Item » et ne contenant qu’un article suggère également que seuls des extraits étaient copiés, ciblant et sélectionnant tel ou tel point de la décision. De la règlementation des lieux et des temps du commerce dans la ville à la circulation dans les fossés, en passant par le jeu de dés et la propreté de l’espace urbain, le Registre M constitue ainsi une sorte de corpus normatif de référence « pour l’estat et bon gouvernement de la dicte ville, du bien commun et de la chose publique dicelle ville44 ».

24L’innovation documentaire à Amiens au tournant des xive et xve siècles est faite tout autant de tâtonnements et d’adaptations que de création et de nouveauté. Loin d’être un projet décidé et planifié dès le début dans son ensemble, le renouvellement documentaire prend la forme d’une succession de réponses plus ou moins autonomes à la recomposition des pratiques du gouvernement induite par l’intervention royale. Ancrées dans la longue durée, les innovations mises en œuvre sont d’abord pensées pour ajuster les cadres anciens à la nouvelle conjoncture : les pratiques de conservation existantes sont modifiées pour garder les comptes, et le type du cartulaire est adapté pour créer une nouvelle compilation remplaçant l’ancienne. Ce n’est que dans un second temps que la ville se dote d’instruments écrits vraiment nouveaux par rapport à ses habitudes, comme le Registre M. Le succès de ces innovations s’apprécie sur le long terme. Si le Registre M est complété tout au long du xve siècle, les trois cartulaires constituent quant à eux une sorte de parenthèse documentaire : très peu d’actes y sont copiés après 1410, tandis que le vieux Registre E connaît une nouvelle vie à partir de la seconde moitié du xve siècle, concentrant toutes les mises à jour.

Haut de page

Notes

1 Amiens, Bibliothèques d’Amiens Métropole (désormais abrégé en BAM), AA 1. Précisons que les appellations « Registre A », « Registre B », « Registre G » et « Registre M » sont issues du travail de classement de Jean-Baptiste Gresset en 1732 et furent ensuite reprises dans les inventaires et la bibliographie. Nous les utilisons par commodité, mais signalons qu’il ne s’agit pas de registres dans l’acception diplomatique du terme puisque leur contenu n’obéit pas strictement à une logique d’enregistrement.

2 Amiens, BAM, AA 2.

3 Amiens, BAM, AA 8. Une copie de ce manuscrit, le Registre H, est également conservée (Amiens, BAM, AA 9). Une étude paléographique reste nécessaire pour en préciser la datation.

4 Le volume est aujourd’hui perdu, mais il est mentionné dans l’inventaire des archives de la ville de 1458 : « Item ung autre livre couvert de rouge qui se commenche en grosse lettre : Ce sont les cens, rentes et revenues de la ville d’Amiens a cause de le commune qui se paient au noel, pasques, saint Pierre, saint Jehan et saint Remy, ouquel livre sont enregistrez pluiseurs cens et rentes appartenans a ladite ville et fu ledit registre renouvellé ou mois d’octobre de l’an mil iiic iiiixxxviii » (Amiens, BAM, II1, entrée n° 877).

5 Amiens, BAM, AA 12.

6 P. Cammarosano, Italia medievale : struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 1991. La bibliographie italienne sur le sujet est trop abondante pour en dresser un tableau exhaustif dans le cadre de cet article. Néanmoins, on pourra trouver des éléments utiles dans le dossier d’articles suivant : I. Lazzarini éd., « Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (xiv-xv secolo) », Reti medievali-Rivista, 9 (2008), [en ligne] : http://www.rmojs.unina.it/index.php/rm/issue/view/372, consulté le 20 juin 2018. Pour une mise au point plus récente, voir : G. Francesconi, « Potere della scrittura e scritture del potere. Vent’anni dopo la Révolution documentaire di J.-C. Maire Vigueur », dans M. Caciorgna, S. Carocci et A. Zorzi éd., I Comuni di Jean-Claude Maire Vigueur. Percorsi storiografici, Rome, 2014, p. 135-156.

7 Le travail majeur sur cette question est la monographie que consacre Pierre Chastang à Montpellier : P. Chastang, La Ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècle). Essai d’histoire sociale, Paris, 2013.

8 L. Baietto, « Elaborazione di sistemi documentari e trasformazioni politiche nei communi piemontesi (sec. xiii) : una relazione di circolarità », Società e storia, 98 (2002), p. 645-679, [en ligne] : http://www.rmoa.unina.it/95/1/RM-Baietto-Elaborazione.pdf, consulté le 20 juin 2018.

9 A. Thierry, Recueil des monuments inédits de l’histoire du Tiers État. Première série, Chartes, coutumes, actes municipaux, statuts des corporations d’arts et métiers des villes et communes de France. Région du Nord, Paris, 1850, t. 1, p. 831-845.

10 Amiens, BAM, CC 1.

11 Le compte a été établi pour la période 1384-1500, à partir de l’inventaire dressé par Georges Durand : G. Durand, Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790 : ville d’Amiens, Amiens, 1891-1925 (7 vol. ).

12 Une étude paléographique plus fine, encore en cours, enrichira sans doute cette première estimation.

13 Amiens, BAM, CC 3, f. 40.

14 « A Regnart, clerc, pour escripre ou cartulaire de le ville et mettre pluiseurs lettres ainsi qu’il est acoustumé » ; « A maistre Regnart, escripveur, qui faisoit le cartulaire de la ville » (Amiens, BAM, CC 5, f. 99).

15 « A Adam le paintre, pour enluminer des lettres d’or le nouvel cartulaire de le ville de nouvel fait pour mettre et escripre les chartres et autres previleges de le ville » (Amiens, BAM, CC 5).

16 « A Mahieu Darras, […] les lettres du nouvel quartulaire touchans le ville et plusieurs personnes, de nouvel reliier et mettre en aisselles couvertes de rouge cordouan » (Amiens, BAM, CC 9).

17 Amiens, BAM, CC 14, f. 62v.

18 Le titre donné à la table des matières du manuscrit précise explicitement la thématique spécifique du cartulaire : « Repertore acest present cartulaire touchant la ville et communité d’Amiens et monseigneur l’evesque d’Amiens » (Amiens, BAM, AA 2, f. 1r).

19 De la même manière que pour le Registre B, la thématique du cartulaire est précisée explicitement dans le titre de la table des matières : « Repertore acest present cartulaire ou sont transcrips plusieurs lettres, arrests, traictiés et accords touchans le ville et communauté d’Amiens et doyen et cappitle de l’eglise d’Amiens » (Amiens, BAM, AA 8, f. 1r).

20 Amiens, BAM, CC 7.

21 « Item pour les lettres de monseigneur l’evesque et de le ville mettre et liier en un livre de quartulaire mis en aisselles couvertes de cuir noir. Item pour les lettres de doyen et capitre d’Amiens et de le ville mettre et liier en un livre de quartulaire mis en aisselles couvertes de blanc cuir » (Amiens, BAM, CC 9).

22 Les informations sur le contexte amiénois s’appuient sur les travaux d’Édouard Maugis : É. Maugis, Recherches sur les transformations du régime politique et social de la ville d’Amiens, Paris, 1906 ; Id., Essai sur le recrutement et les attributions des principaux officiers du siège du bailliage d’Amiens, Amiens, 1906, p. 226 sq. Pour une brève synthèse, le lecteur pourra consulter l’article de D. Bayard, « Amiens », Revue archéologique de Picardie. Numéro Spécial, 16 (1999), p. 199-214, [en ligne] : https://www.persee.fr/doc/pica_1272-6117_1999_hos_16_1_2064, consulté le 20 juin 2018.

23 É. Maugis, Essai sur le recrutement…, p. 226 sq.

24 C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 41-44.

25 Paris, AN, X1C85B, pièce n° 266. Cité dans C. Gauvard, « Les humanistes et la justice sous le règne de Charles VI », dans M. Ornato et N. Pons éd., Pratiques de la culture écrite en France au xve siècle, Turnhout, 1995, p. 217-244 (p. 222).

26 Ibid.

27 Amiens, BAM, CC 1.

28 « Item deux raoulles en parchemin faisans mencion des mises et receptes […] es annees mil iiic xxxvii et xxxix… » (Amiens, BAM, II 1, n° 554).

29 Amiens, BAM, CC 3, f. 40.

30 Ces estimations, comme celles qui suivent sur les registres de délibérations, ont été réalisées à partir de l’inventaire de Georges Durand : G. Durand, Inventaire sommaire…

31 Amiens, BAM, BB 1.

32 Amiens, BAM, BB 2.

33 Amiens, BAM, BB 3.

34 Amiens, BAM, AA 5.

35 Amiens, BAM, AA 6.

36 Amiens, BAM, II 1, entrées n° 870 et n° 877.

37 A. Thierry, Recueil des monuments…, p. 379-382.

38 M.-É. Sterlin, « Les cartulaires municipaux de Picardie : l’exemple du Livre Enchaîné de Senlis », dans B. Ricard, F. Lanoue et E. Ducrocq éd., Histoire médiévale, érudition et recherche dans l’Oise. Hommage à Louis Carolus-Barré, Beauvais, 2012, [en ligne] : http://archives.oise.fr/action-culturelle/publications/actes-de-colloque-et-autres-publications/, consulté le 20 juin 2018.

39 S. Drolet, « Le Livre Blanc d’Abbeville », Memini, 12 (2008), p. 115-132.

40 S. Hamel, « Le cartulaire Livre Rouge de la ville de Saint-Quentin », Memini, 12 (2008), p. 133-148.

41 « Cartulaire de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie [1] (Staatsbibliothek zu Berlin Preussischer Kulturbesitz (Berlin), Phillipps 1776, original) », éd. P. Bertrand, dans CartulR–Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes, Orléans, 2006, [en ligne] : http://www.cn-telma.fr/cartulR/codico3122/?para=1873t19, consulté le 20 juin 2018.

42 Amiens, BAM, AA 2, f. 1.

43 Amiens, BAM, CC 3, f. 40.

44 Titre figurant au début du Registre M : « Cy apres s’ensieuvent plusieurs ediz, ordonnances et estatus fais et ordonnés par les maire et eschevins d’Amiens pour l’estat et bon gouvernement de la dicte ville, du bien commun et de la chose publique dicelle ville » (Amiens, BAM, AA 12, f. 1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Émeline Sterlin, « L’innovation documentaire à Amiens, entre création et adaptation (fin xive-début xve siècle) », Médiévales, 76 | 2019, 79-92.

Référence électronique

Marie-Émeline Sterlin, « L’innovation documentaire à Amiens, entre création et adaptation (fin xive-début xve siècle) », Médiévales [En ligne], 76 | printemps 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9908 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.9908

Haut de page

Auteur

Marie-Émeline Sterlin

Université Paris 1/Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search