Skip to navigation – Site map

HomeIssues132Ville et environnement durable en...Ville méditerranéenne et biorégio...

Ville et environnement durable en Méditerranée

Ville méditerranéenne et biorégion urbaine

Un nouveau « pacte ville-campagne » pour la reconquête des valeurs de proximité et le développement local
Mediterranean City and Urban Bioregion. A New “City‑Countryside Pact” to enhance Proximity and Local Development Values
David Fanfani
p. 9-26

Abstracts

Proximity issues and relationships represent an outstanding feature of European Mediterranean cities in their historical evolution. This characteristic has been significantly compromised in modernity. Mediterranean cities are drawn into the global space of flows –not only informative but also related to matter and energy. They appear to be hyper-specialized, fragmented, physically scattered in some new “periruban” domain and progressively detached from their embedding territory, weakened as regards the complex set of physical proximity relationships –environmental, functional and social, infra and extra-urban. Moving from such premises, the article analyses the urban bioregion model –conceived as a co-evolutionary system between nature and culture– as a possible paradigm to guide an integrated process of “relocalization” of urban organization, especially in terms of strengthened economic, physical and energy proximity relationships following a new “city-backcountry pact”. The case study of the Florence-Prato metropolitan area in Tuscany, is a potential specific application of the urban bioregion model with the aim of pursuing both urban regeneration and local development jointly with a new sustainable urban form. This through the shared definition of a strategic scenario for an “agricultural multifunctional park” and a first “short supply chain” initiative towards the implementation of a local agri-food system (LFS).

Top of page

Full text

1 - La ville méditerranéenne, lieu de la proximité

1.1 - Le phénomène urbain méditerranéen : caractères généraux et spécificités locales

1Parler de ville méditerranéenne suppose une définition claire et préalable de l’unité territoriale à laquelle nous faisons référence. En effet, la complexité du développement et la genèse du phénomène urbain ainsi que la quantité de travaux qui s’y rapportent, qu’il n’est pas possible de mentionner ici dans leur exhaustivité, ne se prêtent ni à des comptes rendus faciles ni à des classements par types qui correspondraient à des aires géographiques et culturelles spécifiques. Cela vaut également pour l’identification des caractéristiques principales et les plus propres à décrire la ville méditerranéenne comme un modèle d’organisation physique et spatiale de l’existence humaine dans les régions en relation plus ou moins directe avec la mer Méditerranée.

2Malgré de telles questions méthodologiques, la mise en évidence de certains éléments généraux peut permettre d’« explorer » quelques caractéristiques d’organisation et de relations « structurales » propres à l’espace urbain méditerranéen. Cela afin d’identifier la valeur et le rôle que la notion de proximité a tenu dans l’évolution urbaine de cette région ainsi que les formes innovantes sous lesquelles elle peut encore s’exprimer.

3La dimension urbaine est reconnue comme un constituant même de la civilisation méditerranéenne (Aymard, 1985). À partir du domaine méditerranéen, cette dimension s’est étendue successivement, à travers l’Empire romain et le christianisme jusqu’en Europe du Nord et orientale. Dans une situation géographique d’échanges intenses et pluriels du point de vue culturel et religieux, la ville méditerranéenne se caractérise comme un espace de « contamination » entre cultures, de stratification physique et spatiale d’objets disposés et utilisés selon un processus constant d’« accumulation sélective ».

4Du fait de cette « pluralité » culturelle et de par la variété des contextes qui caractérisent culturellement et géographiquement les régions du bassin méditerranéen, il est peu pertinent de parler d’un « type » de ville qui s’y répéterait de manière univoque (Clementi, 2001 ; Gironda, 2004). L’abondance de travaux spécialisés permet d’identifier avec pertinence les spécificités socio-spatiales et typologiques à travers lesquelles le phénomène urbain s’est exprimé depuis le Proche‑Orient jusqu’à l’Europe continentale en passant par les régions d’Afrique du Nord et de l’Arc latin.

5La classification de la ville méditerranéenne en trois catégories – Européenne, Arabo-islamique et Orientale (Muscarà, 2001 ; Gironda, 2004) – est utile pour résumer leurs caractères historiques et culturels prédominants, ainsi que les aspects socio-économiques et les modalités d’organisation spatiale et territoriale actuelles. En milieu urbain, ces catégories se révèlent à travers des analogies, des ressemblances, des interactions, des constantes et des « contaminations » historiques qui permettent de les reconnaître à travers quelques spécificités importantes.

  • 1 Considérons, par exemple, la différence entre les processus de métropolisation développés par (...)

6Nous focaliserons notre attention sur la typologie « européenne ». En effet, traiter du thème de la proximité dans les deux autres typologies impliquerait d’aborder l’étude de problématiques autres dans des contextes culturels et socio-économiques où la modernité et les forces globales du marché ont agi, et agissent, sous des formes et avec des effets très différents de ce qu’ils sont dans l’Europe « latine1 ». La ville méditerranéenne européenne présente des problématiques, des caractères physiques et des dynamiques spatiales locales diverses par ses diverses possibilités d’articulations territoriales successives, qu’elles soient côtières, « latines » ou plus continentales. Elles permettent des considérations et des évaluations pertinentes et largement généralisables dans les diverses situations urbaines de cette zone étendue des côtes méridionales jusqu’aux régions septentrionales du continent européen qui, au-delà des caractéristiques linguistiques, se caractérisent par une même empreinte culturelle gréco-latine.

1.2 - L’importance de la proximité dans la ville méditerranéenne « latine »/européenne

7La notion de proximité est à l’origine de la ville (Roncayolo, 1990), autant dans sa compréhension au sens strict comme une contiguïté spatiale que comme un niveau d’intensité relationnelle. Sur une base géographique commune, cette notion s’affirme dans les villes méditerranéennes européennes à travers plusieurs modalités d’expression et de conjugaison. Ces modalités ne sont évidemment pas toutes exclusives à cette typologie de ville, mais elles s’expriment si amplement et singulièrement qu’elles se distinguent des deux autres typologies.

8Nous remarquerons d’abord la valeur génératrice et surtout le lien de coévolution qui unissent la dimension urbaine à son propre territoire ou à son milieu géographique de référence. Une telle « proximité génératrice » est le résultat d’un processus prédominant de réification où c’est la ville qui donne sens au territoire (Raffestin, 1988 ; Magnaghi, 2003). Ce lien exprime en même temps la nécessité et l’importance d’un rapport non hiérarchique de coévolution, se construisant substantiellement jusqu’au début de la révolution industrielle, où les deux « milieux », urbain et rural, trouvent l’espace de leur reconnaissance réciproque et dont le résultat est fondateur pour leur coexistence. Il s’agit non seulement d’un rapport juridique, utilitariste et fonctionnel lié à une recherche nécessaire et constante d’un équilibre, cependant instable (Aymard, 1985), de type écologique et énergétique, mais aussi de la construction d’un schéma d’organisation sociale et économique. La ville projette ce schéma comme facteur constitutif propre dans les zones extra-urbaines ; « terrae incognitas » ou « saltus », elles deviennent « ager », un territoire distinct, mais sans séparation avec la ville. En réalité depuis ses origines, le territoire agricole est influencé par le caractère urbain de l’Europe méditerranéenne. Ce caractère résulte d’un projet d’organisation sociale qui a une forte incidence sur les formes d’installation et d’exploitation agraire ainsi que sur la société rurale.

9L’intensité fonctionnelle constitue un autre caractère expressif de la proximité dans la ville européenne latine. Il est étroitement lié à une densité physique de la ville qui se retrouve dans le « type » arabo-musulman. Toutefois, dans notre cas, la proximité du bâti s’accompagne d’une coprésence remarquable et diffuse de nombreuses fonctions. Cette coprésence est introuvable dans le modèle arabo-musulman où prévalent au contraire une spécialisation marquée de l’espace public – surtout représenté par la mosquée (Zumbo, 2003) – et une distinction forte entre espace public et privé (Berque, 1984 ; Gironda, 2004).

10Dans la ville méditerranéenne latine, l’espace public est fréquemment caractérisé par la coprésence de fonctions attribuables aux différents domaines du pouvoir politique et religieux et du marché économique ou bancaire. Ces domaines étendent d’autant plus leurs pouvoirs d’expression et de réglementation dans l’espace qu’ils trouvent entre eux des modalités d’agencement non conflictuelles qui participent très souvent à l’identification du caractère et de l’individualité d’une ville. De ce point de vue, il convient de noter l’étroite contiguïté qui s’exprime dans la ville européenne et méditerranéenne entre la consommation et la production par l’agriculture, l’artisanat ou la manufacture. Généralement, cette contiguïté trouve ses représentations dans l’espace physique et socio-relationnel du marché urbain périodique et de la place publique qui lui est dédiée, mais aussi, très souvent, dans la présence d’espaces de production, intégrés à l’habitation ou spécialisés, mais toujours agrégés et proches d’autres fonctions urbaines.

11Par ailleurs, l’intensité fonctionnelle et symbolique qui caractérise la ville méditerranéenne européenne permet de qualifier le fait urbain indépendamment de ses dimensions physiques. De la sorte, une petite implantation, qui en d’autres contextes s’apparenterait à la catégorie du village, peut être considérée comme urbaine (Aymard, 1985). Un tel caractère est étroitement lié à l’existence de réseaux de coopération et à une complémentarité entre centres urbains de même rang. Ces réseaux permettent d’importantes complémentarités d’ordre commercial et politique à travers un maillage urbain complexe et diffus. Ils permettent aussi à ces centres urbains d’atteindre à plusieurs un niveau d’importance qui serait inconcevable pour le centre unique. De notre point de vue, les réseaux de centres petits/moyens, connectés par des relations de caractère coopératif sont à bien considérer car ils expriment une modalité significative de relation de proximité entre des centres urbains à l’échelle régionale ou supra-locale. En même temps, ils définissent une « maille territoriale » qui est en mesure, dans certains contextes particuliers, d’exprimer des formes originales, innovantes et viables d’organisation des territoires ruraux telles que celles du métayage, typiques en Italie centrale.

12Depuis ses origines, l’évolution de la ville méditerranéenne européenne s’affirme par une autonomisation vis-à-vis des dynamiques et des pressions à caractère global ainsi qu’à travers l’ampleur du contrôle et des synergies propres à chaque territoire de « proximité ». Elle s’exprime aussi par l’intensité, fonctionnelle et symbolique, centrée sur la valeur et la complexité de l’espace public et sur un projet social orienté, malgré les pouvoirs opposés, vers l’intérêt commun et la « convivialité communautaire » (Aymard, 1985). Cela, à travers sa capacité à structurer des stratégies de coopération et/ou de complémentarité au niveau régional avec d’autres centres de taille et d’importance similaires. La ville se montre ainsi capable d’orienter son propre développement de manière autonome (Jacobs, 1985), même si elle s’insère dans un contexte géopolitique caractérisé par la présence d’un pouvoir central, qu’il s’agisse d’une monarchie ou d’états nationaux libéraux.

13Avant l’apparition de la dynamique et des forces du capitalisme puis de leur impact sur la dimension mondiale de la « grande transformation » (Polanyi, 1974), la ville méditerranéenne européenne se définit de façon autonome, sans être tiraillée dans le contexte de dynamique globale qui l’englobe, ce qui démontre sa capacité à gouverner et à contrôler ses forces.

14À l’aune de son évolution prémoderne, la proximité, dans la ville européenne latine, constitue une exigence importante de force et de cohésion physique et sociale, souvent garante de ses conditions de survie, mais aussi d’identité, d’excellence et de développement.

1.3 - Crise de la proximité et de la ville européenne à la modernité

15À l’aube de la modernité et à l’avènement de la « grande transformation » sociale et économique, déterminée par la naissance et le développement du capitalisme, la ville méditerranéenne européenne se présente comme l’issue complexe et plurielle d’une organisation sociale, économique et physique fondée sur une forte intégration des ressources du territoire de proximité ainsi que sur ses différentes composantes sociales et économiques. Chaque centre présente alors une singularité et une richesse affirmées qui le rendent « résilient » et résistant, capable de formuler et d’adopter des stratégies de développement relativement indépendantes, mais en même temps, à la mesure de ses ressources et des sources d’énergie disponibles sur son socle régional (Norgaard, 2004).

16La forme d’organisation du capitalisme rompt progressivement le cadre complexe et pluriel de la ville méditerranéenne européenne. Avec elle, nous nous orientons vers l’uniformisation et l’approbation de la seule dimension urbaine, vers la simplification fonctionnelle et productive de chaque centre et donc vers une forte spécialisation dans le cadre d’une division mondiale du travail, des ressources et du capital (Polanyi, 1974). Ce processus de « désancrage », de fracture métabolique (Bellamy-Foster, 1999) de la ville de son propre contexte territorial et de réinscription dans un cadre mondial pour la division du travail, des devoirs et des avantages sociaux, redéfinit radicalement la relation de coévolution entre la ville et sa région de référence. Elle redéfinit aussi les dimensions de proximité plurielles et infra-urbaines constitutives de l’espace, de la société urbaine et de l’économie de la ville (Jacobs, 1984 ; Scott Cato, 2013).

17À l’échelle locale, la ville n’est plus le cadre d’échange principal des réseaux socio-économiques, énergétiques et de ressources matérielles. Le système de relations et de stratégies globales qui fondent le système capitaliste détermine maintenant l’organisation de la division économique, administrative et physique de la ville. En termes plus généraux, le cadre et la prise de décision sur les stratégies de développement et de transformation urbaine se sont déplacés du niveau local et régional au niveau national et surtout international. Un tel processus a un impact dévastateur à bien des égards pour la ville méditerranéenne européenne (Palidda, 2011). Dans ce contexte, tous les liens de proximité qui se sont consolidés dans le temps long tendent à s’affaiblir et à être remplacés par les forces régulatrices du marché capitaliste, conditionnées par l’amortissement efficient des facteurs de production et soutenues par la possibilité, au moins en apparence, d’un approvisionnement en énergie illimité et à bas coût.

  • 2 Je parle du conflit théorisé par Marx entre capital et travail humain et des luttes pour l’Etat (...)

18Néanmoins, même à ce stade de capitalisme avancé et dans un contexte d’effacement radical des valeurs de proximité urbaine, subsistent encore certains types de relations qui leur sont liées. Elles s’expriment sous la forme d’une solidarité de classes, à travers le conflit relativement territorialisé entre les forces du capital liées à l’entrepreneur et les individus engagés par le travail, ainsi qu’à travers la lutte pour l’accès aux biens et services publics2. Cela, même si depuis d’autres formes fondamentales de capital social et de liens matériels liés à la proximité se sont perdues. Il en va ainsi de la connaissance et de la sagesse environnementale et contextuelle de l’artisanat et des modes de transformations « non routinières » liés au savoir local, de la sensibilisation à l’importance du maintien d’un milieu de vie pour l’approvisionnement et la subsistance de la ville et de sa communauté.

19Le tournant radical de l’effacement de la valeur de la proximité se manifeste par le passage du « capitalisme sociétal » (Magatti, 2012) à la financiarisation de l’économie (Gallino, 2010), avec l’ultime « dématérialisation » et « délocalisation » des relations de pouvoir et des échanges économiques qui sont développés selon une rationalité complètement dissociée des formes matérielles de la reproduction de la richesse et de la valeur. L’évolution vers des formes ou des scénarios urbains de compétitivité stimulante et de boosterism détruit les formes de base de cohésions sociales (Amin et Graham, 2004), d’autant plus dans la dimension de proximité qui caractérise la vie de la ville ordinaire.

20Dans ce cadre sociotechnique qui repose sur la définition capitaliste et libérale du marché, la ville européenne, malgré son extraordinaire dotation en capital social et patrimonial (Magnaghi, 2010) est de plus en plus soumise à un processus parallèle de spécialisation fonctionnelle et de production lié à un raisonnement à l’échelle globale. La ville européenne est par conséquent en voie de décomposition et de perte de l’intégration entre ses différentes parties et fonctions (production, consommation, mobilité, habitat, etc.). Cette perte se révèle par un affaiblissement général de la valeur de l’espace public et des proximités.

21Cependant, la rupture des relations de proximité et d’intensité au niveau infra-urbain n’est pas l’unique et la plus grave conséquence de la perte d’autonomie de la ville. Une séparation radicale entre la ville et sa région de référence advient, d’une part, en termes d’affaiblissement de la mise en valeur des spécificités patrimoniales et des savoirs contextuels localisés, et d’autre part, en termes de perte de la « mesure » locale des flux d’énergie et de matière au profit d’un usage non soutenable du territoire selon les « raisons » de la demande globale. Cette séparation se traduit par l’augmentation de la consommation avec des niveaux de demande de biens et de matières qui ne peuvent être satisfaits sans l’accroissement drastique de l’empreinte carbone de la ville (Rees, Wackernagel, 1996) et le dépassement de la « biocapacité » du territoire (Thayer, 2015).

22Les villes deviennent alors et plus encore, des centres fortement énergivores en production d’informations et en consommation de produits finis. Elles ne produisent plus de biens de consommation destinés à l’usage de leurs propres habitants. La plus grande partie de ces biens provient maintenant d’autres territoires, parfois lointains, choisis pour la simple raison d’une main-d’œuvre à bas coût et de contraintes environnementales réduites. Ce jeu dont le bilan ne peut être que négatif engendre un déséquilibre global dans l’accès à et l’exploitation des ressources et une pauvreté – matérielle et culturelle – au niveau local et régional.

  • 3 Le cas récent de Détroit apparaît comme paradigmatique de ce processus.

23Dans ce processus, les villes méditerranéennes européennes réduisent considérablement la capacité d’autoreproduction de leur capital social et matériel qui est principalement fondé sur des relations de réciprocité, de confiance mutuelle et de proximité. Elles tendent à devenir très fragiles et sensibles à l’instabilité des marchés mondiaux. Progressivement, les villes et leurs régions de référence apparaissent incapables de remplacer par des productions élaborées et organisées au niveau régional (« city import replacing » Jacobs 1984) les flux de produits importés en grandes quantités, des denrées alimentaires jusqu’aux produits semi-finis et finis. Elles s’exposent alors à la menace constante d’un « choc » socio‑économique, à l’obsolescence rapide et à la faillite, avec des impacts lourds au niveau social et territorial3.

24Dans la ville méditerranéenne européenne, un fait nouveau intervient donc aujourd’hui à l’échelle territoriale. Un profond détachement cognitif, fonctionnel et environnemental s’opère entre la ville et son territoire, entre l’économie et l’écosystème, qui s’exprime à travers la dimension urbaine et le contexte rural. La nécessité d’une récupération conjointe de l’intensité fonctionnelle et de la densité, et notamment des centralités, caractéristiques de la ville méditerranéenne européenne est soulevée face à l’incapacité évidente de répondre à une demande croissante et complexe en déplacements motorisés, à la répartition et à l’extension des implantations humaines comme au processus conjoint de leur polarisation fonctionnelle et de leur « raréfaction » physique sur le territoire.

25D’où la nécessité de se saisir de la valeur de la proximité et de sa réhabilitation dans la dimension urbaine comme d’un élément fondateur et régulateur de la nouvelle forme urbaine et de sa relation avec le territoire périurbain le plus proche.

26Il s’agit de réhabiliter un ensemble de règles ou de « registres » visant à rétablir les formes de développement local à travers lesquels la ville s’est développée en étroite relation et complémentarité avec sa région, selon un modèle de « bio city-region » (Snyder, 1994) ou de « biorégion urbaine » (Magnaghi et Fanfani, 2010 ; Magnaghi, 2014) permettant de « relocaliser » (Thayer, 2013) certaines des capacités productives et des cycles énergétiques dont la mise à distance n’est plus soutenable. Le modèle biorégional apparaît important de ce point de vue. Il a notamment capacité à reconnecter de manière intégrée et durable la dimension sociale et fonctionnelle à celle de la ville, des lieux et de l’espace physique. Cette vocation est manifeste en termes économiques et fonctionnels, mais aussi comme horizon de sens, pour une répartition plus équitable des ressources et des opportunités sur le socle territorial (Pezzoli et al., 2014).

27Dans la section suivante, nous préciserons les points forts du modèle biorégional, leviers potentiels pour la réhabilitation de la valeur de proximité, avec une attention particulière à la récupération et au renforcement des économies de proximité. Dans le quatrième point, nous décrirons le cas de récupération d’une économie de proximité et de production de nourriture pour la ville dans le cadre d’une recherche-action et de promotion d’un parc agricole périurbain. Cet exemple mettra en évidence la valeur multidimensionnelle sociale, territoriale, environnementale des cycles économiques de « production/consommation » sur une base locale, propre à réhabiliter les éléments de proximité urbaine.

2 - La biorégion urbaine, « cadre de vie » de proximité, et les enjeux du développement durable

28Dans la proposition originale du modèle de la biorégion de Patrick Geddes (Geddes, 1915), chaque ville comprise avec sa région est conçue comme une réalité spécifique produite par la co-évolution entre les lieux, le travail et les hommes (place, work, folks).

29Une étude attentive et un diagnostic (survey) sont nécessaires pour découvrir les relations de co-évolution entre nature et culture spécifiques à chaque région et en particulier : les origines régionales (géomorphologie, milieu environnemental, sol, etc.) de la morphologie physique et de la structure territoriale durable, comme guides pour redécouvrir le concept et le projet de la ville et de l’installation humaine sur le territoire ainsi que le « patrimoine territorial » comme expression et produit dans la longue durée de la « territorialité active » (Dematteis, 2001) de la région en vue de sa « mise en valeur » à travers la société.

30La dimension des proximités est centrale dans le concept original de biorégion, puis dans les contributions successives de la Regional Planning Association of America (RPAA) de Lewis Mumford et Benton McKaye. Elle est alors surtout comprise comme la stricte interaction, culturelle, sociale et fonctionnelle entre l’être humain et le lieu, à travers tous ses composants, artificiels, environnementaux et écologiques d’origine.

31Face aux défis de soutenabilité présentés par les scénarios de changements climatiques, face aux inévitables critiques et aux perspectives économiques et énergétiques, le modèle biorégional se présente comme un paradigme intéressant et prometteur dans le champ des différentes disciplines sociales, et en particulier de l’aménagement, du projet urbain et du développement local (Thayer, 2003 ; Lietaer et Warmoth, 2009).

32Les formes territoriales de la proximité semblent à la fois constituer une nécessité et une possibilité pour le développement durable. Cela particulièrement face aux scénarios énergétiques (peak oil) et économiques mondiaux et selon un processus de « relocalisation » (Thayer, 2013) rapporté surtout à la production de biens de consommation, mais aussi aux activités culturelles et de loisirs.

33Le paradigme de la biorégion repose sur deux aspects fondamentaux et étroitement liés l’un à l’autre, essentiels pour la récupération d’une fonction opérationnelle de la valeur de proximité :

  • l’intégration de la dimension environnementale comme principe régulateur de l’interaction avec les activités et les établissements humains ainsi que pour la récupération et la création du « complexe de néo-écosystèmes » (Magnaghi, 2003). Ces néo-écosystèmes tendent à un bouclage des flux de ressources et d’énergie (par exemple : les réseaux éco-territoriaux multifonctionnels, les matrices agro-environnementales complexes, les systèmes de réseau intégré de production d’énergie, etc.) ;

  • le développement de l’économie liée aux valeurs cognitives et aux matériaux locaux (Scott Cato, 2013), structurée d’une part par la coopération régionale entre la ville et le territoire à travers les réseaux polycentriques de villes et la «ville des villages» (Magnaghi, 2003) et d’autre part par les réseaux collaboratifs d’échange et de complémentarité entre les (bio)régions urbaines (Jacobs, 1984). L’objectif est d’atteindre non pas l’autosuffisance mais l’autonomie et dans le contexte d’un équilibre du commerce équitable inter(bio)régional de développer une capacité significative pour gérer la sécurité des approvisionnements en produits nécessaires à la subsistance (self-provisioning ou self-reliance) (Scott Cato, 2013).

34En relation avec ce second point, il est nécessaire d’opérer un changement décisif, notamment grâce aux politiques publiques et à la planification. Il s’agit de passer d’une approche très compétitive, entre les villes et entre les régions, fondée sur les mythes économiques médiateurs du capitalisme financier (Scott Cato, 2013) à une vision de coopération où les régions, capables d’une interaction avec le contexte global y agissent selon un schéma de principes coopératifs inter-régionaux et intra-régionaux (fig. 1) valorisant les capacités exportatrices propres des contextes.

Figure 1 : Transition entre le modèle économique de la concurrence mondiale et celui de la coopération biorégionale

Figure 1 : Transition entre le modèle économique de la concurrence mondiale et celui de la coopération biorégionale

a : paradigme global : les régions fournissent la majorité des ressources et des marchandises pour subvenir à leurs nécessités ; b. Paradigme biorégional : les régions pourvoient à leurs propres nécessités en recherchant l’autonomie et en échangeant seulement le surplus dans une optique de collaboration au niveau macro régional et sur les marchés mondiaux

Source : schéma inspiré des travaux de Thayer 2013

35Comme on a pu l’observer, l’approche biorégionale – ou la « biorégion urbaine » – associée à l’aménagement du territoire, au-delà de réponses sectorielles à la crise, ouvre quelques hypothèses prospectives, en termes de réhabilitation d’une dimension intégrée au développement local. Si la première est la « maîtrise » de la géographie de référence, une nouvelle référence serait la société humaine en lien avec son milieu agro-environnemental de proximité, à travers un nouveau « pacte ville‑campagne » (Magnaghi et Fanfani, 2010). Cette dimension biorégionale sera illustrée par l’expérience de recherche – action menée dans le contexte toscan et liée à l’outil du parc agricole périurbain et au concept de « ville nourricière » ou de « système agroalimentaire local ».

36La question de l’étalement urbain est un élément de contexte non négligeable. En effet, ce phénomène signifiant de l’évolution du milieu urbain européen rend plus complexe la question de la relation entre la ville et le contexte local et rural (Brenner Schmidt, 2015). En même temps, il nous oblige à repenser en des formes avancées les aspects mêmes de la proximité de la ville et l’offre significative d’opportunités en termes d’innovation des catégories de projets ainsi que de rôle des espaces agricoles les plus proches de la ville.

3 - L’espace « tiers » agri-urbain, lieu de la proximité pour la biorégion urbaine : enjeux et outils

3.1 - Risques et opportunités pour la ville

37Dans la perspective biorégionale de nouvelles relations entre la ville et le territoire de référence, aborder la question de la proximité comme opportunité et dimension de réhabilitation de la ville méditerranéenne implique de reconsidérer la forme sous laquelle le phénomène urbain s’est exprimé ces dernières décennies, à travers la polarisation sur de grandes régions urbaines caractérisées par une dispersion généralisée et un phénomène de sprawl (EEA, 2006). Il s’agit d’un phénomène omniprésent, largement étudié depuis les années 1970 (Berry, 1976). Il concerne, à travers des modalités différentes, toutes les grandes zones urbaines d’Europe et de Méditerranée, et pose de sérieux problèmes non seulement du point de vue de la soutenabilité environnementale, mais également de la consommation irréversible des sols et d’érosion des valeurs productives agricoles et paysagères des territoires périurbains.

38Dans le même temps, si elle est interprétée et orientée selon des formes appropriées d’économie de la consommation des sols, surtout grâce à des processus de densification et de création de centralités, et de récupération d’une matrice « agro-environnementale » fonctionnelle et productive, cette nouvelle forme de proximité entre ville et campagne peut offrir d’importantes opportunités pour un habitat de proximité vital sur le plan culturel, socio-économique et environnemental. Ce milieu « tiers » urbain-rural (Vanier, 2003 ; OECD, 2012) peut alors :

  • assumer un rôle fondamental pour la prévention des risques environnementaux et pour la qualité du milieu urbain à travers la création d’une « charpente paysagère » où la mise en valeur des terres soutient plus particulièrement le développement de services écosystémiques et la résilience du territoire (Newman, 2009) ;

  • remplir un rôle stratégique pour l’attractivité du milieu urbain et soutenir de potentielles figures socio-économiques innovantes (Espon‑Edora, 2011) ;

  • appuyer le développement d’importantes économies de service et de proximité dites « présentielles » (Davezies, 2008) pour des habitants en contact de plus en plus étroit avec le milieu rural périurbain.

3.2 - Repenser les politiques et les outils pour un « pacte ville-campagne »

39Dans ces perspectives, il est nécessaire d’abandonner l’approche traditionnelle urbano-centrée, où le territoire non urbanisé n’est qu’un « vide » en attente d’urbanisation, privé de valeur économique autre que celle déterminée par le marché de l’immobilier ou des matières premières dans le contexte de l’économie mondialisée. Il est nécessaire de récupérer la valeur fondatrice de la ville européenne méditerranéenne à travers sa relation étroite et de réciprocité avec son territoire de référence. Cette valeur a été abandonnée à la modernité car le sol a pris une valeur relative en tant que « marchandise fictive » dans le marché d’échange, privé de sa qualité non seulement productive, environnementale et paysagère, mais aussi de son caractère de ressource limitée et non renouvelable (CE, 2004).

40Sur la base de ce « changement du regard », le milieu périurbain est concerné par des politiques intégrées et multisectorielles dont le cadre de référence peut être constitué par le modèle biorégional.

  • 4 Leopold soutient que la prochaine étape dans l’évolution de l’éthique est son extension pour in (...)

41Les axes stratégiques de cette action se concentrent sur une nouvelle « éthique de la terre » (Leopold, 1948) et de « soin » (Alexander, 1977) du territoire agricole de proximité4, fondée sur le « génie naturel » (Clément, 2012). Ils visent à créer un nouveau « pacte ville-campagne », pour permettre de :

  • promouvoir et soutenir des démarches participatives développant le « sens de l’appartenance », la culture, la conscience et le « soin » des lieux pour « redevenir natif au lieu » (Mander, 1996) ;

  • mettre en valeur durablement les biens et le patrimoine du territoire (Virassamy, 2012) pour la production de « valeur ajoutée territoriale » (Dematteis,  2001) dans les circuits économiques ;

  • Maîtriser l’usage des ressources et de l’énergie pour la durabilité des cycles en envisageant l’équité socio-territoriale et biorégionale (Pezzoli, 2013) ;

  • poursuivre l’intégration sectorielle des politiques et des projets et, surtout, de l’aménagement physique du territoire avec le développement local et rural ;

  • corriger et lutter contre la « forme métropolitaine » éparpillée de la ville en allant vers la promotion de réseaux collaboratifs et polycentriques de villes ainsi que vers l’étude et la définition de nouvelles morphotypologies urbaines durables (Poli, 2010).

42Ces lignes d’action stratégiques s’ajoutent au changement conceptuel de l’esprit et des formes de l’urbanité. Elles exigent que nous développions et adoptions de nouvelles pratiques et de nouveaux outils appropriés pour récupérer plusieurs des aspects fondamentaux de la proximité urbaine méditerranéenne. Ces aspects sont la coévolution entre le cadre bâti et le milieu naturel, la valeur de l’espace public, la multifonctionnalité des constructions, l’intégration entre la production et la consommation, l’intégration et la cohésion sociale. L’évolution des pratiques et des outils devra aussi répondre à la spécificité et à la nouveauté des problèmes territoriaux et urbains contemporains. Il s’agit en particulier de « relocaliser » (Thayer, 2013) plusieurs importants réseaux fonctionnels, économiques et productifs que la modernité et son paradigme économique de référence, le capitalisme libéral, semblaient vouloir écarter de leur dimension locale et de proximité. Cette relocalisation va redéfinir les catégories de l’espace public et promouvoir des formes de proximité entre les personnes et entre les fonctions.

43Les dimensions de cette nouvelle « boîte à outils » pour le projet d’une biorégion urbaine de proximité peuvent être ainsi résumées :

  • proximité économique : promotion de politiques et d’outils intégrés urbain-rural – parcs agricoles, contrats agro urbains – comme sources de nouvelles économies de proximité, de bien être, et sociales (la « ville nourricière », le tourisme, les services sociaux, les services écosystémiques, etc.) ;

  • proximité physique et (éco)relationnelle : relecture et reconstruction de la « charpente » urbaine et agro-urbaine, support des établissements humains ;

  • régénération du milieu naturel périurbain : réseau vert et bleu ; contrôle du cycle hydraulique et épuration des eaux usées ;

  • action sur la forme de la ville pour la complémentarité urbain-rural : centralités agro-urbaines, lisières urbaines, espace agricole délimité, densification et intensification urbaine ;

  • création de nouveaux espaces publics d’interface ;

  • proximité énergétique et de flux de matières : étude et déroulement d’une offre énergétique de ressources renouvelables, selon une combinaison de modes de production « appropriés » au lieu (photovoltaïque, biomasses, géothermie, hydraulique, éolienne).

44Au cours d’une recherche-action menée en Toscane, une proposition de projet a été développée à travers la métaphore du pacte ville-campagne. L’expérimentation est envisagée à travers deux instruments opérationnels : le parc agricole périurbain et le système agro‑alimentaire local.

4 - Le projet de ville de proximité périurbaine : parc agricole et système agro‑alimentaire local, le cas de la zone florentine

45Alors que la « diffusion urbaine » et de nouvelles formes d’urbanité progressent en Europe, une demande de gouvernance et de planification intégrées des territoires périurbains émerge et nous interroge quant à la définition et à l’emploi d’outils innovants pour le projet agro-urbain (CESE, 2004).

46Le concept de « parc agricole » est l’un des plus pertinents et prometteurs pour aborder cette question avec des formes nouvelles. La dimension de proximité y est intégrée dans les zones périurbaines qui caractérisent maintenant le pourtour des villes d’une manière généralisée en Europe (Donadieu, 1998, 2004 ; Fanfani, 2010, 2019). Le parc agricole est conçu en même temps comme projet de territoire et territoire de projet (Donadieu, 2004). Il apparaît en effet comme une possibilité d’application d’une intégration territoriale des outils du développement local (par exemple, de la planification et du développement rural).

47À partir de cette considération, une recherche méthodologique de gestion et d’exploitation sur le cas spécifique de la Toscane a été réalisée par le groupe de recherche de l’École territorialiste de l’Université de Florence, afin d’analyser la cohérence et la possibilité d’application d’un tel concept à la planification et à la conception des territoires.

48La recherche a été orientée dans une perspective multi-scalaire et selon une approche multisectorielle. Elle est axée sur l’hypothèse méthodologique d’un travail fondé sur la restauration du rôle fondamental et « génératif » de la population urbaine et régionale d’« agro-charpente paysagère » constituée par les espaces agro-forestiers. Cette étude a été élaborée à partir de la lecture à l’échelle régionale de « l’ellipse urbaine de la Toscane centrale » (fig. 2). Cette « figure territoriale » constitue la principale zone de peuplement de la région que ce soit en termes démographique, d’intensité fonctionnelle et de problématique liée à la forme urbaine et en termes de rapport non résolu avec les espaces agro-forestiers de proximité. Pour cette raison, l’étude a porté sur l’« ellipse » dans son ensemble, ainsi que sur son « green core » agro-paysager (fig. 3) en relation à la ville et à ses diverses problématiques, dotations patrimoniales et typologies d’espaces ouverts.

Figure 2 – Ellipse urbaine de la Toscane centrale (en jaune la zone d’études de Prato)

Figure 2 – Ellipse urbaine de la Toscane centrale (en jaune la zone d’études de Prato)

Source Magnaghi-Fanfani 2009

Figure 3 – « Vision » du « green core » agro-paysager de la Toscane centrale

Figure 3 – « Vision » du « green core » agro-paysager de la Toscane centrale

Source Magnaghi-Fanfani 2009

49Plusieurs scénarios alternatifs pour l’avenir du territoire ont été mis en place en fonction des différentes hypothèses d’utilisation des terres. La planification de scénarios stratégiques spécifiques a porté en particulier sur la notion de récupération et de re-conception d’une « frange urbaine multifonctionnelle » capable de rétablir un équilibre et un paysage entre le milieu urbain et le milieu rural (fig. 4).

Figure 4 – Scénario 2050 frange périurbaine multifonctionnelle

Figure 4 – Scénario 2050 frange périurbaine multifonctionnelle

Source Bernetti 2009

4.1 - Reconstruire et concevoir la frange urbaine multifonctionnelle de proximité

50Dans un premier temps, les caractéristiques de la « frange urbaine », qui est le constituant multifonctionnel du scénario à grande échelle, ont été étudiées à travers l’analyse de certaines situations locales sur le territoire périurbain de la commune de Prato (figs 5, 6). Les différentes formes d’espaces ouverts et agro-urbains ont alors été réinterprétées sous la forme d’une nouvelle catégorie d’espace public pour la ville méditerranéenne contemporaine.

Figure 5 – Lieux d’expérimentation

Figure 5 – Lieux d’expérimentation

Source : réélaboration par l’auteur de Fontani-Giusti, mémoire universitaire, 2008

Figure 6 – Cas du hameau de Iolo

Figure 6 – Cas du hameau de Iolo

Source : Magnaghi et Fanfani, 2009

51La notion de proximité « multifonctionnelle de frange urbaine » a été formulée comme un outil pour la réhabilitation d’une relation de coévolution entre les zones urbaines et rurales, déclinée sous plusieurs aspects :

  • continuité, par le rétablissement de la perméabilité entre le milieu agricole et bâti et la perméabilité du sol, comme une contribution à la construction d’un réseau éco-territorial et de connexions entre les espaces de ceinture verte et les espaces agricoles sans littoral ;

  • fonctionnalité et production de valeur environnementale, notamment par des cultures destinées à l’autoconsommation ou à l’utilisation à l’échelle du quartier (jardins familiaux et de voisinage, cultures de biomasse, bassins d’eau de pluie, l’ensemble de ces espaces permettant de réduire l’imperméabilisation des sols) ;

  • qualité et conception de l’espace public, par la qualification du « bord » extérieur de la ville et des marges extérieures des espaces enclavés, à travers la création de services de mobilité multifonctionnels et d’espaces publics centraux sans véhicules à moteur.

52Chaque situation locale présente des spécificités particulières. Toutefois, l’amélioration de l’environnement bâti, à travers le rétablissement de la relation étroite entre le milieu urbain et rural, reste une opération à relativement faible coût quand elle peut être envisagée à travers une approche intégrée de la transformation de l’existant.

4.2 - Construire le parc agricole « par le bas » : scénario et économies de proximité pour le parc agricole de Prato

53La seconde ligne d’action se fonde sur l’aspect endogène et local du parc agricole, comme nouvelle forme d’espace « public » (Delbaere, 2012). Mais, au-delà des boîtes à outils de l’architecte, de l’aménageur, de l’ingénieur agronome et/ou du paysagiste, la construction d’une démarche de projet partagée avec les acteurs locaux, privés et publics, et spécialement avec les agriculteurs (Donadieu, 1998) implique un effort d’innovation.

54Dès le début s’est posée la question de la création d’un lieu de co-construction (voir le guide Terres en villes, 2005) ciblé en particulier sur la structuration de réseaux de collaboration et de confiance entre les acteurs locaux et sur l’empowerment des agriculteurs (Van der Ploeg, 2009). Dans sa phase de formation et avant sa formalisation, il est apparu nécessaire pour le parc de se constituer, même informellement, en « structure agent » afin d’animer et d’organiser le processus de projet stratégique. La construction et l’activation préliminaire de cette structure de promotion pour la légitimation du parc agricole a ensuite permis la formalisation du parc sous une dimension physique et territoriale ainsi que par la mise en œuvre des outils d’aménagement publics de contrainte de l’usage du sol.

55Dans ce contexte, la recherche a soutenu et encouragé un processus de mobilisation sociale (Friedmann, 1987) grâce à l’implication des acteurs locaux et des stakeholders pour la proposition et l’élaboration d’un scénario stratégique territorial et d’actions. Ces actions visaient à la protection active du territoire agricole périurbain de la commune de Prato, à l’est de l’ellipse urbaine (en jaune fig. 2) et à la création d’une politique de parc agricole au niveau provincial. Le processus de mobilisation promu à partir de 2007 s’est développé grâce à la création d’un forum, initialement informel, constitué notamment d’associations d’agriculteurs, d’associations culturelles et de promotion sociale et environnementale réunies autour d’objectifs synthétisés dans un « protocole d’intentions5 ». Le forum a développé la connaissance, la promotion culturelle et la conscience de la valeur de la terre et de l’agriculture péri-urbaine. Il a favorisé la construction du premier scénario stratégique intégré pour le parc agricole afin de mettre en évidence le potentiel de la région en termes de maintien et de développement multifonctionnel de l’agriculture péri-urbaine (fig. 7). En 2010, le forum s’est constitué de manière formelle en une association des associations6.

Figure 7 – Premier scénario territorial pour le parc agricole de Prato

Figure 7 – Premier scénario territorial pour le parc agricole de Prato

Source : Calvelli-Mengo 2006

56Comme l’indique le scénario, la nature et l’objectif de l’Association Parc Agricole de Prato sont non seulement la sensibilisation culturelle des habitants et des élus, mais aussi l’action concrète. Cela implique la collaboration des producteurs agricoles, des consommateurs, du monde de la recherche, de l’université, et des administrations pour l’activation de projets pilotes et innovants, en vue de reconstruire les économies locales et des paysages périurbains durables et attractifs.

  • 7 L’initiative a été menée grâce à une phase pilote d’expérimentation sur le marché local, ce qui (...)

57L’activité du forum a promu l’intégration du scénario pour le parc agricole dans le nouveau plan d’urbanisme de la commune (fig. 8). Elle a également favorisé la définition, l’expérimentation et la mise au point d’une filière courte et locale de céréales pour la production, selon des protocoles de qualité homologués, de pain et d’autres produits, fabriqués à partir de blé et de céréales cultivées sur le territoire de Prato. Cette expérience a été menée conjointement sur la base d’une approche économique et d’une approche territoriale biorégionale. Elle a abouti à la construction d’une véritable « économie de proximité » capable de réactiver une relation de confiance et de réciprocité non seulement entre les producteurs (agriculteurs, boulangers, moulins), mais aussi entre les producteurs et les consommateurs7 (fig. 9).

Figure 8 – Scénario pour le parc agricole

Figure 8 – Scénario pour le parc agricole

La matrice agro-environnementale dans le plan structurel de Prato

Source : Commune de Prato, Fanfani, 2008

Figure 9 – Réseau de production et vente en circuit court céréalier du pain « GranPrato »

Figure 9 – Réseau de production et vente en circuit court céréalier du pain « GranPrato »

Source : GranPrato

58Le projet s’inscrit au cœur des propositions de l’Union européenne (voir l’avis du Comité des régions européennes de 2011) pour la promotion des Systèmes agroalimentaires locaux (SAL). Ces SAL visent à récupérer une dimension stratégique fondamentale et multidimensionnelle pour le développement et l’économie locale autour du concept de « villes nourricières » (Dwarshuis, van de Beek et Rurubal, 2011).

59Le projet soutient également la demande pour une nouvelle économie de proximité à travers plusieurs enjeux et objectifs fortement liés entre eux :

  • enjeux environnementaux et paysagers : orienter les fermes céréalières vers une agriculture durable avec un faible impact environnemental à travers la réduction de l’emploi des produits chimiques et l’adoption de bonnes pratiques agraires jusqu’à la production bio ;
    requalifier la gestion territoriale agro-environnementale et du paysage grâce à la reconstruction de la biodiversité promue par des exploitations agricoles durables ;
    revaloriser le commerce, la consommation et la logistique de proximité en relation avec la valorisation de l’espace public et du paysage urbain ;

  • enjeux économiques : redonner le contrôle du marché et des prix à l’exploitation agricole pour échapper aux mécanismes spéculatifs financiers et pour promouvoir une activité agricole rémunératrice ;
    soutenir l’« économie de proximité » liée à des emplois dédiés, qui maintiennent les revenus sur le territoire et produisent une « valeur ajoutée territoriale » liée à la spécificité des productions et de la culture agroalimentaire ;

  • enjeux socio/culturels : valoriser les compétences locales et sensibiliser sur l’importance de l’agriculture productrice de services et de biens publics « hors marché » (services écosystémiques) ;

  • maintenir des savoirs productifs locaux et des traditions agro-alimentaires ; entretenir des liens de solidarité et de réciprocité entre producteurs et consommateurs tout en suscitant une « conscience des lieux » et d’appartenance au lieu.

5 - Éléments de synthèse

60La ville européenne méditerranéenne offre un aperçu considérable des formes de la proximité. Si elles renvoient par des similitudes partielles et évidentes à d’autres « natures » de l’urbain dans des contextes géographiques différents, leurs caractéristiques reposent d’une part sur une relation originale avec le contexte géographique ancrée dans la longue durée et d’autre part sur une « intensité » et une complexité urbaine spatiale, mais aussi fonctionnelle et relationnelle. Face à la puissante déconstruction que le concept de la ville a subie au cours des dernières décennies, aussi bien en termes d’équilibre dimensionnel et morphologique qu’en termes énergétiques et écosystémiques (Saragosa, 2005), ces caractéristiques semblent particulièrement appropriées pour soutenir la réhabilitation de sa dimension urbaine et de sa capacité d’« autopoiesis » (Maturana et Varela, 1985).

61La proposition du modèle d’interprétation et de projet de la biorégion urbaine se conçoit alors comme un paradigme de référence intéressant à la fois pour son aptitude à offrir une approche intégrée et multiscalaire des implantations humaines, non plus seulement décodables à travers le binôme ville-campagne, mais aussi par sa capacité à améliorer la richesse de l’« armature et du réseau urbain » caractéristique des régions méditerranéennes européennes dès leurs origines. En outre, ce paradigme permet d’aborder à l’échelle appropriée et en termes opérationnels les formes physiques de la territorialité humaine et les règles d’usages et de reproduction des ressources et des valeurs territoriales dans une perspective de développement durable.

62À travers la recherche-action menée en Toscane centrale, nous avons montré comment cette approche peut être appliquée, d’une part, en termes de redéfinition des règles de conception du cadre bâti avec une attention particulière portée aux nouvelles formes d’espace public qui constituent des limites et des milieux agro-urbains, d’autre part, en termes d’innovation sur les modes et les instruments de gouvernance et de planification pour aller vers des formes de « visioning » stratégique et spatial (Abelee, Leinfelder, 2007 ; Oosterlinck et al., 2011). Dans ce cas, l’instrument du parc agricole et l’expérimentation concrète d’un Système agro-alimentaire local peuvent permettre de considérer un ensemble d’objectifs intégrés et multidimensionnels susceptibles de redéfinir la notion de proximité dans la ville méditerranéenne. L’intégration de ces objectifs, y compris dans les formes contemporaines de la ville, se conçoit en relation avec ceux du développement durable en articulant en même temps des aspects économiques, sociaux, paysagers et environnementaux.

63L’application de cette proposition et l’expérimentation de ces instruments innovants ne sont évidemment pas simples, d’autant moins dans le cadre constitué des politiques et des pratiques de gouvernement public. L’expérience menée à Prato dans le contexte de l’aire métropolitaine de Florence montre que le modèle biorégional nécessite de renforcer et d’adopter une approche de la planification visant à la « mobilisation » des acteurs locaux. Cela implique notamment une nouvelle attention publique « par le bas » susceptible de faire émerger des préoccupations inhabituelles dans les agendas des gouvernements.

64Une telle proposition de mobilisation sociale et de construction de visions et de projets participatifs est fondamentale pour deux raisons. Tout d’abord, une action au niveau biorégional est indissociable de la construction d’une nouvelle « prise de conscience du territoire » ou « conscience du lieu » chez les habitants (Becattini, 1999) afin de promouvoir une culture biorégionale effective (Thayer, 2013). Enfin, comme l’enseignent nombre d’échecs sur le plan des choix politiques et publics, il n’est pas possible de développer un processus de conception et de gouvernance efficace s’il n’est pas partagé et constamment surveillé et géré avec les protagonistes et les acteurs socio-économiques eux-mêmes.

65Le défi que représente la réhabilitation de la proximité dans la ville méditerranéenne est probablement celui-ci : encourager et soutenir les formes de « citoyenneté active » pour passer d’une société locale de la « consommation du territoire » uniquement guidée par des facteurs lointains et extraterritoriaux à une constellation de « lieux de haute qualité territoriale » (Magnaghi, 2003) avec de nouveaux producteurs du territoire qui en même temps augmentent le capital fixe et le capital social.

66Cela pourra peut-être permettre d’innover et de promouvoir les valeurs et les savoir locaux comme des « valeurs ajoutées » pour le développement local et pour un « bien vivre », dans le contexte de la refonte générale actuelle du sens et de l’importance accordés au développement humain.

Top of page

Bibliography

École d’architecture Languedoc-Roussillon. 1995. Les identités de la ville méditerranéenne. Actes du colloque de Montpellier, 18-19-20 novembre 1993 - Montpellier : Éditions de L’Espérou-EALR.

Agence européenne de l’Environnement (EEA). Urban sprawl. The ignored challenge, EEA Report 10/2006. Consulté en ligne le 3 mars 2020 : [http://www.eea.europa.eu/publications/eea_report_2006_10].

Alexander, C. 1977. The countryside. In A pattern language. Towns, buildings, constructions, Oxford (Mass.) : Oxford University press, p. 36-39.

Amin, A. and S. Graham. 2004. The ordinary city. Transaction of the institute of British geographers 22 (4) : 411-429.

Aymard, M. 1985. Espaces. In Braudel F. (dir.), La Méditerranée. L’espace, et l’histoire, Paris : Flammarion.

Avis du Comité économique et social européen (CESE) sur « L’agriculture périurbaine », (2005/C 74/12) : Consulté en ligne le 10 janvier 2020 : [http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2005:074:0062:0067:FR:PDF].

Avis du Comité des régions sur le thème « Systèmes agroalimentaires locaux » (avis de prospective2011/C 104/01). Consulté en ligne le 10 janvier 2020 : [http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2011:104:0001:0006:FR:PDF].

Becattini, G. 1999. Lo sviluppo locale. In Atti degli incontri di Artimino, Prato : IRIS.

Bellamy-Foster, J. 1999. Marx’s Theory of Metabolic Rift: Classical Foundations for Environmental Sociology. AJS 105 (2): 366-405.

Bernetti, I. et S. Bologna. 2009. Trasformazioni dell’uso del suolo e frammentazione della matrice agroambientale. In Magnaghi, A., et D. Fanfani. 2010. Patto città campagna. Un progetto di bioregione urbana per la Toscana centrale, Firenze : Alinea, p. 67-84.

Berque, A. 1984, L’islam au temps du monde. Paris : Sindbad.

Berry, B. 1976. The counter urbanisation process: urban America since 1970. In Berry B. (ed), Urbanisation and Counterurbanisation, Beverly Hills (Cal). : Sage, p. 17-30.

Brenner, N. et C. Schmidt. 2015. Towards a new epistemology of the Urban? City 19: 151-182. Consulté en ligne le 6 mars 2020 : [https://doi.org/10.1080/13604813.2015.1014712].

Clementi, A. 2001. Città Mediterranee. In Bianchi, A. (dir.). Le città del Mediterraneo-Atti del I Forum Internazionale Reggio Calabria 1998, Jason Editrice. Reggio Calabria.

Cook, E., et J.J. Lara (dir.). 2013. Remaking metropolis. Milton Park, Abingdon (UK): Routledge.

Davezies, L. 2008. La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses. Paris : Seuil.

Delbaere, D. 2012. La fabrique de l’espace public. Ville paysage et démocratie. Paris : Ellipses.

Dwarshuis-van de Beek, L. 2011. Local Food systems, Les systèmes agroalimentaires locaux et les nouvelles politiques européennes. Consulté en ligne le 6 mars 2020 : [http://www.diba.cat/web/cjs/inici/-/cjs/1567].

Dematteis, G. 2001. Per una geografia della territorialità attiva e dei valori territoriali. In Bonora P. (dir.), SLoT, Quaderni n.1, Bologna : Baskerville, p. 11-30.

Donadieu, P. 2008. Campagnes urbaines. École nationale supérieure du paysage de Versailles, Arles : Actes sud.

ESPON. 2011. EDORA, European Development opportunities for rural areas, Final Report. Consulté en ligne le 6 mars 2020 : [Microsoft Word - EDORA Final Report-maps-corrected-06-02-2012 (espon.eu)].

Fanfani, D. 2009. Pianificare tra città e campagna. Scenari, attori e progetti di nuova ruralità per il territorio di Prato. Firenze: Firenze University Press.

Fanfani, D. 2019. Agricultural park in Europe as tool for agriurban policies and design: a critical overview. In Gottero, E. (dir.). Agrourbanism. Tools for governance and planning of agrarian landscape, Cham (Switzerland) : Springer, 149-170.

Friedmann, J. 1987. Planning in the public domain: from knowledge to action. New Jersey : Princeton University Press.

Gallino, L. 2010. Finanzcapitalismo. La civiltà del denaro in crisi. Milano : Einaudi.

Geddes, P. 1915. Cities in Evolution. London : Williams & Norgate.

Gironda, C. 2004. La modernità nelle città del mediterraneo. Storie segni e mutamenti. Reggio Calabria: Iriti editore.

Jacobs, J. 1984. Cities and the wealth of nations. Principles of economic life. New York : Random House.

Leopold, A. 1948. A Sand County Almanac. New York: Oxford University Press.

Magnaghi, A. 2003. Le projet local. Sprimont (Be) : Mardaga.

Maturana, H.R. et F.J. Varela. 1985. Autopoiesi e cognizione. La realizzazione del vivente. Venezia: Marsilio.

Muscarà, C. 2001. Per una geografia urbana del mediterraneo. In Bianchi A. (dir.) Le città del Mediterraneo-Atti del I Forum Internazionale Reggio Calabria 1998, Reggio Calabria : Jason Editrice.

Magatti, M. 2012. Libertà immaginaria. Le illusioni del capitalismo tecno-nichilista. Milano: Feltrinelli.

Magnaghi A., et D. Fanfani. 2010. Patto città campagna. Un progetto di bioregione urbana per la Toscana centrale. Firenze : Alinea.

Magnaghi. A. 2014. La biorégion urbaine. Petit traité sur le territoire bien commun. Paris : Rhizome-Eterotopia

Norgaard, B.R. 2004. Development betrayed, the end of progress and a coevolutionary revisioning of the future. New York : Routledge.

Newman, P., T. Beatley, and H. Boyer (dir.). 2009. Resilient cities. Responding to peak oil and climate change. Washington D.C.: Island Book Press.

OECD. 2012. Redefining «Urban»: A New Way to Measure Metropolitan Areas, OECD Publishing. Consulté en ligne le 6 mars 2020 : [https://www.oecd.org/fr/publications/redefining-urban-9789264174108-en.htm].

Oosterlinck, S., J. Van den Broeck, L. Albrechts, F. Moulaert, and A. Verhetsel (dir.). 2011. Strategic spatial project catalysts for change. Milton Park, Abingdon, Oxon : Routledge.

Palidda, S. (dir.). 2011. Città mediterranee e deriva liberista. Messina: Mesogea.

Pezzoli, K., J. Kozo, K. Ferran, W. Wooten, G. Rangel Gomez, and Wael K. Al-Delaimy. 2014. One Bioregion/One Health: An Integrative Narrative for Transboundary Planning along the US–Mexico Border. Global Society 28 (4) : 419-440. DOI: 10.1080/13600826.2014.951316.

Piore, M.J., and C.F. Sabel. 1984. The second industrial divide. Possibilities for new prosperity. New York : Basic Books.

Polany, K. 1944. The great transformation. The political and economic origins of our time, Boston (MA): Beacon Press. (Reprint 2001) Trad. française. 2009. La Grande Transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps. Paris: Tel Gallimard.

Poli, D. 2010. Caratteri e forme insediative dell’ellisse urbana della Toscana centrale. In Magnaghi A., et D. Fanfani (dir.). 2010. Patto città campagna. Un progetto di bioregione urbana per la Toscana centrale, Firenze : Alinea, p. 115-140.

Putnam, R.D. 1993. La tradizione civica nelle regioni italiane, Milano : Mondadori.

Raffestin, C. 1984. Territorializzazione, deterritorializzazione, riterritorializzazione, in Turco, A. (a cura di), Per una geografia della complessità, Milano : Unicopli.

Roncayolo, M. 1990. La ville et ses territoires. Paris : Gallimard.

Saragosa, C. 2005. L’insediamento umano. Roma : Donzelli.

Scott Cato, M.. 2013. The bioregional economy, Land, liberty and the pursuit of happiness. London : Routledge.

Snyder, G. 1994. Coming into the watershed. In Aberley D. (dir.), Futures by Design. The practice of ecological planning, Gabriola Island (B.C.) : New Society Publishers, p. 12-26.

Terres en villes, 2005. Guide de la co-construction des politiques agricoles périurbaines d’agglomération, Consulté en ligne le 6 mars 2020 : [terresenvilles.org/wp-content/uploads/2016/11/TEV_CH1.2_GuideConstruction_2008.pdf].

Thayer, R.L. Jr. 2003. Life Place. Bioregional thought and practice. Berkeley (Cal.): California University Press.

Thayer, R.L. Jr. 2013. The world shrinks the world expands: information, energy and relocalization. In Cook, E. et J.J. Lara (dir.). Remaking metropolis, Milton Park, Abingdon (UK) : Routledge, p. 39-59.

Thayer R. L. Jr. 2015. Natural Localization and the Re-Placement of Value. In SdT Scienze del Territorio, Rivista della società dei territorialisti, 3 : 322-333.

Van der Ploegh, J.D. 2009. I nuovi contadini. Le campagne e le risposte alla globalizzazione. Roma : Donzelli.

Vanier, M. 2003. Métropolisation et tiers espace : quelle innovation territoriale ?, communication présentée lors du colloque Recompositions territoriales, confronter et innover, Actes des Rencontres franco‐sud‐africaines de l’innovation territoriale, janvier 2002.

Virassamy, C. 2002. Les pôles d’économie du patrimoine. Paris: ed. DATAR.

Wackernagel, M. and W.E. Rees. 1996. Our ecological footprint: reducing human impact on the earth. Gabriola Island, B.C. (Canada): New Society publisher.

Warmoth, A. 1995. The metropolitan bioregion as a political and economic unit. AHP Perspective, September-October 1995 : 20-21.

Zumbo, L. 2003. Gli spazi di relazione delle città del Mediterraneo Processi di modernizzazione e salvaguardia dell’identità mediterranea. Thèse de doctorat. Université des Études de Napoli Federico II, École supérieure pour la haute formation universitaire.

Top of page

Notes

1 Considérons, par exemple, la différence entre les processus de métropolisation développés par systèmes de réseaux urbains, ils sont caractérisés par une polarisation dont le gigantisme est sans commune mesure avec les centres d’Afrique du Nord.

2 Je parle du conflit théorisé par Marx entre capital et travail humain et des luttes pour l’Etat social et le welfare. Ces conflits se déroulent au niveau local puisqu’ils ont une dimension encore physique et les sujets engagés ont un nom et un visage.

3 Le cas récent de Détroit apparaît comme paradigmatique de ce processus.

4 Leopold soutient que la prochaine étape dans l’évolution de l’éthique est son extension pour inclure les membres non humains de la communauté biotique, collectivement dénommés « the land», « la terre ». Il énonce le principe de base de son éthique de la terre ainsi : « Une chose est juste quand elle tend à préserver l’intégrité, la stabilité et la beauté de la communauté biotique. Elle est fausse quand elle tend dans un sens autre ».

Il la décrit aussi de cette façon : « L’éthique de la terre élargit simplement les limites de la communauté afin d’inclure les sols, les eaux, les plantes et les animaux, ou collectivement la terre ... L’éthique de la terre modifie le rôle de vainqueur de la terre-communauté de l’Homo sapiens en celui d’un membre ordinaire et citoyen de celle-ci. Il implique le respect de ses confrères ainsi que le respect de la communauté en tant que telle ».

5 Voir [www.parcoagricoloprato.org].

6 L’Association Parc Agricole de Prato rassemble les associations agricoles, environnementales et de promotion culturelle oeno-gastronomique.

7 L’initiative a été menée grâce à une phase pilote d’expérimentation sur le marché local, ce qui a permis de mettre au point les aspects organisationnels et techniques de cohésion de la filière, de vérifier l’appréciation critique et la sensibilisation des consommateurs et de construire une « chaîne des prix » équitable pour tous les participants à la chaîne d’approvisionnement, y compris les consommateurs. La chaîne, ainsi que ses produits (farine, pain et gâteaux), a été nommée «GranPRato.»
Après la phase pilote, le groupe informel promoteur de la filière s’est constitué en association pour la gestion commerciale du projet qui concerne actuellement sept fermes couvrant environ 700 hectares de terres arables, huit fours et un moulin.
À ce stade, l’association développe des actions pour :
– l’élargissement de la fourniture du pain aux cantines
publiques, en particulier aux écoles, et la réalisation d’une
marque de «produit local”;
– l’amélioration des pratiques agricoles avec la culture de
blé traditionnel et avec des pratiques de type biologique ou
biodynamique.

Les 700 ha de cultures des exploitations agricoles impliquées pour le moment permettent de recueillir, en adoptant une rotation agraire biennale, environ 10 500 quintaux de blé/an pour une valeur moyenne, le blé étant payé dans la filière à 28 €/ql, d’environ 294 000 €/an. Une telle production est susceptible, grâce au travail des boulangers, de répondre amplement à une demande croissante. Plusieurs nouvelles fermes sont intéressées par le pacte.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Transition entre le modèle économique de la concurrence mondiale et celui de la coopération biorégionale
Caption a : paradigme global : les régions fournissent la majorité des ressources et des marchandises pour subvenir à leurs nécessités ; b. Paradigme biorégional : les régions pourvoient à leurs propres nécessités en recherchant l’autonomie et en échangeant seulement le surplus dans une optique de collaboration au niveau macro régional et sur les marchés mondiaux
Credits Source : schéma inspiré des travaux de Thayer 2013
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-1.png
File image/png, 280k
Title Figure 2 – Ellipse urbaine de la Toscane centrale (en jaune la zone d’études de Prato)
Credits Source Magnaghi-Fanfani 2009
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-2.png
File image/png, 2.6M
Title Figure 3 – « Vision » du « green core » agro-paysager de la Toscane centrale
Credits Source Magnaghi-Fanfani 2009
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-3.png
File image/png, 4.4M
Title Figure 4 – Scénario 2050 frange périurbaine multifonctionnelle
Credits Source Bernetti 2009
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-4.png
File image/png, 511k
Title Figure 5 – Lieux d’expérimentation
Credits Source : réélaboration par l’auteur de Fontani-Giusti, mémoire universitaire, 2008
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-5.png
File image/png, 3.0M
Title Figure 6 – Cas du hameau de Iolo
Credits Source : Magnaghi et Fanfani, 2009
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-6.png
File image/png, 2.0M
Title Figure 7 – Premier scénario territorial pour le parc agricole de Prato
Credits Source : Calvelli-Mengo 2006
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-7.png
File image/png, 3.4M
Title Figure 8 – Scénario pour le parc agricole
Caption La matrice agro-environnementale dans le plan structurel de Prato
Credits Source : Commune de Prato, Fanfani, 2008
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-8.png
File image/png, 5.3M
Title Figure 9 – Réseau de production et vente en circuit court céréalier du pain « GranPrato »
Credits Source : GranPrato
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12090/img-9.png
File image/png, 596k
Top of page

References

Bibliographical reference

David Fanfani, « Ville méditerranéenne et biorégion urbaine  », Méditerranée, 132 | -1, 9-26.

Electronic reference

David Fanfani, « Ville méditerranéenne et biorégion urbaine  », Méditerranée [Online], 132 | 2021, Online since 27 April 2021, connection on 09 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/12090 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.12090

Top of page

About the author

David Fanfani

Architecte, Département d’architecture, Université de Florence, david.fanfani@unifi.it

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search