Skip to navigation – Site map

HomeIssues134Des espaces publics entre privati...Les espaces publics privatisés

Des espaces publics entre privatisation et ouverture ?

Les espaces publics privatisés

Aménagement et exploitation des grands stades et arénas des métropoles méditerranéennes françaises
Public space privatised: Large stadiums and arenas in major French Mediterranean cities
José Chaboche

Abstracts

The Orange Vélodrome in Marseille and the Allianz Riviera in Nice stadiums as well as the Sud de France Aréna of Montpellier are emblematic places of normalization, commodification and privatization of public space in the French Mediterranean Metropolises. This article aims to analyze their role in the development of the public space and, consequently, in the transformation of the modes of production and consumption of these metropolises. The method used combines multiple case study and direct observation at three scales and at two points. On the one hand, the results show that these venues contribute to the spectacularization, the gentrification and the monopolization of the public space by firms of the urban planning under the effect of public-private partnerships and naming. On the other hand, the privatized public space is in tension between cities and metropolises seeking competitiveness through sport, operators aimed at consumerism and committed supporters advocating heritage.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Loi no 2014-58 du 27 janvier 2014 relative à la Modernisation de l’action publique territoriale et (...)
  • 2 Technique de parrainage consistant à acheter le droit de nommer ou de renommer un lieu ou un servic (...)

1Instituées métropoles par la loi MAPTAM de 20141, les trois agglomérations de Marseille, Montpellier et Nice aspirent à l’être fonctionnellement et regroupent 1 840 000 habitants, 450 000 habitants et 550 000 habitants dans leur intercommunalité respective. Ces métropoles concrétisent le volet sportif de leurs stratégies de développement par des opérations d’aménagement urbain de grande envergure sous forme de partenariats public-privé aux fins de compétitivité urbaine, s’appuyant en cela sur une tendance de fond de la ville néolibérale (Swingedouw et ali., 2002). Les stades Orange Vélodrome de Marseille et Allianz Riviera de Nice ainsi que la grande salle Sud de France Arena de Montpellier matérialisent cette tendance et participent de l’actuelle dynamique mondiale de spectacularisation des espaces publics urbains (Belanger, 2000). Confiées au privé par des propriétaires publics financièrement anémiés, leur conception, leur réalisation et leur exploitation témoignent d’une complexification de la production, de la configuration et de la gouvernance des espaces publics (Betin, 2001 ; Ghorra-Gobin, 2001a), les effets géographiques de la grande enceinte sportive s’observant de l’îlot urbain jusqu’à l’échelle mondiale pour les plus prestigieuses. Visant moins la sociabilité que la rentabilité, ces enceintes présentées comme des hauts lieux événementiels enrichiraient l’expérience du spectateur grâce aux technologies dont on les dote et, pour celles sous naming2, l’immergeraient dans l’univers de leur sponsor-titre tels Orange (télécommunications), Allianz (assurances) ou Sud de France (marque de terroir propriété de la région Occitanie). Œuvres d’architectes-stars, certifiées durables et portant des enjeux de développement urbain (Thornley, 2002), elles caractérisent l’esprit de compétition propre au processus de métropolisation induit par la mondialisation. Surtout, elles semblent résulter d’une dynamique générale de normalisation, de privatisation et de marchandisation des espaces publics (Gasnier, 2006) aux effets considérables sur la fabrique de la ville et son urbanité.

2Comment émergent ces espaces où l’absence de grand équipement multifonctionnel destiné au sport professionnel était criante ? Comment fonctionnent-ils comme espaces privatisés, rêvés par nombre d’élus et concrétisés par des firmes désirant – sous couvert de promesses de performance économique, sociale et environnementale – diversifier leurs métiers, accroître leurs profits et peser sur la gouvernance urbaine ? Quelles formes d’appropriation, de négociation ou de résistance génèrent ces enceintes destinées d’abord aux classes moyennes et supérieures avides de divertissement ? Pour y répondre, une étude de cas multiples – visant à identifier les récurrences dans plusieurs situations (Collerette, 1997) a été conduite, sur trois métropoles méditerranéennes françaises, avec des nuances locales. Marseille et Nice misent sur la spécialisation à partir du football, une tendance dominante en France ; Montpellier, sous l’égide de l’ancien maire Georges Frêche, a choisi la diversification avec de nombreux clubs comptant parmi l’élite nationale de leur discipline respective. Comme Yin (1984) le préconise, les données émanent de sources diverses et complémentaires pour couvrir l’objet d’analyse et respecter le principe de triangulation : documents et archives (littératures grise et scientifique, presse écrite et audiovisuelle, sites internet des cas étudiés), observation directe à trois échelles de ces aménagements (dans chaque enceinte ; à ses abords ; dans la ville) et à deux moments (lors d’événements sportifs – excepté pour la Sud de France Arena inoccupée lors de l’enquête de terrain – ou hors événements), observation participante (lors de matchs de Ligue 1 de football à Nice puis à Marseille lors du week-end pascal d’avril 2017), recueil et/ou photographies d’objets (programmes des matchs, flyers de supporters, etc.), deux entretiens libres exploratoires de trente minutes réalisés avant match auprès d’un spectateur à l’Allianz Riviera puis d’un autre à l’Orange Vélodrome pour cerner leur perception de la privatisation de l’espace public sportif. Ce dispositif a permis d’analyser le rôle de ces enceintes dans l’aménagement des espaces publics et de mettre en évidence leur contribution au renouvellement des manières de produire et de consommer la ville dans les métropoles méditerranéennes françaises.

1 - Des équipements nés de grandes opérations d’aménagement urbain

1-1 - Trois expressions de la spectacularisation des espaces publics dans les politiques urbaines

3L’aménagement des stades et arénas apparaît en parallèle dans des modèles récents divers : celui de la « ville franchisée » (Mangin, 2004), celui de la « ville marketing » (Baraud-Serfaty, 2005), celui de la « ville événement » (Fagnoni et Lageiste, 2009), ou encore celui de la « smart city » (Languillon-Aussel et al., 2016), etc. À chaque fois, les porteurs de ces modèles voient dans les espaces publics un actif capitalisable. Le sport étant le principal référentiel culturel mondial (Callede 2001), les métropoles méditerranéennes françaises se sont mises à façonner elles aussi la ville des loisirs (Augustin, 2001), lieu de consommation et support de la « geste » des élus. Ces enceintes portent en effet différents enjeux de centralité. Un enjeu de confirmation de dynamiques anciennes, comme à Marseille, où la reconfiguration – pour l’Euro 2016 de football – de l’Orange Vélodrome en zone urbaine dense péricentrale a conforté des pratiques sociales dont Marcel Roncayolo disait qu’elles avaient déjà permis à ce stade de supplanter la Canebière dès la fin des années 1980 (Verdeil, 2014, 13) (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation et accessibilité du stade Orange Vélodrome de Marseille

Fig. 1 – Localisation et accessibilité du stade Orange Vélodrome de Marseille

Source : réalisation T. Nasser, 2017 sur carte IGN

  • 3 36 000 places à l’Allianz Riviera de Nice ; 13 500 places à la Sud de France Arena et 67 000 places (...)

4Un enjeu de renforcement, comme dans le cas de la Sud de France Arena qui accroît, depuis sa construction en 2010, l’offre du Parc des Expositions situé à Pérols, en zone périurbaine pavillonnaire à une dizaine de kilomètres du centre de Montpellier (fig. 2). Un enjeu de création, avec l’inauguration en 2013 de l’Allianz Riviera pour l’Euro 2016, en limite ouest de Nice où se combinent, à douze kilomètres du centre-ville, friches diverses et modestes activités agricoles et tertiaires avec de l’habitat diffus sous forme de petits collectifs et de maisons individuelles (fig. 3). Lieux de vie, d’échange et de partage comme les définissent les discours de leurs opérateurs privés, ces équipements de grande jauge3 bénéficient d’une desserte multimodale directe par transports en commun – bus (tous), tramway (Montpellier, Nice en 2020), métro (Marseille) – autoroute (tous) et avion (Nice et Montpellier) à la hauteur des espoirs placés en eux par les élus.

Fig. 2 – Localisation et accessibilité de la Sud de France Arena de Montpellier

Fig. 2 – Localisation et accessibilité de la Sud de France Arena de Montpellier

Source : réalisation T. Nasser 2017 sur carte IGN.

Fig. 3 – Localisation et accessibilité de l’Allianz Riviera de Nice

Fig. 3 – Localisation et accessibilité de l’Allianz Riviera de Nice

Source : réalisation T. Nasser 2017 sur carte IGN.

5Nées de partenariats public-privé (commune de Marseille/ Bouygues ; commune de Nice/ VINCI ; communauté d’agglomération de Montpellier/ Région/ Société Anonyme d’Économie Mixte Montpellier Events), ces enceintes reconfigurent le tissu urbain et l’image de la ville par un marketing territorial axé autour de l’idée de prestige. Même s’il peut y avoir désacralisation de ces « temples » du sport par coquetterie de langage – ainsi, l’architecte de la Sud de France Arena assimile cet équipement à une « boîte à spectacles très simple, rigide et carrée qu’il s’agit d’habiller le plus délicatement possible » – (fig. 4) les sites internet respectifs de ces enceintes sont dithyrambiques : l’Allianz Riviera serait « le joyau architectural de la Plaine du Var » (source : site internet du stade) ; l’Orange Vélodrome « arbore une jupe éclairée de 25 mètres de haut qui change de couleur selon les événements. Sa longueur de 700 mètres en fera le plus grand écran de cinéma français ! » (source : site internet du stade).

Fig. 4 – La Sud de France Arena de Montpellier

Fig. 4 – La Sud de France Arena de Montpellier

Source : Photo personnelle, avril 2017.

6Pareille valorisation de ces espaces publics du sport professionnel résulte des stratégies de communication de leurs concepteurs, propriétaires ou exploitants envers leurs cibles respectives. Ainsi, le prix décerné en 2014 par le musée d’architecture de Chicago à l’agence Wilmotte & Associés pour l’esthétisme et la conception à énergie positive de l’Allianz Riviera est-il utilisé par la société exploitante auprès de ses clients, notamment les supporters du club de football professionnel niçois ; le design du toit de l’Orange Vélodrome, réalisé en 2014, accentue sa monumentalité (fig. 5) dans un espace urbain déjà densément bâti et nourrit le discours de la majorité municipale marseillaise envers la population. La mise en scène de la spectacularisation des espaces publics s’appuie ainsi sur des éléments urbanistiques, architecturaux, esthétiques ou sur des performances artistiques ou sportives : lors de l’édition 2016 du « French Riviera Highline Meeting », l’Allianz Riviera figura sur le trajet du plus long parcours jamais réalisé au monde en milieu urbain avec 800 mètres parcourus par des funambules sur un fil tendu à 300 mètres de hauteur. Bien plus que la Sud de France Arena, accolée à un parc des expositions sans cachet, ces deux stades servent d’emblèmes urbains. Par delà leurs activités événementielles, ils chercher à servir de relais aux joies et peines de la vie collective locale. Grâce aux jeux de lumière nocturnes de leur habillage extérieur, ils influencent l’ambiance urbaine (Chadoin 2010). Ainsi, suite à de marquants attentats, l’opérateur privé de l’Orange Vélodrome l’éclaira de bleu, de blanc et de rouge pour associer Marseille, à travers ce haut lieu, aux élans d’unité nationale.

Fig. 5 – Orange Vélodrome

Fig. 5 – Orange Vélodrome

Vue partielle de la façade et de l’escalier cinq heures avant un match

Source : Photo personnelle, avril 2017.

7Cette spectacularisation liée au sport professionnel et aux loisirs génère également des processus de gentrification au moyen d’une stratégie globale « d’élitisation des villes » selon Rérat (Rerat et al., 2008). Ils observent en effet un processus qualifié de « new build gentrification » se manifestant plutôt par des nouvelles constructions que par des réhabilitations. C’est le cas des enceintes neuves de Montpellier et de Nice ainsi que de l’Orange Vélodrome dont la rénovation lourde fut couplée, à l’échelle de l’îlot, à des démolitions-reconstructions renouvelant la population sous couvert de mixité sociale et intergénérationnelle (Vondière, 2013). Élevant le niveau socioéconomique de l’offre locale de sports professionnels, ces grands équipements sécurisés, commerciaux et multifonctionnels (Paramio et al., 2008) sont censés avoir des effets régénérateurs variés à échelles multiples sur leur contexte métropolitain.

8Ainsi, des politiques commerciales tournées spécifiquement vers les entreprises s’appuient sur ces équipements pour y proposer4 des « opérations de relations publiques 5 étoiles (…), de séminaires, de gratification des collaborateurs et des clients » comme l’indique par exemple le site internet de la Sud de France Arena. On y vante le caractère « privé et privilégié » de certains espaces de l’enceinte, les « prestations haut de gamme » et leurs « avantages exclusifs » : « parking au plus près de la salle », « entrée rapide par la porte VIP », « accueil personnalisé par les hôtesses », « ascenseurs et étages privatifs », etc. On y fournit un traiteur « de renom » et les repas sont servis par des « maîtres d’hôtel ». Les « meilleures places » offrent un « moment unique ». « L’intimité des salons » éloigne de la foule bruyante et anonyme à laquelle appartiennent pourtant habituellement nombre de ceux qui, le temps d’une soirée mondaine, bénéficient de ces services haut de gamme à l’invitation de quelques grands groupes. C’est ainsi que l’entre‑soi triomphe au Club Montpellier Events, car l’enceinte sert aussi de plateforme relationnelle à ses VIP et adhérents (grands groupes internationaux et régionaux du BTP, de la banque, de l’assurance, des télécommunications ou de l’énergie ; collectivités, CCI, écoles de commerce locales, etc.) qui y cultivent leurs réseaux respectifs. Ces pratiques étayent la thèse d’une élitisation multifactorielle et multiforme des villes défendue par Rérat (Rérat et al., 2008), selon leur conception extensive de la notion de gentrification, laquelle s’oppose à celle plus classique et restrictive défendue, par exemple, par Bourdin (2008).

9Loin de ces services haut de gamme (110 000 €/an la loge de seize places à l’Orange Vélodrome) et de ces fastes gastronomiques, le public ordinaire subit l’envol du prix des billets (Latta 2015) et ingurgite les produits de la restauration rapide. Car ces espaces frappés d’exclusivité, qui laissent deviner des modes de comportement et de consommation radicalement différents, insufflent des codes et les normes d’une forme de « gentrification » du spectacle Serge S2018-11-02T14:51:00SeSsportif. Les opérateurs de ces enceintes se chargent d’ailleurs de le policer comme nous avons pu le constater lors d’une observation participante à Marseille. Ainsi, quoique l’Orange Vélodrome garde l’image d’un haut lieu du football populaire, un stadier pria-t-il un jeune couple de se rasseoir, parce qu’ils fêtaient debout, mais sans gêner quiconque, le premier but local quelques secondes de plus que les autres spectateurs d’une tribune bien moins bouillante que les virages. La centaine de témoins s’en souvint lors des trois autres buts marseillais puisque les effusions de joie se firent plus rapides, quasi fugaces en ce match de fin de saison pourtant décisif pour disputer la Ligue Europa l’année suivante.

10Le stade et l’aréna contemporains accentuent la tendance des lieux du sport professionnel à combiner un « espace sociétal d’accès restreint » (Lévy 2003, 338) pour le spectateur lambda – espace public à part entière selon la typologie de Lévy – et un « espace collectif d’accès réservé » (idem), lieu privé et monnayé aux sponsors qui y tissent des réseaux d’influence inconnus de l’homme de la rue. Dans ces espaces publics privatisés, s’asseoir en Tribune officielle (TO), c’est être au cœur des réseaux du pouvoir local. Selon la direction de l’Olympique Gymnaste Club de Nice,

dans l’ancien stade du Ray, nous ne démarchions pas les personnalités, nous n’avions pas cette capacité à bien les accueillir. Désormais notre TO est un véritable atout de promotion et nous permet d’aller chercher le clinquant. Plus qu’un stade de foot, l’Allianz Riviera est devenu un véritable carrefour du business local. (Couvelaire 2014)

11Nos observations confirment l’arrivée désormais rituelle de ces personnalités après l’entame du match et leur retour en loges ou en salons sitôt la mi-temps puis la fin de la partie José Chaboche2018-11-02T14:51:00JCsifflée, signifiant combien leur présence déborde le strict cadre du sport pour servir des objectifs socioéconomiques plus larges, même si cela n’interdit pas la passion partisane.

  • 5 Selon la Chambre régionale des Comptes (CRC PACA, 2015).
  • 6 Les métropoles de Nantes et Strasbourg avaient ainsi décidé de ne pas candidater à l’accueil de mat (...)

12Ainsi, 12 % en moyenne des sièges des stades et arénas de dernière génération sont dits « à prestations », contre seulement 3 % pour leurs prédécesseurs (Chaboche, 2018). Très rentables pour les exploitants, ils sont exigés par les institutions sportives pour l’attribution d’événements internationaux, contribuant à une spectacularisation de l’espace public onéreuse pour le contribuable, sans qu’elles y participent financièrement elles-mêmes. Pour d’éphémères compétitions (Coupe du Monde de Football 1998, Euro 2016 de Football, Coupes du Monde de Rugby 2007 et 2023, toutes en France et durant moins d’un mois), elles imposent un gigantisme et des normes liées au spectacle sportif sans commune mesure avec les besoins et usages locaux habituels, au risque de susciter des « éléphants blancs » (Gaffney 2014), donc des stades trop coûteux et sous-utilisés. Ainsi, le taux de remplissage des stades – lors des saisons 2014-2015 et 2015-2016 de Ligue 1 de football – n’atteignait que 71 % à Marseille et 59 % à Nice ; quant au Sud de France Arena, le Montpellier Handball n’y que joue rarement à la depuis le départ de sa star N. Karabatic en 2014 et le remplissage est encore plus Serge S2018-11-02T14:51:00SeSproblématique. En plus des matchs des clubs résidents ainsi que de rares événements culturels grand public (une dizaine de spectacles et concerts par an chacune) et sportifs – Euro 2016 (seulement 4 matchs à Nice et 6 à Marseille), Mondial de Handball 2017 (3 matchs à Montpellier), matchs de prestige délocalisés (RC Toulon à Nice et Marseille) –, ces enceintes investissent le marché des événements professionnels. Elles reçoivent une centaine de salons, congrès, galas et séminaires par an, même si cela ne représente que la moitié de ce qui serait nécessaire pour l’équilibre économique de l’Allianz Riviera, par exemple5. Quoique l’inutilité socioéconomique de nombreuses grandes enceintes sportives soit bien documentée6 (Chaboche, 2014), l’essentiel reste ailleurs pour la plupart des décideurs locaux.

1.2 - L’espace public sportif, une ressource stratégique pour la dynamique urbaine et son imagerie

13Les espaces publics privatisés que forment ces nouvelles enceintes ont également été le point de départ d’opération d’aménagement de quartiers ou de secteurs entiers des métropoles étudiées. Adjacente à l’aéroport de Montpellier, la Sud de France Arena s’inscrit dans la stratégie métropolitaine d’expansion de l’urbanisation vers la mer, en l’absence de réelle façade littorale sur son territoire. Cependant, complétant le portefeuille local de lieux festifs couverts de grande jauge (Parc des expositions, Zénith, Palais des Congrès), elle pèse lourdement les finances locales. En 2017, la région Occitanie a dû aider la SAEM Montpellier Events, très déficitaire sur cet équipement en particulier sur le volet de l’événementiel sportif, en achetant le droit de le renommer « Sud de France Arena » pour 300 000 euros par an durant quinze ans.

14De son côté, l’Allianz Riviera permet de dynamiser l’Opération d’intérêt national (OIN) « Eco-Vallée du Var » conduite entre État, Région, Département, Métropole et Ville de Nice. Visant à l’aménagement de 10 000 ha encore peu urbanisés, il s’agit, à horizon 2040, de créer 50 000 emplois et de réaliser un programme mixte d’immobilier d’entreprise, de logements (4 400 logements), de commerces, de centres de formation-recherche ainsi que d’équipements sportifs et de loisirs. Le stade intègre le Musée national du sport français ainsi qu’un vaste centre commercial inauguré début 2016. Quasi vide un samedi après-midi trois heures avant le match, durant notre observation participante d’avril 2017, et ne comptant encore que dix espaces commerciaux occupés sur trente disponibles début juillet 2018, ce centre symbolise l’association difficile d’infrastructures aux fonctions très différentes dans un secteur excentré dont elles ne constituent qu’un front pionnier d’urbanisation (fig. 6).

Fig. 6 – L’Allianz Riviera et ses abords

Fig. 6 – L’Allianz Riviera et ses abords

Source : Photo personnelle, avril 2017

15Sur 20 ha au sein d’un quartier aisé au bâti dense, la reconfiguration de l’Orange Vélodrome et de ses abords (Stade d’athlétisme et de rugby ; berges de l’Huveaune) obéissent aux mêmes ressorts : centre commercial, attenant au stade, « Le Prado » de 22 000 m² sur cinq niveaux ouverts en mars 2018 ; complexe hôtelier deux étoiles (162 chambres) et quatre étoiles (126 chambres) sur dix étages ; clinique privée ; 691 logements aux façades aux couleurs du club et du partenaire-titre du stade (résidences pour étudiants et pour personnes âgées ; logements sociaux, intermédiaires et libres) ; et enfin pôle tertiaire de 12 000 m² largement inoccupés en avril 2017 (fig. 7).

Fig. 7 – l’Orange Vélodrome

Fig. 7 – l’Orange Vélodrome

Vue d’une partie de l’Orange Vélodrome (à gauche) et de ses abords reconfigurés (bureaux : au centre de la photographie ; clinique : façade orange au centre-droit ; complexe hôtelier : à droite) vus du parvis du stade (manquent les deux premiers étages de ces bâtiments, en contrebas et hors champ).

Source : Photo personnelle, avril 2017

16Répliquant des formes urbaines répandues en Europe du Nord – notamment en Allemagne depuis le Mondial 2006 de football – et développées à partir d’un modèle nord-américain, ces stades et arénas multifonctionnelles polarisent des espaces, tout en déclinant une énième occurrence de la « ville marketing », qu’on l’analyse sous l’angle de la rationalité économique (Baraud-Serfaty, 2005) ou sous celui des valeurs d’hospitalité et de gratuité au fondement de l’aménité urbaine (Morvan, 2005). Dans le champ du sport professionnel et de celui du football en particulier, ce modèle urbanistique mercantile promeut la multiplication de zones récréatives standardisées tant au plan architectural qu’en termes d’activités, car le stade neuf ou rénové serait l’indispensable totem des villes qui « comptent ». Leur design (en forme de « jupe » à Marseille ; en membrane de bois et de métal translucide à Nice ; en nid d’oiseau sur le modèle du stade olympique de Pékin à Montpellier) facilite leur intégration paysagère à part entière. À Marseille, la multifonctionnalité du stade attise les tensions entre son opérateur commercial, illégitime à gérer un tel patrimoine selon les supporters ultras, et le club-résident réclamant les droits d’exploitation du stade pour croître. Elle se traduit notamment par l’insertion de tout grand stade comme un site touristique dans de lucratifs circuits « espaces sportifs/musée/boutique ». Celui de Nice est d’ailleurs inséré à l’expérience ludique, touristique et sportive globale de la ville avec le hashtag « #NiceMoments » de l’office de tourisme.

17La construction ou la rénovation lourde de tels stades s’accompagne de grands chantiers immobiliers connexes, aux montages juridico-économiques complexes, menés par des firmes mandatées par un acteur public en général totalement inconnu des spectateurs d’après nos entretiens. En tout cas, l’ensemble précipite la privatisation des espaces publics – le stade n’appartenant plus vraiment à la collectivité (ex. : Marseille, Nice, Bordeaux ou Lille), mais pas non plus au club-résident (sauf à Lyon depuis 2016) – dans le cadre, en France, d’un marché oligopolistique entre VINCI (leader sur ce segment des services urbains), Bouygues et Eiffage en particulier. Prêtes à former consortium si l’envergure du projet le nécessite (VINCI et Bouygues pour le Stade de France), ces entreprises développent leur chaîne de valeur respective en proposant aux collectivités une offre intégrée, allant de la conception à l’exploitation de l’infrastructure et de ses abords en passant par son financement.

  • 7 À la fois néologisme et anglicisme désignant l’industrie prospérant sur l’association entre sport e (...)

18Dispendieuses pour les fonds publics (Sud de France Arena : 68 M€ d’investissement public ; Allianz Riviera et Orange Vélodrome : 372 M€ et près de 400 M€ de loyers annuels cumulés à payer par les municipalités aux exploitants privés de 2011 à 2038 pour le premier et de 2010 à 2045 pour le second), ces enceintes surjouent pour contre-Serge S2018-11-02T14:51:00SeSbalancer l’écoresponsabilité. Leurs opérateurs privés communiquent à l’envi sur leur autonomie hydrique et énergétique, le tri sélectif des déchets ou les actions de bienfaisance qui s’y déroulent parfois comme à Nice (dons du sang, forums de l’emploi, actions en faveur d’enfants hospitalisés, etc.). C’est ainsi que se diffuse une certaine vision de la ville de demain à partir de l’emprise de méga-entreprises sur des espaces publics normalisés – propres, durables, sécurisés, contrôlés, connectés, mais aussi terriblement asociaux – propices au sportainment7.

19Cette alliance entre sport et divertissement, activités hautement consuméristes, a séduit les élus. Ainsi, Georges Frêche expliquait, dans une vidéo destinée au grand public, que :

avec l’Arena Montpellier [nom originel de la Sud de France Arena], nous pouvons récupérer l’audience sur l’ensemble de la France du Sud. (…) Les grosses machines font 9 000 à 12 000 personnes. Ces spectacles allaient à Toulouse ou Marseille. (…) L’Arena Montpellier nous permet d’avoir une longueur d’avance. Par exemple, le tennis. Grâce à ça, nous avons réussi à faire venir l’Open qui se jouait à Lyon et nous avons maintenant la troisième manifestation de tennis de France. (source : site de la Sud de France Arena)

20Le directeur de Montpellier Events ajoute :

nous rentrons dans le marché du divertissement qui est en perpétuelle évolution et en plein développement. (…). Non seulement ça va propulser l’Agglo, la région, mais au-delà, car on a une salle de niveau national, voire international. On pourra accueillir les plus grands événements qui se produisent ailleurs sur la planète ». (source : : site de la Sud de France Arena)

21Ces enjeux perçus d’attractivité, de différenciation, de concurrence et de métropolisation disent combien ces espaces publics qui servent de support au sportainment s’adaptent au modèle de la ville touristique événementielle (Fagnoni et Lageiste, 2009), marchande et compétitive. Mais la surenchère joue à plein. S’étranglant mutuellement du fait de leur proximité et concurrencées par d’autres, ces trois enceintes sonnent creux compte tenu de leurs faibles taux de remplissage durant la saison sportive et de la rareté des autres événements qui s’y tiennent. Exploitants et élus préfèrent éluder le sujet. Cependant, au cours de l’émission Cash Investigations d’octobre 2016 sur France 2, le PDG de VINCI concéda que « les résultats [de l’Allianz Riviera], pour l’instant, sont extrêmement difficiles ». Quels sont alors les ressorts de l’irruption du privé dans le domaine des enceintes multifonctions et ses effets sur les modes de production, de marchandisation et de consommation de l’espace public sportif de ces trois métropoles ?

2. Des équipements renouvelant les manières de produire et de consommer la ville méditerranéenne

2.1 - L’offensive de grands opérateurs privés de services publics urbains

22En France, depuis plus d’un siècle, des services publics comme l’eau font l’objet de partenariats public-privé (PPP). À Montpellier, dès la fin des années 1980, G. Frêche a choisi une forme particulière de PPP, l’économie mixte, dans laquelle la municipalité conserve 50 % à 80 % des parts sociales. La collectivité garde ainsi la main sur l’aménagement réalisé, mais la SEM (Société d’Économie Mixte) qui est créée, reste une société de droit privé, réputé plus souple que le droit public. Sous la pression de leaders mondiaux français des services urbains voulant accroître leur influence sur la fabrique de la ville (Bouygues, Eiffage, Spie Batignolles, VINCI), une nouvelle forme de PPP, le contrat de partenariat (CP), a été créée en 2004 (Campagnac et Deffontaines, 2012). Le CP permet de faire concevoir, financer, construire, exploiter et entretenir un service public par un consortium privé (BTP, banques, investisseurs, prestataires de services, etc.) José Chaboche2018-11-02T14:51:00JCdont l’urgence et la complexité autorisent à déroger au code des marchés publics. S’acquittant d’un loyer annuel, l’acteur public récupérera à l’issue du CP un bien vieilli dont le coût aura certes été étalé – et même légalement soustrait des bilans publics par un artifice comptable autorisé jusqu’en 2012 pour masquer les lourdes charges financières induites –, mais qui aura aussi contribué à augmenter le bénéfice de l’exploitant. C’est le montage choisi par la commune de Nice pour un montant de 11 M€/an durant 27 ans pour l’Allianz Riviera ; par la commune de Marseille pour 12 M€/an durant 35 ans pour l’Orange Vélodrome

23À Nice et à Marseille le choix du CP a été appliqué en macro-lot, technique aménagiste en vogue permettant de réaliser une opération d’ensemble impliquant plusieurs maîtres d’ouvrage dont un pilote l’ensemble, souvent un promoteur privé. À Marseille, cette imbrication s’observe dans la structure des trois principaux intervenants :

  • la société AREMA reconfigure et exploite durant 35 ans le stade et ses abords pour le compte de la Ville en regroupant – derrière GFC Construction et Bouygues Energies et Services, filiales de son actionnaire majoritaire Bouygues Construction – la Caisse des Dépôts (CDC), la Caisse d’Épargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC), le Fonds d’Investissement et de Développement des PPP (FIDEPPP, du groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne) et le fonds INFRAVIA ;

  • le groupement d’entreprises réalisateur est dirigé par GFC Construction ;

  • la CIRMAD (réseau de développement immobilier de Bouygues Construction) aménage 20 ha autour du stade, commercialise les terrains pour le compte d’AREMA ou des garants (CDC, CEPAC) et développe chaque programme immobilier.

24Davantage que l’exploitation du stade, compliquée et déficitaire pour AREMA, ce sont les droits fonciers de longue durée qui motivent ces investisseurs. La fonction commerciale fiabilise à leurs yeux cette opération, le stade servant à aimanter la clientèle aisée des quartiers sud vers la cinquantaine de boutiques du nouveau centre commercial Prado. Cinquième structure du genre dans l’hypercentre et sa périphérie, il participe d’une multiplication récente de ces centres commerciaux haut de gamme à Marseille et, comme ailleurs, contribue à l’exode des grandes enseignes du cœur de ville, comme c’est le cas pour les Galeries Lafayette. Le cas marseillais dessine un paysage urbain en voie de standardisation : Serge S2018-11-02T14:51:00SeSgigantisme et monumentalisation de l’enceinte ; mise en valeur architecturale et esthétique (couverture et jupe) comme élément de marketing territorial ; densification et enchérissement du bâti sous l’effet du Programme Immobilier d’Accompagnement (PIA), instrument de spéculation sur l’espace public et d’éviction de population ; minéralisation de l’espace due à l’absence d’espaces verts dans les programmes ; accélération de la temporalité urbanistique avec des délais de livraison records que favorise la logique du contrat de partenariat ; systématisation du concept d’écoquartier, mantra et viatique d’opérations controversées. Selon J. Lucan (2012), le macro-lot recèle en effet des risques pour le secteur public : déficit de compétences internes pour piloter les relations contractuelles avec les grandes entreprises du BTP ; déresponsabilisation, uniformisation du paysage urbain pour maximiser la rentabilité économique de grands projets standardisés, gestion opaque due à l’entremêlement des programmes, perte de maîtrise de l’aménagement des espaces publics sous l’effet d’un rapport de forces défavorable pour l’acteur public vis-à-vis des opérateurs immobiliers privés depuis la crise financière mondiale de 2008.

  • 8 Conduit par VINCI Concessions avec la Caisse des Dépôts et SEIEF, filiale de la Banque européenne d (...)

25À Nice, le CP Ville de Nice/groupement Nice Eco Stadium (NES)8 a fait l’objet d’un cinglant Rapport d’Observations Définitives de la Chambre Régionale des Comptes (CRC PACA, 2015) : stade surdimensionné ; prise en charge totale par la Ville du coût de la baisse de fréquentation en cas de relégation du club résident ; illégalité de ce CP, car les matchs du club et les événements d’entreprise commercialisés par NES « ne constituent pas un service public relevant de la responsabilité de la commune » ; complexité très relative du projet ; paiement indu des navettes-bus vers le stade lors des matchs ; renoncement à 3 M€ dus par NES pour retard de livraison du stade ; refacturation par NES à la Ville d’impôts liés au stade dus à d’autres collectivités ; paiement par la Ville d’une partie du centre commercial de « très grande ampleur » Nice One, intégré à l’enceinte, dont les droits ont été vendus 80 M€ par VINCI à un actionnaire du club de football. La CRC estime « qu’au regard du centre commercial, le stade n’est qu’un volet de l’opération et, sous l’angle économique, semble accessoire », concluant que « Nice One est l’un des principaux bénéficiaires finaux du CP ». Suite à ce rapport, le Parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire toujours en cours en octobre 2018.

26Au vu du désastre financier, démocratique et judiciaire des stades en CP, le secrétaire d’État aux Sports T. Braillard considérait en 2015 « le modèle français du PPP [CP José Chaboche2018-11-02T14:51:00JCaujourd’hui] à bout de souffle » (Chabas 2015). Estimant que les collectivités n’ont plus les moyens d’investir dans les équipements du sport professionnel, il préconise qu’elles ne soient plus que garantes des investissements des clubs dans les grandes infrastructures sportives, ou bien que chaque club soit directement propriétaire de son propre stade. Or, pour des raisons affectives et/ou électorales, peu d’élus assimilent un club professionnel à une entreprise classique. De leur côté, les géants du BTP et de l’immobilier se félicitent que des instruments juridico-économiques leur permettent d’orienter l’action des gouvernements urbains (Vanier, 2010), de faire valoir les logiques du capital dans l’aménagement des espaces publics et d’en favoriser sa marchandisation.

2.2 - Les enjeux de la marchandisation des espaces publics privatisés sur la consommation du spectacle sportif

27Par leur influence sur les sociabilités sportives (« supporterisme », etc.) et sur les jeux de pouvoir locaux, les enceintes multifonctionnelles participent d’une stratégie d’ensemble des firmes de l’aménagement urbain, celle de la marchandisation des espaces publics privatisés. La forme la plus patente, le naming, consiste à acheter à l’exploitant d’une enceinte le droit de la nommer en vue d’une puissante exposition publicitaire, commerciale et médiatique. Ainsi, le groupe de résidences hôtelières Park & Suites a versé 0,6 M€/an de 2011 à 2016 à Montpellier Events pour obtenir le droit de nommer son établissement la « Park & Suites Arena ». Mais, à mi-parcours, il a dénoncé ce contrat arguant de la sous-utilisation de cette aréna couverte. Arema, exploitant du stade de Marseille, percevra 2 M€/an de 2016 à 2026 de la société Orange pour commercialiser le nom « Orange Vélodrome ». En retour, Orange applique ses savoir-faire en transformant l’enceinte en « modèle avant-gardiste du stade digital » (source : site internet du stade) et cultive ses liens avec les élus locaux. Sachant la réaction négative des supporters Ultras au naming pour des motifs identitaires, mémoriels et patrimoniaux (fig. 8), l’inauguration du nouveau nom a eu lieu à la sauvette lors d’un match délocalisé de rugby du RC Toulon.

Fig. 8 – le refus du naming à Marseille

Fig. 8 – le refus du naming à Marseille

Source : Photo personnelle, avril 2017

28À Nice, devant payer 1,8 M€/an à NES de 2011 à 2020, Allianz souhaitait donner son nom à un nouveau stade pour s’éviter un tel procès en illégitimité et créer plus rapidement un sentiment d’attachement, selon sa directrice de la marque :

L’Allianz Riviera fait partie du plan de communication. (…) En PACA, 100 % des personnes ou, en tous cas, des Niçois disent « l’Allianz ». (…) Nous sommes satisfaits d’avoir un stade qui n’ait pas qu’un club résident de foot puisqu’on s’attend à avoir un stade multifonctionnel. (…). Si on positionne l’Allianz Riviera comme un outil de communication, (…) c’est une vague de campagnes publicitaires en télé. (…) En France, on a fait ce naming pour travailler la notoriété et l’image de la marque sur des indicateurs de chaleur. Quand on est assureur, on parle de sinistres. Avec l’Allianz Riviera, qui véhicule des valeurs positives au niveau du sport, des événements culturels, on réchauffe la marque. (Fraioli2014)

29Partenaire-titre du stade, Allianz l’utilise aussi pour sa communication interne (cohésion et gratification des cadres) ainsi que pour ses relations publiques avec ses clients grands comptes. Support des tournois de football interentreprises de ses partenaires, prestataires et clients, lieu d’arrivée d’une étape du B2RUN – course à pied réservée aux salariés d’entreprises – et de multiples conférences et conventions professionnelles, l’enceinte est même proposée à la location pour la publicité et le cinéma. Technologiquement avancée, elle abrite des accélérateurs de startups d’Allianz et de VINCI et permet aux lauréats sélectionnés de tester durant cinq mois leurs applications dans le big data (prédiction/prévention des risques, valorisation des données, expérience utilisateur), les objets connectés (voiture, habitation, santé, bien-être, ville) et bien sûr le stade connecté. Ces porteurs de projet peuvent surtout rencontrer des investisseurs et contribuer à réinventer les métiers d’Allianz et de VINCI en anticipant leurs modèles de développement futurs.

30L’un des facteurs clés de marchandisation des espaces publics privatisés réside en effet dans leur connectivité. L’Orange Vélodrome dispose d’une « couverture 4G [qui] facilitera le networking d’une clientèle VIP et professionnelle hyper connectée » (Source : site internet du stade). À Nice, le président de VINCI Stadium promeut « l’interactivité avec des contenus supplémentaires : paris en ligne, accès à des ralentis, publicités, précommande de produits de restauration… » (Noble 2013) pour augmenter le panier moyen d’achat du client. Ces trois enceintes ont chacune leur application officielle promettant aux abonnés des clubs résidents d’y augmenter leur expérience (données en temps réel sur les matchs ; signalement de sa présence ; etc.) et de la partager sur les réseaux sociaux et les écrans du stade. La directrice de la marque Allianz veut ainsi

enrichir cette expérience-spectateur. On parle de second écran, de réseaux sociaux, de connectivité. Comment on rend tout ça réel dans un stade ? C’est notre enjeu. Tout ça rejaillit sur notre marque puisque nous voulons être numéro un en digital dans l’assurance, être la marque la plus moderne. Avec l’Allianz Riviera, c’est une façon d’avoir des ambassadeurs qui communiquent différemment sur la marque Allianz. (Fraioli2014)

31Connecté, le consommateur de spectacles est donc à la fois la cible et l’agent souvent inconscients d’une stratégie de bonification de l’image de marque d’entreprises utilisant ces espaces publics d’extraversion comme vecteurs de notoriété, de respectabilité et d’affectivité. Gérés en centres de profits par des exploitants privés, mais restants pour la plupart propriétés du secteur public, les grands stades et arénas résultent d’une logique néolibérale de marchandisation des espaces publics du sport professionnel par une stimulation effrénée de la demande de loisirs et de divertissement provoquant l’hyperconsommation, donc la satisfaction accélérée des besoins pour contrer leur caractère éphémère. (Lipovetsky, 2006).

32Les opérateurs et les partenaires-titres des stades et arénas rêvent d’une enceinte où, comme en Amérique du Nord ou en Europe du Nord, l’on viendrait consommer bien avant le match et d’où l’on repartirait bien après selon l’idée qu’optimiser l’ambiance augmente les chances de revisite. Se voulant pionnier, l’exploitant de l’Allianz Riviera multiplie les animations (jeux-concours, concerts, test de lunettes connectées, etc.) pour capter de nouveaux publics, en particulier les familles auxquelles on réserve des animations (maquillage, jeux, etc.) et un espace loin des Ultras. Ainsi, l’image du stade haut lieu de la culture populaire territorialisée s’estomperait face à aux évolutions liées à la financiarisation et aux modes de consommation du spectacle sportif, notamment la surutilisation du numérique qu’encouragent les exploitants au détriment des formes classiques de participation individuelle et collective ou, simplement, de l’attention portée au jeu (Bromberger 1995, 2016). Dans l’enceinte digitale, les supporters continuent de « faire le métier » (Raspaud 2016, 955), même s’il y avait désormais « une masse de spectateurs (…) qui regardent le match depuis les tribunes, mais à travers leur smartphone connecté » (idem). En contrepoint, des clubs comme celui de Dortmund diminuent le réseau de téléphonie mobile du stade pour conserver une ambiance survoltée. Fin connaisseur de l’Olympique de Marseille, C. Bromberger note que, désormais, « le match de football balance entre rituel et show, entre cérémonie et spectacle, entre ferveur du fidèle et loisir du consommateur ; il a un statut mixte, intervallaire, qui symbolise le brouillage contemporain des formes effervescentes de la vie collective » (Bromberger et Costantini2010, 457). Nos observations sur l’Orange Vélodrome et l’Allianz Riviera montrent qu’entre marchands du temple, précipitant la gadgétisation du stade, et gardiens du temple, veillant à l’orthodoxie quasi militaire du supporterisme ultra, le spectateur lambda a une pratique encore très classique des espaces publics du sport professionnel (moins d’une dizaine de selfies constatés et de tweets diffusés sur écran géant durant quatre heures, service numérique de livraison de nourriture et de boissons quasi inutilisé, etc.).

Conclusion

  • 9 L’actuelle rareté des matchs à la Sud de France Arena y a empêché ce type d’enquête.

33Promus par les instances sportives, les acteurs publics et les télédiffuseurs, le grand stade et l’aréna entrent en résonance avec une demande sociale ambiante de normalisation des espaces publics qui accentue restrictions et contrôles. Les exploitants de stades y répondent jusqu’à la caricature, ignorant les spécificités culturelles locales – ici méditerranéennes et marseillaises (Echinard, 2010) – qui s’expriment en d’intenses interactions spectateurs/acteurs lors du spectacle vivant. En France, le mouvement des supporters Ultras dénonce une stratégie d’aseptisation des stades, espaces publics et véritables biens communs compte tenu de l’historicité et de la vitalité des pratiques et des représentations collectives qu’ils génèrent. Complémentaire de ce processus de normalisation, la privatisation des espaces publics du sport professionnel échappe largement au supporter lambda, ignorant qui exploite le lieu de sa passion ou même la pratique du naming, comme le révèlent nos interviews réalisées lors de matchs à l’Orange Vélodrome et l’Allianz Riviera9. D’ailleurs, la signalétique urbaine contribue souvent à accentuer la confusion entre dénomination institutionnelle, pérenne, et appellation commerciale temporaire de l’enceinte sportive : à Nice, le logo commercial de l’Allianz Riviera apparaît à la fois sur les panneaux directionnels de la municipalité et sur ceux de l’A8 (autoroute concédée à VINCI, exploitant du stade) ; à Marseille, le nom « Orange Vélodrome », substitué à celui de « Stade Vélodrome », obéit à la charte graphique municipale, plus neutre que le logo commercial ; à Montpellier, « Arena », d’abord, et « Sud de France Arena », désormais, renseignent les panneaux indicateurs de la Métropole, mais « Park & Suites Arena » subsiste en dehors du périmètre intercommunal ! Enfin, rompant avec les enceintes de béton nu, les nouveaux stades et arénas sont dessinés en mettant en avant des éléments d’architecture spectaculaires, sorte de « packaging » qui annonce la marchandisation des espaces publics. Cette enveloppe extérieure fait désormais partie intégrante du produit consommé, au même titre que les flacons design de la parfumerie de luxe.

34Ce modèle d’espaces publics normalisés, marchands et privatisés au profit de puissants opérateurs de l’aménagement urbain ne semble pas transférable aux autres métropoles du bassin méditerranéen, compte tenu du contexte socioéconomique et politique difficile. D’ailleurs, à l’étranger, c’est à Londres que VINCI Stadium a gagné en 2015 son premier contrat de concession de services d’une enceinte publique multifonctionnelle (60 000 sièges). Si ce modèle poursuivait sa diffusion, il faudrait espérer qu’elle s’effectue selon des montages moins hasardeux qu’actuellement de manière à réguler une tendance sinon à la spoliation des espaces publics (Lowes, 2005), du moins à leur accaparement, causée par l’expansion d’une culture marchande jusque dans le moindre interstice du milieu de vie qu’est la ville.

Top of page

Bibliography

Augustin, J.-P. 2001. La ville des loisirs. Urbanisme 319 : 54-57.

Baraud-Serfaty, I. 2005. Capitales et capitaux : l’entreprise urbaniste ? Urbanisme 344: 68-70.

Belanger, A. 2000. Sport venues and the spectacularization of urban spaces in North America. International Review for Sociology of Spor 35 (3) : 378-397.

Betin, C. 2001. La construction de l’espace public. Le cas de Lyon. Géocarrefour 76 (1) : 47-54.

Bourdin, A. 2008. Gentrification : un concept à déconstruire. Espaces et Sociétés 132-133 : 23-37.

Bromberger, C. 1995. Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin. Paris : Éd. de la MSH. 406 p.

Bromberger, C. 2016. Le football, entre fierté urbaine et déterritorialisation. Quelques réflexions à partir du cas marseillais. Métropolitiques. En ligne, http://www.metropolitiques.eu/Le-football-entre-fierte-urbaine.html, consulté le 11 novembre 2019.

Bromberger, C. et P. Costantini. 2010. Questions croisées au sujet du documentaire. Droit au but, Journal des anthropologues, 120-121 : 447-459.

Callede, J.-P. 2001. Destins du modèle français du sport. Pouvoirs Locaux 49 : 72-77.

Campagnac, E. et G. Deffontaines. 2008. Une analyse socioéconomique critique des PPP. Revue d’économie industrielle 140 : 45-79.

Chabas, S. 2015. Le PPP a-t-il encore un avenir pour la construction de stades ? Batiactu 5 octobre. En ligne, http://www.batiactu.com/edito/ppp-42349.php, consulté le 11 novembre 2019.

Chaboche, J. 2014. Exploitation touristique des stades des métropoles d’accueil des Coupes du monde de football (1994-2014). Teoros 33 (1) : 51‑66.

Chaboche, J. 2018. Standardiser l’extraordinaire : partenariats public-privé et production des grands stades en France. Annales de la Recherche Urbaine 113 : 138-149.

Chadoin, O. 2008. La notion d’ambiance. Contribution à l’examen d’une invention intellectuelle postmoderne dans le monde de la recherche architecturale et urbaine. Annales de la Recherche Urbaine 106 : 153-159.

Collerette, P. 1997. L’étude de cas au service de la recherche. Recherche en soins infirmiers 50 : 81‑88.

Couvelaire, L. 2014. Le petit jeu du stade. Le Monde 6 juin. En ligne, http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2014/06/06/le-petit-jeu-du-stade_4432673_4497186.html, consulté le 11 novembre 2019.

CRC PACA. 2015. Construction du grand stade de Nice (Nice PPP) – Rapport d’observations définitives. En ligne, https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Construction-du-grand-stade-de-Nice-Nice-PPP-Rapport-d-observations-definitives, consulté le 11 novembre 2019.

Echinard, P. 2010. Le spectacle, élément majeur de la culture marseillaise. Méditerranée 114 : 19-25.

Fagnoni, E. et J. Lageiste. 2009. L’événementiel et les villes touristiques. Paris : AGF. 120 p.

Fraioli, B. 2014. Le modèle économique de l’Allianz Riviera. BFM Business 20 décembre 2014. En ligne, http://www.allianz-riviera.fr/fr/actus/le-modele-economique-de-lallianz-riviera-sur-sport-eco-bfm-business, consulté le 11 novembre 2019.

Gaffney, C. 2006. Les stades du Mondial seront des éléphants blancs. Urbanisme 393 : 25-27.

Gasnier, A. 2006. Entre privatisation des lieux publics et publicisation des lieux privés. Urbanisme 346 : 70-73.

Ghorra-Gobin, C. 2001a. Les espaces publics, capital social. Géocarrefour 76 (1) : 5-11.

Languillon-Aussel, R., N. Lepretre et B. Granier. 2016. La stratégie de la « smart city » au Japon : expérimentations nationales et circulations globales. EchoGéo, En ligne, https://journals.openedition.org/echogeo/14598 ?lang =en , , consulté le 11 novembre 2019.

Latta, J. 2015. Le football au prix fort pour les spectateurs. Le Monde, 29 octobre. En ligne : http://latta.blog.lemonde.fr/2015/10/29/le-football-au-prix-fort-pour-les-spectateurs/, consulté le 11 novembre 2019.

Lévy, J. 2003. Espace public. In Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, éd. J. Lévy, M. Lussault M., 336-339. Paris : Belin.

Lipovetsky, G. 2006. Le bonheur paradoxal. Essai sur la société d’hyperconsommation. Paris : Éd. Gallimard. 378 p.

Lowes, M.-D. 2005. Mégalomanie urbaine. La spoliation des espaces publics. Montréal : Ecosociété. 180 p.

Lucan, J. 2012. Où va la ville aujourd’hui ? Formes urbaines et mixités. Paris : Éd. de la Villette. 205 p.

Mangin D., (2004), La ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine, Éd. de la Villette, Paris, 432 p.

Morvan, Y. 2005. La ville marketing, essai d’interprétation. Urbanisme 344 : 71-74.

Noble, G. 2013. Allianz Riviera, un écrin pour le foot azuréen. Batiactu 18 septembre. En ligne, http://www.batiactu.com/edito/allianz-riviera-un-ecrin-pour-le-foot-azureen--dia-36132.php, consulté le 11 novembre 2019.

Paramio, J.-L., B. Buraimo et C. Campos. 2008. From modern to postmodern: the development of football stadia in Europe. Sports in Society : Cultures, Commerce, Media, Politics 11 (5) : 517-534.

Raspaud, M. 2016. Sport, ambiances et société : du stade traditionnel au stade digital. Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances 2: 951-956. Volos (Grèce). En ligne, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01414225/document , , consulté le 11 novembre 2019.

Rerat, P. et al.2008. Une gentrification émergente et diversifiée : le cas des villes suisses. Espaces et sociétés 132-133 : 39-56.

Swingedouw, E., F. Moulaert et A. Rodriguez. 2002. Neoliberal Urbanization in Europe: Large-Scale Development Projects and the New Urban Policy. Antipode 34 (3): 542-577.

Thornley, A. 2002. Urban Regeneration and Sports Stadia. European Planning Studies 10 (7): 813-818.

Vanier, M. 2010. Acteurs publics, acteurs privés : dans quelles mains sont les villes en France ? In La France, une géographie urbaine, éd. Laurent Cailly, 271-288. Paris : Armand Colin, Coll. U.

Verdeil, E. 2014. Préface. In L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle, éd. M. Roncayolo. Paris : ENS éditions.

Vondière, R. 2013. Reconfiguration du Stade Vélodrome de Marseille et de ses abords : une réalisation complexe en site occupé. Travaux 902: 88-95.

Yin, R.-K. 1984. Case study research: design and methods. Londres : Éd. Sage Publications. 160 p.

Top of page

Notes

1 Loi no 2014-58 du 27 janvier 2014 relative à la Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM). Elle organise le régime juridique des intercommunalités françaises les plus intégrées, les métropoles.

2 Technique de parrainage consistant à acheter le droit de nommer ou de renommer un lieu ou un service pour une durée définie aux fins de communication.

3 36 000 places à l’Allianz Riviera de Nice ; 13 500 places à la Sud de France Arena et 67 000 places à l’Orange Vélodrome, deuxièmes dans la catégorie des équipements sportifs couverts (Montpellier) ou non couverts (Marseille), respectivement derrière l’Accor Hôtels Aréna de Paris-Bercy et le Stade de France de Saint-Denis.

4 Présentation des Offres Entreprises : https://suddefrance-arena.com/entreprises/offre-loge/

5 Selon la Chambre régionale des Comptes (CRC PACA, 2015).

6 Les métropoles de Nantes et Strasbourg avaient ainsi décidé de ne pas candidater à l’accueil de matchs de l’Euro 2016 face à la lourdeur des normes du spectacle sportif imposées par l’UEFA.

7 À la fois néologisme et anglicisme désignant l’industrie prospérant sur l’association entre sport et divertissement (entertainment).

8 Conduit par VINCI Concessions avec la Caisse des Dépôts et SEIEF, filiale de la Banque européenne d’investissement et de Dexia, banque publique de développement disparue suite à la crise financière de 2008 et remplacée par SFIL.

9 L’actuelle rareté des matchs à la Sud de France Arena y a empêché ce type d’enquête.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Localisation et accessibilité du stade Orange Vélodrome de Marseille
Credits Source : réalisation T. Nasser, 2017 sur carte IGN
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-1.png
File image/png, 1.9M
Title Fig. 2 – Localisation et accessibilité de la Sud de France Arena de Montpellier
Credits Source : réalisation T. Nasser 2017 sur carte IGN.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-2.png
File image/png, 1.7M
Title Fig. 3 – Localisation et accessibilité de l’Allianz Riviera de Nice
Credits Source : réalisation T. Nasser 2017 sur carte IGN.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-3.png
File image/png, 1.3M
Title Fig. 4 – La Sud de France Arena de Montpellier
Credits Source : Photo personnelle, avril 2017.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-4.png
File image/png, 873k
Title Fig. 5 – Orange Vélodrome
Caption Vue partielle de la façade et de l’escalier cinq heures avant un match
Credits Source : Photo personnelle, avril 2017.
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-5.png
File image/png, 711k
Title Fig. 6 – L’Allianz Riviera et ses abords
Credits Source : Photo personnelle, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-6.png
File image/png, 674k
Title Fig. 7 – l’Orange Vélodrome
Caption Vue d’une partie de l’Orange Vélodrome (à gauche) et de ses abords reconfigurés (bureaux : au centre de la photographie ; clinique : façade orange au centre-droit ; complexe hôtelier : à droite) vus du parvis du stade (manquent les deux premiers étages de ces bâtiments, en contrebas et hors champ).
Credits Source : Photo personnelle, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-7.png
File image/png, 662k
Title Fig. 8 – le refus du naming à Marseille
Credits Source : Photo personnelle, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/13997/img-8.png
File image/png, 671k
Top of page

References

Electronic reference

José Chaboche, « Les espaces publics privatisés », Méditerranée [Online], 134 | 2022, Online since 21 July 2022, connection on 10 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/13997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.13997

Top of page

About the author

José Chaboche

Maître de conférences en Géographie, Aménagement de l’espace et STAPS, (qualifié par les sections CNU, 23, 24 et 74), Université d’Orléans – CEDETE, EA 1210, jose.chaboche@univ-orleans.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search