Skip to navigation – Site map

HomeIssues132Ville et environnement durable en...Logement collectif et climat médi...

Ville et environnement durable en Méditerranée

Logement collectif et climat méditerranéen à l’époque moderne

Le cas oranais à travers la théorie de Louis Miquel
Collective Housing and Mediterranean Climate in the Modern Age. Oran as a Case Study through the Theory of Louis Miquel
Amina Louiza Lacheheb, Malika Kacemi‑Meghfour and Soline Nivet
p. 49-64

Abstracts

Knowledge transfers between North and South, allowed the realization in Algeria from 1953 to 1962 of an impressive architectural and urban work. That echoed the decline of the CIAM (International congress of Modern Architecture), the war of Algeria, the rural migration, the Plan of Constantine and the massive construction of residences. In 1959, Louis Miquel, who belongs to the architects eager to produce a new architecture in this context, exposes a theoretical text, heading, “A problem of urbanism in a Mediterranean climate: cité Henri Sellier at Algiers”, which questions the limits of the modern architecture in the social and climatic Mediterranean context.

Top of page

Full text

  • 1 Georges Candilis, qui a fait partie de cette génération d’architectes en rupture avec les préce (...)
  • 2 Candilis a mis en évidence le terme d’habitat à la place de celui de logement, notion nouvelle (...)
  • 3 Dont : Louis Miquel (Aïn Témouchent, 1913- Sète 1986), Roland Simounet (Guyotville, 1927 – Pari (...)

1Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement Moderne amorce des tentatives conceptuelles en continuité avec l’expérience humaine (Giedon, 2004). De cela on retient l’apparition d’une autre architecture constituant en partie ce que Charles Jencks répertorie dans Mouvements modernes en architecture (Jenks, 1977) et identifie comme un entrelacs de traditions architecturales de noms et d’esthétiques. Un ensemble d’idées qui influence la scène européenne et internationale, « l’hygiénisme, la rationalisation de la construction … l’incorporation du climat en architecture » (Miller‑Chagas, 1992), s’étend aux territoires colonisés. En Afrique, et dans les pays subsahariens, le contexte géographique, administratif et les réglementations moins strictes ont poussé les architectes à mieux interagir dans ce nouvel environnement. Ainsi, ils expérimentèrent l’applicabilité de nouveaux matériaux avec des procédés modernes (Eloundou, 2005). En Afrique du Nord, le climat tempéré méditerranéen a permis de passer d’une simple transposition de pratiques architecturales occidentales à de véritables innovations et maîtrises du contexte socio-ethnique et climatique. Cette période d’évolution architecturale vers un style « méditerranéen » a été marquée par un développement économique rapide et une explosion démographique importante à l’exemple de l’Algérie où se sont esquissées dès 1930, centenaire de la colonisation française, les nouvelles grandes lignes structurantes des villes. C’est dans les programmes d’habitations que les rapports entre la praticité locale et les savoirs importés engendrèrent une réflexion sur le climat, à l’exemple de la cité pour indigènes conçue par François Bienvenu aux limites de la Casbah à Alger. Les élus de la ville ont été amenés au renforcement de la trame urbaine existante et à la création de nouveaux pôles d’habitat inscrits dans une démarche reposant sur les valeurs d’hygiène, de modernisation technique et de préoccupation esthétique dans la France Métropolitaine (Almi, 2005). En marge de cela avait lieu en 1933 le IVCIAM (Congrès international d’architecture moderne), où la Charte d’Athènes constituait l’aboutissement d’un débat entre architectes et urbanistes sur la planification et la gestion de la ville selon le dogme fonctionnaliste. La même année, à l’Exposition d’urbanisme et d’architecture moderne d’Alger, quelques projets sont présentés dont celui de Charles Henri Breuillot et Pierre‑André Emery dévoilant le projet d’un immeuble adapté au climat nord-africain. En 1936, à l’Exposition de la Cité Moderne d’Alger, les travaux de jeunes architectes algérois mettent en avant des recherches sur une architecture méditerranéenne inspirée des conditions locales. Après la Seconde Guerre mondiale, la question du climat est présente dans l’élaboration des nouveaux quartiers (Miller‑Chagas 1992). Plus tard, le IXe CIAM de 1953 marque un bouleversement dans l’historiographie du Mouvement Moderne (Bonillo, 2006) : une scission s’opère au sein même des congressistes dont la jeune génération1 entreprend une critique de la charte de l’urbanisme, rejette une hypothétique charte de l’habitat et demande une réévaluation du Mouvement Moderne. Les transferts de savoirs Nord/Sud, l’opposition occident/tiers-monde, mais aussi la confrontation vieille/jeune génération (Pinson, 2016) ont permis la réalisation en Algérie dans les années 1950 d’une œuvre architecturale et urbaine impressionnante dont Georges Candilis2, Pierre‑André Emery ou encore Roland Simounet représentent les maîtres d’œuvre. Aussi, une jeune génération d’architectes, moins connue dont certains nés en Algérie3 et appelés les Algérianistes (Deluz, 1988), ont alors façonné l’image des villes algériennes avec une particularité qui est celle d’une réappropriation des fondements de l’architecture et de l’urbanisme moderne dans le contexte algérien. En 1959, Louis Miquel, qui fait partie de cette génération, expose en présence de ses collaborateurs Pierre‑André Emery et Pierre Bourlier au CIAM d’Otterlo un texte théorique intitulé Essai de solution d’un problème d’urbanisme en climat méditerranéen, cité Sellier à Alger (Miquel, 1960). Des directives issues de la conception de la cité Henri Sellier et qui mettent en exergue les limites de l’architecture moderne dans le contexte social et climatique méditerranéen.

  • 4 1953 correspond à l’évènement du IXe CIAM et à ses répercussions sur l’histoire de l’architectu (...)
  • 5 Voir Jean Bossu - Une trajectoire moderne singulière. Un travail de recherche mené par Xavier D (...)
  • 6 Orléansville (puis El-Asnam et actuellement Chlef) a subi un tremblement de terre en 1954. Jean (...)
  • 7 En 1930, il rencontre Albert Camus qui deviendra son ami et par le biais de P.A. Emery, Le Corb (...)

2Les architectes ayant exercé durant la période comprise entre 1953 et 19624 n’ont pas seulement l’idée de construire des édifices, mais ont aussi la prétention fondée de construire la ville. Proches de Le Corbusier et nourris de ses théories, actifs sur les plans culturel, artistique, mais aussi politique en Algérie, ils prônent une intégration sociale et environnementale de leurs conceptions dans le contexte algérien. Cette génération d’architectes a mené des allers-retours entre une culture occidentale importée et une culture locale méditerranéenne. Des architectes d’esprit moderne et d’expression régionale (Malverti, 1991). À l’instar de Jean Bossu (1912‑1983)5 dont le centre de Saint‑Réparatus à Orléansville6 représente un parfait exemple de la contextualisation de l’architecture moderne en Algérie. Louis Miquel7 (1913-1986), auprès de ses collaborateurs Pierre‑André Emery (1903-1981) et Pierre Bourlier (1912-?), architectes proches de Le Corbusier (Chebahi, 2018), est chargé en 1957 de l’étude de la cité Henri Sellier à Birmandreis, à Alger. Une réflexion à propos des espaces libres accompagnant les cités d’habitations a été développée suite à cette réalisation (Miquel, 1960), et met en évidence des concepts importés d’une culture occidentale qui, suivant une logique certaine ne peuvent s’adapter à l’environnement algérien. Dans le secteur de l’habitat, Louis Miquel remet en cause le modèle des ensembles émergents :

Lorsque l’urbaniste contemporain établit le projet d’un ensemble, sous l’influence en général mal digérée des théories de Le Corbusier, il implante une série d’immeubles largement espacés avec plus ou moins de bonheur suivant son talent et dessine des jardins entre ses constructions : soleil, espace, verdure. (Miquel, 1960)

3La « méditerranéité » comme fondement d’une ‘autre modernité’ (Capannini, 2005), tel est le mode opératoire de Miquel qui cherche des solutions dans l’architecture et la ville traditionnelle. Les espaces tels que les cours, les ruelles étroites, les patios représentent une alternative pour cet architecte qui défend des idéaux modernistes dans un contexte méditerranéen.

  • 8 Revue Vie municipale. Que faut-il penser d’une architecture nord-africaine par l’architecte Geo (...)

4Cette autre modernité recherchée par Louis Miquel et ses collaborateurs Pierre‑André Emery et Pierre Bourlier, fait écho au déclin des CIAM, au déclenchement de la guerre d’Algérie en 1954, à l’exode rural, au Plan de Constantine, à la construction massive de logements (le plan régional d’urbanisme algérois, d’influence corbuséenne, était sous la direction de Maisonseul et Wattez de 1942 à 1954, suivi par Dalloz et Hanning) (Leonardon, 1991). Cela a été précédé par une riche production culturelle et littéraire à Alger, mais aussi à Oran, deuxième ville du pays à la période coloniale et concurrente de ce rayonnement artistique. Des correspondances de l’ingénieur polytechnicien Jean Cotereau, dans une série d’articles publiés dans la revue Chantiers nord-africains : « Vers une architecture méditerranéenne » en 1929, à la première exposition d’architecture moderne et d’urbanisme organisée par le syndicat des architectes du département d’Oran en 1937 et présidée par Émile Cayla, nous renvoient à cette riche production. Cette période d’édification est caractérisée par une cohérence entre l’échelle de la ville et de son territoire et celle de l’architecture qui deviennent, de manière indissociable, des terrains d’intervention de l’architecte (Cohen2003). La même année, Georges Roussin, architecte auteur de l’immeuble Sémiramis à Oran et ancien élève de l’École des Beaux-Arts d’Alger, s’est distingué par l’envoi à la société des artistes algériens et orientalistes d’un Essai d’architecture méditerranéenne8.

5La rivalité entre Alger et Oran, palpable dans la volonté des concepteurs oranais de se démarquer des décisions algéroises, comme en attestent les éditoriaux de la Revue municipale du maire Henri Fouques‑Duparc, mais aussi l’aspect formel de certaines opérations de logement, nous ont incité à analyser des projets sensiblement proches de la théorie de Louis Miquel à la cité Henri Sellier. Ces réalisations commentées par des revues d’architecture de l’époque sont étoffées par une évaluation sur le terrain.

  • 9 Thèse de doctorat en cours menée par l’auteure.

6Ainsi, cette recherche vise d’abord à relativiser la théorie émise par Louis Miquel et ses collaborateurs par rapport à son contexte socio-historique, à analyser son application dans la cité Henri Sellier et évaluer son bien-fondé et ses limites, et révéler enfin certains cas de logements collectifs oranais, relevant de la même période, d’une forme urbaine distincte ou encore d’un maître d’œuvre-théoricien, à la lumière de ce texte. Ces résultats représentent une partie d’une étude en cours sur le logement collectif de l’héritage moderne algérien, de son identification à sa recevabilité dans le contexte climatique méditerranéen9.

1 - La cité Henri Sellier : entre théorie et réalité

  • 10 Thème analysé dans la thèse de Zohra Hakimi : Alger, politiques urbaines 1846-1958, Saint-Denis (...)
  • 11 Vie municipale 04, juillet 1950, p. 18. Revue consultée aux archives de la Wilaya d’Oran le 31/01 (...)

7Entre 1930 et 1962, l’urbanisme algérien10 intègre de plus en plus les paramètres de la vie sociale. À ce propos, le ministre de la Défense suédoise en visite à Alger dira que la France a réalisé en Algérie une œuvre sociale impressionnante11. Le sujet de l’habitat, source de conflits sociaux, est finalement pris en considération à la fin des années 1940 dans le cadre du Plan d’action communal qui prévoit la construction d’HLM, mais aussi des cités de recasement pour la résorption des bidonvilles, et à plus grande échelle un programme de densification urbaine dans les grandes villes algériennes (Chérif, 2018). Le paramètre climatique est lui aussi d’actualité à travers des concepts modernistes réinventés en contexte méditerranéen. Ainsi, Jean de Maisonseul confie en 1949 la conception de l’immeuble de l’Aérohabitat sur le boulevard du Télemly à Alger, à Louis Miquel et José Ferrer. D’inspiration corbuséenne, la résidence est un exemple de la réadaptation de concepts de l’architecture moderne où le croisement entre le projet du viaduc habitable proposé par Le Corbusier dans le Plan Obus de 1931 et celui de l’unité d’habitation a mené à une solution applicable en contexte méditerranéen. En 1957, c’est auprès de Pierre Bourlier et Pierre‑André Emery que Louis Miquel est chargé de l’étude de la cité Henri Sellier.

8Cette étude partiellement réalisée (fig. 1) a conduit l’architecte à une réflexion sur les espaces libres collectifs et les problèmes spécifiques au climat méditerranéen. Ce dernier ne permet pas l’existence d’espaces verts tels qu’imaginés par les maîtres d’œuvre :

Leur aménagement et leur entretien apparaissent soit hypothétiques soit trop coûteux. Il convient de réduire ces espaces collectifs, les redistribuer en espaces individuels, mais aussi de les densifier à l’image des villages méditerranéens (LEONARDON, 1991), (fig. 2).

Figure 1 – Photomontage de la cité Henri-Sellier (1957-1962)

Figure 1 – Photomontage de la cité Henri-Sellier (1957-1962)

Deux barres de logements ont été réalisées en plus des pavillons

Source : Fonds Miquel, Louis (1913-1987). 007 Ifa

Figure 2 – Espaces plantés de la cité Sellier

Figure 2 – Espaces plantés de la cité Sellier

Certains logements du RDC bénéficient de jardins privatifs, clôturés. Pour limiter l’accès mécanique, clôtures, talus et escaliers filtrent le passage aux immeubles

Photographies : A. L. Lacheheb, 2019

9Louis Miquel a collaboré entre autres architectes avec Roland Simounet et Jean Bossu, des architectes avec une vision contextualisée de l’architecture moderne. La réalisation de la cité Henri Sellier débuta en 1957 et s’acheva partiellement en 1962, à l’avènement de l’Indépendance algérienne. Sur un site de 13 ha, qui devait initialement accueillir 900 logements de type HLM, les ombres portées ont déterminé l’espacement entre les immeubles. Aussi, sur des plans originaux, Louis Miquel rapporte que les voies mécaniques étaient arrêtées à la limite des zones privatives. Néanmoins, cela n’a pu être exprimé à cause de l’opposition d’agences officielles (l’OPHLM et la SCHLM).

10La théorie émise par les architectes en 1958 propose l’alternative conceptuelle suivante :

  • une couverture maximale du sol par des constructions et des espaces privés ;

  • la construction de toute la surface urbanisable sur un ou deux niveaux, percée par des patios pour de l’habitat individuel, des bureaux, des ateliers artisanaux, de petites industries non bruyantes et des magasins ;

  • la superposition en hauteur de la trame, plus grande, des grands immeubles de logements collectifs, largement espacés ;

  • l’isolement entre la trame horizontale et la trame verticale par des jardins privés affectés au soubassement ;

  • découpage de la trame horizontale par de grands axes routiers ;

  • des circulations piétonnes uniquement à l’intérieur des îlots engendrés avec un accès au parking tous les 150 mètres ;

  • réduction au minimum des espaces libres, plantés ou non.

11Note de l’architecte

Cette théorie est le fruit d’expérimentations faites par un groupe d’urbanistes et d’architectes. L’urbaniste J. de Maisonseul, esquissa ses grandes lignes dans un article publié dans Proportions, une revue des architectes algériens, en juin 1958. Lorsque l’urbaniste contemporain établit le projet d’un ensemble, sous l’influence en général mal digérée des théories de Le Corbusier, il implante une série d’immeubles largement espacés avec plus ou moins de bonheur suivant son talent et dessine des jardins entre ses constructions : soleil, espace, verdure. En climat tempéré, les choses se passent à peu près bien. Le parc est maigre au début bien entendu, mais avec un minimum de soins, il s’étoffe, la végétation étant généreuse dans ces régions. Dans les pays méditerranéens, il en va tout autrement. Nous baptisons sur nos plans espaces verts ce qui ne sera que désert poussiéreux, torride en été et balayé en hiver par les pluies brutales sous ce climat. Pour que la végétation se développe, un arrosage abondant est nécessaire durant les longues périodes sèches. L’eau est rare est coûteuse. D’autre part, l’homme méditerranéen a peu de respect pour la végétation et pour les espaces communs. Son intérieur pourra être d’une propreté méticuleuse, mais il souillera sans vergogne tout ce qui est lieu public. C’est pourquoi l’aménagement et l’entretien des parcs dans cette zone s’avèrent extrêmement onéreux. À notre avis deux seules formes d’habitat sont valables : l’horizontale compacte (les villages méditerranéens sont serrés comme des nids de guêpes) en logements individuels, avec l’échelle humaine de ses ruelles et son intimité par l’emploi du patio ; la verticale en grands immeubles collectifs avec ses vastes prospects apportant une autre forme d’intimité, et ses fortes densités nécessaires aux échanges humains et sans lesquelles toute ville est morne […]. (Miquel, 1960).

12Même si la théorie exposée précédemment n’a pas été appliquée intégralement dans le projet de la cité Sellier à Alger, pour ce groupe d’architectes la question de la densité est au cœur des problèmes rencontrés. Certains architectes tentent d’y remédier en planifiant des ensembles d’immeubles très rapprochés, chose qui selon eux est condamnable. Par le projet de la cité Sellier, ils mettent en exergue :

  • la hiérarchisation des espaces urbains, de l’espace commun à l’espace privatif (fig. 3) ;

  • la mixité fonctionnelle au niveau du site d’habitation (boutiques, écoles, jardins) ;

  • la mixité typologique des logements, avec des habitations individuelles, des immeubles de grande et de moyenne hauteur ;

  • la nécessité d’intégrer des parcours piétons ;

  • la réflexion sur l’intimité visuelle au sein des logements nonobstant la densité prônée ;

  • la création de parcours piétons brisés à l’intérieur de la zone d’habitat individuel.

Figure 3 – Dispositifs d’accès aux logements à la cité Sellier

Figure 3 – Dispositifs d’accès aux logements à la cité Sellier

Hiérarchisation des accès de la cité aux logements. De gauche à droite : accès mécanique à la cité, coursive de distribution de l’immeuble, hall d’entrée dans l’immeuble

Photographies : A. L. Lacheheb, 2019

13L’étude préliminaire de la cité Henri Sellier, permet de définir les limites de la théorie des architectes concepteurs en ce qui concerne la problématique du logement dit méditerranéen. Lors de l’édification, les maîtres d’œuvre ont été soumis aux exigences du commanditaire (Office public d’habitations à loyer modéré (OPHLM) d’Alger et la Société coopérative d’habitations à loyer modéré (SCHLM)) en ce qui concerne les voies mécaniques pénétrant à l’intérieur de la cité. Les balcons, dont l’occupation a été limitée sous une forme autre que celle prévue au plan initial, prouvent cependant leur nécessité fonctionnelle dans ce site. Ils ont fait l’objet dernièrement d’une consolidation, et des directives ont permis la mise en place d’un système de réception satellitaire collectif afin de supprimer les charges appliquées sur ces espaces (Kerri, 2014). Aujourd’hui, on remarque une notable volonté de préservation de la part des habitants accompagnée de celle des élus de la commune, notamment dans l’espace commun, des jardins, où des revêtements minéraux agrémentent les allées piétonnes. Un marché couvert a été mis en place dans la zone commune et libre projetée par les architectes auprès d’un stade communal.

14La réflexion sur le logement collectif en climat méditerranéen chez Miquel et ses collaborateurs soulève la question des facteurs de conception à prendre en considération et les exigences influant sur la pérennité des œuvres. L’analyse d’un hypothétique style méditerranéen est l’objet de critères esthétiques, mais aussi de maîtrise de savoir-faire et d’innovation. Pour la suite de cette recherche, des exigences urbaines, architecturales et enfin sociales (tab. 1) permettront de relativiser la théorie émise précédemment concernant des ensembles domestiques oranais analogues à la cité Henri Sellier ou regroupant des critères indiqués dans le texte théorique.

Tableau 1 – Exigences conceptuelles du logement collectif en climat méditerranéen

Tableau 1 – Exigences conceptuelles du logement collectif en climat méditerranéen

Crédit : droits réservés

2 - Oran, cité méditerranéenne moderne

  • 12 Renvoi aux travaux de René Lespès.

15Au début du xxe siècle, Oran est une ville en plein essor avec le plus fort coefficient d’accroissement de population en Afrique du Nord12 et souffre comme d’autres villes algériennes de la crise due à l’habitat, un secteur fragilisé par l’explosion démographique apparue dès les années 1930.

  • 13 Disputée par les Espagnols et les Ottomans depuis sa fondation, la forme urbaine de la ville a (...)

16La ville d’Oran, avec un aménagement propice à une occupation européenne13 connut une restructuration urbaine importante : des quartiers neufs furent construits à l’intérieur des fortifications, mais aussi à l’extérieur, dans les tissus faubouriens. À propos de la modernisation des noyaux urbains oranais, Saddek Benkada (Benkada, 2001) évoque le rôle direct et indirect qu’a eu par la suite le Plan de Constantine dans l’édification d’une majeure partie de la ville d’Oran, dont le front de mer, qui a refaçonné l’image de la ville :

Mais, à la faveur de la reprise économique et particulièrement du Plan de Constantine à partir de 1958, la municipalité Fouques-Duparc (1948-1962), sera celle qui va engager le plus son action dans la modernisation des équipements collectifs et des infrastructures de base de la ville.

17Ainsi, afin de relativiser l’hypothèse émise par Miquel, Bourlier et Emery, appliquée à la cité Henri Sellier, il sera question de présenter des cas de logements collectifs de type HLM construits à la même période que la cité algéroise et présentant des réflexions relativement approfondies sur le rapport de l’architecture et le climat. Ces ensembles domestiques ont aussi fait l’objet de discours de propagande (revues et publications) vantant le caractère moderne des conceptions, mais aussi la prise en considération du caractère socio-ethnique et climatique de la ville. Des rapports et des bilans publiés régulièrement par l’OPHLM ont permis la compréhension des démarches de cette construction de masse. En plus d’exemples présentant des similitudes programmatiques et formelles avec la cité Henri Sellier, il sera question de cas notables de logements collectifs cités dans la théorie à savoir, la verticale en grands immeubles et l’horizontale compacte. Ces cas (fig. 4), regroupés selon leur pertinence, permettront de cerner la recevabilité des exigences conceptuelles du logement collectif en climat méditerranéen, depuis la cité Henri Sellier jusqu’au terrain oranais.

Figure 4 – Reconstitution de la morphologie urbaine d’Oran en 1962 (fond de plan actuel)

Figure 4 – Reconstitution de la morphologie urbaine d’Oran en 1962 (fond de plan actuel)

Immeubles et cités : 1/ Lescure. 2/Sémiramis. 3/Jean de la Fontaine. 4/Jeanne d’Arc. 5/HLM d’Arcole. 6/Petit-lac

Crédit : A. L. Lacheheb, 2019

18En 1954, un nouveau conseil d’administration de l’office public communal d’HLM a été élu à Oran afin de répondre à la demande croissante de logements, suite à l’achèvement en 1948 de la cité HLM d’Arcole. Sept mille dossiers de demandes à cette date ont permis le lancement des travaux de la cité Lescure sur le terrain de l’ancienne prison civile. La cité-jardin du Ravin Blanc (quartier de Gambetta) a été implantée au niveau des anciens abattoirs de la ville, sur le terrain dit « Maregiano », de même que la cité Jeanne d’Arc dans le même quartier qui, elle, détenait le record de hauteur d’un bâtiment de logement collectif en Algérie (fig. 5). Si le commanditaire était le même pour ces cités (Département d’Oran), les architectes, entreprises et modalités de financement étaient toutefois différents. Il est intéressant de relever des similitudes dans les cas étudiés par rapport à l’enveloppe des bâtiments et aux solutions apportées.

Depuis 1930, l’esprit collectif l’emporte petit à petit sur l’esprit personnel : une architecture moderne adaptée au climat méditerranéen commence à apparaître ; (…) les envois des architectes algériens révèlent une unité de vue assez frappante ; il apparaît que les nécessités impératives dues au climat jointes au désir d’aboutir à des formes rationnelles ont déterminé chez tous une architecture diverse dans ses manifestations, mais identique par l’esprit. (Lathuillière 1936).

  • 14 1954-1955, années fastes de l’habitat en Oranie. Vie municipale, numéro spécial Habitat nos 58‑59 (...)

19Pour qualifier ces HLM, on insistait sur le caractère « clair, aéré, doté d’espaces libres et d’un jardin14 » de ces immeubles collectifs.

Figure 5 – Plans d’ensemble des cités HLM étudiées (à même échelle)

Figure 5 – Plans d’ensemble des cités HLM étudiées (à même échelle)

Sun-path, vents dominants et couverture végétale

Crédit : A. L. Lacheheb, 2019

2.1 - Exigences urbaines

2.1.1 - Plan de masse et élévations

20Conçue par l’architecte Cantie, la cité Lescure est faite d’une ceinture de bâtiments autour d’une grande cour intérieure qui reste communicante avec les voies mécaniques. Une disposition spatiale différente des premières HLM réalisées à la cité d’Arcole. Les blocs parallèles et répétitifs (R+05) autour d’une place et des espaces verts publics laissent place à une cité clôturée sur elle-même sans aucun espace végétal. Les différentes hauteurs des blocs ainsi que la double orientation des logements permettent un ensoleillement maximum des façades sur cour. La partie supérieure de la ceinture de bâtiments (R+14 et R+12) protège les bâtiments bas (R+03) des vents marins dominants. Ce dispositif de protection est présent aussi au niveau de la cité Jean de la Fontaine. Un bâtiment-écran (R+13) dans la partie supérieure de la cité a permis la création d’une aire de jeux à l’abri des vents. Les parties les moins exposées abritent des petits jardins privatifs. Comme à la cité Sellier, l’implantation des bâtiments génère des espaces libres (la projection du bâti se faisant en premier lieu). Les tours et les barres sont identifiables par leur hauteur et côtoient des entités moins élevées.

2.1.2 - Mixité et espace d’interactions

21Ces espaces libres et jardins, leitmotiv de la présente étude, représentent le principal point d’interaction de ces cités. Qu’ils soient fortement arborés comme à la cité d’Arcole ou à la cité Jean de la Fontaine, épars comme à la cité Jeanne d’Arc ou inexistants comme à la cité Lescure, ils renseignent sur la richesse typologique pour un même programme de logements sociaux. À la cité Jean de la Fontaine, des discussions avec la municipalité ont permis la création de dessertes circulaires en périphérie de la cité afin de consacrer le centre à un immense parc, une zone verte libre de tout passage, et ouverte en toute sécurité aux enfants.

  • 15 Concept apparu dès les années 1970 en métropole, où la critique de l’urbanisme moderne est devenu (...)

22L’enquête menée sur le terrain a révélé une nette distinction entre le grand espace central, projeté zone verte, et les espaces moins imposants au pied des immeubles sud de la cité. Sur un terrain de jeux de 300 m² distribué en trois paliers (suivant la pente naturelle du terrain), peu d’arbres sont plantés. Le revêtement de sol au niveau de l’aire de jeux est détérioré, ce qui produit un espace indéfini, sans clôtures, à relier à un entretien irrégulier de la part de la Commune et des résidents. Les cotisations mensuelles des habitants s’élèvent à 500,00 DZD et ne suffisent pas selon le comité syndical à l’entretien de cet important espace extérieur. L’accent est mis sur l’entretien des parties communes de l’immeuble (hall d’entrée, ascenseur, portes d’accès…). L’importance de la délimitation des espaces verts et leur privatisation telle que mentionnée dans la théorie de Miquel et de ses collaborateurs est visible au sein de la même cité. L’exemple de la cité Jeanne d’Arc permet de confirmer la difficulté d’entretien d’un espace public indéfini dans le contexte de l’étude (fig. 6). Grilles, escaliers, talus… autant de dispositifs de fermeture physique observés à la cité Henri Sellier et qui interrogent l’état de ces espaces « de passage », « ouverts », « publics », qui sont aujourd’hui mal entretenus sinon complètement délaissés. À la suite d’initiatives individuelles, quelques cas de « privatisation » permettent d’observer un entretien et une valorisation de l’espace vert, l’installation et la durabilité d’équipements publics. Ajoutées à cela, les demandes des habitants de clôturer leur site d’habitation et ainsi de filtrer le passage nous renvoient incontestablement au concept de résidentialisation15.

Figure 6 – Espaces extérieurs des cités Jean de la Fontaine et Jeanne d’Arc

Figure 6 – Espaces extérieurs des cités Jean de la Fontaine et Jeanne d’Arc

Gauche et centre : cité Jean de la Fontaine, détérioration de l’espace de jeux central. Bon entretien des espaces clôturés et des jardins privatifs au RDC. Droite : cité Jeanne d’Arc

Photographies : A. L. Lacheheb, 2019

2.2 - Exigences architecturales

2.2.1 - Dispositions spatiales

23Le critère spatial intérieur n’étant pas développé dans la théorie de Louis Miquel, il convient de souligner l’appropriation de certains espaces par les habitants. Le plan du logement type de ces HLM est semblable dans tous les cas étudiés. Les superficies sont équivalentes dans des programmes de 3 et 4 pièces, majoritairement (entre 55 et 70 m²). Ainsi, à la cité Jeanne d’Arc, trois types de plans correspondent aux trois blocs qui articulent la cité. Les appartements sont desservis tour à tour par un grand hall de distribution ou bien par des paliers de repos. Seules les cuisines sont dotées de loggias avec vide-ordures, désuets par manque d’entretien. Ces loggias restent assez encombrées et figurent parmi les espaces les plus modifiés par les habitants. Certains déplorent l’absence de véritable terrasse jouxtant les séjours, d’autres la cloisonnent et l’annexent à la cuisine.

24Les logements de l’immeuble Sémiramis sont tous dotés de différents balcons (loggias, balcons-Juliette et terrasses). Certains ont été cloisonnés, ce qui cause des infiltrations d’eau dans les planchers du dessous. Néanmoins, l’occupation actuelle des terrasses ne correspond pas aux vœux de l’architecte d’en faire des jardins suspendus. Elles sont transformées en chambres d’enfants, en extensions de séjours ou de cuisines ou, laissées à l’état d’origine, sont souvent des débarras ou séchoirs (fig. 7).

25Le rapport entre modification et maintien des balcons/terrasses/loggias est relativement élevé par rapport à la cité Henri Sellier. Cela signifie une absence de gestion collective quant à la conservation de l’aspect originel du bâtiment. Quelques cloisonnements ont eu pour effet d’altérer le processus d’aération développé dans le point suivant.

Figure 7 – Plan d’un appartement trois-pièces, immeuble Sémiramis, aile nord, 8e étage

Figure 7 – Plan d’un appartement trois-pièces, immeuble Sémiramis, aile nord, 8e étage

Modification de la terrasse. L’extension réalisée sert pour une chambre d’enfant. L’espace restant est un séchoir

Crédit : A. L. Lacheheb, 2019

2.2.2 - Aération et ensoleillement

26À propos de la cité Lescure, Cantie dira que « le devoir social de l’architecte est de concevoir des locaux d’habitations confortables, sains (ensoleillés et ventilés) avec un équipement total ». Dans ces logements conçus à l’ère de la modernisation technique, mais aussi des préoccupations hygiénistes (Almi, 2001), un soin particulier est donné à la question de l’ensoleillement et de l’aération. De ce fait, la plupart des logements sont traversants ou bénéficient d’une double orientation. Les séjours sont généralement orientés sud, ouest. Contrairement aux immeubles de faible hauteur où les arbres octroient à ces pièces de la pénombre, les niveaux supérieurs des grandes barres de logements subissent un fort ensoleillement incommodant une large partie de la journée et augmentant ainsi la température des pièces concernées. Aussi, les larges baies, non dotées de protection solaire, accroissent ce ressenti. Seul le retrait en façade des loggias est considéré comme un espace tampon protégeant les cuisines.

Figure 8 – Logement trois-pièces modifié. Cité Jeanne d’Arc, tour, 13e étage

Figure 8 – Logement trois-pièces modifié. Cité Jeanne d’Arc, tour, 13e étage

Les parois rajoutées empêchent la circulation de l’air, augmentent la température et causent des problèmes liés à l’humidité

Crédit : A. L. Lacheheb, 2019

27À la cité Jeanne d’Arc, quelques modifications ont été opérées au sein des logements (fig. 8), comme le cloisonnement des séjours (ouverts lors de leur conception) ou des loggias. Des désagréments sont apparus suite à ces transformations, dont des traces d’humidité sur les parois et les plafonds, voire même de moisissure au niveau de certaines salles de bain. Aussi, les habitants de ces logements modifiés ont eu recours à un équipement de climatisation, absent dans les logements laissés à l’état original.

28Le manque de dispositifs architecturaux pour l’adaptation au climat méditerranéen est flagrant dans ces ensembles, ce qui indique une large application de concepts mal interprétés liés à la problématique du climat méditerranéen. La taille des baies tranche avec celle proposée à titre d’exemple à Saint-Réparatus par Jean Bossu.

29L’immeuble Sémiramis est un autre cas notable semblable à la cité Henri Sellier, non pas dans l’aspect formel ou programmatique, mais dans l’influence des théories de son concepteur George Roussin. Ce dernier définit en 1955 les facteurs susceptibles d’influencer un style architectural méditerranéen et nord-africain, à savoir une prise en compte des ressources naturelles, les conditions climatiques et ethniques, l’échelle des constructions et leur destination.

Figure 9 – Immeuble Le Séminaris

Figure 9 – Immeuble Le Séminaris

Le Sémiramis est le seul immeuble privé de cette étude et s’élève sous forme d’une tour cruciforme. Vue de l’immeuble en cours d’achèvement depuis le Bd. des 40 m

Source : Vie municipale, Numéro spécial Habitat n°58-59- Archives de la Wilaya d’Oran. Consultées le 30 & 31/01/2018

30Le recours au style néo-mauresque pour définir une architecture méditerranéenne est selon Georges Roussin quelque peu déplacé et sied plus aux petits et moyens édifices. C’est l’architecture moderne qui, après le centenaire de la colonisation française en Algérie, apporta son lot de bouleversements, notamment dans le logement collectif.

31Ce bâtiment, cruciforme, où chaque aile correspond à un point cardinal, offre une double, triple, voire quadruple orientation pour des logements, ce qui garantit un ensoleillement optimal et une aération continue (fig. 10). Seul un square au-devant de l’édifice est planté. Ce dernier est géré par les copropriétaires.

32La distribution verticale bénéficiait d’un puits d’aération qui assurait un éclairage diurne de la cage d’escalier. L’éclairement était renforcé par un système réfléchissant. Aujourd’hui, ce puits d’air est cloisonné, causant ainsi au niveau des différents paliers des problèmes d’humidité. Au-delà de l’aspect sécuritaire (dégagement de fumée) et sanitaire, ce dispositif permettait une certaine économie d’énergie (fig. 11).

33Dans ce cas d’étude, la modification du dispositif d’aération mis en place par l’architecte a été à l’origine des dysfonctionnements actuels.

Figure 10 – Plan de masse de l’immeuble Sémiramis

Figure 10 – Plan de masse de l’immeuble Sémiramis

Photographies : A. L. Lacheheb, 2019

Figure 11 – Distribution verticale de l’immeuble

Figure 11 – Distribution verticale de l’immeuble

Cloisonnement du puits d’air et diminution de la taille des fenêtres de SdB. Occupation des paliers de distribution entre deux logements

Photographies : A. L. Lacheheb, 2019

2.2.3 - Matériaux et procédés de construction

  • 16 Revue Vie municipale. Que faut-il penser d’une architecture nord‑africaine par l’architecte Geo (...)

34Outre l’orientation, les matériaux composant les parois extérieures des logements indiquent l’effort mis en œuvre dans certaines cités HLM. À la cité Lescure, les murs de façades sont en pierre de taille blanche et contre-cloison en brique tubulaire réservant un vide d’air isolant les logements de la chaleur et du froid. Pour Georges Roussin, l’apparition des matériaux nouveaux (fer et béton utilisés en ossature, éléments de verre, menuiserie métallique, bois de synthèse, etc.) n’a pas apporté de bouleversements dans la construction héritée des prédécesseurs dans ce climat, mais a facilité l’exécution et autorisé des conceptions plus hardies par l’augmentation des portées et des charges16. Dans ce cas, les procédés de constructions ne renvoient pas à des moyens locaux, mais à une innovation de savoir‑faire.

  • 17 Une étude est en cours pour révéler l’influence de cette entreprise dans la réalisation d’immeub (...)

35Une esthétique remarquable dans ces ensembles a créé une nouvelle représentation urbaine à Oran. L’entreprise de réalisation COMBA17, à l’origine d’un grand nombre de logements collectifs oranais, a donné le ton de cette nouvelle « architecture méditerranéenne », des techniques constructives permettant la réalisation de grandes portées, de mêler fer et béton et ainsi proposer des formes géométriques épurées sous la forme de larges terrasses apportant un certain confort thermique et sonore aux habitations.

2.3 - Exigences sociales

2.3.1 - Ethnie de destination et occupation atypique

  • 18 Le mois de Ramadhan est le 9e mois de l’année de l’hégire où les musulmans observent le jeûne ju (...)

36La cour centrale de la cité Lescure (qui recouvre deux étages de parking), inaccessible en partie aux véhicules, accueille aujourd’hui une mosquée. Cette esplanade est devenue un lieu incontournable dans le quartier en période de fêtes religieuses ou durant le mois de Ramadhan18. Un espace de prière côtoie un parking extérieur réservé aux habitants.

Figure 12 – Célébration de la fête de l’Aïd dans la cour centrale de la cité Lescure

Figure 12 – Célébration de la fête de l’Aïd dans la cour centrale de la cité Lescure

Source : Cité Lescure,الصفحة الرسمية لسكان 2018

37À la cité Jeanne d’Arc, le rez-de-chaussée de la tour était initialement occupé, entre autres espaces, par deux salles de bal qui ont été converties par la suite en deux logements. Destinée à une population française, cette pratique a demeuré avec la population algérienne actuelle, où certaines fêtes sont célébrées sur les toits des immeubles, qui offrent de la fraîcheur en soirée et un espace de préparation et de services dans les buanderies collectives. Au « Sémiramis », les paliers de repos constituent pour les habitants des espaces d’interaction et de sociabilité à défaut d’espaces libres extérieurs. Certains y voient même une extension de leur logement et y installent du mobilier (fig. 11). Une alternative intéressante pour injecter des espaces d’interactions dans des sites n’ayant pas la même emprise que la cité Henri Sellier. L’appropriation de l’espace dans l’exemple algérois est toutefois similaire à celle des cas oranais. Il y a similitude du critère socio-ethnique.

38Si, dans les précédents exemples, le changement d’ethnie de destination s’est fait après l’indépendance algérienne, dans le cas de la cité du Petit‑Lac (fig. 13), seule une évolution sociale est à prendre en considération pour analyser ce cas de cité horizontale compacte et ainsi aborder tous les points de la théorie de Louis Miquel.

À notre avis deux seules formes d’habitat sont valables : l’horizontale compacte (les villages méditerranéens sont serrés comme des nids de guêpes) en logements individuels, avec l’échelle humaine de ses ruelles et son intimité par l’emploi du patio... (Miquel, 1960).

Figure 13 – La cité du Petit-Lac

Figure 13 – La cité du Petit-Lac

1 200 logements pour le recasement d’habitants des bidonvilles

Source : Najet Mouaziz-Bouchentouf, Revue géographique de l’Est, 2014

  • 19 Bidonville apparu en 1928 aux abords du « village nègre » sur les lieux de la base des troupes a (...)
  • 20 La municipalité d’Oran se prévalait d’avoir enclenché le plan d’éradication des bidonvilles ave (...)
  • 21 Vie municipale, numéro spécial Habitat n° 58-59, archives de la Wilaya d’Oran, consultées le 30 (...)

39Entre 1954 et 1959, 1200 logements sont réalisés au sud-est d’Oran, grâce à des méthodes de conception industrialisée. Des logements d’une, deux ou trois pièces standardisées pour une population musulmane venue principalement des bidonvilles de sidi Hosni19. La formule d’habitat choisie est un habitat primaire évolutif pour assurer une intégration progressive de ces « bidonvillards20 ». Il s’agit en majorité de logements de deux pièces ouvrant sur un patio dont les dimensions ont été définies pour laisser pénétrer l’air et la lumière, avec toutes les installations normalement souhaitées dans des maisons de type européen. Cette description parue dans le numéro spécial habitat de la revue Vie municipale21, assimile cette opération de recasement à une aspiration de mutation du logement musulman.

On retiendra la volonté de réfléchir à un modèle hybride, une architecture qui ouvre la voie vers l’assimilation progressive des familles algériennes et leur adoption des habitudes européennes, tout en veillant à respecter leurs vieilles coutumes (Çelik 1997)

40Il est à souligner que cette opération de recasement était nettement répressive et obéissait à des critères austères marginalisant une grande partie des anciens habitants du bidonville (300 logements pour résorber 1600 gourbis concernant la première tranche du projet). Ceci suggère que l’intérêt porté à l’architecture des lieux était secondaire face à l’impact politico-économique. Néanmoins, l’investigation menée dans la cité du Petit‑Lac révèle une durabilité dans l’agencement des maisons. Nombreuses sont celles qui ont été modifiées pour accompagner l’expansion familiale. Néanmoins, les mêmes dispositions spatiales sont reprises et sont défendues par les habitants comme étant une réponse à leurs besoins face au climat et à leur mode de vie aujourd’hui.

41En dehors des axes routiers, les rues sont piétonnes, assez étroites et entrecoupées par des placettes plantées. Les transformations actuelles se font seulement dans un souci de manque d’espace. La cour (4,5 à 5 m²) représente la constante commune à toutes les maisons du quartier. À l’origine, chaque cour était plantée, principalement par des figuiers. Aujourd’hui, les cours sont quasiment toutes bâties, ou n’en subsistent qu’un patio couvert pour éclairer les espaces intérieurs (fig. 14).

Figure 14 – Extension verticale d’une maison à la cité du Petit-Lac

Figure 14 – Extension verticale d’une maison à la cité du Petit-Lac

Reprise du plan initial dans les étages supérieurs avec une desserte centrale à la place de la cour

Photographies : A. L. Lacheheb, 2018

42Les ruelles, étroites, fraîches et sombres sont le lieu d’activités sociales diverses et se substituent aux aires de jeux. Les abords des maisons ont été plantés pour remplacer les espaces que l’on a bâtis, des parterres de fleurs privatifs s’imposent de part et d’autre des ruelles avec pour certaines des clôtures métalliques. De plus, la cité bénéficie de placettes, clôturées et plantées, lieux entretenus conjointement par la commune et par des aides aléatoires des habitants (fig. 15). L’association entre une quelconque conception climatique et la cité du Petit‑Lac est possible en aval de son édification. Ici, le facteur économique, mais aussi ethnique a permis la réalisation de dispositions spatiales durables.

Figure 15 – Ruelle et place à la cité du Petit-Lac

Figure 15 – Ruelle et place à la cité du Petit-Lac

Photographies : A. L. Lacheheb, 2018

43Les cités HLM oranaises étudiées renvoient dans certaines de leurs spécificités à des éléments de conception en climat méditerranéen mentionnés dans la théorie de Miquel et de ses collaborateurs, néanmoins aucune approche globale n’est entreprise de la part des acteurs politiques et administratifs. Seule la préoccupation du logement social est redondante dans les articles de revues spécialisées. Les missions confiées aux architectes sont celles de créer en un temps record des centres de vie pour plusieurs milliers de personnes. Le facteur « prix » prime sur le « confort » et l’« esthétique ». Cependant, on dénombre quelques cas de figures expérimentaux durant cette période d’édification en masse à Oran, et qui dans leur forme rejoignent les grandes lignes de la théorie exposée plus tôt, comme le cas de la cité du Petit Lac avec sa densité horizontale, l’immeuble Sémiramis et le parti pris de son concepteur et enfin quelques cas d’adaptation dans les cités HLM qui renvoient à la cité Henri Sellier.

Conclusions

44Cette recherche s’appuie sur une théorie émise par des architectes en 1958 à propos de l’idéal du logement collectif en climat méditerranéen et pour l’homme méditerranéen. Trois facteurs déterminants émergent suite à cette étude. Le premier est l’action politique ou administrative. Après avoir étudié tour à tour l’influence du Plan de Constantine, de l’Office Publique des HLM, de Louis Miquel ou encore de George Roussin, il est évident que ce facteur intègre une certaine dimension climatique et sociale. Le second concerne le parti pris architectural, élément étroitement lié au point précédent. Au moment où l’Occident observe le déclin du mouvement moderne, une renaissance est constatée en région méditerranéenne qui correspond à une réécriture d’une des architectures modernes, liée à son environnement naturel et culturel. Enfin, le facteur ethnique lié aux usagers de cette architecture pousse à l’identification de l’homme méditerranéen dans l’espace et le temps. Toutefois ce dernier point peut ne représenter aucun anachronisme dans la mesure où ces différents bâtiments, bien que pensés pour des Européens, ont été édifiées peu avant l’indépendance algérienne et ont été occupés principalement par des Algériens, hormis le cas de la cité du Petit Lac.

  • 22 Le close est un ensemble de logements ou de pavillons groupés autour d’une place centrale. On y (...)

45Quant à la position des résidents vis-à-vis des espaces verts, celle-ci est relative à la rigueur de l’entretien. Après l’étude des différentes cités HLM, l’apport de la Commune apparaît comme insuffisant et l’absence de concierge, jardinier ou de comité syndical accroît cette difficulté. Si les grilles mises en place dans les cités Jean de la Fontaine, Henri Sellier et du Petit-Lac octroient aux habitants des jardins privatifs en rez-de-chaussée, elles permettent aussi de contrer le stationnement anarchique au pied des immeubles. De plus, la répartition en paliers accessibles par des escaliers est dissuasive. Le mélange des usages dans les cités non clôturées a dévoilé les désagréments liés aux déplacements et parfois aux groupements non tolérés. Certains résidents suggèrent des systèmes de filtrage pour conforter leurs besoins en termes de sécurité : privatisation de la totalité de la cité avec mise en place d’un digicode. Ces différents souhaits nous indiquent que la tendance dans notre contexte est à la fermeture au passage des non‑résidents, une disposition qui rappelle celle des closes22et nous rapproche du concept de résidentialisation.

46Les architectes en Algérie (Louis Miquel, Roland Simounet, George Roussin, Jean Bossu, etc.), en réponse aux contraintes d’architecture en climat méditerranéen, ont fait preuve d’originalité et d’inventivité. Néanmoins, cette quête d’identité architecturale, culturelle et territoriale est tombée en désuétude du fait d’une vulgarisation des principes et de la banalisation progressive des solutions apportées plus tôt (Miller-Chagas). L’application de certains dispositifs architecturaux est devenue systématique dans un grand nombre d’édifices et la réflexion sur l’architecture méditerranéenne n’a souvent été possible qu’après l’édification. Dans l’ensemble, les cités oranaises étudiées n’ont pas fait l’objet de recherches pour une hypothétique architecture méditerranéenne. La construction massive de logements en peu de temps a conditionné les nouvelles cités édifiées dans les années 1950. L’appropriation actuelle des lieux en démontre les limites conceptuelles. Cependant, des réflexions sommaires ont été observées, avec l’introduction des notions de ventilation et d’ensoleillement. Aussi, les essences d’arbres plantées (cyprès Lambert, mimosas des quatre saisons, lauriers et thuyas de Chine, pour l’essentiel) représentent des éléments durables dans ces ensembles.

47Les deux formes de logement préconisées par Louis Miquel semblent correspondre au contexte étudié : en milieu urbain, des cités et immeubles denses de moyenne hauteur, occupant à leur base la totalité de la parcelle, avec des cours/terrasses privatives comme transition vers les logements (fig. 16) et des cités horizontales en milieu péri-urbain, avec des ruelles étroites, piétonnes, des logements à patio et des placettes plantées. Ces dernières semblent trouver leur légitimité dans l’une des typologies du logement méditerranéen traditionnel, la maison de la médina : groupement de maisons mono-orientées recevant l’air et la lumière par le patio. Associées à une requête culturelle et sociale, les deux formes conceptuelles précédentes affirment leur recevabilité dans le contexte de l’étude.

Figure 16 – Schéma d’aménagement de la cité Henri Sellier d’après le croquis de Louis Miquel

Figure 16 – Schéma d’aménagement de la cité Henri Sellier d’après le croquis de Louis Miquel

Crédit : A. L. Lacheheb, 2019

Top of page

Bibliography

Almi, S. 2002. Urbanisme et colonisation : présence française en Algérie. Liège : Mardaga, 160 p.

Bonillo, J.-L. 2006. La modernité en héritage. In Rives nord-méditerranéennes 24, p. 89-99.

Benkada, S. 2001. Un demi-siècle d’extension de l’espace périphérique oranais, à travers quelques exemples de politiques d’urbanisation (1948-1998). In Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 13 | 2001, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 26 octobre 2019. URL : [http://journals.openedition.org/insaniyat/11172].

Candilis, G. 1977. Bâtir la vie, un architecte témoin de son temps. Paris : Infolio.

Capannini, L. 2005. Habitat collectif méditerranéen et dynamique des espaces ouverts. Cas d’étude en Europe et en Afrique du Nord (1945-1970). In Le logement et l’habitat comme objet de recherche, Journée d’étude « jeunes chercheurs ».

Chebahi, M. 2018. Louis Miquel, Sous Corbu. In Marnotte et Miquel au pied du mur. Milan : Silvana Editoriale, p. 111‑129.

Chérif, N. 2018. Alger, 1830-1980 : chronique d’une historiographie en construction. In Perspective [En ligne], 2 (2017), mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 01 juin 2019. URL : [http://journals.openedition.org/perspective/7596].

Çelik, Z. 1997. Urban Forms and Colonial Confrontations: Algiers Under French Rule. Berkeley : University of California Press.

Cohen, J.-L. 2003. Le Corbusier, Perret et les figures d’un Alger moderne. In Nabila Oulebsir, Jean‑Louis Cohen et Youcef Kanoun (dirs), Alger : paysage urbain et architecture, 1800-2000, Paris : Les éditions de l’Imprimeur, p. 160‑185.

Deluz, J.-J. 1988. L’urbanisme et l’architecture d’Alger. In Entretien avec R. Hansberger, Liège : Mardaga.

Eloundou, L. 2005. Le patrimoine architectural moderne en contexte africain. In repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines, Paris : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art.

Giedion, S. 2004. Espace, temps, architecture. Paris : Denoël.

Jencks, C. 1977. Mouvements modernes en architecture. Liège : Mardaga.

Kerri, N. 2014. Cité Sellier : Les travaux de réhabilitation presque achevés. In El Watan, 25-05-2014.

Lathuillière, M. 1936. Exposition de la Cité Moderne d’Alger, AA no 5.

Leonardon, A. 1991. Notice biographique. In Archives d’architecture du XXe siècle, Liège : Mardaga, p. 269-305.

Malverti, X. 1991. Alger, Méditerranée, soleil et modernité. In Culot M. et Thiveaud J. M. (éd.), Architectures françaises d’Outre-mer, Liège : Mardaga.

Miller-Chagas, P. 1992. Le climat dans l’architecture des territoires français d’Afrique. In Culot M. et Thiveaud J. M. (éd.), Architectures françaises d’Outre-mer, Liège : Mardaga, p. 341-363.

Miquel, L. 1960. A problem of urbanism, a mediterranean climate. Cité Henri Sellier at Algiers, Architectural Design, p. 200.

Pinson, D. 2016. Des jeunes mais aussi beaucoup d’absents. Symposium Living CIAM X, Dubrovnik. 26-29/10/2016.

Top of page

Notes

1 Georges Candilis, qui a fait partie de cette génération d’architectes en rupture avec les préceptes de l’ancienne, i.e. Giedion, Sert et Tyrwhitt, raconte ainsi les évènements du IXe CIAM : [Au congrès d’Aix-en-Provence, en 1952 …, la « vieille garde » commença à mettre en formules les propositions retenues, à confectionner des recettes, à rédiger le « manuel du parfait architecte ». Les « jeunes loups », dont je faisais partie, s’insurgèrent... Avec conviction, chacun de nous a expliqué ce qu’il fallait faire, comment on devait le faire, sans complaisance, en empruntant les chemins les plus difficiles. Notre proposition était un esprit, un canevas à partir duquel on pouvait produire des tapisseries multiples et variées. Mais pas une recette comme à Athènes. Nous étions certains d’être compris. Notre cri d’alarme n’a pas été entendu. On nous a rejetés]. (Candilis, 2012).

2 Candilis a mis en évidence le terme d’habitat à la place de celui de logement, notion nouvelle dans le milieu architectural anglo-saxon que les Smithson définissent par « Habitat est le mot qu’utilisent les français pour décrire non seulement la maison, mais aussi son environnement et tout ce qui en relève ». Alison et Peter Smithson “Collective Housing in Morocco” Architectural Design, janvier 1955, cité par Monique Eleb, dans « Une alternative à l’universalisme fonctionnaliste. Ecochard, Candilis et l’A.T.B.A.T.-Afrique à Casablanca » in Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n°2-3, 1999.

3 Dont : Louis Miquel (Aïn Témouchent, 1913- Sète 1986), Roland Simounet (Guyotville, 1927 – Paris, 1996), Pierre Bourlier (Alger, 1912‑ ?), François Bienvenu (Alger, 1897‑ ?), Léon Claro (Oran, 1899‑Gien, 1991), Jean de Maisonseul (Alger, 1912 – Var, 1999).

4 1953 correspond à l’évènement du IXe CIAM et à ses répercussions sur l’histoire de l’architecture moderne. 1962 représente l’année de l’indépendance algérienne et l’achèvement d’hypothétiques constructions modernes.

5 Voir Jean Bossu - Une trajectoire moderne singulière. Un travail de recherche mené par Xavier Dousson et qui retrace l’œuvre de l’architecte, disciple de Le Corbusier et proche de Louis Miquel.

6 Orléansville (puis El-Asnam et actuellement Chlef) a subi un tremblement de terre en 1954. Jean Bossu a été chargé de diriger les opérations de reconstruction de la ville. En 1980, elle est de nouveau frappée par un violent séisme qui a mis à terre près de 80 % de l’espace bâti.

7 En 1930, il rencontre Albert Camus qui deviendra son ami et par le biais de P.A. Emery, Le Corbusier qui l’accepta dans son atelier de la rue de Sèvres.

8 Revue Vie municipale. Que faut-il penser d’une architecture nord-africaine par l’architecte Georges Roussin. Numéro spécial Habitat, Oran, p. 90.

9 Thèse de doctorat en cours menée par l’auteure.

10 Thème analysé dans la thèse de Zohra Hakimi : Alger, politiques urbaines 1846-1958, Saint-Denis, 2011.

11 Vie municipale 04, juillet 1950, p. 18. Revue consultée aux archives de la Wilaya d’Oran le 31/01/2018.

12 Renvoi aux travaux de René Lespès.

13 Disputée par les Espagnols et les Ottomans depuis sa fondation, la forme urbaine de la ville a été un amalgame de modèles arabo-musulman et espagnol. Néanmoins, avec le séisme de 1790, la ville doit de nouveau se reconstruire sur un site où ne subsistent presque que des fortifications.

14 1954-1955, années fastes de l’habitat en Oranie. Vie municipale, numéro spécial Habitat nos 58‑59- Archives de la Wilaya d’Oran. Consultés le 30 et 31/01/2018.

15 Concept apparu dès les années 1970 en métropole, où la critique de l’urbanisme moderne est devenue le leitmotiv de toutes les opérations urbaines dans les sites à « problèmes ». Tabet J. La résidentialisation du logement social à Paris. Paradoxes et retournement des discours et des pratiques dans les opérations de requalification des grands ensembles. Les Annales de la Recherche Urbaine 83-84, 1999, p. 155-163.

16 Revue Vie municipale. Que faut-il penser d’une architecture nord‑africaine par l’architecte Georges Roussin. Numéro spécial Habitat, Oran, p. 90.

17 Une étude est en cours pour révéler l’influence de cette entreprise dans la réalisation d’immeubles très semblables ayant des maîtres d’œuvre différents.

18 Le mois de Ramadhan est le 9e mois de l’année de l’hégire où les musulmans observent le jeûne jusqu’au coucher du soleil.

19 Bidonville apparu en 1928 aux abords du « village nègre » sur les lieux de la base des troupes américaines.

20 La municipalité d’Oran se prévalait d’avoir enclenché le plan d’éradication des bidonvilles avec l’opération des 1 200 logements de la cité musulmane du Petit Lac. René Gallissot, Brigitte Moulin dans Les quartiers de la ségrégation : Tiers Monde ou Quart Monde ?

21 Vie municipale, numéro spécial Habitat n° 58-59, archives de la Wilaya d’Oran, consultées le 30 et 31/01/2018.

22 Le close est un ensemble de logements ou de pavillons groupés autour d’une place centrale. On y accède par un porche ou portique le plus souvent inclus dans un front bâti sur rue ou par une voie de desserte se terminant en impasse sur la place centrale. Ce type d’habitat a été développé et employé par R. Unwin à Hampstead.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Photomontage de la cité Henri-Sellier (1957-1962)
Caption Deux barres de logements ont été réalisées en plus des pavillons
Credits Source : Fonds Miquel, Louis (1913-1987). 007 Ifa
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-1.png
File image/png, 834k
Title Figure 2 – Espaces plantés de la cité Sellier
Caption Certains logements du RDC bénéficient de jardins privatifs, clôturés. Pour limiter l’accès mécanique, clôtures, talus et escaliers filtrent le passage aux immeubles
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-2.png
File image/png, 839k
Title Figure 3 – Dispositifs d’accès aux logements à la cité Sellier
Caption Hiérarchisation des accès de la cité aux logements. De gauche à droite : accès mécanique à la cité, coursive de distribution de l’immeuble, hall d’entrée dans l’immeuble
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-3.png
File image/png, 653k
Title Tableau 1 – Exigences conceptuelles du logement collectif en climat méditerranéen
Credits Crédit : droits réservés
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-4.png
File image/png, 10k
Title Figure 4 – Reconstitution de la morphologie urbaine d’Oran en 1962 (fond de plan actuel)
Caption Immeubles et cités : 1/ Lescure. 2/Sémiramis. 3/Jean de la Fontaine. 4/Jeanne d’Arc. 5/HLM d’Arcole. 6/Petit-lac
Credits Crédit : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-5.png
File image/png, 1.8M
Title Figure 5 – Plans d’ensemble des cités HLM étudiées (à même échelle)
Caption Sun-path, vents dominants et couverture végétale
Credits Crédit : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-6.png
File image/png, 2.3M
Title Figure 6 – Espaces extérieurs des cités Jean de la Fontaine et Jeanne d’Arc
Caption Gauche et centre : cité Jean de la Fontaine, détérioration de l’espace de jeux central. Bon entretien des espaces clôturés et des jardins privatifs au RDC. Droite : cité Jeanne d’Arc
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-7.png
File image/png, 1.3M
Title Figure 7 – Plan d’un appartement trois-pièces, immeuble Sémiramis, aile nord, 8e étage
Caption Modification de la terrasse. L’extension réalisée sert pour une chambre d’enfant. L’espace restant est un séchoir
Credits Crédit : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-8.png
File image/png, 47k
Title Figure 8 – Logement trois-pièces modifié. Cité Jeanne d’Arc, tour, 13e étage
Caption Les parois rajoutées empêchent la circulation de l’air, augmentent la température et causent des problèmes liés à l’humidité
Credits Crédit : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-9.png
File image/png, 770k
Title Figure 9 – Immeuble Le Séminaris
Caption Le Sémiramis est le seul immeuble privé de cette étude et s’élève sous forme d’une tour cruciforme. Vue de l’immeuble en cours d’achèvement depuis le Bd. des 40 m
Credits Source : Vie municipale, Numéro spécial Habitat n°58-59- Archives de la Wilaya d’Oran. Consultées le 30 & 31/01/2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-10.png
File image/png, 155k
Title Figure 10 – Plan de masse de l’immeuble Sémiramis
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-11.png
File image/png, 541k
Title Figure 11 – Distribution verticale de l’immeuble
Caption Cloisonnement du puits d’air et diminution de la taille des fenêtres de SdB. Occupation des paliers de distribution entre deux logements
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-12.png
File image/png, 622k
Title Figure 12 – Célébration de la fête de l’Aïd dans la cour centrale de la cité Lescure
Credits Source : Cité Lescure,الصفحة الرسمية لسكان 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-13.png
File image/png, 347k
Title Figure 13 – La cité du Petit-Lac
Caption 1 200 logements pour le recasement d’habitants des bidonvilles
Credits Source : Najet Mouaziz-Bouchentouf, Revue géographique de l’Est, 2014
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-14.png
File image/png, 362k
Title Figure 14 – Extension verticale d’une maison à la cité du Petit-Lac
Caption Reprise du plan initial dans les étages supérieurs avec une desserte centrale à la place de la cour
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-15.png
File image/png, 448k
Title Figure 15 – Ruelle et place à la cité du Petit-Lac
Credits Photographies : A. L. Lacheheb, 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-16.png
File image/png, 978k
Title Figure 16 – Schéma d’aménagement de la cité Henri Sellier d’après le croquis de Louis Miquel
Credits Crédit : A. L. Lacheheb, 2019
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12270/img-17.png
File image/png, 65k
Top of page

References

Bibliographical reference

Amina Louiza Lacheheb, Malika Kacemi‑Meghfour and Soline Nivet, « Logement collectif et climat méditerranéen à l’époque moderne », Méditerranée, 132 | -1, 49-64.

Electronic reference

Amina Louiza Lacheheb, Malika Kacemi‑Meghfour and Soline Nivet, « Logement collectif et climat méditerranéen à l’époque moderne », Méditerranée [Online], 132 | 2021, Online since 23 April 2021, connection on 09 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/12270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.12270

Top of page

About the authors

Amina Louiza Lacheheb

Doctorante, Université des Sciences et de la Technologie M. Boudiaf, Oran, Algérie, aminalouiza.lacheheb@univ-usto.dz, https://orcid.org/0000-0003-2887-2348

Malika Kacemi‑Meghfour

Maître de conférences, Université des Sciences et de la Technologie M. Boudiaf, Oran, Algérie, aminalouiza.lacheheb@univ-usto.dz

Soline Nivet

Maître de conférences, ENSA Paris-Malaquais, Paris, France, contact@soline-nivet.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search