Skip to navigation – Site map

HomeIssues134Des espaces publics entre privati...Les espaces publics d’une ville f...

Des espaces publics entre privatisation et ouverture ?

Les espaces publics d’une ville fragmentée entre arrangements et controverses

Le cas de Beyrouth
Arrangements and controversies around public spaces in a fragmented city: the case of Beirut
Jihad Farah and Zeinab Kashmar

Abstracts

In this article, we adopt a non-essentialist interpretation of public space and assess the relevance of this perspective in analysing contemporary fragmented cities. To this end, we use the concepts of "urban visions perceptions)", "controversy", "arrangement" and "urban landscape". These concepts provide a basis for describing public space as "taking place": a fraction of the urban landscape where different visions of urban life and community living are contrasted and related, through controversy and arrangement, at different spatial and temporal scales. This interpretation offers the means to see public spaces as the spatial bases of larger scale urban projects based on different urban visions. It also stresses the importance and diversity of discursive and spatial strategies embedded in confronting controversy and arrangement. In today's fragmented city, the public nature of space is not a given characteristic; on the contrary, it remains always partial and constructed through arrangement and often through controversy. To illustrate our argument, we discuss arrangements related to the production, management and marking out of the urban space in two neighbourhoods in Beirut.

Top of page

Full text

1Public Space, Arrangements, urban Landspace, urban Visions Perceptions

Introduction

  • 1 Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, la surface d’espaces verts par habitant recommandée en mi (...)
  • 2 Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, la surface d’espaces verts par habitant recommandée en mi (...)

2Beyrouth est souvent présentée comme une ville en crise d’espaces publics, et on cite souvent la rareté de ce type d’espaces12. De fait, dans une économie libérale soutenant l’entrepreneuriat immobilier, la création et la protection des espaces publics n’ont que très rarement intéressé les autorités publiques. Car celles-ci tendent souvent à limiter l’accès à ces espaces quand elles ne décident pas tout simplement de les fermer au public (Barakat et Chamussy, 2002 ; Shayya, 2010). Et cette fermeture ne touche pas seulement les grands espaces publics tels les parcs et jardins. La prolifération de dispositifs sécuritaires variés mis en place par les forces de l’ordre, par des milices partisanes ou des sociétés privées de sécurité dissuade l’accès ou la présence dans des espaces urbains très divers (Fawaz, Harb et Gharbieh, 2012 ; Brand et Fregonese, 2013). Dans le même temps, la ville connaît une dynamique de privatisation d’espaces publics à grande échelle (Delage, 2004). Celle-ci touche des fronts de mer transformés en centres balnéaires privés (Sakssouk-Sasso, 2015), des espaces de stationnements dans de nombreux quartiers privatisés de fait par des voituriers travaillant pour des commerces privés (Khayat, 2002), des trottoirs conquis par les terrasses de cafés ou les étalages des magasins ou simplement par les motos et les voitures. En parallèle, on parle d’espaces urbains riches et animés (Delpal, 2001 ; Davie, 2008 ; Deeb et Harb, 2013 ; Barakat, 2013 ; Bonte et Le Douarin, 2014), marqués par une circulation automobile intense, mais aussi piétonne dans la majorité des espaces centraux et banlieusards de la ville. On y retrouve aussi, dans certains quartiers, une ébullition d’activités artistiques qui s’exprime parfois dans les rues sous la forme de graffiti et d’art urbain. Dans ces quartiers, comme dans d’autres, se multiplient les commerces de restauration, les cafés et les lieux de vie nocturne (Bonte et Le Douarin, 2014 ; Ashkarian, 2014). Dans d’autres quartiers plus défavorisés, on voit émerger des souks populaires, des espaces de rencontre aux coins des rues où se retrouvent les jeunes du quartier ou encore des espaces de convivialité à partir d’espaces délaissés recyclés par des voisins de rue (Guadagnoli, 2016 ; Kashmar, 2016 ;). De façon plus controversée émerge aussi la question des centres commerciaux comme espaces publics alternatifs (Fadel Nasr, 2006, 2011).

3Ces études montrent que les espaces publics sont une thématique bien présente dans la littérature urbaine sur Beyrouth. Cet intérêt est le reflet de la place qu’occupe de façon croissante cette question dans certaines controverses virulentes ou dans des mobilisations militantes contestant leur marginalisation au sein des politiques publiques urbaines et leur conquête par des opérations de groupes immobiliers privés. Plus profondément, la question des espaces publics reflète les tourmentes et la crise d’une société à la recherche de repères pour ressusciter un vivre ensemble sérieusement malmené depuis la guerre civile (1975‑1990), voire pour refonder un sentiment collectif dans une ville et une société de plus en plus fragmentées.

4Ces travaux d’une grande diversité puisent dans différentes disciplines. Deux entrées y dominent cependant : d’une part, la place des espaces publics dans les logiques de l’organisation de l’entre-soi notamment communautaire, d’autre part, l’accès à l’espace urbain collectif face aux logiques de privatisation. Il nous semble cependant que ces deux grilles, malgré la richesse de leurs enseignements, ont du mal à intégrer les pratiques qui échappent aux mécaniques implacables du communautarisme et du capitalisme. Dans les cas où ces pratiques sont prises en compte, elles sont généralement présentées comme militantes ou tout simplement marginales. De plus, dans ces travaux, la dimension spatiale est souvent reléguée au second plan dans l’explication, elle n’est que la projection des rapports sociaux dans l’espace.

5Dans cet article, nous proposons de mobiliser une lecture pragmatique de cette catégorie politico-spatiale pour en saisir sa pertinence dans une ville et une société fragmentée. Pour cela nous nous appuierons sur les concepts d’« imaginaire urbain », de « controverse », d’« arrangement » et de « paysage urbain ». Ces concepts permettent de décrire les espaces publics comme matériellement et socialement « prenant lieu » : une fraction du paysage urbain où se confrontent et s’articulent, sur différentes échelles spatiales et temporelles, dans des controverses et à travers des arrangements sociaux et spatiaux les divers imaginaires urbains du vivre ensemble. Cette lecture permet de voir dans ces espaces stratégiques les appuis de projets urbains plus larges, portés par les différents imaginaires urbains, mais aussi leurs limitations. Elle permet en même temps de souligner l’importance et la diversité des stratégies discursives et spatiales dans la confrontation des controverses comme dans la construction des arrangements. Dans une ville fragmentée, la « publicité » de l’espace n’est pas une caractéristique acquise, mais reste toujours en mouvement, construite grâce à des arrangements et souvent des controverses. En support à notre propos, nous présenterons les controverses et arrangements autour de la production et animation des espaces publics de deux quartiers populaires des premières banlieues beyrouthines : Aïn Er Roummané et Haret Hreik.

1 - L’espace public urbain, espace d’arrangements

6Cet article ne considère pas les espaces publics comme une catégorie spatiale prédéfinie et figée, notamment quand on part d’une ville diverse et fragmentée comme Beyrouth (Farah, 2011). De fait, cette catégorie conceptuelle pour désigner des espaces urbains spécifiques est difficile à cerner. May Davie (2008) va jusqu’à considérer qu’on risque de tomber dans un orientalisme déplacé si on applique ce concept dont les racines sont ancrées dans l’Europe des Lumières pour parler des villes levantines. De fait, dans la tradition des villes arabes, les espaces collectifs ont toujours été communautaires (dans le sens clanique, ethnique ou confessionnel) ou commerciaux. Toutefois, l’espace public urbain existe, dans le sens où une certaine « publicité » commune s’y exprime, aussi bien dans le champ discursif sociopolitique (l’espace du débat politique) que dans la forme même de la ville. Pour le saisir et saisir ses rapports au champ du discours politique, nous proposons ici une approche analytique qui se base principalement sur quatre concepts que nous présentons dans ce qui suit : paysage urbain, arrangements, imaginaire urbain et controverses.

7Le premier de ces concepts est celui de « paysage urbain ». Nous pensons qu’aborder la question de l’espace public urbain à partir de la notion de paysage permet de le libérer de la fracture traditionnelle public/communautaire/privé. Tout ce qu’on peut voir à partir de l’espace collectif de la rue entre d’une façon ou d’une autre dans un espace de la « publicité ». Il peut être apprécié et commenté par n’importe qui, pouvant même projeter et ambitionner une action pour intervenir sur cet espace, le conserver ou le changer. Dans ce sens, le concept de paysage urbain présente sous la plume de Hervé Davodeau (2009) un intérêt considérable pour notre analyse :

Tous les paysages résultent de projets, qu’ils soient agricoles, industriels, touristiques, patrimoniaux, voire domestiques à une échelle plus réduite. Les paysages que nous observons sont l’assemblage de ces différents projets auxquels s’ajoutent les héritages qui sont, eux-mêmes, des traces de projets anciens. Les paysages sont donc un palimpseste dans la mesure où ils traduisent de nombreux projets, parfois contradictoires, rarement simultanés, et d’échelles diverses (du projet du propriétaire à celui de la politique agricole européenne). Cette complexité fait du paysage un système (tous ces projets agissent en rétroaction les uns des autres) instable et difficile à maîtriser.

8Analyser les espaces publics à partir du concept de paysage urbain revient ainsi à identifier les différents projets dans un lieu, leurs auteurs, leurs montages spécifiques et leurs possibles articulations dans un projet plus large. Reste qu’identifier ces projets et leur articulation ne va pas de soi. Ainsi il importe de considérer les tensions et arrangements entre acteurs aussi divers qu’une municipalité, une association de commerçants, une société immobilière, un ministère, une association locale, un parti politique, un acteur religieux, ou simplement des habitants. Pour saisir la notion d’arrangement ici, nous revenons à Thévenot (2006) et ses régimes d’engagement : de familiarité, de projet et de convention.

Tab. 1 – Régimes d’engagement et arrangements

Régimes d'engagement et arrangements pour aborder l'environnement socio-spatial par les individus et les groupes, selon Thévenot

Régime d'engagement

Base des arrangements

Objectifs

Familiarité

l'intimité

la convivialité et la sécurité

Projet

le fonctionnalisme

les ressources nécessaires au développement

Convention

la régulation

la stabilisation des pratiques au bénéfice des représentations et intérêts des groupes dominants

Source : Farah et Kashmar 2019, d’après Thevenot 2006

9Si dans les deux premiers régimes, les pratiques et projets des acteurs s’appuient sur les seules valeurs et représentations de ces acteurs, un régime de conventions ne peut opérer que s’il réussit à intégrer dans une sorte de projet global, basé sur une convention, les différentes représentations dominantes, les ambitions des différents projets et les besoins de convivialité et de sécurité des individus et groupes.

10C’est dans les espaces publics, ou plutôt leur pendant discursif, que se communiquent ces différentes représentations, que certains appellent judicieusement « imaginaires urbains ».

Nous parlons d’une visée abstraite possédant une puissance performative susceptible d’orienter et de motiver l’action, sans jamais pouvoir la définir clairement, la délimiter la préciser ; elle est en même temps un moteur des actions et des engagements, et un objet de controverses voire de conflits. (Genard et al., 2016)

11Ces controverses s’expriment dans l’espace discursif traditionnel (presse, réunions politiques, etc.), mais aussi physiquement dans le paysage urbain à travers des ruptures et des arrangements paysagers (Farah et Teller 2015). C’est le cas sur les lignes de démarcation par exemple (Farah, 2015).

2 - Pour cartographier les arrangements

12Cette approche envisage d’identifier dans le paysage urbain ses objets et ses mouvements, les différents projets des acteurs et leur interaction. L’idée est de saisir à travers le paysage urbain – vu comme un « palimpseste » qu’offre un lieu/fragment urbain – les relations entre les acteurs et leurs projets.

  • 3 Nous considérons les projets économiques privés comme systématiquement individuels. Si comme dans l (...)

13Pour cela, nous nous intéresserons d’abord aux objets et mouvements qui relèveraient de projets qu’on pourrait qualifier de projets de « l’individuel » ou du « quotidien ». Ceux-ci incluent les espaces résidentiels ou commerciaux, les espaces privés ouverts au public (jardins, parkings, terrains de sports, etc.), mais aussi l’affichage publicitaire commercial, les voitures et les scooters, leur stationnement et leur mouvement ou encore l’animation de la rue par les passants, les bandes de jeunes présentes au coin d’une rue, les personnes âgées se retrouvant devant une épicerie ou encore les clients d’un café. À partir de cette première toile de fond, nous pouvons passer aux projets qu’on pourrait qualifier de « collectifs ». Ceux-ci cherchent à médier entre les projets individuels et les différents acteurs du lieu en proposant des objets permettant des articulations (spatiales) ou des récits de rassemblement promouvant des imaginaires urbains (sémiotiques). Ces projets « collectifs » peuvent être classés au Liban en quatre principales catégories : les projets religieux-communautaires, les projets associatifs, les projets partisans et les projets publics3. Ceux-ci incluent les équipements et infrastructures visibles, les espaces verts, les espaces publics (terrains de jeux, placettes, etc.), les éléments sémiotiques présents (statues, affiches, banderoles, graffitis, etc.), l’animation, l’éclairage, le traitement de façades, les parkings.

14L’analyse de ces objets se fait principalement à partir de leur localisation, forme, accessibilité et usages, mais aussi et surtout de l’identification de leurs « auteurs » et leurs intentions. Elle se base sur l’observation in situ, la prise de photos, la cartographie, une enquête auprès des usagers du lieu (résidents, travailleurs ou passants) et des entretiens avec les principaux acteurs « collectifs ». Une solide documentation, qui s’appuie notamment sur une revue de la presse, est importante pour reconstituer les imaginaires urbains variés exprimés par les différents acteurs ainsi que le déroulement des controverses.

15C’est cette méthodologie qui a été appliquée de façon légèrement différenciée pour les quartiers de Aïn Er Roummané et Haret Hreik à Beyrouth. Dans ce qui suit, nous nous contenterons de souligner les principaux résultats et de les discuter au regard de leur signification pour notre propos. Pour une présentation détaillée des cas d’études, nous renvoyons le lecteur à J. Farah (2018) et Z. Kashmar (2016).

Fig. 1 – Carte de Beyrouth et localisation des quartiers d’Aïn Er Roummané et de Haret Hreik

Fig. 1 – Carte de Beyrouth et localisation des quartiers d’Aïn Er Roummané et de Haret Hreik

Source : Farah et Kashmar 2019, sur fond de plan CartoDB

3 - Aïn Er Roummané : Compétition et complémentarités d’imaginaires urbains en concurrence

16Quartier populaire des premières banlieues de Beyrouth, Aïn Er Roummané est associé, dans l’esprit des Beyrouthins, à une très haute densité habitationnelle et aux sinistres événements du 13 avril 1975 qui s’y sont déroulés et ont annoncé le début de la guerre civile libanaise. Du fait de la structure communautaire de sa population et de sa position en lisière de la ligne de démarcation de la guerre, Aïn Er Roummané a toujours été considéré comme un quartier chrétien, bastion de partis communautaires qui l’ont contrôlé pendant cette guerre. Mais en même temps, en raison de sa position centrale dans l’agglomération et de ses bonnes connexions à plusieurs axes routiers importants, c’est un quartier qui attire les commerces et les jeunes ménages de classe moyenne principalement issus de communautés chrétiennes, mais pas exclusivement.

17En appliquant la méthodologie décrite plus haut pour brosser les contours du paysage urbain d’Aïn Er Roummané, nous observons un grand nombre de projets individuels qui s’empilent et peinent à s’articuler. Le cadre bâti, constitué principalement d’immeubles de rapport, reflète avant tout des projets individuels de promoteurs privés essayant de répondre, depuis les années quarante, à une demande croissante en logements résidentiels. Le boom immobilier des quinze dernières années a conduit aujourd’hui à une très forte diminution de ce qui était encore dans les années 1970 des espaces d’agricultures périurbaines, les réduisant à quelques rares terrains en friche. Quant à l’activité commerciale, elle se déploie principalement sous la forme de boutiques au rez-de-chaussée des immeubles, créant ainsi des axes commerciaux, ou sous la forme d’imposants centres commerciaux le long des axes routiers périphériques au quartier. Cette activité commerciale s’accompagne d’une prolifération d’enseignes à la devanture des magasins, mais aussi par une intense activité publicitaire sur panneaux qui recouvrent les façades. Pour l’activité commerciale, comme pour l’activité résidentielle, la grande diversité des formes et le chaos de l’affichage reflètent la prégnance de l’action individuelle et l’absence de coordination, si ce n’est par les dynamiques d’un marché totalement libéralisé et marqué par l’opportunisme.

18La voiture, immobile ou en mouvement, est aussi une part intégrale du paysage urbain du quartier. Klaxonnant ou stationnant sur les trottoirs, elle est omniprésente. Le scooter est tout aussi présent. Pétaradant et fumant, conduit par des jeunes sans permis, il est aussi bien utilisé par des bandes de jeunes dans leurs « incursions » dans les quartiers voisins, que par les voleurs de sacs à l’arraché. Les corps humains constituent également une part importante du paysage urbain de ce quartier. De fait, c’est un quartier très animé, où les passants sont nombreux, notamment le long des axes commerciaux. Mais on peut aussi y voir le déplacement des écoliers allant ou revenant des nombreuses écoles du quartier, les jeux de ballon des enfants ou des jeunes qui animent les terrains vagues autour des bâtiments ou les culs-de-sac. Enfin, les épiceries représentent des lieux quotidiens de rencontre notamment pour de nombreux seniors désœuvrés habitant le quartier.

  • 4 Donc de familiarité pour reprendre la terminologie des régimes d’engagement de Thévenot.

19Ces différents types de projets individuels et leur empilement décrivent un paysage urbain complexe et diversifié. Ils mettent aussi en avant une tension entre différents types d’usages et de pratiques possibles du quartier et différents profils de population et d’usagers. Les espaces de sociabilité de proximité4 – autour des commerces de quartier, de l’appropriation des entrées d’immeubles ou certaines rues en cul-de-sac – représentent un moyen de développer le lien et de construire une communauté locale. D’autres espaces de médiation sont présents dans les projets de différents types d’acteurs qu’on présente dans ce qui suit.

20À Aïn Er Roummané, quatre types de médiations portées par quatre types d’acteurs différents ont été identifiés : l’action communautaire, l’action partisane, l’action associative et le projet municipal.

21Ce quartier est en effet principalement habité par une population appartenant aux communautés chrétiennes. Trois communautés sont particulièrement bien représentées : la communauté maronite (la plus ancienne et la plus nombreuse), la communauté grecque catholique et la communauté grecque orthodoxe. On n’observe aucune ségrégation résidentielle entre ces différentes communautés. Les églises représentent les centralités pour les cultes religieux, ainsi qu’une première forme de l’affirmation spatiale de la présence d’une communauté religieuse. Il s’y déroule en effet les messes, mais aussi différentes activités socioreligieuses en lien avec des événements comme les mariages ou les obsèques. C’est aussi ici, dans le cas des différentes églises, que se trouvent les locaux de leurs associations affiliées et le lieu où elles organisent diverses activités hebdomadaires. Car les églises du quartier, dont plusieurs ont été construites récemment, ont été conçues pour être à la fois des monuments de référence dans l’espace local, mais aussi des foyers de l’action religieuse dans le quartier. Une deuxième manifestation paysagère de l’action communautaire prend la forme de processions, lors de fêtes religieuses et d’événements réguliers qui se déroulent cette fois directement dans les espaces publics du quartier. Ces activités peuvent être particulières à une communauté ou rassembler les différentes communautés. Outre les églises et les processions, c’est surtout au travers du marquage spatial, par des ensembles statuaires et des croix monumentales, qu’on peut lire le projet de paysage religieux-communautaire dans le quartier. Ainsi trois ensembles statuaires, de plusieurs mètres de haut et de large chacun, se présentant en continu sur une rue principale du quartier, sont des éléments iconiques du paysage du quartier. Des croix en bois, de plusieurs mètres de haut, sont également placées sur différentes intersections routières. À celles-ci s’ajoutent des banderoles, guirlandes et posters placés sur des pylônes électriques ou placardés sur les murs de quartier. Cet affichage religieux est avant tout un marquage territorial identitaire. Il est à remarquer qu’à la différence des églises et de certains événements qui mettent en avant la singularité de chaque communauté chrétienne, ce marquage, dans son ensemble, propose un récit identitaire « chrétien » partagé par l’ensemble de ces communautés. Ce même marquage est d’ailleurs approprié par certains partis communautaires chrétiens, et même par la municipalité.

Fig. 2 – Ensembles statuaires religieux à Aïn Er Remmené

Fig. 2 – Ensembles statuaires religieux à Aïn Er Remmené

Source : Farah 2015

  • 5 Ces partis, grands perdants de la guerre, ont été absents du paysage politique de 1990 à 2005.
  • 6 Ces jeunes en portant un discours de « protection du quartier » contre les bandes rivales venant du (...)

22À Aïn Er Roummané, trois partis politiques sont en effet particulièrement bien implantés et s’affichent dans les espaces publics : les Phalangistes, les Forces Libanaises (FL) et le Courant Patriotique Libre (CPL). Car ce quartier occupe une place particulière dans le récit identitaire et la mémoire partisane, notamment des FL. Il a été la « forteresse de résistance » qui a permis de freiner l’offensive militaire des « adversaires », au début de la guerre civile, et d’établir la ligne de démarcation. Le marquage des « territoires idéologiques » (Davie, 1992) de ces partis dans le quartier pendant la guerre n’a pas été démantelé. C’est ainsi que les mémoriaux aux « martyrs » des phalangistes et des FL ont été conservés. Depuis leur « retour » en 20055, ces partis contribuent même activement au paysage urbain du quartier. Comme pendant la guerre, les locaux des partis représentent un ancrage local important. De fait, en plus de l’enseigne du parti, on y trouve des grands portraits du leader, parfois des banderoles affichant des slogans ou même des messages partisans. Si c’est dans les locaux que se déroule l’activité régulière des partisans, à l’extérieur, les partis organisent parfois des meetings et d’autres événements dans les espaces publics du quartier. D’autre part, le fait que certaines bandes de jeunes locales se disent, et sont perçues, comme sympathisants de certains de ces partis, brouille les lignes entre logique partisane et attitudes individuelles6. En termes d’affichage, les trois partis utilisent des posters ou des banderoles, placardent le portrait des leaders ou accrochent des drapeaux parfois de façon temporaire ou en lien avec des événements particuliers, parfois aussi de façon permanente surtout dans la partie est du quartier. C’est notamment le cas de l’affichage des FL dans les rues proches de la ligne de démarcation. Il vise à « contrer » un affichage similaire du parti communautaire chiite Amal dans le quartier Chiyah‑Ghobeiré, situé de l’autre côté de la ligne de démarcation. Les projets de médiation partisans dans le quartier sont clairement en compétition et reflètent la compétition entre partis pour capter l’électorat et conserver le leadership politique des communautés chrétiennes. Toutefois, ces projets semblent promouvoir, avec certaines variations, des récits identitaires-politiques en continuité avec ceux des territoires idéologiques de la guerre. Mais, malgré un affichage marqué de ces partis dans le quartier, il est difficile de saisir l’ampleur de l’adhésion de la population à ces projets de médiation. De fait, à la différence des activités des paroisses qui regroupent un public local large affilié aux fraternités, aux organisations de scouts et autres mouvements de jeunesse, les activités partisanes rassemblent surtout des militants et des sympathisants à une échelle qui dépasse celle du quartier. De même, les locaux des partis ne représentent pas vraiment des centralités locales au-delà du milieu militant concerné.

23Sur un autre plan, Aïn Er Roummané abrite un nombre d’associations de toutes tailles qui y ont leur siège. Hormis les associations directement affiliées aux paroisses, on trouve des associations à but éducatif, humanitaire, social et sportif. Ces associations offrent des services à la population ou, dans certains cas, gèrent des équipements. Toutefois, la grande majorité de ces associations opèrent à une échelle supérieure à celle du quartier, et leurs activités dans les espaces publics se réduisent à quelques événements particuliers organisés pendant l’année. Les associations des commerçants du quartier représentent un autre cas particulier. On en trouve deux à Aïn Er Roummané. Leurs principaux projets se centrent sur l’organisation des espaces publics et sur l’image qu’offrent les axes commerciaux dans le quartier. Ceci se matérialise par de petites interventions sur l’espace de la rue : la décoration de la période des fêtes, ou encore la promotion des commerces à travers l’affichage publicitaire. Reste que les projets de ces associations demeurent limités dans leur portée et incapables de médier entre les projets individuels au‑delà de certains secteurs.

  • 7 Cela parce que la majeure partie de Aïn Er Roummané se situe dans le périmètre administratif de cet (...)
  • 8 Pratiquement toutes de communautés chrétiennes.
  • 9 Comprenant le quartier Chiyah-Ghobeiré à l’ouest, où prédomine une population de communauté chiite.

24Aïn Er Roummané se trouve à cheval sur les deux municipalités de Forn ech Chebbak et Chiyah. Nous nous focaliserons ici sur le projet de médiation porté par la municipalité de Chiyah7. Il est d’abord à noter que la municipalité est dominée politiquement par une alliance de clans familiaux et de notables issus des anciennes familles8 locales, et regroupée autour de la personne de son président. Depuis 1998, la municipalité porte un projet de reconstruction et de développement qui a eu un effet conséquent sur la transformation du paysage urbain du quartier et la proposition d’une médiation entre les différents projets individuels. Ce projet a porté d’abord sur l’élimination des cicatrices visibles de la guerre stigmatisant le quartier. Avec l’assistance de fonds publics de l’État, la municipalité a entrepris un chantier de rénovation des façades, notamment sur la ligne de démarcation, ainsi que la démolition des ruines et l’évacuation des remblais de la guerre. La rénovation de l’église Mar Mekhael et du palais municipal, situés dans le même secteur, représente une action symbolique cherchant à fonder un récit de rassemblement à l’échelle du territoire municipal9. Toutefois, cette promotion d’un « autre Chiyah » ne contredit pas une certaine focalisation de l’action municipale sur Aïn Er Roummané. Les actions d’amélioration de la voirie, en termes d’asphaltage, de création ou rénovation de trottoirs, de signalétique, d’éclairage et de mobilier urbain, représentent une trame importante d’homogénéisation et de structuration du paysage urbain du quartier. Les espaces verts restent la principale contribution de l’action municipale à la transformation du paysage urbain du quartier. Celle-ci a ainsi décidé de dédier une partie importante de la réserve foncière locale aux espaces verts. De fait, la municipalité cherche à promouvoir une image du quartier alternative à celle de la « banlieue de béton ». Elle complète son intervention sur les espaces publics, en créant des terrains de sports dans la partie est du quartier. L’animation du quartier est aussi à l’agenda municipal. Ainsi, la municipalité est toujours présente, voire partenaire, dans les activités organisées par les paroisses, le secteur associatif et les partis politiques. Elle organise également ses propres manifestations comme le Festival de l’été, rassemblant plusieurs milliers de personnes. Toutefois, au niveau de l’affichage, sa contribution reste modeste. Elle se résume à quelques banderoles et posters qui annoncent les événements, à une statue érigée en l’honneur de l’ancien ministre Michel Zakour, issu de Chiyah, ou encore l’installation des nouvelles plaques de rue portant le nom de notables « historiques » de la commune.

25Ce dernier point, concernant la toponymie, révèle les limites de ce projet de médiation porté par la municipalité. Car si son action est la plus marquante de par les projets collectifs proposés et leurs effets sur le paysage urbain du quartier, son projet narratif demeure timide et doit naviguer entre des écueils quand il est question de proposer un récit de rassemblement. De fait, les arrangements plus ou moins explicites entre les différents projets de médiation collectifs relèguent le projet municipal à une position bien marginale.

26Cette articulation entre projets de médiation collectifs se fait dans trois registres différents où à chaque fois une seule catégorie d’acteurs domine. Dans la production de l’espace en termes d’infrastructures et d’équipements de base, c’est le projet municipal qui domine. Dans ce domaine, la contribution des projets communautaires se limite aux églises et les projets politiques en sont totalement absents. Dans l’animation de l’espace, c’est surtout les acteurs communautaires qui sont présents dans les espaces publics, de façon presque continue. Cette présence se déploie tout au long de l’année, au rythme des calendriers religieux et des activités des associations de paroisse. Sur le terrain de l’animation, les acteurs politiques sont présents, mais de façon relativement limitée, lors d’événements ou de meetings nombreux surtout pendant les périodes préélectorales. La municipalité est aussi présente, en recherchant davantage le rassemblement avec l’appui des paroisses et des acteurs associatifs, au travers de quelques rares événements qui relèvent spécifiquement d’elle, comme le Festival de l’été. Enfin, concernant le marquage identitaire de l’espace, ce sont les acteurs politiques, et notamment les FL, qui offrent la sémiotique la plus frappante à l’intérieur du paysage urbain du quartier. De fait, leur récit – s’appuyant sur une identité chrétienne pieuse et militante – peut intégrer facilement des éléments forts et rassembleurs des projets communautaires comme les impressionnants ensembles statuaires et les croix de bois. Mais ce récit a pour conséquence de marginaliser la timide sémiotique du projet municipal qui ne s’exprime dans le paysage urbain qu’au travers de ces quelques plaques de rues. D’autant plus que la sémiotique municipale promeut un récit identitaire de Chiyah basé sur la mémoire du village originel, chère aux clans familiaux originaux, et sur l’hagiographie d’un panthéon de notables locaux historiques étranger à une large majorité de la population résidente.

Tab. 2 – Médiations et espaces publics

Régimes d'engagement et arrangements pour aborder l'environnement socio-spatial par les individus et les groupes, selon Thévenot

Régime d'engagement

Base des arrangements

Objectifs

Familiarité

l'intimité

la convivialité et la sécurité

Projet

le fonctionnalisme

les ressources nécessaires au développement

Convention

la régulation

la stabilisation des pratiques au bénéfice des représentations et intérêts des groupes dominants

Source : Farah et Kashmar 2019

4 - Haret Hreik : les arrangements flexibles du mouhtassib Hezbollah ?

27Quartier de la banlieue sud de Beyrouth, Haret Hreik ressemble en bien des aspects au quartier voisin d’Aïn Er Roummané. On est toujours face à un paysage urbain dense avec une majorité d’immeubles de rapport de 8 à 10 étages, de très rares espaces vides, une forte présence d’activités commerciales, une circulation motorisée et piétonne intense et des groupes d’habitants investissant les interstices des espaces publics pour des activités diverses. Comme à Aïn Er Roummané, on se trouve aussi face à des acteurs associatifs, communautaires, politiques et municipaux. La différence principale avec Aïn Er Roummané se situe à deux niveaux.

28Tout d’abord, bien qu’elle soit loin de réduire la diversité des acteurs présents à Haret Hreik, la présence du Hezbollah a un impact considérable sur la vie publique du quartier. Parti communautaire chiite dans cette banlieue où prédomine cette communauté, le Hezbollah agit comme un acteur à la fois religieux, associatif et municipal. Il a ses propres imams, mosquées et autres bâtiments religieux. Il est au centre d’une nébuleuse associative qui lui est affiliée et qui propose des services variés (éducation, santé, protection de l’environnement, microcrédit, etc.). Il est aussi au centre de la coalition municipale aux affaires depuis 1998. De fait, Haret Hreik est un bastion du Hezbollah ; c’est là que se trouvait avant la guerre de 2006 son quartier général.

  • 10 Il a réussi à obtenir des procurations des habitants afin que l’agence Waed récupère les indemnités (...)

29Après la guerre qui a entraîné la destruction de secteurs entiers du quartier, Haret Hreik a connu un immense chantier de reconstruction piloté notamment par l’agence Waed, affiliée au Hezbollah. En opposition au gouvernement de l’époque, le parti a refusé la mise en place d’un projet de reconstruction piloté par le gouvernement. Cherchant à ramener au plus vite la population déplacée, grâce à un montage complexe10 le parti a réussi l’exploit d’une reconstruction à l’identique du quartier en moins de cinq ans.

30Ainsi, à la différence d’Aïn Er Roummané où une multiplicité d’imaginaires et de projets est presque à poids égal, à Haret Hreik la prédominance du Hezbollah mène à d’autres types d’arrangements et arbitrages entre projets individuels et collectifs et entre projets collectifs.

31D’abord, signalons que, même si d’autres acteurs collectifs sont présents – comme l’association religieuse d’Al Mabarrat qui gère des mosquées et des équipements éducatifs et sociaux ou encore comme d’autres partis politiques ayant des affiliés dans le quartier –, le marquage sémiotique des espaces publics à l’intérieur du quartier et les activités d’animation collective traduisent la place prépondérante du Hezbollah et de sa nébuleuse associative. Car, si la municipalité reste bien présente et apporte des services à la population, en dehors du bâtiment où se trouvent une bibliothèque et un centre de formation et quelques interventions sur les espaces publics (plantation d’arbres le long de certains trottoirs) son intervention reste plutôt modeste. Le Hezbollah ne se trouve donc pas face à une compétition sérieuse essayant de mettre en place un projet basé sur un imaginaire urbain différent de celui qu’il porte. Mais en même temps, la position prépondérante du Hezbollah le met au défi d’articuler les différents projets individuels du quartier.

Fig. 3 – Fermeture de la rue et utilisation de la rue par un restaurant-café pour projeter un match de football lors du Mondial

Fig. 3 – Fermeture de la rue et utilisation de la rue par un restaurant-café pour projeter un match de football lors du Mondial

Source : Kashmar, 2016

32De fait, à Haret Hreik, une densité plus élevée encore qu’à Aïn Er Roummané rend la tension entre les différents groupes de populations et usagers des espaces publics encore plus aiguë. C’est le cas, par exemple, entre commerçants et habitants pour la compétition sur l’usage des trottoirs ou des coins de rue. Plus que le stationnement des voitures, les petits rassemblements d’habitants devant les entrées des immeubles ou aux coins de rue sont mal vus par les commerçants qui estiment qu’ils sont une gêne à leur commerce, décourageant des clients potentiels ou réduisant la possibilité d’un étalage extérieur. Si les relations de familiarité permettent parfois de remédier à cette tension, ceci nécessite souvent d’autres détours. Le premier est le marquage spatial par les commerçants de l’espace près de leur commerce à l’aide d’éléments physiques dissuadant l’attroupement ou tout simplement par la conquête de cet espace par des étalages extérieurs. Or, cette privatisation de l’espace n’est pas légale et peut être sanctionnée par la municipalité. Mais devant l’ampleur du phénomène la municipalité se garde d’agir sévèrement.

33C’est dans ce cadre qu’agit le Hezbollah, non comme un agent de la loi, mais comme un acteur qui régule cette tension grâce à des compromis et à travers l’établissement d’arrangements flexibles entre les différents acteurs et usagers des espaces publics. Ce rôle que joue le Hezbollah ressemble à bien des égards, sans pour autant lui être identique, à la figure du mouhtassib du monde urbain médiéval arabe (Mottahedeh et Stilt2003 ; Alsayyad, et Roy2006). Ni policier ni juge, le mouhtassib avait pour rôle d’assurer la paix, en poussant la population à maintenir une attitude irréprochable et en sanctionnant tout ce qui était réprimandable. Il le faisait grâce à des normes s’appuyant sur des préceptes légaux et surtout flexibles, adaptées à la situation de façon qu’elles soient applicables et acceptées par la population. C’est de cette façon que le Hezbollah – par le biais de son agence Waed utilisée lors de la reconstruction, ou par son action dans la municipalité ou encore directement par l’intermédiaire de ses partisans – intervient pour réguler les tensions et les conflits. Il propose par exemple une régulation qui s’appuie sur des temporalités différentes, permettant ainsi une variété d’usages différents selon les moments de la journée ou la semaine. Son action conduit alors à une compartimentation de certains espaces ou à la mise à l’écart de certains usages.

Conclusion

34À Aïn Er Roummané comme à Haret Hreik, les municipalités s’efforcent de communiquer sur des actions de végétalisation et de création d’équipements dits publics. Toutefois, indépendamment de leur réussite dans ces domaines, la question des espaces publics des quartiers populaires denses se pose et s’articule en des termes bien différents. De fait, comme nous a permis de le souligner la grille de lecture privilégiée dans cet article, cette problématique ne peut être saisie comme le produit de la régulation publique ou celui de l’identité communautaire ou encore des transformations du capitalisme. C’est un espace physique et politique d’articulations, de compromis, d’arrangements entre une profusion de pratiques, de projets et d’imaginaires en compétition. Ces arrangements physiques et symboliques sont fluides, subtils, souvent temporaires et d’échelles différentes. Ils reflètent certains équilibres de force existants, mais aussi contribuent à en créer de nouveaux.

35Si la dimension communautaire identitaire marque indéniablement l’imaginaire et l’espace de ces quartiers, elle ne les résume pas. De son côté, l’affichage partisan et ses prétentions à occuper la totalité de l’espace, comme au temps des territoires idéologiques de la guerre civile, n’affectent que partiellement la création et l’évolution des espaces publics dans ces quartiers. De même, les dynamiques de privatisation par les acteurs du marché sont, comme on a pu voir dans les deux cas, plus complexes que ce que suggère la prolifération de dispositifs de délimitation des espaces privés. De fait, si cette dynamique existe bel et bien, elle est sujette à des accommodations de natures diverses dans ces quartiers denses.

36Comme nous le montre le cas de Haret Hreik, même un acteur comme le Hezbollah – qui conjugue légitimités symboliques, religieuses, politiques et démocratiques (dans son contrôle du conseil municipal) possédant d’importants moyens d’action (au travers d’un grand nombre de partisans, d’associations qui lui sont affiliées et des ressources financières importantes) – ne peut être en mesure d’imposer un modèle d’espace public basé sur une convention de partition stable et permanente entre espace privé et espace public. Au contraire, nous pensons qu’une part non négligeable de sa légitimité locale repose sur son mode de régulation des espaces publics qui à la manière du mouhtassib construit des arrangements flexibles de l’usage de ces espaces.

37Le cas beyrouthin est ainsi instructif de la complexité de la catégorie « espaces publics », notamment dans les villes et sociétés fragmentées. Dans ces villes où la conception des Lumières du vivre ensemble reste étrangère aux imaginaires et aux pratiques collectifs, l’aspect public d’un espace est avant tout affaire d’arrangements. Les cas d’Aïn Er Remmané et de Haret Hreik illustrent une grande diversité et inventivité dans la production de ces arrangements. C’est la capacité de production d’arrangements flexibles autour de ces espaces collectifs que sont les espaces publics qui fait que – contre les prophéties de nombre de Cassandre – les villes fragmentées n’explosent pas et, au contraire, restent des lieux de dynamisme et richesse sociale.

Top of page

Bibliography

Alsayyad, N. et A. Roy. 2006. Medieval Modernity: On Citizenship and Urbanism in a Global Era. Space and Polity 10 (1) : 1–20.

Ashkarian, V. 2014. Le patrimoine bâti de Beyrouth, entre enjeu et instrument : le cas du quartier de Mar Mikhael. Mémoire de recherche Master II en urbanisme, Beyrouth : Université Libanaise.

Barakat, L. et H. Chamussy. 2002. Les espaces publics à Beyrouth. Géocarrefour 77 (3) : 275-281.

Barakat, L. 2013. Les aires commerciales : nouveaux espaces publics beyrouthins. Géosphères 34 : 1-12.

Bonte, M. et L. Le Douarin. 2014. Dans les pas de la nuit. Les rythmes urbains de Beyrouth à la tombée du jour. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 136. Disponible sur : http://remmm.revues.org/8899, consulté le 8/12/2019.

Brand, R. et S. Fregonese. 2013. The Radicals » City: Urban Environment, Polarization, Cohesion. Surrey : Ashgate. p. 192.

Davie, M. 2008. Théories et réalités historiques de la publicité dans la ville arabe : le cas de Beyrouth. In Fonctions pratiques et figures des espaces publics au Liban, dir. M. Davie 5-20, Beyrouth : ALBA/CEHVI.

Davie, M.-F. 1992. Les marqueurs de territoires idéologiques à Beyrouth 1975-1990. In Dans la ville, l’affiche, P. Fresnault-Deruelle, 38-58. Tours : Maison des Sciences de la Ville, Université François-Rabelais. 

Davie, M.-F. 2008. Beyrouth, de la ville centrée à la ville retournée : une approche de l’espace public contemporain au Liban. In Fonctions pratiques et figures des espaces publics au Liban, dir. M. Davie 359-384. Beyrouth: ALBA/CEHVI.

Deeb, L. et M. Harb. 2013. Leisurely Islam: Negotiating Geography and Morality in Shi'ite South Beirut. Princeton : Princeton University Press.

Delage, A. 2004. La rue espace public, quel(s) public(s). Tracés 5 : 61-74.

Delpal, C. 2001. La corniche de Beyrouth : Nouvel espace public. Annales de la recherche urbaine 91 : 74 82.

Davodeau, H. 2009. L’évaluation du paysage, premier acte des politiques paysagères. Projet de paysage 2. Disponible sur : http://projetsdepaysage.fr/fr/l_evaluation_du_paysage_premier_acte_des_politiques_paysageres, consulté le 19/12/2019.

Fadel Nasr, N. 2006. La mutation des pratiques sociales avec l’émergence des grandes surfaces commerciales à Beyrouth. Villes et Territoires du Moyen-Orient 2.

Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00139195, consulté le 13/12/2019.

Fadel Nasr, N. 2011. La mutation du paysage commercial de la grande agglomération de Beyrouth à partir des années 1990 : entre réaction et/ou évolution des espaces existants et production de nouveaux espaces de grande envergure, Thèse de doctorat en géographie, aménagement et urbanisme, Lyon : Université de Lyon II.

Farah, J. 2011. Différenciations sociospatiales et gouvernances municipales dans les banlieues de Beyrouth. Thèse de doctorat en urbanisme, Liège : Université de Liège.

Farah, J. 2015. Projets, arrangements et controverses sur la ligne de démarcation à Beyrouth : pour saisir les territorialisations, gouvernances et temporalités d’une ville divisée en reconstruction. Hérodote 158 : 93-111.

Farah, J. 2018. Le paysage urbain pour analyser l’évolution urbaine d’une banlieue de Beyrouth : entre empilement de projets en tension et médiations. In Paysages et images dans les pays en crises complexe, dir. J.-L. Yengué et C. Sfeir. Tours : Presses Universitaires François Rabelais.

Farah, J. et J. Teller. 2015. De la territorialisation des controverses : Métropolisation, déterritorialisation et (re) territorialisation à Beyrouth. Métropoles 16.

Disponible sur : https://metropoles.revues.org/5098, consulté le19/12/2019.

Fawaz, M., H. Harb et A. Gharbieh. 2012. Living Beirut’s security zones: An investigation of the modalities and practices of urban security. City 24 (2) : 173-195.

Genard, J.-L., M. Berger et L. Venhellemont. 2016. L’architecture des débats : les imaginaires mobilisés. L’Observatoire du centre-ville de Bruxelles.

Disponible sur : http://bco.bsi-brussels.be/larchitecture-des-debats-les-imaginaires-mobilises/, consulté le 19/12/2019.

Guadagnoli, G. 2016. Tools for tactical neighborhood planning and design: lessons from user-led small scale physical interventions in Municipal Beirut open spaces. Mémoire de recherche Master II en urbanisme, Beyrouth : Université Américaine de Beyrouth.

Kashmar, Z. 2016. Public space appropriation between planning vision and actual user spatial practices: The case of Wa’ed reconstruction project in Haret Hreik. Mémoire de recherche Master II en urbanisme, Beyrouth : Université Libanaise.

Khayat, T. 2002. La rue, espace réservé : voitures et vigiles dans les nouvelles zones de loisir à Beyrouth. Géocarrefour 77 (3): 285-288.

Makhzoumi, J. 2015. The greening discourse: ecological landscape design and city regions in the Mashreq. In Urban design in the Arab World: Reconceptualizing boundaries, Ashgate: ed. R. Saliba, Farlnham& Burlington.

Mottahedeh, R. et K. Stilt. 2003. Public and private as viewed through the work of the muhtassib. Social research 70 (3): 735-748.

Sakssouk-Sasso, A. 2015. Making spaces for communal sovereignity: the story of Beirut’s Dalieh. Arab studies journal 23 (1): 296-318.

Shayya, F. dir. 2010. At the edge of the city: Reinhabiting public space toward the recovery of Beirut’s Horsh Al-Sanawbar. Discursive formations, Beyrouth.

Thevenot, L. 2006. L’Action au pluriel, sociologie des régimes d’engagement. Paris : La Découverte.

Top of page

Notes

1 Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, la surface d’espaces verts par habitant recommandée en milieu urbain est de 9 m2, à Beyrouth cette surface est estimée à moins de 1 m2 par habitant (Makhzoumi 2015).

2 Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, la surface d’espaces verts par habitant recommandée en milieu urbain est de 9 m2, à Beyrouth cette surface est estimée à moins de 1 m2 par habitant (Makhzoumi 2015).

3 Nous considérons les projets économiques privés comme systématiquement individuels. Si comme dans le cas de souks ou rues commerciales ou encore de grands projets immobiliers, les acteurs économiques proposent un projet basé sur un imaginaire urbain bien identifié, ils le font d’habitude à travers un acteur associatif regroupant des acteurs économiques (ex : association de commerçants) ou à travers un acteur public (la municipalité).

4 Donc de familiarité pour reprendre la terminologie des régimes d’engagement de Thévenot.

5 Ces partis, grands perdants de la guerre, ont été absents du paysage politique de 1990 à 2005.

6 Ces jeunes en portant un discours de « protection du quartier » contre les bandes rivales venant du quartier voisin à dominante communautaire chiite de Chiyah-Ghobeiré et en se confrontant parfois dans des rixes meurtrières avec eux, affichent des slogans et une sémantique propre à certains de ces partis.

7 Cela parce que la majeure partie de Aïn Er Roummané se situe dans le périmètre administratif de cette commune et parce que cette municipalité a été très active dans le quartier.

8 Pratiquement toutes de communautés chrétiennes.

9 Comprenant le quartier Chiyah-Ghobeiré à l’ouest, où prédomine une population de communauté chiite.

10 Il a réussi à obtenir des procurations des habitants afin que l’agence Waed récupère les indemnités prévues par le gouvernement aux déplacés. À ces fonds, se rajoutent des capitaux venus d’Iran et du Qatar pour financer l’opération. Cela a toutefois contraint Waed d’agir uniquement sur l’espace privé. Ce sont les municipalités, d’ailleurs proches du parti, qui ont complété l’action de Waed sur les espaces publics.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Carte de Beyrouth et localisation des quartiers d’Aïn Er Roummané et de Haret Hreik
Credits Source : Farah et Kashmar 2019, sur fond de plan CartoDB
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14025/img-1.png
File image/png, 1.4M
Title Fig. 2 – Ensembles statuaires religieux à Aïn Er Remmené
Credits Source : Farah 2015
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14025/img-2.png
File image/png, 809k
Title Fig. 3 – Fermeture de la rue et utilisation de la rue par un restaurant-café pour projeter un match de football lors du Mondial
Credits Source : Kashmar, 2016
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14025/img-3.png
File image/png, 748k
Top of page

References

Electronic reference

Jihad Farah and Zeinab Kashmar, « Les espaces publics d’une ville fragmentée entre arrangements et controverses », Méditerranée [Online], 134 | 2022, Online since 19 July 2022, connection on 10 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/14025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.14025

Top of page

About the authors

Jihad Farah

Architecte-urbaniste, Université Libanaise, jihadfarah@gmail.com

By this author

Zeinab Kashmar

Architecte-urbaniste, zeinabkashmar@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search