Skip to navigation – Site map

HomeIssues134De nouvelles pratiques urbaines d...La requalification d’un quartier ...

De nouvelles pratiques urbaines dans les espaces publics ?

La requalification d’un quartier populaire de Naples, l’aire Vergini‑Sanità

Un aménagement endogène ?
The redevelopment of a low-income neighbourhood in Naples, the Vergini-Sanità area: an endogenous redevelopment project?
Christine Salomone

Abstracts

This contribution studies the role of a network of cultural, informal and community association stakeholders in the reappropriation of a low-income neighbourhood in the historical centre of Naples, the Vergini-Sanità neighbourhood. 'Bottom up' initiatives are increasingly frequent today, since they concern not only the cultural heritage, but also the development of urban spaces and their management. These stakeholders seem to have understood that it is necessary to go beyond the simple valorization of property, of particular sites, and to rethink the environment in order to really change the image of their neighbourhood.
To what extent can the implementation of a town planning policy with a community participation dimension in an underprivileged low-income neighbourhood give the inhabitants a new sense of their city, encourage new spatial practices and generate new uses in the public space?
Going beyond this example from Naples and its specific features, the article examines the role of the stakeholders and their structural organization in this Italy of the south, often at the fringes of legality (La Spina 2005). It examines the relationships between community association and public body stakeholders in the process of urban regeneration, and the participative dimension of public town planning policy and its limitations.

Top of page

Full text

1Les grandes métropoles touristiques attirent de plus en plus de visiteurs, leur donnant l’occasion de valoriser leur patrimoine et leurs équipements à travers l’organisation d’événementiels. Les espaces publics (places, rues, artères, jardins, berges, etc.) constituent un enjeu, car ils sont par excellence des espaces de pratiques touristiques urbaines. De ce fait, depuis les années 1990, ils focalisent l’attention des autorités locales et s’inscrivent au cœur des politiques urbaines suivant l’exemple anglo-saxon (Fleury, 2004). Les acteurs publics locaux orientent leurs choix (Tomas, 2001 ; Toussaint et Zimmermann, 2001) en faveur d’aménagements à usages multiples et s’attachent à leurs dimensions esthétique et patrimoniale (Vlès et al., 2005). Ces derniers deviennent les vecteurs majeurs de la revitalisation urbaine. Le tourisme devenu « genre commun » (Lussault, 2007) nécessite alors le recours à des stratégies touristiques urbaines de plus en plus sophistiquées.

2Pour ce faire surgit une pluralité d’acteurs. À partir de l’étude d’un quartier populaire de centre historique de Naples, l’aire Vergini-Sanità, cet article envisage l’étude des interrelations entre les réseaux informels et associatifs et la réappropriation d’un quartier par ses habitants à travers la valorisation de son patrimoine et les politiques culturelles et touristiques mises en œuvre. Dans quelle mesure ces initiatives bottom up participent-elles au réinvestissement de cette marge du centre historique et contribuent-elles à la fois à son changement d’image et à de nouvelles pratiques spatiales ? Au-delà de ce cas, nous cherchons à interroger le jeu des acteurs et leur structuration dans ce sud italien caractérisé par un déficit institutionnel et une légalité faible (La Spina, 2005). Cette recherche s’appuie sur une série d’entretiens qualitatifs effectués entre 2011 et 2018 et sur un suivi régulier des acteurs publics et privés (acteurs institutionnels, membres des associations, habitants et commerçants du quartier). D’autres corpus sont aussi mobilisés (documents internes aux associations, archives du service tourisme de la Commune, rapports et textes officiels, presse locale, sites internet et blogs) afin de confronter discours individuels et collectifs sans oublier les réseaux sociaux, vitrines de ces mobilisations collectives.

1 - Les initiatives bottom up et le renouveau d’une marge du centre historique 

1.1 - Démarches participatives et politique urbaine alternative ?

3Les recherches en sciences sociales mettent en avant depuis plusieurs décennies le rôle des associations dans la dynamique de requalification des quartiers. Dès les années 1970-1980, les quartiers centraux dégradés des villes européennes sont le terrain d’un développement local privilégiant la participation des habitants. Cette conception du rôle de l’habitant en tant qu’acteur du changement urbain s’impose aussi en France dans les politiques des acteurs institutionnels et suscite l’intérêt des chercheurs (Giroud, 2007). Le contexte est en effet marqué par la montée des injonctions à la « participation habitante » dans le cadre des politiques d’aménagement urbain ou des politiques patrimoniales, comme le suggèrent la plupart des cadres normatifs internationaux (UNESCO ou Conseil de l’Europe) (Auclair et Herzog, 2015). Les acteurs institutionnels sont aujourd’hui contraints le plus souvent d’associer les habitants et de recourir à une gestion concertée et raisonnée (Carmona et al., 2008). L’association des habitants à la gestion du patrimoine et leur implication dans les choix opérés sont présentées comme un gage de « durabilité » (Gravari-Barbas, 2013). Dans les quartiers centraux, les mobilisations d’habitants ont fortement contribué à l’émergence des « consciences patrimoniales » (Tomas, 2004 ; Melé, 2004), comme en témoignent les nombreuses associations de défense du patrimoine présentes dans les quartiers historiques. Elles ont souvent coexisté avec d’autres modalités de valorisation patrimoniale portées par de multiples acteurs (acteurs publics, acteurs touristiques, etc.). Ce processus semble désormais affecter des périphéries urbaines et les espaces de banlieue (Jacquot, 2015 ; Djament-Tran, 2015) en réinterrogeant notamment la figure de l’habitant mobilisé dans ces politiques. Dans ces quartiers « fragmentés », la prise en compte de la diversité des publics et de la complexité territoriale par les acteurs de l’aménagement urbain au sein de dispositifs participatifs répond aux défis posés par le contexte de métropolisation et de recomposition territoriale, en intégrant des logiques de durabilité, de diversité et de cohésion sociale (Auclair et Herzog, 2015).

4À l’inverse, une gestion touristique ignorant les habitants peut faire naître des tensions dans certains espaces touristifiés (Barcelone, Berlin, Rome). Les habitants sont donc les meilleurs acteurs du développement touristique et leur rôle est essentiel dans le succès des destinations urbaines (Gravari-Barbas, 2013). Ainsi, le tourisme apparaît comme un élément du processus d’appropriation ou de réappropriation de la ville (Vlès et Clarimont, 2010). Autour des enjeux liés à l’image, il pose la question de l’urbanité comme celle de l’apprentissage du côtoiement de l’autre. La prise en compte des processus participatifs dans les opérations d’aménagement et de développement urbain devient alors un enjeu essentiel pour le fonctionnement touristique des villes.

5L’attention est portée au renouveau dans les pratiques des espaces publics centraux et les politiques de requalification et à la manière dont ils se réinventent à travers les pratiques de leurs acteurs (Fleury,2004). Ces politiques urbaines font ainsi des espaces publics une véritable catégorie d’action et un élément des politiques menées en Europe depuis les années 1970 (Giroud, 2011). Ce terme polysémique désigne un espace à la fois métaphorique et matériel (Fleury, 2004). Au singulier, il est synonyme de sphère publique ou de débat public (Paquot, 2009) ; au pluriel, il désigne les endroits accessibles au public arpentés par les habitants résidants ou non à proximité. Comme espace matériel, les espaces publics correspondent à des espaces d’interrelations sociales et d’échanges. Pour T. Paquot, les deux termes possèdent donc des spécificités qui empêchent de les assimiler : l’espace public n’est donc ni géographique ni territorial, tandis que les espaces publics sont dans leur grande majorité des espaces physiques, localisés et délimités (Paquot, 2009).

6Ces évolutions se traduisent également par la mise en œuvre de nouvelles politiques patrimoniales et touristiques, qualifiées d’alternatives par les acteurs institutionnels (Cousin et al., 2015), même si cette catégorisation n’est pas systématiquement reconnue par les acteurs eux-mêmes. Ainsi, en banlieue parisienne, la revendication d’un patrimoine de banlieue fonde des projets de valorisation patrimoniale et touristique, suscitant des initiatives associatives à l’origine d’un modèle de développement local et solidaire (Jacquot, 2015). Pour caractériser ces politiques, on peut s’appuyer sur les trois critères proposés par V. Béal et M. Rousseau (2014). Ils définissent les politiques urbaines alternatives comme « l’ensemble des initiatives, des démarches ou des projets soutenus par des municipalités et qui cherchent à organiser un développement urbain s’éloignant des canons de l’entrepreneurialisme ». Cela suppose d’abord une dimension bottom up à travers, notamment, une démarche participative. Les habitants s’impliquent dans les valorisations patrimoniales et peuvent être sollicités pour les coproduire. Les modalités de cette participation sont variées (Jacquot, 2015) ; les habitants s’y associent comme témoins, ambassadeurs, voire touristes. Souvent, ces politiques présentées comme alternatives s’inscrivent dans les logiques de l’économie sociale et solidaire et s’accompagnent d’un caractère non marchand. Enfin, ces politiques urbaines « ne visent pas à reconstruire la ville pour les groupes sociaux les plus favorisés, mais avant tout pour les couches populaires déjà présentes dans la ville » (Beal et Rousseau, 2014).

7Dans le cas napolitain, notamment à la Sanità, cette dimension participative est omniprésente. N’est-elle pas une nouvelle manière d’investir l’espace urbain et de se le réapproprier ? Ne permet-elle pas d’orienter, d’infuser et de faire évoluer le projet urbain défini par les acteurs institutionnels ?

8De nombreuses villes expérimentent en effet ces démarches participatives, reposant sur la concertation avec les habitants et les associations locales, ainsi que leur implication dans les modes de production des espaces publics. À Paris, au-delà des conseils de quartiers où la concertation avec les habitants s’est systématisée, de nouvelles méthodes sont expérimentées depuis les années 2000 pour rendre les processus plus participatifs et plus inclusifs, comme avec le projet « Réinventons nos places » (Fleury et Wuest, 2016) (démarches in situ, diagnostics partagés, plateforme participative en ligne, etc.). Les résultats demeurent néanmoins encore limités dans la mise en œuvre de « cet urbanisme de processus » où l’on cherche à intégrer davantage les usages (Delarc, 2016). Les acteurs institutionnels développent ainsi de nouveaux outils renouvelant en profondeur la participation citoyenne dès la conception des projets (APUR, 2017). Ces nouvelles manières d’agir relèvent de changements d’approche valorisant les usages et les usagers, de changements de temporalité (des projets de temps courts ou éphémères) et changements de leadership (société civile et acteurs non institutionnels à l’initiative d’un projet).

9Dans le contexte de la crise financière, on expérimente aussi de nouveaux modes de production : à Barcelone, des associations et des collectifs ont obtenu pour une durée déterminée, la gestion d’espaces en friches afin d’y développer des activités culturelles, ludiques, éducatives ou sociales. Cette possibilité d’occupation temporaire de l’espace urbain et son usage privatif donnent naissance à un mode éphémère d’aménagement des lieux publics urbains, qualifiés d’alternatifs (Orduna‑Giro et Jacquot, 2014).

10Au-delà de ces démarches institutionnalisées, il ne faut pas oublier les initiatives plus spontanées d’acteurs locaux qui se mobilisent pour transformer l’espace urbain à travers des modalités alternatives (associations d’habitants, artistes, commerçants). Elles peuvent déboucher sur des coopérations : entretien des espaces verts par les habitants, initiatives privées pour la requalification d’un quartier, fêtes de quartier... L’urbanisme tactique, à l’échelle mondiale, cherche ainsi à transformer et dynamiser l’espace public par des initiatives citoyennes. Au-delà d’une transformation de l’espace plus ou moins temporaire, il renvoie à un engagement citoyen mobilisant les ressorts de l’art et de l’événementiel, et reconnaît le caractère pluriel des aménageurs (Douay et Prévot, 2016).

  • 1 Ce mouvement des « biens communs » (beni comuni) est le résultat de la rencontre entre les travaux (...)
  • 2 Sous l’impulsion d’Alberto Lucarelli, nommé Adjoint aux Biens Communs, Eau publique et démocratie p (...)
  • 3 Ce document entériné à Rome en mai 2013 lors de la Biennale de l’espace public, définit l’espace pu (...)
  • 4 Ce laboratoire est chargé de réaliser un inventaire des biens de la commune abandonnés ou inutilisé (...)

11À Naples, depuis les années 1990, la transformation du centre historique, - associée à une valorisation patrimoniale et culturelle - a mêlé grands projets urbains destinés à accroître l’attractivité de la ville et initiatives spontanées, privées ou associatives, investissant des territoires en déshérence (Salomone, 2014). La commune parie aujourd’hui sur la notion de « biens communs1 » et s’affirme comme un laboratoire expérimental à l’échelle européenne avec la reconnaissance des Communs2 et la création au sein de la municipalité d’un assessorat aux Biens Communs. Ces modes de gestion et de valorisation des ressources territoriales plus collectives assurent un développement plus localisé qui se veut plus durable. Dès 2011, la ville modifie son statut communal et adopte en 2013 la charte de l’Espace Public3. Elle met en place les conditions d’une démocratie participative avec la création d’un Laboratoire pour une Constituante des Biens Communs. Ce dernier organise des concertations et des assemblées thématiques4 où les citoyens peuvent effectuer des propositions de réforme en transformant ainsi les rapports entre l’État et la citoyenneté (Sauvêtre, 2016).

  • 5 Jouxtant le complexe de San Gregorio Armeno dans le centre historique, cet ancien couvent du XVIe, (...)
  • 6 En 2016, la municipalité a attribué le statut de « biens communs » à sept lieux emblématiques de la (...)
  • 7 Le renvoi du président d’ABC Naples, Ugo Mattei, par le maire pour des raisons politiciennes et l’e (...)

12Dans un contexte de crise financière, la municipalité régularise aussi des expériences d’occupation illégale de lieux abandonnés et réinvestis par des collectifs du secteur de la culture (comme l’ex-Asilo Filangieri5). Elle légalise une expérimentation de gestion directe des espaces publics et reconnaît les occupations à usage social de lieux abandonnés (ex-hôpital psychiatrique de Materdei6). Ces mobilisations traduisent l’investissement de la société civile dans le champ culturel et social à travers des formes de résistance urbaine dans un contexte de désengagement de l’État (Froment, 2015). Toutefois, la mise en œuvre de cette politique en faveur des « biens communs » et de la démocratie participative demeure délicate. Les procédures de consultation sont apparues sans effet (Rossomando, 2016). Les principaux protagonistes ont été écartés, donnant un coup d’arrêt à cette expérience napolitaine7 (Sauvêtre, 2016).

  • 8 11 décembre 2011 : « Regolamento per l'affidamento senza fini di lucro a soggetti pubblici e privat (...)

13La municipalité reprend néanmoins l’initiative avec les procédures d’« adoption » et de gestion des espaces publics et des espaces verts8 : un individu ou une association peut obtenir pour un temps limité la concession d’une portion de l’espace public en échange de son entretien et de la requalification de l’espace par des aménagements ponctuels et limités. L’« adoption » vise à « prendre soin » des espaces publics en renforçant ce sentiment d’appartenance au territoire.

Fig. 1 – Adoption des rues ou des parterres à Naples

Fig. 1 – Adoption des rues ou des parterres à Naples

A : Adoption de l’aiola (parterre), via Piedigrotta, par une société de pompes funèbres ; B : Panneau d’information bilingue situé face à l’entrée de la Chapelle San Severo, indiquant l’adoption de l’aire et son agencement

Source : Photographies personnelles, 2017

14 Mais cette procédure privilégie la délégation au détriment de la participation (Rossomando, 2016). Par la délibération communale de septembre 2014 « Adopte une rue » (Adotta una strada) des comités de citoyens peuvent gérer des projets de requalification d’un montant supérieur à 15 000 €. Mais le contrôle de la légalité des procédures d’appel d’offres et de la gestion effective de l’adoption reste en suspens et pose la question des risques encourus par l’acteur institutionnel. Cette adoption des espaces publics ne risque-t-elle pas d’évoluer vers une appropriation, voire une privatisation de l’espace ?

  • 9 « C’est dans le même esprit que les deux autres règlements. Dans l’idée que l’ensemble de la ville (...)

15 Cette politique se poursuit également par le soutien municipal à la créativité urbaine et à la valorisation du street art. La ville se dote d’un pacte intitulé « Street art – bien commun », en décembre 2016, réglementant l’utilisation des espaces urbains. (Salomone, 2018). Cet acte administratif répond à la profusion des œuvres qui, depuis quelques années, ont surgi sur les murs de Naples. L’administration tente de favoriser et d’encadrer l’expression de cet art urbain dans des espaces déterminés, plus étendus et situés dans des quartiers plus périphériques, afin de contribuer à changer l’image des lieux et permettre une appropriation des espaces publics9 :

E lo stesso che ci ha portato ha fare i due altri regolamenti. Nell’idea che l’intera città è di tutto, allora noi voliamo che si sia la partecipazione concreta dei cittadini a farsi che i luoghi, sopra tutto quelli più degradati e che hanno anche delle difficoltà a livello sociale siano curati. Perché bisogna dare questa dimensione [...]. Poi si sviluppa una maggiore identità, una maggiore appartenenza al quartiere e al territorio. E questo è secondo noi, l’unico modo per evitare invece che si possono generare tutto una seria di situazione, di degrado, di delinquenza anche ; sopra tutto perché tutto queste attività dell’arte, di creatività urbana sono state fatte molto spesso dei bambini del quartiere. (Source : Entretien avec Renata Ciannella, responsable à Assessorat à l’Urbanisme, février 2017)

16 Cette politique prolonge les initiatives menées dans le cadre des procédures d’adoption et de gestion des espaces publics et espaces verts. Le street art mobilisé est instrumentalisé. Au‑delà de la démarche esthétique, il revêt une dimension citoyenne et politique. D’où la nécessité d’une implication des habitants dans ces projets d’art participatif à travers la réalisation d’ateliers et de laboratoires (Salomone, 2018).

  • 10 En février 2014, la municipalité valorise le street art à travers une exposition de l’artiste Obey (...)

17 Ces choix traduisent l’alignement des modes de gestion et de production de l’espace public sur les tendances internationales. En effet, le rôle particulier des arts et de la culture dans les processus de transformation sociale et de revalorisation des quartiers a été souligné par de nombreux chercheurs (Auclair, 2003 ; Froment, 2010). À Naples, le recours à l’art contemporain dès les années 1990 et la difficile valorisation-instrumentalisation du street art plus récemment servent ce discours officiel sur la créativité, l’innovation et l’impératif participatif. La ressource culturelle est aussi mobilisée comme un outil de renouvellement urbain (Vivant 2009). Cette dimension occupe une place centrale dans les discours des acteurs et au sein des politiques urbaines, avec comme horizon le référentiel de la ville créative10 (Genard, 2014).

1.2 - L’aire Vergini-Sanità : revitalisation exceptionnelle d’une marge du centre historique ?

  • 11 Regroupant 29 % de la population de la IIIe Municipalité, le quartier Stella compte près de 32 000 (...)
  • 12 Les films d’après-guerre en ont fixé les principales caractéristiques, celles d’un quartier populai (...)

18Ce quartier,11 situé au nord du centre antique, est un territoire facilement identifié et identifiable. De nombreux films12 ont contribué à le populariser dans l’imaginaire collectif et à l’assimiler à la Naples traditionnelle (fig. 2).

Fig. 2 – Carte de localisation

Fig. 2 – Carte de localisation

Source : Salomone 2017

19Il représente par beaucoup d’aspects l’emblème de la marginalité et constitue un lieu particulier dans l’histoire de la ville (Comune di Napoli 2002). Son caractère sacré est attesté depuis l’Antiquité ; le vallon étant utilisé comme lieu de sépulture dès l’époque grecque. Ses caractéristiques physiques lui confèrent identité et spécificité : ses richesses patrimoniales témoignent de l’ancienneté de son occupation humaine (Salomone, 2013). Dès le xviie siècle, le quartier s’urbanise et perd son caractère résidentiel premier pour devenir un quartier populaire et industrieux à fortes densités. Au xixe siècle, la percée d’un pont surplombant le quartier contribue à l’isoler, aggravant la « périphérisation » de la Sanità et marquant symboliquement son enclavement.

  • 13 Les données 2016 sont issues d’un recensement partiel. À l’échelle du quartier Stella, le taux de c (...)

20Les données socio-économiques13 confirment ce trait : taux de chômage élevé, illettrisme et sous-qualification, prégnance de l’économie souterraine (Comune di Napoli, 2011). Caractérisé par une violence et une délinquance endémiques, le quartier vit sous l’emprise de la Camorra (Tab.1). Sa patrimonialisation n’est qu’un aspect des actions menées sur le territoire par un tissu associatif dense, motivé avant tout par des enjeux socio-économiques.

Tab. 1 – Présentation du Rione Sanità et du quartier Stella

 

Superficie
(Km2)

Population résidente
2016

Densité (hab. /km2)

Population étrangère
2016

Naples

119,02

981 374

8369

56 976

San Carlo all’Arena

7,64

103 403

10 897

3740

Stella

1,87

32 725

16749

5647

Rione Sanità
(55 sections de recensement)

Nd.

18 473

Nd

3680

Données du recensement 2016. ISTAT. Réalisation de l’auteur

Source : Commune de Naples, Bulletin municipal

2 - Le réseau d’acteurs pluriels et le processus de patrimonialisation

2.1 - La naissance du processus

21Dès les années 1980, les associations du quartier démontrent la vitalité de la société civile et disent leur sensibilité nouvelle pour le patrimoine. Elles marquent l’espace social de ce quartier où les liens de solidarité sont fortement enracinés. Cette première phase se traduit par un « réinvestissement patrimonial » : les initiatives sont portées alors par le clergé catholique (fig. 3). Dès 1986, les jeunes volontaires de l’association I CARE assurent gratuitement la visite du cimetière des Fontanelle, soutenus par le prêtre de la paroisse, E. Gervasoni (Civitelli, 2012). Le comité Viviquartiere, encouragé par le père G. Rassello réalise des itinéraires touristiques et obtient la gestion des catacombes de San Gaudioso (1999-2003). Les communautés locales se réapproprient leur patrimoine spontanément et sans réelle coordination ; elles participent à son animation, à sa connaissance et à sa reconnaissance. Le processus de patrimonialisation s’accentue et est compris comme « un processus par lequel un collectif humain cherche à conserver en l’état le passé ou à le ressaisir afin de le mettre …en évidence » (Dibie, 2006, 101). Il se démarque de la patrimonialisation par désignation (Rautemberg, 2003), typique de la fabrique du patrimoine institutionnelle (Heinich, 2009). Il s’agit d’une appropriation portée par des populations locales : « citoyens, habitants ».

2.2 - Synergie et dynamiques créées autour de La Paranza

  • 14 En partie, ceux de la Fondation Per il Sud, née en 2006, alliance entre trois institutions bancaire (...)
  • 15 Site : http://altranapoli.it association créée en 2005 par Ernesto Albanese, fait suite à la mort v (...)

22Une seconde phase de la patrimonialisation s’observe avec la création de la Paranza, coopérative soutenue par le Père Antonio Loffredo (juin 2006). Grâce à des financements privés, les jeunes volontaires favorisent ce phénomène accompagné par une mise en tourisme (fig. 2). La réouverture du site constitue une première étape. Ce projet bénéficie de l’appui du diocèse et de financements privés14, notamment de l’association L’Altra Napoli partenaire du projet15. La coopérative est un vecteur de développement socioculturel pour l’ensemble du rione : ouverture d’une maison d’accueil religieuse en 2009, formation des guides et recours à d’autres coopératives du quartier pour la restauration et l’entretien des sites. Ses membres passent de 5 à 20 en 2016 et fonctionnent en symbiose avec l’offre culturelle, théâtrale, musicale, éducative et sociale du quartier (Salomone, 2016).

  • 16 Extrait d’une fiche de présentation fournie par la Fondation San Gennaro (« insuffler le changement (...)
  • 17 Parmi les membres fondateurs figurent des fondations milanaises et des acteurs napolitains (Fondati (...)
  • 18 Extrait d’une fiche de présentation fournie par la Fondation San Gennaro.

23En décembre 2014, la Fondation de Communauté San Gennaro, créée par le Père Antonio Loffredo insuffle une nouvelle dynamique. Son objectif vise au changement par le bas (« Innescare il cambiamento partendo dal basso16 ») en jouant sur la synergie communautaire. La mobilisation des financements privés extérieurs accompagne celle d’un réseau de onze entreprises locales et coopératives. De grandes fondations napolitaines et italiennes17 associées aux deux paroisses du quartier et aux acteurs du territoire financent sa création (entretien A.R Lucidi, Vice-président de la Fondation San Gennaro, 12 juillet 2015). Tous priorisent la « culture, l’innovation et le capital humain »18. Ses missions sont de favoriser le développement du territoire en misant sur les ressources humaines, les projets innovants, la formation et les échanges de compétences. La Fondation San Gennaro devient le principal porteur de projets à caractère éducatif, culturel ou social du quartier et permet sa revitalisation.

Fig. 3 – Dynamique associative, patrimonialisation et revitalisation du quartier

Fig. 3 – Dynamique associative, patrimonialisation et revitalisation du quartier

Réalisation : Salomone 2018

2.3 - Vers un quartier fédéré par la patrimonialisation ?

24Par émulation, de nouvelles associations s’investissent dans cette réappropriation du quartier (fig. 3). Elles révèlent un patrimoine méconnu et favorisent sa protection et sa connaissance. L’association Celanapoli, créée en 2001 par un passionné d’archéologie, autorise la redécouverte d’un bien patrimonial oublié (hypogées funéraires hellénistiques) et le valorise par le biais de visites guidées. L’association Vergini-Sanità, dirigée par l’architecte Pippo Pirozzi, fédère depuis 2009 toutes les initiatives de requalification des espaces publics. Elle multiplie les projets, médiatise le patrimoine et sa mise en tourisme. La découverte d’un nouveau segment de l’aqueduc antique du Serino (octobre 2015) autorise son ouverture au public. Par le financement participatif, l’association favorise la connaissance du site, sa sauvegarde et promeut un tourisme défini comme responsable. D’autres « associations du patrimoine », nées dans son sillage, animent le borgo dei Vergini autour d’un bien patrimonial abandonné ou redécouvert (la SMAVV, centre pour l’Art contemporain de l’église Santa Maria della Misericordia ai Vergini et Gettà la Rete). Ces acteurs du territoire s’investissent à des degrés divers dans la valorisation patrimoniale à travers des visites guidées, des expositions d’art et des animations festives autour d’un patrimoine redécouvert. Véritables ambassadeurs, ils participent à diffuser un nouveau regard sur le quartier (Jacquot, 2015) et à favoriser une prise de conscience chez les habitants qui ne portent pas nécessairement un regard patrimonial sur leur espace de vie.

  • 19 Elle regroupe entre 25 et 30 associations et individus du quartier, difficiles à estimer et à appré (...)
  • 20 Voir note 36.

25Ce système cohabite avec des réseaux plus informels, comme la Rete Sanità19, réseau d’associations et d’individus, porté par le père Alex Zanotelli sensible aux questions socio-économiques et quotidiennes, faisant de la revendication patrimoniale, un investissement identitaire. En effet, le processus de patrimonialisation suppose un accord implicite sur des valeurs collectivement admises, témoignage d’une identité partagée (Di Méo, 2007). Car patrimoine et territoire offrent de nombreuses correspondances de par leur parenté conceptuelle (Di Méo, 1994). Au-delà de leur double nature idéelle et matérielle, ils remplissent une fonction mnémonique et symbolique profondément fédératrice et identitaire pour les corps sociaux et les individus qui les composent. Cette identité collective, qui est un construit social, devient un instrument pour les acteurs du territoire (Di Méo, 2002). Le quartier urbain, en tant qu’espace social et territoire vécu, exerce des effets indéniables sur les représentations identitaires des individus. À la Sanità, cette identité s’est longtemps construite sur un sentiment de relégation, d’exclusion et de mal-être. Mais, avec la revitalisation du quartier autour du patrimoine, l’espace vécu est associé à des valeurs positives. Les quartiers pauvres recèlent en effet une capacité à cristalliser les identités collectives (Di Méo, 2002). Cette identification autour du patrimoine permet non seulement la survie du bien patrimonial, comme avec le cimetière des Fontanelle20, mais aussi l’identification du groupe fédéré autour de l’élément patrimonial (Gravari-Barbas, 1997).

26De ce fait, la patrimonialisation, définie comme l’attribution d’une valeur et d’un sens collectifs d’appartenance commune, s’appuie sur un jeu d’acteurs multiples aux motivations variées qui tentent ainsi de se mettre en scène, de se promouvoir ou simplement d’assurer la reproduction de leur pouvoir (Di Méo, 2007). Cette dynamique de patrimonialisation n’est-elle pas aussi à l’origine d’un nouveau sens de l’urbain ?

3 - Vers un nouveau sens de l’urbain ?

3.1 - Mise en tourisme et réinvestissement des espaces publics

27La Sanità est restée longtemps un quartier méconnu, peu valorisé sur le plan touristique et culturel - car excentré - enclavé et souffrant d’une mauvaise image. Au cours des années 2000, le quartier connaît un soubresaut touristique lié au succès des catacombes, caractérisées par le doublement de leur fréquentation et l’arrivée d’une clientèle étrangère (49 % de visiteurs en 2017, données Catacombes de Naples) (fig. 4).

Fig. 4 – Nombre de visiteurs sur le site des catacombes

Fig. 4 – Nombre de visiteurs sur le site des catacombes

À partir de 2010, les données considèrent l’ensemble des visiteurs sur les deux sites et les participants aux visites guidées du Miglio Sacro.

Source : Bulletin Statistique Municipal. Données Catacombes de Naples, réalisation l’auteur, 2018.

  • 21 Les entretiens réalisés entre 2009 et 2014 auprès d’opérateurs touristiques napolitains le confirme (...)
  • 22 Les B&B officiels et les locations liées à Airbnb se sont considérablement développés à Naples et n (...)
  • 23 Le corpus est constitué de quinze guides de langue française (Guide Vert, Petit Futé, Guide du Rout (...)
  • 24 Magazine Dove, no 3 de mars 2017.

28Malgré son sous-équipement hôtelier lié principalement à l’enclavement du quartier, à sa vétusté et à sa mauvaise réputation21, cet essor fait la prospérité du logement chez l’habitant22. Perçu dans les guides touristiques23 comme un quartier « préservé », il est propice à un tourisme insolite reposant pour partie sur le décryptage de la vie ordinaire (Salomone, 2015). La presse spécialisée (les magazines de voyage24) véhicule ce regard renouvelé et vante ces hébergements présentés comme « atypiques », voués à une clientèle en quête de « cosmopolitisme » et d’« authenticité ». Cette notion ambiguë est à la fois un concept mobilisé par les chercheurs et une catégorie utilisée par les touristes et les acteurs du tourisme (Cravatte, 2009). Elle est devenue un moyen de commercialiser des produits, des destinations, des expériences qui ne s’inscrivent pas dans le tourisme ordinaire (Cousin, 2011). Ainsi, la Sanità apparaît comme le « quartier le plus authentique et le plus populaire de Naples », « là où survit l’âme populaire » (Lonely Planet, 2013, 59). L’insolite ou l’inédit se situent du côté de l’optimisation de l’« authenticité » touristique (MacCannel, 1976). Le modèle d’une offre touristique de masse est en effet remis en question face à une demande plus individualisée et différenciée. Cette quête d’un tourisme hors des sentiers battus, perçue comme « authentique », est propice à des pratiques alternatives (Gravari-Barbas et Deleplace, 2015). L’attention est portée au quotidien, à l’ordinaire, aux interactions sociales et aux expériences « authentiques » (Hoolbrook et Hirschamn, 1982 ; Aguas et Gouyette, 2011).

  • 25 Le Projet Obvia lancé dès avril 2017 : signature d’un accord entre le Musée archéologique (MANN) et (...)
  • 26 La municipalité s’est rapprochée depuis 2013 d’autres grandes destinations touristiques urbaines it (...)

29À l’échelle du quartier, les partenariats associatifs changent d’échelle ; ils intègrent des réseaux renforçant leur visibilité. Leur reconnaissance s’officialise avec le partenariat créé avec le Musée archéologique25 (Projet Obvia) tandis que la Commune tisse un réseau d’acteurs autour de la colline de Capodimonte afin de promouvoir un tourisme durable26 (janvier 2017).

  • 27 L’assassinat d’un jeune garçon de 17 ans dans le quartier (G. Cesarano) en septembre 2015 par des m (...)

30Ce réveil du quartier s’appuie aussi sur de nouvelles pratiques spatiales. Les visites guidées, essentiellement en italien, attirent une clientèle locale et régionale, surtout napolitaine, à l’exception des catacombes. La valorisation patrimoniale, suscitant une animation culturelle, recrée du lien social autour d’événements festifs désormais devenus récurrents (Benvenuti al Rione, Sanità Tà Tà). Elle se prolonge par des actions de sensibilisation au patrimoine menée auprès du public scolaire. Ces manifestations culturelles donnent à voir un quartier ouvert, embelli et mobilisé traduisant une réappropriation des espaces publics. Elles tentent de renforcer la cohésion sociale dans un contexte de violence marquée. Les derniers épisodes liés aux affrontements entre les clans de la Camorra ont particulièrement mobilisé la population locale27. L’objectif des acteurs du territoire est de renforcer cette cohésion et de nourrir ce sentiment d’appartenance :

  • 28 « Nous en avons organisé une troisième, au printemps, même si elle était petite, au moment de l’ina (...)

Noi ne abbiamo fatto una terza a primavera, anche se è molto piccola, in cui abbiamo fatto i murales, abbiamo riempito la piazza di fiori, intorno agli ulivi che stanno resistente, l’arredamento della piazza. L’idea è cercare di promuovere comunità, sempre quella (…) A creare comunità, che la gente torni in strada, che senta il senso di appartenenza, che è bello che abitare in quel quartiere, che solo in quel quartiere si fa questa cosa, quindi trasformarli da paria a nobili, da un vigliacco a orgoglioso di abitare in quel quartiere28. (Entretien M. Cappella, vice-président de la Fondation de Communauté San Gennaro, 21 juillet 2016).

31Dans les territoires en difficulté, le rôle particulier des arts et de la culture dans les processus de transformation sociale et de revalorisation des quartiers a fréquemment été souligné (Auclair, 2006). Cela doit néanmoins s’accompagner d’autres politiques en matière d’urbanisme, de logement, de transport ou d’emploi.

  • 29 Des pratiques temporaires, mises en œuvre notamment lors de ces manifestations festives, qui rythme (...)
  • 30 Ces manifestations (expositions de photographies, de tableaux, concerts,) sont présentées dans la p (...)

32Ces manifestations s’appuient sur de nouvelles pratiques spatiales29 (piétonnisation, circuit en vélo) et génèrent des interventions urbaines ponctuelles, financées et organisées par la Fondation. Des initiatives individuelles transforment les usages des lieux. Ainsi, le propriétaire d’un bar à vin organise depuis avril 2016 des apéritifs dînatoires au Borgo dei Vergini pour recréer du lien social et démocratiser l’accès à la culture. Par ces manifestations culturelles gratuites30, il contribue à l’ouverture du quartier, à son animation nocturne alors que sa « mauvaise » réputation est encore vivace dans l’esprit de nombreux Napolitains. Même si la portée de cet événement est limitée, la mixité des publics est favorisée (habitants du quartier et extérieur), l’image du quartier revalorisée au sein de sa population et vis-à-vis de l’extérieur (Auclair, 2003).

33Quant aux interventions de street art, encouragées par la Fondation (2016), elles sont une expérience d’art participatif au service du quartier (Salomone, 2018). Tout comme l’événementiel, elles sont une manière de se démarquer et de donner à voir une autre image de la Sanità. Les interventions artistiques, dont la fonction esthétisante est souvent affirmée par ses promoteurs (Blanchard, 2007) ont aussi une fonction sociale. Les murs de la Sanità se couvrent de fresques grâce à la rencontre entre Giuseppina Ottieri de l’association Fazoletto di perle et le directeur des catacombes, le prêtre de la paroisse. Ces œuvres construisent une nouvelle représentation du lieu et créent un rapport différent des individus avec leur espace quotidien, coloré et transformé. Elles suscitent de nouveaux circuits touristiques et participent ainsi à l’esthétisation de la ville. Les performances se réalisent avec la collaboration et l’implication des habitants, notamment des enfants du quartier. Cela contribue à leur donner une légitimité et à les faire accepter auprès de la population (Entretien avec G. Ottieri, 16 février 2017).

  • 31 Données fournies par les catacombes de Naples (+ 35,9% par rapport à 2016 pour cette offre touristi (...)

34Le street art devient ainsi un outil marketing et de promotion des interventions menées par la Fondation dans le quartier. Celles-ci doivent servir à renforcer le sens civique des habitants, réputé faible dans les quartiers populaires et à combattre les clichés. Indirectement, elles complètent l’offre touristique proposée par la Paranza et constituent un complément à la découverte du territoire (5 330 participants aux visites guidées dans le quartier en 201731 grâce au circuit Il Miglio Sacro). Intégrer à la visite guidée du quartier les murales, c’est aussi promouvoir le territoire et ses acteurs et nourrir cette image d’un quartier insolite et d’un espace créatif et innovant (Salomone, 2015) (fig. 5). D’autres manifestations culturelles, ou des performances artistiques, en lien avec l’art contemporain, animent le quartier et certains des sites patrimoniaux (tab. 2). Elles contribuent à le revitaliser et à changer son image auprès d’un public extérieur.

Fig. 5 – Street art à la Sanità : un nouveau regard (au sein et du) quartier

Fig. 5 – Street art à la Sanità : un nouveau regard (au sein et du) quartier

A : Fresque sur la place de la Sanità, « Luce » de Tono Cruz, réalisée à partir des portraits d’enfants du quartier. B : Fresque du projet « Ultravioletto » avec l’œuvre de F. Bosoletti : « Speranza nascosta » (représentant le visage d’une femme de la Sanità marquée par les années) sur la façade de la Tenda, centre social pour sans domicile fixe. C et D : Fresques de Mono Gonzales Sebastian et de Gonzalez Ruiz sur la façade et le côté de l’Église des Fontanelle, dont l’une avec le visage de Déméter

Source : Photographies personnelles (avril 2016 et février 2017)

35 En temps de crise, ces initiatives spontanées traduisent certes une nouvelle attention portée aux espaces publics et à leurs appropriations citoyennes, mais, elles sont aussi porteuses d’aménagements urbains plus durables.

3.2 - Un espace public qui se réinvente : des associations, des nouveaux acteurs de l’aménagement ?

36L’animation et l’aménagement des espaces participent à la revitalisation du quartier. Ils accompagnent et prolongent le processus de patrimonialisation ; ils en constituent aussi une nouvelle phase. Certaines des associations apparaissent comme des moteurs de l’aménagement (tab. 2).

Tab. 2 – Typologie des interventions effectuées ou en cours dans l’aire Vergini‑Sanità

Piétonisation temporaire d’une rue

- Zone à trafic limité temporaire dans le cadre d’un événementiel culturel (juillet - oct. 2016) 

Collectif Borgo dei Vergini
Association Vergini - Sanità

Animation d’une rue

Aperisepe (Aperitif à la Cantina Sepe) depuis 2016
Evènementiel festif
- « Benvenuti al Rione Sanità » organisé depuis juillet 2015
- « Sanita tatà » (déc. 2016)/ Nuits blanches au Rione (déc. 2016)

Commerçant
Fondation de Communauté San Gennaro
IIIe Municipalité

Végétaliser

Aménagement place Sanità – Place l’église San Severo

Fondation San Gennaro
Paroisse de la Sanità

Installer du mobilier

Aménagement de la place Sanità (banc, végétalisation, décor urbain)

Fondation San Gennaro
Paroisse de la Sanità

Création de parcs (ou entretien)

réouverture et entretien du Parc San Gennaro
Jardin urbain de la Salita Penninata

Collectif des habitants du quartier, Rete Sanità
IIIe Municipalité
Association pro Natura E & L Napoli

Interventions artistiques

Street art
Performances artistiques dans certains sites archéologiques dans le cadre du projet « Undernearth the Arches » avec résidence d’artistes (exposition d’un artiste mexicain à l’aqueduc du Serino, gérée par l’association Vergini Sanità dès mars 2018.
Performances artistiques (musique, théâtre, danse..) dans le cadre du programme Altofest depuis 2016 dans divers lieux privés de la ville et notamment dans le quartier Sanità : accueil des artistes chez l’habitant

Association « Fazzoletti di perle » en lien avec la Fondation San Gennaro
Association Vergini- Sanità avec le soutien de musées et fondations (Musée d’art contemporain, Fondation Morra) et les financements de commerçants du quartier
Des habitants du quartier de la Sanità accueillent ces manifestations culturelles.

Projet d’aménagement d’une zone à trafic limité ("iVergini")

Projet d’une ZTL au Vergini

IIIe Municipalité
Association Vergini- Sanità (concertation avec les habitants et les commerçants)

Adoption d’une place Requalification

Requalification urbaine de deux places (Largo Vito et Place San Severo) (2017)
Adoption de la via Arena alla Sanità (2018)

Fondation San Gennaro
Réseau de commerçants
Collaboration avec l’Université

Source : Tableau sur « l’urbanisme tactique » Lydon et Garcia (2015), modifié et adapté par l’auteur

  • 32 Plusieurs acteurs sont en réalité impliqués dans le financement et le soutien à ces aménagements (F (...)

37En 2016, la Fondation San Gennaro conçoit deux projets d’aménagement urbain, dans le cadre du 50e anniversaire de la disparition du célèbre acteur comique napolitain, originaire de la Sanità, Antonio De Curtis (Toto) véritable figure emblématique. Elle fait adopter deux places (Largo Vita et San Severo) par les commerçants membres de son réseau32. Une convention est signée avec la Commune pour trois ans ; elle confie la gestion ordinaire et l’entretien du site à ces derniers en échange d’avantages fiscaux (fig. 6).

Fig. 6 – Projets de requalification de l’espace urbain. Quartier Sanità

Fig. 6 – Projets de requalification de l’espace urbain. Quartier Sanità

A : Façade de l’église San Severo alla Sanità avec la réalisation d’une fresque et agencement de l’espace attenant. B : Affiche d’information réalisée par la fondation « Le Rione Sanità est en train de changer ».

Source : Fondation de Communauté San Gennaro, 2017.

38 Les étudiants du département d’architecture de l’Université Federico II réagencent et requalifient l’espace par des interventions ponctuelles (végétalisation, décor urbain repensé, pavements modifiés, installation d’œuvres d’art et de mobilier urbain et réhabilitation de la façade de l’église) (fig. 6).

E finalmente l’occasione di fare di tutto questo laboratorio di sperimentazione un vero contributo piccolo ma denso al recupero del senso civico, di una bellezza quotidiana condivisa negli spazi del Rione : adottare delle piazze e rendere omaggio al popolare ma colto Antonio De Curtis (l’immortale Totò) a cinquant’anni della morte (Antonio Loffredo, Prêtre de la Paroisse de la Sanità, extrait de La Repubblica, 04 avril 2017)

  • 33 Cette évolution est perceptible dans le discours des guides touristiques étudiés (Salomone 2014). L (...)

39 À travers cette action, la Fondation souhaite renforcer le sens civique affaibli dans les quartiers populaires, et favoriser la réappropriation des espaces. Ces interventions confèrent au quartier une image dynamique et le revitalisent, atténuant les anciens clichés33. La place « Largo Vita » devient ainsi une nouvelle « porte d’entrée » pour le Rione, où l’on projette une liaison avec la station de métro Materdei.

40 Le rapprochement opéré avec les acteurs institutionnels fait des associations des « ambassadeurs » du territoire, des porte-voix de projets de requalification. Dès 2009, l’association Vergini‑Sanità, élabore des projets de requalification du Borgo dei Vergini et tente de coordonner les acteurs du territoire grâce à un tissu de relations tissées avec le monde universitaire. Elle devient un outil incontournable du dialogue avec les institutions locales. Force de proposition, elle mobilise les financements européens et médiatise ses initiatives. Ainsi, en 2016, ses propositions inspirent fortement le projet de l’ordre des architectes, proposé à la Commune et présenté auprès du ministère des Biens et des Activités culturelles et du Tourisme. Ce projet territorial intégré, adopté par la Commune, est retenu en janvier 2017 et obtient un financement de 300 000 €. Issu d’une synergie institutionnelle, il envisage à la fois des interventions de protection et de valorisation du patrimoine dans le Borgo dei Vergini, un renforcement de l’offre touristique et une amélioration de son accessibilité, nécessaire à sa requalification. L’association se charge de promouvoir, dès l’automne 2016, le débat autour de la mise en place d’une zone à trafic limité (ZTL), première étape d’une requalification des espaces. La délibération communale, adoptée en décembre, prévoit en effet une nouvelle réglementation du trafic, la création d’aires piétonnes et la redéfinition du sens de circulation. L’association constitue alors un comité Borgo Vergini et anime des réunions en février et mars 2017 avec la collaboration de la IIIe municipalité, destinées à informer le public. Cette forme d’urbanisme participatif associe quelques habitants. Elle apporte des solutions concrètes aux problématiques soulevées (fonctionnent du marché, viabilité, accessibilité de l’aire, gestion des déchets) et doit favoriser l’acceptabilité sociale des projets.

4 - Mobilisations citoyennes et espace public : vers une politique urbaine alternative ?

41Derrière la diversification des acteurs impliqués et le renouvellement des méthodes, la Commune privilégie une ouverture en direction de la société civile et des habitants. La concertation et la participation sont en effet une nouvelle méthodologie pour la production des espaces publics (Fleury et Tonnelat, 2012). À Naples, ce processus doit permettre une meilleure appropriation de l’espace par les citadins : 27 demandes d’adoption d’un espace sont en cours de négociation avec la Commune (février 2017), en juin 2018, 13 faisaient l’objet d’une convention. Le cas de la Chapelle San Severo, située dans le centre antique, l’illustre. Les propriétaires privés du site ont « adopté » la ruelle adjacente, réalisé des aménagements urbains, et réglementé la circulation automobile, non sans susciter les protestations de certains riverains dénonçant les risques de « privatisation » de l’espace et les gênes occasionnées pour les usagers (fig. 1).

42À l’échelle du quartier Sanità, les associations contribuent par leurs propositions à orienter et infuser le projet urbain à travers, notamment, le rôle des citoyens-experts, habitants du quartier, ou par le biais des projets menés sur les espaces publics. Mais toutes les associations n’envisagent pas de la même manière leur rapport avec l’acteur public, en l’occurrence la Commune. La Fondation San Gennaro a des relations très distendues, empreintes de méfiance ou d’indifférence à l’égard des acteurs institutionnels. Elle a construit son action en totale indépendance. Ses financements sont issus des structures privées, du monde associatif et des fondations par le biais du mécénat (fundraising et crowdfunding). Dans ce rapport avec les forces politiques locales, elle tire sa légitimité de son ancrage dans le quartier, et de sa reconnaissance médiatique nationale, grâce à des alliances solides, informelles à diverses échelles (du quartier, au Vatican et aux ministères), reflet d’enjeux probablement plus politiques. Dans un contexte où l’évolution de la législation vers un partenariat accru entre sphère publique et réalité associative s’affirme pour la gestion du patrimoine archéologique, le succès des catacombes devient un modèle exemplaire.

  • 34 Ces compétences relèvent de la voirie, des activités sociales d’assistance, des activités culturell (...)

43L’élection en juin 2016 d’un nouveau président de la IIIe Municipalité, Ivo Poggiani, issu des centres sociaux, conduit à un rapprochement avec les membres de la Fondation. Très actif et mobilisé sur le terrain, ce dernier reconnaît le rôle essentiel de ces acteurs territoriaux. Défenseur de cette démocratie participative, il encourage les initiatives locales (entretien avec I. Poggiani, 23 février 2017). Si les compétences de cet échelon administratif restent théoriquement limitées34, la IIIe Municipalité s’affirme toutefois comme un nouvel interlocuteur reconnu par les habitants et les associations, et comme un relais des projets portés par la majorité communale (projet ZTL).

  • 35 Ce réseau est très critique à l’égard des choix politiques ou budgétaires des acteurs institutionne (...)

44D’autres réseaux plus informels agissant sur le territoire, comme la Rete Sanità, constituent une force de propositions, voire de contestation35, prête à dialoguer avec les pouvoirs publics. Elle s’est révélée comme un acteur majeur dans des mobilisations citoyennes « conflictuelles » : l’occupation du Parc de San Gennaro en 2008 ou celle du cimetière des en 2010 (Salomone, 2013). Ces deux sites sont les témoins d’un engagement militant de la part de la population habitante, autour d’une occupation-protestation pour réclamer auprès de la Commune leur ouverture et leur entretien. Dans le discours de ces acteurs, l’acte militant (l’occupation) est présenté comme une réappropriation citoyenne, porteuse de sens. Le parc San Gennaro est ainsi l’un des rares espaces verts du quartier, longtemps abandonné ou négligé, sujet à de nombreux actes de vandalisme. En mai 2008, des associations et habitants décident sa réouverture et la réalisation de travaux pour permettre son utilisation. Depuis, son ouverture a été quelque peu aléatoire, même s’il symbolise l’un des premiers espaces réappropriés par les habitants.

  • 36 Le parc San Gennaro est l’un des premiers, sinon le premier exemple d’une réappropriation de la cho (...)

Il parco san Gennaro è uno dei primi, se non il primo, esempio in Italia di riappropriazione della cosa pubblica da parte dei cittadini che, nel 2008, l’hanno aperto, pulito, gestito, organizzato. In seguito si è formato un comitato che ha continuamente dialogato con il Comune36(Extrait du blog d’Antonio Caiafa, membre de la rete Sanità, 4 août 2016, https://quartieresanita.com).

  • 37 Lieu de la pratique du culte des âmes du Purgatoire et de l’adoption des crânes, une pratique de dé (...)
  • 38 En dépit de travaux de restructuration et de consolidation réalisés dans les années 2000, l’ouvertu (...)
  • 39 Le cimetière est un lieu de rivalités sourdes entre les acteurs du territoire. L’arrivée d’une nouv (...)
  • 40 Protocole d’entente entre la Commune et la paroisse des Fontanelle à propos de la valorisation cult (...)

45Le cimetière des Fontanelle est un lieu symbolique de la ville de Naples. Principal ossuaire et lieu de sépulture attesté depuis le xviiie siècle, il a longtemps été un lieu de culte37 avant de se transformer en site patrimonial et touristique majeur. Il devient un enjeu pour les acteurs du territoire, témoin de cette volonté d’appropriation et d’affirmation identitaire. En 2010, les associations du quartier et habitants décident son occupation pour protester contre son habituelle fermeture38. Cela marque symboliquement une revendication identitaire fréquente autour d’un bien patrimonial, d’autant que derrière l’ouverture et la gestion du site se profilent des enjeux économiques et financiers importants. Au-delà du consensus construit autour du processus de patrimonialisation, des tensions peuvent surgir autour de la gestion d’un bien patrimonial (Gravari-Barbas et Veschambre, 2003). Dès lors, le site est à nouveau accessible gratuitement et son ouverture est provisoirement gérée par une société de services liée à la municipalité39. En 2018, après plusieurs années de dialogue et d’hésitations, la commune décide de confier sa gestion à la paroisse des Fontanelle40 et indirectement aux catacombes de Naples par le biais d’une convention à établir sur les modalités de sa gestion.

46Ces luttes sociales et politiques sont l’expression d’une solidarité enracinée dans ce quartier très dégradé. Favorable à un développement local, méfiante à l’égard des investisseurs privés, la rete Sanità s’inquiète des transformations urbaines en cours : elle craint un processus de gentrification et une perte d’identité (entretien avec le Padre Alex Zanotelli, 21 juillet 2015). Aux yeux de ses membres, résoudre les problèmes de pauvreté, de chômage, d’éducation et de violence reste la priorité.

  • 41 Une coopérative napolitaine, Vascitour, a mis en place dans son offre touristique un système des re (...)
  • 42 Sur les 103 709 visiteurs des catacombes en 2017 (incluant les deux sites des catacombes ou les vis (...)

47Avec l’adoption de cette nouvelle politique urbaine, la démarche participative esquissée est encore balbutiante par son amplitude et ses effets. Le processus semble s’amorcer et l’implication des habitants demeure mesurée. Les interventions et les mobilisations patrimoniales sont rarement portées par de nombreux habitants. Certains d’entre eux sont néanmoins coproducteurs de la mise en patrimoine et mise en tourisme au sein des associations ou coopératives organisant les visites guidées (Vergini-Sanità, Getta la Rete, la Paranza, Celanapoli, Iris-Fontanelle). La dimension participative s’accentue avec l’essor de nouvelles formes d’hospitalité reposant sur la rencontre41 (repas chez l’habitant, logement, B & B). Ce sont également les habitants qui bénéficient principalement des manifestations culturelles organisées dans le quartier. Ils peuvent prendre part aux visites guidées42 et sont aussi les destinataires de ces politiques patrimoniales et touristiques. Leur implication est toutefois plus limitée dans la réflexion autour des espaces publics et des aménagements urbains.

  • 43 Les expérimentations artistiques autour du street art ont impliqué un nombre limité d’adultes et d’ (...)

48Les principaux protagonistes sont davantage les associations et les « experts » mobilisés (universitaires et architectes), relevant d’un militantisme actif (Douay, 2012). Leur faible participation aux réunions (ZTL) ou encore aux expérimentations du street art en témoigne43. Les acteurs du territoire ont conscience de cette faible implication de la population dans les processus en cours, mais ils soulignent la nouveauté des procédures :

  • 44 « À la rencontre pour la ZTL de la via Vergini, il m’a été répondu par l’adjoint de la IIIe Municip (...)

All'incontro per la ZTL alla via Vergini mi è stato risposto, dall'assessore della Municipalita III Mimmo Rusciano, che il tutto è già stato approvato !, mentre per le strade limitrofe, le vie di fuga, i sensi unici, i doppi sensi, i permessi ecc, ... si sta studiando come fare. Le proposte della rete del rione Sanità sono state un po’ approssimate dalla platea istituzionale, ma ripeto, ad un tavolo ci siamo anche noi e questo è buona cosa (…). Quello che ripeto continuamente (che ripetiamo, è vero siamo in pochi, ma lo facciamo da anni) è che le proposte non devono scendere dall’alto per elogio al politicotto, ma devono essere frutto di una partecipazione costate44. (Source : Extrait du blog d’Antonio Caiafa, 28 février 2017)

49Pour certains des commerçants interrogés, les habitants demeurent éloignés de ces préoccupations ou simplement indifférents, même s’ils retrouvent une certaine fierté. Les entretiens informels réalisés dans le quartier soulignent tous les engagements de la Fondation San Gennaro, des jeunes de la Paranza et du prêtre de la Paroisse : un véritable récit mythique se forge autour de cette renaissance du quartier et cette fierté retrouvée, confirmées par l’analyse des réseaux sociaux (Salomone et Haddouche, 2017).

  • 45 Ainsi, la Fondation San Gennaro a mis en œuvre une consultation populaire pour le choix des matéria (...)

50Les expérimentations urbanistiques à dimension participative, portées par la IIIe municipalité et certaines associations, ne dépassent pas le stade de la consultation. Les modalités de prise en compte des usagers du territoire sont limitées : il n’y a ni diagnostic partagé ni réelle co-construction des projets. La consultation des habitants et usagers est de faible ampleur et aléatoire45, elle obéit pour l’instant à une logique communicationnelle.

51À l’échelle de la municipalité, les mobilisations environnementales (« l’adoption d’un espace vert ») - concernant la réalisation et l’entretien de parterres dans les espaces publics et la plantation d’arbres - ont elles aussi un impact limité, contrairement à d’autres quartiers plus résidentiels ou plus industrialisés. Seuls 2,4 % des 375 espaces verts ont été confiés à un acteur privé relevant de la zone collinaire de la IIIe Municipalité. Peu de riverains, de commerçants ou d’habitants ont pris en charge l’entretien des espaces sélectionnés par la municipalité.

  • 46 Les discussions autour de la ZTL et son projet sont actuellement en suspens en 2018.

52En revanche, les manifestations festives, en favorisant l’appropriation citoyenne de l’espace public, deviennent un outil marketing pour la Fondation. Elles impulsent essentiellement des changements progressifs et ponctuels permettant d’expérimenter la piétonnisation tout en favorisant une évolution des usages, même si les effets sont lents (fig. 7). Celle mise en œuvre occasionnellement au Borgo dei Vergini prépare la mise en place de la future ZTL46. Les acteurs institutionnels repensent leur stratégie d’aménagement et encouragent une forme d’institutionnalisation de l’aménagement temporaire des espaces publics, en tant qu’outil d’accompagnement des projets urbains (Pradel, 2013).

53Qui sont les destinataires de ces politiques urbaines alternatives ? Les visiteurs, les touristes, les habitants, ou les catégories populaires majoritaires sur le territoire ?

  • 47 Rapporto sulla Criminalità in Italia. 2006, p. 198. Les articles de la presse italienne nationale e (...)

54Les aménagements urbains et la requalification des espaces semblent cibler d’abord les habitants du quartier pour recréer du lien dans un territoire gangrené par la mafia et la violence47. Ils visent à réinvestir l’espace public comme lieu de rencontre et d’interaction sociale (fig. 8). Derrière ces préoccupations se perçoit aussi une aspiration de la population à la normalité, à un contrôle social renforcé et à une qualité de vie améliorée. En avril 2017, l’organisation d’un premier pique-nique social par une association environnementaliste (pro Natura E & L Napoli) dans le jardin d’un ancien monastère requalifié sert cette préoccupation. L’association a encouragé la reconquête de cette friche autour d’actions citoyennes, mobilisées sur les questions environnementales (création d’un jardin urbain, d’une ferme pédagogique pour les enfants, d’un parcours botanique et d’une aire de pique-nique à destination des habitants).

Fig. 7 – Adoption du Largo Vita et aménagements réalisés

Fig. 7 – Adoption du Largo Vita et aménagements réalisés

A : Les effets du réaménagement du Largo Vita (rebaptisé Largo Toto) sont peu visibles. B : L’espace apparaît mal entretenu et dégradé (mobilier détruit, détritus).

Source : Photographies personnelles, février 2018

55 En revanche, les politiques touristiques et patrimoniales s’adressent aux Napolitains résidant plutôt à l’extérieur du quartier ou à des visiteurs italiens. Les visites guidées attirent plus rarement le public international par manque d’adéquation de l’offre à ce type de public, les catacombes étant une exception. Mais la valorisation touristique et patrimoniale comporte des enjeux économiques majeurs pour le quartier, même si l’impact en matière d’emplois reste encore limité. Le modèle des catacombes, - celui d’un développement local favorisé par des initiatives venues d’en bas - est-il généralisable à l’ensemble du quartier pour la gestion des sites patrimoniaux ? L’offre d’hébergements variée correspond encore rarement à la logique d’une économie sociale et solidaire, même si elle est présente à travers des maisons d’accueil religieuses ou des hébergements chez l’habitant à prix modestes. Le quartier propose également d’autres types d’hébergement de type B & B plus luxueux liés à des voyagistes spécialisés. Le développement du tourisme, – et les convoitises qu’il suscite, notamment à travers les bénéfices espérés pour des intérêts privés – risque de remettre en cause ce modèle d’un développement local en échappant aux acteurs du territoire et en favorisant l’arrivée d’investisseurs extérieurs voire étrangers. Dès lors, la valorisation patrimoniale et touristique pourrait, en effet, – comme dans de nombreux quartiers populaires centraux – alimenter un processus de gentrification (Clerval et Fleury, 2009 ; Bidou-Zachariasen, 2003).

Fig. 8 – Mobilisation patrimoniale, valorisation touristique et requalification des espaces au sein de l’aire Vergini-Sanità

Fig. 8 – Mobilisation patrimoniale, valorisation touristique et requalification des espaces au sein de l’aire Vergini-Sanità

Crédits : Droits réservés

Conclusion

56Pour la Commune de Naples, le quartier est perçu comme un lieu d’expérimentations complexes, notamment en matière de gestion du patrimoine, où les catacombes font figure de modèle exemplaire sur le plan du développement local et des initiatives venues d’en bas. Si la mobilisation patrimoniale a eu un sens politique, elle revêt désormais une autre dimension par cet engagement autour de l’« adoption » des places, de la requalification des espaces urbains et des projets d’aménagement. Elle fait intervenir une pluralité d’acteurs notamment associatifs, aux motivations variées. Cette nouvelle étape accompagne le processus de patrimonialisation initié dans les années 1980. La dimension participative est au cœur de cette démarche, même si les effets sont encore limités. Elle contribue à un changement d’image pour le quartier et génère peu à peu de nouvelles pratiques spatiales, favorisant un nouveau sens de l’urbain chez les habitants. Certaines associations s’affirment aussi comme de nouveaux acteurs de l’aménagement et deviennent parfois des interlocuteurs privilégiés de l’acteur public. En cela, la stratégie urbaine menée apparaît alternative.

57Leur réussite est révélatrice des potentialités d’un quartier, longtemps ignoré des acteurs institutionnels. Le capital symbolique conféré par le patrimoine, et plus généralement sa présence dans l’espace public, est aussi mis à profit notamment par la Fondation de San Gennaro pour s’affirmer face au pouvoir local (Di Meo, 2008). Il a une fonction identitaire et contribue à renforcer ce sentiment d’appartenance à un quartier si spécifique.

58Toutefois, la gestion difficile de sites patrimoniaux, comme le cimetière des Fontanelle, révèle l’importance des enjeux à la fois symboliques et socio-économiques de la patrimonialisation. Il reflète également les rivalités apparues entre les acteurs du territoire et leurs difficultés à collaborer et à porter des projets collectifs. Ce sont bien des voix plurielles, qui s’expriment et le dialogue récent, mais inégal engagé avec les acteurs institutionnels le prouve. Ne traduisent-elles pas aussi un désir de normalité et l’aspiration à une meilleure qualité de vie ?

Top of page

Bibliography

Aguas, J.‑C. et B. Gouyette. 2011. L’invention d’un tourisme de l’ordinaire. L’exemple des promenades urbaines. Espaces 292 (mai) : 8-13.

APUR (Atelier parisien d’urbanisme). 2017 La ville autrement. Initiatives citoyennes, urbanisme temporaire, innovations publiques, plateformes numériques. 114 p.

Auclair, E. 2003. Le développement culturel comme outil de promotion d’une identité territoriale ou comment les acteurs se saisissent de la culture pour faire émerger un territoire. In Lieux de culture, culture des lieux, dir. M. Gravari-Barbas et P. Violier, 95-101. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Auclair, E. 2006. Comment les arts et la culture peuvent participer à la lutte contre les phénomènes de ségrégation dans les quartiers en crise ? Hérodote 122 (3) : 212 -220.

Auclair, E. et A. Hertzog. 2015. Grands ensembles, cités ouvrières, logement social : patrimoines habités, patrimoines contestés. EchoGéo 33, en ligne, http://journals.openedition.org/echogeo/14360, consulté le 7 nov. 2019.

Béal, V. et M. Rousseau. 2014. Alterpolitiques ! Métropoles 15, en ligne, http://journals.openedition.org/metropoles/4948, consulté le 7 nov. 2019.

Bidou-Zachariasen, C. dir. 2003. Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres. Paris : Descartes & Cie.

Blanchard, S. 2017. Street art, rénovation urbaine et gentrification dans le Nord-est parisien entre marketing urbain et gender mainstreaming. Urbanités 9, en ligne, http://www.revue-urbanites.fr/9-street-art-renovation-urbaine-et-gentrification-dans-le-nord-est-parisien-entre-marketing-urbain-et-gender-mainstreaming/

Carmona, M., De Magalhaes C. et L. Hammond. 2008. Public Space. The Management Dimension. New-York: Routledge.

Clerval A. et A. Fleury. 2009. Politiques urbaines et gentrification, une analyse critique à partir du cas de Paris . L’Espace Politique 8 (2), en ligne, http://journals.openedition.org/espacepolitique/1314, consulté le 7 nov. 2019.

Comune di Napoli. 2002. Rapporto finale di esecuzione, URBAN (dossier consulté à la Commune de Naples).

Comune di Napoli. 2011. Profilo di Comunità, Municipalità 3- Distretto 29, Stella – San Carlo all’Arena 2010 – 2011. Naples : A. Guida editore. 143 p.

Civitelli, R. 2012. Il cimitero delle Fontanelle. Una storia napoletana. Napoli : Libreria Dante & Descartes. 107 p.

Cousin, S. 2011. Destination authentique. Le tourisme ou la quête perdue de l’authenticité. Cahiers du musée des Confluences 8 : 59-66.

Cousin, S., G. Djament-Tran, M. Gravari-Barbas et S. Jacquot. 2015. Contre la métropole créative... tout contre. Les politiques patrimoniales et touristiques de Plaine Commune, Seine-Saint-Denis. Métropoles 17, en ligne http://metropoles.revues.org/5171, consulté le 7 nov. 2019.

Cravatte, C. 2009. L’anthropologie du tourisme et l’authenticité. Catégorie analytique ou catégorie indigène ? Cahiers d’études africaines 193-194 (1) : 603-620.

Delarc, M. 2016. Quelle prise en compte des « usages » dans la conception des espaces publics urbains ? Le cas de la place de la République à Paris. Métropolitiques 20 janvier 2016, en ligne https://www.metropolitiques.eu/Quelle-prise-en-compte-des-usages-dans-la-conception-des-espaces-publics.html, consulté le 7 nov. 2019.

Di Méo, G. 1994. Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle. Espaces et société 78 (4) : 15 -34. ERES.

Di Méo, G. 2002. L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société. Géocarrefour 77 (2) : 75 -182.

Di Méo, G. 2007. Processus de patrimonialisation et construction des territoires. In Colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser », 87-109. Poitiers-Châtellerault : Geste éditions.

Dibie, P. 2006. Le Village métamorphosé. Révolution dans la France profonde. Paris : Plon.

Djament-Tran, G. 2015. La place des habitants dans la patrimonialisation conflictuelle du logement social. EchoGéo 33, En ligne http://journals.openedition.org/echogeo/14349, consulté le 7 nov. 2019.

Douay, N. et M. Prévot. 2016. Circulation d’un modèle urbain « alternatif » ? EchoGéo 36, en ligne, http://echogeo.revues.org/14617, consulté le 7 nov. 2019.

Douay, N. 2012. L’activisme urbain à Montréal : des luttes urbaines à la revendication d’une ville artistique, durable et collaborative. L’Information géographique, 76 : 83-96.

Festa, D. 2016. Les communs urbains. L’invention du commun. Tracés. Revue de Sciences humaines 16, en ligne http://journals.openedition.org/traces/6636, consulté le 7 nov. 2019.

Fleury, A. 2004. Espace public. Hypergéo, En ligne http://www.hypergeo.eu/spip.php?article482.

Fleury, A. et S. Tonnelat. 2012. Espaces publics urbains et concertations. Métropolitiques 19 (septembre), en ligne http://www.metropolitiques.eu/Espaces-publics-urbains-et.html, consulté le 7 nov. 2019.

Fleury, A. et L. Wuest. 2016. Vers de nouveaux modes de production des espaces publics à Paris, Réflexions à partir du projet « réinventons nos places. Métropolitiques, 18 mars 2016.

Froment, P. 2010. Art contemporain et territoires urbains : le musée MADRe à Naples. Méditerrannée 114 : 103 -112.

Froment, P. 2015. Villes méditerranéennes en clairs – obscurs. De l’artisan à l’artiste ? Trajectoires et modèles. Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris 7.

Froment, P. 2016. Lieux culturels et informalité politique à Naples, une approche par les pouvoirs multi-situés. L’Espace politique. 29-2, en ligne http://journals.openedition.org/espacepolitique/3916, consulté le 7 nov. 2019.

Genard, J.-L. 2014. Cultures urbaines et politiques culturelles. SociologieS, Dossiers, Diversification artistique et politiques culturelles, en ligne http://journals.openedition.org/sociologies/4575, consulté le 7 nov. 2019.

Giroud, M. 2007. Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara, à Lisbonne). Thèse de Géographie, Université de Poitiers, Poitiers, en ligne https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00200103.

Giroud, M. 2011. Usage des espaces rénovés et continuités populaires. Espaces et sociétés 144 -145 (1-2) : 37-54. Paris : Eres.

Gravari – Barbas, M. 1997. Le « Sang » et le « sol ». Le patrimoine, facteur d’appartenance à un territoire urbain. In Le territoire, lien ou frontière ? Identités, conflits ethniques, enjeux et recompositions territoriales, Actes du colloque du 2 au 4 octobre 1995 à Paris, eds. Bonnemaison, J., L. Cambrézy et L. Quinty Bourgeois, 706-715. Paris : ORSTHOM.

Gravari-Barbas, M. et V. Veschambre. 2003. Patrimoine : derrière l’idée de consensus, les enjeux d’appropriation de l’espace et des conflits. In Conflits et territoires, ed. Melé, P., C. Larrue, et M. Rosemberg, 67 – 82. Tours : Presses universitaires François-Rabelais.

Gravari-Barbas, M. 2013. Aménager la ville par la culture et le tourisme. Paris : Editions du Moniteur. 157 p.

Gravari-Barbas, M. et M. Delaplace M. 2015. Le tourisme urbain « hors des sentiers battus, Téoros 34 (1-2), en ligne, http://journals.openedition.org/teoros/2790, consulté le 7 nov. 2019.

Heinich, N. 2009. La fabrique patrimoniale. De la cathédrale à la petite cuillère. Paris : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme. 285 p.

Holbrook, Morris-B. et E.-C. Hirschman. 1982. The Experiential Aspects of Consumption: Consumer Fantasies, Feeling and Fun. Journal of Consumer Research 9 (2) : 132-140.

Jacquot, S. 2015. Politiques de valorisation patrimoniale et figuration des habitants en banlieue parisienne (Plaine Commune). EchoGéo 33, en ligne http://journals.openedition.org/echogeo/14317, consulté le 7 nov. 2019.

La Spina, A. 2005. Mafia, legalità debole e sviluppo del Mezzogiorno. Bologne : Il Mulino. 256 p.

Lefebvre, H. 1968. Le Droit à la ville. Anthropos (2e ed.). Paris : Ed. du Seuil.

Lussault M. (2007), « Le tourisme, un genre commun » in Duhamel P. et Knafou R. (dir.) Les mondes urbains du tourisme, Belin, Paris, p. 333 -christine Salomone2019-11-07T22:04:00cS349.

Lydon M., Garcia A. (2015), Tactical Urbanism: Short-Term Actions for Long-Term Change. Washington DC, christine Salomone2019-11-16T10:26:00cSIslandPress.

MacCannel, D. 1976 [2005]. Il turista. Una nuova teoria della classe agiata. [Une nouvelle théorie des classes de loisir]. Turin : UTET Libreria.

Melé, P. 2004. Habitants mobilisés et devenir d’un espace patrimonial ? Géocarrefour 79 (3), en ligne http://geocarrefour.revues.org/734, consulté le 7 nov. 2019.

Orduno Giro, P. et S. Jacquot. 2014. La production participative d’espaces publics temporaires en temps de crise. Le projet « Pla Buits » à Barcelone. Métropolitiques 7 novembre 2014, en ligne https://www.metropolitiques.eu/La-production-participative-d.html

Pappalardo, M. 2016. « Mériter » la ville globalisée : la production des espaces urbains en centre-ville, entre discours et pratiques micro-locales, Naples et le Caire. Thèse présentée et soutenue le 6 décembre 2016. Université Paris – Ouest Nanterre – La Défense, 526 p.

Paquot, T. 2009. L’espace public. Paris : La Découverte. 128 p.

Pradel, B. 2013. Sous les pavés, Paris Plages. Métropolitiques 8 juillet 2013, en ligne http://www.métropolitiques.eu/Sous-les-pavés-Paris-Plages.html

Rautemberg, M. 2003. La rupture patrimoniale. Paris: Bernin. 173 p.

Rossomando, Luca Ed. 2016. Lo stato della città. Napoli e la sua area metropolitana. Naples : Monitor. 529 p.

Salomone, C. 2013. Patrimoine et valorisation touristique au cœur d’une tentative de requalification d’un quartier : le cas de la Sanità à Naples. Colloque ASRDLF, Culture, Patrimoine et Savoirs, Mons, 8-10 juillet 2013.

Salomone, C. 2014. Perception et représentations d’une destination touristique : le cas de Naples, thèse de doctorat de Géographie, Université des Sciences et Technologie de Lille I, soutenue publiquement le 14 décembre 2014.

Salomone, C. 2015. La Naples souterraine et le tourisme de l’insolite où comment réinventer une destination traditionnelle ?, Téoros, 31 (1-2), En ligne, http://journals.openedition.org/teoros/2787, consulté le 7 nov. 2019.

Salomone, C. 2016. The Sanità district in Naples: community involvement in developing its heritage value. Wit Transactions Ecology and the Environment, Sustainable Tourism 201 (VII): 223-231. Southampton: Wessex Istitute of Technology, Ashurst Lodge.

Salomone, C. et H. Haddouche. 2017. Expérience touristique et discours sur les réseaux sociaux : un outil de connaissance pour les gestionnaires de sites culturels ? LABEX Week 2017 Les traces et signaux produits par et pour les flux touristiques. Université de Champs sur Marne, Communication du 14 septembre 2017.

Salomone, C. 2018. Le street art à Naples. Entre pratiques informelles et instrumentalisation de l’art urbain : discours et stratégies d’acteurs. Echogéo (à paraître).

Sauvêtre, P. 2016. Quelle politique du commun ? SociologieS, Dossier « Des communs au commun : un nouvel horizon sociologique ? », en ligne https://journals.openedition.org/sociologies/5674, consulté le 7 nov. 2019.

Tomas, F. 2001. L’espace public, un concept moribond ou en expansion ? Géocarrefour 76 (1) : 75-86. 

Tomas, F. 2001. Les temporalités du patrimoine et de l’aménagement urbain. Géocarrefour 79 (3) : 197-212.

Toussaint, J.-Y. et M. Zimmermann. 2001. L’espace et l’espace du public. Politique et aménagement. In User, Observer, programmer et fabriquer l’espace public, ed. Toussaint, J.-Y. et M. Zimmermann, 73-91. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romanes.

Vlès, V., V. Berdoulay et S. Clarimont. 2005. Espaces publics et mise en scène de la ville touristique. Rapport de recherche final au ministère délégué au tourisme, direction du Tourisme et des Pays de l’Adour. Pau : Université de Pau.

Vlès, V. et S. Clarimont. 2010. Espaces publics touristiques urbains et développement durable : principes d’aménagement, usages et tensions. Une analyse à partir du cas de Barcelone (Espagne). URBIA. Les Cahiers du développement urbain durable, Observatoire universitaire de la Ville et du Développement durable, p. 11-28, <halshs-christine Salomone2019-11-16T10:26:00cS00681553>.

Vivant, E. 2009. Qu’est-ce que la ville créative ? Paris : Presses Universitaires de France. 96 p.

Top of page

Notes

1 Ce mouvement des « biens communs » (beni comuni) est le résultat de la rencontre entre les travaux des juristes de la Commission Rodotà en 2007, - destinés à introduire la catégorie des « biens communs » dans le code civil - et un ensemble d’initiatives sociales et d’occupation de lieux dans toute l’Italie (Festa 2016). Ces actions se sont multipliées dans les secteurs de la culture et des services publics après la victoire du referendum de 2011 contre la privatisation des services publics et la marchandisation de l’eau (Sauvêtre, 2016).

2 Sous l’impulsion d’Alberto Lucarelli, nommé Adjoint aux Biens Communs, Eau publique et démocratie participative par le maire Luigi de Magistris (2011– 2013), la municipalité adopte une série de délibérations. On observe ainsi une quasi « communalisation » du service public de l’eau à travers la création d’une société spéciale de droit public (ABC Naples) en remplacement de l’ancienne société par actions, ARIN en charge de cette gestion. (Sauvêtre 2016).

3 Ce document entériné à Rome en mai 2013 lors de la Biennale de l’espace public, définit l’espace public, ses typologies, ses usages et sa gestion.

4 Ce laboratoire est chargé de réaliser un inventaire des biens de la commune abandonnés ou inutilisés dans l’objectif de les rendre aux citoyens désireux de développer des projets collectifs d’utilité sociale et viable économiquement.

5 Jouxtant le complexe de San Gregorio Armeno dans le centre historique, cet ancien couvent du XVIe, devenu un pensionnat pour orphelins, est une propriété communale. Après les travaux de restructuration terminés en 2005, il est destiné en 2009 à accueillir le siège de l’organisation de l’événement Forum Universel des Cultures prévu pour 2013. Un collectif d’artistes décide son occupation et crée une communauté des « travailleurs de l’immatériel ». Cette occupation s’insère dans un mouvement plus large affectant toute l’Italie d’occupation de lieux culturels abandonnés revendiquant un « droit à la ville » (Lefebvre 1968). Ce lieu fait l’objet d’une occupation illégale de 2012 à 2016. En 2016, après cinq ans de dialogue mouvementé, la commune reconnaît officiellement le système d’autorégulation mis en place par les « habitants » de l’ex- Asilo, c’est-à-dire l’ensemble du collectif devenu l’Asilo, labellisé comme lieu de culture (Froment 2016 ; Pappalardo 2016)

6 En 2016, la municipalité a attribué le statut de « biens communs » à sept lieux emblématiques de la ville, qui font l’objet d’une occupation. L’ex-OPG de Materdei est un ancien hôpital psychiatrique judiciaire inutilisé depuis 2008 et occupé à partir de 2015 par un collectif d’étudiants et de travailleurs sociaux. Ils décident d’en faire un lieu d’activités sociales, culturelles et éducatives à destination des habitants du quartier.

7 Le renvoi du président d’ABC Naples, Ugo Mattei, par le maire pour des raisons politiciennes et l’engagement d’Alberto Lucarelli dans une carrière politique nationale marquent un tournant. En 2014, Lucarelli prend ses distances avec la municipalité et reconnaît publiquement que les initiatives menées par l’Observatoire sur les biens communs sont restées lettre morte (La Repubblica, 30 octobre 2014).

8 11 décembre 2011 : « Regolamento per l'affidamento senza fini di lucro a soggetti pubblici e privati di spazi destinati a verde pubblico » Délibération du Conseil Communal du 16 juillet 2015 sur l’adoption d’une rue (Regolamento "Adotta una strada" per la progettazione partecipata e la cura degli spazi urbani) ;

9 « C’est dans le même esprit que les deux autres règlements. Dans l’idée que l’ensemble de la ville appartient à tout le monde, alors nous souhaitons qu’il y ait la participation de tous les citoyens à faire que les lieux, en particulier ceux les plus dégradés et confrontés à des difficultés sociales soient pris en main parce qu’il faut donner cette dimension (…). Puis se développe ainsi une plus grande identité, un plus grand sentiment d’appartenance au quartier et au territoire ; c’est selon nous l’unique moyen d’éviter que se développe toute une série d’autres situations comme la dégradation, la délinquance. Surtout parce que toutes ces activités liées à l’art, à la créativité urbaine ont été réalisées souvent avec la participation des enfants du quartier » (traduction par l’auteur).

10 En février 2014, la municipalité valorise le street art à travers une exposition de l’artiste Obey au musée PAN (Palais des Arts de Naples) et organise en mars un événementiel (conférence-débat) consacré à « Naples, ville créative », autour de l’environnement, du tourisme, de l’art et de l’artisanat).

11 Regroupant 29 % de la population de la IIIe Municipalité, le quartier Stella compte près de 32 000 habitants sur deux km2 (cf. tableau 1). Les limites du Rione ne correspondent pas à un découpage administratif. Située dans l’ancien quartier Stella, l’aire d’étude recouvre en partie le quartier administratif de la IIIe Municipalité. Le rione désigne le quartier situé autour de la Basilique Sainte Marie de la Sanità et de la place attenante. Ses limites sont floues et mal connues des habitants, elles donnent lieu à des approches variables, amplifiées par la complexité administrative.

12 Les films d’après-guerre en ont fixé les principales caractéristiques, celles d’un quartier populaire et « sensible » (L’Oro di Napoli de V. de Sica (1954) ; Le quattre giornate di Napoli de Nanni Loy, (1962) ; Ieri, oggi et domani de V.De Sica (1963) ; Viaggio in Italia (1954) de R. Rossellini)

13 Les données 2016 sont issues d’un recensement partiel. À l’échelle du quartier Stella, le taux de chômage s’élève à 29% (recensement 2011).

14 En partie, ceux de la Fondation Per il Sud, née en 2006, alliance entre trois institutions bancaires et le tiers secteur. Son objectif : favoriser le développement et la promotion d’infrastructures sociales dans le Mezzogiorno. 47% des fonds sont accordés par la Fondation Per il Sud (coût total: 768 000 euros).

15 Site : http://altranapoli.it association créée en 2005 par Ernesto Albanese, fait suite à la mort violente de son père assassiné par des délinquants à Naples.

16 Extrait d’une fiche de présentation fournie par la Fondation San Gennaro (« insuffler le changement en partant d’en bas »).

17 Parmi les membres fondateurs figurent des fondations milanaises et des acteurs napolitains (Fondations, entreprises privées et particuliers). Leur engagement financier s’élève à plus de 500 000 €, complétés par les fonds de la Fondation con il Sud.

18 Extrait d’une fiche de présentation fournie par la Fondation San Gennaro.

19 Elle regroupe entre 25 et 30 associations et individus du quartier, difficiles à estimer et à appréhender. Née en 2003 autour de la figure emblématique du Père Alex Zanotelli, prêtre engagé auprès des plus déshérités, vivant depuis plus de 15 ans dans le quartier.

20 Voir note 36.

21 Les entretiens réalisés entre 2009 et 2014 auprès d’opérateurs touristiques napolitains le confirment (Salomone, 2014).

22 Les B&B officiels et les locations liées à Airbnb se sont considérablement développés à Naples et notamment à la Sanità : un phénomène difficile à mesurer tant les données statistiques sont incomplètes et incapables de se saisir des réalités illégales et non déclarées.

23 Le corpus est constitué de quinze guides de langue française (Guide Vert, Petit Futé, Guide du Routard, Guides Bleus, Guide Voir, Géoguide, Guide Gallimard, Guide Hachette, Guide Jonglez), mais également des guides de conception étrangère traduit ((Lonely planet, National Geographic) et des guides en langue anglaise publiés entre 2002 et 2014 (Salomone 2015).

24 Magazine Dove, no 3 de mars 2017.

25 Le Projet Obvia lancé dès avril 2017 : signature d’un accord entre le Musée archéologique (MANN) et certaines associations napolitaines gestionnaires de sites patrimoniaux (dont les quatre associations du Borgo dei Vergini et la Paranza). Son objectif : créer un billet intégré.

26 La municipalité s’est rapprochée depuis 2013 d’autres grandes destinations touristiques urbaines italiennes (Rome, Rimini, Florence, Venise, Milan) autour du projet GDITS (Grandes destinations italiennes du tourisme durable). À l’échelle locale, elle a mis en place une unité organisationnelle autonome chargée d’en faire la promotion et la valorisation (trekking urbain, organisation d’un observatoire sur le tourisme durable). Toutefois, faute de réels moyens financiers, les initiatives se concrétisent lentement (Entretien avec Carmine Maturo, Fonctionnaire au service tourisme de la Commune et responsable de cette unité organisationnelle, juillet 2016).

27 L’assassinat d’un jeune garçon de 17 ans dans le quartier (G. Cesarano) en septembre 2015 par des membres d’un clan suscite une véritable mobilisation sociale et politique engageant de nombreux acteurs du territoire pour protester contre la Camorra et ses violences : elle fait naître le mouvement Un popolo in cammino.

28 « Nous en avons organisé une troisième, au printemps, même si elle était petite, au moment de l’inauguration des murales, nous avons rempli la place de fleurs autour des oliviers qui sont résistants, l’agencement de la place. L’idée étant de chercher à promouvoir la communauté, toujours cela. (…) Créer de la communauté, que les gens reviennent dans la rue, qu’ils éprouvent ce sentiment d’appartenance, qu’ils soient fier d’habiter dans ce quartier, qu’uniquement dans ce quartier on fasse de telles choses, donc de les transformer de parias à nobles, de lâches à orgueilleux de vivre dans ce quartier ».

29 Des pratiques temporaires, mises en œuvre notamment lors de ces manifestations festives, qui rythment la vie du quartier.

30 Ces manifestations (expositions de photographies, de tableaux, concerts,) sont présentées dans la presse locale comme des « apéritifs sociaux entre art et culture » (Il Mattino, 22 mars 2017).

31 Données fournies par les catacombes de Naples (+ 35,9% par rapport à 2016 pour cette offre touristique).

32 Plusieurs acteurs sont en réalité impliqués dans le financement et le soutien à ces aménagements (Fondation Vismara membre de la Fondation de Communauté, L’Altra Napoli, des entreprises, le réseau de commerçants du Rione et des particuliers). En 2018, le propriétaire de la pâtisserie Poppella, membre du réseau des commerçants adopte une portion de la rue Arena alla Sanità et contribue à son réaménagement et son entretien (convention signée le 12 avril 2018). Cette opération s’effectue avec la participation financière d’une trentaine de commerçants et la Fondation San Gennaro.

33 Cette évolution est perceptible dans le discours des guides touristiques étudiés (Salomone 2014). L’intense couverture médiatique des activités de la Fondation dans la presse nationale et locale et son dynamisme sur les réseaux sociaux donnent à voir un quartier en renouvellement (Salomone et Haddouche 2017).

34 Ces compétences relèvent de la voirie, des activités sociales d’assistance, des activités culturelles, sportives et scolaires à échelle locale et de la gestion des services administratifs.

35 Ce réseau est très critique à l’égard des choix politiques ou budgétaires des acteurs institutionnels (Région Campanie, Commune voire l’Etat central). La rete est mobilisée à la fois sur les questions concernant l’échelle locale (éducation, emploi, sécurité, environnement, cadre de vie) mais aussi à l’échelle nationale (soutien aux migrants, lutte contre la privatisation de l’eau).

36 Le parc San Gennaro est l’un des premiers, sinon le premier exemple d’une réappropriation de la chose publique de la part des citoyens, qui en 2008, l’ont ré-ouvert, nettoyé, géré, organisé. À la suite, un comité s’est formé qui a continuellement dialogué avec la Commune » (traduction l’auteur).

37 Lieu de la pratique du culte des âmes du Purgatoire et de l’adoption des crânes, une pratique de dévotion qui s’est maintenue tout au long du XXe siècle, malgré son interdiction en 1969 par l’Eglise catholique.

38 En dépit de travaux de restructuration et de consolidation réalisés dans les années 2000, l’ouverture du site communal est aléatoire.

39 Le cimetière est un lieu de rivalités sourdes entre les acteurs du territoire. L’arrivée d’une nouvelle équipe municipale en 2011 relance le dialogue avec le monde associatif. L’adjoint au tourisme évoque dans un entretien l’idée d’une cogestion du site avec la Fondation San Gennaro (entretien avec Nino Daniele, le 18 avril 2016).

40 Protocole d’entente entre la Commune et la paroisse des Fontanelle à propos de la valorisation culturelle et touristique du Cimetière des Fontanelle, signé en juin 2016.

41 Une coopérative napolitaine, Vascitour, a mis en place dans son offre touristique un système des repas chez l’habitant dans le cadre d’un tourisme expérientiel. Certains des repas sont pris chez des habitants du quartier Sanità (entretien avec Achille Centro, 1er mars 2018).

42 Sur les 103 709 visiteurs des catacombes en 2017 (incluant les deux sites des catacombes ou les visites guidées du quartier), 9 % sont originaires de Naples.

43 Les expérimentations artistiques autour du street art ont impliqué un nombre limité d’adultes et d’enfants du quartier. Les réunions autour de la ZTL ont regroupé une trentaine de personnes du quartier, bien souvent membres des associations et militants les plus actifs.

44 « À la rencontre pour la ZTL de la via Vergini, il m’a été répondu par l’adjoint de la IIIe Municipalité, M. Rusciano, que tout avait été déjà approuvé, mais que pour les rues limitrophes, les voies d’évacuation, les sens uniques, les doubles sens, les permis… on étudiait encore la question. Les propositions de la rete du rione Sanità se rapprochent de celles institutionnelles, mais je le répète, à cette table, nous sommes présents, et ça c’est une bonne chose (…). Ce que je répète continuellement, (que nous répétons, c’est vrai nous sommes peu nombreux, mais nous le faisons depuis des années), c’est que les propositions ne doivent pas venir d’en haut par éloge pour le politicien, mais elles doivent être le fruit d’une participation coûteuse » (traduction de l’auteur).

45 Ainsi, la Fondation San Gennaro a mis en œuvre une consultation populaire pour le choix des matériaux dans les aménagements à réaliser sur les places. Lors d’un concert organisé à la Sanità, 400 personnes auraient participé à ce vote (entretien avec Enzo Porzio, 27 février 2018). Aucune indication précise n’a été fournie sur les modalités du vote et l’origine des participants.

46 Les discussions autour de la ZTL et son projet sont actuellement en suspens en 2018.

47 Rapporto sulla Criminalità in Italia. 2006, p. 198. Les articles de la presse italienne nationale et locale confirment ces données : celles d’une lutte entre les clans de la Camorra pour le contrôle du territoire et des divers trafics (« le faide »).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Adoption des rues ou des parterres à Naples
Caption A : Adoption de l’aiola (parterre), via Piedigrotta, par une société de pompes funèbres ; B : Panneau d’information bilingue situé face à l’entrée de la Chapelle San Severo, indiquant l’adoption de l’aire et son agencement
Credits Source : Photographies personnelles, 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-1.png
File image/png, 466k
Title Fig. 2 – Carte de localisation
Credits Source : Salomone 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-2.png
File image/png, 99k
Title Fig. 3 – Dynamique associative, patrimonialisation et revitalisation du quartier
Credits Réalisation : Salomone 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-3.png
File image/png, 294k
Title Fig. 4 – Nombre de visiteurs sur le site des catacombes
Caption À partir de 2010, les données considèrent l’ensemble des visiteurs sur les deux sites et les participants aux visites guidées du Miglio Sacro.
Credits Source : Bulletin Statistique Municipal. Données Catacombes de Naples, réalisation l’auteur, 2018.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-4.png
File image/png, 52k
Title Fig. 5 – Street art à la Sanità : un nouveau regard (au sein et du) quartier
Caption A : Fresque sur la place de la Sanità, « Luce » de Tono Cruz, réalisée à partir des portraits d’enfants du quartier. B : Fresque du projet « Ultravioletto » avec l’œuvre de F. Bosoletti : « Speranza nascosta » (représentant le visage d’une femme de la Sanità marquée par les années) sur la façade de la Tenda, centre social pour sans domicile fixe. C et D : Fresques de Mono Gonzales Sebastian et de Gonzalez Ruiz sur la façade et le côté de l’Église des Fontanelle, dont l’une avec le visage de Déméter
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-5.png
File image/png, 784k
Title Fig. 6 – Projets de requalification de l’espace urbain. Quartier Sanità
Caption A : Façade de l’église San Severo alla Sanità avec la réalisation d’une fresque et agencement de l’espace attenant. B : Affiche d’information réalisée par la fondation « Le Rione Sanità est en train de changer ».
Credits Source : Fondation de Communauté San Gennaro, 2017.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-6.png
File image/png, 528k
Title Fig. 7 – Adoption du Largo Vita et aménagements réalisés
Caption A : Les effets du réaménagement du Largo Vita (rebaptisé Largo Toto) sont peu visibles. B : L’espace apparaît mal entretenu et dégradé (mobilier détruit, détritus).
Credits Source : Photographies personnelles, février 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-7.png
File image/png, 583k
Title Fig. 8 – Mobilisation patrimoniale, valorisation touristique et requalification des espaces au sein de l’aire Vergini-Sanità
Credits Crédits : Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13845/img-8.png
File image/png, 950k
Top of page

References

Electronic reference

Christine Salomone, « La requalification d’un quartier populaire de Naples, l’aire Vergini‑Sanità », Méditerranée [Online], 134 | 2022, Online since 21 July 2022, connection on 10 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/13845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.13845

Top of page

About the author

Christine Salomone

Docteure en géographie, Université de Lille I, Géographie et aménagement, chercheuse associée laboratoire TVES I, c19salomon@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search