Skip to navigation – Site map

HomeIssues132Ville et environnement durable en...L’architecture durable dans les v...

Ville et environnement durable en Méditerranée

L’architecture durable dans les villages de montagne autour de la ville de Mersin

Sustainable Architecture in the Mountain Villages Surrounding the City of Mersin
Ayşen C. Benli
p. 27-32

Abstracts

In Turkey, Mediterranean coastal areas are studded with settlements that have unique architectural characteristics. Mediterranean regions cover vast areas and are affected by different climatic conditions, the variations of which generate different vernacular architectures and settlement patterns.

Following a research project about sustainable architecture around the Mediterranean, this work focuses on vernacular architecture and settlement patterns observed in the Eastern Mediterranean coasts and plateaus of Turkey. More specifically, we studied the village of Gözne, a settlement located on Mersin’s plateau. The initiative started in 2014, and results were presented at different international conferences. In September 2017, we engaged in research with the support of the Department of Architecture, Toros University. The project was entitled Research on the vernacular architecture and site patterns of coastal and plateau settlements in the context of sustainable Mediterranean regions. Gözne as a case study ». Seven scientists worked on the project, identified 44 houses in Gözne, gathered plans, conducted interviews with inhabitants who knew local history, and searched for written documents and books. The project lasted one year and a half and was completed in march, 7, 2019. This article accounts for the results obtained.

Top of page

Author's notes

Cet article rend compte d’une recherche intitulée « Recherche sur l’architecture vernaculaire dans les villages de montagne en région méditerranéenne, dans la perspective de la durabilité : le modèle de Gözne » et effectuée dans le cadre du département d’architecture de l’Université des Toros, sous la direction d’Ayşen C. Benli, avec la participation de plusieurs chercheurs et enseignants.

Full text

Nous remercions Françoise Bilgin pour sa relecture du texte français.

1 - Le rapport de l’architecture à la nature

1L’univers des formes dans la nature est immense et se présente comme un langage possédant ses nuances et ses harmonies. Les formes visibles dans la nature sont comme l’expression de son « essence ». L’expression artistique de l’humanité est un moyen de communication aussi important qu’une langue. L’humain, lui-même, est un organisme qui diffuse son influence dans l’environnement à travers les formes qu’il crée. Cette expression de l’humain dans son environnement est comme une aura, le reflet de sa personnalité, de son âme, de son énergie spirituelle.

2Dans la nature, il y a une corrélation entre les formes, de manière à créer une unité qui rassemble tout ce qui existe. Les principes de corrélation et d’expression progressent ensemble et forment un ordre composé. Quand on s’occupe uniquement de l’environnement créé par l’homme, on perd toute sensibilité pour la corrélation avec la nature. Il faut considérer toutes les formes avec toutes leurs occurrences, leur mode d’expression et leur adaptation à l’environnement. Il doit y avoir une intention d’accorder la complexité des structures créées à celle de la nature et de l’environnement.

3La qualité particulière de tout groupe humain dépend des personnes qui le composent, des relations qu’elles ont entre elles et de la qualité des liens sociaux qu’elles entretiennent. L’ordre social est en corrélation avec l’ordre des formes dans l’environnement. Quand l’espace vivant, où le peuple demeure, se modifie en se distinguant de l’environnement naturel, l’espace architectural change aussi. Dans le même temps, l’atmosphère spirituelle de cet environnement se développe et elle doit se développer, de façon à apporter aux habitants la résonance qui leur est nécessaire et qu’elle doit leur apporter. Une telle relation existe donc au sein d’une communauté et doit continuer d’exister. L’architecture durable est une manière de susciter cet accord avec l’ordre de la nature et de transmettre cette qualité aux générations futures. C’est ce que nous avons voulu étudier dans les villages de montagne de la région de Mersin.

2 - Situation des villages de montagne de la région de Mersin et conditions climatiques. L’exemple de Gözne

4Mersin est une ville du sud de la Turquie, où se trouve un port commercial important sur la Méditerranée. En été, le taux d’humidité y est très élevé. Le vent y est très faible et souffle tantôt du sud-ouest, tantôt du nord-est. À Mersin, en été, quand la température augmente trop, les gens ne résistent plus à la chaleur et vont se réfugier sur les plateaux où les températures sont plus clémentes et l’humidité moindre, en raison de l’altitude.

Figure 1 – Une ville de la côte méditerranéenne turque, Mersin

Figure 1 – Une ville de la côte méditerranéenne turque, Mersin

Source : Google Earth et Google Maps, 2019

5Le climat est une réalité locale incontournable. On peut choisir et préparer l’emplacement d’un bâtiment, mais le climat doit être contrôlé par le bâtiment. « Le climat maritime méditerranéen exige que les bâtiments soient construits de façon à garantir une ventilation effective ainsi qu’une protection contre les températures extrêmes de l’été et une résistance aux pluies violentes. » (Aran2000) « De par leurs observations, les peuples autochtones ont la mémoire de la direction de chaque vent, du cycle de la lumière et de l’ombre, de la montée et de la descente de l’air froid et de l’air chaud. Mais, par ailleurs, des informations telles que les propriétés absorbantes et réflectives des matériaux, leur résistance aux intempéries, leur utilisation conforme aux exigences climatiques, etc. sont acquises et compilées par l’expérience de plusieurs générations. » (Aran2000 ; Moholy-Nagy1957)

6Les plateaux de la région de Mersin appartiennent à la chaîne des Bolkar, qui font partie des Toros. Dans le passé, sur ces hauteurs, se trouvaient des villages implantés depuis l’antiquité, difficiles d’accès. Mais de nos jours les routes sont confortables et ce genre de problème a disparu. La distance entre les plateaux et la ville varie de 24 à 60 km et l’altitude de 800 à 1 500 mètres. Çamlıyayla (Namrun) se trouve à 1 100 mètres d’altitude, à une distance de 62 km de Mersin. 5 000 à 6 000 personnes y vivent en hiver, 75 000 en été (figs. 2, 3). Gözne est située sur un autre plateau, à une altitude de 915 à 1 045 m, à 26 km de Mersin. 1 800 personnes y habitent en hiver, 25 000 en été (figs. 4, 5 et suivantes).

Figure 2 – Vue générale d’un village de montagne, Çamlıyayla (Namrun), dans les environs de Mersin

Figure 2 – Vue générale d’un village de montagne, Çamlıyayla (Namrun), dans les environs de Mersin

Photographie : A. Benli (16.2.2014)

Figure 3 – Maisons vernaculaires de Çamlıyayla (Namrun)

Figure 3 – Maisons vernaculaires de Çamlıyayla (Namrun)

Photographies : A. Benli (16.2.2014)

Figure 4 – La mer Méditerranée, Gözne et Mersin

Figure 4 – La mer Méditerranée, Gözne et Mersin

Source : Google Earth, (2019)

Figure 5 – Vue générale de Gözne

Figure 5 – Vue générale de Gözne

Photographie : Soner Gölbaşı (2019)

7La première cause d’implantation humaine sur ces plateaux fut la pratique de l’agriculture et de l’élevage. Mais de nos jours, tous les habitants de Mersin veulent avoir une maison sur les hauteurs pour profiter d’un environnement moins humide et moins chaud en été. Ces habitations sont conçues pour une vie en plein air, ouverte sur la nature, en relation avec le voisinage et l’environnement.

8À travers l’histoire, on peut observer des implantations humaines sur les plateaux de la région méditerranéenne de l’ouest en Turquie, à partir de 4500 av. J.-C. Avant la guerre d’indépendance de la Turquie, de 1918 à 1922, la région a été occupée par les Français. À cette époque, le peuple s’était réfugié à Gözne, où se situaient un hôpital et un commandement militaire. De 1860 à 1919 également, les Américains, qui géraient des écoles destinées à leurs ressortissants à Mersin et à Tarsus, se sont installés sur les plateaux, pour les mois d’été.

3 - L’architecture durable et Gözne

9L’idée de durabilité constitue une vision du monde qui intègre un transfert aux générations futures, anticipe la satisfaction de futurs besoins économiques, environnementaux et sociaux et garantit la pérennité de conditions de vie favorables. Quand on adopte ce concept dans l’architecture dans l’intention de minimiser les impacts sur l’environnement, à toutes les étapes de la construction, les techniques les moins nuisibles deviennent prioritaires. Dans certains pays où la conscience environnementale s’est suffisamment développée, les constructions sont planifiées, dès le départ, de façon à n’avoir que des effets environnementaux limités. (Esin, Yüksek, 2010 ; WCED, 1987)

10L’architecture durable consiste à prendre en considération les générations futures dans tous les lieux et à toutes les étapes de la construction. Cela implique de donner la priorité aux énergies renouvelables. Il s’agit donc de faire un usage efficace et raisonné de l’eau, de l’énergie, des matériaux et du terrain, et de produire des bâtiments qui préservent la santé des hommes et garantissent de bonnes conditions de confort quotidien. Un bâtiment durable conserve la santé de ses occupants grâce à l’éclairage naturel, à la qualité de l’air intérieur, à des conditions de confort adaptées, ce qui favorise la productivité humaine. Lors de la construction et pendant la durée de vie des bâtiments, les ressources naturelles utilisées ne causent pas de pollution. Lors de la démolition, les matériaux résiduels sont réservés pour la construction d’autres bâtiments, ce qui évite de nouveaux prélèvements sur le milieu (Sev, 2009).

11Trois principes sont à respecter dans un projet d’architecture durable (Sev, 2009) :

  1. La gestion des ressources : l’usage efficace de l’énergie, de l’eau, des matériaux, du terrain.

  2. Le cycle de vie du bâtiment : bâtir des projets conformes au climat et à l’environnement, et qui prévoient le recyclage des matériaux avant, pendant et après la construction, lors de la démolition.

  3. Le projet pour l’homme : prendre en considération l’environnement naturel et urbain en visant le confort physique et psychique des individus.

12Les maisons traditionnelles de Gözne ont toutes été construites selon ce schéma durable. Ce sont des productions de la vie sociale, qui utilisent des matériaux locaux et des techniques de construction traditionnelles. À Gözne, aucune habitation ne fait obstacle à la vue, à l’ensoleillement ou à la ventilation d’un autre bâtiment. L’énergie utilisée est renouvelable. Les murs des maisons sont en calcaire et les cloisons intérieures en bois de cèdre et de genièvre. Ces matériaux proviennent des alentours de Gözne. Terre, boue, et paille sont aisément réutilisables. Les maisons peuvent être chauffées et refroidies facilement, sans nécessiter aucune disposition mécanique.

13La vie quotidienne dans les maisons de Gözne se déroule à l’intérieur. Le premier étage comporte un large espace ouvert que l’on appelle « sofa » ou « hayat », c’est-à-dire « vie », lieu à vivre. C’est une terrasse recouverte d’un toit allongé, orienté au sud, sur laquelle s’ouvrent parfois les chambres. Au rez-de-chaussée se trouvent des pièces et une terrasse ouverte qui servent de remise. La communication avec le « sofa » se fait par un escalier ouvert. Le poêle qui se trouve dans le « sofa » est entouré de cloisons en bois, ce qui forme un espace cuisine (figs 6, 8, 9).

Figures 6 – Une maison typique de Gözne, rue Uğur

Figures 6 – Une maison typique de Gözne, rue Uğur

Photographies A.Benli et F. Yüksel (10.5.2014)

Figure 7 – Une maison vernaculaire de Gözne, rue 256

Figure 7 – Une maison vernaculaire de Gözne, rue 256

Photographies : A. Benli. (21.7.2018)

Figure 8 – Maisons vernaculaires du père et de l’oncle de S. Taşkın, à Gözne

Figure 8 – Maisons vernaculaires du père et de l’oncle de S. Taşkın, à Gözne

Photos : Başak Yüncü (4.5.2018)

Figure 9 – Plans et coupe de la maison de l’oncle de S. Taşkın

Figure 9 – Plans et coupe de la maison de l’oncle de S. Taşkın

Dessin : Başak Yüncü, 30.5.2019

14Le « sofa » devient un espace tampon qui protège la maison du soleil en été. On peut ouvrir et fermer les portes des chambres comme on le souhaite, pour rafraîchir et aérer l’intérieur. C’est le premier type d’habitat de Gözne que l’on appelle « çardak », c’est-à-dire « tonnelle » (figs 6, 8, 9). Un second modèle de demeure traditionnelle dotée de « sofa » est plus récent (figs 10, 11, 12).

4 - La durabilité culturelle et l’énergie

15Les habitations traditionnelles sont des éléments de patrimoine à conserver dans une perspective de durabilité culturelle. Leurs caractéristiques sont très diverses en fonction des choix architecturaux du projet, des modes de construction, de l’usage des matériaux et de l’entretien à long terme. Ces habitations occupent une place essentielle dans le paysage urbain et manifestent, à travers leur conservation, la perpétuation d’un héritage culturel, social, économique et architectural local. L’habitat traditionnel porte des traces et stigmates de l’histoire. La dimension environnementale est prise en compte très tôt, dès l’élaboration des projets. C’est pourquoi les effets négatifs de la construction sont très limités. On ne retrouve pas ces caractéristiques dans les constructions d’aujourd’hui. Les habitations récentes de Gözne, même si elles sont confortables, produisent des résidus nocifs pendant les phases de construction, d’utilisation et de démolition.

16En matière énergétique, des solutions flexibles, adaptables, sont appliquées pour la conservation passive des températures. Des dispositifs spécifiques permettent de tirer profit de l’ensoleillement et du vent en été, comme agent de climatisation, ou en hiver comme source d’énergie. Pour que le soleil pénètre dans la maison en hiver et que les façades sud en soient préservées en été, l’orientation la plus adaptée est sud, sud-est. De cette façon, en hiver, le rayonnement solaire profite pleinement aux personnes qui séjournent à l’intérieur du bâtiment. En été, quand le soleil est au zénith, on limite la pénétration du rayonnement à l’intérieur de la maison en aménageant des espaces de vie ouverts au deuxième ou au dernier étage avec des toits et avant-toits prolongés qui brisent la lumière et la chaleur extrême du soleil.

5 - Cycle de vie des bâtiments

17Quand on parle de projet architectural et de cycle de vie des bâtiments, dans le village de Gözne, il faut considérer les périodes qui précèdent, accompagnent, et suivent la construction. Si l’usager participe au choix du terrain à bâtir et est présent à tous les stades du projet, cela peut être un signe que les travaux se poursuivront dans une perspective de durabilité. La première phase du projet architectural est primordiale. Elle porte sur l’adaptation du bâtiment au terrain, les distances aux bâtiments voisins, aux jardins, aux routes, aux espaces publics, et définit orientations et points de vue.

18Si l’on considère les techniques de construction, la pierre, le bois, la boue, la paille sont des matériaux que l’on peut trouver dans un environnement proche. Ces matériaux ont un effet positif sur le confort et la santé des usagers et peuvent être utilisés autant que nécessaire. On évite de construire trop densément, d’endommager la nature, de modifier artificiellement l’ordre naturel. Le travail manuel est essentiel pendant la préparation des matériaux et la construction, ce qui permet de réduire les intrants énergétiques. Les matériaux sont réutilisables, naturels et durables. Les techniques de construction n’ont pas d’effet nocif notable pour la santé des usagers et limitent la production de déchets. Toutes les conditions de la durabilité sont donc réunies.

19Une fois la construction achevée, un entretien correct des bâtiments traditionnels permet une période d’utilisation prolongée. Les techniques de chauffe sont naturelles et passives, ce qui permet de maintenir de la fraîcheur en été. Autant que possible, des ressources renouvelables sont utilisées pour le chauffage et la réfrigération, méthode écologique et économique. Et, lorsque les bâtiments vieillissent puis atteignent leur limite d’âge, les matériaux peuvent soit être réemployés soit détruits sans production de déchets.

6 - Projet pour l’homme

20Un projet durable doit convenir à l’environnement, à la ville, à la région et à l’homme. À Gözne, le modèle traditionnel constitue une richesse pour l’environnement, mais il tend de plus en plus à disparaître. Quand on prend en considération les schémas urbains et l’organisation de la ville, les projets sont tout à fait en harmonie avec la topographie. C’est la raison pour laquelle l’environnement naturel est protégé. (fig. 5 : Vue générale de Gözne).

21Dans le modèle architectural traditionnel de Gözne, aucun bâtiment ne fait obstacle à la circulation naturelle de l’air, à l’exposition au soleil, au vent, ni à la vue générale d’autres habitations. Ainsi, il n’y a aucun empêchement à la satisfaction des besoins en éclairage naturel, ventilation, ensoleillement et chauffage. Tous ces facteurs sont pris en considération lors de l’élaboration du projet (Yurdugüzel, Özçetin, 2012 ; Yavuz, 2008).

22Les caractéristiques des habitations traditionnelles de Gözne modèlent l’environnement, règlent les relations avec les rues, les espaces construits et les intervalles laissés à la nature. Pour les projets urbains, les conditions physiques sont à prendre en compte au même titre que les caractéristiques de la vie sociale et culturelle. Dans l’espace urbain, ce sont les jardins, les terrasses, les espaces de loisirs, les rues des villes ou des villages, ce sont les places publiques et les lieux de culture qui déterminent la qualité de la vie urbaine.

23Conditions micro-climatiques et macro-climatiques sont également prises en compte. Pour gérer la durée et la puissance de l’ensoleillement, il faut intégrer les données de température moyenne, vent, humidité, végétation (densité et types de plantes), et la variété de l’environnement (collines, talwegs, étendues d’eau). On sait que la ventilation naturelle, le contrôle de l’ensoleillement et l’éclairage naturel déterminent in fine les caractéristiques passives des bâtiments. (Yurdugüzel, Özçetin, 2012 ; Yavuz, 2008)

Figure 10 – Une maison de Gözne, rue Gürani

Figure 10 – Une maison de Gözne, rue Gürani

Photographies : A. Benli (10.5.2014)

Figure 11 – Intérieur de maison, rue Gürani

Figure 11 – Intérieur de maison, rue Gürani

Photographies : A. Benli, (21.9.2018)

Figure 12 – Plans et coupe de la maison de la rue Gürani

Figure 12 – Plans et coupe de la maison de la rue Gürani

Dessin : Selin Çoruh (30.5.2019)

24Les techniques de construction, en lien avec les matériaux utilisés, sont propres aux plateaux des Toros, car elles ont été mises au point pour profiter au mieux des ressources locales. Les espaces de vie des habitations traditionnelles sont aménagés en fonction des besoins et des priorités des habitants, mais aussi de leurs conceptions esthétiques. Et on constate que tous ces facteurs se révèlent avantageux du point de vue de la consommation énergétique et de l’impact sur l’environnement.

25L’utilisation et l’orientation des espaces ouverts, semi-ouverts ou fermés, les pertes et gains de température entre les espaces extérieurs et intérieurs déterminent l’organisation de l’espace et optimisent les usages énergétiques. Le rapport entre espaces pleins et vides, les façades et la forme des toits sont déterminés de façon à assurer la balance des températures, une bonne ventilation et un éclairage suffisant, en vue d’obtenir le niveau de confort recherché à l’intérieur de la maison. La largeur du bâtiment, le périmètre extérieur, la hauteur, la forme du toit, la pente d’une façade ou d’une toiture sont autant de paramètres à intégrer (Yurdugüzel, Özçetin, 2012 ; Yavuz, 2008).

26Éviter les façades trop larges, limiter la surface extérieure du bâtiment, ne pas construire plus de deux étages, orienter les pentes des toits vers le sud sont des paramètres qui permettent d’assurer un usage actif de l’énergie. Le transfert de la chaleur par l’enveloppe du bâtiment se réalise par la conduction, la convection et le rayonnement. La conduction et la convection dépendent des caractéristiques des constituants du revêtement du bâtiment. Profiter de l’enveloppe du bâtiment comme masse thermique, c’est emmagasiner la chaleur aux heures chaudes et la restituer le soir quand il fait froid, permettre la conduction de la chaleur vers l’intérieur et assurer que la température extérieure des murs soit supérieure à la température intérieure. (Yurdugüzel, Özçetin 2012 ; Alparslan et al., 2009)

27Du point de vue social et culturel, la durabilité se trouve assurée par l’utilisation de matériaux locaux et de techniques de construction traditionnelles. Les demeures vernaculaires de Gözne, construites en tenant compte de ces critères, ont éveillé chez leurs occupants, le sens de l’appartenance et de la propriété. C’est pour cette raison que les gens pourraient être incités à les conserver plus longtemps et que ces habitations seraient porteuses d’une valeur affective qui se transmettrait aux générations futures.

Conclusion

28Les habitations traditionnelles de Gözne sont des trésors culturels de l’architecture. Elles doivent être préservées dans le but de raviver et d’assurer la continuité du patrimoine culturel. Si l’on considère leur impact sur l’environnement, on observe qu’elles ont été construites en harmonie avec la nature. Eté comme hiver, l’atmosphère de ces maisons est agréable.

29Si l’on considère le projet architectural sous l’angle du cycle de vie, avant, pendant et après la construction, à Gözne les décisions relatives au terrain à bâtir et celles relevant du projet lui-même sont prises en accord avec l’usager. Malheureusement, ce modèle a été mis à mal récemment avec la multiplication de demeures modernes. Hautes de plus de deux étages, elles entrent en dissonance avec l’environnement local, nuisent aux besoins d’éclairage, d’aération et d’illumination des autres habitations. Les nouvelles formes et normes architecturales n’impactent pas seulement l’environnement naturel et urbain, elles manifestent la disparition progressive d’une vie sociale riche, d’un mode de vie ancien qui puise sa source dans des contrées lointaines.

30La conservation des habitations traditionnelles est un bon indicateur du niveau de développement d’un pays et de son degré de civilisation. Ces habitations traditionnelles devraient donc être protégées, sans exclure les possibilités d’adaptation à des fonctions économiques et sociales différentes pour que ce patrimoine s’intégre activement à la modernité.

Top of page

Bibliography

Aran, K. 2000. Beyond Shelter, Anatolian Indigenous Buildings, İstanbul: Tepe Architectural Center.

Alparslan, B., Gültekin, A.B., Dikmen, Ç.B. 2009. Ekolojik Yapı Tasarım Ölçütlerinin Türkiye’deki Güneş Evleri Kapsamında İncelenmesi. 5. Uluslararası Teknolojiler Sempozyumu IATS Karabük: 2009.

Esin, T., Yüksek, İ. 2010. Geleneksel Yapılarda Sürdürülebilir Çatı Örnekleri, 5. Ulusal Çatı & Cephe Sempozyumu İzmir: 2010

Moholy-Nagy, S. 1957. Native Genius in Anonymous Architecture. New York: Horizon Press.

Sev, A. 2009. Sürdürülebilir Mimarlık (L’Architecture Durable). İstanbul: YEM Kitabevi.

WCED (World Commission on Environment and Development). 1987. Our Common Future. Oxford: Brundland Report, Oxford University Press.

Yavuz, G. 2008. Yapı Çevre İlişkileri Eğitim Notları. İstanbul: Yıldız Teknik Üniversitesi.

Yurdugüzel, O. T., Özçetin, Z. 2012. Geleneksel Konutların Sürdürülebilir Yapı Tasarımı Ölçütleri Bağlamında İrdelenmesi. Sürdürülebilir Yapı Tasarımı Bildirileri, Yaşar Üniversitesi Mimarlık Fakültesi İzmir: 2012.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Une ville de la côte méditerranéenne turque, Mersin
Credits Source : Google Earth et Google Maps, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-1.png
File image/png, 224k
Title Figure 2 – Vue générale d’un village de montagne, Çamlıyayla (Namrun), dans les environs de Mersin
Credits Photographie : A. Benli (16.2.2014)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-2.png
File image/png, 524k
Title Figure 3 – Maisons vernaculaires de Çamlıyayla (Namrun)
Credits Photographies : A. Benli (16.2.2014)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-3.png
File image/png, 895k
Title Figure 4 – La mer Méditerranée, Gözne et Mersin
Credits Source : Google Earth, (2019)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-4.png
File image/png, 409k
Title Figure 5 – Vue générale de Gözne
Credits Photographie : Soner Gölbaşı (2019)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-5.png
File image/png, 372k
Title Figures 6 – Une maison typique de Gözne, rue Uğur
Credits Photographies A.Benli et F. Yüksel (10.5.2014)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-6.png
File image/png, 475k
Title Figure 7 – Une maison vernaculaire de Gözne, rue 256
Credits Photographies : A. Benli. (21.7.2018)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-7.png
File image/png, 347k
Title Figure 8 – Maisons vernaculaires du père et de l’oncle de S. Taşkın, à Gözne
Credits Photos : Başak Yüncü (4.5.2018)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-8.png
File image/png, 356k
Title Figure 9 – Plans et coupe de la maison de l’oncle de S. Taşkın
Credits Dessin : Başak Yüncü, 30.5.2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-9.png
File image/png, 74k
Title Figure 10 – Une maison de Gözne, rue Gürani
Credits Photographies : A. Benli (10.5.2014)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-10.png
File image/png, 602k
Title Figure 11 – Intérieur de maison, rue Gürani
Credits Photographies : A. Benli, (21.9.2018)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-11.png
File image/png, 1.2M
Title Figure 12 – Plans et coupe de la maison de la rue Gürani
Credits Dessin : Selin Çoruh (30.5.2019)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12148/img-12.png
File image/png, 117k
Top of page

References

Bibliographical reference

Ayşen C. Benli, « L’architecture durable dans les villages de montagne autour de la ville de Mersin », Méditerranée, 132 | -1, 27-32.

Electronic reference

Ayşen C. Benli, « L’architecture durable dans les villages de montagne autour de la ville de Mersin », Méditerranée [Online], 132 | 2021, Online since 26 April 2021, connection on 09 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/12148 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.12148

Top of page

About the author

Ayşen C. Benli

Maître de conférences, Département des beaux-arts, design et architecture, Université des Toros, Mersin, Turquie, aysencbenli@yahoo.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search