Skip to navigation – Site map

Liban

Une géographie de contrastes
Jocelyne Gérard and Carole Nehmé
Translation(s):
Lebanon [en]

Dedication

En hommage à M. Henri Chamussy, géographe et grand ami du Liban

Full text

1Le Liban est, sur une petite superficie, un espace d’une extraordinaire complexité qu’il est passionnant de tenter de comprendre tant ses paradoxes interpellent. De dimension restreinte (10 400 km²), il occupe un espace stratégique particulier, au carrefour de la Méditerranée et de l'Orient arabe. Ce pays montagneux a connu l’occupation humaine depuis le paléolithique et a vu, tout au long de son histoire, sa domination constamment disputée par les plus grands empires, notamment la civilisation égyptienne, les Grecs, Romains, Byzantins, Arabes, croisés et Ottomans. De par sa situation, son histoire, sa topographie, le Liban qui est au cœur du complexe géopolitique du Proche et Moyen-Orient cristallise une géographie de contrastes, non seulement au-delà de ses frontières, avec les pays de la région, mais aussi au sein de son territoire modeste... Contraste entre le cordon littoral, le massif montagneux et la plaine intérieure, entre le nord de la vallée de la Beqaa, sub-aride, et le Mont‑Liban, largement arrosé et enneigé ; contraste entre les grandes cultures de la Beqaa et l'agriculture limitée le long du cordon littoral ; contraste enfin entre l'espace rural et de villégiature de la montagne et la pression urbaine de la capitale tentaculaire. De plus, Le Liban offre le paradoxe d’être à la fois ouvert et fermé. Le Mont‑Liban a, depuis des siècles, été une montagne-refuge pour des groupes culturels et religieux très divers qui ont conservé leurs traditions et leurs états d’esprit. Les groupes humains qui ont peuplé les vallées libanaises, aux pentes brutales érodées par les manifestations d’un climat caractérisé par des pluies violentes, un enneigement en altitude, des sécheresses estivales, sont marqués à la fois par un repli sur eux-mêmes, ce qui a permis à des communautés telles que les Chrétiens maronites et les Druzes de subsister pendant des siècles de domination étrangère (l’indépendance date de 1943‑1944), et par l’ouverture sur l’horizon maritime, la mer étant toujours en vue au bout des vallées. Le Liban a toujours été ouvert sur le monde ; il est terre d’émigration.

2L’organisation de l’espace libanais est partiellement contrainte par la disposition du relief en vallées grossièrement parallèles orientées est-ouest, qui entaillent les pentes du Mont‑Liban. Cette disposition a comme conséquence le découpage du versant ouest du Mont‑Liban en cellules allongées est-ouest, isolées les unes des autres par des gorges profondes, aux versants extrêmement raides et difficilement franchissables. La distance entre la crête du Mont-Liban (3 000 m d’altitude en son point culminant) et la mer Méditerranée n’est que de 30 à 40 km au plus. Les plaines côtières, étroites et discontinues, sont de plus en plus densément peuplées.

3Cet espace cloisonné offre une mosaïque de paysages : hauts plateaux karstiques déserts limités par des versants abrupts, replats déboisés, zones urbaines anarchiques vastes et tentaculaires. Le front urbain se voit constamment repoussé, grignotant les territoires périphériques de l’agglomération. Cette croissance des villes est l’enjeu de multiples défis liés aux problèmes environnementaux, à la gestion des ressources et aux politiques d'aménagement. Les dégradations parfois irrémédiables de l’environnement dues aux décharges et les empiétements sur le littoral en sont les conséquences principales et les plus originales.

4Le Liban, caisse de résonance à tous les conflits du Proche-Orient, région instable s’il en est, a connu une guerre intérieure qui duré 15 ans, dont les traces sont encore visibles partout, dans le paysage et dans les esprits. Ce qui ajoute encore à la complexité et se traduit par une vie politique, économique et sociale déroutante, chaotique. La guerre civile (1975-1990) fut le point de transition le plus important dans la répartition démographique libanaise. Au cours des opérations militaires, les populations urbaines ont été forcées de migrer vers les espaces périphériques, colonisant villages, moyennes montagnes, littoral et même fortes pentes. Cette guerre a joué un rôle majeur de transformation territoriale : abandon et déprise de certaines régions, destruction de zones d’habitat et polarisation confessionnelle.

5C’est cette complexité territoriale et son évolution dans le temps long et récent que les chercheurs libanais tentent d’élucider, en collaboration avec leurs partenaires français. Différentes recherches conjointes ont conduit à la production de ce dossier spécial.

6Ainsi, dans le temps long, l’article de Harfouche et al. met en évidence, grâce à une approche intégrée (fouilles archéologiques, étude des sols, datations et analyse spatiale des sites néolithiques), l’histoire précoce de l’occupation humaine du Mont-Liban qui date de l’âge du bronze ancien, l’exploitation des ressources par les sociétés et leurs adaptations aux changements environnementaux depuis la seconde moitié de l'Holocène, vers 6 000 BP, jusqu'aux mutations paysagères et socio-économiques récentes. L’anthropisation du Liban est loin d’être récente et les auteurs relèvent, d’une part, la résilience des sociétés du Mont-Liban face aux changements climatiques abrupts et, d’autre part, la complexification des structures socio-économiques des sociétés villageoises qui traduit un ancrage plus marqué dans le territoire.

