Skip to navigation – Site map

HomeIssues134Des espaces publics entre privati...Les nouvelles pratiques de l’espa...

Des espaces publics entre privatisation et ouverture ?

Les nouvelles pratiques de l’espace dans des cités de relogement à Rabat (Maroc)

New uses of space in social housing estates at Rabat (Morocco)
Habiba Essahel

Abstracts

This contribution has for objective to lead a reflection on the new practices of the inhabitants in the public places of the cities of rehousing. These are invested by people living in slums rehoused within the framework of the program "Cities without slums" thrown from 2003 by the authorities. We shall try to identify what are the new public places and the interstices of the city of rehousing; this is interesting as far as numbers of them were non-existent in their old urban districts. How the identified groups register spatially these appropriations? What are the forms of practices and appropriation of these spaces? What strategies of appropriations do they set up? What meaning can be moving to them in terms of politeness, way of living and shifting the practice of the city? We shall show that the investment of these spaces allow the inhabitants to accept their new living space, to recreate moments of user-conviviality, sociability, intense festivities - lost and regretted - which characterized their lifestyle in slums. However, we will also show that the public places of quoted from rehousing oscillate between social practices and political practices.

Top of page

Full text

  • 1 Le programme « Villes sans bidonvilles » (VSB) est calqué sur le programme des Nations Unies Cities (...)
  • 2 L’Initiative Nationale pour le Développement Humain, lancée par le Roi Mohammed VI le 18 mai 2005, (...)
  • 3 Les pouvoirs publics recouvrent ici les élus, l’administration et les représentants de l’État de la (...)

1Au Maroc, les années 2000 se sont révélées être un tournant majeur dans la lutte contre les bidonvilles et la pauvreté, en particulier depuis 2003, à travers la politique « Villes sans Bidonvilles » (VSB)1. Conçu directement après les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca, ce programme marque la volonté des pouvoirs publics, tout particulièrement celle du monarque, de traiter définitivement la question des bidonvilles non plus par le biais de programmes isolés, mais en mettant en œuvre une réponse globale à l’échelle nationale. Il sera complété en 2005 par l’Initiative nationale de développement humain (INDH)2. Ces deux programmes ont été conçus comme une épreuve de force par le gouvernement et les pouvoirs publics3 pour contrôler et éradiquer la pauvreté. L’enjeu était double : lutter contre la misère sociale et aller à la reconquête de marges urbaines à forte valeur ajoutée situées dans les centres-villes ou sur des sites stratégiques (water-front).

2En effet, cette politique s’inscrit aussi dans un contexte général mondial particulier : celui de la nécessité d’adapter les villes aux marchés internationaux et aux besoins actuels de l’économie néolibérale. Depuis les années 1980, on assiste ainsi à une vague de néolibéralisation des politiques urbaines qui s’apparente à une restructuration sélective de l’intervention publique prenant la forme d’un renforcement des dynamiques marchandes dans la régulation des espaces urbains (Brenner et Theodore, 2002 ; Peck et Tickell, 2002). P. Le Galès évoquait déjà en 1993 les transformations opérées dans le gouvernement des villes et de l’action publique urbaine. Il montre en particulier la priorité accordée au développement économique qui entraîne une forte compétition interurbaine (Le Galès, 1993). En l’espace de quelques années, les villes sont devenues des points d’ancrage essentiels des dynamiques de la globalisation néolibérale. En effet, les travaux de N. Brenner présentent les villes comme des sites stratégiques pour le développement de projets de restructuration néolibérale s’inscrivant dans un processus d’« urbanisation du néolibéralisme » (Brenner, 2009, 65).

3Rabat, plus que toute autre ville au Maroc, est la ville du Roi. Elle se doit d’être la « vitrine » du Royaume. Ainsi, elle n’échappe pas à cette tendance. Elle est aujourd’hui le lieu d’un vaste projet d’embellissement. Le Plan national de développement 2008-2015 comporte l’amorce de projets structurants qui, pour la plupart d’entre eux, promeuvent un concept urbain de luxe, tel que le projet de la réhabilitation de la vallée du Bouregreg, celui de la création d’un port atlantique avec l’agencement d’une marina fluviale ou encore le projet de la Corniche. Ces opérations se réalisent dans le cadre de partenariats avec des investisseurs étrangers, émiratis en particulier. Tous sont importants dans la mesure où ils constituent une politique globale dont les effets se répercutent, entre autres, sur la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, où se situent les actions sur les bidonvilles que nous étudions. Le Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat prévoit, entre autres, de donner à la ville une image de ville littorale. Améliorer l’image urbaine en limitant et en supprimant l’habitat irrégulier est désormais prioritaire.

4Cette adaptabilité de la ville aux logiques néolibérales redessine des lignes de fracture sociospatiale en reconquérant des territoires marginalisés, en particulier les bidonvilles, en en marginalisant de nouveaux (cités de relogement) et, dans tous les cas, en mettant à mal le droit à la ville, le droit au bien-être, à la qualité de vie et de santé de nombreuses populations (Essahel, 2011, 2018 ; Semmoud et al., 2014). Cela suppose bien souvent la relégation de populations précaires et met en exergue la violence symbolique de ces relogements, vécus par les habitants comme de véritables expulsions.

  • 4 Il s’agit d’enquêtes de terrain menées d’abord dans le cadre d’un doctorat de géographie (2011) pui (...)

5L’analyse qui est présentée dans cet article est bâtie à partir de matériaux empiriques originaux, essentiellement centrés sur deux cités de relogement situées à Rabat et dans sa périphérie, collectés à partir d’observations menées entre 2003 et 20164. La démonstration s’appuie sur deux cités de relogement : la cité de relogement El Kora située à Rabat et la cité de relogement de Mers El Kheir (à 15 km de Rabat) (fig. 1). Le choix de ces deux cités de relogement s’appuie sur des critères liés à l’emplacement originel des bidonvilles (centralité des villes) qui nous ont permis de lire en filigrane des enjeux de conquêtes spatiales. Cet article entend donc apporter un éclairage et une réflexion sur les dynamiques, les pratiques et les appropriations d’ex-habitants de bidonvilles dans les espaces publics des cités de relogement au prisme des logiques politiques et sociales de l’action publique urbaine.

Fig. 1 – localisation des bidonvilles et cités de relogement étudiés à Rabat et ses environs

Fig. 1 – localisation des bidonvilles et cités de relogement étudiés à Rabat et ses environs

Cartographie F. Train, 2011 ; relevés personnels H. Essahel.

6L’appropriation est un processus de territorialisation qui concentre l’ensemble des actions et des symboles mobilisés par un individu ou un groupe en vue d’organiser son cadre de vie et de lui donner un sens. L’habiter résulte de ce processus d’appropriation, catégorie éminemment physique, qui prend en compte l’adaptation par l’habitant de l’espace à ses besoins et ses aspirations et son ouverture aux espaces extérieurs, depuis le voisinage jusqu’à la ville en passant par le quartier. L’espace se construit alors par des pratiques, des programmes d’actions, des discours et des représentations. De nombreux travaux ont bien montré en quoi l’espace est avant tout un produit social et n’a de sens que par rapport aux groupes qui l’utilisent (Di Meo, 1998).

7Le propos de cet article s’articule en deux parties. La première cherchera à identifier les nouveaux espaces publics et leurs appropriations par les habitants. Il sera question de réfléchir sur le sens qu’ils leur donnent en termes d’urbanité, de modes d’habiter et de pratiques de la ville. La seconde tentera de montrer comment l’investissement de ces espaces permet aux habitants d’accepter leur nouveau cadre de vie, de recréer des moments de convivialité, de sociabilité qui participent d’une socialisation politique. Aussi, la mémoire spatiale des habitants constituera un fil conducteur tout au long de cet article.

1 - Les nouveaux espaces publics et les interstices dans une cité de relogement

1.1 - Quelques éléments de contextualisation

8La cité de relogement El Kora regroupe une partie des habitants du bidonville du douar El Kora. Ses habitants sont issus d’un ancien bidonville, dont l’apparition remonte à 1930, qui a été rattrapé par l’urbanisation et a fini par occuper une place centrale et stratégique dans la ville où il s’est développé. Situé en effet dans la commune de Yacoub El Mansour de Rabat, il était le plus grand et le plus ancien bidonville de la capitale, s’étendant sur une superficie de 11 ha. Vivant sur la corniche de Rabat, la population du bidonville (10 519 habitants en 2004) était enserrée dans un tissu urbain relativement dense avec une structure viaire souvent irrégulière (fig. 2). Le tissu bâti correspondait aux anciennes trames sanitaires (Trames Sanitaires Améliorées, type Ecochard) sur lesquelles s’étaient installés les premiers bidonvillois, subdivisées au cours du temps par leurs habitants au gré d’opérations spéculatives de revente aux nouveaux arrivants.

9La cité de relogement de Mers El Kheir quant à elle regroupe une partie de la population d’un autre bidonville périphérique ancien, appartenant au douar Dlim. Apparue en 1965 et située à la limite des communes de Rabat et de Témara, elle comptait 1 560 habitants en 2004. Le douar Dlim était situé sur les terres de statut guich. Ces terres constituent un fonds foncier dont l’État possède la propriété et où la population qui y vit n’en a que l’usufruit. Elles étaient jadis octroyées par les Sultans à des populations qui devaient en échange assurer la protection militaire du Royaume (Le Coz 1965 ; Belfiqh et Fadloullah 1986). Le douar Dlim était donc installé sur des terres de statut guich, où l’on a vendu des baraques aux personnes fuyant les campagnes en quête d’un travail et d’un toit. Ainsi s’est constituée une population bidonvilloise relogée en lointaine périphérie de la ville de Témara (Mers El Kheir étant à 15 km).

Fig. 2 – Photographie représentant une partie du douar El Kora

Fig. 2 – Photographie représentant une partie du douar El Kora

Source : H. Essahel, 2006

  • 5 Les études monographiques menées dans ces quartiers (ADS, 2004) tous comme nos enquêtes de terrain (...)

10Bien qu’elles soient d’origine rurale, les populations des douars El Kora et Dlim sont caractérisées en 2004 par une extrême hétérogénéité tant dans la composition des familles (ménages avec enfants, veufs, etc.)5 que dans la variété des emplois exercés (Navez-Bouchanine, 1987). Nombreux sont les chercheurs (Navez-Bouchanine, 1987 ; Adam, 1949 ; Arrif, 1992) qui affirment qu’il est difficile d’évaluer les niveaux de vie et les activités des habitants des bidonvilles parce qu’il y prévaut des pratiques et des occupations informelles. Tous notent que les signes extérieurs ne sont pas une preuve suffisante des conditions de vie et ne permettent pas de connaître leurs véritables ressources.

  • 6 Dans le cadre du projet El Kora, deux opérations de nature différente se mêlent : l’une est une opé (...)

11Ce n’est qu’à partir de 2003, au moment où est lancé le Programme VSB, que les planificateurs6 envisagent la résorption du douar El Kora, principalement en raison de son emplacement sur la côte, mais aussi parce qu’il gêne une éventuelle valorisation de la corniche. En effet, le douar El Kora a pris de l’importance aux yeux des décideurs politiques dans un contexte de course à la modernisation et à la concurrence entre capitales mondiales. Pour développer cette hypothèse, nous nous référons aux travaux de Michel Foucault (2004), qui invitent à lire le tournant néolibéral, non pas en termes de recul de la puissance publique, mais en termes de recomposition de la place respective de l’économie et du politique. Le néolibéralisme créerait en effet un cadre propice à la concurrence qui entraînerait l’émergence d’un nouveau type de gouvernementalité, à savoir une nouvelle manière de mener les conduites des individus.

  • 7 Le projet de relogement El Kora concerne une superficie de 22 ha (220 000 m2), correspondant aux te (...)
  • 8 Le mot « recasement » désigne une opération de déplacement de bidonvillois vers des lots aménagés e (...)

12En 2004, le douar El Kora est concerné par une opération de relogement in situ en trois tranches au fur et à mesure de la libération des terrains. Elle conduit à un léger déplacement (une centaine de mètres) d’une partie de ses habitants. Quant au douar Dlim, le site du relogement prévu pour ses habitants, sur la commune de Mers El Kheir correspond à une nouvelle zone ouverte à l’urbanisation et récemment intégrée au périmètre urbain de la ville de Témara, ville voisine de Rabat, devenue en quelques décennies sa banlieue. Cette opération de reconquête dont fait l’objet le douar Dlim s’est soldée par le déplacement de la population à une quinzaine de kilomètres de leur habitation d’origine. Dans les deux cas, les programmes de relogement prévoient en grande partie l’accession à la propriété7. Néanmoins, les habitants acceptent mal ce déplacement, d’autant plus quand le recasement8, mode d’action passé, se trouve ici remplacé par du relogement en habitat collectif.

13Dans les deux cas de figure, la défiance des habitants a été particulièrement exacerbée à l’occasion de la mise en place du programme VSB.

Avec mes parents, mes frères et sœurs, on a vécu toute notre vie ici. Je suis né au douar, j’ai grandi ici. J’ai fait mes études à Rabat en économie et gestion des entreprises. Mais comme tu le vois, ici, il n’y a pas d’espoir. Je recherche du travail. Je suis obligé de tendre la main à mon père pour m’acheter un paquet de cigarettes et me payer de temps en temps un café. C’est une honte ! On vit misérablement. L’État dit qu’il va faire des choses pour nous, mais moi, je n’y crois plus. Il annonce un projet pour les habitants du douar, des appartements. Mais nous, on n’en veut pas. On n’a pas enduré des années entières à vivre dans la misère pour aller s’entasser dans ces cages ! On aura encore moins d’espoir dans ces logements. Comment faire si je veux me marier et avoir des enfants ? Avec un terrain, au moins tu peux construire. Il y a de l’espace pour faire vivre des familles, pour ouvrir un commerce (...). C’est injuste ! Alors que d’autres en profitent. Ils ont de grandes villas, d’immenses jardins, des piscines, alors que toi, tu croupis dans la m...(...), (Farid, douar Dlim, 2005)

14Les opérations de relogement sont vécues comme une forme de mépris et d’injustice accentuant le sentiment de marginalisation et d’abandon chez les habitants. Ils se sentent bafoués et ont l’impression d’avoir été bernés. En effet, pour la majorité des habitants, la réponse apportée à leur condition de logement ne leur convient pas : le relogement, sans concertation ni consultation avec la population cible est vécu comme une injure et une stigmatisation de leur situation sociospatiale. Bien que de nombreux mouvements et mobilisations de protestations émergent pour contrer ces projets, la pression des autorités locales couplée aux expulsions d’habitants « récalcitrants » fait que les bidonvillois finissent par occuper les cités de relogement.

1.2 - Les nouveaux espaces publics de la cité de relogement

15Pour les déguerpis, le relogement n’est pas seulement une affaire d’habitat ou un acte anodin, dans la mesure où les individus concernés par ces opérations vivent ces déplacements comme une véritable aventure humaine. Les familles bidonvilloises ont attendu et espéré pendant longtemps ces logements, mais sous forme de recasement et non de relogement ; ils y ont investi beaucoup de projets et d’ailleurs, certains d’entre eux nous ont dit même les « avoir rêvés ». Dès lors qu’il est question de quitter un lieu où l’on a vécu pour s’installer ailleurs, se posent inéluctablement des interrogations qui portent sur les notions d’appropriation, d’intégration, d’adaptation, de socialisation. Se pose également la question à la fois de l’ancrage des populations dans leurs nouveaux espaces de vie, ainsi qu’à plus petite échelle, de la manière dont celles-ci doivent désormais se situer dans la ville et la pratiquer. Ceci vaut en particulier pour les bidonvillois de douar Dlim qui doivent intégrer la commune rurale de Mers El Kheir, perdant ainsi leur statut d’habitant du milieu urbain pour endosser celui d’habitant du rural.

16Mais même une fois partis, les habitants des bidonvilles continuent de s’y référer d’une manière ou d’une autre, montrant que les relogés emportent avec eux leur espace de départ. En effet les habitants, jugent, se positionnent, pensent en prenant comme références quasi exclusives le bidonville qu’ils ont quitté et les valeurs qu’ils s’y sont forgées comme en témoigne Hanna, qui a vécu 47 ans à Mers El Kheir :

On nous a jetés ici, dans ces immeubles. C’est vrai qu’on a été tiré au sort (pour l’attribution et l’emplacement des logements) et que l’on paye des traites tous les mois. Mais on ne se rendait pas compte que chacun allait se retrouver dans un endroit différent. Comment voulez-vous que des solidarités émergent aujourd’hui ? Tout est à refaire. J’avais des voisins que je connaissais depuis mon enfance. On se connaissait tous dans notre zenka (rue). Femmes, parents, enfants, on se rendait des services lorsque l’une d’entre nous en avait besoin. Lorsque je n’étais pas là ou lorsque j’arrivais en retard, je savais que mes enfants n’allaient pas rester devant la porte en rentrant de l’école et que mes voisines s’en occuperaient et leur donneraient le goûter. Je pouvais partir tranquille et laisser ma porte ouverte. Mais comment voulez-vous qu’aujourd’hui je fasse cela avec mes nouveaux voisins ? Je ne les connais pas. Et de toute façon, ce ne sera jamais plus comme avant. Même si je voulais, quelque chose a disparu avec la destruction de nos baraques. Elles avaient une âme. Même si c’était de la tôle, des cartons, elles avaient de la valeur, ces baraques. Elles ont une histoire, la nôtre, celle de nos parents, celle de nos grands-parents, celle de nos enfants (...). (Hanna, mai 2008, Mers El Kheir)

17Aussi, les habitants doivent désormais s’adapter à d’importants changements dans leur mode de vie et d’habiter comme le raconte Fatima-Zahra en 2006 à la cité de relogement El Kora :

« Voyez comment sont faits les appartements ! On ne peut plus vivre comme au douar. Nos habitudes vont forcément changer. Comment allons-nous faire pour laver nos tapis ? Avant, c’était simple, on allait à la fontaine et on lavait à grande eau. Aujourd’hui, c’est différent. Non seulement on n’a pas la place, mais maintenant chacun paye sa facture d’eau, il faudra faire des économies. C’est vrai qu’avant on ne comptait pas. Les robinets restaient ouverts et pouvaient couler toute la journée. Aujourd’hui, c’est bien différent, c’est toi qui payes. On paye déjà bien assez comme ça. Et puis comme je n’ai pas de place pour laver nos vêtements, j’ai décidé de m’acheter une machine à laver. Il paraît que ça lave très bien et qu’elle fait faire des économies. J’ai une amie qui en a une et qui en est très contente. À la prochaine l’korrâ (système de tontine), j’en achète une. Même si j’ai déménagé depuis peu, j’ai toujours gardé ma bande de copines avec qui on fait l’korrâ. Certaines sont encore au douar, mais elles ne vont pas tarder à arriver et on pourra continuer, je l’espère. Bon ce sera plus difficile pour certaines d’entre nous, car on aura plus de dépenses que quand on était dans le douar. On pouvait économiser de l’argent pour l’korrâ. Maintenant il va falloir penser à l’électricité, à l’eau et à toutes les dépenses pour la maison. Je ne sais pas si les maris vont pouvoir nous donner l’argent qu’il faut pour contribuer (...) . (Fatima-Zahra, habitante de la cité de relogement du douar El Kora, mai 2006)

18Ou encore le témoignage de Rachida à propos de l’organisation des taches ménagères et des lessives :

(...) Je nettoie les vêtements dans la cuisine. Où pourrais-je le faire ? Dans la salle de bains ? Elle est trop petite. Il ne me reste que la cuisine. Alors, après, je passe mon temps à éponger. Et puis c’est toute une histoire pour étendre le linge. On nous a dit qu’il ne fallait pas que l’on mette de fils à nos fenêtres. Là, on ne le fait pas, mais on sera bien obligé de le faire un jour ou l’autre. Au douar, au moins, c’était simple. Toutes les activités ménagères se passaient à l’extérieur. On mettait tout dehors et chacun respectait le linge de l’autre. Il va falloir trouver une solution, un endroit où on pourrait le faire sans que cela pose problème ! (Rachida, douar El Kora, juin 2006)

19L’adaptation aux nouvelles conditions de vie s’effectue progressivement, car outre le fait que les nouveaux résidents doivent s’approprier leur logement privé, il leur faut aussi s’habituer à des immeubles à étages et à apprendre à gérer des types d’espaces qui n’existaient pas dans le bidonville. En effet, en arrivant dans les cités de relogement, les habitants découvrent de nombreux espaces nouveaux : placettes, jardinets, parkings, mobiliers urbains, paliers, cages d’escalier, halls d’immeubles, terrasses sur les toits des immeubles (sath’), allées, porches, etc. Au Maroc, le modèle des grands ensembles est marqué par une sociabilité traditionnellement fondée sur une forte proximité, et un habitat dont l’image est assez souvent négative. Ce modèle d’habitat standardisé, où la spécialisation de l’espace est extrême, est en rupture avec le modèle urbain de la rue (zenka). On y observe un hiatus entre les fonctions théoriques assignées à certains espaces publics (équipements, espaces verts) et la pratique d’abandon, voire parfois de détournement dont ces espaces font l’objet. L’ensemble donne lieu à des pratiques qui mêlent urgence pour les individus de satisfaire des besoins liés au logement, et volonté – pas toujours partagée par l’ensemble des riverains – d’organiser un espace public de socialisation.

2. La cité de relogement : espaces publics, entre pratiques sociales et pratiques politiques

2.1 - Usages et appropriation des espaces publics dans une cité de relogement par ses habitants : entre normes et défiances

20Une cité de relogement n’est pas à appréhender ni comme le lieu de toutes les sociabilités ou de toutes les solidarités ni comme celui des ruptures inévitables ou de la dislocation de ces liens. Elle est à appréhender comme un lieu à partir duquel de nouveaux rapports de voisinage, de nouveaux modes d’investissement dans le groupe social, des liens de convivialité d’un nouveau genre, etc. se fabriquent d’un côté, tandis que d’un autre côté des conflits d’intérêts ou des ruptures causées par des objets inédits y apparaissent. Nous rejoignons ainsi les travaux de nombreux chercheurs (Chamboredon et Lemaire, 1970 ; Arrif, 1992) qui indiquent qu’il faut éviter les clichés véhiculés à propos des grands ensembles, notamment celui d’une communauté parcourue par de fortes sociabilités et animée de multiples formes de convivialité. Nous envisageons de ce fait les habitants de la cité de relogement comme un collectif qui a la nécessité de gérer, d’entretenir des espaces en commun, publics, de créer des relations de voisinage d’un genre plutôt amical et donc, de construire un « vivre ensemble ». Or ce vivre ensemble ne s’établit pas sans heurts. Les habitants doivent donc trouver le juste équilibre entre rapprochement, convivialité et bonne distance sociale (Chamboredon et Lemaire, 1970). Étant donné l’importance des écarts socioculturels des ménages - rassemblés par le hasard des tirages au sort -, mais aussi l’égale aspiration à un habitat qui puisse constituer un véritable chez-soi, c’est la piste de l’hétérogénéité des conditions sociales comme élément déclencheur des conflits, des frustrations et des ressentiments qui a été privilégiée. En effet, les enquêtes menées auprès des habitants des deux cités de relogement permettent d’évaluer le poids de cette hétérogénéité et d’en mesurer les effets sur les modalités d’appropriation des espaces communs.

  • 9 Dès le milieu des années 2007, une dynamique spéculative a été observée autour des logements du dou (...)

21Les habitants des nouveaux quartiers adoptent une attitude qui établit en permanence la comparaison entre « ce qu’ils ont laissé » au bidonville, et qui a nécessité des années de construction, et ce qu’ils « reçoivent » en arrivant dans la cité de relogement. Ainsi, le discours tenu « à chaud », recueilli au début de nos enquêtes, a évolué au fil des années. En effet, les entretiens établis entre 2004 et 2007 montrent que le discours des habitants un changement : partant d’un refus catégorique, les habitants ont peu à peu accepté malgré eux le relogement9. Très actifs dans l’adaptation de leur logement, les habitants ont enregistré parallèlement, depuis leur installation, des bouleversements qui ont affecté leurs réseaux de sociabilité. Dans les grands ensembles où ils arrivent, ils doivent développer avec les autres occupants des relations amicales ou affectives dans un contexte où ils sont tout à la fois très proches et très lointains.

22En arrivant dans les cités de relogement, les habitants marquent leurs espaces de différentes manières afin de s’approprier les nouveaux lieux. Bien que l’appropriation des espaces concerne tous les habitants, c’est la manière de s’approprier qui ne se fera pas de la même manière en fonction des ressources dont chacun dispose. C. Lévy-Vroelant rappelle que « l’appropriation du logement, via des transformations que l’occupant y réalise, est fonction à la fois des moyens que l’habitant veut et peut y consentir, mais aussi des conditions rencontrées : état du bâti, possibilités de transformations, équipements existants » (Levy-Vroelan, 2001, 53). Mais la plupart des travaux réalisés par les habitants enquêtés concernent exclusivement l’entretien de l’espace intérieur ou ce que C. Lévy-Vroelant appelle « l’amélioration du décor » (2001). Ainsi, les principales transformations correspondent aux peintures intérieures – murs et plafonds –, puis à l’installation de portes pour séparer les pièces principales, puis au renouvellement des sols par la pose de carrelages (notamment à la cité de Mers El Kheir où les sols ont été livrés nus). Pour d’autres, les modifications apportées vont plus loin et concernent la décoration et l’embellissement de leur logement : stucs aux plafonds, moulures, barreaux aux fenêtres, etc. Ainsi, dans leur nouveau lieu d’ancrage, les ménages vont s’ingénier à signifier leur ascension sociale à travers l’aménagement de leur habitat, leurs nouveaux modes de vie et les significations nouvelles qu’ils donneront au quartier. Ces actions sont une façon de se démarquer des autres, de montrer sa différence. D’une homogénéisation paysagère, architecturale et physique qui caractérisait l’espace des bidonvilles et des baraques, on passe à l’affirmation et à la distinction dans la cité de relogement.

23L’espace domestique se déverse très souvent sur l’espace public limitrophe. Les espaces intermédiaires sont à la fois un élément de composition architecturale, mais également un élément d’articulation entre espace privé et public que les habitants doivent apprendre à gérer. Ces espaces « d’entre-deux » sont importants dans la mesure où ils mettent en scène les rapports entre individus et collectif. Ainsi, leurs significations ou leurs usages sont révélateurs des dysfonctionnements de la société, mais ils revêtent également des pouvoirs d’intégration au quartier. Ces espaces communs sont stratégiques pour comprendre le rapport à l’habitat, au quartier, à la ville.

24Les entretiens mettent en évidence que la première cause au trouble du voisinage concerne les nuisances visuelles. Nombreux sont ceux qui s’affirment gênés par l’amoncellement d’objets divers et la présence d’éléments encombrants dans les espaces intermédiaires, notamment devant les pas de porte et dans les couloirs. Khadija, habitante de la cité de relogement El Kora, se plaint d’un de ses voisins de palier :

Mon voisin met tout et n’importe quoi devant sa porte. Parfois, il lui arrive de mettre des objets jusque devant notre porte ! J’exagère peut-être, mais il prend toute la place. Il met des cartons, comme il peut mettre de vieux vélos et une brouette ! On trouve de tout ! Je me suis plainte à plusieurs reprises, mais il ne m’écoute pas ! Je lui ai dit que s’il continuait, il ne retrouverait plus ses affaires ! Ce n’est pas normal ! (Khadija, cité El Kora, juin 2007)

25L’encombrement des paliers et des couloirs est un thème qui revient inlassablement dans le discours des habitants. Une telle situation provoque parfois des conflits, en particulier lorsqu’un accord n’a pas pu être trouvé entre voisins. Aussi, afin d’éviter les mésententes, les habitants doivent-ils constamment négocier les espaces partagés :

J’ai dit à ma voisine que j’étais d’accord pour qu’elle mette des choses devant la porte de chez elle. Je fais pareil aussi, mais de manière temporaire. Par exemple, lorsque j’ai acheté un nouveau salon, j’ai entreposé l’ancien devant ma porte... C’est sûr que cela empiétait sur le couloir et gênait le passage. Alors, on s’est mis d’accord. Les objets qui seront entreposés ne doivent pas excéder une semaine. Sinon, c’est invivable, surtout lorsque l’on habite les étages du milieu. Encore, quand on habite tout en haut, c’est moins gênant pour le passage. (Malika, cité de relogement El Kora, juin 2007)

26Ces espaces intermédiaires sont en effet considérés par de nombreux résidents comme des lieux « disponibles » ; ils sont de ce fait aussi des lieux qui mettent à l’épreuve le « vivre ensemble ». À la fois espaces de transition et espaces d’articulation entre rues et logement, les espaces intermédiaires de certains immeubles d’El Kora apparaissent ainsi uniquement comme des espaces d’appropriation définis par défaut : les habitants les utilisent très souvent - les seuils de porte par exemple - comme de simples prolongements de leur logement pour y entreposer, de façon temporaire, leurs poubelles ou autres objets (brouettes, bassines en plastique, etc.) qui n’ont pas trouvé leur place dans les appartements.

27Ces pratiques se traduisent par une appropriation de plus en plus audacieuse des espaces communs utilisés comme « espaces publics ». Ce sont, par exemple, les formes extrêmement variées de débordement des rez-de-chaussée : on a pu observer ainsi à la cité de Mers El Kheir, comme à la cité de relogement El Kora des trottoirs annexés et aménagés en jardins (fig. 3).

Fig. 3 – Pratiques de transformation d’une partie du trottoir par un espace-jardin clôturé et privatisé

Fig. 3 – Pratiques de transformation d’une partie du trottoir par un espace-jardin clôturé et privatisé

Source : H. Essahel, 2018

28D’autres actions sont observées à l’intérieur du quartier pour promouvoir un cadre de vie meilleur. Face à la forte bétonnisation de leur quartier, on a vu se développer récemment (depuis 2015) des micro-actions de verdissement, pour encourager le retour de la nature et du vivant par des pratiques jardinées, voire agricoles. Les habitants fleurissent ainsi les espaces aux pieds des immeubles, effectuent des plantations de toutes sortes afin nous disent-ils « de retrouver une logique rurale (qui était la leur) dans les espaces urbains déshumanisés » (Fatima, 2015). Ces comportements avaient déjà été identifiés en 2009, où l’on avait vu quelques habitants – notamment dans la cité de relogement El Kheir - aménager des carrés verts clôturés afin de les protéger d’actes de vandalisme. Ces carrés sont parfois accompagnés d’écriteaux incitant les passants à respecter ces espaces (fig. 4). Les habitants de Mers El Kheir qui s’occupent de leurs jardinets sont souvent ceux qui ont eu une longue durée de résidence dans le bidonville. Car, selon eux, devenir propriétaire est aussi une manière de s’inscrire dans l’espace et dans le temps. En marquant leurs pratiques au sein de leur espace de vie, ils considèrent qu’ils s’inscrivent activement dans un processus d’insertion citadine et qu’ils développent une nouvelle identité.

Fig. 4 – Appropriation des espaces aux abords d’un immeuble de la cité de relogement de Mers El Kheir

Fig. 4 – Appropriation des espaces aux abords d’un immeuble de la cité de relogement de Mers El Kheir

L’écriteau mentionne ceci « Veuillez respecter vos espaces verts et merci ».

Source : H. Essahel, 2006

29Comme nous l’avons évoqué précédemment, la logique d’effacement des classes populaires du centre-ville (excepté dans le cas du douar El Kora) et de leur transfert vers les grands ensembles de la périphérie de Rabat découle d’une politique engagée par le gouvernement marocain. Pour certains habitants de Mers El Kheir, s’installer dans ces cités conduit à une valorisation de ces nouveaux modes d’habiter, car ces logements donnent l’accès au confort et à la modernité, même si cela est assorti de contraintes et de frustrations. Mais pour d’autres, habiter un quartier périphérique « loin de tout » (Hafid, 2011), cela conduit à un appauvrissement et à une marginalisation sociale et économique. Ainsi, prenons l’exemple des commerçants ambulants qui vendent des produits de toutes sortes (cacahuètes, bonbons, mouchoirs en papier au détail, cigarette à l’unité, etc.) et qui travaillaient à Rabat ou à Témara dans des zones dynamiques et passantes. Leur transfert à Mers El Kheir les a contraints soit à abandonner leur métier, soit, à pratiquer leur activité commerciale dans les espaces publics (devant les immeubles, placettes, parkings, etc.) de la seule cité de Mers El Kheir. En effet, du fait de l’éloignement, les commerçants ambulants ne peuvent que proposer leurs marchandises sur des charrettes qu’ils tirent d’un îlot d’immeubles à un autre. Selon certains de ces commerçants, « les habitants de la cité de relogement sont leurs seuls clients potentiels » (Ahmed, Réda, Tahar, 2011). Ainsi, les espaces publics de la cité sont utilisés pour des activités commerciales (essentiellement alimentaires). Pour ces commerçants, les conditions de vente sont délicates, à la fois parce que les clients sont rares et que vendre au sein même de la cité est très mal perçu par une grande majorité des habitants. Salah, habitant de la cité de Mers El Kheir, 53 ans, marié, père de 3 enfants et enseignant dans le secondaire, juge ces installations sommaires et ambulantes « dégradantes pour l’image de la cité », notamment lorsque les déchets s’amoncellent sous les fenêtres des riverains. Nous avons cependant rencontré des personnes pour lesquelles les commerçants ambulants apportent « de la vie » dans un quartier qu’ils considèrent comme trop « calme et loin de tout ». Selon elles, ils constituent « des lieux d’échanges importants » (2009). C’est la question de la « normalité » (Becker 1985) et de l’usage de certains espaces publics qui est ici posée.

30De plus du fait de sa situation géographique centrale dans la capitale, la cité de relogement El Kora a vu arriver une nouvelle catégorie de population immigrée - d’abord africaine puis moyen-orientale (Syriens et Libyens pour l’essentiel) - avec lesquelles les relogés doivent désormais partager les lieux. De ce fait, ceux-ci prennent conscience que, à la différence du bidonville où tout était « sous contrôle », l’« ouverture » de la cité de relogement produit de la mixité et de l’anonymat. La cité de relogement constitue en effet un espace ouvert, aéré, où se côtoient des individus de types différents et aux pratiques variées. Dans un travail antérieur, A. Arrif (1992) signalait déjà - au sujet de la cité de relogement Nassim, étudiée dans le cadre du relogement de la population du douar Ben M’sik à Casablanca - que la présence d’espaces ouverts, accessibles à tous renforçait le sentiment des habitants de ne plus être « entre eux », et de devoir désormais partager les espaces publics avec des inconnus. Car les espaces dédiés aux activités commerciales dans la cité de relogement permettent cette mixité, ce brassage, à la différence du bidonville où tout était « sous contrôle », de telle sorte que toute personne extérieure, étrangère (barrani) y était immédiatement repérée. Dorénavant, à la cité de relogement, le contrôle social ne fonctionne plus avec autant d’efficacité et l’espace de la cité apparaît comme nettement plus « impersonnel » voire comme insécure. À la cité de relogement, le terme de barrani prend un tout autre sens, celui de l’étranger, de l’immigré. Désormais le barrani est partout et empiète sur un territoire censé appartenir aux anciens bidonvillois. Ce nouveau groupe d’habitants se distingue par sa forte inscription spatiale et sociale dans la cité de relogement par ses comportements dans les espaces publics, son mode de vie et ses mœurs qui parfois gênent les ex-bidonvillois. Ces situations provoquent conflits et disputes.

31De façon générale, dans les villes marocaines, l’espace public est un espace dominé par les hommes (Dris, 2004). Les rapports à l’espace public apparaissent comme une expérience culturelle spécifique où la présence des femmes est clairement codifiée. Dans l’habitat des pays du Maghreb et du Machrek, la dichotomie maintes fois signalée entre espace public et espace privé – notamment dans l’opposition entre espaces du dedans (el dakhel) et du dehors (barra) -, se traduit dans les pratiques spatiales la ville ou du quartier par une hiérarchisation qui va des lieux accessibles à tous jusqu’aux lieux contrôlés par ceux qui y résident, générant ainsi des niveaux différents d’espaces publics (Bekkar, 1991 ; Dris, 2004).

32Ainsi, les femmes en groupe sortent chaque soir se promener dans l’enceinte de la cité d’El Kora. La déambulation, qui était une pratique inconcevable au douar parce qu’il y était honteux (‘hchouma) de flâner sous peine d’attirer des remarques sur un comportement jugé incorrect, mais aussi à cause de l’étroitesse des ruelles et de la saleté, devient désormais possible dans le nouveau quartier. En effet, les aménagements et les mises en scène architecturales qui y sont présentes (espaces piétonniers, placettes agrémentées par du mobilier urbain, bancs, arcades, lampadaires, etc.) contribuent à recréer un environnement propice à la promenade et à la rencontre sociale. Pour Michel Maffesoli (1998), la marche, la flânerie, ou ce qu’il appelle les « minuscules situations de tous les jours » est une technique qui permet d’appréhender les dynamiques sociales dans l’espace urbain. D’autres travaux sociologiques et ethnologiques montrent que la flânerie est un véritable « indice de citadinité » et qu’elle est une manière de construire un regard sur la ville (Capron 1998 ; Gervais-Lambony 2007 ; Robin 2009) ; et les promenades qui y sont observées peuvent être assimilées à un divertissement collectif. Il semblerait alors que les opérations d’urbanisme participent au renouvellement des espaces publics des cités de relogement. Ainsi Malika, une jeune femme de la cité de relogement El Kora, flâne avec « ses copines et leurs enfants » pour ne pas être exposée seule aux regards, et en particulier à ceux des hommes.

33À la cité de relogement d’El Kora, nous constatons que la pratique des espaces publics y est aussi codifiée en fonction de l’âge, du sexe et de la temporalité (moment dans la journée). Le quartier est beaucoup plus pratiqué par les hommes que par les femmes. Nous avons ainsi détecté une profonde inégalité entre les sexes dans les usages des espaces publics, et ce même si les femmes accèdent massivement à ce type d’espace traditionnellement masculin, et qu’elles se les sont appropriées. Toutefois, sur l’ensemble de la journée, le nombre d’hommes présents dans le quartier est quasiment toujours supérieur à celui des femmes. Les hommes privilégient la fin de matinée (10 h-11 h) et le début de soirée (19 h) pour occuper les espaces intermédiaires (halls d’entrée, allées, rues, placettes, etc.). Les parkings, quant à eux, sont utilisés à tous les moments de la journée. Ils deviennent des lieux de rassemblement où les hommes lavent leurs voitures, discutent, fument, bricolent, etc., et cela tous les jours avant l’heure de la prière. Les « anciens » (nass l’qdâm) – dont l’âge est supérieur à 60 ans - se retrouvent devant l’entrée de la cité de relogement ainsi que dans l’entrée du centre commercial de la cité El Kora. En petits groupes, ils jouent aux cartes ou au jeu de dames assis sur des tabourets improvisés.

34Les femmes savent qu’elles doivent partager l’espace public avec les hommes en utilisant certaines de ses parties ou en l’investissant plutôt à certaines heures de la journée. Elles occupent l’espace lorsque celui-ci est laissé vide par les hommes : généralement au début de la matinée (moment où elles effectuent leurs courses ou emmènent les enfants à l’école.), puis en milieu d’après-midi, entre 14 h et 17 h (moment où elles sortent pour bavarder ou rendre visite à d’autres familles dans le quartier), puis elles récupèrent leurs enfants à la sortie de l’école et s’attardent dans le quartier le temps de laisser aux enfants le temps de jouer. Les femmes plus âgées restent dans l’espace des immeubles, ne sachant où aller, ou occupent en groupes quelques bancs en béton fixés au sol qui, blancs au départ, ont été « customisés » par les jeunes du quartier. Elles s’installent aussi parfois à même le sol sur leur châle, pour discuter dans les jardinets et surveillent les plus jeunes. Les jeunes enfants, quant à eux, investissent l’ensemble de la cité de relogement, et plus précisément les lieux propices au jeu : placettes, courettes, rues, halls d’entrée des immeubles, etc. Ils courent dans tous les sens, jouent à chat, à cache-cache. De nouvelles pratiques apparaissent chez les jeunes adolescents avec la présence du nouveau mobilier urbain. Le dallage lisse des allées, comme les bancs bétonnés permettent la pratique des activités de glisse - récemment observées dans ces quartiers et inexistants au bidonville - (patin à roulettes pour les jeunes filles, skate-board pour les jeunes garçons) et de figures en tout genre.

35La pratique de l’espace est différente pour les jeunes femmes et jeunes adolescentes qui ne peuvent pas trop se promener dans le quartier par respect pour leurs aînés. Les femmes mariées sortent en habits traditionnels marocains (djellabas). Les femmes plus jeunes et souvent non mariées déambulent à l’intérieur en arpentant en groupes les allées principales de la cité de relogement jusqu’aux aires de parking. Ainsi, les temporalités et les modes d’investissement de certains espaces publics diffèrent d’un individu à un autre, d’un groupe à un autre. Ils n’impliquent pas les mêmes durées de présence. Les conséquences en matière de spatialité et de marquage des lieux s’en trouvent ainsi modifiées.

2.2 - L’espace public en tant qu’espace de débat politique

36En science politique, le concept d’espace public renvoie à l’émergence d’un espace de débat public « d’intersubjectivité » (Habermas, 1993), c’est-à-dire à l’existence d’un espace immatériel au sein duquel les membres d’une société seraient amenés à confronter leurs idées sur des sujets d’intérêt collectif pour faire émerger un consensus ou tout au moins un langage partagé (Söderstrom et Zepf, 1998).

37Ainsi, certains espaces publics sont véritablement considérés par les habitants comme des espaces propices à la discussion, au dialogue, à la concertation et participent de la socialisation politique. En effet, les cages d’escalier par exemple comme les halls des immeubles et les couloirs ont rapidement été investis par les habitants comme des espaces d’échanges voire des espaces servant de support de mobilisation. Ces espaces intermédiaires deviennent dans certains immeubles de véritables « arènes » politiques. En effet, ils permettent le rassemblement des résidents et la mise en place d’un processus de concertation, de diffuser des informations, de mettre en place des mobilisations et des débats par les groupes d’acteurs intéressés et concernés par la réalisation de tel ou tel projet. Ainsi, entre 2010 et 2012 dans l’immeuble 37 de la cité de relogement de Mers El kheir, ces espaces ont favorisé l’émergence d’une forte mobilisation organisée par les femmes pour geler les loyers compte tenu des dégradations et des malfaçons qui ont été observées dans les appartements et dans l’immeuble. Dans le cadre de cette mobilisation, ces espaces intermédiaires sont devenus des lieux de proximité privilégiés en favorisant le regroupement. Éléments de passage et de circulation obligés, ils captent les va-et-vient. Ils procurent un sentiment d’espace et de répit en s’interposant de manière confortable et efficace entre la sphère domestique et la rue. En effet, mi‑privés, mi‑publics, ils permettent la mise à distance et procurent une certaine neutralité. Ces observations permettent de dépasser ce clivage entre perspective sociologique et perspective architecturale et ainsi montrer cette interrelation qui s’établit entre les qualités formelles de l’espace, les pratiques qui y sont observées et les significations qui leur sont associées.

38À partir de l’exemple marocain, cet article s’est proposé d’analyser et d’interpréter les pratiques d’appropriation et d’usage des espaces urbains, avec un intérêt particulier accordé aux modes d’habiter, en particulier dans les rapports que ceux-ci impliquent entre espace privé et espace public. Une attention particulière a été portée aux espaces intermédiaires. Ceux-ci constituent une échelle particulière se prêtant aux confrontations interpersonnelles, à des rapports sociaux liés au quotidien, à des pratiques récurrentes, qui toutes se rapportent au voisinage. Ces espaces relèvent de l’entre-deux, ils ne sont ni privés ni complètement publics au sens d’un espace public urbain anonyme. Ainsi, des pratiques nouvelles se concrétisent par l’adaptation de l’espace public aux besoins des habitants, par des débordements multiples et variés sur l’espace public et, plus généralement, par le contournement des normes officielles. Cela donne, comme nous l’avons vu naissance à un patchwork d’ambiances, de résonances (sociales, politiques, économiques) et d’appropriations par les différents acteurs en présence, habitants permanents, passants, migrants de passage, etc.

39L’investissement de ces espaces permet aux habitants d’accepter leur nouveau cadre de vie, de leur donner du sens, de recréer des moments de convivialité, de sociabilité, de festivités intenses qui caractérisaient leur mode de vie en bidonville et qui ont été perdus. Le quartier tel qu’il est proposé aujourd’hui par les décideurs et les techniciens n’est cependant pas complètement rejeté par les habitants. En effet, comme on l’a vu au travers des exemples développés plus haut, le quartier et ses espaces sont en permanence remodelés, réadaptés, réinventés, contournés et détournés par des pratiques sociales en pleine évolution. Les articulations entre nécessités socioéconomiques et besoin d’affirmation culturelle, entre formel et informel sont l’expression de l’état de transition dans lequel se trouvent les habitants des cités de relogement.

40Si notre objectif initial était de montrer comment les habitants utilisent les nouveaux espaces publics, il met en exergue que ces derniers sont des espaces créateurs de « liens » (affinités, sociabilités), mais qu’ils peuvent aussi rendre visible ou même provoquer la « rupture » de ces liens.

41Il faudrait, bien sûr, aussi aller plus loin que nous ne l’avons fait dans cet article en prolongeant l’analyse en montrant en quoi ces diverses appropriations peuvent être considérées comme le résultat d’un détournement de la production néolibérale.

Top of page

Bibliography

Adam, A. 1949. Le bidonville de Ben M’Sik à Casablanca. Annales de l’Institut d’Études orientales de la Faculté des Lettres d’Alger 8 : 61-199.

Arrif, A. 1992. Le passage précaire. Anthropologie appliquée d’une mutation résidentielle. Le cas de Hay Moulay Rachid à Casablanca. Thèse de doctorat nouveau régime, Aix-en-Provence : Université d’Aix-Marseille.

Agence de Développement Social (ADS). 2004. Monographie sociale du bidonville douar El Kora. Rabat. 192 p.

Bekkar, R. 1991. Espaces et pratiques des femmes à Tlemcen. Un cas de développement séparé ? Thèse de doctorat, Paris : Université Paris X-Nanterre.

Becker, H. 1985. Outsiders, Études de sociologie de la déviance. Paris : Editions Métailié. 250 p.

Belfiqh, M. et A. Fadloullah. 1986. Mécanisme et formes de croissance. Le cas de l’agglomération de Rabat-Salé, Rabat, éditions Libr. El Maârif Jadida, 3 tomes.. 743 pages.

Brenner, N. 2009. Cities and territorial competitiveness. In The Sage Handbook of European Studies, dir. C. Rumford, 442-463. Los Angeles: Sage.

Brenner, N. et N. Theodore. dir. 2002. Spaces of neoliberalism. Urban restructuring in North America and Western Europe. Oxford : Balckwell.

Capron, G. 1998. Les centres commerciaux à Buenos Aires : Les nouveaux espaces publics de la ville de la fin du XXe siècle. Les Annales de la recherche urbaine 78 : 55-63.

Chamboredon, J.-C. et M. Lemaire. 1970. Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement. Revue française de sociologie 11 (1) : 3-33.

Di Meo, G. 1998. Géographie sociale et territoires. Paris: Nathan. 320 p.

Dris, N. 2004. Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville. In Femmes et Villes, dir. S. Denefle, 249-264. Tours : Maison des Sciences de l’Homme.

El Messadi, M. 2002. La résorption du bidonville « El Kora » dans la municipalité de Yacoub El Mansour. Mémoire de DESA, Rabat : INAU.

Essahel, H. 2011. Politiques de réhabilitation des quartiers non réglementaires au Maroc et mobilisation(s) des habitants. Études de cas dans l’agglomération de Rabat (Rabat, Témara, Skhirat). Thèse de Doctorat, Tours : Université François-Rabelais.

Essahel, H. 2018. Lorsque les femmes s’en mêlent. Quelques trajectoires de mobilisation dans les bidonvilles de Rabat (Maroc). In Citadinités subalternes en Afrique, O. Goerg, T. Fouquet, 177-194. Paris : Editions Karthala.

Foucault, M. 2004. Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France, 1978-1979. Paris : éditions EHESS-Gallimard-Seuil.

Gervais-Lambony, P. 2007. Flâner. In Vies citadines, dir. P. Gervais-Lambony, E. Dorier-Apprill, 191-208. Paris : Belin.

Habermas, J. 1993. L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Paris : Éditions Payot. 324 p.

Le Coz, J. 1965. Les tribus Guich au Maroc, essai de géographie agraire. Revue de Géographie du Maroc 7 : 1-52.

Le Galès, P. 1993. Politique urbaine et développement local. Une comparaison franco-britannique. Paris : l’Harmattan. 318 p.

Levy-Vroelant, C. 2001. Les investissements matériels dans le logement. In Du domicile à la ville, vivre en quartier ancien, ed. J.-Y. Luthier et al., 51-71. Paris : Anthropos.

Maffesoli, M. 1998. La conquête du présent. Pour une sociologie de la vie quotidienne. Paris : Éditions Desclée De Brouwer, collection Sociologie du quotidien. 227 p.

Navez-Bouchanine, F. 1987. Étude du Montage financier du projet de recasement du bidonville des carrières Centrales : enquête sur les activités économiques auprès des ménages, rapport n° 2, septembre. Rabat : ICONE (Ingénierie et Conseil en Économie).

Peck, J. et A. Tickell. 2002. Neoliberalizing space. Antipode 34 (3): 380–404.

Robin, R. 2009. Mégapolis : Les derniers pas du flâneur. Paris : Stock.

Semmoud, N. et al. 2014. Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée. Tours : Presses universitaires François Rabelais. 288 p.

Söderstrom, O. et M. Zepf. 1998. L’image négociée. DISP 134 : 12-19, revue d’urbanisme de l’Institut für Orts-, Regional- und Landesplanung der ETH, Zürich).

Top of page

Notes

1 Le programme « Villes sans bidonvilles » (VSB) est calqué sur le programme des Nations Unies Cities Without Slums. Il s’agit d’une opération de grande envergure, réalisée sous l’égide du Roi, qui touche près de 1,6 million d’habitants dans plus de mille bidonvilles répartis dans l’ensemble du Maroc. Il prévoit le développement de partenariats public-privé (PPP) pour accompagner le secteur public dans la valorisation de terrains publics et produire davantage de produits immobiliers destinés aux familles aux revenus moyens et modestes tout en expérimentant de nouveaux dispositifs d’ingénierie sociale : l’accompagnement social, ainsi que des mécanismes de financement tels que le microcrédit pour le logement, censé faciliter l’accession à la propriété des populations défavorisées.

2 L’Initiative Nationale pour le Développement Humain, lancée par le Roi Mohammed VI le 18 mai 2005, vise la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale à travers la réalisation de projets d’appui aux infrastructures de base, de projets de formation et de renforcement de capacités, d’animation sociale, culturelle et sportive ainsi que la promotion d’activités génératrices de revenus et d’emplois.

3 Les pouvoirs publics recouvrent ici les élus, l’administration et les représentants de l’État de la wilaya et de la municipalité. Il peut arriver que les positions soient différentes entre ces acteurs, mais leur quasi-convergence concernant l’habitat informel nous conduit à les désigner tous par l’expression « pouvoirs publics ».

4 Il s’agit d’enquêtes de terrain menées d’abord dans le cadre d’un doctorat de géographie (2011) puis complétées lors d’un travail postdoctoral (2012-2016) et d'une mission courte récente (novembre 2018) dans le cadre du programme Mobilité Internationale pour la Recherche (MIR, 2017-2018, ESO). Deux niveaux d’analyse empirique ont été menés. D’une part, au niveau macro, l’objectif a consisté à suivre l’évolution des politiques urbaines via des interactions régulières avec les acteurs institutionnels publics et associatifs impliqués dans les projets de résorption des bidonvilles. D’autre part, au niveau micro à travers une immersion sur le terrain. Les enquêtes empiriques, nombreuses, ont été menées entre 2004 et 2010 sur plusieurs mois à chaque fois, puis des études complémentaires ont été conduites entre 2012 et 2016. Ces enquêtes qualitatives ont pris la forme d’observations participantes, d’entretiens approfondis (la durée moyenne se situe entre une heure trente et deux heures) de plus d’une quarantaine de familles et avec les habitants lorsqu’ils résidaient en bidonville (2003-2006) puis en cité de relogements à partir de 2006 ; des récits de vie, bibliographiques ont été menés également tout au long de ces longues périodes d’enquêtes, tout comme la mise en place de focus group avec les femmes en bidonville et en cité de relogement. À Mers El Kheir comme à El Kora, l’objectif des entretiens menés auprès des habitants dans les cités de relogement s’inscrit dans le cadre théorique de la sociologie compréhensive puisqu’il s’agissait de comprendre le sens que les habitants accordaient aux pratiques qu’ils mettaient en œuvre dans le contexte sociospatial de la cité, du quartier, de la ville et de leur logement.

5 Les études monographiques menées dans ces quartiers (ADS, 2004) tous comme nos enquêtes de terrain (2015) montrent que les deux bidonvilles sont majoritairement constitués de familles d’au moins 3 enfants. Quant aux activités économiques présentent dans le quartier, celles-ci sont nombreuses et diversifiées (alimentation, habillement, couturiers, marchés fruit et légumes, etc.)

6 Dans le cadre du projet El Kora, deux opérations de nature différente se mêlent : l’une est une opération s’inscrivant dans le cadre de l’aménagement de la Corniche de Rabat et la réalisation d’unités résidentielles et touristiques ; l’autre est une opération de relogement de grande ampleur visant le relogement in situ de la totalité des ménages bidonvillois, soit 10 519 habitants et 665 commerces. Face à l’ampleur de la tâche, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) a décidé de mettre en place une « structure partenariale » par la convention du 28 janvier 2002. Cette convention implique plus d’une quinzaine de partenaires, dont les plus importants sont le Fonds Hassan II pour le Développement Économique et Social, la wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs, le Conseil de la Ville de Rabat, le Conseil d’Arrondissement de Yacoub El Mansour et l’Agence de Développement Social. La maîtrise d’ouvrage du projet a été confiée à une structure entièrement dédiée à la réalisation de celui-ci : la Société de Développement El Kora (SDEK), filiale de la CDG, créée en 2003. La Compagnie Générale Immobilière (CGI, filiale de la CDG) assure, quant à elle, la maîtrise d’ouvrage technique déléguée, tandis que l’Agence de Développement Social, organisme public créé en 1999, a été sollicitée pour assurer l’accompagnement social.

7 Le projet de relogement El Kora concerne une superficie de 22 ha (220 000 m2), correspondant aux terrains occupés par le bidonville (11 ha) et à un ensemble de terrains libres avoisinants, tous domaniaux ou acquis par l’État auprès des propriétaires privés concernés. Il prévoit la réalisation de 2 200 logements (répartis en trois types d’appartements : F2, F3 et F4) et de quelque 665 commerces, dont un Centre commercial « Al Mansour » qui devrait accueillir les nombreux commerçants travaillant dans le douar El Kora. Le montant global des investissements s’élève à 740 millions de dirhams, auxquels le Fonds Hassan II contribue à hauteur de 212 millions. Les futurs habitants ne paieront ainsi, grâce à cette aide, que 50 % de la valeur des appartements. Prévu pour s’étaler sur une période de six ans, et divisé en trois tranches (« opération- tiroir »), le projet suppose l’évacuation des terrains occupés par les baraques. Quant au douar Dlim, il est concerné par deux types d’interventions : l’une correspond à une opération de relogement qui nécessite un transfert à une quinzaine de kilomètres, à Mers El Kheir, pour la catégorie d’habitants qui sont qualifiés de « bidonvillois ». L’autre opération prend la forme d’un recasement in situ des autres habitants, les guicheurs. L’opération de relogement a nécessité la construction d’environ 1 450 logements sociaux à Mers El Kheir. Ils sont livrés sous la forme d’appartements semi-finis et bénéficient d’équipements de proximité (commerces, garderie, espaces verts, zones de stationnements, etc.), le tout occupant une surface de 87 000 m2.

8 Le mot « recasement » désigne une opération de déplacement de bidonvillois vers des lots aménagés et équipés, généralement destinés à l’autoconstruction. Le douar El Dora comme le douar Dlim ont été concernés par ce type d’opération en 1987, le douar El Kora en 1988 et n’a concerné que 213 ménages. (El Messadi 2002). Quant au douar Dlim, il a été touché en 1982 par une opération de recasement appelée Oudayas, mais n’a concerné que la population de guicheurs. Les bidonvillois ont été exclus de cette opération.

9 Dès le milieu des années 2007, une dynamique spéculative a été observée autour des logements du douar El Kora. Certaines familles ont préféré vendre leur logement à un prix intéressant pour soit s’installer dans un autre bidonville, soit acheter un terrain et autoconstruire en dehors de la ville de Rabat (à Salé, par exemple, ville voisine). Une dynamique locative a également été observée, touchant en particulier des migrants africains cherchant à se loger dans la ville.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – localisation des bidonvilles et cités de relogement étudiés à Rabat et ses environs
Credits Cartographie F. Train, 2011 ; relevés personnels H. Essahel.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13922/img-1.png
File image/png, 526k
Title Fig. 2 – Photographie représentant une partie du douar El Kora
Credits Source : H. Essahel, 2006
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13922/img-2.png
File image/png, 874k
Title Fig. 3 – Pratiques de transformation d’une partie du trottoir par un espace-jardin clôturé et privatisé
Credits Source : H. Essahel, 2018
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13922/img-3.png
File image/png, 740k
Title Fig. 4 – Appropriation des espaces aux abords d’un immeuble de la cité de relogement de Mers El Kheir
Caption L’écriteau mentionne ceci « Veuillez respecter vos espaces verts et merci ».
Credits Source : H. Essahel, 2006
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13922/img-4.png
File image/png, 995k
Top of page

References

Electronic reference

Habiba Essahel, « Les nouvelles pratiques de l’espace dans des cités de relogement à Rabat (Maroc) », Méditerranée [Online], 134 | 2022, Online since 18 July 2022, connection on 10 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/13922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.13922

Top of page

About the author

Habiba Essahel

Maître de conférences en géographie, UMR ESO Angers, essahel.habiba@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search