Skip to navigation – Site map

HomeIssues132Conception des espaces publics et...Fernand Pouillon en Algérie ou qu...

Conception des espaces publics et durabilité

Fernand Pouillon en Algérie ou quand la composition devient pittoresque

Fernand Pouillon in Algeria, when design becomes picturesque
Myriam Maachi Maïza and Malika Kacemi
p. 75-82

Abstracts

In order to build his housing units or carry out his touristic program, Fernand Pouillon decides to adopt a picturesque attitude. This approach is borrowed from Greek Antiquity. To them, kinetics and relation between architecture and landscape serve as a basis for constructing. The challenge was the following: “building fast, well and cheap.” Facing convenient views, rich perspectives and the balance of volumes, they perceive spaces with particular feelings. In Pouillon’s creations, mixing references makes it possible to imagine a great diversity of sceneries. Meanwhile, the participation of artists (sculptors, ceramists, etc.) and craftsmen (carving workers, gardeners, etc.) will push his architectural language forward. Initially, the approach was rather classical, but it evolved towards an increased integration of architectural effects. Curiously, this approach was often criticized, although it probably influenced famous people from the Modern Movement. And now, with sustainable development, it seems to be still relevant.

Top of page

Full text

1 - Fernand Pouillon en Algérie ou quand la composition devient pittoresque …

1Fernand Pouillon a eu l’opportunité de construire en Algérie avant et après l’indépendance : logements, hôtels, mairies, bureaux, marchés, cinémas… Une production énorme, répartie sur tout le territoire (fig. 1).

Figure 1 – Situation des projets touristiques réalisés par F. Pouillon en Algérie

Figure 1 – Situation des projets touristiques réalisés par F. Pouillon en Algérie

Crédit : © l’auteure

2Dans les années 1950, il réalise avec succès des cités d’habitation ; mais après des déboires avec la justice française qui lui valurent un séjour en prison et sa radiation de l’ordre des architectes, Pouillon s’exile en Algérie. En 1965, Jacques Chevallier, l’ancien maire d’Alger, monte l’AETA (l’Agence des équipements touristiques en Algérie) et propose à son ami le poste d’architecte en chef. La jeune nation se construit : le ministre du Tourisme commande à l’agence un plan d’aménagement du littoral intégrant divers équipements. Une quarantaine d’hôtels ou villages de vacances ainsi que d’autres nombreux projets seront bâtis avec une devise : « construire vite, bien et à moindre coût ». En adoptant une approche pittoresque, les notions de paysage, parcours, cadrages et ambiances prennent un nouveau sens. Enfin, Pouillon opte pour la diversité typologique et le mixage des références, pour atteindre un objectif : celui d’émouvoir.

2 - Harmoniser l’architecture au paysage

  • 1 « Essay on the picturesque », « The landscape, a didactic poem », « Chiefly to Picturesque Beau (...)

3Le mot « pittoresque », de l’italien pittore signifiant peindre, apparaît dans la péninsule, mais c’est en Grande-Bretagne vers 1794 que naît le mouvement sous l’impulsion d’Uvedale Price, Richard Payne Knight et William Gilpin, avec la publication des premiers ouvrages de référence1. Le pittoresque devient alors une notion esthétique qui concerne non seulement les traités philosophiques, la littérature, mais surtout l’art des jardins et du paysage associant un nouveau paradigme qui relève du vocabulaire des peintres : « le paysage, au xvie siècle, désigne un genre pictural, une sorte d’hommage à la nature qui naît une seconde fois par la magie des couleurs, des perspectives, des ombres et des lumières … et autres effets de l’artiste » (Paquot, 2016).

Figure 2 – Tipasa la Corne d’or

Figure 2 – Tipasa la Corne d’or

Crédit : © l’auteure

4Mais l’attention particulière accordée à l’implantation d’un projet dans son site est un principe qui nous renvoie à l’Antiquité. Avec ces célèbres dessins en axonométrie, Auguste Choisy, nous révèle que les Grecs « n’imaginaient pas un édifice indépendamment du site qui l’encadre et des édifices qui l’entourent … leur seule préoccupation est d’harmoniser l’architecture au paysage » (Choisy, 1899, 325). En effet, les acropoles étaient conçues sur les lois de la perspective et une suite de séquences « les vues d’angles, l’équilibre optique des masses qui concilie la symétrie des contours avec la variété et l’imprévu des détails et l’unité d’effet tout en faisant dominer dans chacun des tableaux un motif principal unique » (Mandoul, 2008).

5Pour dessiner ses projets, Pouillon emprunte cette même approche. Afin d’éviter de contrarier la pente du terrain, à Climat de France, il met au point un jeu de terrasses où les cheminements restent parallèles aux courbes de niveau tandis que les tracés perpendiculaires permettent d’organiser des échappées sur la mer. Et même, quand l’étude des sols révèle une zone inconstructible (pentagone sur une trame induite ou zone de glissement de terrain), elle est transformée en espace vert ou en place aménagée. Nous retrouvons ce principe à Diar Es Saada et Diar El Mahçoul : on se souvient de l’expression « l’intelligence du site » (Philippe Prost, 2007) employée à propos du savoir-faire de Vauban, qui pourrait s’appliquer à celui de Pouillon.

6À Tipasa, l’ensemble de petits volumes enfouis dans la végétation reprend les lignes directrices du paysage, parallèles à la mer. Le projet épouse la découpe des rochers et plonge littéralement ses piliers dans l’eau. Se superposent alors différents plans verticaux : celui de la mer, du bâti, du mont Chenoua et le ciel comme toile de fond : « mes réalisations sont modernes, mais aucune ne jure avec le paysage ou ne détruit son environnement » disait Fernand Pouillon (1970).

  • 2 Entretien avec N. B.

7Le site devient ainsi un élément clé de l’art de la mise en scène, c’est sans doute pourquoi l’architecte négocie volontiers le choix d’un site. En voiture, en hélicoptère, en avion2… il a littéralement sillonné le pays. À Djanet, par exemple, le terrain qu’il avait choisi n’a pas pu être attribué ; est-ce la raison pour laquelle le projet n’a pas vu le jour ? De même, lors de la réalisation de l’extension de l’hôtel El Djazaïr, Pouillon a été, dans un premier temps, remercié, mais après plusieurs mois de polémique la villa (gênante) d’un haut dirigeant a été détruite et le projet a pu être finalisé.

2.1 - Les parcours

Figure 3 – l’Acropole d’Athènes

Figure 3 – l’Acropole d’Athènes

Source : extrait de « l’Art de bâtir les villes » de C. Sitte

8Le deuxième concept relatif au rapport projet-paysage est celui de « déambulation ». Le paysage dans ce cas n’est plus vu, mais vécu, puisque « la marche fait partie de l’art d’établir l’architecture dans le paysage » rappelle Pouillon (Sayen, 2014). L’approche est dynamique. En véritable metteur en scène, il imagine d’abord ses parcours pour placer les séquences et marquer les perspectives ; le bâti, en fait, devient un résultat : « composer en se promenant. L’œil est un point fixe et l’architecture doit pivoter de toute sa masse autour du regard. C’est comme cela qu’on apprend à construire, et construire des cités où il est agréable de vivre ».

Figure 4 – Le pittoresque grec d’après Auguste Choisy

Figure 4 – Le pittoresque grec d’après Auguste Choisy

Figure 5 – Les vues : frontales (1 et 2) et biaises (3 et 4)

Figure 5 – Les vues : frontales (1 et 2) et biaises (3 et 4)

Source : extrait de « L’histoire de l’architecture » de A. Choisy

  • 3 En arabe, le mot firdaus signifie à la fois jardin et paradis.

9On retrouve cette démarche chez l’architecte contemporain Steven Holl qui explique en substance dans son ouvrage « Parallax » (Holl, 2000), que pour dessiner formes et volumes, il considère l’architecture comme une expérience centrée sur le mouvement du corps dans l’espace, en prenant en compte les odeurs du lieu, la lumière, les nuances des couleurs ... Formé à la peinture, il annote ses aquarelles pour concevoir ses plans. À l’AETA, les dessinateurs produisaient perspectives et aquarelles, où chaque projet était inscrit dans son contexte avec des aménagements urbains détaillés : allées d’arbres, portiques, patios fleuris, bassins, sculptures … les cinq sens sont stimulés comme pour mieux nous renvoyer l’image du firdaus3.

2.2 - Le cadrage des vues

10Si l’architecture classique ou moderne règle les ouvertures (rythme, dimensions …) par rapport à la façade, Pouillon, lui, conçoit les percements surtout en fonction des vues. Les parois latérales et la couverture d’une loggia ou la ramure d’un arbre sont placées, parfois déplacées, pour cadrer le paysage, un luxe pour les yeux : « l’architecture pour Pouillon est dictée par une quête de sensations esthétiques et de plaisir » (Voldman, 2006).

Figure 6 – Tipasa la Pinède, parcours, places et vues

Figure 6 – Tipasa la Pinède, parcours, places et vues

Crédit : © l’auteure

Figure 7 – Séquences 1 et 2 sur le parcours de la Pinède

Figure 7 – Séquences 1 et 2 sur le parcours de la Pinède

Crédit : © l’auteure

11Pour capter des vues panoramiques allant parfois jusqu’à 180° (la porte de la mer à Diar El Mahçoul, les terrasses de l’hôtel El Mountazah), le maître d’œuvre surélevait volontiers l’entrée ou le projet lui-même. Arriver par un point haut permet d’avoir d’emblée une vue panoramique en plongée en donnant la possibilité de découvrir le projet sans se fatiguer, de haut en bas. C’est pourquoi les terrasses-jardins de l’hôtel Gourara à Timimoun occupent la partie centrale du projet ; pour avoir l’ouverture exceptionnelle sur la Sebkha et les dunes à l’horizon, sans oublier la palmeraie qui s’étale en contrebas de l’hôtel. Les essences végétales ont été choisies autant pour les couleurs que pour leurs senteurs.

12Cet exemple illustre bien la méthode Pouillon qui consiste à faire un long travail mental avant de dessiner un projet. Il écrit :

Je parcours le programme. Je parcours surtout le site. Le site et le programme. Et, ensuite, je vous avoue que je ne fais plus rien. Je me laisse aller. Je me laisse aller trois heures par jour, douze heures par jour à penser ; à passer du détail à l’ensemble, du matériau à la forme, des structures internes aux fondations…je ne dessine rien sans savoir ce que je vais dessiner. Mes premiers dessins ont toujours été des petits dessins. Je concrétise ce qui est la recherche de plusieurs jours, plusieurs semaines, également l’expérience de cinquante années de métier qui aident à la sortie. Et puis, tout d’un coup, de façon fulgurante, la chose est finie… (Ferlenga, 1996).

13C’est pourquoi, à l’agence, l’architecte donnait l’impression que le projet « jaillissait » d’une traite. Picasso ne disait-il pas : « pour réaliser un tableau ? Je mets un jour et … une vie !

14La technique de Pouillon s’apparente à celles du 7e art : pour chaque hôtel, l’architecte prévoit différentes mises en scène. Comme au cinéma, il calcule les séquences et les vistas avec minutie. Le travail sur les maquettes lui permet de choisir le bon travelling, les vues en plongée ou contre-plongée … La mise en scène classique, frontale et axée, est remplacée par une approche biaise (Choisy 1899), une vision angulaire qui n’est pas sans rapport avec l’image cinématographique d’Eisenstein. L’importance est donnée au paysage, aux volumes bâtis, mais aussi à la déambulation d’où l’importance des éléments d’articulation : décrochements, formes concaves, portiques, doubles hauteurs …. Par exemple, un passage couvert précède une entrée sous la lumière, pour annoncer un moment fort, une vue sur la mer (Diar El Mahçoul), sur la palmeraie (hôtel Gourara) ou sur l’Erg occidental (hôtel Mekther). Les effets de surprise sont recherchés.

2.3 - Ancrer, pondérer, ponctuer

15Contrairement au principe du Mouvement moderne qui prône des constructions sur pilotis, l’architecture pouillonienne est massive, le maître d’œuvre se revendique lui-même « bâtisseur » au sens des compagnons du Moyen-Age (Pouillon 1964) ; pourtant, il n’hésite pas à utiliser le béton quand le programme l’y contraint ou quand les matériaux font défaut. D’ailleurs, un œil averti remarquera que les éléments réalisés en béton sont souvent dissimulés sous un placage tandis que les éléments en pierre ou en terre cuite sont plutôt mis en valeur et sans enduit.

16Quand l’architecte joue sur le désaxement des bâtiments ou les déformations, c’est pour donner l’illusion que le bâti a toujours existé même si le projet a été réalisé en une année. En fait, Pouillon s’éloigne de l’architecture iconique pour préférer les principes d’implantation de l’architecture vernaculaire basée sur l’occupation des lignes de crêtes et la qualité des espaces urbains avec un élément vertical pour dominer la composition :

J’ai fait des tours dans ma vie, parce que j’avais des ensembles d’habitations assez basses et que mes cités avaient besoin d’un clocher, d’un élément haut, d’un sentiment d’élévation qui n’existe plus... 

2.4 - « Voir et être vu »

17Afin d’organiser des vues réciproques entre deux projets (Diar El Mahçoul et Diar Es Saada), Pouillon utilise le concept de « voir et être vu », autre procédé se référant au pittoresque. À Tipasa, le hammam, accroché à la pente, offre un point de vue imprenable sur le port, et inversement quoi de plus pittoresque qu’un bâti blanchi à la chaux enfoui dans la verdure et comme suspendu entre la mer et le ciel. De même, à Sidi-Fredj, l’implantation de l’hôtel Riadh a été dictée pour que l’hôtel et le village touristique puissent « dialoguer ».

3 - Diversité typologique

18Cette partie de notre article se focalisera sur l’architecture touristique réalisée en Algérie, car la diversité des projets y est très significative. Commençons par le thème du volume vide. La présence de patios et cours intérieures n’est pas anodine puisque la référence à l’architecture méditerranéenne est récurrente. Pouillon nomme ce volume vide « le cristal », qui devient un composant central. En variant les proportions, tantôt monumentales (les 200 colonnes de Climat de France), tantôt à l’échelle humaine (la place aux Fleurs de Diar Es Saada), les places sont aménagées pour raconter une histoire, faisant référence aux monuments, aux ruines, aux événements historiques locaux. Le choix des figures fermées permet de créer un lieu que le compositeur prend soin de nommer : la place aux quatre vents, celle de la mer, la place des lauriers… Elles diffèrent par leur position, leur forme, leurs dimensions. Quant aux composants semi-ouverts, tels les loggias, vérandas ou porches, ils sont systématiques ; contrairement aux balcons qui sont en saillie, moins ombragés, trop exposés. Dans le langage pouillonnien, tout le répertoire des percements est représenté : les grandes baies vitrées côtoient des meurtrières ou des ouvertures arrondies. Et parfois, sur la même façade (hôtel El Caïd), les murs souvent porteurs sont maçonnés, en pierre si possible. L’argile, autre matériau privilégié (brique pleine, creuse ou fourrée, mur caladé pour le restaurant de l’hôtel Riadh à Sidi-Fredj ou en claustras pour la piscine des Andalouses à Oran…), sert aussi de décoration. Assiettes, vases aux couleurs vives sont cimentés aux murs des Sablettes (Var). Les revêtements de sol (dalles de pierre posées en opus incertum ou en calade aux Sablettes), les jeux de niveaux ou de terrasses (escaliers, rampes …) sont autant d’occasions de créer des variations typologiques.

19L’hôtel Mekther à Aïn-Sefra, conçu sur le modèle du palais andalou de l’Alhambra, met en évidence le travail des espaces de transition entre bâti et non-bâti (portiques, galeries, escaliers …). En effet, Pouillon conçoit d’abord les volumes vides (patios), puis les parois qui abritent ces articulations. Peu importe si les plans ne sont pas « beaux » sur papier, l’objectif vise plutôt une perception agréable des espaces, avec le sentiment du passage d’un lieu à un autre.

20Les projets sont conçus comme des petites villes constituées d’une succession de places. À l’échelle de la volumétrie, les jeux de volumes, en crescendo par rapport à un bâtiment tour (Diar Es Saada) ou en decrescendo, quand il s’agit d’une pyramide de volumes (Tipasa-club), les lois de la perspective et des vues biaises sont respectées (Choisy, 1899). L’hôtel les Zibans à Biskra se lit comme un ensemble de plusieurs quartiers : le hammam et ses boutiques, le volume principal des chambres et les deux ailes de la partie basse. Chaque entité présente un langage différent : celle du hammam est tout en courbe, le bâtiment principal est ordonnancé, la partie basse est d’un côté très découpé tandis que l’autre est soulignée par des contreforts. Quand Pouillon introduit la courbe dans ses projets touristiques (hôtels El Mountazah et Riad), il dit tenter une expérience en tant que sculpteur (Delorme, 2001), et le volume prime sur le plan. Les formes changent, de l’enveloppe au vocabulaire, mais les proportions restent invariables.

4 - Mixer les références

21Dans ses principes de conception apparaît comme une envie de métisser les cultures (Venise, l’Andalousie, la Perse, la Casbah, le M’zab …), un hymne à la Méditerranée où tout le savoir-faire de Pouillon réside dans l’art des combinaisons. Lors d’un entretien, il se confie : « je peux m’imprégner de tout, je suis un vrai caméléon ».

22Le concepteur puise son vocabulaire dans plusieurs registres : de la mauresque au contemporain en passant par le classique. Son écriture associe la courbe à l’angle droit, petites ou grandes ouvertures et façades aveugles. Sa démarche consiste à mélanger les types et les époques, il refuse de se limiter à un style particulier. Cette diversité du langage se présente comme une sorte de recherche expérimentale qui caractérise la difficulté à résoudre le problème identitaire algérien. C’est sans doute pourquoi Pouillon opte pour une architecture multiculturelle.

23Le pittoresque se traduit aussi par la référence décalée. À Séraïdi, où il neige, Pouillon décide de réaliser un hôtel tout en courbes avec terrasses en cascade. L’ensemble des petits volumes blancs forme une composition pyramidale où le M’zab et Santorin semblent avoir été les références. Là aussi, les puristes pourraient reprocher au concepteur sa désinvolture quant au choix d’une architecture organique avec toitures plates, une coupole et la rue escalier pour l’hôtel El Mountazah qui se situe en pleine montagne.

24Quant aux projets sahariens, nous retrouvons les thèmes de l’introversion, de l’eau, élément central dans les compositions, des tons neutres en référence au sable, élément unificateur. Parfois la référence est imaginaire, elle n’est pas toujours heureuse, c’est le cas, par exemple de la coupole néo-soudanaise réservée aux lieux de culte et qui fait office de toiture pour un bar à l’hôtel Boustène (El Maniaa).

25L’architecture est « comme un immense décor où le touriste doit être plongé comme dans une pièce de théâtre qui dure quinze jours, et où il se promène en changeant de scène, de tableau, de plateau. C’est une architecture qui appelle la curiosité – un appel aux fantasmes du touriste vacant – faite pour assimiler un monde différent, sa lumière, son climat, ses matériaux, les apports de son passé » (Petruccioli, 1982).

26Peut-être qu’à vouloir trop fabriquer du rêve, le risque est de se retrouver dans un univers trop artificiel …

5 - Bâtir pour émouvoir

  • 4 Il s’agit de tours.

27Depuis le début de sa carrière, dans un souci d’économie sans nuire pour autant à l’esthétique, Pouillon travaille avec un module. Dans le cas de l’architecture domestique, le caisson (ou marmite) joue un rôle à la fois structurel et compositionnel. Pour le programme touristique, c’est la chambre qui devient le module de base. Le carré et, par conséquent, le cercle et le rectangle d’or sont des outils incontournables. Nous pouvons lire le plan de l’hôtel Tahat, comme un ensemble de cubes additionnés et superposés où l’emploi de l’anacrouse donne au plan cette forme inachevée. Les rapports 1/2 et 1/5 sont présents en plan et en façade. Les cinq bordjs4 sur pilotis, sorte de ponctuations sur des couloirs labyrinthiques rajoute du pittoresque au projet. Son mode de composition semble inclure de nombreuses fantaisies de langage : sur les façades de l’hôtel El Manar (Sidi-Fredj) ou celle du Caïd (Bousaada), alignement de grandes baies et petits percements irréguliers se côtoient sans complexe.

5.1 - Sublimer les matériaux

  • 5 Œuvre du sculpteur Jean Amado.

28La pierre, matériau noble par définition est souvent associée à la terre cuite (briques ou carreaux de céramique). Présents dans tous ses projets, Pouillon les décline sous différentes formes, avec trois degrés d’expression plastique : la beauté intrinsèque des matériaux, la beauté de leur mise en œuvre et enfin la beauté de la forme finale. Les exemples sont nombreux, mais les plus parlants restent la tour « totem » de Diar Es Saada et le théâtre de Tipasa. Dans le premier cas, la prouesse est d’avoir élevé une tour de 20 étages en maçonnerie, sur laquelle se déploie une sculpture monumentale unique au monde5; dans le second cas, Pouillon réalise dans un site classé un théâtre qui, au-delà de ses qualités techniques, met en valeur différentes rugosités de pierres, ainsi que différents appareillages, d’une grande valeur esthétique. Alberto Ferlenga (1996) parle « d’expérience amoureuse des matériaux ».

5.2 - Moderniser les systèmes constructifs

  • 6 La méthode consiste à couler du béton entre deux parois de pierre.
  • 7 Entretien avec J.‑J. Deluz.
  • 8 Adobe : élément de maçonnerie traditionnelle locale, à base d’argile, de paille, de pierrailles (...)

29L’architecte bouscule les codes de ses contemporains en puisant dans des coutumes ancestrales au risque de paraître anachronique. Il exprime ainsi son choix pour la continuité historique et joue un rôle de passeur. Son livre de chevet « L’histoire de l’architecture » (Choisy, 1899) lui a permis non seulement d’enrichir son langage formel, mais aussi d’apprendre les techniques anciennes qu’il n’a de cesse de vouloir moderniser. Pour ces cités d’habitation, la méthode consiste à réaliser une paroi en pierre taillée ou en pierre banchée6 « une vraie épaisseur des murs pour obtenir une architecture forte7» . Les murs mesurent de 0,40 à 1 mètre d’épaisseur. La technique est valable aussi avec le parpaing ou l’adobe, c’est le cas de l’hôtel Gourara, à Timimoun, construit en toub8 banché. Parfois, les éléments porteurs sont surdimensionnés. Dans le hall du Gourara, on retrouve cette volonté d’épaissir la structure pour donner l’impression que les éléments sont porteurs ; l’architecte en profite pour y introduire, à la manière de F.L. Wright, deux alcôves faisant office de cabines téléphoniques. À l’hôtel Tahat de Tamanrasset, des poteaux en béton armé sont enfouis dans de gros piliers en briques qui supportent deux poutres : l’une est structurelle, l’autre n’est là que pour l’esthétique.

30Les matériaux et les techniques traditionnelles locales sont ainsi privilégiés, le projet doit être ancré (dans tous les sens du terme) dans les éléments géographiques et socio-culturels d’un lieu. Paradoxalement, en réadaptant les systèmes constructifs anciens, Pouillon adopte une posture plutôt moderne et durable qui finalement reste d’actualité.

5.3 - Le rôle des artistes et artisans

  • 9 En 1951, en France, la loi dite des « 1% artistique » a été mise en application par André Malra (...)

31Dans les années 1950, encouragé par le 1% artistique de la loi Malraux9, l’architecte embauchait sur ses chantiers de nombreux artistes et artisans. Le céramiste Sourdive, les sculpteurs Jean Amado et Arnault, les tailleurs de pierres, les ferronniers, les dinandiers, les jardiniers… ont joué un rôle majeur dans la réussite de ses projets. Avec des délais très courts, des coûts très serrés, une main d’œuvre locale formée sur le tas, les artistes et artisans ont réalisé : calades, jardins plantés, la fontaine de Diar El Mahçoul représentant Jupiter et ses chevaux, la cascade en escaliers et le jardin suspendu de Diar Es Saada qui restent des œuvres d’art et créent du pittoresque dans les espaces urbains.

Figure 8 – Tipasa, appareillage en pierre

Figure 8 – Tipasa, appareillage en pierre

Crédit : © l’auteure

32Pouillon veut séduire l’habitant ou offrir au touriste plus qu’un simple hébergement, il veut montrer la beauté d’un mur appareillé en pierre, d’un mur chaulé ou taloché à la main, pour prouver que les matériaux locaux et les volumes simples peuvent être à l’origine d’une architecture sophistiquée. Tout le savoir-faire et tout l’art de bâtir de Pouillon est là : donner du plaisir (Huet , 1996), des sensations visuelles, tactiles, olfactives parce que « le sensible est l’état ultime des choses » (Pouillon, 1964).

Conclusion

33L’approche pittoresque, d’après Auguste Choisy, a été expérimentée dès l’Antiquité. Ce dernier nous apprend comment les Grecs bâtissaient leurs acropoles en fonction du paysage et de la cinétique, autrement dit comment l’architecture s’apprécie grâce à la déambulation.

34Au début du xxe siècle, Le Corbusier théorise cette vision à travers le concept de « promenade architecturale ». En fait, le mouvement pour définir l’espace ou la notion de « fluidité de l’espace » de Mies Van Der Rohe semblent aussi des variantes de l’approche pittoresque, mais sans aucune revendication puisque le Mouvement moderne optait pour la « tabula rasa » et que c’était un crime de lèse-majesté que de se référer aux anciens. C’est pourquoi aujourd’hui nous pouvons émettre l’hypothèse suivante : l’approche pittoresque est sans doute à l’origine du Mouvement moderne.

35A contrario, Pouillon reconnaît être un fervent lecteur d’Auguste Choisy et assume la continuité historique. Il revendique l’approche pittoresque en l’appliquant sur tous les plans : contextuel, distributif, stylistique et compositionnel. Il propose une architecture du mouvement et du bien-être, construit des cités d’habitation ou des villages de vacances à l’image des villages traditionnels méditerranéens composés de places, rues, ruelles ombragées, passages couverts …

36L’architecture pouillonienne n’est pas passéiste pour autant, elle se veut moderne puisqu’elle répond aux exigences de son temps. Pouillon aime relever les défis, « construire vite, bien et à moindre prix ». La rationalisation du chantier où trônait un calendrier géant en est une preuve.

37Homme de grande culture avec une grande puissance de travail, il ne s’encombre pas de préjugés : il pastiche volontairement l’architecture vernaculaire, mais prend aussi le temps de composer. Avec des éléments d’époques et de styles différents, il revendique pour l’Algérie une architecture multiculturelle qui favorise le mélange des cultures. Dans le débat qui oppose les classiques, les modernes, les post-modernes, Pouillon ne veut pas choisir, il prend tout parce ce qu’il a fait le choix de la dialectique comme dépassement des contradictions.

38Certes, entre les années 1950 et les années 1970, la vision de l’architecte a évolué. Pour ses cités d’habitation, il voulait réaliser « du beau et du pérenne », tandis que pour le programme touristique, il se veut sculpteur à la recherche du beau et du rêve. Pour satisfaire les aspirations des touristes, sont fabriquées des mises en scène à la limite de l’artifice. Il transforme le touriste en acteur, peut-être s’amuse-t-il avec l’architecture ? Consciemment ou inconsciemment, il multiplie les fautes typologiques et sémantiques… Il est évident que cette architecture n’est pas faite pour les puristes, l’objectif étant de « créer un lieu de rêve, où chaque voyageur se retrouve dans du fabuleux » (Petruccioli, 1996).

39Sublimer la pierre ou l’argile, moderniser des systèmes constructifs traditionnels : les matériaux autant que les espaces sont travaillés pour donner des sensations. Cette approche qui se révèle aujourd’hui d’une étonnante actualité, porteuse d’enseignements pour répondre aux questions de notre temps, à tous ceux qui souhaitent concevoir, aménager ou bâtir l’espace, ne mérite-t-elle pas d’être reconsidérée ?

Top of page

Bibliography

Bonillo, J.-L. (dir). 2001. Fernand Pouillon, architecte méditerranéen. Marseille : Imbernon.

Choisy, A. 1899-1943, L’histoire de l’architecture, tome 1 et 2. Paris : G. Baranger.

Delorme, C. 2001. Fernand Pouillon, un architecte intimiste. In Urbanisme 218.

Deluz, J.-J. 1988. L’urbanisme et l’architecture d’Alger. Liège-Alger : Mardaga.

Dubor, B.F. 1986. Fernand Pouillon. Paris-Milan : Electa Moniteur.

Épron, J.-P. 1997. Comprendre l’éclectisme. Paris : Norma. Institut français de l’architecture.

Ferlenga, A. 1996. New foundation of the city, new foundation of a discipline. In New City-Journal University of Miami-School of architecture 3.

Holl, S. 2000. Parallax. Princeton : Princeton Architectural Press.

Huet, B. 1996. L’héritage de Fernand Pouillon. In Revue Architecture Mouvement Continuité 71.

Maachi-Maïza, M. 2020. L’architecture hôtelière de Fernand Pouillon (1965-1984) : principes, diversité typologique et composition pittoresque. Thèse de doctorat. Université des Sciences et des Technologies d’Oran.

Mandoul, T. 2008. Entre raison et utopie, l’histoire de l’architecture d’Auguste Choisy. Wavre : Mardaga.

Meunier, C. 2002. Fernand Pouillon, Le roman d’un architecte. Film coproduit par Karala films, France 3, TV5 Monde.

Paquot, T. 2016. Le paysage. Paris : La Découverte.

Petruccioli, A. 1982. Pouillon ou le génie de la construction In La Biennale de Venise : arts visuel, catalogue général 1982.

Petruccioli, A. 1996. Profiles : Fernand Pouillon. In Journal of Islamic Environmental Design Research Center. Roma : Carucci no 2.

Pouillon, F. 1968. Mémoires d’un architecte. Paris : Seuil.

Pouillon, F. 1964. Les pierres sauvages. Paris : Seuil.

Pouillon, F., and Marrey B. 2010. Lettre à un jeune architecte. Paris : éditions du Linteau.

Prost, P. 2008. Vauban, le style de l’intelligence. Paris : Archibooks et Sautereau.

Sayen, C. 2014. L’Architecture par Fernand Pouillon. Toulouse : Transversales.

Schultz, C.-N. 1997. Le génie du lieu. Liège : Mardaga.

Sitte, C. 1889, 1980. L’art de bâtir les villes. Paris : L’Équerre.

Voldman, D. 2006. Fernand Pouillon, architecte. Paris : Payot.

Top of page

Notes

1 « Essay on the picturesque », « The landscape, a didactic poem », « Chiefly to Picturesque Beauty ».

2 Entretien avec N. B.

3 En arabe, le mot firdaus signifie à la fois jardin et paradis.

4 Il s’agit de tours.

5 Œuvre du sculpteur Jean Amado.

6 La méthode consiste à couler du béton entre deux parois de pierre.

7 Entretien avec J.‑J. Deluz.

8 Adobe : élément de maçonnerie traditionnelle locale, à base d’argile, de paille, de pierrailles agglomérées par compactage.

9 En 1951, en France, la loi dite des « 1% artistique » a été mise en application par André Malraux pour que l’état finance la réalisation d’une œuvre d’art pour chaque projet construit.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 – Situation des projets touristiques réalisés par F. Pouillon en Algérie
Credits Crédit : © l’auteure
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-1.png
File image/png, 840k
Title Figure 2 – Tipasa la Corne d’or
Credits Crédit : © l’auteure
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-2.png
File image/png, 293k
Title Figure 3 – l’Acropole d’Athènes
Credits Source : extrait de « l’Art de bâtir les villes » de C. Sitte
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-3.png
File image/png, 250k
Title Figure 4 – Le pittoresque grec d’après Auguste Choisy
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-4.png
File image/png, 195k
Title Figure 5 – Les vues : frontales (1 et 2) et biaises (3 et 4)
Credits Source : extrait de « L’histoire de l’architecture » de A. Choisy
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-5.png
File image/png, 328k
Title Figure 6 – Tipasa la Pinède, parcours, places et vues
Credits Crédit : © l’auteure
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-6.png
File image/png, 203k
Title Figure 7 – Séquences 1 et 2 sur le parcours de la Pinède
Credits Crédit : © l’auteure
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-7.png
File image/png, 591k
Title Figure 8 – Tipasa, appareillage en pierre
Credits Crédit : © l’auteure
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12350/img-8.png
File image/png, 428k
Top of page

References

Bibliographical reference

Myriam Maachi Maïza and Malika Kacemi, « Fernand Pouillon en Algérie ou quand la composition devient pittoresque », Méditerranée, 132 | -1, 75-82.

Electronic reference

Myriam Maachi Maïza and Malika Kacemi, « Fernand Pouillon en Algérie ou quand la composition devient pittoresque », Méditerranée [Online], 132 | 2021, Online since 23 April 2021, connection on 09 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/12350 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.12350

Top of page

About the authors

Myriam Maachi Maïza

École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (EPAU), mmmaachi@hotmail.com

Malika Kacemi

Université des sciences et des technologies d’Oran (USTO), Faculté d’architecture et du génie-civil, malika2000@hotmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search