7L’article de Chidiac sur les « Territoires », métropolisation et recomposition spatiale dans la moyenne montagne autour de Beyrouth (Liban) : les « refuges » au défi de la mondialisation » présente la montagne libanaise comme le bastion des communautés religieuses et des chefs politiques. Cet espace subit depuis plus de quatre décennies de profondes transformations suite à différents processus : la villégiature, les déplacements de populations durant la guerre, la périurbanisation et les investissements des ressortissants du Golfe et des émigrés. L’auteure tente de présenter les résultats d’une recherche sur les territoires au Liban sous l’angle d’une interaction territoriale avec les processus de mondialisation et de métropolisation. L’analyse de l’évolution de la moyenne montagne – nouvel espace péri-urbain multimodal de la capitale-, fait ressortir les contrastes entre les logiques de cloisonnement confessionnel et clanique apparent et l’économie libérale adoptée. Cette situation reste liée jusqu’à présent à des revendications identitaires présentées comme héritées et liées à « l’autonomie » des localités de montagne.

8L’article de Zaarour et Voiron étudie la morphologie urbaine de Beyrouth et son évolution temporelle. L’étude des données urbaines sur plus 60 ans a permis une reconstitution des données spatio-morphologiques (bâti, routes, friches) pour la ville de Beyrouth à une échelle fine. L’analyse des photographies aériennes de 1956, 1972 et 1999, d’une part, et des données recueillies récemment par relevé de terrain, d’autre part, révèle une saturation du tissu bâti, mais aussi une verticalisation et une plus grande hétérogénéité urbaine dont les incidences sont accrues du fait des risques environnementaux (séismes, santé publique). L’accroissement de la surface bâtie et de la hauteur des constructions, associé à une gestion du risque défaillante, contribue ainsi à l’aggravation de la vulnérabilité de la ville face à l’aléa sismique. Les changements qui ont façonné le tissu urbain de la capitale libanaise, tel que nous le connaissons de nos jours, ont bel et bien commencé à se dessiner progressivement à partir des années 1950. La période de la reconstruction post-guerre (1975‑1999) n’a fait qu’accélérer et accentuer ces tendances, en l’absence d’une bonne gestion urbaine. Dans un contexte de risque environnemental important, la connaissance de la vulnérabilité du tissu bâti, à l’échelle intra-urbaine de Beyrouth, s’avère extrêmement utile aux pouvoirs publics afin de détecter, de hiérarchiser les espaces à enjeux et de mettre en place des actions d’information de la population ainsi que la préparation à la gestion de crise en temps de catastrophe.

9Toujours sur la ville de Beyrouth, l’article de Hindi traite des changements affectant les espaces publics depuis le 19e siècle jusqu’à aujourd’hui. Au travers de cartes de reconstitution, l’auteur explore la structure spatiale de la ville sous le prisme de la politique urbaine adoptée par les instances ottomanes avant et après de dissociation de la ville de la province de Damas en 1888. Une première vague de modernisation de Beyrouth s’opère à la fin du 19e siècle sur l’exemple des métropoles occidentales. La deuxième vague de modernisation se concrétise sous le mandat Français, avec pour objectif de construire une ville proche du modèle français au Levant. Diverses modalités d'occidentalisation se manifestent, notamment à travers la transformation des espaces publics intra et extra-muros.

10La dernière partie de ce numéro porte sur la plaine intérieure de la Beqaa et aborde les problématiques liées à la sécheresse qui frappe le secteur agricole dans le contexte actuel de changement climatique et de stress hydrique. Deux articles fournissent des données nouvelles sur les pratiques agricoles d’un côté et sur l’évolution de l’intensité estimée des sécheresses de l’autre.

11L’article de Trottier et d’Antonius dévoile une enquête ethnographique visant à appréhender les modalités de construction des pratiques d’irrigation des agriculteurs en lien avec la tenure de la terre. L’étude se focalise sur les modalités d’appropriation et d’utilisation de cette eau en fonction de son origine et des moyens de sa distribution. La recherche est menée dans une perspective comparative avec huit autres cas d’étude différents à travers le monde. Au-delà du constat désormais classique que les facteurs économiques et géostratégiques amènent les agriculteurs à modifier les modalités de leur accès à l’eau et à la terre, quatre cas de figure illustrent les modalités d’interaction de divers facteurs qui façonnent les pratiques d’irrigation afin de s’adapter aux aléas climatiques et socio-économiques.

12L’article de Nasser et al., enfin, étudie la sécheresse en tant qu’aléa climatique dans la plaine de la Beqaa. Les conséquences de la sécheresse sont aggravées par une absence de gestion efficace des ressources en eaux et de politiques d’aménagement. Une étude de l’évolution de l’intensité des sécheresses sur un territoire agricole au centre de la plaine de la Beqaa est effectuée en combinant des indicateurs issus d’images satellites et des données climatiques. Ces deux approches ont permis d’observer la variation de l’intensité de la sécheresse depuis 2001. Celle-ci varie considérablement dans le temps et dans l’espace avec un pic marqué en 2008. L’aléa a donc un caractère récurrent et son intensité augmente légèrement.

13Le Liban, pays de la complexité et du paradoxe, constitue un champ de recherche où les problématiques qui s’inscrivent à différentes échelles spatiales ou temporelles (temps long ou récent) n’auront pour objectif que de nous éclairer sur la relation entre l’Homme et son milieu, et sur la manière de traverser et de répondre aux différentes crises, que celles-ci soient humaines ou environnementales.

Top of page

References

Electronic reference

Jocelyne Gérard and Carole Nehmé, « Liban », Méditerranée [Online], 131 | 2020, Online since 03 February 2020, connection on 19 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/10987

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals