Skip to navigation – Site map
La recomposition territoriale du Mont-Liban : lecture archéologique et contemporaine

« Territoires », métropolisation et recomposition spatiale dans la moyenne montagne autour de Beyrouth (Liban)

Les « refuges » au défi de la mondialisation ?
"Territories", metropolization and spatial reorganization in the mid-mountain areas surrounding Beirut (Lebanon): "shelters" against globalization?
Rola Chidiac

Abstracts

The Lebanese mountain is often presented as the bastion of religious communities and political leaders. During the last four decades, this space however witnessed profound changes due to various processes such as tourism, population movements during the war, suburbanization and investments of nationals from the Gulf and emigrants. Before the 1975 war, medium-altitude localities were separated from coastal towns by forest areas. The development of this mountain area surrounding Beirut took different forms across time. This article aims to analyze the evolution of mid-mountain localities around Beirut, contrasting the logics of apparent confessional and clanic partitioning of space with the liberal economy adopted by Lebanon, especially by Beirut and a part of Mount Lebanon. Urban change in the central part of Lebanon shows that this space does not refer to one or more “shelter mountain(s)” with evident –or at leas– recognized boundaries. Most "territories" remain intertwined because their emergence is linked to complex criteria. They are reshaped periodically and continuously according to political, economic and security conditions.

Top of page

Full text

1 - Introduction 

1Le Liban est souvent présenté comme un pays aux contrastes multiples : le premier contraste est celui des éléments du relief – le littoral, la plaine et la montagne – situés à très courte distance les uns des autres. Le deuxième contraste est matérialisé par la « mosaïque » des religions avec les 18 communautés qui se « partagent » une population de 4 millions d’habitants et un pays d’une superficie de 10 542 km². Le troisième contraste est celui d’une société ancrée, parfois figée, dans des codes culturels hérités, mais très ouverte sur toutes les tendances de modernisme (Diab et Hajjar, 2016). Le dernier contraste est celui d’un pays fonctionnant à la fois suivant des répartitions communautaires minutieusement définies et une économie libérale qui justifie toutes les alliances.

  • 1 L’Aire urbaine centrale de Beyrouth et du Mont-Liban (AUC) a été définie dans le cadre du SDATL (Sc (...)

2La moyenne montagne, un espace périphérique topographiquement contrasté autour de la ville de Beyrouth, est l’une des parties du pays où ces différents contrastes se rencontrent. En effet, l’espace métropolitain de Beyrouth1 ou l’Aire urbaine centrale (AUC) qui regroupe la moitié de la population et des activités du pays (Sdatl, 2004) est animé en profondeur par des pôles secondaires situés à moyenne altitude et sur les replats du relief (fig. 1).

  • 2 Le caza est un découpage administratif au Liban qui peut être considéré comme l’équivalent du dépar (...)

3C’est le cas par exemple, des localités de Achkout et de Ajaltoun dans le caza2 de Kesrouan, celles de Bickfaya et de Baabdate dans le caza de Metn, celles de Hammana, de Ras el Metn et de Aabadiyeh dans le caza de Baabda, celles de Aaley et Bhamdoun dans le caza d’Aaley, et les localités de Deir el Qamar, de Baakline et de Jdeidet ech‑Chouf dans le caza du Chouf. Ces localités se distinguent par la dynamique de leur population et par leur densité en équipements urbains (services publics, activités économiques, commerces, banques, hôpitaux, établissements scolaires et universitaires, équipements de loisirs, équipements industriels) alors que les zones qui les séparent du littoral gardent un caractère principalement résidentiel. Ces pôles de la moyenne montagne constituent ainsi des extensions résidentielles ou de villégiature de la ville de Beyrouth (ou d’autres villes du littoral) dotées des services de proximité qui desservent aussi les localités de la haute montagne et les banlieues intermédiaires. La moyenne montagne autour de Beyrouth véhicule aussi ses propres contrastes :

  1. l’aménagement territorial suit des logiques d’occupation saisonnière ou de banlieue permanente ;

  2. dans différents secteurs comme le foncier, la promotion immobilière et les activités économiques, ainsi que dans des équipements comme les établissements scolaires, les universités, les dispensaires et les hôpitaux, les investissements donnent la priorité au cloisonnement confessionnel ou aux alliances exogènes et interconfessionnelles ;

  3. la préservation de l’environnement et la promotion des activités « vertes » font obstacle à la plus-value foncière et aux opérations de promotions immobilières, source de gains rapides.

Figure 1

Figure 1

Localisation de la zone d’étude

Source : SDATL (2004)

4L’organisation spatiale de l’Aire Urbaine Centrale (AUC) de Beyrouth et du Mont‑Liban reste d’ailleurs ambiguë. Aucun périmètre officiel n’est précisé pour délimiter cet espace qui ne correspond d’ailleurs à aucune entité administrative. La capitale libanaise reste privée de services urbains garantis et réguliers – même les plus élémentaires comme l’eau courante, les services téléphoniques et l’électricité – malgré la reconstruction initiée depuis plus de vingt ans, après la guerre civile. De même, il est délicat d’évoquer la métropolisation de Beyrouth comme telle, dans la mesure où cette notion, dans sa définition classique, décrit principalement les mécanismes de concentration des pouvoirs de commandement. Or, le territoire de l’Aire urbaine centrale de Beyrouth et du Mont‑Liban reste divisé en plusieurs espaces soumis à l’influence d’acteurs religieux ou claniques. La centralité beyrouthine, loin de se focaliser en un seul lieu par une accumulation successive de pouvoirs, s'est déplacée selon des contextes géopolitiques et des phénomènes conjoncturels variés (Davie, 1994). Par exemple, la partition du pays durant la guerre civile entre 1975 et 1990 ainsi que les différentes crises politiques et sécuritaires dérivées ont entravé le processus de métropolisation de la capitale libanaise, comme celui de toute métropole organisée autour d’éléments structurants comme les lieux ou les espaces publics ou via les transports en commun.

5Actuellement, le processus de métropolisation reste inachevé. Plusieurs éléments bloquent le développement métropolitain, parmi lesquels les axes de communication intra- et extra-AUC et les difficultés liées à la mobilité quotidienne. En effet, les déplacements entre les différentes agglomérations urbaines restent compliqués à cause de la congestion du trafic automobile au niveau des entrées et des artères principales de l’AUC. La voiture reste le mode de déplacement le plus utilisé, car l’offre en transports en commun, principalement constituée de « taxis-services » qui suivent des itinéraires délimités, ne répond pas que partiellement à la demande des usagers et n’assure pas la continuité des déplacements à des tarifs compétitifs (Chidiac, 2008). Il en est de même de l’interconnexion entre l’espace métropolitain et national en général avec les réseaux mondiaux. L’accès à l’aéroport est périodiquement bloqué, à la moindre crise politique.

6Manifestement, la ville de Beyrouth n’a réintégré que partiellement son rôle d’intermédiaire entre l’Orient et l’Occident depuis la fin du xixe siècle, notamment sur le plan culturel et économique. En effet, la ville de Beyrouth était reconnue pour son rôle de plaque tournante des réseaux commerciaux et des circuits de transport du Moyen‑Orient. Malgré ce rôle d’intermédiaire privilégié, l’ouverture du pays et celle des Libanais au monde ne s’accompagnent pas nécessairement des processus d’interaction qu’engendre d’habitude la mondialisation. Marqué par une certaine inertie face aux nouveaux changements, le Monde arabe, dans son ensemble, reste encore rétif face à cette mutation (Lavergne, 2002). Au sein de cet ensemble, chaque pays, y compris le Liban, est amené à faire face ou à interagir seul avec le monde extérieur (Miossec, 2002).

7Dans cet article, nous nous interrogeons sur l’espace montagnard autour de Beyrouth et sur l’évolution de territoires « hérités », construits par des générations d’acteurs dans un contexte de mondialisation et de métropolisation. Le cas du Liban est intéressant à ce sujet, étant donné les événements de nature politique, économique et sécuritaire qui se sont succédé dans ce pays depuis la guerre civile de 1975‑1990. Les logiques d’acteurs ont fait émerger et coexister différents phénomènes et processus d’urbanisation. Cette approche est aussi intéressante, car l’espace du Mont‑Liban a été très rarement abordé par la recherche académique, notamment sous l’angle d’une interaction territoriale entre processus de mondialisation et de métropolisation. Plusieurs cas ont été déjà traités dans le cadre méditerranéen où la juxtaposition montagne-littoral est fréquente. Ces recherches permettent de dépasser la classification de montagne « refuge » ou « enclavée » figée dans ce statut. À titre d’exemples, les cas de la région littorale syrienne (Balanche, 2000), de la Grèce (Bouillet, 1999), de la Slovénie (Barthes, 2005), de la France (Daligaux, 1996; De Réparaz, 2007) ou du Maroc (Goeury, 2011) montrent que les politiques d’aménagement peuvent avoir différentes répercussions sur les territoires « refuges » ou ceux marqués par des identités « héritées ».

8Le développement de ces espaces peut s’appuyer sur des savoir-faire hérités ou sur l’action d’« étrangers » : dans le cas du Liban, personnes originaires d’autres régions libanaises ou de pays voisins, émigrés, ressortissants des pays du Golfe, investisseurs occidentaux et acteurs qui participent à des projets de solidarité internationale. L’identité du groupe social peut évoluer et devenir plurielle, selon les conjonctures économiques consécutives. Ainsi, les priorités des habitants (électeurs potentiels) peuvent évoluer, par exemple vers la recherche d’une plus-value rapide grâce à la spéculation foncière. Les répercussions économiques de cette spéculation peuvent engendrer des revendications (nouveau cadre de vie par exemple) et par conséquent aboutir à une nouvelle redéfinition de l’interaction habitant-territoire et territoire-monde. La relation entre l’enclavement territorial et la mondialisation peut enfin être complexe et les habitants peuvent accéder à des formes spécifiques de mondialisation sans qu’il y ait nécessairement une intermédiation directe de l’État.

9Dans la première partie de cet article, nous revenons sur le mythe des territoires réputés « religieux » de la montagne refuge en analysant la répartition de la population électorale définie selon l’appartenance religieuse et communautaire, souvent présentée comme figée depuis des siècles. Dans la seconde partie, nous résumons les conjonctures économiques, politiques, sociales et sécuritaires qui ont guidé l’évolution de la moyenne montagne au cours des quatre dernières décennies. La troisième partie résume les recompositions spatiales survenues pendant cette période. La quatrième partie enfin, aborde le problème des acteurs locaux et de leurs logiques territoriales.

  • 3 Le nombre d’habitants peut être très variable selon les saisons. Le phénomène de villégiature produ (...)

10Cet article s’appuie sur un travail de recherche effectué auprès de collectivités locales et associations en se basant sur les statistiques fournies par l’Administration centrale de la statistique (ACS) : répartition des logements, taux de vacance, taille des ménages3. Ces données ont été complétées par trente enquêtes de terrain opérées sur la zone d’étude de 2005 à 2013 (fig. 1), et cent entretiens auprès d’autorités locales et d’organisations gouvernementales ou non-gouvernementales. Les équipements urbains dans chaque localité de moyenne montagne ont été abordés à travers un dépouillement de bases de données et une analyse de différents indicateurs, complétés par des vérifications de terrain. Plusieurs études de cas ont été également effectuées dans les localités d’Achkout, Ajaltoun, Kléiaat, Raïfoun, Bickfaya, Baabdate, Dahr es Souane, Hammana, Chbaniyeh, Ras el Metn, Deir el Harf, Qalaa, Baalchmay, Aaley, Bhamdoun‑Village, Bhamdoun‑Gare, Btalloun, Mansouriet Bhamdoun, Btater, Baakline, Semqanieh, Jdeidet ech Chouf, Batloun, Kfarnabrakh et Deir el Qamar.

  • 4 Le toponyme Mont‑Liban désigne à la fois la chaîne de montagne mitoyenne au couloir littoral et une (...)

11La zone d’étude comprend la partie centrale du « Mont-Liban ». Elle est délimitée par le caza du Kesrouan au nord et le caza du Chouf au sud, et s’étend vers les localités situées sur les replats du Mont-Liban4 entre 800 et 1 100 m d’altitude (fig. 1, cf. zone en vert foncé). La représentation cartographique des territoires de montagne se fonde sur les cartes topographiques de 1963 et de 2005 établies par la Direction des Affaires géographiques et géodesiques (DAGG) de l’Armée libanaise et les cartes d’occupation des sols de 1998 établies par le ministère de l'Agriculture et de l'Environnement, le Centre national de recherche scientifique (CNRS-L) et Dar‑el Handassah (DAR). Nous avons été obligées de nous limiter aux dates ci-dessus pour caractériser l’évolution des zones construites dans la zone d’étude bien que cette chronologie ne corresponde pas aux dates clefs avancées plus haut, notamment en ce qui concerne la guerre civile de 1975‑1990. Il est cependant à noter que de nouvelles réglementations ont été mises en place depuis 1998 pour limiter la taille et la densité des constructions dans la plupart des localités de moyenne montagne. Cette nouvelle législation, qui a influencé la politique d’aménagement urbain dans la zone d’étude après 1998, n’est pas prise en compte dans la cartographie que nous proposons.

2 - Du mythe de la montagne-refuge aux territoires imbriqués de la moyenne montagne

12Avant la guerre civile de 1975‑1990, les principales zones urbaines étaient concentrées dans la capitale et sa banlieue proche, ainsi que dans certaines villes le long du littoral telles Jounieh et Jbail au nord, et Naameh et Damour au sud. En parallèle, les localités principales de la moyenne et de la haute montagne du Mont Liban se trouvaient dans les caza-s du Kesrouan, du Metn, de Baabda, d’Aaley et du Chouf comme Ajaltoun, Mazraat Kfarzébiane, Bickfaya, Baabdate, Baskinta, Ras el Metn, Falougha, Aaley, Bhamdoun, Hammana, Deir el Qamar, Baakline et Barouk. Ces localités constituaient des noyaux électoraux dont une partie des habitants résidaient à Beyrouth et dans les villes côtières pendant la saison hivernale. Cette discontinuité urbaine entre le littoral et la moyenne montagne prend la forme de zones-tampon forestières (fig. 2).

