Skip to navigation – Site map

Lettre à Michèle

Michèle Joannon (1941 à Bône – 2018 à Marseille)
Christophe Morhange, Sylvie Daviet, Jean-Marc Fevret and Marc Joannon

Full text

1Michèle, tu nous as quittés au milieu du mois d’août, en pleine canicule. Les cigales chantaient si fort cet après‑midi‑là dans la colline provençale. La garrigue sentait la terre algérienne de ton enfance, le romarin, le thym, l’origan, la sève des pins, le sol brulé par la luminosité du ciel et la chaleur implacable du soleil estival de cette Méditerranée que tu aimais tant et qui était tienne... Tu es morte tout en douceur, sereinement, regrettant de nous gâcher (!) un peu nos grandes vacances. Ce jeudi 16 août, jour de tes obsèques, nous avons réalisé avec effroi, qu’il fallait désormais vivre sans toi, sans ta présence, ton regard, ton amitié, ton intelligence, ta bienveillance constante, ton sourire et ton amour de la vie et des autres.

2Michèle était une universitaire brillante et dévouée. En équipe avec Lucien Tirone, elle a préparé pendant des décennies, avec un immense succès, des générations d’étudiants géographes et historiens aux concours de recrutement des professeurs de l’École Normale, du CAPES et de l’agrégation de géographie, dont elle avait été elle-même major de promotion en 1967. Pour cet engagement généreux, pour la finesse de ses analyses, Michèle était très appréciée et unanimement reconnue.

3Michèle fut également une chercheuse pleine de talent, soucieuse de produire et diffuser une connaissance précise et novatrice, notamment sur le monde méditerranéen. En témoignent amplement ses multiples contributions à la revue Méditerranée (plus de 35 recensées depuis 1969) et son apport déterminant, depuis les années 1970 jusqu'à sa retraite en 1999, au bon fonctionnement de l’Institut de géographie de l’université d’Aix-Marseille. Sa thèse de géographie, soutenue en 1975, portant sur les maraîchers marseillais, avait déjà été remarquée pour ses qualités.

4Michèle aimait particulièrement la littérature, le cinéma, les conférences, les spectacles, les randonnées et les grands voyages. Elle s'intéressait toujours aux autres et son cercle d'amis s'est élargi au fil des ans grâce à ses qualités : gentillesse, amour, gaieté, accueil, générosité, écoute, curiosité et fidélité. Sa maison était toujours ouverte à tous, amis, famille, collègues et ses talents de cuisinière étaient très appréciés.

5Michèle était très attachée à la Méditerranée dont elle connaissait et aimait intimement les deux rives. Elle laisse l'image d'une enseignante inoubliable et d'une chercheuse brillante et généreuse.

6Michèle, tu nous manques tant ! Que le beau texte d’Albert Camus, décrivant les ruines archéologiques de Tipasa, accompagne ton dernier voyage (cf. annexe).

Top of page

Bibliography

(1979), Vivre aujourd'hui et demain dans les Alpes du Sud, 100 p., Marseille, CRDP, (avec Lucien Tirone).

(1981), Nouveaux aspects de l'organisation de l'espace en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, CRDP, (Avec Lucien Tirone).

(1988), Pour une approche didactique de la géographie, 87 p., Marseille, CRDP, Institut de géographie de l'université d'Aix-Marseille, 1988, (avec Lucien Tirone).

(1990), La Méditerranée dans ses états, revue Méditerranée, 70, (avec Lucien Tirone).

(1994), Pour une approche didactique de la géographie, de la théorie à la pratique, 144 p., Marseille, CRDP, (avec Maryse Clary et Lucien Tirone).

(1994), L'arc méditerranéen en questions, revue Méditerranée, 79, (avec Roland Courtot et Sylvie Daviet).

(1999), Littoralisation et disparités spatiales Machrek Maghreb, revue Méditerranée, 91, (avec Marc Côte).

(2001), Politique urbaines à Naples et à Marseille: regards croisés, revue Méditerranée, 96, (avec Nicole Girard).

(2001), Panorama cartographique de la Méditerranée, revue Méditerranée, 97, (avec Lucien Tirone et Sylvie Moro).

Top of page

Annex

Extrait de « Noces à Tipasa » d’Albert Camus (1939)

Au printemps, Tipasa est habitée par les dieux et les dieux parlent dans le soleil et l'odeur des absinthes, la mer cuirassée d'argent, le ciel bleu écru, les ruines couvertes de fleurs et la lumière à gros bouillons dans les amas de pierres. À certaines heures, la campagne est noire de soleil. Les yeux tentent vainement de saisir autre chose que des gouttes de lumière et de couleurs qui tremblent au bord des cils. L'odeur volumineuse des plantes aromatiques racle la gorge et suffoque dans la chaleur énorme. À peine, au fond du paysage, puis-je voir la masse noire du Chenoua qui prend racine dans les collines autour du village, et s'ébranle d'un rythme sûr et pesant pour aller s'accroupir dans la mer.

Nous arrivons par le village qui s'ouvre déjà sur la baie. Nous entrons dans un monde jaune et bleu où nous accueille le soupir odorant et âcre de la terre d'été en Algérie. Partout, des bougainvillées rosat dépassent les murs des villas ; dans les jardins, des hibiscus au rouge encore pâle, une profusion de roses thé épaisses comme de la crème et de délicates bordures de longs iris bleus. Toutes les pierres sont chaudes. À l'heure où nous descendons de l'autobus couleur de bouton d'or, les bouchers dans leurs voitures rouges font leur tournée matinale et les sonneries de leurs trompettes appellent les habitants.

À gauche du port, un escalier de pierres sèches mène aux ruines, parmi les lentisques et les genêts. Le chemin passe devant un petit phare pour plonger ensuite en pleine campagne. Déjà, au pied de ce phare, de grosses plantes grasses aux fleurs violettes, jaunes et rouges, descendent vers les premiers rochers que la mer suce avec un bruit de baisers. Debout dans le vent léger, sous le soleil qui nous chauffe un seul côté du visage, nous regardons la lumière descendre du ciel, la mer sans une ride, et le sourire de ses dents éclatantes. Avant d'entrer dans le royaume des ruines, pour la dernière fois nous sommes spectateurs.

Au bout de quelques pas, les absinthes nous prennent à la gorge. Leur laine grise couvre les ruines à perte de vue. Leur essence fermente sous la chaleur, et de la terre au soleil monte sur toute l'étendue du monde un alcool généreux qui fait vaciller le ciel. Nous marchons à la rencontre de l'amour et du désir. Nous ne cherchons pas de leçons, ni l'amère philosophie qu'on demande à la grandeur. Hors du soleil, des baisers et des parfums sauvages, tout nous paraît futile.

Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, Sylvie Daviet, Jean-Marc Fevret and Marc Joannon, « Lettre à Michèle », Méditerranée [Online], 130 | 2018, Online since 03 December 2018, connection on 23 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/10746 ; DOI : 10.4000/mediterranee.10746

Top of page

About the authors

Christophe Morhange

CEREGE-AMU

By this author

Sylvie Daviet

By this author

Jean-Marc Fevret

Marc Joannon

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals