Skip to navigation – Site map

HomeSectionsPaleoenvironment, Geoarchaeology,...2022Pierre Gabert (1927‑2022)

2022

Pierre Gabert (1927‑2022)

Témoignages d’affection et de reconnaissance
Christophe Morhange, Jean-Louis Ballais, Roland Courtot, Annick Douguedroit, Bernard Farines, Emmanuèle Gautier, Alain Marre, Philippe Moustier, Mireille Provansal, André de Reparaz, Christiane Spill and Jean‑Michel Spill

Full text

1Pierre Gabert, ancien professeur de géomorphologie à la faculté d’Aix-en-Provence vient de nous quitter à l’âge de 95 ans. Il a marqué des générations d’étudiants par son dynamisme, son énergie bouillonnante, son dévouement pédagogique de quasi-missionnaire, sa verve intarissable et son franc-parler. On percevait assez facilement derrière son érudition scientifique et sa faconde méridionale, sautant d’un sujet à l’autre et d’un continent à l’autre, le goût des voyages et le goût des autres.

Des origines protestantes et alpines, un passé de résistance, une affaire de famille

2Natif de La Motte-d'Aigues, dans le Vaucluse, au pied du Lubéron qu’il aimait tant, Pierre Gabert a toujours été discret sur ses origines familiales. Profondément républicain et laïc, Pierre Gabert était cependant très fier d’avoir des origines protestantes par sa mère, un passé fait de courage et de résistance. Fils d’un couple d’instituteurs, il avait participé à la Résistance dès son adolescence pendant la deuxième Guerre Mondiale. Son frère aîné, Raymond Gabert, combattant volontaire, soldat FFI, était mort pour la libération de la France au pied du Mont-Cenis, à Lanslevillard le 9 octobre 1944, à l’âge de 19 ans. Pierre Gabert lui dédiera sa thèse de géographie physique publiée en 1962. Cette blessure jamais cicatrisée était l’aiguillon de sa vie et de sa conduite personnelle.

Un pédagogue de qualité

3Pendant quatre décennies, des années soixante aux années quatre-vingt-dix, ses diapositives firent merveille à la faculté, autant dire durant la préhistoire pré-informatique de la pédagogie universitaire... Ses cours magistraux illustrés de nombreuses diapositives étaient une magnifique invitation aux voyages, dans les Alpes, au Spitzberg, en Amérique latine, particulièrement au Pérou, ou en Afrique du Nord où il avait dirigé plusieurs thèses de géographie physique. Pierre Gabert s’est particulièrement illustré en géomophologie zonale où il officia pendant des décennies en deuxième année de DEUG. Il fut aussi responsable d’enseignements en géographie régionale, sur l’Italie et la Méditerranée. Mais, c’est à la préparation des écrits et des oraux de l’agrégation de géographie qu’il dédia toute son énergie et ses compétences, avec souvent de brillants succès. Il fut même nommé, quelques années avant sa retraite, président du jury de l’agrégation de géographie.

Un passeur scientifique

4Pierre Gabert a fait partie des figures marquantes de la géomorphologie française de l’après-guerre. Il avait connu les plus grands géographes, les « petits-enfants » de Vidal de la Blache et d’Emmanuel de Martonne (Birot, Dresch, Blanchard, Veyret, Pardé, Corbel…). Agrégé de géographie, il avait soutenu en 1961 une thèse de doctorat d'Etat "Les plaines occidentales du Pô et leurs piedmonts". En poste à la faculté d’Aix-en-Provence, il a beaucoup travaillé, en collaboration avec divers organismes et collectivités territoriales, sur des questions d'aménagement des espaces "naturels", en particulier sur la Basse Durance et dans les Hautes-Alpes. Souvent passionnant dans ses prestations orales, il soutenait ses propos par une multitude d'anecdotes savoureuses. A Aix-en-Provence, il a eu quelques élèves remarquables, comme par exemple Michel Chardon, Maurice Jorda, Alain Marre, Pierre Oliva, Jean Riser ou Mireille Provansal, qui ont su développer et enrichir ses intuitions en géomorphologie alpine, méditerranéenne ou en géographie appliquée. Grand lecteur, Pierre Gabert a publié plus de 60 comptes-rendus dans la revue Méditerranée et près de 40 dans les Annales de Géographie… Sa bibliothèque et sa cartothèque personnelles étaient célèbres et ses étudiants en ont largement profité pendant un demi-siècle. Concernant son œuvre scientifique, les lecteurs intéressés pourront se reporter aux mélanges « Géomorphologie et aménagement de la montagne », publiés en hommage à Pierre Gabert par le Centre de géomorphologie de Caen en 1993.

Témoignages de quelques collègues et élèves qui l’ont bien connu et apprécié

5André de Reparaz, professeur honoraire de géographie rurale à l’université d’Aix, se souvient bien de son collègue Pierre Gabert. « Il faisait partie du clan des morphologues ». André de Reparaz garde de bons souvenirs de la vie universitaire au sein de la vieille faculté devant la cathédrale d’Aix. « Gabert était une personnalité chaleureuse, de culture protestante », fier de sa trajectoire familiale « des camisards aux maquisards ». Il ont effectué ensemble de nombreuses sorties de terrain dans les Alpes, sur le plateau de Vaucluse, dans la vallée de l’Ubaye et même quelques excursions géographiques inter-universitaires. André de Reparaz évoque avec émotion l’épisode de mai 68. « Un cordon d’enseignants voulait empêcher l’entrée des CRS et des policiers dans l’enceinte de l’université d’Aix sur le site Schuman. Gabert était des nôtres. Nous avons résisté ensemble à la charge des forces de l’ordre et nous avons reçu quelques coups de matraque dans le dos. Maurice Jorda avait été le plus bousculé ». André de Reparaz n’oublie pas la vitalité et l’énergie débordante et généreuse de ce collègue physicien.

6Emmanuèle Gautier, professeure à l’université Panthéon-Sorbonne et directrice du laboratoire de géographie physique se souvient. « C’était un collègue et un ami proche de mon directeur de thèse Bernard Bomer. C’est ainsi que j’ai fait sa connaissance, Bernard Bomer ayant proposé à Pierre Gabert et son épouse de venir sur mon terrain de thèse (la vallée du Buëch). Deux souvenirs particuliers me sont restés de ces quelques jours de terrain. Le premier est celui d’une plongée dans un bain d’érudition. D’un côté, Madame Gabert, toujours très calme, m’expliquait la mise en place complexe des glacis et leur raccordement aux terrasses. De l’autre côté, Pierre Gabert plein de verve et d’enthousiasme communicatif, pointait les milliers de détails de terrain, d’ordre géomorphologique, mais aussi ceux qui expriment l’empreinte passée des sociétés rurales des Alpes du sud. Dans la vallée du Céans à Orpierre, lieu de ses origines, Pierre Gabert nous a brossé la mise en place des reliefs et paysages mais aussi l’histoire, d’une façon magistrale mais sans aucune emphase. Le deuxième souvenir est une impression faite d’un mélange de simplicité, de gentillesse et de joie de vivre. C’est pourquoi quand Bernard Bomer m’a dit qu’il proposerait à Pierre Gabert de faire partie de mon jury de thèse en 1992, je me suis sentie rassurée. Trente ans après, je peux dire que je dois à Pierre Gabert d’avoir attiré mon attention de jeune géomorphologue sur le rôle majeur de ces paysans sud-alpins, et plus largement des sociétés anciennes, dans la construction des paysages ».

7Alain Marre, professeur honoraire à l’université de Reims Champagne-Ardenne, a tenu à rendre hommage à son maître, conteur géomorphologue et humaniste :

8« Jeunes gens ! Dimanche je suis libre ! On peut faire une sortie de terrain dans le Luberon oriental ! ».

9C’est ainsi que Pierre Gabert invitait les étudiants à une sortie de terrain. Et, le jour dit, à l’heure dite et au lieu-dit, tous les étudiants étaient présents pour participer à cette sortie pédagogique. Mais, c’était plus qu’une sortie pédagogique ! Certes il y avait un professeur et des étudiants, cependant, l’ambiance était telle qu’aujourd’hui on la qualifierait de sortie conviviale et intergénérationnelle. En effet, Pierre Gabert était un vrai pédagogue qui aimait les étudiants, les respectait et faisait tout pour les aider dans leur propre développement. Pour atteindre ce but, en véritable maïeuticien, il les invitait à travailler sérieusement, à vaincre les obstacles grâce à leur propre valeur. C’est pourquoi il était un ardent défenseur des concours car, disait-il, ce jour-là tous les candidats sont égaux, et c’est par leur seul travail qu’ils peuvent réussir. Combien de fois ne nous a-t-il pas encouragés à passer l’agrégation en disant « Jeunes gens ! Si vous voulez entrer dans l’Education Nationale, passez par la grande porte ! Après vous ferez ce que vous voudrez ! » Il faut d’ailleurs associer dans cette démarche, Madame Jacqueline Gabert qui faisait une belle et efficace équipe avec son mari. Tous ceux qui ont suivi leurs conseils ne peuvent que les remercier.

10Lors de ses enseignements, qu’ils soient en salle ou sur le terrain, Pierre Gabert nous faisait découvrir la géomorphologie. Il devenait alors un véritable conteur en nous expliquant l’histoire des reliefs. Ainsi pour le Luberon oriental, il racontait comment la tectonique avait créé le volume montagneux en formant un anticlinal déversé vers le sud que l’érosion avait attaqué en formant, sur le versant méridional, une combe de flanc dans laquelle pendant le Quaternaire les climats froids avaient amenuisé les roches, créant ainsi des débris emportés par des flots d’eau lors des saisons de dégel pour construire dans le Pays d’Aigues actuel, les niveaux de glacis sur lesquels, aujourd’hui, on cultive, des vignes dont les raisins sont apportés dans des caves coopératives où, grâce au travail des œnologues, sont produits des vins dont la qualité va croissante. Car pour Pierre Gabert, étudier la géomorphologie c’est mieux connaître le support des activités humaines afin d’améliorer les conditions de vie des gens. Fils d’instituteurs, il n’avait pas oublié ses origines alpines et rurales et encourageait toujours les gens à progresser dans leur métier et leurs activités. Quelles qu’elles soient ! Il nous racontait l’histoire d’un de ses anciens élèves du lycée de Gap qui s’était pleinement épanoui dans son métier de plombier. C’est donc logiquement qu’il s’est engagé dans de nombreuses actions. Ce fut tout d’abord la Résistance et puis la vie politique en devenant conseiller municipal à Aix-en-Provence et député socialiste suppléant de Louis Philibert.

11C’est grâce à cet effort permanent qui l’animait qu’il a aussi ouvert de nouvelles voies de recherche. Après avoir réalisé une thèse d’Etat sur la partie occidentale de la plaine du Pô, il fut un des premiers à essayer de quantifier les processus morphogénétiques. Pour cela, il avait installé, avec les moyens du bord, des stations de mesures au pied de la Sainte Victoire. Et, à chaque pluie, il partait pour réceptionner les résultats. À cette époque il n’y avait pas d’appareils enregistreurs. Il fallait être là pour récupérer les charges solides emportées par les eaux de ruissellement. Et il fallait aimer le terrain pour aller sous la pluie, dans la boue, vider les réceptacles qui se sont toujours révélés être insuffisants. En effet, tous ces travaux ont montré que les processus morphogénétiques sont beaucoup plus actifs qu’on ne l’imaginait. Tous ceux qui, après lui, ont réalisé des travaux équivalents, que ce soit à Cessières dans le Bassin parisien, à Draix dans les Alpes dignoises, à Séderon dans les Baronnies, en Tunisie, en Italie ou aux Etats-Unis, ont connu les mêmes débordements lors de grosses pluies. Certains se seraient découragés devant de telles difficultés. Mais Pierre Gabert était toujours combatif et au contraire il trouvait dans ces mésaventures des histoires savoureuses à raconter.

12Ces activités de terrain, je les ai partagées avec lui, en Provence, dans les Alpes et en Algérie sur le terrain de ma thèse d’État. Après l’avoir accueilli à l’aéroport d’Annaba, nous sommes immédiatement partis sur le terrain où j’ai pu admirer sa rapidité de compréhension des problèmes géomorphologiques. Nous avons passé plusieurs semaines pendant lesquelles nous avons analysé et discuté la géomorphologie des montagnes nord-constantinoises en travaillant parfois avec des températures élevées. Le soir, nous campions et passions de bons moments à discuter de géomorphologie, de politique et parfois à faire… une partie de boules, car Pierre Gabert savait aussi, prendre du bon temps une fois le travail achevé ! C’est ainsi qu’entre nous est née une grande amitié. Pendant des années nous avons toujours échangé des idées dans de nombreux domaines : la géomorphologie évidemment, notre vie professionnelle et nos étudiants, mais aussi nos vies quotidiennes et familiales. C’est ainsi que 56 années se sont écoulées depuis notre première rencontre. La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, Pierre Gabert nous attendait, mon épouse et moi, dans son jardin. Il avait ouvert en grand le portail pour que nous puissions garer facilement notre automobile. Nous avons passé un long moment à parler de nos familles, à échanger de nombreuses idées sur les problèmes sociaux en Provence, en Champagne et à évoquer les petites actions de bénévolat que nous pouvions faire. J’étais très heureux de le retrouver et de passer ces instants avec lui. En arrivant je l’ai embrassé. C’était la première fois. Ce fut la dernière. Avais-je inconsciemment une prémonition ? En partant je disais à mon épouse « C’est extraordinaire ! Il ne vieillit pas ! Il est toujours aussi dynamique ! ». Cependant, dans sa dernière lettre, il y a environ deux mois, il me confiait « Je décline ». C’était la première fois qu’il évoquait un signe de faiblesse. Aujourd’hui je veux lui rendre un dernier et affectueux hommage et l’assurer qu’il fut pour moi, un personnage attachant et savoureux que je ne pourrai pas oublier. Au revoir Pierre

13Bernard Farines, professeur d'histoire géographie en classes préparatoires à Nîmes, se souvient : « J'ai connu Pierre Gabert en tant qu'étudiant à l'Institut de géographie d'Aix-Marseille en 1985 en Licence après un DEUG à Perpignan. Je garde un souvenir ému de ce professeur qui m'a apporté un soutien décisif dans mes études et ma carrière professionnelle, d'abord en encadrant mes mémoires de maîtrise et de DEA, ensuite en m'encourageant à passer l'agrégation de géographie que j'ai obtenue en 1988. Pierre Gabert était un très grand professeur, un humaniste, une personne inspirante et motivante. Merci à Pierre Gabert à qui je dois tant ».

14Annick Douguedroit, professeur émérite de climatologie à Aix-en-Provence se souvent : « Pierre Gabert est arrivé à l’Institut de Géographie d’Aix à la rentrée de 1961, appelé à la suite de sa brillante soutenance de thèse à Paris, par le Pr. Hildebert Isnard qui voulait faire participer la géographie au développement programmé de la Faculté des Lettres par le doyen Bernard Guyon qu’il secondait. Il y développa avec dynamisme un enseignement et un encadrement de la recherche d’une géomorphologie encore localement balbutiante. La place qu’il sut prendre dans sa spécialité ne fut reconnue pas seulement localement mais également au niveau national comme le montre sa nomination comme président du Comité de direction du Centre géomorphologique du CNRS de Caen. Son dynamisme scientifique ne doit pas faire oublier qu’il fut, et il n’en était pas peu fier, une figure politique dynamique, fidèle à l’héritage familial, au sein du Parti socialiste qui le fit, pendant deux législatures, élire suppléant de Louis Philibert, député socialiste de la 15e circonscription des Bouches-du-Rhône ».

15Mireille Provansal, professeur émérite de géographie physique à Aix, a rencontré Pierre Gabert en 1970 lors de l’oral de l’agrégation de géographie. « Il était un des membres du jury. J’ai tiré au sort un sujet (Les déserts littoraux), dont il était alors un spécialiste. J’ai donc récité les descriptions et les arguments qu’il développait dans ses publications scientifiques. Il en a été émerveillé, et c’est ainsi qu’il m’a fait venir à l’Institut de Géographie de l’Université à Aix. Il m’a proposé d’être mon directeur de thèse en m’offrant un sujet sur la géomorphologie de la Campanie en Italie du sud. Ce fut un directeur très tolérant, loin d’être le « mandarin » qu’il aurait pu être. Il m’a laissé frayer des voies qui n’étaient pas les siennes, dans une pluridisciplinarité naissante avec l’archéologie et la paléobotanique, ce qui n’était pas encore évident au tournant des années 1980. Pour lui présenter mon terrain de recherches, j’ai fait en sa compagnie en 1979 le long trajet d’Aix à Naples. Plus de 1 000 km en voiture. Très en verve, il m’a entretenue pendant des heures de ses convictions et de la vie comme elle va. Un homme disert, jovial, un voyage inoubliable ! Mais derrière cette faconde bien méridionale, il y avait aussi un fin connaisseur des Alpes du sud, son pays. Au‑delà de la géomorphologie encore traditionnelle de l’Université, il s’est très tôt intéressé aux risques naturels, aux questions d’aménagements, aux relations entre le milieu physique et les sociétés. Fils d’instituteur, resté proche de ses origines modestes, c’était aussi un homme de gauche, un démocrate. Il s’était engagé dès novembre 1940 dans la Résistance, dont il disait quand il allait témoigner devant les élèves des écoles avec humour et modestie : ‟ On n’a pas été des grands chefs de guerre, mais des petites mains. Je n’ai jamais tué directement quelqu’un, mais je pense qu’indirectement les trucs que je transportais en ont envoyé quelques-uns au cimetière.” Il est resté très marqué par la mort de son frère fusillé par les Allemands. Il disait aussi : ‟Votre jeunesse se désintéresse des urnes. Pourtant c’est important. Que vous glissiez un bulletin de droite ou de gauche dans l’urne, il faut voter”.  Oui, Pierre Gabert, vous étiez quelqu’un de bien. Vos messages restent vivants. Merci ».

16Philippe Moustier, agrégé de géographie et chercheur associé au laboratoire TELEMMe (MMSH) témoigne : « Pierre Gabert a été mon enseignant de la deuxième année jusqu'à l'agrégation de géographie. Il dispensait des cours d'une grande clarté et était attentif à ses étudiants. Il insistait sur la nécessité pour le géographe d'aller sur le terrain. J'ai effectué avec lui maintes sorties pédagogiques et l'ai aussi accompagné deux étés en Haute Ubaye où il étudiait les phénomènes périglaciaires. Pierre Gabert assurait avec son collègue karstologue Jean Nicod la préparation à l'épreuve du commentaire de cartes pour l'agrégation. Cette épreuve nécessitait d'avoir une vision globale de la géographie à laquelle, bien que géomorphologue, il était très attaché. Il a toujours suivi avec intérêt l'élaboration de ma thèse et mes recherches en géographie rurale, au fil des ans nous sommes devenus amis. Adjoint en charge de l'urbanisme du maire d'Aix-en-Provence, Félix Ciccolini, et suppléant du député Louis Philibert, il a été un élu d'une grande droiture au service de l'intérêt général. Il a aussi œuvré bénévolement au sein de plusieurs structures, notamment au syndicat de la basse Durance et sur la commune de Vars. Pierre Gabert était particulièrement attaché au département des Hautes-Alpes d’où étaient natifs ses parents et où il avait enseigné au lycée de Gap entre 1951 et 1954. Il a été de 1952 à 2022 membre de la Société d'études de ce département. La montagne était un milieu qu'il affectionnait ; en juin 2022 lors d'une conversation téléphonique il me disait sa joie de monter durant l'été dans son chalet de Vars. Je garderai de Pierre Gabert le souvenir d'un excellent enseignant ayant un sens aigu du service public, d'un esprit libre et d'un ami fidèle. Merci Pierre pour tout ce que tu nous as transmis ».

17Jean-Louis Ballais, professeur émérite de géographie physique à Aix, connait Pierre Gabert depuis une cinquantaine d’années et il tenait à évoquer son souvenir en trois occasions. « D’abord, j’ai fait sa connaissance au Centre de Géomorphologie du CNRS à Caen, vers la fin de 1970, où je venais d’être nommé assistant à l’Université et où il présidait le conseil qui gérait ce centre. En 1986, j’étais professeur à l’Université de Tunis. Grâce à un programme commun de recherche dirigé par Jean Vaudour et liant l’université de Tunis à l’université de Provence, Pierre Gabert est venu en Tunisie pour une tournée de terrain de quelques jours, accompagné par Pierre Oliva. Ce contact fructueux m’a poussé à me porter candidat au poste de professeur à l’Université de Provence trois ans plus tard, poste auquel j’ai été élu, avec son appui. Enfin, quand Pierre Gabert est parti en retraite, il dirigeait encore plusieurs thèses et il m’a fait l’honneur de me demander de prendre sa suite pour les diriger ».

18Roland Courtot, professeur émérite AMU-MMSH (Aix-en-Provence) rappelle avec émotion que Pierre Gabert a compté dans sa vie professionnelle de géographe. « Lorsque j’étais encore étudiant d’abord : à l’automne 1961 j’ai été nommé à Marseille comme professeur stagiaire de CAPES (j’avais passé l’écrit de ce concours à Montpellier), et je me suis inscrit à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence pour préparer l’agrégation de Géographie. Pierre Gabert y était jeune professeur et assurait une séance de préparation à l’oral du concours tous les jeudis, en particulier pour la fameuse épreuve du commentaire de carte, où la géomorphologie (l’analyse du relief) tenait une place notable. Il nous communiquait une sorte de ferveur géographique et du petit groupe qui se réunissait dans son bureau pour cet exercice, nous fûmes plusieurs à parvenir à l’oral et à réussir le concours en juin de l’année suivante. Lorsque je fus enseignant, c’est lui-même qui me proposa, trois années plus tard, d’entrer à l’Université comme assistant pour y préparer une thèse et enseigner. Il eut l’élégance d’accepter que je fasse avec lui une thèse secondaire en cartographie géomorphologique, pour préparer une thèse principale en géographie humaine sous une autre direction que la sienne. J’ai donc enseigné les travaux pratiques du certificat de Géographie générale et commencé sous sa direction des recherches pour une thèse secondaire dans le massif des Dourbes, qui fut plus tard l’occasion d’une excursion avec lui et Maurice Jorda : ce dernier commençait alors une thèse principale sous sa direction dans les Alpes du Sud (la thèse secondaire avait disparu entretemps) et nous longeâmes ensemble la crête des Dourbes en suivant le vieux chemin emprunté par Napoléon entre Barrême et Digne. Avec les réformes des études universitaires après 1968, il me confia l’enseignement de la cartographie géomorphologique dans la nouvelle licence de géographie physique qu’il dirigeait : ce fut l’occasion de stages de formation à cette nouvelle méthodologie, puis de stages et d’excursions pédagogiques de terrain pour ses étudiants, tous exercices que j’ai souvent partagés avec lui. Pour le géographe, le « terrain » était (est toujours) comme le paysage « sur le motif » pour l’artiste peintre, une sorte d’immanence géographique et même graphique car on y dessinait beaucoup, lieu de croquis, d’échanges et de débats ; et plus prosaïquement l’occasion de pique-niques sympathiques partagés avec les étudiants, sur un point de vue, au soleil, face aux paysages provençaux ou alpestres. Féru de pédagogie, il m’associa plusieurs années au jury d’agrégation lorsqu’il en fut le président ; préoccupé de traduire ses connaissances géographiques dans la « chose publique » et dans les questions de l’aménagement du territoire, il participa en tant qu’élu à la gestion de la cité d’Aix‑en‑Provence, et présida pendant longtemps le Conseil scientifique du Syndicat mixte d’aménagement du Val de Durance. Bien que je me sois tourné par ma thèse vers la géographie humaine, Pierre Gabert m’a transmis une sensibilité particulière à la géographie physique, et grâce à lui j’éprouve toujours un plaisir certain à essayer de déchiffrer les paysages comme le ferait un géomorphologue ».

19Christiane et Jean-Michel Spill, universitaires aixois et géographes à la retraite se souviennent : « Tous ceux qui l’ont connu auront leurs propres mots pour dire quelle personnalité exceptionnelle il avait et quels souvenirs impérissables il nous laisse. Nous avons été ses étudiants et en tant que tels l’objet de toutes ses attentions pédagogiques mais aussi personnelles. Pierre Gabert nous a appris bien des facettes de notre discipline, tout en nous laissant libres de choisir nos propres orientations. Il nous a accompagnés sur les chemins de la préparation de l’agrégation avec un enthousiasme communicatif. Alors qu’il existait une agrégation de géographie masculine et une agrégation d’histoire et de géographie féminine, Pierre Gabert a insisté auprès de ses étudiantes pour qu’elles se présentent à celle "réservée" aux hommes pour qu’elles deviennent des géographes à part entière. Il était en avance sur son époque… Ensuite, Pierre Gabert nous a accueillis avec les mêmes dispositions à l’Institut de géographie d'Aix-en-Provence et nous avons pu continuer à apprécier ses qualités scientifiques, pédagogiques et son comportement exemplaire dans la vie universitaire ».

20Amoureux de l’Italie, citoyen d’honneur de la ville de Turin, excellent randonneur, Pierre Gabert était passionnément attaché aux Alpes et à ses paysages qu’il a arpentés pendant des décennies chaque été pour ses recherches et pour son plaisir. Nous sommes heureux d’offrir à sa famille ces quelques témoignages d’affection en son souvenir. À ses deux filles Françoise et Mireille, à toute sa famille, les membres de l’Institut de géographie d’Aix‑en‑Provence et tous ses anciens collègues et élèves témoignent de leur chaleureuse sympathie, de leur estime et de leur reconnaissance.

Discussion avec les étudiants lors d’une sortie pédagogique avec Pierre et Jacqueline Gabert dans le massif des Calanques

Discussion avec les étudiants lors d’une sortie pédagogique avec Pierre et Jacqueline Gabert dans le massif des Calanques

cliché A. Marre, 1969

Pierre et Jacqueline Gabert sur le terrain au Glacier Blanc, massif des Écrins (1978), dans le lit d’un torrent des Alpes du Sud et en mission scientifique au Spitzberg en 1964

Pierre et Jacqueline Gabert sur le terrain au Glacier Blanc, massif des Écrins (1978), dans le lit d’un torrent des Alpes du Sud et en mission scientifique au Spitzberg en 1964

coll. F. et M. Gabert

Pierre et Jacqueline Gabert, retraités heureux à Aix-en-Provence

Pierre et Jacqueline Gabert, retraités heureux à Aix-en-Provence

coll. F. et M. Gabert

Pierre Gabert, Jean-Louis Ballais, Mohamed Raouf Karray et Pierre Oliva en Tunisie (1986)

Pierre Gabert, Jean-Louis Ballais, Mohamed Raouf Karray et Pierre Oliva en Tunisie (1986)

Scène quasi-biblique où Pierre Gabert, entouré de ses étudiants, vient de sauver un agnelet perdu dans un pierrier, à proximité de Fouillouse (septembre 1984, Hautes-Alpes)

Scène quasi-biblique où Pierre Gabert, entouré de ses étudiants, vient de sauver un agnelet perdu dans un pierrier, à proximité de Fouillouse (septembre 1984, Hautes-Alpes)

cliché I. Gabriel

Top of page

Bibliography

Sélection de quelques travaux universitaires

Beaudet G., Gabert P., Bergoeing J.-P., (1982), Les modelés hérités du Costa Rica, Bulletin de l'Association de Géographes Français 487-488, p. 183-197.

Birot P., Gabert P., (1964), La Méditerranée et le Moyen-Orient, PUF, Orbis, 2 vol.

Birot P., Faugères G., Gabert P., Péchoux P.-Y., (1968), Esquisse géomorpholologique du Sud-Ouest de l'Asie Mineure, Méditerranée 9, p. 97-138.

Coutard J.-P., Ozouf J.-C., Gabert, P., (1996), Forms of frost creep in the Massifs of Chambeyron and La Mortice (Haute-Ubaye, southern French Alps), Permafrost and periglacial processes 7, p.21-51.

Dalmasso E., Gabert P., (1984), L’Italie, PUF, 268 p.

Dollfus O., Gabert P., R. Laharie R., (1970), Les problèmes morphologiques du piémont désertique des Andes péruviennes méridionales, Revue de Géographie Alpine 58, p. 265-300.

Gabert P., (1955), Un glacis d'érosion en bordure des Alpes piémontaises, Bulletin de l'Association de Géographes Français 247-248, p. 12-17.

Gabert P., (1960), Une tentative d'évaluation du travail de l'érosion sur les massifs montagneux qui dominent la plaine du Pô, Revue de Géographie Alpine, 48, p. 593-605.

Gabert P., (1962), Les plaines occidentales du Pô et leurs piedmonts (Piémont, Lombardie occidentale et centrale). Étude morphologique, Louis-Jean, Gap, 531 p.

Gabert P., (1964), Turin, ville industrielle, PUF, 314 p.

Gabert P., (1964), Premiers résultats des mesures d'érosion sur les parcelles expérimentales dans la région d'Aix-en-Provence, Méditerranée 5, p. 169-182.

Gabert P., (1982), L'intérêt des recherches géomorphologiques et de leur cartographie pour l'aménagement et la gestion d'une haute vallée alpine consacrée au tourisme et au ski (exemple : la Vallée de Vars), Revue de Géographie Alpine 70, p. 301-308.

Gabert P., (1982), Urbanisation et gestion de l'environnement en milieu méditerranéen, Bulletin de l'Association de Géographes Français 485-486, p. 131-137.

Gabert P., (1984), Séismes, néotectonique et effets induits sur les versants des massifs des Babors dans la région de Kerrata (Algérie), Méditerranée 51, p. 25-31.

Gabert P., Guichonnet P., (1965), Les Alpes et les États alpins, PUF, Magellan, 287 p.

Gabert P., Lautridou J.-P., (1969), Gélifraction artificielle et gélifraction au cours du Quaternaire. Etude comparée à propos des calcaires lacustres de la région d'Aix-en-Provence, Méditerranée 10, p. 293-312.

Gabert P., Nicod J., (1982), Inondations et urbanisation en milieu méditerranéen. L'exemple des crues récentes de l'Arc et de l'Huveaune, Méditerranée 46, p. 11-24.

Gabert P., Marre A., Riser J., (1981), Processus d'érosion avec intervention du gel sur des versants-témoins en Basse-Provence intérieure (France), Méditerranée 41, p. 13-20.

Metton A., Gabert P., eds., (1992), Commentaire de documents géographiques de la France, Sedes, 421 p.

Texier J.-P., Bertran P., Coutard J.-P., Francou B., Gabert P., Guadelli J.-L., Ozouf J.-C., Plisson H., Raynal J.-P., D. Vivent D., (1998), TRANSIT, an experimental archaeological program in periglacial environment: Problem, methodology, first results, Geoarchaeology 13, 5, p. 433-473.

Top of page

List of illustrations

Title Discussion avec les étudiants lors d’une sortie pédagogique avec Pierre et Jacqueline Gabert dans le massif des Calanques
Credits cliché A. Marre, 1969
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14360/img-1.png
File image/png, 137k
Title Pierre et Jacqueline Gabert sur le terrain au Glacier Blanc, massif des Écrins (1978), dans le lit d’un torrent des Alpes du Sud et en mission scientifique au Spitzberg en 1964
Credits coll. F. et M. Gabert
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14360/img-2.jpg
File image/jpeg, 252k
Title Pierre et Jacqueline Gabert, retraités heureux à Aix-en-Provence
Credits coll. F. et M. Gabert
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14360/img-3.png
File image/png, 1.4M
Title Pierre Gabert, Jean-Louis Ballais, Mohamed Raouf Karray et Pierre Oliva en Tunisie (1986)
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14360/img-4.jpg
File image/jpeg, 571k
Title Scène quasi-biblique où Pierre Gabert, entouré de ses étudiants, vient de sauver un agnelet perdu dans un pierrier, à proximité de Fouillouse (septembre 1984, Hautes-Alpes)
Credits cliché I. Gabriel
URL http://journals.openedition.org/mediterranee/docannexe/image/14360/img-5.jpg
File image/jpeg, 475k
Top of page

References

Electronic reference

Christophe Morhange, Jean-Louis Ballais, Roland Courtot, Annick Douguedroit, Bernard Farines, Emmanuèle Gautier, Alain Marre, Philippe Moustier, Mireille Provansal, André de Reparaz, Christiane Spill and Jean‑Michel Spill, “Pierre Gabert (1927‑2022)”Méditerranée [Online], Paleoenvironment, Geoarchaeology, Historical Geography, Online since 14 December 2022, connection on 21 March 2023. URL: http://journals.openedition.org/mediterranee/14360; DOI: https://doi.org/10.4000/mediterranee.14360

Top of page

About the authors

Christophe Morhange

Aix-Marseille Université-CEREGE et EPHE-PSL-AOROC

By this author

Jean-Louis Ballais

Aix-Marseille Université-ESPACE

By this author

Roland Courtot

Aix-Marseille Université-TELEMMe

By this author

Annick Douguedroit

Aix-Marseille Université, ESPACE

Bernard Farines

Professeur en classes préparatoires, Nîmes

Emmanuèle Gautier

Laboratoire de Géographie Physique : Environnements Quaternaires et Actuels, Université Panthéon Sorbonne

Alain Marre

Université de Reims

Philippe Moustier

TELEMMe, MMSH

By this author

Mireille Provansal

Aix-Marseille Université-CEREGE

By this author

André de Reparaz

Aix-Marseille Université

By this author

Christiane Spill

Aix-Marseille Université

Jean‑Michel Spill

Aix-Marseille Université

Top of page

Copyright

All rights reserved

Top of page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search