Skip to navigation – Site map

HomeIssues134Des espaces publics entre privati...La production temporaire d’espace...

Des espaces publics entre privatisation et ouverture ?

La production temporaire d’espaces collectifs dans la province de Barcelone

Construire un bien commun ou coproduire un aménagement low cost sous contrôle ?
The temporary production of collective spaces in the province of Barcelona, building a common good or co-producing a low-cost development under local authority control
Paula Orduña Giró and Sébastien Jacquot

Abstracts

This contribution examines the temporary production of collective space launched by various municipalities of the province of Barcelona and their political dimension, on the basis of the discourse that is associated with them. These vacant lots are considered to be the source of problems. Thus, the local authority will encourage collective uses in the public interest, for a limited period, by means of a competitive approach allowing control of the actors and uses. The public dimension of the spaces thus produced can be questioned: from collective use serving the common interest, do they fall within a tacit process of clubbing, or do they emerge as public spaces supported by new modes of management and relationships between the authorities and the public?
On the basis of several recent cases, we examine the procedures, and the type of spaces resulting from these experiments. Finally, we seek to differentiate them according to the rate of progress of the management process, their access and their purpose, whether public, collective or private.

Top of page

Full text

Introduction

1Des programmes de production temporaire d’espaces collectifs sont apparus en période d’austérité budgétaire, à un moment où les impacts de la crise immobilière se sont manifestés dans les paysages urbains par l’apparition de friches semi-construites, de logements vides, de commerces fermés et/ou de locaux en attente de nouveaux usages (Bourdin, 2010 ; Andres, 2013). Ce processus est particulièrement visible en Europe du Sud. Dans ce contexte, différentes administrations locales ont ciblé ces espaces délaissés (Orduña et Jacquot, 2014). En effet, ces dernières années, plusieurs expériences de réactivation temporaire de ces espaces vacants ont été menées. D’une part, elles partagent l’objectif de dynamiser et d’intégrer des friches ou locaux vacants au fonctionnement urbain en en définissant de nouveaux usages. Mais d’autre part, ces politiques – qui encouragent des usages collectifs d’intérêt public pour une durée limitée – s’appuient sur la participation de la société civile dans leur définition, installation et gestion. En conséquence, ces programmes ont permis de redécouvrir les friches en tant qu’espaces potentiels, capables d’améliorer la qualité de vie urbaine et de contribuer à la transformation de la ville tout en répondant à un besoin communautaire immédiat allant au-delà du règlement de zonage. Permettent-elles alors la coproduction de biens communs ? Ou constituent-elles, à l’inverse, des politiques de normalisation des usages et usagers, le temps qu’une option plus rentable se dessine (Jacquot, 2010) ?

2Cet article vise ainsi à questionner le type d’espaces issu de ces expériences, à partir des procédures mises en place. Nous examinerons trois types de programmes de redynamisation d’espaces vacants par la définition d’usages temporaires. Le projet CoBoi Innova (datant de 2015), développé à Sant Boi de Llobregat (ville de 82 142 habitants en 2017 située à 9 km à l’ouest de Barcelone) permet la cession d’espaces ouverts (places, voirie), mais aussi fermés (kiosques et locaux vides), afin de développer des activités économiques à caractère social. Le programme Conreant Terrassa, développé depuis 2013 dans la ville de Terrassa (216 428 habitants en 2017 située à 23 km au nord de Barcelone), relève également de la cession – à travers un accord – de friches privées et publiques à des associations sans but lucratif, afin d’y développer l’agriculture urbaine. Enfin, le programme Pla Buits (une tranche datant de 2012‑2013, une autre de 2015‑2016), mis en place à Barcelone (1 620 809 habitants en 2017) concerne la cession de friches publiques à des associations sans but lucratif.

3Dans la province de Barcelone, à la suite de ces expériences, différents guides méthodologiques et recueils d’expériences concernant la production temporaire d’espaces collectifs ont été publiés. La Diputació de Barcelona (DiBa), institution qui regroupe les municipalités de la province, témoigne d’un intérêt croissant pour ce changement de tendance dans la production urbaine et les stratégies de développement économique local. En 2014, elle publie un premier recueil intitulé « Stratégies de redynamisation transitoire d’espaces urbains délaissés » (Estratègies de reactivació transitòria d’actius urbans en desús), suivi en 2015 d’un « Guide méthodologique pour les projets d’usage temporaire d’espaces en friche » (Guia metodològica, projectes d’activació d’espais buits per a usos temporals), et enfin, en 2016 d’une publication sur « L’utilisation temporaire des vides urbains » (La utilització temporal dels buits urbans) qui rassemble les leçons tirées de ces expériences.

4Compte tenu de l’intérêt grandissant des municipalités et institutions publiques, cet article vise à interroger les discours et logiques urbaines qui accompagnent l’émergence de politiques de production temporaire d’espaces collectifs. S’agit-il d’un changement de tendance – ou du moins d’un élargissement des façons de produire la ville – ou est-ce simplement la marque d’un urbanisme en temps de crise ?

1 - Les espaces vacants : un problème urbain ou des espaces pour un autre urbanisme ?

5Les espaces vacants représentent un sous-produit du développement urbain. À l’opposé d’une idée de fixité, le caractère temporaire est inhérent à la fabrique urbaine. D’après Nemeth et Langhorst (2014), le retour sur investissement d’une réalisation immobilière s’étale sur quinze ans, avec une durée de vie anticipée comprise généralement entre vingt‑cinq et cinquante ans, alors que le temps de réalisation du projet – de l’intention à la livraison – ne serait que de cinq ans. Ainsi, tout aménagement peut être pensé dans ses dimensions temporaires, à différents horizons temporels. En outre, les usages temporaires ne sont pas un phénomène nouveau, les interstices de la trame urbaine sont fréquemment utilisés. Les friches urbaines – utilisées comme places de stationnement, entrepôt de stockage, terrain sportif, chantier de ferraille ou marché d’échange en plein air – sont courantes, et la notion de terrain vague souvent utilisée (de Solà Morales, 1996). Nous assistons aujourd’hui à la redécouverte de ces vides urbains et de leur intérêt (Muñoz, 2016).

6Cependant, ces espaces vacants sont généralement considérés comme un problème urbain. Différentes études menées aux États‑Unis les représentent comme une barrière à la revitalisation urbaine. Porteurs d’une image de dégradation et de négligence, ils sont souvent associés à l’illégalité et la criminalité (Pearsall et Lucas, 2013). Les politiques menées visent alors à rendre ce type d’espaces à nouveau productifs ou contrôlés, en lien souvent avec un enjeu d’attractivité dirigé vers de potentiels investisseurs. Mais en général, les pouvoirs publics recherchent une solution permanente, sans considérer le rôle de ces espaces comme ressource d’usage social et communautaire, ou d’usage environnemental (par exemple dans la lutte contre le ruissellement), car les usages interstitiels et temporaires ne sont pas inclus de manière effective dans les cycles « normaux » de la planification et du développement urbain.

Fig. 1 – Espaces vacants, de Barcelone à Detroit

Fig. 1 – Espaces vacants, de Barcelone à Detroit

De gauche à droite, de haut en bas : a) Baraques, Gran Vía, place Ildefons Cerdà, Barcelone, octobre 2018 ; b) Terrain vague et baraques Camí de la Cadena (La Bordeta) ; c) et d) Heidelberg Project, Detroit.

Source : Photos de l’auteur et [Atlas Obscura]

7Pourtant, la nature temporaire de ces espaces, qui porte toujours en soi la possibilité d’une « meilleure occasion », signifie que ces usages d’entre-deux de la planification constituent une possibilité complémentaire aux usages conventionnels. Alors que les zonages et usages du sol considérés comme « normaux » sont conçus à long terme, un usage d’entre-deux serait plus avantageux pour certains groupes d’usagers qui, normalement, « n’ont pas de rapport avec la planification et l’économie à grande échelle » (Haydn et Temel 2006). Ainsi, les usages temporaires des espaces publics urbains peuvent être considérés comme des instruments d’« empowerment » (capacitation) pour certains groupes, exploitant des possibilités de l’espace urbain (Haydn et Temel 2006).

8D’après Bishop (Bishop et Lesley 2012), ancien directeur de planification de différents arrondissements londoniens, la restructuration économique produite depuis les années 1960, l’étalement urbain et le déclin démographique et économique à l’origine du rétrécissement urbain (urban shrinkage) déterminent l’élaboration de nouveaux programmes qui expérimentent des usages temporaires du sol en Europe de l’Ouest (notamment au Royaume-Uni), et aux États-Unis. Une conception des espaces vacants comme espace de potentiel pour des opportunités d’échange entre différents acteurs et de développement intelligent (Smart Growth) se développe également.

9Ces expérimentations d’usages temporaires sur des terrains vacants se sont développées dans le contexte de la crise des économies urbaines, en raison de leur valeur réduite sur le marché par l’absence de possibilités de bénéfices à court terme. Elles peuvent être considérées comme conjoncturelles ou au contraire indiquer une nouvelle façon de concevoir l’urbanisme. Accélérées par la raréfaction des ressources publiques destinées à l’aménagement ou l’atonie de l’investissement privé, ces politiques d’urbanisme temporaire peuvent apparaître comme seulement conjoncturelles, caractéristiques d’un urbanisme en temps de crise marqué par des projets à la baisse et la prolifération d’espaces vides et dégradés. Dans ces conditions, l’usage temporaire deviendrait « le seul agenda possible pour faire face aux besoins des électeurs » (Bishop et Lesley, 2012).

  • 1 « Contre le spectacle, la culture situationniste réalisée introduit la participation totale » (Mani (...)

10À l’inverse, un positionnement alternatif à l’égard de ces vides urbains part de « la prise de conscience de la situation de crise structurelle, dont on ne peut pas sortir en reproduisant les formules propres à la bulle immobilière » (Blanco Gonzàlez, 2013). Ainsi, au-delà d’un problème de salubrité, les espaces vacants font l’objet de politiques de « bienveillance » (Adisson, 2017) de la part de divers grands propriétaires fonciers, essentiellement publics, pour des objectifs variables. Outre la nécessité d’amortir les coûts de gestion d’un foncier vacant (cf. le succès de l’expérience du Plateau Urbain dans le Grand Paris), ils peuvent alimenter une volonté de rendre davantage visible certaines friches afin de les valoriser, notamment par le biais de projets artistiques et culturels (Adisson, 2017), en lien avec les imaginaires ambigus du temporaire (Cousin, 2016). À l’inverse, dans d’autres expériences, ils sont perçus comme une occasion d’expérimenter des formules novatrices « de micro-urbanisme participatif » (Blanco Gonzàlez, 2013), et constituent même dans les villes en crise une possibilité pour mener des politiques affrontant certaines injustices sociales. En effet, ces usages temporaires sont aussi l’objet d’une revendication politique. Dans les années 1960, l’Internationale Situationniste (1957‑1972) proposait de refonder l’espace social par son appropriation1. Contre la ville façonnée par l’urbanisme moderne, les situationnistes concevaient l’espace public comme un produit de l’activité sociale par l’articulation de l’environnement construit au contexte social. Leur programme de transformation comprenait la multiplication des espaces collectifs, la participation créative et permanente de tous les citadins en tant qu’individus engagés et le perpétuel renouvellement de l’environnement urbain. Évoquant un « urbanisme unitaire », les situationnistes s’opposaient à la fixation des villes dans le temps et préconisaient le mouvement accéléré d’abandon et de reconstruction de l’espace urbain.

11Aujourd’hui, au-delà de cette revendication, les usagers intérimaires se caractérisent par un capital économique faible ou inexistant. Une des raisons qui peut amener un citoyen à développer des usages temporaires est son « statut marginal » (Hentilä, 2002), qu’il soit temporaire, permanent, choisi ou pas. En revanche, les usagers dits « volontaires et sans but lucratif » (Blumner, 2006), sont motivés par une volonté de renforcer leur image, leur économie, leur communauté, ou pour soutenir des modes de vie alternatifs. Pour les investisseurs, la mise en place d’activités temporaires peut permettre d’obtenir de la visibilité et des terrains bon marché (Blumner, 2006).

12Finalement, se pose la question de l’interprétation et des résultats de cet urbanisme temporaire des espaces vacants, qui oscille entre un usage opportuniste d’un foncier disponible dans l’attente d’usages plus pérennes et rentables et l’occasion de produire de nouveaux espaces à usage public ou collectif. Bref, se pose la question de l’interprétation à donner aux initiatives menées du point de vue de leurs usages et de leurs destinations. Les modalités de mise en œuvre sont alors essentielles à étudier, car souvent il s’agit de faire avec des appropriations informelles préalables (Andres, 2013), incluses dans des démarches intégratrices et participatives ou niées en faveur d’usages jugés plus légitimes.

2 - Usages temporaires et procédures d’attribution dans la province de Barcelone

13L’appropriation d’espaces urbains vacants se fait souvent de façon informelle : soit en l’absence d’accord avec le propriétaire, soit parce que les usagers se dérobent – volontairement ou par manque de moyens – aux règles et normes d’usage établies. Toutefois, dans la province de Barcelone, une telle appropriation a été formalisée dans des politiques urbaines menées récemment, accordant un droit d’usage temporaire dont la durée est définie par le propriétaire de ces espaces vacants, qu’il soit public ou privé. Cette limitation temporelle est fonction des projets de transformation prévus. Nous examinerons dans cette partie trois programmes de formalisation d’usage temporaire à destination d’espaces vacants, ouverts et fermés, en faisant apparaître les différents contextes, les procédures mises en place et leurs résultats.

2.1 - Le programme Conreant Terrassa

14En 2009, à Terrassa, quatrième municipalité catalane en population, ville industrielle qui a connu plusieurs crises, une coopérative de consommateurs d’un centre social communautaire et une association écologiste ont présenté au budget participatif municipal une proposition pour mettre en place un réseau de potagers urbains, mettant à profit les nombreux espaces vacants à l’intérieur du tissu bâti. Comme les conseils participatifs n’ont pas validé cette proposition, le groupe a décidé d’occuper illégalement une friche du domaine public du centre-ville. Après un an de conflits et de revendications, un accord de transfert est finalement signé en 2011, permettant aux occupants d’y rester légalement. Deux années plus tard, la municipalité engage le programme Conreant Terrassa (Cultiver Terrassa), qui encourage le transfert de friches publiques et privées à des organisations sans but lucratif pour y cultiver des potagers. Dans le cas des friches privées, le propriétaire et l’organisation gérant le potager ont signé ensemble un accord garanti par la municipalité : les propriétaires ne reçoivent pas d’indemnisation pour ce transfert, mais ils sont dispensés de l’entretien du terrain, et perçoivent une réduction de la taxe foncière (pouvant atteindre 20 %). Cette expérience de gestion des espaces urbains vacants est donc issue de la demande d’espaces par des collectifs mobilisés sur la question de l’agriculture urbaine.

2.2 - Le programme Pla Buits à Barcelone

  • 2 Deux friches par district, sauf dans celui de Ciutat Vella, secteur qui correspond au centre histor (...)

15À Barcelone, le programme Pla Buits – conçu en 2011 par la Direction de l’urbanisme de la municipalité de centre droit – a mis en place un concours pour la gestion temporaire de friches urbaines pour une durée d’un à trois ans. Ce programme a été maintenu par la municipalité de gauche qui a remporté les élections municipales de 2015. La première édition du concours (2012‑2013) concerne dix-neuf friches appartenant au domaine public, réparties de façon homogène entre les dix districts barcelonais2. Les surfaces de ces friches sont variables, allant de 100 m2 à 1 000 m2. Les destinataires directs de ce programme sont des collectifs ou des associations citoyennes sans but lucratif, constitués en tant qu’entités juridiques, qui doivent présenter un projet de redynamisation des espaces vacants à travers des activités d’intérêt public ou d’utilité sociale (Orduña-Giró 2013). Les activités proposées devaient être temporaires, se développer dans des structures provisoires et présenter un caractère éducatif, sportif, ludique, culturel ou artistique. Elles sont sélectionnées par une commission d’évaluation dont seulement un tiers des membres sont externes à la municipalité. Lors de la première édition du concours, la municipalité a reçu trente-quatre projets pour les dix-neuf friches présentées. La plupart des projets sélectionnés émanaient d’organisations issues du même quartier, et proposaient majoritairement des potagers urbains, dont un grand nombre visaient également un objectif d’inclusion sociale. Ainsi, les organisations signataires des projets associaient l’installation de ces potagers à des enjeux sociaux, comme l’intégration de sans-abris ou de personnes ayant un handicap mental. Dans son évaluation des projets, la commission a valorisé très positivement « le haut degré d’investissement et de rendement social », ainsi que « la tâche d’inclusion et les effets sociaux sur l’entourage » (Orduña-Giró, 2013). Aucun des projets proposant un potager urbain n’a été mis de côté. À l’inverse, les projets non retenus relevaient de thématiques variées : activités sportives, artistiques, pédagogiques, de coopération au développement, de cirque, etc. Au final, la municipalité a donné la priorité aux projets envoyés par les associations de quartier – institutions traditionnellement importantes dans les transformations urbanistiques des villes catalanes (Andreu, 2014) –, et correspondant sans doute le plus selon la commission d’évaluation aux critères d’engagement avec le contexte local. La municipalité a également privilégié les projets de potagers urbains, en mettant en avant l’enjeu de la durabilité. À cet égard, l’intention poursuivie via ce programme est d’ordre gestionnaire ou managérial (Bacque, 2005). Il ne s’agit pas de demander aux habitants ce qu’ils veulent, mais de les inciter à faire par eux-mêmes. L’instauration de ce cadre normatif a permis à la municipalité de conserver la maîtrise des cessions temporaires au profit d’une approche intégrée.

16Ce dispositif a survécu au changement de municipalité de gauche de 2015, et intègre désormais – à l’intérieur des plans d’action municipaux – un volet stratégique à l’échelle des quartiers. Ainsi, une deuxième édition du concours a pu être engagée en 2015‑2016, avec onze nouvelles friches concernées. Six projets ont finalement été retenus, qui sont venus s’ajouter aux douze de la première édition encore en fonctionnement. Au total, d’après le recensement de la municipalité, 147 organisations ont été impliquées dans ce programme3, gérant 45 895 m2 (Pla Buits, 2015) selon les chargés du programme projet, etc.), les objectifs ne sont pas urbanistiques, mais avant tout sociaux4. Ils estiment aussi que le programme Pla Buits doit évoluer, en développant des structures de soutien aux communautés et organisations qui y participent, et surtout, en vue du troisième concours, par la conduite d’études permettant d’identifier des besoins et demandes pour chacun des quartiers afin de sélectionner de nouveaux espaces potentiels.

2.3 - CoBoi Innova : laboratoire d’innovation sociale à Sant Boi de Llobregat

17Le troisième programme est celui mené par la municipalité de Sant Boi de Llobregat, située dans l’ancienne ceinture rouge métropolitaine de Barcelone. Début 2015, elle lance le programme CoBoi Innova, sous-titré « De nouvelles idées pour les espaces vacants de la ville », qui se présente comme une initiative encourageant des projets de revitalisation d’espaces publics (places), ou privés ouverts au public (kiosque, local), ainsi qu’une friche annexe à la mairie. Il s’agit d’un appel à idées destiné à sélectionner des projets proposant de nouveaux usages afin de revitaliser des vides urbains par des initiatives à caractère social. Ce programme n’a pas été directement mené par la mairie, mais par le Laboratoire civique pour l’entrepreneuriat et l’économie sociale (Coboi. Laboratori d'Innovació Social de Sant Boi de Llobregat), financé par le Département de développement économique local de la DiBa. En outre, il ne s’agissait pas seulement d’espaces ouverts, mais aussi d’un petit local délaissé et de kiosques. En fait, cet appel à idées a concerné des espaces très disparates. L’objectif était à la fois à prévenir la dégradation de places et rues commerciales et de générer des emplois grâce à des projets innovants à caractère social et durable. Dans ce cas, ce ne sont pas les associations de quartier qui sont visées, mais ce qu’on pourrait appeler la « génération start-up ». Il s’agit de donner une valeur productive à ces espaces en y introduisant, grâce à un appel à projets, des valeurs sociales et des activités ayant une certaine durabilité économique. Dans la première édition, quatre kiosques du domaine public, un local privé (mis à disposition gratuitement pour les associations ou en échange d’un loyer modeste de 200 € pour les activités lucratives) et un espace sur une place du domaine public ont été proposés pour une concession d’occupation d’un à quatre ans. À la suite de cet appel, seize projets ont été déposés (CoBoi Innova, 2015). Les programmes sélectionnés ont été invités à travailler sur la co-création et le prototypage de leurs idées entrepreneuriales. Les critères de sélection étaient l’impact social, la faisabilité économique, le degré d’innovation sociale, le potentiel entrepreneurial et en dernier lieu la cohérence du projet avec l’espace. La Commission a sélectionné cinq projets, recevant ensuite l’accompagnement par un cabinet de conseil. Les projets sélectionnés proposaient un espace de rencontre socioculturelle (pour des activités de musique, littérature, etc.) à l’échelle de quartier, un atelier de réparation et échange de vélos, un espace dédié aux jeux de société ainsi que deux initiatives liées à l’exposition et la vente de produits en ligne qui finalement trouveront à se placer dans une vitrine de la rue commerciale. Les projets sélectionnés servaient donc de plateforme pour imaginer des formes d’usage et d’occupation à court terme, produisant des bénéfices immédiats. Ainsi, ces espaces vacants ont été utilisés comme ressource et opportunité pour des projets solidaires ou micro-entrepreneuriaux, inversant leur perception de « problèmes urbains ».

  • 1

18Comment interpréter ces politiques menées dans les trois villes de la province de Barcelone ? Selon certains auteurs l’institutionnalisation des usages urbains à caractère temporaire permet le contrôle des formes d’expression de l’action communautaire5 (Haydn et Temel, 2006), tandis que pour d’autres, ces appropriations provisoires doivent être prises en compte et encouragées en raison de leurs effets sociaux et urbains positifs (Tonkiss2013 ; Ferguson et Gaugliz, 2014 ; Grifeu2016). À partir des caractéristiques intrinsèques des trois programmes étudiés et de leurs effets sur les types d’usage, quels sont les effets d’une telle institutionnalisation ?

3 - Modes de gestion et dimension publique, collective ou club des espaces

19Les trois programmes et procédures étudiés entraînent la création d’un large éventail d’espaces à usage temporaire qui se différencient selon le type d’activité prévu, l’existence d’une appropriation ou revendication préalable, le mode d’ouverture (public ou privé), le rythme à laquelle s’effectue la gestion de l’espace (modes et horaires d’ouverture), et la dimension publique, privée ou collective de la gestion de l’espace (cf. tableau 1).

Tab. 1 – Synthèse des résultats : types d’espaces et d’usages

PROGRAMME

LIEU

ACTIVITÉ TEMPORAIRE

APPROPRIATION PRÉALABLE

TYPE D'ESPACE TEMPORAIRE

Conreant Terrassa

Terrassa

Potagers

Oui

Accueil public, rythme géré collectivement

Pla BUITS, Barcelone

Germanetes

Multifonction

Oui

Accueil et intérêt public, géré collectivement + espace public ouvert

Vallcarca

 

Oui

Espace public ouvert

Bici Park Numancia

Parking à vélos et réparation

Non

« Bien club », accès fermé, inclusion sociale, bien d’intérêt collectif (mobilité durable) à intérêt privé

CoInnova
Sant Boi de Llobregat

Fes kiosk (Circula Cultura)

Kiosque culturel

Non

Espace fermé et privé à intérêt collectif

Source : Paula Orduña Giró, 2018

20Tout d’abord, ces programmes ne résultent pas tous de revendications initiales émanant de collectifs locaux. Dans le cas de Terrassa, l’initiative de créer le programme de potagers Conreant Terrassa (aujourd’hui sept potagers temporaires occupent 9 000 m2) est issue de la société civile organisée, et d’une revendication préalable. En revanche, ce n’est pas le cas de Coboi InnovaDans le cas de Barcelone, en raison de la grande variété des espaces vacants, la situation est plus complexe : certains espaces soumis à concours faisaient déjà l’objet d’appropriations ou de revendications préalables par divers collectifs. Ce premier paramètre a eu un effet sur les possibilités d’une analyse en termes de contrôle des usages, et les modes de participation voire contestations des opérations de formalisation, comme le montre l’analyse de l’attribution de trois espaces vacants à Barcelone.

  • 1

21Ces différentes expériences urbaines se distinguent aussi par le statut et mode de propriété des espaces vacants et leur mode de gestion, y compris au sein de chacune des villes concernées. Pour Terrassa, ces espaces peuvent être aussi bien privés que publics, et l’institution publique ne joue que le rôle d’intermédiaire. À l’inverse, à Barcelone, les friches relèvent toutes du domaine public, permettant une procédure d’attribution par concours ainsi que la recherche d’une cohérence territoriale dans la sélection des espaces vacants concernés. Dans le cas de Coboi Innova, il existe une variété de cas et statuts, rendant le programme plus complexe, voire confus : certains espaces relèvent du domaine public (kiosques, places, voirie), d’autres constituent des biens patrimoniaux, dont une partie est réservée pour un agrandissement de la mairie, tandis qu’une autre est cédée de façon temporaire à des associations ou contre un loyer modeste à des organisations à but lucratif6. De façon transversale, tous ces programmes aboutissent néanmoins à une délégation de gestion, par le recours à des ressources communautaires et associatives (voire entrepreneuriales dans le cas de Coboi Innova).

  • 1

22Enfin, le dernier élément de différenciation concerne la dimension publique des choix opérés et des espaces produits. La plupart des projets sont justifiés par un intérêt public, qui peut être interprété de différentes façons. Ainsi dans le cas de Coboi Innova, bien que le projet encourage des initiatives entrepreneuriales, elles sont justifiées par un intérêt public de redynamisation du centre-ville. En outre, la gestion de certaines friches par un collectif délimité peut les constituer en espaces réservés à certains usagers. L’opposition binaire publique-privé est alors impropre à qualifier le type d’espaces produits dans le cadre de ces programmes. D’autres catégorisations permettent de définir plus finement l’intérêt et la dimension publics issus de la gestion de ces espaces vacants, en s’inspirant de la typologie des biens élaborée par les économistes institutionnalistes à partir des travaux d’Elinor Ostrom7, qui distinguent des biens publics, privés, mais aussi des biens communs et clubs (Dardot et Laval, 2015). Le statut de ces espaces vacants concédés est en effet ambigu, oscillant entre public (espace ouvert de façon large aux usagers), commun, et club (principe d’excluabilité car réservé à certains usagers sur un principe marchand) (Charmes, 2011). En fait, ces espaces vacants peuvent être qualifiés à partir de plusieurs points de vue différents : celui de leur destination (qui est censé être d’intérêt public ou collectif suivant les divers appels à projets), celui des usagers désignés (collectifs de riverains ou collectifs de citadins, indiquant un usage plus ou moins exclusif, à des échelles variables) et celui de leur ouverture ou non au-delà des collectifs qui en ont la gestion (basé donc sur l’idée de membres exclusifs ou ouverts à des publics anonymes). Toutefois, ce n’est pas la nature des biens ou des espaces dans l’absolu qui en définit le statut (public, privé, club ou commun), mais plutôt leurs modes de production et d’institutionnalisation (Dardot et Laval, 2015).

  • 1

23À Barcelone, trois cas permettent d’expliciter cette variation du statut public des espaces vacants à usage temporaire et la place des collectifs dans la définition de leurs usages. L’espace de Germanetes (rue Consell de Cent, dans le quartier de La Nova Esquerra de l’Eixample) est une friche pour laquelle des collectifs et des voisins organisés se sont fortement mobilisés et où il existe un consensus autour d’un seul projet. Dans ce quartier, le tissu urbain est compact, résultat de la maille orthogonale planifiée par I. Cerdà en 1859 et densifiée par la suite. Les habitants y réclament plus d’espaces verts. En effet, bien que, depuis les trente dernières années, une dizaine d’intérieurs d’îlots aient été récupérés en contribuant à l’amélioration de la qualité de vie du quartier, ce secteur de la ville se caractérise par une forte densité et un manque d’espaces de rencontre. À travers le programme Pla Buits, la friche des Germanetes – qui répondait à une demande effectuée par une association (Recreant Cruïlles) – a évolué : l’espace a été aménagé entre 2012 et 2016, avec le soutien de la municipalité. L’espace ouvert au public a été agrandi et une place a été aménagée. Plusieurs associations et le collectif Recreant Cruïlles ont porté et amplifié la revendication d’espaces piétons de proximité autour d’un axe central (Reconversió del carrer Consell de Cent en Eix de Vianants)8. C’est donc au travers d’une revendication existante et consensuelle, actualisée dans le cadre du programme Pla Buits, que de nouveaux espaces publics ont pu être créés, permettant d’engager de nouveaux processus participatifs pour penser collectivement la production d’espace public à partir des revendications des habitants.

Fig. 2 – Comparaison dans le temps

Fig. 2 – Comparaison dans le temps

Espace Germanetes, Pla BUITS, en 2012 et 2016

Source : Google Earth

24Dans le quartier de Vallcarca i Penitents, le fait que l’espace vacant soit le résultat de la démolition d’un bâti ancien a marqué les relations entre les habitants et la municipalité en raison de leur opposition au programme. Cette transformation urbaine découlait de la Modificació del Pla General Metropolità de Barcelona (Modification du Plan Général de la Métropole de Barcelone ou MPGM), de 1976, qui prévoyait à cet endroit une rocade urbaine (Ajuntament de Barcelona. 2006). En 2002, une modification du MPGM réduit la rocade en voie à double sens de circulation qui se veut aussi trame verte. Or, cette transformation implique la démolition du bâti de part et d’autre de l’avenue de Vallcarca et l’élargissement de la rue Farigola. En 2008, un Plan d’amélioration urbaine (PMU) définit à nouveau l’aménagement du quartier. Les démolitions prévues aux alentours de l’avenue de Vallcarca démarrent en 2009 et une partie des riverains affectés est relogée à proximité. Parallèlement, entre la fin des 1990 et 2007, le quartier de Vallcarca a connu une recrudescence de maisons squattées. Ce phénomène est souvent présenté comme une cause supplémentaire de dégradation urbaine. Selon certains riverains, l’incertitude et la lenteur de la transformation urbanistique ont provoqué la dégradation sociale, économique et environnementale de Vallcarca. Dans ce contexte, le programme Pla Buits a été mal accueilli, car l’espace soumis au concours avait déjà un usage collectif : il servait d’espace de passage et de rencontre pour des usagers parfois liés au mouvement des squats. En effet, le 19, rue Farigola, – où actuellement se trouvent les ruines d’une maison entourée d’un jardin – se situe au centre de ce projet de transformation urbaine. Dans les années 1930, ce bâtiment accueillait une école. Son usage devint ensuite résidentiel, jusqu’à son acquisition dans les années 1990 par une société immobilière. Le bâtiment fut abandonné puis squatté jusqu’à son évacuation. D’après les normes urbanistiques du plan général de la métropole, ce terrain est divisé en 3 parties ; sa zone centrale correspond à l’espace soumis au concours dans le cadre du programme Pla Buits pour être transformée en « parc et jardin de nouvelle création » (Ajuntament de Barcelona, 2004). Les deux parcelles qui l’entourent doivent accueillir des programmes de logements ayant une emprise au sol et une densité importante. Cinq ans plus tard, en décembre 2016, avec l’arrivée de la municipalité de gauche depuis 2015, est organisé un concours d’idées pour recueillir les demandes des habitants du quartier afin de trouver une solution à la situation de blocage foncier qui dure depuis 40 ans et à la dégradation perçue (par certains riverains).

25Enfin, le cas du Bicipark nous montre une autre modalité de production et de gestion d’espace temporaire : la production d’un bien qui fonctionne sur un principe d’usage collectif, sans être ouvert publiquement de façon large. Cette friche, qui - d’après les urbanistiques del Pla General Metropolità devrait être dotée d’équipements - se trouve en face d’un centre commercial (L’Illa Diagonal). Elle avait préalablement été cédée à une entreprise de grande distribution spécialisée dans les articles de sport et de loisirs pour réaliser des ventes d’articles d’occasion. La fondation sociale Formació i Treball y avait finalement développé la gestion d’un service de stationnement, de réparation et de vente de vélos. Ce projet vise à encourager la mobilité durable et l’insertion professionnelle de jeunes en risque d’exclusion sociale. Dans ce cas de figure, l’espace est semi-fermé, réservé à un collectif particulier, fonctionnant sur le principe du bien club.

Conclusion

26Les trois programmes décrits constituent trois discours, procédures et résultats différents de gestion des espaces vacants à des fins collectives. Dans le cas de Conreant Terrassa, – l’expérience la plus ancienne – ce programme, axé sur la création d’espaces d’agriculture urbaine, est issu d’une demande citoyenne. Il diffère du programme Pla Buits à Barcelone, qui a donné lieu à des projets et typologies d’espaces plus diversifiés. Ce programme a survécu au changement de municipalité, au prix d’une modification d’objectif, fonctionnant à présent comme une stratégie de quartier à l’intérieur du plan d’action municipale, et dont les visées sont désormais plus sociales qu’urbanistiques. Enfin le programme CoBoi Innova a une visée davantage entrepreneuriale, mais dont les retombées doivent présenter un caractère social, notamment par la redynamisation d’espaces fermés vacants.

27Les espaces vacants d’usage temporaire formalisés peuvent alors être caractérisés de trois façons. Tout d’abord, ils se différencient par leur destination ou fonction supposée, entre utilité publique ou privée. Ils se différencient selon le type d’usagers visés par leur fonction temporaire : collectifs de riverains et/ou collectifs de citadins, selon la volonté d’arrimer ou non la friche objet d’interventions à des logiques de quartier et de fonctionnement plus communautaire. Enfin, ils se distinguent par leur mode d’ouverture ou non à des publics, au-delà des collectifs qui en ont la gestion, permettant d’évoquer un usage public, collectif ou restreint et qui correspond à la distinction entre biens publics, communs ou clubs. D’un côté, la destination même de ces espaces permet de les définir comme espaces publics, d’autant plus qu’ils sont ouverts à des usages définis de façon participative. Mais d’un autre côté, leur gestion parfois exclusive par un collectif les constitue en espace commun, à gestion communautaire, voire induit une logique de clubbisation, dans le cas d’espaces fermés ou à accès restreint. Au final, cette production d’espaces temporaires n’est pas seulement une forme d’urbanisme low cost ou expérimental, mais pose aussi la question des modes de production des espaces collectifs, entre logique publique, commune, ou davantage privative.

Top of page

Bibliography

Adisson, Félix. 2017. Choisir ses occupants. Quand les grands propriétaires adoptent des collectifs pour la gestion transitoire des friches urbaines. Métropolitiques [en ligne] 6,

Disponible sur : https://www.metropolitiques.eu/Choisir-ses-occupants.html

Ajuntament de Barcelona. 2004. Normes urbanístiques del Pla General Metropolità. Disponible sur : http://www3.amb.cat/normaurb2004/index.htm.

Ajuntament de Barcelona. 2015. Pla Buits

Disponible sur : http://ajuntament.barcelona.cat/ecologiaurbana/ca/pla-buits

Ajuntament de Barcelona. 2006. Modificació del Pla General Metropolità de Barcelona. Normativa vigent (MPGM). Ajuntament de Barcelona.

Disponible sur : http://www.22barcelona.com/component/option, com_remository/Itemid, 750/func, select/id, 1/lang, ca/

Andreu, M. 2014. El moviment ciutadà i la transició a Barcelona : la FAVB (1972-1986). Thèse doctorale. Barcelone : Département d’Histoire contemporaine, Universitat de Barcelona.

Andres, Lauren. 2013. Differential Spaces, Power Hierarchy and Collaborative Planning: A Critique of the Role of Temporary Uses in Shaping and Making Places. Urban Studies 50(4) : 759–775.

Bacqué, M.-H. (Éd.). 2005. Gestion de proximité et démocratie participative, Paris : La Découverte.

Bishop, P. et W. Lesley. 2012. The Temporary City. Londres: Routledge.

Blanco Gonzàlez, I. 2013. Para un uso ciudadano de los vacíos urbanos [en ligne]. Consulté en mars 2013. Disponible sur : http://ciudad.blogs.uoc.edu/post/44301311403/para-un-uso-ciudadano-de-los-vacios-urbanos

Blumner, N. 2006. Planning for the unplanned: Tools and techniques for interim use in Germany and the United States. Occasional Papers [en ligne], Berlin : Deutsches Institut für Urbanistik.

Bourdin, A. 2010. L’Urbanisme d’après crise. Paris : Éditions de l’Aube.

Charmes, É. 2011. La Ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Paris : Presses universitaires de France.

CoBoi Innova. 2015. Ajuntament de Sant Boi del Llobregat, Iniciativa municipal per dinamitzar espais buits.

Disponible sur : http://www.coboi.cat/ca/serveis/coboi-innova/

Conreant Terrassa. 2013. Agricultura urbana & Tarpuna : http://www.agriculturaurbana.cat/conreant-terrassa/

Cousin, Saskia. 2016. L’éternel temporaire dure-t-il ? Imaginaires Bobos, Roms et Bohème. In Actualité de l’Habitat Temporaire. De l’habitat rêvé à l’habitat contraint, éd. Cousin, Grégoire. Gaëlla Loiseau, Laurent Viala, Dominique Crozat et Marion Lièvre. Marseille : Terra HN éditions.

Dardot, Pierre et Christian Laval. 2015. Commun, Essai sur la révolution du XXIe siècle. Paris : La Découverte.

de Solà-Morales i Rubio, I. 1996. Terrain Vague. Quaderns d’arquitectura i urbanisme 212 : 34-43.

Ferguson, Fancesca et Gaugliz, Christina. 2014. Make Shift City. Renegotiating the urban commons. Berlin : Jovis.

Grifeu, Judith. 2016. L'activació de la temporalitat urbana com a paradigma d'una gestió adaptativa i participativa. In La utilització temporal dels buits urbans, (coord.) Manu Fernández et Grifeu Judith, 127-144, Barcelona : Diputació de Barcelona.

Haydn, F., et R. Temel. 2006. Temporary urban spaces: concepts for the use of city spaces. Basel: Birkhäuser.

Hentilä, Helka-Liisa. 2002. Strategies for temporary uses- potential for development of residual areas in European metropolises. Urban Catalysts, 10 h 18-20.

Jacquot, Sébastien. 2010. Déqualification, sécurisation et éviction au service de la réappropriation du centre historique de Gênes. Norois 217 : 29-39.

Muñoz, F. 2016. El buit urbà i la ciutat interrompuda : per una geografia urbana dels temps morts. In La utilització temporal d'espais buits urbans, ed. Manu Fernández and Judith Gifreu, 55-73, Barcelona : Diputació de Barcelona

Németh, J., et J. Langhorst. 2014. Rethinking in urban transformation: temporary uses for vacant land. Cities 40 : 143-150.

Orduña-Giró, P. 2013. Production participative d’espaces publics temporaires. Le programme Pla Buits à Barcelone. Mémoire de master 1. Paris : Université Paris‑1 Panthéon-Sorbonne.

Orduña-Giró, P. et S. Jacquot, S. 2014. La production participative d’espaces publics temporaires en temps de crise. Le projet Pla Buits à Barcelone. Métropolitiques. Disponible sur : http://www.metropolitiques.eu/La-production-participative-d.html

Ostrom, E. (2010). La gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles. De Boeck

Pearsall, Hamil and Susan Lucas. 2014. Vacant land: the new urban green? Cities 40(B) : 121-190.

Senatsverwaltung für Stadtentwicklung und Umwelt Berlin. 2007. Urban pioneers. Berlin : Stadtentwicklung durch Zwischennutzung. Berlin : Jovis.

Tonkiss, Fran. 2013. Austerity urbanism and the makeshift city. City 17(3) : 312-324.

Sitographie

[Atlas Obscura] 2018 : https://www.atlasobscura.com/places/heidelberg-project

Recreant Cruïlles : https://recreantcruilles.wordpress.com/

Top of page

Notes

1 « Contre le spectacle, la culture situationniste réalisée introduit la participation totale » (Manifeste Internationale Situationniste, 1960).

2 Deux friches par district, sauf dans celui de Ciutat Vella, secteur qui correspond au centre historique de la ville, où il n'y en a qu'une.

3 Elinor Ostrom, (1933 - 2012) politologue et économiste américaine, première femme à recevoir le prix Nobel d'économie pour son analyse de la gouvernance économique, des biens communs (Ostrom 2009).

4 4 http://ajuntament.barcelona.cat/ecologiaurbana/ca/que-fem-i-per-que/ciutat-verda-i-biodiversitat/pla-buits

5 Entretien avec Miquel Reñé Garaboa, chargé de Communication et Participation de l’Agence d’Écologie urbaine de la municipalité de Barcelone [11/04/2016].

6 « An important aspect of temporary use is that institutionalising it usually hurts more than it helps » (Haydn et Temel 2006).

7 Finalement, pour CoBoi Innova, la plupart des espaces n'ont pas été redynamisés et certaines des activités choisies n'ont pas prospéré, notamment celles liées à la rue commerciale (selon un échange avec le chargé du programme).

8 https://recreantcruilles.wordpress.com/2016/10/20/jornades-de-participacio-sobre-lentorn-germanetes/

5 6 7 8Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Espaces vacants, de Barcelone à Detroit
Caption De gauche à droite, de haut en bas : a) Baraques, Gran Vía, place Ildefons Cerdà, Barcelone, octobre 2018 ; b) Terrain vague et baraques Camí de la Cadena (La Bordeta) ; c) et d) Heidelberg Project, Detroit.
Credits Source : Photos de l’auteur et [Atlas Obscura]
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14055/img-1.png
File image/png, 832k
Title Fig. 2 – Comparaison dans le temps
Caption Espace Germanetes, Pla BUITS, en 2012 et 2016
Credits Source : Google Earth
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14055/img-2.png
File image/png, 1.6M
Top of page

References

Electronic reference

Paula Orduña Giró and Sébastien Jacquot, « La production temporaire d’espaces collectifs dans la province de Barcelone », Méditerranée [Online], 134 | 2022, Online since 21 July 2022, connection on 10 August 2022. URL : http://journals.openedition.org/mediterranee/14055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mediterranee.14055

Top of page

About the authors

Paula Orduña Giró

Géographe et chercheur en Urbanisme (Universitat Politècnica de Catalunya), paula.orduna@gmail.com

Sébastien Jacquot

Géographe, Université de Paris-I Sorbonne, EIREST – PRODIG (UMR 8586), sebastien.jacquot@univ-paris1.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search