Skip to navigation – Site map

HomeIssues132Gouvernance et territoires en Méd...Gouvernance locale et réglementation

Gouvernance et territoires en Méditerranée

Gouvernance locale et réglementation

Nouvelles expériences au M’zab. Le cas des nouveaux ksour
Local Governance and Regulation. New Experiences in M’zab. The Case of New Ksour
Mohamed Cherif Adad
p. 85-94

Abstracts

The M’zab is a site of a thousand-year-old urban planning and architectural production. The rigor of local culture and difficult living conditions generated an organizational spirit and supported community mutual aid. With the advent of the national state, the traditional process of space production has been relatively interrupted. In the past, people relied much more on the state to access housing. With the adoption of the new constitution in 1989, some ancestral social structures have returned to the social and political arena. As a result, the inhabitants are able to take charge of building operations in a spirit of consultation and participation. Several new projects have been carried out in the department of Ghardaïa, located 600 km away from the capital, Algiers. They have two interesting characteristics.
The first is to provide future inhabitants with opportunities to build themselves a house adapted to their way of life and at a lower cost, with the help of the State.
The second lies in the desire to reconcile a participatory procedure with the requirements of respecting the architectural and urban planning rules of the ksar (fortified village). In this context, national standards are only partly applied in the new ksour in the M’zab valley.
In this paper, the aim is to explain how local governance has partly replaced national regulations in order to achieve solidarity, respect for local culture and a convincing result.

Top of page

Full text

  • 1 Le M’zab est une région saharienne située au sud de l’Algérie, habitée par les Mozabites depuis (...)

1Malgré toutes les mutations, fondamentales ou formelles, que le Sud algérien a subies ces dernières décennies dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme, la vallée du M’zab1 tente de préserver sa mémoire encore vivante dans l’esprit des habitants. L’architecture et l’urbanisme locaux sont conformes à la tradition locale. Tout le long de son histoire, l’architecture du M’zab a préservé son identité incarnée dans sa typologie, le climat, le site et les réalités sociales. Selon André Ravéreau (1980), au M’zab, il y a eu la convergence d’une culture avancée, d’un climat excessif, d’un puritanisme à vocation égalitaire, communautaire et d’une grande aridité de moyens.

2Le langage architectural et les normes traditionnelles (Orf en arabe) qui sous-tendent cette production n’ont pas connu de profonds bouleversements. Les habitants ont tiré avantage du patrimoine local, qui couvre les éléments matériels et immatériels. Ils n’ont pas copié intégralement tout ce qui a été produit par leurs aïeux. Les solutions basées sur la technologie moderne et ses normes n’ont pas imposé aux habitants un cadre de vie loin de leur milieu socio-culturel et naturel.

  • 2 Ksour : pluriel de ksar signifiant village fortifié, en Afrique du Nord.

3Cet article annonce une réflexion sur les nouveaux ksour qui tend à mettre la lumière sur l’approche qui consiste à produire une architecture adaptée au contexte local, sans pour autant recopier intégralement les modèles traditionnels et sans l’application à outrance des normes nationales de construction. Ainsi, il s’agit aussi de mettre en exergue le langage architectural qui sous-tend la mise en œuvre des nouveaux villages appelés localement ksour2 et d’expliquer comment une gouvernance locale s’était substituée à la réglementation nationale pour une action solidaire, respectant la culture locale et pour un résultat  probant.

1 - Architecture vernaculaire des ksour historiques : sobriété, cohérence et respect des règles coutumières

4L’architecture traditionnelle mozabite, conçue et édifiée dans l’autarcie et la simplicité, a généré une architecture basée sur une image de sobriété et de cohérence. Bâtir des ksour est guidé par une morale égalitaire négligeant l’esprit de prestige (André Ravéreau, 1981). Ils sont le fruit d’une planification rigoureuse et d’un agrosystème reposant sur le triptyque ksar/palmeraie/eau (Côte, 2005) et qui tient compte aussi bien du rationnel que de l’irrationnel. En d’autres termes, ces espaces de vie traduisent la volonté des mozabites de vivre selon leur rite ibadite (pratiques religieuses musulmanes particulières) (Fôldessy, 1994). Tous ces principes sont pratiquement mis en œuvre dans l’implantation du ksar et la conception des habitations selon des règles coutumières inspirées essentiellement de la tradition (Orf). Quel que soit son statut social, chaque membre de la communauté est soumis à ces règles qui étaient à l’origine de la pérennité de ces cités. Un comité constitué de sages est chargé de les faire respecter.

5Le mot ksar dans la vallée du M’zab évoque l’idée d’une petite ville, d’un quartier et d’une grande maison familiale. Habiter un ksar n’est pas du tout la même chose qu’habiter une cité ou un bâtiment. Le statut de l’habitation est inconnu, l’usager est-il locataire ou propriétaire ? Tout acte de bienfaisance doit se faire dans la plus grande discrétion. D’une manière générale l’idée du matériel est toujours reléguée au second plan (Donnadieu et Didillon, 1977).

6Ainsi, les habitants ont toujours implanté leurs établissements humains selon leurs référents culturels et le milieu naturel dans lequel ils vivent, en dépit des conditions contraignantes du site d’implantation. Les ksour se distinguent par leur architecture spécifique et leur organisation de l’espace qui s’articule autour du sacré/ profane (mosquée et cimetière / marché et habitations) et du dedans/dehors qui caractérisent aussi bien la demeure familiale que la cité. Même les ksour nouvellement édifiés, qui ne sont pas totalement conformes aux normes nationales en termes d’organisation spatiale, font aussi perdurer la tradition millénaire sans pour autant renier l’apport de la modernité et sa technologie.

7Au lendemain de l’indépendance de l’Algérie, les villes dans la vallée du M’zab, en proie à la laideur et la pauvreté architecturale, ont produit des territoires sans identité. Les structures sociales mozabites, qui veillent au respect de la tradition, ont subi le contrecoup des choix politiques de l’époque. Minées par cette dichotomie entre mode occidental et mode traditionnel, ces structures sociales ont été sujettes à l’abandon progressif, suite à l’aspiration au développement et à la modernité.

  • 3 Formule de Ghardaïa revitalise et soutient les initiatives privées en vue de construire de nouv (...)

8Cependant, selon Benyoucef (2008), bien qu’elles soient menacées aujourd’hui de dégradation et d’abandon, les anciennes cités du M’zab demeurent ainsi un ressourcement linguistique, car pourvues d’une architecture contextualisée et enracinée dans son rapport avec le site. Elles sont basées, dans leurs conceptions, sur un langage unique adopté depuis le xie siècle. Enraciné dans les siècles d’histoire de la vallée du M’zab, (photos 1 et 2), ce langage a eu la capacité d’engendrer de nouveaux ksour au lendemain de l’adoption de la Formule Ghardaïa3 en 1993 .

Photographie 1 – Une rue de ksar

Photographie 1 – Une rue de ksar

Cette rue procure ombre et lumière.

Crédit : Droits réservés

Photographie 2 – Rue étroite sinueuse

Photographie 2 – Rue étroite sinueuse

Crédit : [http://worldheritage.si.edu]

2 - Nouveaux ksour et règles d’aménagement et d’urbanisme

9Les nouveaux ksour sont nés à la suite de la mise en œuvre d’une nouvelle approche, totalement conforme au souhait des habitats, développée par le préfet de Ghardaïa en 1996. Il s’agit de programmes d’habitat ksourien intégrés et dont l’implantation est prévue sur les monticules en dehors du périmètre de la palmeraie (Benyoucef, 2009). La philosophie de ces projets préconise un nouveau modèle de gestion, de conception et de construction, en s’inscrivant en droite ligne avec la méthode traditionnelle. Elle accorde une place importante aux matériaux locaux en vue de réaliser des économies importantes sur les coûts et de restaurer les caractères de l’architecture locale basée sur les règles coutumières (Orf) qui ont jadis permis aux ancêtres de bâtir des ksour millénaires malgré les conditions difficiles de l’environnement.

10En somme, c’était une volonté de restituer l’esprit du ksar et les valeurs identitaires locales affaiblies par le temps et de raviver les pratiques ancestrales de l’art de bâtir et d’exclure toute acculturation. N’oublions pas que les Mozabites bénéficient d’une certaine autonomie de gestion sociale et administrative au sein de la vallée du M’zab. Dans l’esprit d’intégration, les nouveaux ksour ex nihilo se sont fixé comme objectif le rétablissement structurel et morphologique avec l’ancien tissu caractérisé par une simplicité et une sobriété très poussée, pas de façades chargées de détails superflus (photos 5 et 6). C’est une architecture qui nie tout symbole. L’aspect égalitaire du rite religieux ibadite, qui interdit tout effet ostentatoire, a produit une architecture dont chacun de ses éléments n’est symbole que de lui-même (Ravereau, 1980). Aucune aisance matérielle n’est perceptible en façade de propriété. La typo-morphologie des nouveaux ksour s’inspire du modèle spatio-physique traditionnel (gabarit, hauteur, hiérarchisation des espaces extérieurs, prospects, types d’ouvertures, textures, couleurs, etc.). Aussi, tous les accès des maisons sont intercalés pour éviter le vis-à-vis (photos 3 et 5).

