Skip to navigation – Site map
La transformation urbaine de la ville de Beyrouth

Les transformations morphologiques du tissu bâti de Beyrouth depuis 1950

Analyse morpho-dynamique à échelle fine
Morphological transformations of the urban fabric of Beirut since 1950. A fine scale morphodynamic analysis
Rita Zaarour and Christine Voiron‑Canicio

Abstracts

This article presents an urban analysis methodology of Beirut-municipality’s buildings. This allows to contextualize the buildings transformations in a spatio-temporal trajectory starting from the mid-1950s, and to distinguish recent evolutions of the urban morphology from those operating previously on the long term. In order to achieve this goal, an un-precedented approach to the spatio-morphological information was carried out on a fine scale. The analysis results highlight the general trends over the last fifty years, as well as the specific geographical features that result from both constant transformation of the city and post-civil war reconstruction. The results also highlight the consequences of the buildings morphological evolution on the current vulnerability to earthquakes-a major risk for Beirut.

Top of page

Full text

Introduction

1Dans les nombreuses études consacrées à la capitale libanaise, l’extension spatiale de l’agglomération de Beyrouth figure parmi les thèmes privilégiés, en raison des divers enjeux liés à l’étalement urbain non maîtrisé. Toutefois, depuis peu, un nombre croissant de travaux d’urbanistes, d’environnementalistes et de géographes se porte sur la restructuration du tissu constructif intra-urbain de Beyrouth. Cet article s’inscrit dans ce cadre. Le bâti de Beyrouth-municipe est analysé dans ses dimensions horizontale et verticale, et à l’échelle micro spatiale, dans l’optique de resituer les transformations récentes du bâti dans une trajectoire spatio-temporelle débutant au milieu des années 1950, et de distinguer ainsi, les évolutions récentes de celles opérant sur le temps long. L’objectif de l’analyse est double :

  • dégager les tendances générales ainsi que les spécificités géographiques qui résultent à la fois de la transformation incessante de la ville et de la reconstruction de l’après-guerre civile

  • mesurer les conséquences de cette morpho-dynamique sur la vulnérabilité actuelle du bâti face aux séismes, considérés comme un risque majeur pour la ville de Beyrouth. Travailler sur l’espace de Beyrouth-municipe, à grande échelle et sur le temps long, exige de disposer de données spatialisées, précises et homogènes tout au long de la période d’étude. Celles-ci n’existant pas auparavant, il a été nécessaire d’élaborer une démarche inédite de création de l’information spatialisée.

2L’article s’organise en trois parties. La première présente tout d’abord une revue des travaux scientifiques dédiés à la ville de Beyrouth, les thématiques dominantes et les méthodes employées, avant d’exposer le parti de cette recherche, les objectifs poursuivis et l’originalité de la démarche adoptée par rapport aux travaux antérieurs. La seconde partie est consacrée à la connaissance retirée de l’analyse spatio-temporelle de la morphologie du bâti, appréhendée dans ses dimensions horizontale et verticale. Enfin, la troisième partie aborde la question des conséquences environnementales de ces transformations morphologiques, en focalisant l’attention sur la vulnérabilité du bâti face au risque sismique.

1 - État de l’art et parti de recherche retenu

1.1 - La morphologie de Beyrouth : des angles, des échelles et des méthodes d’approches multiples

3Les questions de la morphologie de la capitale libanaise, de sa croissance, de son étalement ainsi que des transformations territoriales qui en découlent, transparaissent à travers de nombreuses études. Toutefois, les angles et les échelles d’observation ainsi que les méthodes d’approche et d’analyse des évolutions et des structures morphologiques, varient selon les objectifs disciplinaires, la disponibilité des données et les périodes traitées.

4À l’échelle de l’agglomération, les experts en urbanisme se sont surtout attachés à délimiter le contour de la macroforme, à suivre son extension et à dégager sa structure interne, essentiellement à partir des années 1950. C’est à cette époque que la capitale devient la ville-centre d’une agglomération qui connaîtra par la suite une croissance accélérée et ininterrompue. Dans son article Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres (2013), E. Verdeil souligne les différentes approches appliquées à cette fin. Si certaines délimitations émanent d’une logique de planification, d’aménagement du territoire ou de gestion des services urbains, voire de logique politique durant la guerre du Liban (1975‑1990), d’autres sont issues de travaux de géographes ou d’urbanistes, basés sur l’observation des mobilités quotidiennes, sur l’analyse de perceptions, mais aussi, et surtout, sur l’approche morphologique couplée parfois à un dénombrement démographique comme dans le cas du schéma directeur et d’aménagement du territoire libanais (2005). Outre l’étude de la tache urbaine, la question du développement des banlieues de l’agglomération beyrouthine comme de ses bidonvilles et de ses quartiers irréguliers ou sous-intégrés, a fait l’objet de multiples études, avant 1975, durant la guerre de Liban et au cours de la période post-guerre, avec une attention plus particulière sur l’urbanisation de la banlieue-sud de la ville. 

5Par ailleurs, historiens, géographes et urbanistes se sont également penchés sur la question de la forme urbaine, sa genèse, ses structures et ses évolutions, à un niveau intra-urbain, tantôt à l’échelle de la ville et tantôt sur une portion de ville.

6Des études survolant l’histoire de Beyrouth, des origines à nos jours, comme celle de Samir KASSIR dans son ouvrage Histoire de Beyrouth (2003) ou, l’ouvrage collectif Portrait de villeBeyrouth (2001) permettent de saisir, de manière à la fois descriptive et analytique, à travers le regard de l’historien et de son travail de compilation considérable, l’évolution de la ville et les processus en œuvre dans son façonnement, sous ses multiples dimensions politiques, socio-économiques, démographiques, urbanistiques et morphologiques.

7Des études plus ciblées apportent à ces travaux synoptiques, des éclairages plus approfondis sur certains pans de l’histoire urbaine de Beyrouth et de son espace. Dans son ouvrage, Beyrouth et ses faubourgs (1996), May Davie, reconstitue la genèse de la ville moderne, entre 1840 et 1940, en analysant l’émergence et la construction progressive de ses quartiers et de ses premiers faubourgs. A. Fischfisch, architecte de formation, analyse dans son livre issu d’une thèse en géographie urbaine, Formes urbaines et architecturales de Beyrouth depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours (2011), l’évolution des formes urbaines ainsi que les logiques de leur émergence et transformation, à partir de l’exploitation d’archives foncières – périodes ottomane, mandataire et libanaise – courant de 1876 à 1927.

8Les géographes urbains et les architectes urbanistes ne sont pas en reste dans leur désir d’appréhender la morphologie de Beyrouth, d’analyser ses structures spatiales, et de comprendre les processus qui leur donnent naissance et qui les transforment au fil du temps. Dans sa thèse, publiée en 1953, sur la géographie humaine de Beyrouth, Saïd Chehabeddine brosse des tableaux descriptifs de l’environnement physique et humain des quartiers de Beyrouth municipe. Ultérieurement, une analyse typologique, socio-économique et fonctionnelle des quartiers, est établie et cartographiée, par le géographe Helmut Ruppert, dans son étude, de 1968-1969, Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident. Sous un autre angle, l’architecte Elie Achkar, met en relation l’urbanisation de Beyrouth avec les caractéristiques de l’urbanisme libanais, dans son livre Règlementation et formes urbaines (1998). D’autres recherches géographiques ou urbaines, réalisées dans le cadre de mémoires ou d’ateliers d’études universitaires durant la période de la guerre, voire post-guerre, viennent compléter le tableau et dépeindre, à plus ou moins grande échelle, la morphologie de quelques quartiers ou rues de la ville, la typologie de leur bâti et les mutations qu’elles ont subies. Depuis peu, des problématiques touchant à l’évolution du tissu constructif, aux nouvelles dynamiques foncières et immobilières, à la régénération urbaine et à la gentrification, sont au centre des préoccupations des géographes, des urbanistes et des environnementalistes (Zaarour et al., 2010, 2015 ; Achkar 2011 ; Adjizian-Gérard et al., 2013 ; Badaro-Saliba et al., 2014 ; Yazigi 2015 ; Ashkarian et al., 2016). Ces travaux sont centrés sur les dynamiques foncières et immobilières post-guerre (1975-1990) ainsi que sur les transformations sociales et environnementales qui en découlent. D’autres chercheurs mettent en relation le temps urbain avec les temps sismiques, en inscrivant la croissance de Beyrouth dans la chronologie sismique régionale (Pico et al., 2006).

9En résumé, la plupart des études sur la morphologie de Beyrouth restent partielles, en ne traitant qu’une portion de l’espace de la capitale, et sont basées sur des données multi-sources issues de relevés et des observations de terrain ainsi que sur le suivi des permis de construire et des prix du foncier.

1.2 - Objectifs de la recherche et méthodologie adoptée

10Dans la continuité des études sur les formes urbaines de Beyrouth, l’objectif de cette étude est d’étudier la morpho-dynamique de la ville sur le temps long - 1956-2014 - afin de caractériser l’évolution de la morphologie du bâti, d’identifier les tendances générales et les différenciations spatiales internes à Beyrouth-municipe, ainsi que les impacts environnementaux qui en résultent. Ces objectifs nécessitent des données sur le bâti de Beyrouth, à grande échelle, en 2D et en 3D, et homogènes sur les 60 dernières années. Or, le manque d’informations spatialisées fiables, disponibles à des dates reculées et régulièrement mises à jour, demeure une contrainte majeure pour les recherches urbaines sur Beyrouth, et plus particulièrement pour l’analyse de la morpho-dynamique du bâti. Par ailleurs, en raison de l’absence d’images antérieures aux années 1970, et des différences de précision entre l’information extraite sur les images provenant des satellites de première génération et celle issue d’images plus récentes, l’imagerie satellitaire n’était pas la mieux adaptée pour cette étude (Zaarour et al., 2000). L’obtention de données fines et homogènes à différents pas de temps s’avère indispensable.

11L’information spatiale mobilisée dans cette recherche est issue d’un processus de création de données réalisé au moyen de deux méthodes complémentaires, et utilisées successivement.

  • Les photographies aériennes de 1956 (105 clichés à l’échelle du 1/6000e), 1972 (105 clichés au 1/4000e) et 1999 (93 clichés au 1/5000e), recouvrant la ville de Beyrouth dans ses limites municipales (20 km2), ont été choisies comme documents de base. Bien que leur lecture et leur exploitation soient rendues difficiles par la mauvaise qualité de certains clichés, elles constituent néanmoins la meilleure source d’information disponible pour décrire la morphologie du bâti, tels que la taille, le nombre d’étages, la disposition et l’emprise au sol. Un protocole strict d’extraction de l’information a été conçu (Zaarour et al., 2008). L’extraction s’est faite bâtisse par bâtisse, au moyen d’une grille de relevé avec une maille carrée de 250 x 250 mètres. Un maillage régulier a été choisi car ce procédé permet, d’une part, de s’affranchir des limites administratives parfois artificielles, et d’autre part, d’agréger l’information en optant pour une unité spatiale élémentaire de mesure dont la dimension se rapproche autant que possible de la taille moyenne d’un îlot dans un tissu urbain.

Figure 1

Figure 1

Les 32 secteurs enquêtés

Source : Projet ANR Libris, 2010-2015

  • Pour la seconde période, postérieure à 1999, un relevé des caractéristiques morphologiques de 7 756 bâtisses a été réalisé entre 2010 et 2014, par une enquête exhaustive concernant 32 des 57 secteurs de la capitale, dans le cadre d’une étude sur la vulnérabilité de la ville de Beyrouth face au risque sismique (Projet ANR Libris 2010-2015 ; Zaarour et al., 2015). Toutefois, comme certains quartiers étaient interdits d’enquête ou sensibles au niveau sécuritaire, l’ensemble de la ville n’a pu être couvert (fig. 1) Ces données ont été analysées au moyen du même maillage que celui appliqué aux photographies aériennes afin de permettre la comparaison des états du bâti aux différentes périodes.

2 - La morphologie du bâti et son évolution au cours des 60 dernières années

12L’étude de la morpho-dynamique du bâti beyrouthin couvre une durée d’un peu plus d’un demi-siècle (1956 à 2014). Elle démarre à partir du moment où le rythme de la croissance de la capitale libanaise, entamée au 19e siècle, commence à s’accélérer. Au cours de cette période relativement longue, des phases d’expansions et de grands bouleversements affecteront les composantes socio-économiques de la ville et se traduiront par des transformations d’ordre morphologique.

13Entre 1950 et 1975, le Liban connaît une phase de prospérité. Beyrouth devient un pôle économique et financier national et une métropole régionale. La croissance économique est accompagnée d’une croissance démographique et d’une intense activité immobilière qui aboutira à la densification et à l’expansion spatiale de la capitale (Marthelot, 1963). Beyrouth-municipe se transforme progressivement en une ville-centre d’une agglomération dont l’extension spatiale est, depuis, ininterrompue (Bourgey, 1985). À l’intérieur du périmètre municipal, (fig. 2) on assiste à l’émergence d’un nouveau centre commercial et des affaires, celui du quartier Hamra qui concurrence rapidement le centre-ville historique de la capitale. Également, de nouveaux quartiers résidentiels se développent dans les espaces encore vacants du secteur Parc (fig. 1), situé à la périphérie sud-est de Beyrouth, et ceux du secteur Ras Beyrouth, situés à l’ouest de la ville et dans le prolongement du tissu urbain datant de l’époque du mandat (1920‑1943) (Tabet, 2001).

Figure 2

Figure 2

Beyrouth municipe du début des années cinquante

14De 1975 à 1990, la ville de Beyrouth doit faire face à 15 années de guerre civile qui scindent la ville en deux et qui engendrent un lot de destructions et de dégâts : « Dans Beyrouth "municipe", hors centre‑ville, […] 6 % d’immeubles détruits et 22 % des immeubles touchés » (Tabet, 2001). Ultérieurement, au cours de la période post-conflit, la ville connaît une phase de reconstruction, mais également un boom immobilier (2004‑2012) qui ne tarde pas à transparaître à travers le paysage morphologique remodelé. Dès 1993, la reconstruction de la ville de Beyrouth est entamée. À l’intérieur des limites municipales, elle touche essentiellement le centre-ville ou ce qui est communément surnommé "Zone Solidere" du nom de la société foncière privée à qui le projet est confié (fig. 1). Les travaux entraînent « une vaste campagne de destruction » alors qu’à l’extérieur du périmètre SOLIDERE « des milliers de grues couvrent la ville et ses banlieues pour produire plus de 15000 immeubles entre 1991 et 1995 » (Tabet, 2001). Toutefois, la vague de destruction accélérée des vieilles demeures typiques de l’architecture beyrouthine dans les quartiers résidentiels péricentraux, et leur remplacement par de nombreuses tours, est plus tardive. Elle fait suite à « la courte période de récession [du secteur immobilier] entre 1998-2000 » (Ashkarian et al., 2016).

15Ainsi, la capitale libanaise connaît, au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle, une histoire bien mouvementée dont l’impact transparaîtra dans les multiples évolutions morphologiques de son tissu bâti au cours des 60 dernières années. Ces transformations sont révélées tant par l’analyse des données extraites des couvertures aériennes successives de 1956, 1972 et 1999 que de celles collectées par le relevé sur le terrain, pour la période récente.

2.1 - Morphologie du bâti beyrouthin (1956-1999) : évolutions et tendances remarquables

16Parmi les modifications majeures et les grandes tendances de la morpho-dynamique de Beyrouth, observées par analyse des différents paramètres descriptifs de la forme des constructions ainsi que de leur agencement dans l’espace en 1956, 1972 et 1999, il convient de souligner :

  • L’arrivée à saturation du tissu du bâti, après 1972. En effet, le tissu constructif, déjà bien urbanisé en 1956 (fig. 3), avec un nombre élevé de mailles aux taux d’occupation du sol situé entre 50% et 75%, accuse jusqu’en 1972 un accroissement notable et rapide des mailles dont la surface est occupée par du bâti à plus du trois quart (75% et 100%). Par la suite, au cours de la période de la guerre et celle post-guerre, le rythme des évolutions se ralentit avec une légère baisse de la catégorie des mailles très urbanisées (75% à 100%) au profit de celles moyennement occupées par du bâti (50 à 75%).

Figure 3

Figure 3

Évolution du nombre de mailles selon leur taux d'occupation du sol

  • La mise en place progressive d’un bâti à volumétrie croissante. La hauteur et la taille moyenne des constructions évoluent régulièrement entre 1956 et 1999. En attestent (fig. 4 et 5), à un niveau global, la chute vertigineuse et régulière des mailles caractérisées par un bâti peu élevé (2 à 4 étages) et l’ascension ininterrompue de celles dominées par une taille de constructions de grande dimension. Une observation plus fine des évolutions et de leur rythme, révèle une nette augmentation des mailles dont le bâti est de hauteur moyenne (4 à 6 étages), entre 1956 et 1972, relayée par celle des mailles à bâti de hauteur élevée (6 à 9 étages), entre 1972 et 1999. Si la progression de la taille des constructions se poursuit au cours de la période 1956‑1972, avec un accroissement notable pour les mailles à bâti de taille moyenne ou grande – avec comme corollaire une chute brutale du bâti de petite dimension –, il n’en est pas de même pour la période suivante. Entre 1972 et 1999, la tendance à la hausse s’infléchit pour les mailles aux constructions de taille moyenne, et poursuit sur sa lancée pour celles au bâti de grande taille. Quant aux mailles dominées par les petites bâtisses, leur diminution se poursuit, mais à un rythme nettement plus lent.

Figure 4

Évolution du nombre de mailles selon la moyenne des étages

Figure 5

Figure 5

Évolution du nombre de mailles selon la taille moyenne du bâti (surface au sol)

  • Une hétérogénéité croissante du tissu urbain. Cette évolution est le fruit du renouvellement continu d’un parc bâti caractérisé, au fil du temps, par l’édification de constructions de plus en plus élevées. Le calcul du coefficient de variation du nombre d’étages moyen par maille traduit cette évolution. Un accroissement continu des mailles à forte variabilité du nombre d’étages est visible de 1956 à 1999 (fig. 6). Cette tendance est accompagnée par la chute brutale des mailles à faible variabilité de la hauteur des constructions, avant 1972, comme ultérieurement, par une baisse à un rythme plus lent des mailles de la même catégorie ainsi que de celles au coefficient de variation moyen.

Figure 6

Figure 6

Évolution du nombre de mailles selon le coefficient de variation du nombre d’étages

17En résumé, l’analyse des paramètres descriptifs du bâti beyrouthin, sur une période de près d’un demi-siècle, révèle la densification tant horizontale que verticale du tissu constructif de la capitale libanaise ainsi que son hétérogénéité croissante.

2.2 - Analyse des évolutions spatiales (1956-1999)

18L’analyse diachronique des données spatialisées relatives à la morphologie du bâti, au moyen de la grille à maille carrée quadrillant la ville dans ses limites municipales, permet d’observer la traduction de ces évolutions à travers le champ beyrouthin, et de déceler les différenciations spatiales à une échelle fine.

19Les grilles de 1956 révèlent un gradient centre périphérie bien marqué, avec une grande masse centrale occupant une large partie de la ville dans ses limites municipales et se caractérisant par des taux élevés de surfaces bâties, allant décroissant depuis les secteurs péricentraux jusqu’à la périphérie de la ville (fig. 7). La volumétrie du bâti est plutôt modeste, avec une hauteur moyenne quasi-homogène se situant dans la classe de 2 à 4 étages, et des constructions de surface au sol de taille moyenne dans la moitié nord de la ville. Face à ce bloc peu contrasté morphologiquement, se dessine une périphérie encore faiblement urbanisée, au bâti hétéroclite tant du point de vue de la hauteur du bâti que de celui de sa taille. Loin du centre, vers le sud-ouest, la région des dunes qui commence à peine à être aménagée (Ruppert, 1999) se démarque du reste de la ville par sa très faible occupation du sol. On y trouve d’anciennes constructions disséminées de petites dimensions ainsi que quelques nouveaux édifices de grandes tailles. Quant aux nouveaux quartiers qui se mettent progressivement en place, tels que Raouché à l’ouest (Boudisseau, 1997) ou Badaro du côté sud-est (fig. 2), ils se distinguent par leurs constructions neuves à la volumétrie bien plus imposante que la moyenne du champ urbain avec une hauteur de bâtisse située entre 4 et 6 étages et une taille moyenne élevée (fig. 7).

Figure 7

Figure 7

La morphologie du bâti en 1956 et 1999 (figure composée de 6 cartes)

20Ce paysage du bâti du Beyrouth des années 1950, va être par la suite progressivement remodelé par l’accélération de l’urbanisation au cours des années fastes (1950-1975), par la guerre civile (1975-1990), puis la période de la reconstruction (1990-1999). Ainsi, les tendances à la densification et au renouvellement du parc bâti se poursuivent de manière continue, mais à des rythmes plus ou moins accélérés selon les conjonctures politiques et les évolutions économiques. Avec pour principal ressort, une « carence de l’urbanisme officiel » (Kassir 2003), une « politique du laisser-faire dans le domaine de l’aménagement urbain » (El Achkar 1998), « un urbanisme de technocrates » qui, durant la période chéhabiste - de 1958 à 1964 -, selon Georges Corm (cité par Elie El Achkar, 1998, p.68) « ne fera que reproduire en les amplifiant les effets du laisser-faire de la période précédente », et plus récemment, une « malléabilité [de la réglementation urbaine] qui a profité aux spéculateurs et acteurs de la ville, en leur laissant une marge de manœuvre aussi large que leur liberté d’action héritée des périodes antérieures de laisser-faire. » (El Achkar 1998).

Figure 8

Figure 8

Topographie de Beyrouth

21En résultante, la ville de Beyrouth de 1999 (fig. 7), se caractérise par un tissu urbain saturé et scindé en deux, de part et d’autre du col traversé par la rue de Damas, la ligne de démarcation durant la période de la guerre civile. Ainsi, deux noyaux, à fort taux d’occupation du sol, se démarquent, l’un occupant la colline est d’Achrafieh et l’autre, plus étalé, traverse la colline ouest, selon un axe NO‑SE (fig. 8). Les deux noyaux sont entourés par des auréoles dont le taux de surfaces bâties va décroissant au fur et à mesure qu’on s’en éloigne. Les mailles accusant les taux les plus faibles se retrouvent essentiellement en périphérie, mais aussi dans le périmètre du « centre-ville historique et commercial, seul à avoir subi des destructions massives » (Corm, 1993) durant la guerre de 1975‑1990. Cette configuration est‑ouest se manifeste aussi à travers la répartition des grandes masses relatives aux caractéristiques morphologiques du bâti beyrouthin de 1999. Un net accroissement de la hauteur et de la taille des constructions est visible sur l’ensemble de la ville, plus particulièrement à l’ouest, là où l’urbanisation est plus tardive.

22La méthodologie mise en place à partir des photographies aériennes a permis de déceler l’évolution des structures spatiales et de la morphologie du bâti, au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. La première décennie du XXIe siècle confirme-t-elle ces tendances ?

2.3 - Les évolutions morphologiques récentes

23L’exploitation des données collectées au moyen de l’inventaire descriptif de 7 756 bâtisses, entre 2011 et 2014, dans 32 secteurs de la capitale, a permis de compléter l’analyse de la morpho-dynamique de Beyrouth en renseignant sur la situation actuelle de son bâti et en suivant les tendances des évolutions morphologiques remarquables qui se dessinent depuis 1956.

24Sur la période récente, la saturation des surfaces bâties et la disparition rapide des derniers espaces résiduels vides de la capitale libanaise sont soulignées par l’ensemble des études traitant de la question. En 2013, 98 % de la superficie totale de Beyrouth est à présent urbanisée contre 95 % en 1994 (Cnrs 2015 ; Verdeil et al., 2016). Toutefois, si la densification horizontale est aujourd’hui généralisée, la tendance majeure est à la densification verticale. Suite à la promulgation de la loi n°646 de 2004 relative à la construction qui a joué un rôle important dans la multiplication des gratte-ciel « by allowing a higher and larger volume of construction » (Achkar, 2014) et dans un climat de spéculation foncière et immobilière effrénée, la ville se transforme en un énorme chantier. Le plafond de Beyrouth ne cesse de s’élever. De nombreuses tours sont érigées, une cinquantaine sont recensées par le rapport SOER de 2010, et plus d’une centaine, par l’enquête CERDA de 2015 (Ashkarian et al., 2016). Ces dernières se trouvent essentiellement situées, dans les quartiers aux fortes valeurs foncières ceinturant le centre-ville, à Achrafieh et Ras Beyrouth. Or, l’enquête terrain indique que cette verticalisation de la ville va de pair avec le renforcement de l’hétérogénéité du tissu bâti amorcée en 1956 (fig. 9).

Figure 9

Figure 9

Hétérogénéité du tissu bâti

Photo-Michel El Esta, 2014

25Actuellement, le degré de variation du nombre d’étages du bâti par unité de surface est élevé pour un peu plus de la moitié des zones enquêtées. 83 mailles, sur les 162 enquêtées, appartiennent à la classe des coefficients de variation supérieurs à la moyenne, soit 0.571821, et 69 mailles en 2010, contre 40 en 1999, se situent dans la classe du dernier quartile, aux valeurs supérieures à 0.595323. Par ailleurs, la moyenne et la médiane du coefficient de variation de la hauteur du bâti calculé pour chacune des mailles du champ étudié ont enregistré une augmentation sensible. Elles passent respectivement de 0.495351 et 0.495032, en 1999, à 0.571821 et 0.571735, en 2010 (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Coefficient de variation de la hauteur du bâti en 1999 et 2010

26La ville de Beyrouth apparaît aujourd’hui comme un amalgame de constructions d’âges et de formes disparates qui se côtoient, façonnant ainsi un paysage des plus chaotiques, comme l’illustre la photo de la figure 9. Si la ville est comparable actuellement à un vaste chantier, ce sont surtout « les quartiers proches du centre-ville [qui] sont touchés de plein fouet par une frénésie destructrice » (Tabet 2001) sacrifiant le patrimoine architectural de l’époque ottomane ou mandataire au profit de tours rivalisant en hauteur. En un peu plus d’un demi-siècle, la morpho-dynamique de Beyrouth, marquée par une densification tant horizontale que verticale, aboutit au modelage d’un paysage bâti désordonné et au façonnement d’un tissu urbain qui devient un facteur de fragilisation de la ville sur le plan environnemental.

3 - La vulnérabilité du bâti face au risque sismique

27La connaissance précise des caractéristiques de la morphologie des constructions et de la morpho-dynamique du tissu bâti de la ville de Beyrouth a permis de mieux saisir leurs multiples incidences sur l’environnement et la qualité de vie dans l’aire urbaine.

28Ainsi, sur le plan de la pollution liée au trafic automobile, la verticalisation et la densification croissante favorisent la tendance au confinement des polluants. Toutefois, ce phénomène revêt une intensité variable selon la largeur des rues et l’hétérogénéité des hauteurs des bâtisses situées de part et d’autre (Chelala, 2008). La cartographie du coefficient de variation de la hauteur des constructions (fig. 10) est dès lors, une information précieuse pour repérer les espaces à enjeux en termes de stagnation de la pollution, notamment, en l’absence de suivi régulier de la pollution intra-urbaine.

29Mais c’est dans le domaine des risques, et du risque sismique notamment, que la connaissance de la morpho-dynamique du bâti s’avère d’un intérêt majeur. Les spécialistes s'accordent, aujourd’hui, sur l'occurrence d'une catastrophe nationale au Liban, et le géophysicien Matthieu Daëron, cité par Laurence Pico, signale que « la période de retour des grands séismes sur la faille de Yammouneh, à moins de 20 km de [Beyrouth], est atteinte ». Après un calme relatif depuis 1759, les séismes récents dans les régions voisines, ainsi que la faille détectée au large des côtes de la capitale libanaise, ont fait prendre conscience de la vulnérabilité de cette dernière face à l’aléa sismique (Pico, 2006). D’où, l’intérêt actuel des scientifiques à vouloir estimer la vulnérabilité de la ville. Laurence Pico, dans le cadre de sa thèse « Géographie et assurance : le risque sismique dans les espaces urbains mal documentés : le cas de Beyrouth », a évalué le potentiel d’endommagement du bâti de Beyrouth, dans une logique de gestion assurantielle. Ses travaux soulignent l’absence de réglementation parasismique imposée par le gouvernement et l’existence de 2 cahiers de normes parasismiques (l’un européen, l’autre américain) entraînant une hétérogénéité des vulnérabilités des constructions.

30Dans le cadre du projet Libris précité dans cet article et dans un souci de meilleure gestion du risque sismique à Beyrouth, un premier indice composite de la vulnérabilité a été mesuré, prenant en compte la vulnérabilité des infrastructures ainsi que trois autres : physique, socio-démographique et économique (Zaarour et al., 2015). À noter que le sous-indice lié aux infrastructures a été calculé à partir d’indicateurs globaux relevant de la gestion du bâti, mais aussi et surtout d’indicateurs spatialisés issus de l’enquête sur le bâti, tels que la surface urbanisée, la densité du bâti, le nombre d’appartements et l’état du bâti. Ce dernier a été déterminé sur la base d’un calcul du taux d’endommagement potentiel, effectué selon la méthode établie par la Federal Emergency Management Agency (FEMA) dont l’objectif est « de mettre en place une méthodologie pour évaluer la sécurité sismique d'un large inventaire de bâtiments rapidement et à moindre coût, avec un accès minimal aux bâtiments, et de déterminer les bâtiments nécessitant un examen plus approfondi » (FEMA P-154, 2015, p.iii, [Notre traduction]). L’estimation du taux d’endommagement potentiel du bâti beyrouthin s’est faite pour un scénario de séisme de magnitude 7 sur la faille de Yammouneh avec une accélération de 0,25 g, en tenant compte essentiellement de variables morphologiques du bâti comme le nombre d’étages, la date et les matériaux de construction.

Figure 11

Figure 11

Taux d’endommagement du bâti en 2010

31La moyenne par maille des résultats du taux d’endommagement par bâtisse (fig. 11), révèle des niveaux d’endommagement « fort » ou « majeur » pour une large partie de la zone étudiée (130 des 162 mailles) coïncidant à plus de 54,61 % avec des mailles dont le coefficient de variation du nombre d’étages est supérieur à la moyenne (fig. 10). Concernant la relation entre la rugosité du tissu bâti (compris dans notre étude comme une très forte hétérogénéité dans la hauteur des bâtiments d’un tissu fortement dense) et la vulnérabilité sismique, Christelle Salameh souligne dans sa thèse (2016), « Vibrations ambiantes, contenu spectral et dommages sismiques : une nouvelle approche adaptée à l'échelle urbaine. Application sur Beyrouth », que « les résultats expérimentaux démontrent clairement que la période de la structure augmente linéairement de la période de la structure avec la hauteur du bâtiment » (p. 192) et rajoute que « cela pourrait conduire [les constructions] à s’entrechoquer, et éventuellement entraîner des dommages structurels beaucoup plus élevés » (p. 184).

Conclusion

32Ainsi, l’analyse des images issues des données extraites des photographies aériennes de 1956, 1972 et 1999, d’une part, et des données recueillies récemment par relevé terrain, d’autre part, révèle les transformations notables de la morphologie de la ville de Beyrouth des années 1950. Toutefois, le suivi des évolutions, sur une période d’un peu plus d’un demi-siècle et à une échelle fine, démontre qu’elles résultent de transformations opérées sur le temps long, et qu’elles ne peuvent pas non plus être imputées au seul facteur guerre (1975-1999). Les changements qui ont façonné le tissu urbain de la capitale libanaise, tel que nous le connaissons de nos jours, et que l’observateur peut percevoir sur le terrain, ont bel et bien commencé à se dessiner progressivement à partir des années 1950. La période de la reconstruction post-guerre (1975-1999) n’a fait qu’accélérer et accentuer ces tendances, en l’absence d’une bonne gestion urbaine dont les causes sont à chercher plus particulièrement dans la politique libérale et le laisser-faire à outrance adoptés par la « République marchande » (Kassir, 2003) depuis l’indépendance du Liban en 1945. Les conséquences de cette évolution morpho-dynamique ne sont pas uniquement architecturales. Les transformations morphologiques observées tant en matière de saturation du tissu bâti, de verticalisation ou d’hétérogénéité croissante ont des incidences sur les risques environnementaux, comme l’indiquent divers travaux de recherche réalisés ces dernières années. L’accroissement de la surface bâtie et de la hauteur des constructions, associé à une gestion du risque défaillante, contribue à l’aggravation de la vulnérabilité de la ville face à l’aléa sismique (Zaarour et al., 2015). Dans un contexte de risque élevé de tremblement de terre, la connaissance des différenciations de vulnérabilité du tissu bâti, à l’échelle intra-urbaine de Beyrouth, s’avère, dès lors, extrêmement utile aux pouvoirs publics. Elle permet de détecter et hiérarchiser les espaces à enjeux et de mettre en place, dans une optique préventive, des actions d’information de la population et de préparation à la gestion de crise en temps de catastrophe.

Top of page

Bibliography

Ashkar, H. 2011. The role of the State in initiating gentrification: the case of the neighbourhood of Achrafieh in Beirut. Beirut: Lebanese University.

Ashkar, H. 2014. Lebanon 2004 Construction Law: Inside the Parliamentary Debates. Civil Society Knowledge Centre 1 (1). https://civilsociety-centre.org/paper/lebanon-2004-construction-law-inside-parliamentary-debates

ACS. 2004. Census of Building CBDE. http://www.cas.gov.lb/index.php/census-of-building-cbde-en

Adjizian-Gérard, J., R. Zaarour, N. Badaro-Saliba, M. Traboulsi, P.-C. Gérard, C. Bakhache, N. Kehdy, and F. El Ess. 2013. Beirut faced with climatic aridification. Sécheresse 24 (3):214–223.

Arnaud, J.-L. ed. 1996. Beyrouth, Grand Beyrouth. Presses de l’Ifpo. http://books.openedition.org/ifpo/3219

Ashkarian, V., C. Moujahed. 2016. Les dynamiques foncières de Beyrouth : tours et gentrification, In E.verdeil;g.faour. 2016. Atlas du liban. les nouveaux défis. Presses de l’ifpo/CNRS, 60-61. Liban, Beyrouth.

Badaro-Saliba, N., J. Adjizian-Gerard, R. Zaarour, M. Abboud, W. Farah, A. N. Saliba, and A. Shihadeh. 2014. A geostatistical approach for assessing population exposure to NO2 in a complex urban area (Beirut, Lebanon). Stochastic Environmental Research and Risk Assessment 28 (3):467–474.

Boudisseau, G. 1997. Hamra : nouveau centre ancien, In Arnaud, J.-L. ed. 1996. Beyrouth, Grand Beyrouth. Presses de l’Ifpo, 67-80. http://books.openedition.org/ifpo/3219

Bourgey, A. 1985. La guerre et ses conséquences géographiques au Liban. Annales de Géographie 94 (521):1–37.

CETE Méditerranée. 2008. Comparaison de méthodes qualitatives d’évaluation de la vulnérabilité des constructions aux séismes, Plan séisme - action 2.4.7. Guide des méthodes de diagnostics de la résistance des bâtiments aux séismes, Collection Les Études, BRGM, 164 p.

http://www.planseisme.fr/IMG/pdf/comparaison_methodes_vulnerabilite_sommaire.pdf

Chehab Ed-Dine, S. 1960. Géographie humaine de Beyrouth avec une étude sommaire sur les deux villes de Damas et de Bagdad, Beyrouth, thèse, Paris-Sorbonne, 1953.

Chelala, C. 2008. Transports routiers et pollution de l’air en NO2 dans Beyrouth-Application du modèle Street, Beyrouth: Université Saint-Joseph.

Corm, G. 1993. La reconstruction du centre de Beyrouth : Un exemple de fièvre immobilière au Moyen-Orient. Revue d’économie financière 3 (1):323-335.

El-Achkar, É. 1998. Réglementation et formes urbaines: Le cas de Beyrouth. Presses de l’Ifpo. http://books.openedition.org/ifpo/4315

FEMA P-154. 2015. Rapid Visual Screening of Buildings for Potential seismic Hazards: A Handbook. Third Edition, FEMA, Washington.

Fischfisch, A., and M. F. Davie. 2011. Formes urbaines et architecturales de Beyrouth: depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours. Beyrouth: ALBA.

Kassir, S. 2003. Histoire de Beyrouth. Paris: Fayard.

Marthelot, P. 1963. Une ville remplit son site : Beyrouth. Méditerranée 4 (3):37–56.

Pico, L., J.-P. Amat. 2006. Un modèle de simulation pour la gestion du risque sismique à Beyrouth. Conférence francophone ESRI, Issy-les-Moulineaux, SIG 2006. https://www.esrifrance.fr/sig2006/pico.html

Pico, L., J.-P. Amat. 2006. Temps urbain, temps sismique et ruptures: le cas de Beyrouth. Colloque Interactions Nature-Société, analyse et modèles, La Baule 2006, http://www.rplfrance.org/documents/tremblements_terre_beyrouth.pdf

Ruppert, H. 1999. Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident. Presses de l’Ifpo. http://books.openedition.org/ifpo/3814

Rapport SOER. 2010. État de l’environnement et ses tendances au Liban, ECODIT.

Salameh, Ch. 2016. Ambient vibrations, spectral content and seismic damages: new approach adapted to the urban scale Application on Beirut. Université Grenoble Alpes.

Shaban, A., C. Gilette. 2016. Changement(s) climatique(s) : des tendances difficiles à déterminer, In E.verdeil;g.faour. 2016. Atlas du liban. les nouveaux dèfis. Presses de l’ifpo/CNRS, 64-65. Liban, Beyrouth.

Tābit, J. 2001. Beyrouth. Paris: Institut français d’architecture.

Verdeil, É. 2010. Beyrouth et ses urbanistes: Une ville en plans (1946-1975). Presses de l’Ifpo. http://books.openedition.org/ifpo/2101

Verdeil, É., G. faour. 2016. Atlas du liban. les nouveaux defis. Presses de l’Ifpo.

Zaarour, R., C. Voiron-Canicio, and L. Buccianti-Barakat. 2008. Création de données dans un contexte imprécis et incertain : application à la dynamique urbaine de Beyrouth (1956-1999). In : Allard, P., D. Fox, B. Picon, M. Abboud, and Société d’écologie humaine eds. 2008. Incertitude et environnement: la fin des certitudes scientifiques. 141-150. Aix-en-Provence: Édisud.

Zaarour, R., and C. Voiron-Canicio. 2010. L’apport de l’analyse d’images à la recherche des structures socio-spatiales : application au tissu bâti beyrouthin (1956-1999), Le monde des cartes : Revue du Comité Français de Cartographie 204 :17-27.

Zaarour, R., N. Badaro-Saliba, J. Adjizian-Gerard, P.C. Gerard, and J. Harb. 2015. L’indice de vulnérabilité urbaine face à l’aléa sismique et sa variabilité : le cas de Beyrouth, In : Actes du colloque, Risque sismique : Aléas, vulnérabilités et incertitudes : Liban et pourtour méditerranéen, Géosphères-Annales de Géographie 36 :109-118, Beyrouth : Université Saint-Joseph

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Les 32 secteurs enquêtés
Credits Source : Projet ANR Libris, 2010-2015
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-1.jpg
File image/jpeg, 362k
Title Figure 2
Caption Beyrouth municipe du début des années cinquante
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Figure 3
Caption Évolution du nombre de mailles selon leur taux d'occupation du sol
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-3.jpg
File image/jpeg, 187k
Caption Évolution du nombre de mailles selon la moyenne des étages
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-5.png
File image/png, 19k
Title Figure 5
Caption Évolution du nombre de mailles selon la taille moyenne du bâti (surface au sol)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-6.png
File image/png, 17k
Title Figure 6
Caption Évolution du nombre de mailles selon le coefficient de variation du nombre d’étages
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-7.png
File image/png, 23k
Title Figure 7
Caption La morphologie du bâti en 1956 et 1999 (figure composée de 6 cartes)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-8.jpg
File image/jpeg, 410k
Title Figure 8
Caption Topographie de Beyrouth
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-9.jpg
File image/jpeg, 808k
Title Figure 9
Caption Hétérogénéité du tissu bâti
Credits Photo-Michel El Esta, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-10.jpg
File image/jpeg, 163k
Title Figure 10
Caption Coefficient de variation de la hauteur du bâti en 1999 et 2010
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-11.jpg
File image/jpeg, 490k
Title Figure 11
Caption Taux d’endommagement du bâti en 2010
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11208/img-12.jpg
File image/jpeg, 961k
Top of page

References

Electronic reference

Rita Zaarour and Christine Voiron‑Canicio, « Les transformations morphologiques du tissu bâti de Beyrouth depuis 1950 », Méditerranée [Online], 131 | 2020, Online since 03 February 2020, connection on 19 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/11208 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.11208

Top of page

About the authors

Rita Zaarour

Université Saint-Joseph de Beyrouth, FLSH, CREEMO, Liban, rita.zaarour@usj.edu.lb

Christine Voiron‑Canicio

Université Côte d’Azur, Cnrs, ESPACE, France, voiron@unice.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals