Skip to navigation – Site map

HomeIssues134

134 | 2022
Espaces publics et nouveaux compromis urbains

Regards croisés à partir de la Méditerranée
Public spaces and new urban compromises. Contrasted perspectives from the Mediterranean

À partir des années 1980, dans un contexte de généralisation de l’urbain, d’apparition de nouvelles centralités et de renforcement des centralités anciennes, diverses formes de réinvestissement, de récupération ou de reconquête des espaces publics ont commencé à apparaître. Quelques décennies plus tard – avec le développement de la mondialisation et des échanges, du tourisme urbain et de la compétition entre villes –, le changement semble complet, faisant passer les espaces publics de l’ombre à la lumière, les sortant de l’oubli et du désintérêt où les politiques publiques locales les avaient laissées. Dans bien des cas, ils sont devenus des éléments centraux de programmes publics, des enjeux politiques économiques, urbanistiques et sociétaux placés au cœur d’interactions faisant intervenir une diversité d’acteurs, formels et informels de statuts très divers. Une conception de plus en plus holistique et intégrée de ces espaces est apparue, les associant à des problématiques de plus en plus larges – la sécurité urbaine, le droit à la ville, le développement durable, la construction d’une cohésion urbaine, le genre, etc. –, leur assignant des objectifs de plus en plus divers – régulation de la vie collective, marquage identitaire, développement économique, redynamisation locale, etc. Une demande d’espaces publics de qualité venant de la société civile est également apparue afin d’y pratiquer des activités toujours plus nombreuses. Elle a servi à justifier des programmes de « récupération » et d’embellissements de certains espaces spécifiques qui sont souvent des vitrines des politiques municipales locales. L’intérêt suscité par ces espaces a aussi attisé les convoitises et s’est doublé d’une poussée des logiques de fermetures et de privatisation et de multiplication d’espaces privés « ouverts au public », contribuant à semer la confusion sur le statut de ces espaces.

Le pourtour de la Méditerranée, par ses héritages nombreux, est parsemé de villes où les espaces publics ont une longue histoire. En plus de nombreux espaces publics patrimoniaux, on y trouve une multiplication d’espaces publics nouveaux apparus avec la métropolisation et la croissance urbaine. Mais, dans ces milieux urbains qui ont connu des phases d’expansion rapide, sont également apparus des « impensés » urbains, des interstices oubliés de la croissance qui donnent naissance à des pratiques nouvelles ou à des projets nouveaux qui permettent d’envisager la vie urbaine sous un autre jour.

Le but de ce numéro est donc de présenter un panorama de situations urbaines méditerranéennes où des projets divers ont vu le jour en mettant en avant la diversité des modalités locales, en cherchant à faire des parallèles entre les espaces, les acteurs et leurs pratiques. Il s’agit de mettre en avant la complexité de ces espaces, leur place dans les dynamiques urbaines récentes, ainsi que les nouvelles questions qu’ils posent dans un contexte urbain en constante recomposition.

Ainsi, deux grandes familles de questionnement balayent les études sur les espaces publics : celles consacrées au développement de nouvelles pratiques qui interrogent la définition même de ce type d’espace, les discours sur le partage et le vivre-ensemble qui sont mis en avant dans les projets d’aménagement. Et celles qui s’intéressent aux manières de produire et de gérer ces espaces avec la banalisation des partenariats publics-privés et la multiplication des modes de restriction et de fermetures en tout genre. Ces deux questionnements – d’un côté des pratiques et des discours, et d’un autre des modes de production et de gestion de ces espaces – structurent ce cahier.

  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search