Photographie 3 – Impasse (ksar Tafilelt)

Photographie 3 – Impasse (ksar Tafilelt)

Source : auteur, 2007

Photographie 4 – Ruelle étroite

Photographie 4 – Ruelle étroite

Cette rue procure intimité et ombre, ksar Tafilelt

Source : auteur, 2007

Photographie 5 – Ruelle étroite ombragée

Photographie 5 – Ruelle étroite ombragée

Cette rue est inspirée du modèle traditionnel, norme/prospect non respecté, ksar Tafilelt

Source : auteur, 2007

Photographie 6 – Ruelle étroite

Photographie 6 – Ruelle étroite

Cette rue procure intimité et ombre, ksar Tafilelt

Source : auteur, 2007

Photographie 7 – Façades sobres niant tout symbole, ksar Tafilelt

Photographie 7 – Façades sobres niant tout symbole, ksar Tafilelt

Source : auteur, 2007

Photographie 8 – Maisons à deux étages

Photographie 8 – Maisons à deux étages

Ces maisons sont munies de petites ouvertures (afin de préserver l’intimité intérieure) sans décor extérieur, ksar Tafilelt

Source : auteur, 2007

11La construction de ces nouveaux ksour illustre également la version contemporaine du savoir-faire local. Ce sont donc des lieux qui s’inspirent profondément du langage architectural traditionnel et qui se basent sur sa logique urbaine et architecturale, mais qui proposent des solutions urbanistiques et des innovations architecturales pour une meilleure adaptation aux conditions de la modernité (parking, voies carrossables, éclairage public, etc.). Cela est illustré dans Tinemmirine et Tafilelt qui sont de nouveaux ksour au M’zab. Leurs projets placent la concertation au cœur du processus de conception et de réalisation. Les habitants sont impliqués dans la réalisation de leurs propres espaces de vie d’une manière collégiale, notamment dans le ksar Tinemmirine. Cette manière de faire contribue à établir de bonnes relations de voisinage, facilite la mise en œuvre de la mixité sociale, culturelle et intergénérationnelle et permet ainsi de développer l’esprit de solidarité.

12Selon BABAAMI Ahmed (2016), président de l’association Touiza :

Le ksar de Tinemmirine, dans son approche, s’est voulu être avant tout une tentative d’un retour réel à la concrétisation physique à travers le geste du bâti et de ses valeurs morales

3 - Morphologie urbaine : changement dans la constance

13À l’instar des anciens noyaux traditionnels, le nouveau ksar Tinemmirine, situé sur un monticule rocheux (exigence du code coutumier), est constitué par un ensemble d’îlots assez compacts et de voies piétonnes. Par contre, la structuration urbaine du ksar Tafilelt est en forme de damier (fig. 1).

Figure 1 – Plan de masse du ksar Tafilelt

Figure 1 – Plan de masse du ksar Tafilelt

Plan en damier

Source : société Amidoul, 2004

14L’assiette d’implantation, qui était au départ un monticule, a subi une opération de terrassement dont l’objectif consiste permettre l’accès des véhicules au ksar (photo 9). Les conditions définies par les règles de localisation et de desserte des constructions (décret exécutif n91‑175, chapitre 1, section 1), ont été toutes satisfaites dans le projet d’habitation des deux ksour. Dans ce contexte, l’habitant n’est pas en mesure d’intervenir directement. Tous les travaux sont assurés par les autorités locales. Sur le plan juridique, seule la construction du ksar Tinemmirine a été entreprise sans le permis de lotir exigé pour toute opération de division en deux ou plusieurs lots d’une ou plusieurs propriétés foncières servant à l’implantation d’un projet.

15Tous ces nouveaux ksour, qui sont principalement à vocation résidentielle, sont dépourvus d’éléments morphologiques spécifiques aux villes du M’zab, tels que la mosquée et le souk. Cependant, des espaces communs sont prévus : medersa (école coranique), espaces pour jeunes, cellules de communication et de concertation, salles de prière, en plus d’un zoo spécifiquement saharien et d’un complexe culturel dans le cas du ksar Tafilelt.

Photographie 9 – Vue panoramique du ksar Tafilelt

Photographie 9 – Vue panoramique du ksar Tafilelt

Façade urbaine nord. Le ksar est entouré d’un mur

Source : Tafilelt.com

16Tous ces projets, conçus pour répondre à la solidarité entre individus, sont ceinturés par des murs de rempart et l’accès se fait par l’intermédiaire des portes sans vantaux (photos 10 et 11) en vue d’éviter toute opération d’extension horizontale illicite et de procurer une certaine protection culturelle. Il ne faut pas que le ksar soit un lieu de transit pour les passants et les curieux. Benyoucef (2010) disait dans ce sens :

En effet, l’enceinte du ksar délimite bien le domaine inviolable de la tradition où est circonscrit le lieu très fort et résistant par une mémoire qui traduit l’histoire millénaire face au défi des temps

17La hiérarchisation des espaces est toujours de rigueur (rue, placette, ruelle, impasse, seuil, habitation). En se référant à la photo 10, il est clair que la mise en œuvre de ces murs de clôture n’obéit pas aux normes définies dans l’article 29, section 4 de la loi 90‑29 relative à l’aspect extérieur du mur dont la hauteur ne doit pas excéder 2,40 m le long des voies, la partie pleine devra avoir une hauteur inférieure à 1,50 m.

18Les murs de certaines habitations sont jalonnés par les encorbellements, ce qui favorise la récupération de l’espace au-dessous de la rue ou de la ruelle au profit de la maison au premier niveau (photo 13).

Photographie 10 – ksar Tinemmirine

Photographie 10 – ksar Tinemmirine

Porte d’entrée pour piétons

Source : auteur 2007

Photographie 11 – ksar Tafilelt

Photographie 11 – ksar Tafilelt

Accès pour véhicules

Source : auteur 2007

Photographie 12 – L’habitation a épousé la forme du terrain

Photographie 12 – L’habitation a épousé la forme du terrain

Mur arrondi de la chicane, ksar Tinemmirine

Source : auteur, 2007

Photographie 13 – Ruelle étroite

Photographie 13 – Ruelle étroite

Ruelle en pente, jalonnée d’encorbellement inspiré de l’ancien ksar, ksar Tinemmirine

Source : auteur, 2007

19Selon les règles coutumières (Orf), toutes les maisons ne doivent pas dépasser deux étages. Toutes les terrasses doivent être horizontales (photos 7 et 8). Les façades présentent une introversion légèrement différente de celle des anciennes cités. Des petites ouvertures très discrètes donnent sur l’espace extérieur. L’ouverture des fenêtres doit être simple, sans décor extérieur, et de 60 cm de largeur. Elles permettent l’éclairage et l’aération, mais aussi une vue sur les espaces limitrophes à la maison (photos 14 et 15). L’exigence du respect du voisin tient une place importante dans la société mozabite. De ce fait, aucun habitant n’est autorisé à construire une habitation qui surplombe l’espace intime de son voisin et qui l’empêche de profiter du rayonnement solaire. Les murs d’acrotère doivent être en harmonie avec le voisinage (règles coutumières) (photo 3).

Photographie 14 – Le seuil de l’habitation est marqué par une marche, ksar Tafilelt

Photographie 14 – Le seuil de l’habitation est marqué par une marche, ksar Tafilelt

Source : auteur, 2007

Photographie 15 – Traitement des murs

Photographie 15 – Traitement des murs

Pour des raisons économiques, tous les murs en pierre ne sont pas crépis, ksar Tinemmirine

Source : auteur, 2007

20En s’inspirant du modèle traditionnel, ces nouveaux ksour sont parcourus par des rues et des ruelles étroites qui procurent fraîcheur et intimité pour les riverains. Ici, la norme nationale du prospect, distance imposée entre deux bâtiments, n’est pas toujours respectée (photos 16 et 17). Les maisons sont adossées les unes aux autres, formant un tissu compact (photos 4 et 8).

Photographie 16 – Adaptation du ksar au terrain, aux traditions et au climat

Photographie 16 – Adaptation du ksar au terrain, aux traditions et au climat

Les ruelles et fenêtres sont de petites dimensions

Source : auteur, 2007

Photographie 17 – Adaptation du ksar au terrain, aux traditions et au climat

Photographie 17 – Adaptation du ksar au terrain, aux traditions et au climat

Les ruelles et fenêtres sont de petites dimensions

Source : auteur, 2007

21Les rues et les ruelles, permettant la transition entre l’espace public du ksar et la sphère privée, sont aussi sacrées que l’intérieur de la maison. À l’instar des ksour historiques, l’habitation dans les nouveaux projets s’élève, souvent directement, au bord de la ruelle qui ne présente pas de mixité sociale, car c’est uniquement un espace de circulation et de transit pour les deux sexes (règles coutumières).

22À l’inverse des anciennes cités où les rencontres se font uniquement au niveau de la mosquée, du souk et du cimetière, le ksar Tafilelt vient de se doter d’une placette considérée comme un espace urbain insolite dans la conception des ksour. C’est un lieu de détente et de rencontre de tous les habitants.

4 - Habitation : entre normes officielles et règles coutumières

23L’habitation se présente comme une entité ayant un sens et un symbole, elle porte les marques du sacré et de la tradition. Les anciennes relations dichotomiques sont toujours d’actualité dans les nouveaux projets à savoir :

  • hommes/femmes ;

  • dedans (féminin)/ dehors (masculin) ;

  • ouvert/ fermé ;

  • sacré / profane (espaces de vie familiale - sanitaires).

24La maison, qui est un espace introverti, hiérarchisé (allant du public vers le privé) et polyvalent, est conçue autour du wast-eddar (hall central), qui s’ouvre sur le tizafri (espace réservé pour les femmes invitées) (fig. 2). En outre, elle est articulée à l’espace semi-public (la ruelle) par la skiffa (entrée en chicane), dont le rôle consiste à préserver l’intimité du wast-eddar des regards étrangers (fig. 3). Celui-ci est le lieu des réunions familiales où se transmettent les valeurs culturelles locales entre générations. Aussi, les espaces humides (la cuisine et les toilettes) ne doivent pas être contigus aux espaces de vie de la maison voisine dans le but d’éviter le bruit et l’infiltration d’eau. D’une manière générale, la maison, dans sa conception, obéit aux règles coutumières (Orf).

Figure 2 – RDC d’une habitation dans le ksar Tafilelt

Figure 2 – RDC d’une habitation dans le ksar Tafilelt

Source : société Amidoul, 2004

Figure 3 – RDC d’une habitation dans le nouveau ksar Tinemmirine

Figure 3 – RDC d’une habitation dans le nouveau ksar Tinemmirine

Source : société Touiza, 2007

25En outre, la première idée, qui sous-tend la genèse de ces nouveaux ksour, était l’implication du futur habitant dans la mise sur pied de son propre logis, avec l’aide de l’État, dans un esprit de concertation, de consultation et de participation. Cette manière de faire était compatible avec la culture locale, car l’usager était le mieux placé pour régler et gérer ses problèmes et estimer ses besoins. En fait, il était là pour contrôler et participer à l’évolution de son futur espace de vie, d’où la création d’un sentiment de collégialité, de voisinage et de solidarité. L’espace créé ne sera ni figé ni dénudé d’empreintes personnelles. Aussi, l’utilisation à bon escient des aides financières publiques (programme de logements évolutifs) avait permis aux familles pauvres d’accéder à un logement décent. À l’époque, cette idée était révolutionnaire, car par le passé il y avait uniquement deux acteurs séparément responsables de l’acte de bâtir, d’un côté le citoyen et de l’autre côté l’État. La formule, qui combinait les deux partenaires, n’existait pas.

26Sur un autre registre, cette initiative visait une réhabilitation de l’art de bâtir ancestral. L’application de règles coutumières en matière de construction dans ce genre de projets n’a pas généré une maison type mozabite bien que la majorité présente, en général, les mêmes types d’espace. Signant au passage que certaines règles coutumières ne sont pas compatibles avec les normes officielles de construction. Ainsi, toutes les habitations n’ont pas respecté le C.E.S (Coefficient d’emprise au sol) défini par les règles d’aménagement et d’urbanisme qui est généralement de l’ordre de 0,6 (60 % de la parcelle bâtie et 40 % d’espace vert). Le C.E.S est une manière de restreindre le bétonnage total d’une parcelle. C’est pour cela que, aussi bien dans les anciens ksour que dans les nouveaux, les habitations ne sont pas dotées d’espace tampon entre le dedans et le dehors afin d’aménager une bande de gazon, ou un jardinet, car ils sont bâtis sur un monticule rocheux et la majorité des hommes, commerçants de vocation, qui devront s’occuper de ces espaces, travaillent à l’extérieur de la vallée du M’zab.

27Dans le nouveau ksar Tinemmirine destiné aux démunis, bien qu’elles soient conçues et réalisées par les habitants eux-mêmes avec le concours du président de l’association, les maisons ne sont pas conformes à la réglementation qui stipule que le plan de nouvelles constructions doit être établi par un architecte agréé (Article 55, section 2, chapitre V de la loi 90-29). Ce projet inédit, a été réalisé sans les actes d’urbanisme et en l’absence d’une réglementation officielle adéquate qui permet la participation des habitants aussi bien physique que financière dans l’acte de bâtir, car, durant les trois décennies après l’indépendance, c’était l’État seul qui assumait la responsabilité des opérations de réalisation des logements. Bien que les normes officielles soient partiellement appliquées, le coût final du logement était à la portée des couches défavorisées (4 300 DA/m² environ 29 €/m², soit 3 à 6 fois moins cher que la production publique). Le coût global d’une maison était de 381 000 DA, environ 2 600 € (Adad, 2008). Donc, cet habitat construit grâce à l’entraide communautaire a permis d’introduire plus de rationalité dans les coûts et d’atteindre une certaine intégration avec l’environnement physique. Ainsi, le coût final des habitations est largement inférieur à celui des logements promotionnels et sociaux. Il faut souligner que chaque habitation est différente de l’autre en termes d’organisation spatiale. Chacune d’elles reflète les particularités de chaque habitant (Adad, 2008).

28Deux ans après la mise en œuvre du nouveau ksar Tafilelt, une nouvelle formule d’accession à la propriété a été lancée, appelée Logement social participatif (LSP). Mise au point par le ministère de l’habitat et de la construction, elle visait à promouvoir le droit au logement pour la couche moyenne. Elle permet au futur habitant de participer financièrement à la construction de sa propre maison avec l’aide de l’État. Ainsi, le ksar Tafilelt se fonde principalement sur la formule LSP. Le montage financier est constitué essentiellement de l’apport du bénéficiaire et l’aide de la CNL (Caisse National de Logement). Selon la réglementation en vigueur, toute aide de l’État doit être accompagnée d’un prêt bancaire à taux d’intérêt variant entre 6,5 et 7,5 %. En ce qui concerne ce prêt bancaire, les règles traditionnelles proscrivent l’usure, ainsi que le recouvrement et le paiement d’intérêts. Un accord possible a été signé entre la communauté mozabite et les instances bancaires dans l’objectif de bénéficier de l’aide de l’État sans recourir aux prêts. Le coût total au mètre carré était de 7 000 DA, environ 47 € (terrain et viabilisation), soit 2 à 3 fois moins cher que la production publique. Rappelons que dans le cadre de l’entraide et de la solidarité, l’apport du bénéficiaire était soutenu par une aide de la communauté. Il est intéressant de noter que ce résultat était tout de même le fruit d’un long processus de gouvernance reposant sur une étroite collaboration entre les trois partenaires, l’État, la société Amidoul (jouant le rôle de promoteur) et les futurs habitants (Adad and Redjem, 2012 ; voir tableau ci‑dessous).

Tableau – Montage financier pour une habitation, ksar Tafilelt

Source
de financement

Montant DA

Bénéficiaire

870 550 (65 %)

CNL

450 000 en moyenne (35 %)

Aide bancaire

Proscrite

Total

1 320 550 DA (8 800 €)

Source : société Amidoul, 2004

29La conception de l’habitation des ksour d’aujourd’hui est modelée presque par le même langage architectural que celui des maisons traditionnelles. Elle répond à la même logique typologique et organisationnelle. Elle est caractérisée par son échelle, par ses systèmes constructifs mixtes (pierre et béton) et sa couleur (sableuse) reflétant une certaine symbiose avec l’environnement. L’artifice est absent. Le choix architectural insiste sur l’« essentiel », l’« utilitaire » et tente surtout d’être en adéquation avec les besoins, les aspirations, les préoccupations quotidiennes des habitants et les moyens disponibles. C’est un art de la stricte nécessité.

Photographie 20 – Chebec non couvert au niveau de l’ikomar d’une maison traditionnelle

Photographie 20 – Chebec non couvert au niveau de l’ikomar d’une maison traditionnelle

Source : André Ravéreau, 1981

Photographie 21 – Chebek fermé par un système de vitrage au niveau du stah. (ksar Tafilelt)

Photographie 21 – Chebek fermé par un système de vitrage au niveau du stah. (ksar Tafilelt)

Source : auteur, 2007

30Par ailleurs, à l’instar du modèle traditionnel, le wast-eddar (hall central), qui est éclairé par le chebek (une lucarne dans la terrasse, photos 20 et 21), fait appel au mobilier maçonné : banquettes, rangements, niches murales (photos 22 et 23).

Photographie 22 – Séjour : présence de niches à la mode traditionnelle. (ksar Tinemmirine)

Photographie 22 – Séjour : présence de niches à la mode traditionnelle. (ksar Tinemmirine)

Source : Association Touiza, 2007

Photographie 23 – Liberté dans l’aménagement du Salon. (ksar Tafilelt)

Photographie 23 – Liberté dans l’aménagement du Salon. (ksar Tafilelt)

Source : Association Amidoul, 2007

31Étant donné que la société mozabite est scrupuleusement régie par sa tradition, le conflit de générations semble ne pas se poser avec acuité. Le nombre de pièces est fonction de l’étendue de la famille et non du rang social de son chef de ménage. Souvent, deux à trois générations cohabitent dans la même maison. C’est pour cela que des maisons type 5, type 6, voire même type 8 (salon plus 7 chambres) sont mises à la disposition de ce type de famille. Elles sont généralement élevées d’un rez-de-chaussée plus un étage avec un stah (terrasse). Certaines habitations possèdent même des garages pour voiture, cas du ksar Tafilelt, phénomène inédit dans le contexte d’un ksar. C’est en quelque sorte une concession à la modernité.

32Cependant, malgré toutes les tentatives en vue d’édifier les ksour selon la typologie ancestrale, certaines règles traditionnelles étaient volontairement omises dans la mise en œuvre de ces nouveaux projets, en raison d’une part des mutations sociales que la société locale a connues et d’autre part de la nécessité de s’adapter aux exigences de la technologie moderne. À titre d’exemple, les terrasses des habitations ne communiquent plus entre elles.

33Pour des raisons économiques, les plans de maisons, dans le ksar Tafilelt, se limitaient à quelques variantes. Ils étaient conçus par l’architecte avec le concours du promoteur (société Amidoul). De nouveaux éléments typologiques, qui n’existaient pas dans les ksour historiques, ont été introduits à savoir la cour (photos 5 et 6) et les garages pour voitures. En dépit des contraintes imposées par le système constructif dans l’organisation spatiale, l’usager était libre d’apporter sa touche personnelle dans l’aménagement de l’espace intérieur (photos 24 et 25). Les formes, presque organiques dans les anciennes habitations, ont été remplacées par des formes anguleuses. Le ksar Tinemmirine, par contre, était bâti selon la logique traditionnelle. Toutes les maisons étaient adaptées à la configuration du terrain et chacune d’elles possédait son propre plan dont la forme était rarement régulière.

Conclusion

34À l’issue de cette analyse, nous pouvons dire que les normes traditionnelles (Orf) sont toujours d’actualité et qu’elles sont source d’inspiration dans la mise en œuvre des nouveaux ksour d’aujourd’hui. Elles complètent d’une manière ou d’une autre les normes officielles d’aménagement et d’urbanisme énoncées dans le décret exécutif no 91-175 du 28 mai 1991. Face à la modernité et à la résistance du lieu, les mozabites contemporains sont animés d’une volonté de faire perdurer le cachet urbanistique et architectural traditionnel tout en ayant un esprit innovant. Les nouveaux ksour puisent toutes leurs valeurs et leurs significations dans le patrimoine matériel et immatériel (éléments abstraits, valeurs culturelles, etc.) du lieu. Malgré le matérialisme et l’individualisme, la solidarité et l’entraide communautaire traditionnelle sont restées des pratiques quotidiennes. La gouvernance locale contemporaine est à la base de la production de beaucoup de nouveaux ksour conçus et bâtis en référence aux normes officielles et aux règles coutumières. Cependant, toute norme officielle incompatible avec la tradition est rejetée. Par ailleurs, toutes les habitations dans le cadre des ksour sont pratiquement érigées par le biais de la touiza (travail collégial bénévole), activité ancestrale qui semble avoir reculé devant l’avancée des nouveaux rapports sociaux instaurés par la vie moderne. Les habitants participent financièrement et physiquement à la construction de leurs propres maisons. Il semble que tous les ksour bâtis sur cette base ont abouti à un résultat probant sur le plan architectural, social et économique. Les coûts finaux sont bien moins élevés rapport à ceux des programmes de logement public sous toutes leurs formes. L’exemple du ksar Tinemmirine est édifiant.

Top of page

Bibliography

Adad, M. C. et A. Redjem. 2012. Production de l’habitat dans les nouveaux ksour, symbiose entre intervention de l’État et action communautaire : cas du ksar Tafilelt dans la vallée du M’zab. Perspectives & Sociétés 3(2) : 124-148

Adad, M. C. 2008. Participation de la population dans son habitat : cas d’un nouveau ksar au M’zab. Science et technologie D28 : 67-76.

Babaami, A. 2016. Les fondamentaux Tinemmirine. Vies de villes 24 : 40.

Benyoucef, B. 2008. Le patrimoine à l’ère de la globalisation : enjeux, défis et perspectives. Vies des Villes 09 : 76-80.

Benyoucef, B. 2009. Les nouvelles villes, autopsie d’une expérience locale. Vies de Villes 18 : 61.

Benyoucef, B. 2010. Le M’zab parcours millénaire. Alger : Alpha.

Côte, M. 2002. La ville et le désert, le bas-Sahara algérien. Paris : Karthala, 306 p.

Donnadieu, C. et P. Didillon. 1977. Habiter le désert, les maisons mozabites. Bruxelles : Éditions Pierre Mardaga, 254 p.

Földessy, E. 1994. Entraide et solidarité chez les Mozabites Ibadites. Maîtrise d’ethnologie. Université Paris X Nanterre.

Ravéreau, A. 1980. Construire au M’zab, André Ravéreau et la tradition. In Techniques d’architecture 329. Amenhis 14, 2007. p. 30.

Ravéreau, A. 1981. Le M’zab une leçon d’architecture. Paris : Sindbad, 282 p.

Top of page

Notes

1 Le M’zab est une région saharienne située au sud de l’Algérie, habitée par les Mozabites depuis le XIe siècle.

2 Ksour : pluriel de ksar signifiant village fortifié, en Afrique du Nord.

3 Formule de Ghardaïa revitalise et soutient les initiatives privées en vue de construire de nouveaux ksour.

Top of page

List of illustrations

Title Photographie 1 – Une rue de ksar
Caption Cette rue procure ombre et lumière.
Credits Crédit : Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-1.png
File image/png, 268k
Title Photographie 2 – Rue étroite sinueuse
Credits Crédit : [http://worldheritage.si.edu]
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-2.png
File image/png, 669k
Title Photographie 3 – Impasse (ksar Tafilelt)
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-3.png
File image/png, 332k
Title Photographie 4 – Ruelle étroite
Caption Cette rue procure intimité et ombre, ksar Tafilelt
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-4.png
File image/png, 93k
Title Photographie 5 – Ruelle étroite ombragée
Caption Cette rue est inspirée du modèle traditionnel, norme/prospect non respecté, ksar Tafilelt
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-5.png
File image/png, 345k
Title Photographie 6 – Ruelle étroite
Caption Cette rue procure intimité et ombre, ksar Tafilelt
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-6.png
File image/png, 329k
Title Photographie 7 – Façades sobres niant tout symbole, ksar Tafilelt
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-7.png
File image/png, 1.9M
Title Photographie 8 – Maisons à deux étages
Caption Ces maisons sont munies de petites ouvertures (afin de préserver l’intimité intérieure) sans décor extérieur, ksar Tafilelt
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-8.png
File image/png, 303k
Title Figure 1 – Plan de masse du ksar Tafilelt
Caption Plan en damier
Credits Source : société Amidoul, 2004
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-9.png
File image/png, 554k
Title Photographie 9 – Vue panoramique du ksar Tafilelt
Caption Façade urbaine nord. Le ksar est entouré d’un mur
Credits Source : Tafilelt.com
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-10.png
File image/png, 374k
Title Photographie 10 – ksar Tinemmirine
Caption Porte d’entrée pour piétons
Credits Source : auteur 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-11.png
File image/png, 383k
Title Photographie 11 – ksar Tafilelt
Caption Accès pour véhicules
Credits Source : auteur 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-12.png
File image/png, 935k
Title Photographie 12 – L’habitation a épousé la forme du terrain
Caption Mur arrondi de la chicane, ksar Tinemmirine
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-13.png
File image/png, 337k
Title Photographie 13 – Ruelle étroite
Caption Ruelle en pente, jalonnée d’encorbellement inspiré de l’ancien ksar, ksar Tinemmirine
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-14.png
File image/png, 427k
Title Photographie 14 – Le seuil de l’habitation est marqué par une marche, ksar Tafilelt
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-15.png
File image/png, 101k
Title Photographie 15 – Traitement des murs
Caption Pour des raisons économiques, tous les murs en pierre ne sont pas crépis, ksar Tinemmirine
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-16.png
File image/png, 446k
Title Photographie 16 – Adaptation du ksar au terrain, aux traditions et au climat
Caption Les ruelles et fenêtres sont de petites dimensions
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-17.png
File image/png, 748k
Title Photographie 17 – Adaptation du ksar au terrain, aux traditions et au climat
Caption Les ruelles et fenêtres sont de petites dimensions
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-18.png
File image/png, 447k
Title Figure 2 – RDC d’une habitation dans le ksar Tafilelt
Credits Source : société Amidoul, 2004
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-19.png
File image/png, 79k
Title Figure 3 – RDC d’une habitation dans le nouveau ksar Tinemmirine
Credits Source : société Touiza, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-20.png
File image/png, 101k
Title Photographie 20 – Chebec non couvert au niveau de l’ikomar d’une maison traditionnelle
Caption Source : André Ravéreau, 1981
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-21.png
File image/png, 1.1M
Title Photographie 21 – Chebek fermé par un système de vitrage au niveau du stah. (ksar Tafilelt)
Credits Source : auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-22.png
File image/png, 65k
Title Photographie 22 – Séjour : présence de niches à la mode traditionnelle. (ksar Tinemmirine)
Credits Source : Association Touiza, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-23.png
File image/png, 265k
Title Photographie 23 – Liberté dans l’aménagement du Salon. (ksar Tafilelt)
Credits Source : Association Amidoul, 2007
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/12420/img-24.png
File image/png, 347k
Top of page

References

Bibliographical reference

Mohamed Cherif Adad, « Gouvernance locale et réglementation », Méditerranée, 132 | -1, 85-94.

Electronic reference

Mohamed Cherif Adad, « Gouvernance locale et réglementation », Méditerranée [Online], 132 | 2021, Online since 26 April 2021, connection on 09 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/12420 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.12420

Top of page

About the author

Mohamed Cherif Adad

Professeur à l’université d’Oum El Bouaghi (Algérie), adad_cherif30@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search