Skip to navigation – Site map

HomeIssues132Introduction

Introduction

La ville « durable ». Interrogations méditerranéennes
Hassan Ait Haddou, Catherine Bernié-Boissard and Marc Méquignon
p. 3-4
Translation(s):
Foreword [en]

Full text

1La crise sanitaire que nous vivons depuis ce mois de mars 2020, avec l’épidémie de Covid-19 qui s’est répandue à l’échelle planétaire, conduira-t-elle à un changement radical de nos manières de produire la ville ? C’est à quoi nous invite un regard rétrospectif sur les crises sanitaires du xixe siècle européen, à l’origine de l’invention de nouveaux modèles architecturaux et urbains. Né au milieu du siècle, développé grâce à la découverte faite par Louis Pasteur en 1865 du rôle des micro-organismes dans la contamination et la contagion, le courant hygiéniste est alors à l’origine des constructions et de l’urbanisme contemporains. Bien que réinterrogé depuis quelques décennies par la notion de « développement durable » ou « soutenable », ce modèle n’est plus adapté à un monde dans lequel, bientôt, 80 % des habitants seront des urbains. Mais de quelle « ville » seront-ils les citadins ? De métropoles plus ou moins gigantesques productrices d’inégalités environnementales et sociales, de territoires périurbains grignotés sur les terres agricoles, d’espaces ruraux refuges ou délaissés de l’urbain ?

2Préparé de longue date, ce numéro de la revue Méditerranée veut contribuer à saisir les enjeux contemporains de la fabrique de nos territoires, urbains, périurbains, ruraux, à l’échelle régionale ou macro-régionale, en Méditerranée.

3Nous voici confrontés à une question récurrente, mais dont la crise sanitaire accélère l’acuité. Comment le dialogue scientifique peut-il s’engager entre les disciplines qui ont pris à bras-le-corps, notamment, les questions environnementales, liées au changement climatique, au recul de la biodiversité, au‑delà des échanges possibles entre sciences dites « dures » et sciences humaines ? Les réponses à notre appel à contribution témoignent du relatif impensé porté par les chercheurs ou bien du désintérêt observé dans les réponses à cette proposition. Cependant, nous voulons interroger les travaux dans le champ du « développement durable », de la conception et de la gestion des territoires potentiellement « durables » méditerranéens, travaux marqués par le débat disciplinaire et interdisciplinaire et par la controverse. Présentent-ils un caractère spécifique lorsqu’il s’agit des pays méditerranéens, contribuent-ils à clarifier les enjeux de la notion de développement durable tels qu’ils se posent dans d’autres aires géographiques ?

4Nous abordons ces questions selon trois axes :

  • Le premier interroge la ville, l’urbain et l’environnement durables en Méditerranée
    Partons d’Italie, où David Fanfani, architecte-enseignant à l’Université de Florence, propose, à travers la notion de « biorégion urbaine », l’élaboration de possibles nouvelles relations de proximité économique, physique et énergétique ville-campagne au sein du périurbain de Florence-Prato en Toscane, espace fragmenté et « déterritorialisé ».
    Poursuivons en Turquie, avec Ayşen C. Benli, enseignant-chercheur à Mersin, pour une étude sur l’architecture durable dans les villages de montagne entourant la ville de Mersin. On y rencontre l’architecture vernaculaire en région méditerranéenne, au caractère aussi bien social, économique, écologique, que culturel et spatial, dans une perspective de durabilité.
    Élargissons notre focale, avec Thomas Perrin, maître de conférences à l’université de Lille, analysant les facteurs de cohérence d’une macro-région en Méditerranée occidentale. Là même où s’est développée une coopération territoriale, afin de saisir comment la macro-régionalisation, en combinant une échelle trans-meso et une logique post-complexe, induirait un renouvellement des références spatiales et des politiques d’aménagement dans l’Union européenne.
    Revenons à Oran, où Amina Louiza Lacheheb, doctorante, s’interroge sur les transferts de savoirs nord/sud dans la conception du logement collectif en climat méditerranéen, au cours de la période moderne, à travers l’œuvre de l’architecte Louis Miquel, et de son « Essai de solution d’un problème d’urbanisme en climat méditerranéen, cité Sellier à Alger. »

  • Le deuxième axe s’intéresse à la conception des espaces publics au prisme de la durabilité
    À partir de l’exemple de Toulouse Métropole, Delphine Chouillou, maitresse de conférences à l’École d’architecture de La Réunion, analyse la qualité environnementale urbaine, encore peu définie, dans la conception des espaces publics, qui n’en sont pas les échelles prioritaires. Dès lors, la qualité d’usage de l’espace public n’est pas abordée, dissociant de fait qualité environnementale et qualité d’usage.
    C’est en Algérie que Myriam Maachi-Maïza, architecte et enseignante à l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme EPAU, repart sur les traces de Fernand Pouillon, qui a privilégié une approche pittoresque empruntée à l’Antiquité, avec la gageure de « Construire vite, bien et à moindre coût ». Cette approche souvent dénigrée, demeure, à l’heure du développement durable, d’une surprenante actualité.

  • Le troisième axe propose une réflexion sur les notions de gouvernance en Méditerranée
    C’est dans le Sud algérien que Mohamed Cherif Adad, architecte et enseignant à l’université Oum el Bouaghi, questionne de nouvelles expériences de gouvernance dans la vallée du M’zab, lieu d’une production urbanistique et architecturale millénaire, où l’adoption de la Constitution de 1989 voit resurgir des structures sociales ancestrales, fondées sur les notions de concertation, de participation. Comment une gouvernance locale, basée sur les processus d’auto-construction, s’est-elle partiellement substituée à la réglementation nationale ?
    Retour en Occitanie, région française créée en 2016, avec Catherine Bernié-Boissard, professeur émérite de l’université de Nîmes et Thomas Perrin, maître de conférences à Lille. Une région créée par la fusion de deux anciennes régions, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, dont les diverses composantes se sont développées à distance l’une de l’autre depuis plusieurs décennies. Comment « faire région », quelles sont les dynamiques de recomposition, les articulations interterritoriales ? Quel peut être le rôle de la coopération territoriale multi-niveaux dans la construction d’ensembles régionaux complexes ?
    Tout au long de cet itinéraire, entre pays, entre régions, entre problématiques architecturales, urbanistiques, sociales, il s’agit de saisir quelques aspects de la question que nous pose avec vigueur la crise sanitaire : comment, avec qui, avec quels instruments, quels concepts, inventer de nouveaux modèles de ville et de territoires habités au xxie siècle ?

Top of page

References

Bibliographical reference

Hassan Ait Haddou, Catherine Bernié-Boissard and Marc Méquignon, « Introduction », Méditerranée, 132 | -1, 3-4.

Electronic reference

Hassan Ait Haddou, Catherine Bernié-Boissard and Marc Méquignon, « Introduction », Méditerranée [Online], 132 | 2021, Online since 23 April 2021, connection on 09 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/12074 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.12074

Top of page

About the authors

Hassan Ait Haddou

Maître de conférences en Sciences et Techniques pour l’Architecture, HDR en informatique, directeur du LIFAM, ENSAM, Montpellier, France, hassan.aithaddou@montpellier.archi.fr

Catherine Bernié-Boissard

Professeure émérite, Université de Nîmes, UMR 5281 ART-Dev, Montpellier, France, catherine.bernie@gmail.com

By this author

Marc Méquignon

Maître de conférences, Université Paul Sabatier – Toulouse 3, Toulouse, France

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search