Navigation – Plan du site
Du nouveau en archives

Comptabilité publique et innovation à la fin du Moyen Âge : les institutions princières et l’émergence d’une culture numérique dans un ordre conservateur

Public accounting and innovation in the Late Middle Ages: Princely institutions and the growth of numerical culture in a conservative order
Jean-Baptiste Santamaria
p. 113-132

Résumés

Les modifications enregistrées par la documentation en matière de techniques comptables entretiennent des rapports complexes avec un autre phénomène propre à la fin du Moyen Âge : le développement d’institutions stables et normées chargées du contrôle des comptes. Si une première génération d’institutions accompagne la mise en place de toute une série de techniques entre xie et xiiie siècles, ces corps deviennent progressivement inadaptés aux changements rapides des modes de gestion et aux innovations documentaires apparues entre xiiie et xive siècles. C’est pour répondre à ces nouvelles exigences, parfois promues par la base de l’administration, que les Chambres des comptes se mettent en place au cours du xive siècle, parfois avec un peu de retard sur les changements documentaires, mais se faisant immédiatement les promotrices zélées des techniques nouvelles. Une fois installées dans le paysage, ces institutions inventent moins qu’elles n’acclimatent et installent durablement toute une série d’innovations antérieures, dont la circulation répond cependant aussi à des enjeux de préséance et d’honneur. Après cette phase de « réformation », durant laquelle sont durablement établies les bonnes pratiques, un « effet institution » semble jouer : les Chambres défendent farouchement leur « style » qui devient un élément de leur autonomie ou de leur identité, qui garantit la validité de leurs actions, et les princes peuvent avoir du mal à les inciter à introduire de nouveaux usages.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un effort d’innovation documentaire souvent ancien
Des institutions de rattrapage ?
Enraciner l’innovation
Combattre l’innovation ?

Aperçu du texte

« Faut-il dire cette chose honteuse que notre Chambre des comptes attendit au dix-septième siècle pour adopter les chiffres arabes, sans lesquels on ne peut faire le plus simple calcul ? » Si l’amalgame fait par Jules Michelet entre institution de contrôle et archaïsme a encore pu être accepté par Lucien Febvre, pour qui le calcul était assez secondaire dans la formation des gens des comptes, le lien est désormais bien établi entre « l’essor des institutions et l’amélioration des techniques administratives », selon les mots de Jean-Philippe Genet. La relation entre innovation institutionnelle et documentaire peut cependant s’avérer ambivalente dans une période où la novelleté fait figure d’épouvantail politique, et où l’innovation financière n’est guère revendiquée comme telle, mais promeut largement la compétence la plus pointue, faisant du maître des comptes un « expers et cognoissans en fait de compte » : les rapports des experts à l’innovation peuvent être ambigus, allant de l’u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Médiévales 76, printemps 2019, p. 113-132

Référence électronique

Jean-Baptiste Santamaria, « Comptabilité publique et innovation à la fin du Moyen Âge : les institutions princières et l’émergence d’une culture numérique dans un ordre conservateur », Médiévales [En ligne], 76 | printemps 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/medievales/9974 ; DOI : 10.4000/medievales.9974

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Santamaria

Université de Lille, Laboratoire IRHIS (UMR 8529)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Vincennes
  • OpenEdition Journals