Figure 2

Figure 2

Évolution des zones construites au Mont-Liban entre 1963 et 1998

Sources : Direction des Affaires géographiques (1963), images satellites Landsat-IRS (1998). Traitement du ministère de l’Agriculture, ministère de l’Environnement, Cnrs, DAR/IAURIF

13Pour certains, cette organisation urbaine renvoie au mythe de la montagne-refuge (Chevallier, 1977; Tate, 2001). La diversité des croyances, des modes de vie et des coutumes qui caractérise l’entité libanaise est souvent justifiée par la présence de « refuges » ou d’« espaces vitaux » présentés comme une garantie de survie pour les différentes communautés religieuses inscrites dans le cadre du système confessionnel libanais.

  • 5 Si l’on tient compte des localités où ils votent

14Une première lecture de la répartition spatiale de la population électorale libanaise renvoie à une succession de micro-territoires imbriqués (fig. 3). Par exemple, les druzes et les maronites se concentrent essentiellement dans la partie centrale du pays5. Ce Mont-Liban réduit au centre de la montagne libanaise est depuis toujours considéré comme le vestige d’un « petit » Liban dont ces deux communautés se sont longtemps enorgueillies d’être les piliers. La communauté druze est aussi présente à Rachaya-Hasbaya en contrebas du Mont-Hermon, au sud de l’Anti-Liban. Les régions de Baalbeck, Hermel, Nabatiyé et du Sud concentrent une large communauté chiite. La communauté sunnite se trouve principalement dans les villes côtières, notamment à Beyrouth-ouest, Saïda, Tripoli et Minié. Enfin, les communautés grecque et arménienne orthodoxes sont installées essentiellement à Bourj Hammoud, Anjar et dans le caza de Koura.

15Cette lecture « communautaire » du territoire libanais se révèle cependant réductrice devant l’enchevêtrement des communautés à l’intérieur même des différents espaces décrits ci-dessus. En effet, la communauté druze, qui s’étend du Chouf au caza de Baabda, s’inscrit dans trois espaces à majorité chrétienne (maronites) autour de Deir el-Qamar et de Hammana et à majorité orthodoxe autour de Bhamdoun. Des localités à majorité chrétienne (maronite ou grecque-catholique) comme celle de Damour, Naameh et Rmaïleh, sont imbriquées entre Baakline, une localité à majorité druze, et Iqlim el-Kharroub (Chhim, Barja), une région à majorité sunnite.

  • 6 Le wakf est un acte qui immobilise un bien légué généralement à une fondation à caractère religieux (...)
  • 7 Ce terme (qornet el roum en arabe) est utilisé par les habitants de la région pour désigner cette z (...)

16Un autre exemple d’imbrication spatiale entre les communautés religieuses concerne les localités situées dans la partie nord du Mont‑Liban. Celles-ci sont à majorité chrétienne. Cependant, certaines localités du caza du Metn regroupent des électeurs druzes comme Zaraoune, Mtein et Beit-Méry. Une partie de la région de Mazraat Kfarzébiane dans le caza du Kesrouan est d’ailleurs désignée par le toponyme « wakf-s des Druzes »6 (Moufarrej, 2003). Cette partie du Mont-Liban présente d’autres formes de mixité plus locales. Par exemple, les localités grecques-orthodoxes dans le caza de Jbail forment un « coin »7 bien distinct des villages maronites (Davie, 2013). Par contre, la présence chiite est diluée dans la vallée du Nahr-Ibrahim où se succèdent des localités mixtes qui agglomèrent des confessions différentes. Le caza du Kesrouan regroupe des localités à majorité chiite comme Maaysra ou Hsaïne, ainsi que des localités où la présence des communautés grecque catholique et grecque orthodoxe est significative, telles Jounieh, Zouk Mikhaël, Mazraat Kfarzébiane et Ballouneh (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

Population électorale en 2000 répartie selon la confession

  • 8 Les Libanais restent inscrits sur les listes électorales des localités où leurs pères étaient déjà (...)

17Les exemples ci-dessus remettent en question les « espaces vitaux » des communautés religieuses qui sont aussi parfois présentés comme des « micro-territoires » communautaires. La répartition des communautés remet également en question le sens à donner à l’appartenance « religieuse » ou « communautaire », d’autant plus que la répartition communautaire de la population électorale libanaise ne peut pas être considérée comme complètement figée8.

18Par ailleurs, les revendications identitaires dans la partie centrale du Liban sont justifiées par d’autres mythes fondateurs comme la montagne « terre nourricière ». À ces identités s’est ajoutée une identité politique du Mont‑Liban, qui s’est confirmée avec la naissance de la République libanaise et l’instauration du système confessionnel. Les individus et les groupes privilégient leur rattachement à des « territoires » électoraux qui ne sont pas nécessairement homogènes aux plans religieux ou confessionnel. Les limites et les critères de différenciation de ces territoires électoraux varient au gré des lois électorales, des conjonctures politiques, économiques ou sécuritaires, permettant ainsi aux individus de faire valoir des intérêts directs liés à leurs besoins comme l’accès au logement, à l’emploi ou aux différents services.

19Aux identités « héritées » de la moyenne montagne, présentées ci-dessus, se sont ajoutées également de nouvelles spécificités construites au fur et à mesure de l’expansion urbaine de la capitale et de la partie centrale du Liban.

3 - Les territoires « vitaux », entre structures « héritées » et enjeux matériels de survie

20Au-delà du mythe de l’espace « refuge » pour les minorités religieuses persécutées en Orient, certaines conjonctures ont guidé l’évolution de l’espace montagnard et ont contribué à redessiner les « territoires » du Mont‑Liban autour d’un autre mythe. Ces « territoires » se sont longtemps organisés autour des monastères et « palais » des chefs locaux (zaïm) qui tenaient des systèmes de métayage reliés à des princes ou chefs souvent extranationaux. Les missionnaires religieux et ecclésiastiques installés au Mont-Liban au XVe siècle (Chevallier, 1977) ont créé de nouvelles centralités autour de nouveaux équipements, tels les établissements scolaires, les dispensaires, les nouvelles activités agricoles et agro-alimentaires artisanales. À partir des années 1950, l’aménagement des axes routiers reliant certaines localités de la moyenne montagne au littoral (Zouk- Faraya, Antélias-Bickfaya, Damour-Deir el Qamar, etc.) a permis le développement de nouvelles centralités (activités, commerces, etc.) le long de ces axes de communication privilégiés. Ainsi, le mythe de la montagne « nourricière » s’est manifesté d’abord à travers l’agriculture, puis à travers le phénomène de villégiature et la plus-value foncière, principalement dans les caza-s d’Aaley, de Baabda et du Metn grâce à la voie ferrée qui reliait Beyrouth à Damas (fig. 4). L’identité de montagne « refuge » s’est alors transformée pour dépasser les enclavements religieux ou communautaires. C’est ainsi que plusieurs localités réputées « chrétiennes » ou « druzes » ont accueilli des lieux de culte musulmans.

Figure 4

Figure 4

Schéma d’organisation des territoires du Mont‑Liban à la veille de la guerre civile de 1975

21Les revendications identitaires liées à la dimension religieuse n’ont pas tardé à reprendre le dessus après le déclenchement du conflit armé de 1975. Avec la destruction du centre-ville et l’homogénéisation communautaire de l’espace beyrouthin et de sa banlieue proche (Beyrouth « est » chrétienne et Beyrouth « ouest » musulmane), les localités de montagne se sont transformées en « capitales » de substitution, avec pour but d’assurer une certaine autonomie aux « territoires stratégiques ». Le réseau routier, les établissements scolaires et universitaires et les centralités commerciales et résidentielles se sont développés en suivant cette logique (fig. 5). Par exemple, la moyenne montagne du caza du Chouf est devenue le « pont » entre Beyrouth et Damas alors que le caza du Kesrouan s’est imposé comme « le cœur du réduit chrétien ». Les pôles touristiques et résidentiels des caza-s du Metn, d’Aaley et de Baabda (Bhamdoun, Aaley, Saoufar, Dhour ech Choueir, etc.) sont devenus des lignes de front, alors que des routes et bourgs secondaires ont accueilli activités et zones résidentielles. Les extensions urbaines à partir de la guerre de 1975 traduisent cette évolution. Ces extensions s’appuient dans la partie nord du Mont-Liban sur le renforcement de l’autoroute du littoral et des routes principales entre les villes côtières et les localités de Ghosta, Achkout, Bickfaya et de Baaddate. Dans les cazas d’Aaley et du Chouf, au sud du Mont-Liban, les extensions urbaines touchent les villes de Choueifat et Barja et s’étendent le long des routes Aaley-Qabr Chmoun, Saoufar-Charoun et Chhim-Katermaya pour atteindre le lieu-dit Béqaata, situé entre Semqanieh et Jdeidet ech-Chouf (fig. 2).

Figure 5

Figure 5

Schéma d’organisation et évolution des territoires du Mont-Liban durant la guerre civile (1975‑1990)

22Cependant, les « territoires » de la guerre n’étaient pas uniquement animés par les revendications « religieuses ». Des velléités de promotion culturelle et environnementale commençaient à se traduire par différents investissements. Autour d’une « culture » dominante de loisirs, des boîtes de nuit, cafés et restaurants ainsi que des équipements plus imposants (villégiatures privées et centres balnéaires) sont apparus ou se sont renforcés à tel point que les espaces de récréation peuvent définir aujourd’hui « l’identité » de la région-est (chrétienne), y compris dans des lieux initialement prévus pour la prière et l’accueil de pèlerins. Cette identité liée aux loisirs n’a pas tardé à gagner les régions dites « ouest ».

23Depuis l’arrêt du conflit armé, diverses formes et logiques d’urbanisation se sont succédé ou superposées dans différentes parties de la moyenne montagne (fig. 6) : la périurbanisation sous forme de banlieues denses ou d’espaces pavillonnaires, la villégiature, les investissements des ressortissants du Golfe ou d’autres détenteurs de fonds étrangers, notamment sous forme de « palais », les lotissements de villas luxueuses, les centres résidentiels fermés, les équipements hôteliers et de loisirs, les constructions inachevées et les logements vacants suivant une logique de « subventions », avec le retour des populations déplacées pendant la guerre, etc. Pour répondre à cette nouvelle logique d’urbanisation et pour pallier le manque d’espace pour la construction, de nouvelles zones -anciennes forêts périurbaines et localités à faible poids électoral-, ont été colonisées.

Figure 6

Figure 6

Nouvelles constructions dans la zone périurbaine de Beyrouth pendant et après la guerre civile. Photo A : Localité d’Ajaltoun (caza du Kesrouan). Photo B : « country-club » adjacent à un lotissement de villas dans la localité de Bickfaya (caza du Metn). Photo C : Les investissements des ressortissants du Golfe dans le caza de Baabda (Falougha). Photo D : Complexe touristique à Faïtroun (caza du Kesrouan) : " Satellity". (Clichés Rola Chidiac, 2007)

4 - Au-delà de la montagne-refuge figée, des territoires et des recompositions spatiales complexes

  • 9 Dans le tableau à deux entrées, constitué par les localités et ces indicateurs, nous avons effectué (...)

24Les territoires « vitaux » situés dans la moyenne et la haute montagne du Mont‑Liban n’ont pas nécessairement suivi les mêmes évolutions. Afin d’appréhender cette évolution différenciée, trois indicateurs ont été croisés : logements, électeurs et habitants, à travers la méthode de la matrice ordonnable (Chidiac, 2015)9. Les résultats de l’analyse ont été validés par des enquêtes de terrain. Les différentes combinaisons ont permis de dégager cinq classes (fig. 7) différentes :

  • Classe 1 : les noyaux électoraux et résidentiels qui correspondent aux localités dont le nombre d’électeurs et le nombre d’habitants sont supérieurs à la moyenne ;

  • Classe 2 : les noyaux électoraux avec de nombreuses constructions et un nombre d'habitants permanents réduit (cette classe correspond aux localités dont le nombre d’électeurs et le nombre de constructions sont supérieurs à la moyenne, alors que le nombre d’habitants est inférieur à la moyenne) ;

  • Classe 3 : les noyaux électoraux abandonnés (cette classe correspond aux localités dont le nombre d’électeurs est supérieur à la moyenne, alors que le nombre de constructions et le nombre d’habitants sont inférieurs à la moyenne) ;

  • Classe 4 : les centres résidentiels de faible poids électoral (cette classe correspond aux localités dont le nombre d’électeurs est inférieur à la moyenne, alors que le nombre d’habitants est supérieur à la moyenne) ;

  • Classe 5 : les localités de faible poids électoral avec des constructions nombreuses et un nombre d'habitants permanents réduit (cette classe correspond aux localités dont le nombre d’électeurs et le nombre d’habitants sont inférieurs à la moyenne, alors que le nombre de logements est supérieur à la moyenne).

Figure 7

Figure 7

Réorganisation spatiale du Mont-Liban en 1996, après la fin de la guerre civile.

25Ainsi, des noyaux électoraux (classe 1) ont suivi un parcours qui pourrait être qualifié de « classique ». Il s’agit des centres résidentiels. Ces localités ne sont pas seulement celles qui ont réussi à garder leurs habitants-électeurs. Dans certaines villes et villages de moyenne montagne, des remplacements de population ont eu lieu (Verdeil, 2005), pour diverses raisons : les déplacements contraints de la guerre civile, les déménagements liés à l’accès à l’emploi ou au logement, etc. C’est le cas, par exemple, des localités d’Ajaltoun (caza du Kesrouan), Baabdate (caza du Metn), et Aaley (caza d’Aaley).

  • 10 Le complexe résidentiel « Satellity » (figure 6D) regroupe, par exemple, à lui seul 7 000 habitants (...)
  • 11 Des habitants ont reçu des subventions pour revenir vers leurs localités d’origine après la guerre (...)

26La deuxième classe est constituée de noyaux électoraux qui ont subi un fort développement urbain sur une courte période, avec une augmentation importante du nombre de constructions, et avec un nombre d'habitants permanents réduit. Ce phénomène est lié à différentes situations. À Raïfoun et Faïtroun par exemple (caza du Kesrouan), les constructions qui ne sont pas occupées tout au long de l’année sont des résidences secondaires. Cette catégorie englobe les villas et les immeubles collectifs à Raïfoun, alors qu’à Faïtroun, elle correspond à des complexes touristiques10. Un autre cas est celui des constructions résidentielles à Bhamdoun et Souk el Gharb (caza d’Aaley). Une part importante du bâti correspond à des logements construits destinés au retour des déplacés11, avec différentes sources de subventions (Caisse des Déplacés, associations). À Bhamdoun même, des immeubles ont été également construits grâce à des financements étrangers (principalement des ressortissants du Golfe), mais ces immeubles n’ont pas été vendus.

27La troisième classe est celle des noyaux électoraux abandonnés. Leur répartition est variable selon les cazas. Par exemple, dans les cazas du Chouf, d’Aaley, de Baabda et du Metn, ils se répartissent entre les noyaux résidentiels de la moyenne montagne. C’est le cas, par exemple, d’Aïnbal, Moukhtara, Aïtate, Chouit, Btkhnay et de Dhour Choueir. Dans le caza du Kesrouan, les noyaux abandonnés sont relativement éloignés des axes principaux de communication, comme c’est le cas à Dlebta.

28En contrepartie, certaines localités de la moyenne montagne se sont transformées en noyaux résidentiels, malgré leur faible poids électoral (classe 4). L’ampleur de ce phénomène apparaît particulièrement dans le caza du Chouf, avec la croissance des localités de Jdeidet ech Chouf, Semqanieh et Kahlounieh. C’est aussi le cas de la localité de Kaïfoun dans le caza d’Aaley et de Jouret el Ballout dans le caza du Metn.

29Enfin, des localités de faible poids électoral ont accueilli de nombreuses constructions, sans que des habitants n’y résident de manière permanente (classe 5). Ce phénomène est lié à des logiques touristiques comme dans le cas de Haret El Sit dans le caza d’Aaley, ou à des constructions édifiées durant la guerre de 1975 qui ont été abandonnées après le retour à la paix. C’est le cas d’Aïnab dans le caza d’Aaley et deQalaa dans le caza de Baabda.

30La moyenne montagne dans la partie centrale du Mont-Liban ne peut donc plus être considérée comme composée d’espaces urbains dont les formes sont prédéfinies et les fonctions liées uniquement à des critères de religion ou à des pôles électoraux. Le développement urbain sur tout le territoire conduit à une insertion de plus en plus difficile des localités d’un caza au sein d’une même dynamique urbaine. Cette transformation est justifiée par les réponses différentes des localités aux processus de métropolisation et de mondialisation.

4 - Autorités héritées, entre enjeux de préservation des « refuges » et retombées économiques de la mondialisation

31L’évolution des « territoires » de montagne reste dépendante de différents jeux d’acteurs dont les logiques peuvent varier, entre la « préservation » du territoire hérité et son inscription (ou tentative d’inscription) dans les réseaux de métropolisation et de mondialisation. Les prérogatives et l’autorité morale des communautés religieuses ou des notables leur permettent d’intervenir de différentes manières dans la construction de l’espace urbain.

  • 12 À partir des années 1950, il y a eu des ventes de terrains dans des espaces de villégiature réputés (...)

32La multiplication des ventes de terrains appartenant à des propriétaires de confession chrétienne en faveur des ressortissants du Golfe12 à partir des années 1950 a en effet inquiété les autorités religieuses de la communauté chrétienne. En conséquence, une loi limitant les superficies des propriétés détenues par les étrangers a été promulguée en 1969. Elle stipule que les non-Libanais doivent obtenir une autorisation spéciale du Conseil des ministres pour acquérir des terrains d’une superficie supérieure à 3 000 m² et que la superficie maximale qu’une personne étrangère peut acquérir est de 10 000 m² dans un même caza et 50 000 m² dans tout le pays.

33L’expansion de l’urbanisation dans la montagne libanaise a été également marquée par la présence des propriétés ou wakfs appartenant aux communautés religieuses ou aux familles de notables. Ces propriétés ont souvent constitué des zones de rupture ou de contournement à l’intérieur de l’espace urbain classique. Les autorités religieuses et claniques n’ont pas échappé, cependant, aux logiques de plus-value immobilière dans le contexte actuel de compétition sur le marché foncier. Des terrains wakfs ou ceux appartenant aux familles de notables ont été exploités en y implantant des activités de services - établissements scolaires ou activités commerciales, restaurants et équipements de loisirs. D’autres propriétés wakfs ou revenant à des notables ont été également vendues ou louées dans le cadre de projets de promotion immobilière (appartements, bureaux, etc.).

34Les autorités ecclésiastiques peuvent aussi s’imposer comme interlocuteurs privilégiés entre les différents acteurs privés et publics. Elles peuvent ainsi favoriser le déclin ou le développement d’une localité. Un exemple est l’aménagement d’hôpitaux à Ajaltoun (caza du Kesrouan) et à Aïn Ouzain (caza du Chouf), qui s’inscrit dans ces logiques de promotion immobilière et de développement local.

35Dans le premier cas, une congrégation religieuse a pu obtenir les dons (terrains et fonds) nécessaires à un riche notable et à des personnalités politiques de différentes confessions pour construire et équiper l’hôpital Saint-Georges d’Ajaltoun. Cet établissement est considéré comme le seul à permettre aux habitants de la moyenne montagne du caza de Kesrouan de recevoir des soins de qualité. Les ministères des travaux publics et les municipalités locales ont contribué à l’aménagement des voiries et des réseaux à Ajaltoun. Des centaines d’emplois ont été ainsi créés. Plusieurs complexes de logements et des lotissements de maisons individuelles ont été également construits dans ce village. Les habitants et les investisseurs sont issus de communautés religieuses différentes, sont originaires de régions extérieures ou sont issus de pays étrangers (fig. 6).

36Dans le deuxième exemple, une stratégie différente a été adoptée pour l’hôpital de la communauté druze d’Aïn Ouzain, afin d’arrêter la construction « anarchique » d’immeubles. En l’absence d’un plan d’aménagement urbain officiel, la zone entourant cet établissement a été classée réserve naturelle. Des vérifications et contrôles officiels ont été rendus obligatoires pour l’obtention de tout permis de construire. Les dons de terrains par les habitants et les subventions des notables de la communauté ont permis d’une part de transformer la maison de repos en hôpital capable d’accueillir des patients et, d’autre part, de créer des lotissements résidentiels sur les terrains avoisinants. Les retombées d’un tel projet de construction sont principalement matérielles, mais ce projet type a également permis de créer un nouveau lotissement de référence dans la moyenne montagne du Chouf. En effet, les lotissements résidentiels n’étaient guère répandus jusqu’aux années 2000 dans cette région. La tradition exigeait jusqu'alors que les familles restent organisées en groupements de maisons ou d’appartements appartenant à la même famille (hâra) au sein d’un noyau villageois (baldé).

37Ainsi, l’accent est souvent mis – notamment par les autorités religieuses – sur la nécessité de revitaliser ou de réinventer le lien à la terre par des activités traditionnelles comme l’agriculture, l’écotourisme ou les savoir‑faire hérités, afin de « préserver les « territoires ». Ces tentatives restent timides cependant par rapport aux nouvelles dispositions favorables à la spéculation foncière, aux activités commerciales et à la plus‑value immobilière. Les groupements sociaux dans la moyenne montagne du Mont‑Liban, jadis structurée par les autorités religieuses, sont actuellement en pleine mutation. De nouveaux critères de démarcation sociale s’imposent, comme la consommation effrénée qui est en étroite relation avec le processus de modernisation (Bauman, 2000). De nouveaux acteurs (courtiers, professionnels du bâtiment, avocats, hommes et femmes d’affaires) s’imposent désormais plus facilement et font fortune dans un contexte qui leur est favorable. Ces investissements le plus souvent d’origine extrarégionale et extranationale accompagnent un déclin des revenus des propriétaires fonciers et des populations locales désavantagées par rapport aux investisseurs étrangers. En fonction des appartenances multiples, chaque acteur est amené désormais à utiliser divers moyens et pratiques, entre contraintes et innovations, pour s’imposer dans son lieu de vie (Certeau, 1990).

Conclusion : De la montagne-refuge à la montagne des paradoxes, quelles approches pour la gestion de l’espace péri-métropolitain de Beyrouth ?

En évoquant la montagne de ses aïeux, A. Maalouf (2004, p.199) énonce : « Dans un pays comme le nôtre, tu imagines ! Un pays où l’on a l’habitude de tout accepter avec un haussement d’épaules ! Un pays où l’on n’arrête pas de te répéter : « Ne cherche pas à redresser un concombre courbe ! », « Rien n’arrive qui ne soit déjà arrivé! », « La main que tu ne peux pas casser, embrasse-là et demande à Dieu qu’il la casse! », « Tout homme qui prendra ma mère deviendra mon beau-père! ».

38Le mythe des « refuges » ou « territoires vitaux » de la montagne libanaise renvoie à une continuité dans l’allégeance d’un groupe social aux autorités religieuses et/ou claniques qui auraient en retour la responsabilité de garantir aux communautés une survie et un avenir sur ce même territoire. Cependant, la mémoire des lieux montre que des groupes n’ont pas hésité à changer d’allégeance aux plans religieux et clanique pour préserver des intérêts matériels ou sécuritaires. L’un des paradoxes de ces territoires est de revendiquer des identités basées à la fois sur des logiques d’enclavement, mais aussi sur le recours à des instances extranationales (occidentales, arabes ou autres) pour réclamer un appui politique, une assistance ou une protection, voire même une fusion par assimilation (Salamé, 2001; Nsouli‑Lalardie, 2007).

39Les recompositions au sein des groupes communautaires libanais actuels s’inscrivent dans les mêmes logiques, mais leur rythme s’est accéléré. À l’ère de la mondialisation, tout circule à grande vitesse, notamment les personnes, les fonds, les idées, mais aussi les allégeances et les identités qui influencent les « frontières » des « territoires hérités ». Ces « frontières » placent essentiellement un groupe sous une autorité donnée et peuvent prendre des formes matérielles, sociales, économiques, religieuses ou idéologiques. Elles deviennent actuellement de moins en moins étanches, quels que soient les moyens de « protection » mis en place. Parallèlement à la recomposition accélérée des groupes communautaires, les contextes politiques et économiques semblent tout aussi ambigus et les institutions sociales ne s’inscrivent pas assez dans la durée pour servir de cadre de référence. Les individus et groupes sociaux doivent ainsi trouver des moyens alternatifs pour organiser leurs lieux de vie. Quelle place alors pour l’aménagement du territoire qui est censé stabiliser l’espace sur le long terme ?

40L’espace de la moyenne montagne libanaise autour de la capitale a souvent fait l’objet d’études et de projets d’aménagement et de développement (Baldy, 1969; Coulon et Macé, 1970 ; ministre d’État pour la Réforme administrative 2005). Cependant, l’inscription de l’espace de la montagne proche dans l’espace métropolitain ou péri-métropolitain de Beyrouth reste ambiguë. Les plans d’urbanisme ne mentionnent pas cet espace sous la forme proprement dite d’espace périurbain où l’aménagement promeut classiquement des pôles de développement économique. La montagne proche de Beyrouth a plutôt suivi des plans d’aménagement indépendants dont les pôles de développement sont choisis selon des critères correspondant aux poids des noyaux électoraux et aux liens qu’ils entretiennent avec d’autres noyaux de proximité. Cette situation reste liée à des revendications identitaires présentées comme héritées et liées à « l’autonomie » des localités de montagne.

41Par ailleurs, la prospérité des localités de la moyenne montagne prise dans son ensemble a été souvent liée aux différentes crises que la capitale a pu traverser. Il existe ainsi un fonctionnement dichotomique entre « les territoires » de la montagne et ceux de la capitale. Par exemple, la division et la destruction de l’espace beyrouthin au cours de la guerre civile de 1975 a permis aux « territoires » de montagne de prendre le relais du développement économique du pays. Aujourd’hui, la montagne permet de maintenir un développement local face à la dégradation du cadre de vie dans la capitale libanaise (prix des logements trop élevé, difficultés d’accès et congestion du trafic routier, absence de modes de transports collectifs adaptés, pollution, etc.).

42Paradoxalement, le mythe de la « montagne refuge autonome » reste à nuancer. En pratique, l’espace montagnard s’organise autour d’une série d’ensembles géopolitiques parallèles qui s’étendent depuis le Chouf jusqu’à Batroun en étages perpendiculaires à l’axe des chaînes de montagnes, combinant ainsi les ressources des différents niveaux d’altitude. Cette organisation territoriale en sous-ensembles autonomes constitue un modèle classique en Europe et dans le monde méditerranéen (Lacoste, 2002).

43Cette idée de « montagne refuge autonome » est tout aussi paradoxale dans le contexte actuel, car les différents ensembles de la moyenne montagne – comme les différentes régions libanaises – mettent en place une gestion territoriale basée sur les retombées de la mondialisation. Il est cependant évident que l’insertion de cet espace dans les réseaux de « villes globales » doit obligatoirement passer par son organisation autour d’une ville-centre ou capitale qui concentre les pouvoirs de commandement d’une métropole(Troin, 2002).

44En conséquence, il est vital d’analyser les espaces périphériques de Beyrouth en évitant le prisme des « refuges » ou « îlots » structurés uniquement par des spécificités électorales. L’appartenance au groupe social ou au territoire ne se réduit plus à la religion ou au clan. La protection de l’environnement, la valorisation des ressources naturelles et du patrimoine immatériel s’imposent de plus en plus comme des enjeux de développement dans les localités de moyenne montagne et mobilisent les habitants autour d’actions hors cadre confessionnel. Des groupes sociaux se forment aussi autour d’affinités non-religieuses et extra-claniques (loisirs sportifs, causes humanitaires, rassemblements culturels). Ces nouveaux groupes sociaux annoncent, peut-être, une remise en question des fondements religieux et claniques de la société et des territoires libanais.

45Cependant, ces nouveaux groupes trouvent de moins en moins de structures publiques pour se développer et s’institutionnaliser. Les établissements, les mesures et outils prévus pour créer des espaces de rencontre ou de solidarité restent d’une manière générale sous l’influence des autorités religieuses ou claniques, obéissant souvent à des logiques de rivalité, principalement au sein d’un même territoire ou groupe de localités. Dans ce contexte, le défi que doit relever la moyenne montagne libanaise face à la mondialisation n’est pas de perdre une identité « décidée », ou « uniformisée », mais de valoriser de nouvelles identités territoriales, construites sur des histoires vécues imbriquées dans l’héritage familial, religieux ou clanique.

Top of page

Bibliography

Awada, F. 1991. Incertitudes, rigueur et arbitraire dans la planification spatiale des grandes régions urbaines. Paris: Thèse de Doctorat en Urbanisme et Aménagement, École Nationale des Ponts et Chaussées.

Balanche, F. 2000. Les alaouites, l’espace et le pouvoir dans la région côtière syrienne : une intégration nationale ambiguë. Tours: Thèse de Doctorat, Université François-Rabelais de Tours.

Baldi, C. 1969. Rapport de mission pour le fonds spécial des Nations-Unies auprès du projet de Mise en Valeur Intégrale de la Montagne Libanaise. Paris: Programme des Nations unies pour le développement (FAO)- Plan Vert.

Barakat, L. 2000-2001. Méthode et limite d’une enquête- Le cas de Hammana. Géosphères-Annales de Géographie 21 – 22:109-124.

Barthes, A. 2005. Appropriation territoriale du grand site du mont Triglav (Slovénie) et conflictualités. Méditerranée 150:81-86.

Bauman, Z. 2000. Liquid Modernity. Cambridge: Polity.

Beyhum, N. 1989. Du centre aux territoires, la centralité urbaine à Beyrouth. Maghreb Machrek 123:177-199.

Bouillet, M. 1997. Des montagnes du Pinède à la plaine de l’Achelόos : hommes et activités en Etolie- Acarnanie (Grèce). Marseille: Thèse de Doctorat, Université Aix-Marseille.

Bourgey, A. 1980-1981. L’urbanisation du village libanais. Hannon XV-XVI: 29-40.

Bourgey, A. 1980. Beyrouth, ville éclatée. Hérodote 17:5-31.

Bureau du Ministre d’État pour la Réforme administrative. 2005. Plan de développement local des regroupements des municipalités d’Aaley, Baabda, Chouf Souaijani, Kesrouan. Beyrouth.

Certeau, M. 1990. L'invention du quotidien. Paris: Gallimard.

Chevallier, D. 1971. La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe. Paris: Librairie Orientaliste Paul Geuthner.

Chidiac, R. 2008. Le transport artisanal dans un contexte de crise politique: le cas du Liban. In Le transport artisanal dans les villes méditerranéennes, ed. INRETS, 41-60. Paris.

Chidiac, R. 2015. La moyenne montagne autour de Beyrouth (Liban) : territoire(s) « hérité(s) » au défi de la mondialisation. Paris: Thèse de Doctorat Université Paris-Sorbonne.

Conseil du Développement et de la Reconstruction. 2004. Schéma d’aménagement du territoire libanais (SDATL). Beyrouth.

Coulon, M. 1970. Projet de bonification intégrale de la montagne libanaise : formation et recherches forestières. Paris: Plan Vert - Programme des Nations Unies pour le développement (FAO).

Davie, M. F. 1994. Centres et centralités à Beyrouth. In Actes des rencontres méditerranéennes de la ville. Séminaire "Ville et Territoires", 23-25. Marseille

Daligaux, J. 1996. Structures foncières et processus d’urbanisation en milieu rural et périurbain : le cas du massif des Maures (Var). Marseille: Thèse de Doctorat en Géographie Université Aix-Marseille 1.

Davie, M. 2013. Églises et chapelles orthodoxes du Qornet ar-Roum (pays de Jbeil, Liban). Une étude d’histoire de l’architecture religieuse du Liban. Beyrouth: Publications de l’Université de Balamand.

De Reparaz, A. 2007. Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles. Méditerranée 109 : 55-62.

Diab, Y. et A. Hajjar, 2016. La production urbaine post-guerre à Beyrouth : quels effets de bling-bling ? Urbanités 7:1-11.

Direction générale de l’Urbanisme. 1973. Livre Blanc Beyrouth 1985-2000. Beyrouth.

Direction générale de l’Urbanisme. 2001. Schéma directeur général des zones de Falougha, Khalouat Falougha, Kalaa, Qornayel, Btkhnay, Bzedbine, Salima (caza de Baabda). Beyrouth.

El Ghoussayni, N. 1988. Émergence d’une nouvelle centralité régionale au Liban : le Chouf. Paris: Thèse Nouveau Régime, Université de Paris IV – Sorbonne.

El Khoury, E. 1999. L’évolution des complexes touristiques balnéaires et de montagne au Mont-Liban. Thèse de Géographie, Université Libanaise –Université François Rabelais de Tours.

El Masri, T. 2003. Recueil des communications présentées au colloque international organisé par le comité de coordination du travail environnemental (Haut- Metn) en 2003. Beyrouth.

Goeury, D. 2011. L’enclavement, une contrainte nationale devenue une opportunité mondiale ? Le cas du Haut Atlas central marocain. Méditerranée 116:107-113.

Husseini, S. 1992. Redistribution de la population au Liban pendant la guerre civile (1975-1988). Paris: Thèse École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Lacoste, Y. 2002. Montagnes et géopolitique. Hérodote 107:3-16.

Lallier, F. 1997. L’organisation politico-religieuse de la communauté druze du Chouf : Conservation et entretien de l’ordre symbolique. Paris: Mémoire de DEA, Institut d’Études Politiques de Paris.

Lavergne, M. 2002. Dubaï ou la métropolisation incomplète d’un pôle en relais de l’économie monde. Cahiers de la Méditerranée 64: 257-296.

Maalouf, A. 1993. Le Rocher de Tanios. Paris: Grasset.

Maalouf, A. 1998. Les identités meurtrières. Paris: Grasset.

Maalouf, A. 2004. Origines. Paris: Grasset.

Macé, R. 1970. Introduction à l’étude d’un plan d’aménagement du territoire libanais, projet de développement de la Montagne libanaise. Paris: Fonds spécial FAO (Nations Unies) - Plan Vert.

Mermier, F. 2002. La culture comme enjeu de la métropolisation : capitales et foires du livre dans l’Orient arabe. Cahiers de la Méditerranée 64:105-117.

Miossec, J. - M. 2009. Tunisie, métropolisation, mondialisation: efficience renforcée de l’axe oriental. Outre-Terre 23:241-253.

Moufarrej, T. 2003. Qoura wa moudun Loubnan. Beyrouth: Nobilis.

Naba, R. 1998. Les médias libanais face aux défis du XXIe siècle. Les Cahiers de l’Orient 52:51.

Nsouli-Lalardie, S. 2007. Lettre ouverte à mes concitoyens et aux autres, un enseignement dès aujourd’hui pour un pari sur l’avenir. Les cahiers de l’Orient 87:109-142.

Salamé, G. 1993. Démocraties sans démocrates : politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique. Paris: Librairie Fayard.

Salamé, G. 2001. Appels d’empire : ingérences et résistances à l’âge de la mondialisation. Paris: Fayard.

Tate, G. 2001. Actes des 1res rencontres internationales Monaco et la Méditerranée : Villes Méditerranéennes, quel devenir ? Monaco: Association Monégasque pour la Connaissance des Arts.

Troin, J. F. 2002. Du bon usage du terme « métropole », notamment dans le monde arabe. Cahiers de la Méditerranée 64: 83-104.

Viranian-Marcha, E. 1978-1979. L’impact du phénomène de villégiature sur les structures foncières d’un des villages du caza du Kesrouan, Raifoun. Hannon XV –XVI:101-106.

Younès-Moultaka, H. 1997. Dynamique urbaine et paysage dans le Mont-Liban. Paris: Mémoire de DEA Géographie et Aménagement, Institut de Géographie de Paris IV- Sorbonne.

Top of page

Notes

1 L’Aire urbaine centrale de Beyrouth et du Mont-Liban (AUC) a été définie dans le cadre du SDATL (Schéma d’aménagement du territoire libanais, 2004). Elle est organisée autour d’un bipôle principal, formé par Beyrouth et Jounieh, qui tend à fusionner au nord avec l’agglomération de Jbail et au sud avec l’agglomération de Barja et Chhim. L’AUC couvre Beyrouth et ses banlieues immédiates, ainsi que les agglomérations de Jounieh (130 000 habitants), Bickfaya (14 521 habitants), Beit Méri-Broummana (51 865 habitants), Aaley (53 438 habitants) et Damour (9 043 habitants). Dans le cadre du SDATL, les limites de l’AUC n’ont pas été définies avec précision. Le périmètre retenu par ce document en vue des dénombrements de population n’a pas été précisé. 

2 Le caza est un découpage administratif au Liban qui peut être considéré comme l’équivalent du département en France.

3 Le nombre d’habitants peut être très variable selon les saisons. Le phénomène de villégiature produit un doublement, voire un triplement de la population en montagne pendant l’été ou lors des périodes de vacances. Certaines villes du littoral connaissent une très forte affluence pendant la saison balnéaire.

4 Le toponyme Mont‑Liban désigne à la fois la chaîne de montagne mitoyenne au couloir littoral et une mohafazat (découpage administratif). Une mohafazat peut regrouper plusieurs caza-s

5 Si l’on tient compte des localités où ils votent

6 Le wakf est un acte qui immobilise un bien légué généralement à une fondation à caractère religieux.

7 Ce terme (qornet el roum en arabe) est utilisé par les habitants de la région pour désigner cette zone.

8 Les Libanais restent inscrits sur les listes électorales des localités où leurs pères étaient déjà inscrits. Rien ne les oblige à s’inscrire sur les listes électorales de leur lieu de résidence. Au contraire, des décisions du ministre de l’Intérieur peuvent faire en sorte que ce « transfert » vers la localité de résidence soit interdit.

9 Dans le tableau à deux entrées, constitué par les localités et ces indicateurs, nous avons effectué les tris par rapport à la moyenne de chaque indicateur.

10 Le complexe résidentiel « Satellity » (figure 6D) regroupe, par exemple, à lui seul 7 000 habitants pendant l’été.

11 Des habitants ont reçu des subventions pour revenir vers leurs localités d’origine après la guerre civile de 1975. La plupart ont cependant gardé leur résidence principale dans les lieux d’exil qui les ont accueillis pendant le conflit armé.

12 À partir des années 1950, il y a eu des ventes de terrains dans des espaces de villégiature réputés mixtes du point de vue communautaire, tels Aaley ou Bhamdoun, ainsi que dans des localités homogènes chrétiennes. Par exemple, un projet de lotissement dont le propriétaire était koweïtien, était prévu dans la localité de Souhaileh (Kesrouan).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1
Caption Localisation de la zone d’étude
Credits Source : SDATL (2004)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-1.jpg
File image/jpeg, 392k
Title Figure 2
Caption Évolution des zones construites au Mont-Liban entre 1963 et 1998
Credits Sources : Direction des Affaires géographiques (1963), images satellites Landsat-IRS (1998). Traitement du ministère de l’Agriculture, ministère de l’Environnement, Cnrs, DAR/IAURIF
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-2.jpg
File image/jpeg, 511k
Title Figure 3
Caption Population électorale en 2000 répartie selon la confession
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-3.jpg
File image/jpeg, 421k
Title Figure 4
Caption Schéma d’organisation des territoires du Mont‑Liban à la veille de la guerre civile de 1975
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Figure 5
Caption Schéma d’organisation et évolution des territoires du Mont-Liban durant la guerre civile (1975‑1990)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Figure 6
Caption Nouvelles constructions dans la zone périurbaine de Beyrouth pendant et après la guerre civile. Photo A : Localité d’Ajaltoun (caza du Kesrouan). Photo B : « country-club » adjacent à un lotissement de villas dans la localité de Bickfaya (caza du Metn). Photo C : Les investissements des ressortissants du Golfe dans le caza de Baabda (Falougha). Photo D : Complexe touristique à Faïtroun (caza du Kesrouan) : " Satellity". (Clichés Rola Chidiac, 2007)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-6.jpg
File image/jpeg, 396k
Title Figure 7
Caption Réorganisation spatiale du Mont-Liban en 1996, après la fin de la guerre civile.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/11480/img-7.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Top of page

References

Electronic reference

Rola Chidiac, « « Territoires », métropolisation et recomposition spatiale dans la moyenne montagne autour de Beyrouth (Liban) », Méditerranée [Online], 131 | 2020, Online since 03 February 2020, connection on 19 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/11480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.11480

Top of page

About the author

Rola Chidiac

Ingénieur‑urbaniste, B.P. 166796 Achrafieh, Beyrouth, Liban

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals