Skip to navigation – Site map

HomeIssues134De nouvelles pratiques urbaines d...L’espace public de la promenade d...

De nouvelles pratiques urbaines dans les espaces publics ?

L’espace public de la promenade des Sablettes à Alger

Entre vision politique et pratiques sociales émergentes
The public space, Sablettes promenade (Algiers), between political vision and emerging social practices.
Fatiha Tamani‑Djebra and Meriem Chabou‑ Othmani

Abstracts

In a context of increasing urbanisation, Algiers has since 2012 undergone major urban restructuration. The aim is to reaffirm its geostrategic position in the Mediterranean and to promote its image internationally, in particular through the redevelopment of its seafront. This involves the upgrading of the bay and the regeneration of territories that were obsolete. In this context, the redevelopment of the promenade of Les Sablettes contributes to the production of a new recreational public space, taking as reference the emblematic models of European cities.
The presence of large crowds who have frequented the promenade since its opening to the public is surprising, and reveals the emergence of differentiated social practices in the public space in Algeria. This leads us to reflect on the dialectic that underlies the project and its appropriation. We therefore propose to analyze this dialectic, one hand through the prism of its designers and their planning vision, and, on the other hand, on the basis of social practices.

Top of page

Full text

Introduction 

  • 1 Le plan stratégique d’Alger s’étale sur une échelle de temps de 20 ans (2009-2029) et définit les c (...)

1Depuis le lancement du plan stratégique de 20121, à l’instar des villes méditerranéennes de la rive sud, les espaces urbains à Alger connaissent des recompositions et des reconfigurations significatives dans un contexte de métropolisation accélérée.

2En quête de modernisation et de rayonnement, Alger cherche à renforcer son positionnement comme plaque tournante en Méditerranée. Ceci se joue en particulier à travers la reconquête de son front de mer et la mise en vitrine de sa façade maritime. Dans ce contexte, les espaces publics se trouvent au cœur des préoccupations des pouvoirs publics.

3La promenade des Sablettes, aménagée au milieu de la baie qui s’étend de l’embouchure de l’oued El-Harrach à l’est jusqu’à la station de dessalement de l’eau de mer près du port à l’ouest, vient offrir un espace public unique à la capitale algérienne. À peine ouvert au public en 2014, après un chantier de deux années, cet espace qui s’étend sur 80 ha est vite devenu une destination phare à la fois pour les habitants de l’Algérois et de tout le territoire national.

4On s’interroge dès lors sur cette prise de possession sociétale. À quel point cette appropriation est-elle un indicateur de la réussite de cet aménagement public ou correspondrait-elle à l’émergence d’un nouveau rapport aux espaces publics ? Quel est le degré d’adéquation/inadéquation entre vision politique et pratiques sociales ? Et à quel point les espaces publics reconfigurés contribuent-ils à façonner l’urbanité algérienne contemporaine ?

5Nous nous interrogerons plus particulièrement sur la dialectique existante entre les espaces publics et leur appropriation.

6Cette dialectique se fera entre, d’une part, le prisme des concepteurs de ces espaces et de leur vision de l’aménagement en termes de production d’un espace public physique conçu et aménagé qui soit autant un « espace immatériel de débat » qu’un espace « matériel du projet » (Zepf, 2009). Et entre, d’autre part, la perception des usages et des appropriations comme nœud constitutif de la vie sociale (Billiard, 1986), support spatial de pratiques sociales d’un ensemble d’usagers (Joseph, 1992, 1993), lieu de coprésence, accessible à tous, où peuvent se côtoyer tous les individus indistinctement (Paquot, 2009).

7En d’autres termes, il s’agit de saisir les formes urbaines contemporaines de la territorialisation des pratiques et des rapports sociaux dans un espace public métropolitain particulier, celui de la promenade des Sablettes.

  • 2 L’enquête, qui s’est appuyée sur une observation directe et participante, a été effectuée auprès de (...)

8Dans la lignée des travaux de N. Driss (2005), qui préconisent que les espaces publics urbains en Algérie sont à comprendre dans la relation qui oppose une « ville offerte » à une « ville pratiquée », notre démarche – qui s’appuie sur une enquête2 in situ auprès des usagers et des acteurs ayant été à l’origine de la conception et de la réalisation de la promenade des Sablettes –, se propose de comprendre :

  • le projet dans son rapport à la ville, au travers du prisme de ses concepteurs et de leur vision de l’aménagement de la baie d’Alger, comme « instrumentalisation » de l’espace (Semmoud 2004), dans le cadre du plan stratégique de la capitale à l’horizon 2029 et de ses modèles de références ;

  • la « réception sociale » de ce projet, comme « effet de l’instrumentalisation de l’espace » (Semmoud 2004), éclairée à partir de pratiques et d’appropriations sociales.

1 - La promenade des Sablettes, un espace public dans un contexte de métropolisation

  • 3 Décennie noire : le conflit qui opposa le gouvernement algérien et de l’Armée à divers groupes isla (...)
  • 4 Dès la fin des années 1990, les grands projets urbains concentrés autour de la ville d’Alger sont d (...)
  • 5 Le PDAU est l’instrument de gestion territoriale qui oriente le processus d’organisation et de déve (...)

9Si les crises multiples qu’a connues l’Algérie durant la décennie 19903 n’ont pas permis au Grand projet urbain (GPU4) de 1997 d’atteindre ses objectifs, il n’en demeure pas moins que l’image que l’État ambitionne pour la capitale reste inchangée. Le Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) d’Alger intitulé « Une vision, des ambitions : une autre Alger est possible », approuvé en 1995 et révisé entre 2009 et 2011, marque la volonté forte d’une nouvelle entrée en scène d’Alger comme métropole méditerranéenne, projetant son développement urbain à l’horizon 20295.

  • 6 La « Charte pour la Paix et la Réconciliation nationale », mise en place en 2005 par le président a (...)

10Dès le début des années 2000, après la loi sur la concorde civile6, le retour à la paix sociale et la relance économique sont marqués par la volonté politique de rattraper le retard de développement accusé durant la décennie précédente. Alger, cherchant à s’aligner sur les grandes métropoles internationales, entre ainsi dans une phase de profondes mutations urbanistiques. L’objectif est d’adapter spatialement, économiquement et socialement le cadre de la capitale au rang de métropole et aux fonctions supérieures qu’elle doit assumer sur le plan national et international (PDAU d’Alger 2011). Dans ce contexte, différentes phases d’aménagement sont proposées parmi lesquels l’aménagement de la baie, prévu entre 2015 et 2019. Dans le cadre de la reconquête des espaces publics centraux, la question de la relation de la métropole à la mer est placée au centre de la démarche du PDAU. Celui-ci préconise de rétablir les liens historiques qu’avaient les Algériens avec la mer comme tentative de réactivation du mythe tenace d’une ville qui, née de la mer, ne peut aspirer au bonheur qu’en s’y replongeant (Safar-Zitoun 2001). L’aménagement de la baie est également perçu comme un levier de développement et de promotion d’une image de prestige pour la capitale algérienne.

11Baptisé le « collier de perles » dans le PDAU d’Alger, le projet de réaménagement de la baie vient concrétiser la nouvelle vision de l’État, celle de la création de nouveaux rapports entre le citoyen et sa ville. Il ambitionne la création d’une nouvelle centralité urbaine avec le développement de nouvelles fonctions urbaines modernes et qualifiantes, renforçant la position charnière de la promenade des Sablettes entre l’ancien centre et le nouveau centre d’El-Harrach-Baraki prévu dans le PDAU.

12La localisation près de la mer de grands équipements culturels et sociaux permettrait à la ville de se doter, jusqu’en 2029, des conditions structurelles nécessaires à la reconstruction de sa façade maritime. L’objectif est de dessiner une nouvelle image urbaine plus moderne et accueillante.

  • 7 Un wali est un haut fonctionnaire de l’État, nommé par décret présidentiel, il représente le pouvoi (...)
  • 8 Revue Vies de villes, entretien avec l’ancien wali d’Alger, 2012.

13Dans ce contexte, le projet de la promenade des Sablettes, – initialement un terrain en friche – est conçu comme un espace public comprenant des aménagements ambitieux et comme un programme diversifié mettant « à la disposition des Algéroises et des Algérois, des espaces où ils pourront courir, marcher ou faire du vélo » (Entretien avec A. Kebir, ex-wali7 d’Alger, 20128).

14En effet, la situation de la promenade des Sablettes sur la route express, reliant l’est à l’ouest d’Alger, ses dimensions et son ouverture sur la mer lui offrent une position stratégique au milieu de la baie. Ce projet compte parmi les plus importants du renouvellement urbain programmé par le PDAU : son but est de faire d’Alger une capitale de « convergence » à la pointe du développement du pays, projetant vers l’extérieur « l’image de métropole » d’une région et d’un pays ouverts sur le monde (PDAU d’Alger 2011).

15Sur 4,5 km de long, la promenade se compose d’un ensemble d’espaces distincts : plusieurs plages et plus de 420 m de jetées (dont 25 hectares ont été gagnés sur la mer), 11 km de promenades piétonnes, 3,3 km de pistes cyclables, 35 ha d’espaces verts, une piscine à l’air libre, un théâtre en plein air de 1 200 places, six petits restaurants, des aires de stationnement d’une capacité de 2000 places. On y trouve aussi des belvédères donnant sur l’embouchure de l’Oued El-Harrach et des aires de jeux et de sport (basket-ball, hand-ball, boulodromes), ainsi que des aires de jeux pour enfants. Sur cette vaste étendue, l’usager a donc le choix entre balades, marche à pied, nage, sport, jeux, pique-nique, ou tout simplement la contemplation de la mer.

Fig. 1 – Carte de la promenade des Sablettes (situation)

Fig. 1 – Carte de la promenade des Sablettes (situation)

Source : fond de carte, Direction des Travaux Publics (DTP), traitement Auteures, avril 2017

16Conçue comme un espace ouvert, la promenade des Sablettes est donc un espace public par excellence qui vient surtout « lever le paradoxe propre à Alger, celui de voir la mer et de ne pouvoir y accéder ». (Entretien avec A. Kebir, ex-wali d’Alger, 2012).

1.1 - La promenade des Sablettes : « une vision, une ambition »

17La stratégie de reconquête du front de mer se fonde sur une vision qui prône à la fois un changement de l’image d’Alger et son internationalisation, tout en cherchant à préserver son identité (PDAU d’Alger 2011).

  • 9 Voir note 7.

18Dans cette logique, le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV) - en tant que maître d’ouvrage -, et la wilaya9 d’Alger - en tant que maître d’ouvrage délégué du projet d’aménagement - fondent leur vision de reconquête du front de mer autour d’objectifs concrets d’après l’architecte urbaniste consultant de la wilaya (revue Vies des villes, 2012). Dans ce contexte, le PDAU est renforcé par la mise en place du plan stratégique. Ce plan vient doter Alger d’un nouvel outil d’aménagement qui précise les contours d’un développement urbain intégré, tout en dessinant le cadre de production du nouveau front de mer.

19L’aménagement de la baie appelé « Le grand événement international » (PDAU d’Alger, 2011), s’articule en effet autour d’interventions de grandes envergures ; Alger visant à s’aligner sur des villes comme Lisbonne ou Barcelone et recevoir des événements internationaux comme déjà avec le Festival panafricain en 2009, ou encore le label « Capitale culturelle du Monde arabe » en 2007. Alger ambitionne ainsi d’être la porte de l’Afrique, afin d’attirer les touristes et tous ceux qui arriveraient de l’autre côté de la Méditerranée.

20Ainsi, en plus de la réhabilitation de la façade maritime et de l’aménagement d’un grand espace public, le projet d’aménagement de la baie d’Alger prévoit la délocalisation du port actuel et la reconversion de certaines friches portuaires et industrielles qui recevront des fonctions et des activités plus adaptées aux nouvelles ambitions de la capitale. L’objectif est de faire de la zone portuaire actuelle un espace de loisirs portant le nom de « Terrasses du port ». Cet aménagement viendra compléter la transformation du littoral de la baie avec la construction de nouveaux aménagements « phare », comme la grande mosquée avec son minaret de plus de 250 m de hauteur, en cours de construction, ou le futur grand musée d’Afrique.

21Les concepteurs du projet agissent selon des stratégies qui découlent pour l’essentiel de leurs représentations de la ville et de son développement. Ils ont ainsi fortement fait appel aux modèles internationaux existants comme référentiel à l’action publique :

Nous avons considéré [Alger] à l’image de ce qui se fait dans les grandes villes du monde. […] Nous nous reconnaissons à Paris, Barcelone ou Berlin […] où nous sommes systématiquement confrontés à des espaces publics qui portent la même signature (Consultant de la wilaya, Bekkouche, 2012).

22Confiés aux architectes du groupement Arte Charpentier et au bureau portugais d’études Parque Expo, le projet de reconquête du front de mer, ne peut d’ailleurs échapper à l’influence de référents européens :

Les recettes » et les stratégies sont les mêmes : recours à un « méga-projet » avec un fort marquage de l’espace par des objets fortement symboliques et de prestige pour transformer l’image du site et susciter une attractivité internationale. (Carrière et Demazière 2002, 28)

23Ainsi la perception des concepteurs et des pouvoirs publics est étroitement liée à ce qui se fait dans les grandes villes du monde. Ceci confirme que les présupposés politiques à l’origine de tout projet urbain ou schéma d’aménagement ont été et demeurent, à ce jour, la volonté de concrétiser un certain modèle d’aménagement pour la ville, celui que l’État veut donner comme réponse à ses aspirations à la modernité.

1.2 - La promenade des Sablettes, la revitalisation d’une friche urbaine

  • 10 Shaber Wiliam, consul général des États-Unis à Alger, 1862. En ligne, http://alger-roi.fr/Alger/hus (...)
  • 11 D’après la carte du port publiée dans l’article de René Lespes en 1921.

24Avant l’indépendance, les Sablettes étaient une plage, où les riverains et habitants d’Alger venaient pour leurs loisirs, comme en témoignent les écrits du consul général des États‑Unis à Alger en 1862 10. À partir de 1892, avec la construction de l’arrière-port d’Alger au sud de l’ancien port dans la baie de l’Agha (Lespès 1921), et les extensions qui ont suivies dès 1912, jusqu’à hauteur du môle de Oued Kniss11, la plage connaît de grands travaux d’extension. Ces derniers avaient aussi pour objectifs, toujours d’après R. Lespès (1921) de protéger le port des alluvions de l’Oued El-Harrach, situé à l’est d’Alger, et des sables fins de la plage d’Hussein-Dey, lieu actuel des Sablettes. Comme le décrit un ancien habitant de Makaria, un quartier voisin des Sablettes :

  • 12 Propos recueillis par Hebba Selim (Hebba 2015).

Avant que les « égouts » et l’Oued-El Harrach ne gâchent tout […] nous y ramassions des moules, des écrevisses et des oursins. Oui, des oursins12.

25Au fil du temps, cette partie centrale de la baie d’Alger, encore présente aujourd’hui dans les souvenirs d’une partie de la population, devient une marge à l’intérieur de la ville, en particulier après la construction au début des années 1980 de la route express reliant l’aéroport au centre d’Alger. Cet espace se vide alors pour longtemps, devenant peu à peu un lieu non sécurisé, notamment en raison de la présence de populations marginalisées ; alors, rares sont ceux qui s’y aventurent. Cette partie du front de mer – allant du port jusqu’à l’embouchure de l’Oued El Harrach – devient un lieu mal réputé, fréquenté uniquement par les jeunes les plus aventureux. Ce lieu se transforme en un véritable désert durant les années 1990, marquées par un contexte politique très tendu. La montée du terrorisme durant les années noires avait compromis les projets d’aménagement prévus à cet endroit dans le cadre du GPU, qui prévoyait l’installation aux Sablettes de salles omnisports, d’une patinoire et d’un aquarium.

26À partir des années 2000 et le retour à la paix civile, l’attention des pouvoirs publics est de nouveau portée sur cet espace. Dans le cadre du nouveau PDAU, l’action publique cherche à inverser l’image négative de ce lieu en s’appuyant sur l’atout que représente la mer et sur l’opportunité foncière qu’offre son territoire.

27Les travaux de protection et d’aménagement de la bande côtière du site démarrent en décembre 2012. Ils sont confiés à l’entreprise de réalisation Méditerranéenne des Travaux Maritimes (MEDITRAM) avec l’assistance du Laboratoire d’Études Maritimes d’Alger (LEMA).

28La promenade qui est réalisée, s’étale sur plusieurs kilomètres et est composée de plusieurs bandes parallèles à l’autoroute, ponctuées par des rangées de palmiers. La disposition de deux pistes latérales, – la première longeant la mer et la seconde longeant la clôture séparant la promenade de la route express – a permis la création d’un linéaire intérieur organisé en une succession de carrés, abritant chacun une activité. On y trouve des aires de jeux pour enfants, manèges, stands, snacks et cafés-terrasses ouverts sur la mer, des services publics (sûreté nationale, protection civile et centre de santé), etc. L’ensemble est conçu dans une architecture moderne conforme aux standards internationaux.

Fig. 2 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 1

Fig. 2 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 1

Zone jouxtant l’embouchure de l’oued El-Harrach, où se concentrent les lieux d’accueil et de réception et les différents services publics.

Source : fond de carte Direction des Travaux Publics (DTP), traitement par les auteures, avril 2017

Fig. 3 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 2

Fig. 3 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 2

Zone de la plage des Sablettes, zone où se concentrent les activités et aménagements de loisir et de sport, la zone 1 et 2 sont les deux premières livrées au public.

Source : fond de carte Direction des Travaux Publics (DTP), traitement Auteures, avril 2017

Fig. 4 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 3

Fig. 4 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 3

Zone de la plage le piquet blanc, représentant le troisième tronçon réalisé).

Source : fond de carte Direction des Travaux Publics (DTP), traitement par les auteures, avril 2017

29L’aménagement des Sablettes s’inscrit dans un projet plus important mettant en valeur toute la baie d’Alger, qui prévoit la réalisation d’une promenade de 50 km s’étendant à l’ouest depuis le cap Caxine jusqu’au cap Matifou à l’est. Pour se faire, des travaux d’envergure sont prévus : enrochements, réhabilitation de plages disparues sous l’érosion, consolidation de falaises fragiles, etc.

2 - La promenade des Sablettes, une vitrine urbaine à l’épreuve des usagers 

30La promenade des Sablettes rencontre très vite un succès notable. Dès l’inauguration des premiers aménagements en janvier 2014, les visiteurs arrivent en masse. De nombreux Algérois, mais aussi des habitants de tout âge venant de l’ensemble du pays, issus de catégories sociales très diverses, se mettent à fréquenter les divers lieux de la promenade pour s’y adonner à des activités multiples comme le sport, la balade, le pique-nique, pour s’y rencontrer, ou simplement contempler le « grand bleu » de la méditerranée. Bien que partiellement achevée en 2018 (le projet étant encore en chantier), la promenade est ainsi rapidement devenue un espace très convoité tout au long de la semaine par des familles, des couples et des groupes de jeunes. Les visiteurs de la promenade que nous avons questionnés nous ont décrit l’ouverture de cet espace au public comme la concrétisation d’un événement longtemps attendu et espéré. Cette fréquentation intense n’était d’ailleurs pas attendue des initiateurs du projet qui se sont trouvés contraints d’accélérer la cadence des travaux.

31En effet, en parallèle, à partir des années 2000, les habitants d’Alger reprennent goût à la vie en public. Les années d’insécurité les avaient obligés à se replier à l’intérieur de la sphère familiale et privée. Pendant longtemps, sortir au-delà d’une certaine heure ou dans des endroits publics était une véritable exposition au danger qui menaçait à tout moment la vie quotidienne, en particulier dans certains quartiers considérés comme des fiefs des islamistes, tels que le quartier d’Hussein-Dey (Mouzoune, 1997). La territorialisation opérée dans les différents quartiers d’Alger par les islamistes ainsi que leurs tentatives de contrôler les espaces publics en imposant un mode de comportement conforme à leur idéologie comme stratégie de délimitation entre sphère publique et sphère privée avaient bouleversé les pratiques spatiales et les repères des habitants d’Alger au point que certains quartiers étaient devenus répulsifs du fait de la forte présence de « barbus » et de femmes portant le voile intégral. En conséquence, la présence humaine dans les espaces publics a été limitée et réduite aux simples déplacements quotidiens indispensables.

32Sur la promenade des Sablettes, les usages de l’espace montrent que les Algériens ont retrouvé leur liberté, et ont pu briser certaines phobies « de l’uniforme, de la barbe, du voile et du regard soupçonneux de l’autre » (Mouzoune 1997). Se mettre en scène en couple, faire du sport en extérieur (jogging, vélo, etc.), aller pique-niquer – notamment pour les femmes de tout âge, seules ou en groupe – sont des pratiques révélatrices aussi bien d’une volonté de briser les tabous imposés par la société et d’investir les espaces publics que de l’évolution des comportements modifiés sous les effets de la mondialisation et des médias de masse. Cet accès revendiqué aux espaces publics est favorisé par l’offre urbaine inscrite dans le cadre du plan stratégique.

33La rareté des espaces de loisirs, la dégradation des espaces publics existants ou leur absence, notamment dans les cités d’habitats voisines, ont accentué l’attractivité de la promenade des Sablettes. En effet, plus de 90 % des promeneurs affirment qu’ils n’ont pas d’autres endroits où aller : « Où voulez-vous qu’on aille ? », soulignent les promeneurs questionnés. La promenade des Sablettes est présentée par ses usagers comme l’unique alternative pour sortir et prendre de l’air. « C’est le seul endroit grand et vaste, qui nous offre surtout cette vue sur la mer, un moment pour s’évader ! » (Questionnaire 2017).

34L’accès à la mer est décrit par les promeneurs comme une « nécessité vitale » dont ils ont été longtemps privés, voire éloignés. Mais cette réappropriation ou reconquête, obtenue après une longue attente, et la fréquentation massive de ces lieux sont moins liées à la qualité des aménagements ou des services proposés qu’à la qualité du territoire lui-même. En effet, plus de 70 % des usagers enquêtés déclarent que, si les aménagements sont banaux et même insuffisants, les éléments naturels principalement - l’espace et son étendue, la mer et l’ouverture d’horizon ainsi que les aménagements paysagers et l’existence de dispositifs de sécurité - rendent ce lieu attractif à toutes catégories de population. Les promeneurs rencontrés considèrent cet espace comme un lieu de repos et un endroit idéal pour se ressourcer.

2.1 -  Pratiques sociales émergentes sur la promenade des Sablettes : éléments d’appropriation différenciée

  • 13 Houma  (quartier) au sens communautaire du terme avec une charge hautement symbolique liée au lieu (...)

35L’étendue de la promenade et son ouverture sur la mer offrent la possibilité d’émerger de nouvelles pratiques qui ne pouvaient avoir lieu dans ce que N. Dris (2002A) appelle « l’espace d’interconnaissance » et qui, du fait de la proximité, ne peuvent permettre que des comportements normatifs étroitement liés à la notion de quartier (houma)13. En effet, l’anonymat qu’offre la promenade libère les individus du contrôle social en vigueur dans les quartiers anciens. La promenade des Sablettes est appropriée par une population en quête d’une nouvelle vie urbaine et publique : plus de 80 % des enquêtés éprouvent ce sentiment de liberté, d’évasion et d’anonymat. Il se traduit par l’émergence de nouveaux comportements, la coprésence des deux sexes sans distinction d’âges et des couches sociales, ainsi que par une fréquentation massive et sans contraintes ou conditions, notamment par les femmes, même celles en voile intégral (djilbeb).

36La promenade des Sablettes représente donc cet espace ouvert où l’altérité est envisageable (Dris 2004). La mixité dans cet espace ne porte plus la connotation négative de mélange entre les sexes (khalouta), prohibé durant les années 1990 Dris (2004). Selon des temporalités variables, la promenade répond aux besoins de la société en matière de divertissement, de repos et d’évasion. Les familles s’offrent ainsi des rendez-vous hebdomadaires, chaque week-end pour s’y installer dès les premières heures de la matinée, pour fuir l’exiguïté des appartements qu’elles occupent dans les quartiers populaires d’Hussein Dey, Makaria, Oued Ouchayah, Eucalyptus, Baraki, et pour y passer toute la journée, « c’est un endroit très accessible par l’autoroute, c’est à dix minutes, maximum un quart d’heure de chez nous » (un père de famille, interview n° 11, 2017).

37Ceci est particulièrement fréquent durant le mois sacré du Ramadan où l’on constate que la promenade est prise d’assaut par les familles qui viennent rompre le jeûne et passer leurs soirées en plein air. Déjà plusieurs heures avant la prière, il est difficile, voire impossible de trouver une place de stationnement. Depuis l’ouverture de la promenade, cette pratique sociale nouvelle est devenue un rituel chez les familles des quartiers avoisinants. Ce lieu fonctionne comme un prolongement de l’espace domestique, et traduit une nouvelle territorialisation de l’espace. Ceci est également encouragé par les manifestations culturelles organisées par l’Office national de la Culture et de l’Information (ONCI), notamment durant les soirées du mois sacré et confirme donc le désir des pouvoirs publics d’offrir aux usagers une plus grande diversité d’activités et d’animation et de créer des ambiances festives.

Fig. 5 – Une famille en pique-nique

Fig. 5 – Une famille en pique-nique

Source : les auteures, avril 2017

38Par contre pendant les vacances, les familles provenant des autres wilayas, – du sud, de l’est et l’ouest d’Algérie – sont largement majoritaires, comme le souligne un surveillant du parking : « durant les vacances c’est toute l’Algérie qui est là, les gens du Sud, de l’Est et de l’Ouest » (interview n° 25, 2017).

39Ces familles viennent profiter de la mer et de l’air marin et s’adonner à une multitude d’activités dans les différents espaces aménagés de la promenade des Sablettes, selon le sexe, l’âge et le désir de chacun. Le sport collectif dans les espaces publics ne fait pas partie des pratiques habituelles des Algériens. Il émerge cependant avec force, prenant des formes variées :

Je viens ici faire du sport deux fois par semaine, en général en fin d’après-midi. Pour moi c’est mille fois mieux que de fréquenter une salle de sport, qui vous coûte de l’argent et vous n’avez pas de résultats. Ici, j’ai même rencontré un groupe de jeunes qui viennent courir en groupe et qui me soutient et m’encourage. À mon âge, il n’est pas facile de tenir… J’ai perdu quelques kilos, et fait baisser mes triglycérides, et même ma glycémie, je me sens vraiment bien ici. (Une dame de 60 ans habitant Alger, interview n° 45, 2017).

40Les jeunes filles, femmes de tous âges viennent seules ou en groupe, courir et faire du sport et même du vélo : « On peut aisément faire des séances de sport en groupe, on peut faire aussi du jogging ensemble, en respirant de l’air marin » (jeune femme de 39 ans, interview n° 15, 2017).

41Les activités sportives et de jeu dominent. La majorité des jeunes viennent s’entraîner, faire du jogging, ou du vélo, mais également certains clubs de plongée sous-marine ou de voile.

Fig. 6 – Un groupe de jeune pratique le hand-ball « Le sport collectif »

Fig. 6 – Un groupe de jeune pratique le hand-ball « Le sport collectif »

Source : auteures, avril 2017

42La promenade apparaît aussi comme un espace idéal pour les enfants, qui peuvent y courir, jouer au ballon, à la trottinette ou au vélo : « Nos enfants se réjouissent sur cette promenade vaste et grande. Ils sont libres, ils jouent, ils courent, ils ‘s’éclatent’ en toute sécurité : pas de voiture et aucun risque […] je les ramène chaque vendredi ». (Une dame avec ses quatre enfants, interview n° 9, 2017).

Fig. 7 – Un espace idéal pour les enfants

Fig. 7 – Un espace idéal pour les enfants

43Source : Auteures, avril 2017

44Massivement fréquenté, ce lieu est une aubaine pour les vendeurs à la sauvette qui viennent proposer quelques ballons, cerfs-volants et différents jouets aux enfants ou encore des boissons fraîches à des prix moins chers que dans les restaurants et cafétérias de la promenade. On peut également louer de façon informelle des vélos, malgré les contrôles permanents des agents de sécurité présents sur les lieux. Ceci « révèle une réalité sociale où s’expriment à la fois des pratiques spécifiques liées à la culture locale et des modes de comportements induits […] par les effets de la mondialisation » (Dris, 2005, 96).

45Avec l’ouverture de la plage des Sablettes et de la plage du Piquet blanc, les habitants des quartiers populaires de l’est d’Alger – Hussein Dey, Maqaria (ex-Leveilley, nom du quartier durant la colonisation), Oued Ouchaïah, la Glacière, Bourouba, El Harrach –, voire même d’autres quartiers de l’Algérois viennent tous les week-ends et même en soirée, et ce malgré que la connexion aux transports collectifs fasse défaut :

Dès le début de l’été, nous venons nous baigner à cette plage, c’est vraiment un plaisir de se retrouver entre amis au bord de la mer (…) on est abonnés. (Un groupe de jeunes, interview n° 5, 2017).

Fig. 8 – Les amoureux de la plage,

Fig. 8 – Les amoureux de la plage,

Malgré le froid (mois d’avril), ils trouvent du plaisir à se promener le long de la digue

Source : les auteures, avril 2017

46La destination de la promenade est très prisée : les promeneurs s’organisent en groupe et viennent en excursion par bus depuis parfois le fin fond de l’Algérie. Un père de famille interviewé nous déclare : « J’habite à Tizi Ouzou et je ramène mes enfants durant les vacances, ils découvrent un autre paysage, la mer, ce qui les change des montagnes de la Kabylie » (interview n° 27, 2017). Cette pratique est facilitée par la proximité de la gare routière du Caroubier.

Fig. 9 – Excursion organisée au profit des jeunes « scouts »

Fig. 9 – Excursion organisée au profit des jeunes « scouts »

Source : les auteures, avril 2017

47La plupart des promeneurs viennent avec leur voiture particulière. Certains viennent à pied, empruntant une passerelle de 250 m de long sur 4 m de large construite pour relier la station de tramway de Kharouba au site de la promenade :

On n’habite pas loin, alors on vient à pied, ça fait partie de la promenade, on arrive et on se repose puis on mange en plein air […] c’est mieux que de rester dans notre petit F2, quand il fait beau. (Un couple avec leurs trois enfants, interview n° 53, 2017).

48Interrogée au sujet du manque de transports en commun, la responsable de la Direction de l’Urbanisme, d’Architecture et de la Construction (DUAC) explique que, dans une phase ultérieure du projet, il est prévu de réaliser un réseau de transport en commun ainsi que trois passerelles qui relieront le front de mer au reste de la ville. Selon la même responsable, la route express, qui représente actuellement un véritable obstacle physique, va changer de statut : « Elle deviendra un boulevard urbain […] ce qui facilitera l’accès à la promenade », et elle ajoute « la voie ferrée sera intégrée dans le réseau de transport urbain et la gare ferroviaire sera délocalisée à la sortie de la ville, une ligne de tramway est même programmée à l’intérieur du périmètre de la promenade ». Interview réalisée en date du 7 mars 2017.

Fig. 10 – La passerelle qui relie Kharouba à la promenade des Sablettes

Fig. 10 – La passerelle qui relie Kharouba à la promenade des Sablettes

Elle surplombe la route expresse, reliant l’est à l’ouest d’Alger.

Source : les auteures, avril 2017

49Devant le mécontentement de certains usagers qui avancent que les travaux ne sont pas encore finis et que le site n’est pas suffisamment aménagé, la responsable de la DUAC répond que les autorités sont conscientes de ces insuffisances, qu’elle justifie par l’urgence à laquelle sa direction a été confrontée : « nous sommes conscients qu’on pouvait faire mieux, le projet est toujours en cours et on va améliorer les aménagements, c’est une question de temps ». Il faut préciser que le projet prévoit encore l’installation de deux complexes sportifs de 1 500 m², de patinoires et d’un aquarium, d’un aquaparc et d’une marina de plaisance, ainsi que la mise en fonction d’une grande Roue de 40 m de haut.

50Ainsi cet espace convoité prenant une réalité plus précise, fait des envieux chez les responsables régionaux des villes côtières qui réclament que « ce genre de projet devienne un modèle à appliquer dans toutes les villes côtières de l’Algérie » (la responsable de la DUC, 2017)

Fig. 11 – La grande Roue en cours d’installation

Fig. 11 – La grande Roue en cours d’installation

Source : les auteures, avril 2017

2.2 -  Entre conception, perception et usage, l’impulsion d’une nouvelle dynamique urbaine dans la promenade des Sablettes

51Le référentiel d’action mis ainsi en œuvre, à partir de représentations de la modernité inspirée de modèles européens, crée une rupture avec les anciennes pratiques urbaines. La vision des concepteurs du plan stratégique de développement de la capitale à moyen et long terme est marquée par une évolution des modes d’action sur la ville, qui engage à la fois un processus de recomposition autour de la baie en quête de réconciliation avec la mer et se veut opérationnelle et rapide, comme moyen de réconciliation avec les Algérois. Cette recherche d’« efficacité » vient en quelque sorte effacer l’image négative de l’échec du GPU compromis par un contexte défavorable du fait des multiples crises qui avaient caractérisé la décennie noire (Anouche, 2002).

52La promenade des Sablettes illustre ainsi une volonté de l’État d’offrir aux habitants d’Alger un accès sans distinction à un espace public. Un espace public de récréation, conçu comme un théâtre dans lequel s’exprime la vie sociale, favorisant la reconstitution des liens sociaux, un espace ouvert gratuitement au public, permettant la diversité des usages ainsi que la mixité sociale dans des conditions justes et équitables. Mais dans le même temps, la présence permanente et remarquable des services de sécurité traduit la volonté des pouvoirs publics de conserver le contrôle sur cet espace public.

53Cet espace est un bout du territoire qui n’est pas confiné dans le tissu urbain dense d’Alger. Ceci lui confère une qualité « extraterritoriale, qui opère un anonymat… une sécurité » (Delpal, 2001, 81) et qui procure aux promeneurs le sentiment d’un « chez soi », où ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent sans avoir peur du regard de l’autre ou de son contrôle. Ici une femme au voile intégral se met à vélo, des jeunes chantent et dansent au rythme de la derbouka, une jeune fille vient rencontrer son amoureux, un barbu étale son tapis de prière, une sportive à la tenue sexy court au milieu de la foule sans crainte de ce que l’autre pense. Certains se mettent en scène et d’autres se noient dans la foule. Ici se manifeste la diversité culturelle, éducationnelle et identitaire, dessinant une mosaïque particulière, reflet d’une tolérance en devenir, dans laquelle les Algérois apprennent à s’accepter mutuellement dans leur différence. La promenade est devenue un lieu de l’affirmation des identités métropolitaines, lieu d’un nouveau récit sur le territoire (Viala, 2005).

54Ainsi, les aménagements seuls n’engendrent pas nécessairement les usages, ce sont les pratiques et les comportements sociaux qui transforment des espaces publics en espace vécu. Cet espace public qui profite de la nouvelle dynamique de revalorisation de la baie et de revitalisation du front de mer, émerge comme une centralité attractive nouvelle non seulement dans les recompositions urbaines, mais également sociales, alors même que – il y a quelques années encore – il était déprécié. Le projet de promenade, mis en œuvre après une longue période d’insécurité, apparaît alors comme un espace public nouveau, délibérément programmé par les pouvoirs publics et consciencieusement approprié par les habitants d’Alger.

Conclusion 

55Malgré des atouts considérables d’Alger, les années de terrorisme ont contribué à la dégradation de son image. De plus, l’Algérie – n’ayant pas opté pour une politique touristique à l’instar de ses deux pays voisins – est restée en partie fermée au monde. L’objectif d’inscrire Alger dans une logique d’internationalisation par la reconquête du front de mer traduit ainsi un enjeu de repositionnement dans le bassin méditerranéen d’une capitale qui a longtemps souffert d’un manque d’attrait.

56Ainsi, l’internationalisation est plus liée à la revalorisation de l’image de la capitale qu’à une recherche de plus-value économique, car l’Algérie connaît depuis le début des années 2000 une embellie financière due à la hausse des prix du pétrole, qui l’exempte de tout recours aux investissements étrangers.

57L’objectif est de rendre Alger plus attractive par la reconquête des espaces publics longtemps délaissés par l’État et par la production de nouvelles centralités urbaines. Ces centralités s’articulent autour de grands projets structurants comme la grande mosquée d’Alger en cours de réalisation, le grand musée d’Afrique et la promenade de la baie, dont l’effet est perçu au travers des dimensions à la fois monumentales et symboliques de ces projets.

58L’aménagement de la promenade des Sablettes concourt ainsi à façonner la nouvelle image que les pouvoirs publics veulent créer d’une ville accueillante et attractive, lui permettant de s’affirmer et d’être visible. Dans ce cadre, une nouvelle conception des espaces publics se développe à l’extérieur des anciennes centralités urbaines. Elle privilégie la revitalisation de la baie par la valorisation et la régénération de territoires délaissés. Elle s’appuie sur des aménagements qui offrent un espace propice à des pratiques sociales nouvelles fortement influencées par une image de modernité conforme aux standards internationaux. La nouvelle image urbaine mise en avant se veut plus ouverte au monde et traduit une volonté des pouvoirs publics d’effacer les séquelles des années noires, de contribuer à reconstruire une vie citadine et d’offrir de nouvelles accessibilités urbaines.

59Du côté des usagers, la promenade des Sablettes a permis à une population en quête d’urbanité, de distraction et de liberté de s’affirmer, donnant naissance à de nouvelles pratiques et usages, signes d’une mutation profonde des comportements. La fréquentation massive de l’espace de la promenade semble être ainsi l’indicateur d’une citadinité algérienne en reconstruction et d’une rencontre possible entre l’enjeu de la promotion de l’image d’Alger mise en œuvre ici et la réalité des usages.

Top of page

Bibliography

Anouche, Karima. 2002. Les enjeux d’un projet de métropole internationale dans une ville en crise : le cas d’Alger. In Villes et projets urbains en Méditerranée. Carrière, Jean-Paul 99-110. Tours : Presses universitaires François Rabelais.

Bekkouche, A. 2012. Vies de villes, Architecture, urbanisme et société. Insaniyat 3 : 57-58. Hors-Série. Dossier : Cinquantenaire : Les projets qui transforment Alger ».

Billiard, Isabelle. 1986. L’espace public. Les Annales de la Recherche Urbaine 32 : 87-94.

Carrière, Jean-Paul, et C. Demazière. 2002. Projet urbain et grands projets emblématiques réflexions à partir de l’exemple d’Expo 98 à Lisbonne. In Villes et projets urbains en Méditerranée, ed. J.-P.Carrière, 33-51. Tours, Presses de la MSH « Villes et Territoires ».

Delpal, Christine. 2001. La corniche de Beyrouth, nouvel espace public. Les Annales de la Recherche Urbaine 91 : 74-82.

Dris, Nassima. 2002A. L’irruption de Makkam Ech-Chahid dans le paysage algérois : monument et vulnérabilité des représentations. L’Homme et la Société, 146 : 61-76.

Dris, Nassima. 2004. Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville à Alger. In Femmes et villes, éd. S. Denèfle, 249-264. Tours : Presses universitaires François-Rabelais.

Dris, Nassima. 2005. Formes urbaines, sens et représentations : l’interférence des modèles. Espaces et Sociétés 122 : 87-98.

Hebba, Selim. 2015. Avec le métro, le tram et la promenade des Sablettes, l’est d’Alger fait sa mue. HuffPost Algérie, 21 juin. En ligne, https://www.huffpostmaghreb.com/2015/06/21/promenade-des-sablettes-a_n_7630404.html, consulté le 09 novembre 2019.

Joseph, Isaac. 1992. L’espace public comme lieu de l’action. Les annales de la recherche urbaine, 57-58 : 211-217. 

Joseph, Isaac. 1992. L’espace public et le visible. Revue Architecture & Comportement 9 (3) : 397-402. Lausanne.

Lespès, René. 1921. Le port d’Alger. Annales de Géographie 30 (165) :195-222.

Mouzoune, Abdelkrim. 1997. Alger : conflictualités urbaines et nouvelle éco-genèse territoriale. L’Espace géographique, 26 (1) : 12-20.

Paquot, Thierry. 2009. L’espace public. Paris : Ed. La Découverte, 126 p.

Safar-Zitoun, Madani. 2001. Alger ou la recomposition d’une métropole. La pensée de Midi 4 : 30-35.

Semmoud, Nora. 2004. La réception sociale de l’urbanisme : L’exemple d’un quartier stéphanois : Bellevue. Colloque « Espaces et sociétés aujourd’hui », Rennes, 21 et 22 octobre.

Viala, Laurent. 2005. Contre le déterminisme de la forme urbaine, une approche totale de la forme de la ville. Espaces et Sociétés 122 : 99-114.

Zepf, Marcus. 2009. L’espace public en expérimentation : penser et réinterpréter l’urbain en permanence. Tracés. Revue de Sciences Humaines 13-14 : 13-15. ENS Editions.

Top of page

Notes

1 Le plan stratégique d’Alger s’étale sur une échelle de temps de 20 ans (2009-2029) et définit les conditions d’un Plan d’Aménagement à long terme, dans une vision globale de l’ensemble des composantes du projet (économiques, sociaux, financiers, environnementaux). Basé sur deux études : la révision du plan directeur d’aménagement et d’urbanisme et celle de l’aménagement de la baie d’Alger.

2 L’enquête, qui s’est appuyée sur une observation directe et participante, a été effectuée auprès de 100 usagers de la promenade des Sablettes (questionnaires et interviews semi-directives) et auprès des responsables ayant été à l’origine de la mise en œuvre du projet (enquête réalisée en mars et avril 2017, ainsi qu’en mai 2018).

3 Décennie noire : le conflit qui opposa le gouvernement algérien et de l’Armée à divers groupes islamistes à partir de 1991 jusqu’à 2000 avec la concorde civile.

4 Dès la fin des années 1990, les grands projets urbains concentrés autour de la ville d’Alger sont des éléments marquant la transition vers une économie de marché induisant une mondialisation et globalisation des pratiques urbaines. Le GPU initié, en 1997, par le gouvernorat du Grand d’Alger est un projet qui engage une réflexion sur la volonté d’élever la ville au rang de métropole internationale. L’objectif est de réhabiliter Alger pour en faire la « capitale du 21e siècle ».

5 Le PDAU est l’instrument de gestion territoriale qui oriente le processus d’organisation et de développement du territoire de la Wilaya d’Alger sur une échelle de temps de 20 ans.

6 La « Charte pour la Paix et la Réconciliation nationale », mise en place en 2005 par le président algérien au pouvoir, fait suite à la loi sur la Concorde civile de 1999 dont l’objectif est d’amnistier les personnes impliquées dans les violences terroristes durant les années 1990.

7 Un wali est un haut fonctionnaire de l’État, nommé par décret présidentiel, il représente le pouvoir exécutif dans la wilaya qu’il administre. Il est placé sous l’autorité du Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales (équivalent du Préfet en France). La wilaya division administrative (équivalent de la préfecture en France), elle est dotée d’une assemblée élue nommée Assemblée populaire de wilaya (APW). Elle est placée sous l’autorité du wali.

8 Revue Vies de villes, entretien avec l’ancien wali d’Alger, 2012.

9 Voir note 7.

10 Shaber Wiliam, consul général des États-Unis à Alger, 1862. En ligne, http://alger-roi.fr/Alger/hussein_dey/textes/hussein_dey_pn35.htm

11 D’après la carte du port publiée dans l’article de René Lespes en 1921.

12 Propos recueillis par Hebba Selim (Hebba 2015).

13 Houma  (quartier) au sens communautaire du terme avec une charge hautement symbolique liée au lieu (honneur, fratrie, interconnaissance, identification…) (Dris, 2002A, 74)

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Carte de la promenade des Sablettes (situation)
Credits Source : fond de carte, Direction des Travaux Publics (DTP), traitement Auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-1.png
File image/png, 268k
Title Fig. 2 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 1
Caption Zone jouxtant l’embouchure de l’oued El-Harrach, où se concentrent les lieux d’accueil et de réception et les différents services publics.
Credits Source : fond de carte Direction des Travaux Publics (DTP), traitement par les auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-2.png
File image/png, 312k
Title Fig. 3 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 2
Caption Zone de la plage des Sablettes, zone où se concentrent les activités et aménagements de loisir et de sport, la zone 1 et 2 sont les deux premières livrées au public.
Credits Source : fond de carte Direction des Travaux Publics (DTP), traitement Auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-3.png
File image/png, 328k
Title Fig. 4 – Carte de la promenade des Sablettes et des activités ZONE 3
Caption Zone de la plage le piquet blanc, représentant le troisième tronçon réalisé).
Credits Source : fond de carte Direction des Travaux Publics (DTP), traitement par les auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-4.png
File image/png, 503k
Title Fig. 5 – Une famille en pique-nique
Credits Source : les auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-5.png
File image/png, 895k
Title Fig. 6 – Un groupe de jeune pratique le hand-ball « Le sport collectif »
Credits Source : auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-6.png
File image/png, 792k
Title Fig. 7 – Un espace idéal pour les enfants
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-7.png
File image/png, 811k
Title Fig. 8 – Les amoureux de la plage,
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-8.png
File image/png, 777k
Title Fig. 9 – Excursion organisée au profit des jeunes « scouts »
Credits Source : les auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-9.png
File image/png, 878k
Title Fig. 10 – La passerelle qui relie Kharouba à la promenade des Sablettes
Caption Elle surplombe la route expresse, reliant l’est à l’ouest d’Alger.
Credits Source : les auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-10.png
File image/png, 919k
Title Fig. 11 – La grande Roue en cours d’installation
Credits Source : les auteures, avril 2017
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14213/img-11.png
File image/png, 734k
Top of page

References

Electronic reference

Fatiha Tamani‑Djebra and Meriem Chabou‑ Othmani, “L’espace public de la promenade des Sablettes à Alger”Méditerranée [Online], 134 | 2022, Online since 09 November 2022, connection on 06 December 2022. URL: http://journals.openedition.org/mediterranee/14213; DOI: https://doi.org/10.4000/mediterranee.14213

Top of page

About the authors

Fatiha Tamani‑Djebra

Architecte, maître assistant classe A, chercheur doctorante, École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme (EPAU) Alger, Algérie, Laboratoire de recherche « Ville, Urbanisme et Développement Durable » (VUDD), f.tamani@epau-alger.edu.dz

Meriem Chabou‑ Othmani

Dr. Ing. maître de conférences classe A, École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme (EPAU) Alger, Algérie, Laboratoire de recherche « Ville, Urbanisme et Développement Durable » (VUDD), m.chabou@epau-alger.edu.dz

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search